Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Modeste Mutinga

Fil des billets Fil des commentaires

jeudi 23 mai 2019

RDC: Momo Modeste Mutinga veut aider Fatshi à  déboulonner la Mafia !

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi dans ses œ“uvres

Faut-il se plier de rire et en mourir ? c`est l`hà´pital qui se moque de la charité. Par coterie tribale, pour aider Félix Tshilombo Bizimungu à  déboulonner le système de prédation, "Momo" Modeste Mutinga propose la création d`un Parquet national financier, pour non seulement lutter contre la corruption, mais aussi traquer tous les criminels économiques à  col blanc! A mourir de rire ! "Momo" Modeste Mutinga marche toujours avec ses deux jambes connues de tous: Fourberies et Roublardises, que peut-il proposer de bon! Sa loi sur mesure, d'impunité et des avantages faramineux, à  Alias Kabila était-il pour combattre la corruption ? "Momo" Modeste Mutinga n'a-t-il pas contribuer à  la descente d'enfer de la RDC? Les Congolais vivent avec moins d'un dollar par jour, ils se plaignent qu'Alias Kabila a droit à  680.000$ chaque mois. N'est-ce pas "Momo" Modeste Mutinga qui a octroyé à  Alias Kabila tant des avantages, comme ancien président ?

Président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) de 2002-2007, "Momo" Modeste Mutinga avait transformé cette institution d'appui à  la démocratie, en "Étouffoir des Libertés". "Momo" Modeste Mutinga avait muselé des journalistes, bà¢illonna des médias et opposants. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi ira jusqu'à  annuler le débat démocratique inscrit dans la Constitution qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, les deux candidats arrivés en lice pour le second tour de l'élection présidentielle Louis Michel 2006. Alias Kabila va le remercier en nommant "Momo" Modeste Mutinga, Rapporteur du Sénat ! Corrompu par régime en place, il va rendre l'ascenseur à  Alias Kabila et le protéger. Il doit tout à  Alias Kabila, il va pondre au Sénat “La loi Modeste Mutinga portant statut des anciens Chefs d`État élus". "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a concocté une loi sur mesure soi. Le comble est que des journalistes mendiants, "Coupagistes" et "Thuriféraires" ont encensé cette maudite loi, alors que "Momo" Modeste Mutinga, le ventriote-Libumucrate, est au chaudron de la mangeoire Kanambeïste depuis qu'il a été Président de la Haute Autorité des Médias (HAM) !

L`élection Louis Michel 2006, fut le premier hold-up électoral d'Alias Kabila. Celle du 28 novembre 2011, fut le second un hold-up électoral. La RDC n'a jamais connu une élection libre, démocratique et transparente. Et l'élection du 30 décembre 2018 a donné carrément lieu à  une NOMINATION ÉLECTORALE de Félix Tshilombo Bizimungu, due à  un mafieux deal.

Voici les 15 avantages matériels dont bénéficie Alias Joseph Kabila après son imposture à  la tête du pays:

1. L`ancien président de la République élu bénéficie mensuellement d`une pension spéciale exempte de tout impà´t. Celle-ci prend effet à  l`installation effective du nouveau président élu ;

2. D`une allocation annuelle pour services rendus à  la nation ;

3. D`une habitation décente fournie par l`État ou une indemnité de logement ;

4. D`un passeport diplomatique pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs ;

5. De deux véhicules dont un de fonction et un autre à  usage domestique ;

6. D`un service de sécurité doté de moyen logistique conséquent comprenant : - au moins 2 gardes du corps, - 3 éléments de sa suite et - une section chargée de la garde de sa résidence ;

7. D`un personnel domestique dont le nombre ne peut dépasser 10 personnes ;

8. Des locaux faisant office de bureaux pour lui-même et pour son secrétariat dont le nombre ne peut dépasser 6 personnes ;

9. D`une dotation mensuelle en carburant ;

10. D`une dotation mensuelle pour les frais de consommation d`eau, d`électricité et de téléphone ;

11. Des soins de santé au pays où à  l`étranger à  charge de la République, pour lui même, son conjoint et ses enfants mineurs ;

12. D`une rente de survie (mensuelle) pour son conjoint survivant non remarié, en cas de son décès ;

13. D`une rente d`orphelin (mensuelle) pour ses enfants mineurs, en cas de son décès ;

14. D`une allocation forfaitaire pour le conjoint survivant non remarié, en cas de son décès ;

15. D`une allocation forfaitaire pour les orphelins.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 10 juillet 2018

RDC: Loi d'impunité "Momo" Modeste Mutinga rend l'ascenseur à  Alias Joseph Kabila !

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi corrompu, fourbe et roublard

A quoi pense "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi lorsqu'il se rase le matin devant un miroir ? L'ancien gendarme de Mobutu, Tshisekediste pur sucre, qui a fini en Mammouth Joséphiste, lorsqu'il est chez le coiffeur pour sa boule à  zéro à  quoi pense-t-il ? Corrompu jusqu'à  la moelle épinière, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est fourbe, roublard et Grand requin. Il doit tout à  Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. C'est l'imposteur de Kingakati qui l'a nommé Président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) de 2002-2006. Institution d'appui à  la démocratie, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi la transformera en étouffoir des libertés. Il musela des journalistes, bà¢illonna des médias et opposants. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi ira jusqu'à  annuler le débat démocratique inscrit dans la Constitution qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, les deux candidats arrivés en lice pour le second tour de l'élection présidentielle Louis Michel 2006.

Voilà  un pauvre type devenu millionnaire du dimanche, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi quitta la parcelle familiale à  Ngaba, commune populeuse de Kinshasa, il commença à  rouler carrosse, à  s'acheter des appartements, se construire des villas...il a même un station service sur la route de Maluku !

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi fut nommé Rapporteur au Sénat pour le compte d'Alias Joseph Kabila. Le sénat godillot qui n'a jamais été renouvelé depuis 2006 est illégitime. Le Rapporteur du Sénat, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a démissionné le vendredi 18 septembre 2015 de son poste, suite à  un scandale. En effet, surnommer en Afrique du Sud "Momo" par la communauté gay locale, Modeste Mutinga Mutuishayi a fait l`objet d`une enquête, qui devrait aboutir à  son arrestation et a sa condamnation par la justice sud-africaine, au regard des différents éléments déjà  en possession des enquêteurs sud-africains : témoignages, relèves de comptes bancaires, écoutes téléphoniques etc…La gravité de l`accusation : `` proxénétisme homosexuel aggravé » ! "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été accusé d`entretenir un vaste réseau homosexuel en République sud-africaine. Il faut savoir que si l`homosexualité n`est pas un crime en RSA, le proxénétisme est en revanche un délit qui peut couter très cher a ceux qui le pratiquent au pays de Nelson Mandela.

La République démocratique du Congo a jamais livré -t-elle livrer son sénateur Modeste Mutuishayi dit "Momo" à  la justice sud-africaine. La raison ? C'est Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, l'imposteur de Kingakati qui est intervenu auprès du président affairiste, Jacob Zuma pour sauver la tête de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi ! Pour faire profil bas, "Momo" a été dégagé du poste de Rapporteur, Modeste Mutinga Mutuishayi est toujours sénateur !

Alors que le Congolais vit avec 1 dollar par jour, pour un pays aux immenses ressources...Alias Joseph Kabila qui est arrivé en 1997 au Congo-Kinshasa, avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, sans un un caillou dans ses poches...4 ans après, il a placé sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources ! Alias Joseph Kabila est un clandestin, un sans-papiers, homme débarque dans un pays sans pièce d'identité, qui ne parle aucune langue de ce pays, mais devient subitement président en République démocratique du Congo. Il a fait du Congo plus que le Nicaragua. Ce criminel politico-militaro-économique a planqué plus de 50 milliards de dollars dans les îles vierges britanniques. Un imposteur qui n'a jamais élu ! En 2006, c'est dans un char de la Monuc, flanqué d'un gilet pare-balles que Malu Malu, abbé tricheur de triste mémoire, est allé à  la RTNC pour proclamer les résultats du second tour de l'élection présidentielle Louis Michel 2006. Il y a eu morts d'homme dans la capitale Kinshasa. En 2011, il y a eu également un hold-up électoral orchestré par Daniel Ngoy Mulunda, pasteur fraudeur...C'est au Camp militaire Colonel Tshatshi qu'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale a prêté son second serment frauduleux.

Pour lui rendre l'ascenseur, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi lui concocte une loi sur mesure soi disant portant statut "des anciens présidents de la République élus" ! Le comble est que des journalistes mendiants, "Coupagistes" et thuriféraires affuble "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de titre de "Sénateur de l'opposition" alors le ventriote est au chaudron de la mangeoire Joséphiste depuis qu'il a été Président de la Haute Autorité des Médias (HAM) ! Mieux "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est un Mammouth du régime, qui aura contribué dans la descente à  l'enfer de la République démocratique du Congo pour son ventre. Avec un pillage systématique de ses ressources, une paupérisation aggravée de sa population, des atteintes massives aux droits humains, 12 millions de morts congolais, des enfants qui meurent de famine au Kasaï, à  l'Est de la République des Congolais sont devenus des réfugiés dans leur propre pays...voici les 15 avantages matériels dont Alias Joseph Kabila doit bénéficier après son imposture à  la tête du pays:

1. L`ancien président de la République élu bénéficie mensuellement d`une pension spéciale exempte de tout impà´t. Celle-ci prend effet à  l`installation effective du nouveau président élu ;

2. D`une allocation annuelle pour services rendus à  la nation ;

3. D`une habitation décente fournie par l`État ou une indemnité de logement ;

4. D`un passeport diplomatique pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs ;

5. De deux véhicules dont un de fonction et un autre à  usage domestique ;

6. D`un service de sécurité doté de moyen logistique conséquent comprenant :

- au moins 2 gardes du corps,

- 3 éléments de sa suite et

- une section chargée de la garde de sa résidence ;

7. D`un personnel domestique dont le nombre ne peut dépasser 10 personnes ;

8. Des locaux faisant office de bureaux pour lui-même et pour son secrétariat dont le nombre ne peut dépasser 6 personnes ;

9. D`une dotation mensuelle en carburant ;

10. D`une dotation mensuelle pour les frais de consommation d`eau, d`électricité et de téléphone ;

11. Des soins de santé au pays où à  l`étranger à  charge de la République, pour lui même, son conjoint et ses enfants mineurs ;

12. D`une rente de survie (mensuelle) pour son conjoint survivant non remarié, en cas de son décès ;

13. D`une rente d`orphelin (mensuelle) pour ses enfants mineurs, en cas de son décès ;

14. D`une allocation forfaitaire pour le conjoint survivant non remarié, en cas de son décès ;

15. D`une allocation forfaitaire pour les orphelins.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 13 mars 2018

Pudeurs de gazelle, "Momo" Modeste Mutinga crée son parti le "PDG" !

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard et grand requin

C'est rigolo mais cela ne fait rigoler tout le monde. Fourberies et roublardises sont des "pudeurs de gazelle" qui collent à  la peau de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, qui malgré ses casseroles retentissantes, vient de lancer son propre parti politique dénommé `` Parti démocrate pour la gouvernance » (PDG) ! Qui sonne comme l'autre PDG-"Parti démocratique gabonais", parti cher au dictateur Omar Bongo, qui n'est démocratique que le nom.

Congolais indignés, n'ont jamais oublié: la politique ne transforme pas un homme en voleur. C'est votre vote qui transforme un voleur en politicien ! La pourriture réside parmi des pseudo-élites, collabos repus et profito-situationnistes. Cette pourriture est grandiose, sournoise, nocive, machiavélique dans république bananière comme la République démocratique du Congo.

Connu pour être un fourbe, roublard et grand requin, l`ancien gendarme de Mobutu, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi prend les Congolais pour des niais ! Pourquoi le nom Parti démocrate pour la gouvernance de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est une imposture ? En voici les 5 raisons:

1. C'est Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui a sorti "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de la misère dans lequel il pataugeait et végétais. "Momo" doit tout à  Alias ! C'est alias joseph kabila qui a permis à  "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de quitter la bicoque familiale de Ngaba pour s'offrir une villa à  M'binza. C'est encore Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui a fait nommer "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, Rapporteur au Sénat, après avoir muselé des journalistes, bà¢illonné des médias et cloué le bec aux opposants avec la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM de 2002-2007. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi doit beaucoup à  Alias Joseph Kabila. Le parti démocrate pour la gouvernance ne peut-être qu'un parti satellitaire et appendice du Pprd-Parti-Etat. L'escroquerie politique de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a-t-elle un bon avenir devant elle ? Depuis qu'il est devenu baron et apparatchik du Joséphisme, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'est jamais retourné à  dans la parcelle familiale à  Ngaba, voisine de Makala. Lui qui a grandit et vécu avec l'eau des puits "Mayi Ya Mabulu" a un mépris cette commune populeuse qui l'a connu quand il était encore rien. Mettre le siège de son parti à  Ngaba serait une bonne façon de se rattraper.

2. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été le président de la fameuse "Haute Autorité des Médias"-HAM, lors de la transition de 2002-2007. Autocrate et prédateur de la liberté d'expression, il avait transformé cette institution d'appui de la démocratie, en étouffoir des libertés. Corrompu jusqu'à  la moelle épinière, contre espèces sonnantes et trébuchantes, dans un deal macabre, avec Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, "Momo" redevient un "Gendarme" sans foi ni loi. Il musela des journalistes, il bà¢illonna des médias et cloua des bec aux opposants...en toute impunité pour favoriser le candidat de Louis Michel et de la communauté internationale. Ventriote et ventripotent, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'a rien de patriote. Il est un vendu et corrompu. Dans sa mascarade, "Momo" a même eu le toupet de faire signer aux journaliste à  la Monuc, une "charte de bonne conduite" devant les ambassadeurs du Comité international d'accompagnement de la transition. Le CIAT était composé des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), de l'Afrique du Sud, de l'Angola, de la Belgique, du Canada, du Gabon, de la Zambie, de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Mission de l'ONU en RDC. Nulle part au monde, sauf dans des dictatures, on moutonne des journalistes, comme l'a voulu faire "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avec la HAM.

3. N'est-ce pas "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui avait annulé le débat démocratique inscrit dans la Constitution de la transition ? Débat qui devait qui devait opposer les deux candidats arrivés en lice, Jean-Pierre Bemba et alias Joseph Kabila, lors de l'élection Louis Michel 2006. A l'époque, 60 millions de Congolais ont été privés d'un débat démocratique. Leur droit de se choisir un président par rapport à  son programme, ses convictions politiques et la volonté de sortir la RDC des marasmes. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, pour son ventre, a bafoué ce droit légitime du peuple congolais. N'est-ce pas de l'amnésie et de la provocation de nommer son écurie mangériste: parti démocrate pour la gouvernance ?

4. C'est depuis 2007 que "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est sénateur et siège au palais du peuple. Sénat godillot et illégitime depuis des années, le pseudo-démocrate pour la gouvernance continue de siéger. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi comme les autres godillots sénateurs ont tripatouillé la Constitution pour passer de deux à  un tour pour l'élection présidentielle. Imaginez un président élu à  moins de 50%, a-t-il la légitimité ? Collabo, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'est qu'un accompagnateur du régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale depuis 17 ans. N'est-ce pas "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui a sorti toute une batterie d'arguments, qui est devenue une loi pour nommer Alias Joseph Kabila, sénateur à  vie malgré sa haute trahison des idéaux de la République, ses crimes politiques, économiques et sociales imprescriptibles. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est complice d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale et vice-versa.

5. Accusé par l'Afrique du Sud comme sénateur proxénète, n'est-ce pas Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui est intervenu auprès de Jacob Zuma, président Sud-africain pour sauver la tête de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de l'emprisonnement ? Oiseaux de même plumage volent en compagnie, des mafieux se tiennent par la barbichette.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 27 août 2007

RDC: Le Zapping Démocratique !

Il arrive qu'un pays très riche, bien doté par la nature-eau à  profusion, matières premières abondantes (y compris les plus précieuses et les plus recherchées), sites magnifiques-fasse vivre son peuple dans la pauvreté, ne connaisse que la déliquescence économique, cas de la République Démocratique du Congo. A l'inverse, un pays sans ressources et enclavé peut sans s'en sortir. Exemple: le Mali. Comme un homme ou une femme, un pays peut être doté par la nature et dilapider ses atouts; ou bien avoir peu d'atouts et en tirer le maximum. Mais, surtout, quels que soient ses atouts de départ un pays n'a de chance de réussir que s'il réunit pendant longtemps deux conditions: vivre en paix à  l'intérieur et avec ses voisins; et être bien géré. Le musellement des acteurs politiques et des médias est un signe de non démocratie d'un pays.

Entrer en démocratie ne peut se ramener à  faire trois pas hors de la dictature. C'est une doctrine différente. Entre les deux , il n'y a pas une différence de degré mais de nature; on ne change pas de pièce dans la maison , on change de maison et on détruit la première: on change de religion politique. Le passage à  la démocratie peut être l'oeuvre d'un homme ou d'une femme qui se donne cette conversion d'un pays et de sa classe politique comme projet: le roi Carlos d'Espagne, par exemple, restera dans l'histoire comme le réalisateur principal du passage de son pays à  la démocratie. Mais ce passage résulte plus souvent de la conjonction entre un climat extérieur favorable et le combat , à  l'intérieur, d'une partie de la classe politique.

La " Mutingasation " de Moïse Katumbi inquiète !

L'ex-président de la Haute Autorité des Médias, Modeste Mutinga aura excellé durant les trois années de la transition dans le musellement des acteurs politiques, des journalistes et des médias congolais. On aurait espéré que puisque son "deal" pour un poste après la transition avait réussi et qu'il a obtenu un maroquin au Sénat que ses méthodes étaient révolues. Mutinga continu à  faire des émules dans le paysage audiovisuel congolais. Il est inquiétant que Moïse Katumbi, champion toutes catégories, le légitime gouverneur de la province du Katanga soit musellé par la Rtnc et Digital Congo. L'histoire de la République Démocratique du Congo est en perpétuel bégaiement. Craignant d'être muselé, chaque acteur politique a ses médias au Congo-kinshasa, le phénomène " chaque homme politique son média" a pris de l'ampleur début 2006, quelques mois seulemnt avant les élections dites " libres, démocratiques et transparentes ". Jean Pierre Bemba est responsable de radio liberté, Canal Congo télévision et Canal Kin; Madame Cathérine nzuzi wa Mbombo, la présidente du Mpr-fait privé a global tv et radio; Azarias Ruberwa, président du RCD, et l'un des quatre vice- président de la République durant la transition est responsable d'Africa Tv et radio; Charles Okoto, le Ministre des Affaires étrangères de Mzée Laurent Désiré Kabila, Horizon 33; Roger Lumbala accusé de malversations, il fut remplacé au gouvernement par sa propre femme au ministère de l'économie extérieur, Lisanga Tv et radio; Mirador Tv et radio du député Ladi Luya ( groupe le palmares); Digital Tv, montée par un croate, Nicolas Vazonne, est proche de joseph Kabila via sa sœur jumelle; Rtg@ appartient au député Puis Mwabilu (groupe l'avenir ). Décriée par les professionnels des médias qui travaillent dans ces médias d'opinion. Les journalistes et animateurs deviennent les thuriféraires des acteurs politiques -propriétaires. Ce qui est dangéreux pour la démocratie. Soutenu par l'Union européenne , Institut Panos et le Gret, Modeste Mutinga, en plein exercice de sa présidence de la Haute Autorité des Médias (HAM), va monter ses propres médias: radio 7 et Canal 5. Habitué sans doute à  museler les autres et craignant d'être lui-même soumis aux méthodes stalinniennes du musellement. Pourquoi la RTNC qui a pour label " la télévision du peuple" et pour slogan " l'Eglise au milieu du village" peut-elle frapper d'embargo médiatique Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga?. Celui-là  même qui est sorti champion toutes catégories lors des élections législatives et provinciales en République Démocratique du Congo. Aucun député qui siège au parlement n'a égalé Moise Katumbi en nombre de voix électorales. Élu député , il a opté pour la territoriale afin de mieux servir sa province. Le zapping démocratique ne date pas d'aujourd'hui, lors de la Conférence nationale souveraine (CNS) n'en pouvant plus des critiques de sa politique, le Maréchal Mobutu avait ordonné que le car de retransmission de la RTNC quitte le Palais du peuple coupant le sifflet aux honorables et privant au peuple la possibilité de suivre en direct la conférence nationale dite souveraine. Le zapping médiatique et démocratique aura atteint son apothéose avec les méthodes dignes de la Gestapo appliquées par Modeste Mutinga durant la transition. L'autoritarisme dictatorial de Modeste Mutinga n'aura d'égal que le totalitarisme d'un prédateur de la liberté d'expression. Depuis la défunte deuxième République mobutienne jusqu'aujourd'hui, l'Office Zaïrois de Radiodiffusion et Télévision (OZRT) qui est devenu la Radio et Télévision Nationale Congolaise (RTNC) n'a jamais été un média public mais plutôt un média étatique du pouvoir. La réalité est celle là , faire semblant de s'offusquer serait faire preuve de naïveté et d'un manque de réalisme. Il y a pas un mois des syndicalistes de la RTNC avaient été arrêté puisqu'ils réclamaient leurs droits. Le diecteur de la RTNC, Kimpolongo, ne peut-il pas obstruer aux décisions du Ministre de la presse et information, Toussaint Tshilombo qui veut muselé Moise katumbi?. La dékatangasation du PPRD est-elle déjà  en marche?

Le Katanga fait partie de la RDC

Le Katanga revendique le 40% de recettes fiscales dus aux provinces. Et Moïse Katumbi qui a été élu à  unanimité gouverneur du Katanga a bien raison car cela est inscrit dans la constitution votée par les congolais. Le Katanga passe pour la province de référence en République Démocratique du Congo. Lubumbashi qui s'étend sur un plateau vallonné sur une superficie de 747 km2 est une ville très propre, moderne, dotée des infrastructures physiques importants. Lubumbashi est située à  114 km de Likasi, 306 Km de Kolwezi, 616 Km de Kamina et 2.916 Km de Kinshasa , la capitale. Ville cosmopolitaine, conviviale et pacifique, l'Unesco lui a décernée "le Prix Unesco Ville pour la paix 200-2001", distinction réservée à  raison d'une seule par continent aux villes qui ont développé entre autres cette qualité et ont mis en pratique au quotidien les principes d'une culture de paix et de cohésion sociale parmi les femmes et les hommes de toutes les origines, de diverses nationalités et croyances. Avec Moïse Katumbi Chapwe à  la tête de cette province, il y a une maximisation des recettes fiscales, les Katangais prennent à  cœur l'amélioration de leur environnement par les travaux de salubrité publique, le gouvernorat a pris les mesures d'interdiction d'exportation des minerais bruts; il y a un net appui à  la Regideso et la Snel pour la desserte en eau potable et électricité aux Lushois puis à  tous les katangais; Les routes sont en pleine constructions. La RTNC-Katanga , qui fonctionnait avec un matériel vétuste confisqué sous Mobutu au près des pères Salasiens du collège Imara, vient d'être dotée des équipements qui s'élevent à  500 mille dollars américains. Aucun gouverneur avant Moïse n'y avait pensé. Suite aux instructions de Kinshasa, le gouverneur est frappé d'embargo y compris à  la RTNC- Katanga. Il vient d'implanter aussi à  Lubumbashi Nyota-tv. Le statut d'un homme d'Etat est toujours donné à  ceux qui ont une vision claire pour leur peuple. Dommage que dans notre pays , les charlatans qui n'ont pas de vision veulent détourner l'attention du peuple. Etre riche est-il un crime?, aimer et servir son pays, des délits?. Mais où allons nous?.

La démocratie n'est pas la démocrature !

La démocratie est une finalité comme le développement. Pour y parvenir, il faut, c'est un truisme, en prendre le chemin et faire, dans la bonne direction, les premiers pas. La démocratie est aussi un apprentissage: comme de se tenir debout et de marcher pour un enfant, comme de nager ou de conduire une voiture; on hésite, on tombe, on coule ou on cale avant d'acquérir les automatismes de la fonction et de dominer ses règles...au point d'en faire une "seconde nature", de ne plus pouvoir oublier ni revenir en arrière. La démocratie, il faut la vouloir comme on veut le développement. Quand on est gouvernant, on devrait mettre un point d'honneur à  faire parcourir à  son peuple des pas décisifs vers la condition démocratique. C'est ce que Moïse Katumbi et son équipe essaye pour le Katanga. Car, il est aberrant par confort de pouvoir, un gouvernant refuse ce défi, et maintienne son peuple, décennie après décennie dans le sous-développement politique. Le Katanga a souvent été victime des charlatans et chantres qui n'ont jamais pensé à  son développement bien qu'on ne peut parler de scandale géologique de la RDC en excluant le Katanga.

La démocratie , stade supérieur du développement politique, se gagne et se mérite. Si elle appelle parfois le sacrifice, elle le vaut. Nous dénonçons l'embargo qui frappe Moïse katumbi, nous disons notre mépris aux tenants de l'arbitraire. Kinshasa n'est pas la République Démocratique du Congo, le Katanga est partie intégrante de celle-ci,comme les 10 autres provinces. Il faut être ignorant comme une carpe pour penser réellement museler et marginaliser les acteurs politiques du Katanga, même les autres acteurs des différentes provinces.

Lire la suite...

Partager sur : Partager