Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Michaêlle jean

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 3 octobre 2018

OIF: Avec Louise Mushikiwabo,c'est saut vers l'inconnu, Michaëlle Jean perd le Québec, un allié de taille

Journalistes et caricaturistes francophones tremblez, tremblez, tremblez...Paul Kagamé, le roitelet de Kigali et son régime autocratique au Rwanda, pays de Mille collines, viennent de décréter que chaque caricature contre le président sanguinaire équivaut à  7 ans d'emprisonnement ! Des journalistes rwandais s'insurgent déjà  contre une nouvelle loi qui criminalise la publication de caricatures des personnalités de l`Etat. La loi votée prévoit une peine de deux ans d'emprisonnement et une amende de plus de mille dollars contre les contrevenants qui osent caricaturer les autorités rwandaises et 7 ans, pour ceux qui s'hasarderaient à  croquer la personne du dictateur Paul Kagamé. Les législateurs rwandais considèrent comme une "humiliation" la publication de caricatures représentant les personnalités gouvernementales. Et avec des lois scélérates et liberticides, le Rwanda fait caser au secrétariat de la Francophonie, la plus Kagamiste de ses ministres: Louise Mushikiwabo !

Rien qu'avec les deux caricatures Réveil FM International risque 14 ans d'emprisonnement à  Kigali. Imaginez tous les journalistes et caricaturistes que le dictateur de Kigali aura à  faire face, même s'il réussi à  fourguer Louise Mushikiwabo à  l'OIF ! Paul Kagame, l'ogre de Kigali a été réélu à  la tête de son pays avec 98 % des voix en 2017, après une révision de la Constitution qui lui permet potentiellement de rester au pouvoir jusqu`en 2034.

Le XVIIe Sommet de la Francophonie tiendra ses assises du 11 au 12 octobre à  Erevan. à€ cette occasion, les États et Gouvernements membres choisiront le Secrétaire général pour les quatre prochaines années. La Rwandaise Louise Mushikiwabo est la seule qui se porte candidate pour succéder à  l`actuelle Secrétaire générale qui achève son mandat à  la tête de cette Organisation.

Depuis l`annonce de sa candidature, le 23 mai dernier par le Président Emmanuel Macron pour sceller le pacte qu`il espère avec le Président Paul Kagame, Louise Mushikiwabo n`a pas été très explicite sur ses ambitions réelles pour la Francophonie. L`actuelle ministre rwandaise des Affaires étrangères n`en avait que pour le rapprochement entre son pays et la France qu`elle n`a pourtant cessé de vilipender avec virulence autrefois.

Louise Mushikiwabo, la plus Kagamiste des ministes rwandais

L`idée d`Emmanuel Macron de présenter la candidature de Louise Mushikiwabo: "S`il y a une candidature africaine au poste de secrétaire générale de la Francophonie, elle aurait beaucoup de sens. Si elle était africaine et féminine, elle aurait encore plus de sens. Et donc, je crois qu`à  ce titre la Ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, a toutes les compétences pour exercer cette fonction.", Paul Kagame affirmant n`avoir jamais démarché en ce sens, non seulement crée beaucoup de remous dans le gotha politique français et international, mais également au sein de nombreuses associations de défense des droits humains, parmi lesquelles Reporters sans Frontières (RSF) qui a d`ailleurs fait une sortie médiatique remarquée pour dénoncer les restrictions à  la liberté de la presse et d`expression au Rwanda, Human Rights Watch, Amnistie internationale et combien d`enquêtes journalistiques qui dans leurs rapports dévoilent le cà´té sombre d`un régime brutal, répressif et dictatorial.

Michaà«lle Jean perd le Québec, un allié de taille

Pour un coup dur s'en est un. Durant la campagne électorale, François Legault avait refusé de donner son appui à  la réélection de Michaà«lle Jean à  la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Première femme à  diriger cette organisation, l`ancienne gouverneure générale du Canada a été au cœ“ur d`une controverse en raison de ses dépenses.

Les Québécois ont porté pour la première fois au pouvoir lundi la Coalition Avenir Québec, un parti nationaliste non indépendantiste qui souhaite réduire la taille de l'État et l`immigration, tournant la page de près de 15 ans de gouvernement libéral quasi ininterrompu.

``Aujourd`hui il y a beaucoup de Québécois qui ont mis de cà´té un débat qui nous a divisés pendant 50 ans». Pour la première fois depuis des décennies, la question de l`indépendance du Canada ne constituait pas un enjeu des élections au Québec. Et le nouveau Premier ministre de la province, François Legault, est un nationaliste non indépendantiste, cofondateur du parti Coalition Avenir Québec (CAQ).

Cet homme d`affaires multimillionnaire a promis ``un esprit de rassemblement, pour gouverner pour tous les Québécois», et a dit vouloir ``travailler pour un Québec fort au sein du Canada».

La CAQ disposera de la majorité absolue à  l`Assemblée nationale québécoise, avec 74 députés sur 125 selon des résultats préliminaires. Dans le précédent Parlement, dissous fin aoà»t, elle ne comptait que 21 sièges.

Le Premier ministre sortant, le libéral Philippe Couillard, a rapidement concédé sa défaite lundi soir et souhaité à  Legault ``tout le succès», depuis son fief du lac Saint-Jean.

Il s`agit d`un nouveau coup dur pour les Libéraux, la famille politique du Premier ministre fédéral Justin Trudeau. En juin ils avaient perdu l`Ontario, province la plus riche et la plus peuplée, au profit d`une autre formation conservatrice.

Le Canada organise des élections législatives dans un an, et le scrutin s`annonce incertain pour Trudeau, dans un contexte de montée du nationalisme.

Entre prospérité économique et quasi-plein emploi, la campagne électorale n`a guère passionné les 8,4 millions d`habitants de la Belle Province. La participation a été d`environ 67%, contre 71% en 2014 et 74% en 2012.

Pour la première fois en plus de 30 ans, la question de l`indépendance du Canada ne constituait pas un enjeu. Les partis favorables au fédéralisme canadien ont totalisé plus de 63% des suffrages.

Le prochain Premier ministre du Québec, François Legault, est un ancien ministre indépendantiste qui assure désormais ne plus vouloir se séparer d`Ottawa. Multimillionnaire, comptable de formation, il a fait fortune après avoir créé en 1986 la compagnie aérienne Air Transat.

La CAQ, qu`il a cofondée, promettait aux Québécois le ``changement», la fermeté sur l`immigration, dont il veut réduire les seuils pour mieux intégrer les nouveaux arrivants, et une meilleure gestion des finances publiques.

François Legault avait annoncé en campagne électorale vouloir, dès 2019, réduire de plus de 20% le nombre d`immigrants admis au Québec chaque année.

La Chambre de commerce de Montréal, la métropole du Québec qui concentre la moitié de la population et la majorité des immigrés, l`a exhorté lundi soir à  ``tenir compte de la nécessité d`élargir le bassin de main-d`œ“uvre qualifiée», alors que 100 000 emplois ne sont pas pourvus dans la province francophone, faute de candidats adéquats.

Lire la suite...

Partager sur : Partager