Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

dimanche 25 octobre 2020

RDC: Transition sans Tshilombo-Alias Kabila ou Martin Fayulu récupère son imperium!

RDC: Transition sans Tshilombo-Alias Kabila ou Martin Fayulu récupère son imperium!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Fayulu Mukwege 1.jpg, oct. 2020

freddy-mulongo-fayulu-mukwege-1Face aux diverses crises enchevêtrées: crise de légitimité, crise socio-économiques, crise... "«J’ai décidé d’entamer, dès la semaine prochaine, une série des contacts visant à consulter les acteurs politiques avec différents acteurs et ensembles représentatifs du pays pour créer une union sacrée de la nation », a-t-il annoncé, après avoir mis en garde : « aucun engagement politique ne saurait primer sur l’intérêt supérieur de la population… au terme des consultations que j’entame, je reviendrais vers vous pour vous faire part de mes conclusions qui n’excluront aucun cas de figure », la consultation des acteurs politiques proposée par Tshiombo dans son discours de six minutes, est un piège à cons. Par quelle magie Tshilombo peut-il prendre la décision de dissoudre l'Assemblée nationale et le Sénat où son allié le FCC a la majorité absolue ? Tshilombo prendra-t-il une décision qui va embraser le pays en se cachant derrière la consultation qui n'est pas coercitif. 

En septembre 2018, le Rév.Armand Mavinga Tsafunenga, un grand homme de culture et érudit. Homme de foi, de conviction et d'action, il a été le premier congolais dans une interview sur Réveil FM International en 2009, avoir clamé la transition sans Kabila en RDC. Sans la participation de la diaspora "Bana Bilaka", la RDC continuera à tourner en rond. Le Peuple Congolais et le République Démocratique du Congo vivent la plus grande crise après la seconde guerre mondiale. La Transition exceptionnelle et citoyenne sans Mr Joseph Kabila vise à trouver la solution la plus appropriée à la plus grande tragédie humaine de la deuxième moitié du XXème siècle et des premières décennies du XXIème siècle. La clé de la Transition exceptionnelle et citoyenne aboutie se trouve dans la diaspora congolaise et nulle part ailleurs. Tous les schémas qui sont montés visent à contourner, voire à écarter pur et simplement la diaspora congolaise de la gestion de la Transition citoyenne en République Démocratique du Congo par les ennemis du Peuple Congolais et de la République Démocratique du Congo. https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/300918/rdc-armand-mavinga-reaffirme-sa-vision-dune-transition-exceptionnelle-sans-kabila

Nous avons deux alternatives pour sauver le Grand Congo de Kimbangu: 

1. La transition sans Tshilombo-Alias Kabila-FCC

Tshilombo et Alias Kabila ont assassiné "l'Etat de droit" en République démocratique du Congo. Comme deux chiffonniers, ils sont alliés, voleurs de destin du peuple congolais mais se crêpent des chignons.  Le Congo est pris en otage par deux dealers politiques. Comment toucher Alias Kabila-FCC et son odieux deal diabolique avec Tshilombo ? La solution idoine est de démettre Tshilombo, qui est devenu un problème pour le Congo. Mettre Tshilombo sur la  touche, c'est faire tomber son alliance avec le FCC. Il faut que quelqu'un d'autre  prenne les règnes du pays, afin d’organiser le Grand Congo, pour les élections libres, démocratiques et transparentes futures. Le Dr; Denis Mukwege peut jouer ce rôle. Le prix Nobel de la paix n'a pas de parti politique, un consensus national et international peut se créer autour de sa personnalité. Tshilombo est un faussaire, qui a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale et sauver tous les criminels du FCC. En devenant un rempart pour des mafieux criminels, Tshilombo a rendu un mauvais service au pays. Il voulait marcher sur tapis rouge et s'enrichir. Il s'est arrangé pour voler le destin de tout un peuple à cause de sa ventre. Pour ce politicailleur patenté, le développement du Congo est la moindre de ses soucis. En deux ans, Tshilombo s'est enrichi et a été en vadrouille.  Aucune réalisation concrète, que des promesses farfelues et des actes anti-patriotiques. Tshilombo a même  monté coterie tribale et ses frères tribaux contre d'autres compatriotes Congolais. Tshilombo a injurié les Congolais de la diaspora de : "Ba Nyangalakata" à Bruxelles, "Ba Ndoki" à Paris et "Ba Combantaba " à Londres.  Tshilombo n'est pas digne de diriger le Congo. Lui et son allié Alias Kabila doivent dégager. 

2. Remettre l'imperium à Martin Fayulu gagnant de l'élection du 30 décembre 2018 ! 

Avec plus de 62%, c'est Martin Fayulu qui a gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Pacifiste, non-violent Fayulu s'est fait voler son élection par Angwalima Tshilombo dans son deal avec Alias Kabila. Fayulu mérite respect. Il n'a jamais usé de la violence pour récupérer son impérium. Il est vilipendé matins, midis et soirs. Les Bena Mpuka, Talibans et Ethno-Tribalistes lui ont collé une nationalité imaginaire: il est tantôt "Camerounais" voir "Sénégalais". Martin Fayulu est le seul qui a publié son programme de 100 jours. 

"Je suis d’abord un homme [à l'esprit] d’entreprise, c’est-à-dire, un haut-cadre du privé qui a fait ses preuves", a-t-il confié à VOA Afrique. "J’étais chez Mobil, qui est devenu Exxon Mobil. Je suis rentré au pays et j'ai investi dans le business pour me permettre de vivre décemment et de faire de la politique sans être corrompu, parce que l’intégrité pour moi est une valeur cardinale sur laquelle on ne peut pas transiger". Et s'il était élu, quelle serait la première action des cent premiers jours de Martin Fayulu ? "On doit décréter une urgence agricole", répond-il sans hésitation. "En 100 jours, les choses seront mises en place pour commencer les cultures de maïs, par exemple".Il poursuit : "Lutter contre la faim, c’est la clé, arrêter la corruption, c’est la clé. Et l’éducation. Ces quatre priorités pour nous, pour lancer le vaste programme que nous avons sur les infrastructures".

À l’occasion du 60ème anniversaire de l’Indépendance, Martin Fayulu  avait déclaré que le programme des 100 jours était un plan pour détourner les deniers publics. “Voilà que, en bons élèves, leurs complices dans le hold-up électoral de décembre 2018 nous présentent, dans la continuité, un feuilleton nauséabond sur le montage d’un plan de détournement massif des deniers publics, baptisé programme d’urgence des 100 jours”!

Homme de terrain en proximité avec le peuple congolais, Martin Fayulu se démarque de la classe politique congolaise corrompue, mangériste et toxique.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 26 septembre 2017

Le gynécologue Denis Mukwege est-il déjà  Président de la Transition sans Alias Joseph Kabila ?

Jaynet "Kabila" Mtwale et le gynécologue Denis Mukwege

Les indignés congolais refusent le bal des cocus pour la transition qui se profile à  l'horizon. Réveil FM International a toujours soutenu et défendu le gynécologue Denis Mukwege, en plusieurs occasions nous avons pris position pour l'homme qui répare les femmes et continuerons à  le faire en "Toute Liberté". Les maux dont souffrent la République démocratique sont-elles incurables ? La médiocrité, l`incompétence, la corruption comme mode de gouvernement, l`impunité, le détournement des deniers publics, les tueries extra-judiciaires, le génocide, la violation de notre territoire national, l'occupation étrangère et l'imposition le chà´mage la misère le pillage systématique de nos ressources naturelles, minérales et stratégiques. Face aux enjeux et défis de la refondation de la République démocratique du Congo, Denis Mukwege est-il l'homme de la situation ? Mille fois Non ! Dans un pays normal, Denis Mukwege avec ses prix et médailles internationaux jouerait bien le rà´le de représentation mais la RDC n'est pas un pays normal. Le régime mafieux d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale est une imposture.

Il faut détricoter les impostures, impunités et crimes pour remettre le Congo sur le rail. Ce n'est pas mission impossible, la volonté politique ne manque pas chez des patriotes et résistants congolais. L'heure n'est plus à  la complaisance, mais à  en découdre avec les anti-valeurs qui ont mené le Congo là  où il est aujourd'hui: en enfer ! La RDC est sous occupation pour permettre aux pillards et prédateurs qui pillent les richesses et ressources de répondre de leurs crimes. La transition doit être collégiale, une équipe bien rodée. Haro sur le pouvoir personnel autocratique comme on l'a vécu de 2003 à  2006. Et la transition ne sera plus une blanchisserie pour blanchir des criminels, seigneurs de guerre, mafieux...La transition 1+4=0 de triste mémoire a laissé des mauvais souvenirs: Où des mafieux criminels ont été introduits dans les institutions républicaines pour mieux les atomiser, notre armée fut brassée avec des bandits et criminels, aujourd'hui les Fardc sont une poubelle.

Voici les raisons qui jouent en défaveur du gynécologue Denis Mukwege:

1. Le gynécologue Denis Mukwege est porté à  bout de bras par les lobbyistes de Louis Michel avec sa Belgique Léopodienne, néo-colonialiste, raciste et esclavagiste.La Belgique et l`Occident ont trouvé en Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale l`homme lige, la potiche ! qui lui manquait au Congo pour tourner la page des années Mobutu Sese Seko et Laurent-Désiré Kabila. Deux dirigeants qui osèrent tenir tête à  la "condescendance coloniale" et au "diktat" en perdant cependant de vue que l`ingérence est la "fille" de la dépendance.

N'est-ce pas le même Louis Michel après avoir annoncé sur les ondes des médias internationaux l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila, profita de sa position du vice-Premier ministre Belge et ministre des Affaires étrangères et de la réforme institutionnelle de 1999 à  2004, puis du commissaire européen à  la recherche puis au Développement et à  l'Aide humanitaire dans la Commission Barroso pour mieux fabriquer l'imposteur-marionnette Alias Joseph Kabila, l'imposer au peuple congolais ? En 2001, après l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila, Louis Michel, de triste mémoire, et ses mafieux internationaux ont placé sur le trà´ne du Congo: un OVNI qu'ils ont catapulté pour mieux piller ses piller ses ressources. C'est Louis Michel qui a fabriqué l'imposteur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. Les congolais de la diaspora et ceux qui se battent à  l'intérieur du pays, ne doivent pas abdiquer ni se laisser voler leur lutte et combat par ceux qui n'ont pas semé et veulent déjà  récolter. N'est-ce pas le même Louis Michel qui fit des démarches en Belgique pour que l'imposteur et criminel s'exprime au Congrès belge pour encenser Léopold II, le génocidaire aux 10 millions de morts congolais et de reconnaître les bienfaits de la colonisation ?

Seize ans après, Big Loulou revient derrière une transition sans Kabila, proposition de la diaspora congolaise, d'Armand Mavinga en 2012, après le second hold-up électoral de novembre 2011 d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. Pour avoir un destin national en République démocratique du Congo, Denis Mukwege ne doit pas se la jouer perso. Pour être le Président de la Transition sans Kabila, sa légitimité viendra du peuple congolais mais aussi de la diaspora congolaise. Il doit prendre le temps de se faire connaître au Congo mais surtout de la diaspora. Pour le moment, on le voit sillonner le monde sauf de prendre le temps de mieux se faire connaître auprès de ses compatriotes. Il n'est jamais trop tard pour mieux faire.

2. Un pays ne change pas d'adresse tous les quatre matins. Le Rwanda demeurera éternellement le voisin de la République démocratique du Congo. Mais le Rwanda avec Paul Kagamé à  sa tête, est un pays agresseur, pilleur et receleur du Congo. Le Rwanda avec sa soldatesque a commis des crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Congo en pillant ses ressources. Les soudards Rwandais violent des femmes congolaises réparées par le gynécologue Denis Mukwege. Pourquoi ne dénonce-t-il jamais ces méfaits ? Denis Mukwege sillonne le monde, il prend ses vols internationaux à  Kigali au Rwanda. Il loge dans les hà´tels rwandais, comment peut-il avoir le courage de dénoncer le Rwanda pays receleur du Grand Congo ? Bill Clinton est le parrain de Paul Kagamé, Tony Blair son conseiller politique. Or ce sont les mêmes qui décernent prix et médailles au gynécologue Denis Mukwege.

A la loi de la force, nous voulons la force de la loi, pour la justice réparatrice juste dans la relation RDC-Rwanda. Paul Kagamé, devenu l'Hitler Africain avec ses crimes , montre ses biceps parce qu'il a des complices au Congo. Il faut couper l'herbe aux pieds des imposteurs. Le gynécologue Denis Mukwege n'est pas dans une démarche de réclamation-réparation du Rwanda pour ses crimes au Congo.

3. Les congolais ne sont plus dupes. Tués comme des moutons, 270.000 Rohingyas ont fui la Birmanie et se sont réfugies au Bangladesh. L`ONU est entrain d'exhorter Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix 1991 à  "montrer au monde que ce pour quoi elle s`est battue était une Birmanie libre et démocratique". Face au drame des Rohingya, l`icà´ne Aung San Suu Kyi, la Prix Nobel de la paix, chef du pouvoir civil en Birmanie, semble en plein déni face aux persécutions infligées à  la minorité musulmane. Le journaliste George Monbiot dénonce une trahison de la cheffe du gouvernement Birman Aung San Suu Kyi envers tous ceux qui l'ont soutenue pendant toute sa période de militantisme. George Monbiot a également appelé au retrait du prix Nobel de la paix qui lui a été décerné en 1991, suite au massacre de milliers de musulmans de la minorité des Rohingya. "Nous y avons mis nos espoirs. Son nom était synonyme de patience et de résilience face à  la souffrance, synonyme de courage et de détermination dans la lutte pour la liberté. Elle était une source d'inspiration pour nous tous." a-t-il écrit. Monbiot enchaîne avec la lutte qu'ont mené lui et ses amis pour la libération de San Suu Kyi de la dictature birmane à  l'époque.

En France, ils sont nombreux ceux qui ont refusé la légion d'honneur: Jean Paul Sartre, Guy de Maupassant, Bourvil, Simone de Beauvoir, Pierre et Marie Curie...

Notre compatriote Floribert Chebeya, l'icà´ne des droits de l'homme aurait pu avoir des prix et médailles pour le travail abattu en République démocratique du Congo. Né à  Bukavu, Chebeya s'était battu pour tous les congolais sans distinction de tribu ou d'ethnie. C'est lui avec la "Voix des Sans Voix" qui ont mis en exergue le massacre des Bundu Dia Kongo. Dommage, il a été assassiné par le régime d'Alias Joseph Kabila et Flory n'a jamais bénéficié d'un procès équitable.

Les prix et médailles internationaux de Denis Mukwege font honneur à  la RDC, suffisent-ils au gynécologue pour en faire un Présidence de la Transition sans Kabila? Si c'est le critère important que les lobbyistes belges retiennent, ils sont hors de la plaque. L'amour du Congo, le patriotisme et la résistance sont autant des critères, face aux adversités créées en toutes pièces par des prédateurs dévoiles et masqués doivent être des critères. L'important aujourd'hui n'est pas de remplacer l'imposteur-usurpateur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale sur le trà´ne du Congo. Le plus important est d'appliquer des propositions des alternatives pour sortir le Congo du chaos et le remettre sur le rail. Avec ses ressources et potentialités humaines, la RDC n'a plus à  être la queue des Nations. Il faut en faire un pays émergent, qui respecte et nourrit son peuple.

Il devient inacceptable que les ressources du Congo ne puissent pas bénéficier aux congolais. Que ces derniers soient clochardisés, chosifiés et que ceux qui sont venus avec des bottes de jardinier et kalachnikov en bandoulière soient devenus des milliardaires. face à  la dictature, aux crimes et pillages du Congo. C'est pourquoi une bonne transition est celle qui intègre ses filles et fils qui luttent pour un Congo nouveau, plutà´t qu'un parachutage par ceux-là  mêmes qui se sont goinfrés avec le régime d'imposture qui sévit au Congo et veulent sa continuité.

Lire la suite...

Partager sur : Partager