Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Noël Kilomba

Fil des billets Fil des commentaires

jeudi 13 juin 2019

RDC: Cour Constitutionnelle, Noël Kilomba Ngozi fabricateur des députés invalidés !

Noël Kilomba Ngozi (au centre), un juge controversé de la Cour Constitutionnelle

Les Américains ont commis l'erreur de ne condamner que Benoit Lwamba, président de la Cour Constitutionnelle pour corruption. La Haute Cour est devenue une pourriture. Sa putréfaction empeste toute la République, avec des invalidations fabriquées contre les députés élus de l'opposition.

"Dauphin" de Benoit Lwamba, Noël Kilomba Ngozi, né le 25 décembre 1966 à  Shabunda, à  53 ans, il est l'Archange de la corruption. C'est lui l'homme orchestre et coordonnateur des invalidations nocturnes. Cupide, ce juge godillot, qui a l'air d'un Schtroumpf, avec sa toge bleue et ses gants blancs, est le plus corrompu de la Honte Cour. Il réclame entre 250.000 à  500.000 dollars à  chaque député pour stopper une invalidation. Ses services exigent aux députés de vendre maisons et véhicules pour éviter les invalidations.

Homme de main d'Alias Kabila, Noà«l Kilomba Ngozi est l'un de farouches juges bleus, qui a contribué au refus du recours de récomptage des voix par le candidat N° 4, Martin Fayulu, président élu et gagnant de l'élection chaotique et boutiquée du 30 décembre 2018. Il a contribué à  la nomination de Félix Pétain Bizimungu Tshilombo. Il est "Intouchable" car le président Quado, masque et bouclier d'Alias Kabila, lui doit sa NOMINATION ÉLECTORALE. Félix Pétain Bizimungu Tshilombo qui sait que le jour de la signature de son deal avec Alias Kabila...Alexis Thambwe Mwamba, Néhemie Mwilanja Wilondja et même Noà«l Kilomba Ngozi étaient présents. Le deal est sa prise en otage. Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est un otage d'un clan mafieux. Il ne pipe mot car il est prisonnier de son deal odieux, pour contourner le peuple congolais. Tshilombo a bénéficié d'une nomination électorale qui n'est pas une élection. Il n'est pas légitime. Imposteur et usurpateur, il doit démissionner.

D'octobre 1999 jusqu'en 2003, il était juge au Tribunal de Grande Instance de Kananga. Désargenté, Noël Kilomba Ngozi, était connu pour son vélo noir, que lui avait été offert par une Ong internationale pour lui faciliter ses déplacements. Dire que, de mai 1998 à  octobre 1999, Noël Kilomba Ngozi a été animateur de la tranche "Droit à  la porté" de l'émission "cocktail du savoir", chaque vendredi à  la Radio Télévision Nationale Congolaise-RTNC, après le journal télévisé de 20 heures. Incroyable que l'on parle du droit à  la Télé et que l'on ne s'applique pas à  soi-même.

Devenu juge ripou à  la Cour Constitutionnelle, Noël Kilomba Ngozi demande des sommes faramineuses aux députés. Des journalistes devenus sont parmi ses premiers victimes. Pardieu, dans un pays où un congolais vit avec moins de 1 dollar jour. Les députés de l'opposition ont été élus par le peuple congolais.

En février dernier, nous fustigions ce juge qui se comporte en loup lettré contre la République. La Cour Constitutionnelle de la RDC est la seule au monde qui rend ses arrêts la nuit, pendant que le peuple dort et le drapeau du Congo ne flotte pas encore sur son territoire.

https://blogs.mediapart.fr/…/cour-constitutionnelle-le-juge…

Le peuple congolais doit comprendre qu'il est le souverain primaire. Les juges Américains de la Cour Constitutionnelle sont votés par le peuple. Faut-il en a arriver là  en RDC ? Si les juges de la Cour Constitutionnelle sont corrompus, c'est parce qu'il y a des corrupteurs. Chers Députés ne tombaient pas dans le piège de la corruption. Résistez à  la corruption, cela y va de votre dignité et crédibilité.

Noël Kilomba Ngozi peut-être joint à  ces numéros: +243 997343857, +243 818497926, +243 899122303 E-mail: noelkilomba@hotmail.com et noelkilomba@gmail.com

La Cour Constitutionnelle est devenue le clone de la fameuse Cour Suprême de la dictature de Mobutu. La honte cour ou Cour corruptionnelle, un trio y règne en corrompus: Benoit Lwamba, président de la Cour Constitutionnelle déjà  sanctionné par les Etats-Unis, Kaozi Lumuanga, son directeur de cabinet et Noël Kilomba Ngozi, le dauphin de Benoit Lwamba.

Lire la suite...

Partager sur : Partager