Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Norbert Zongo

Fil des billets Fil des commentaires

jeudi 15 novembre 2018

RDC: Vital Kamerheon et Félix Tshilombo, deux dauphins de l'imposteur Kabila !

Vital Kamerheon et Félix Tshilombo, deux politicailleurs girouettes et versatiles au service d'Alias Joseph Kabila

Kofi Annan a été le septième Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies de janvier 1997 à  décembre 2006. Prix Nobel de la paix 2001, il était le fondateur et le président de la Fondation Kofi Annan, ainsi que le président de The Elders, une organisation internationale fondée par Nelson Mandela. A Genève, la fondation Kofi Annan a fait du bon travail pour sensibiliser, les opposants congolais contre le démon de la division, la réussite dans l'unité. De ce qui ressort de nos fins limiers: Il y a eu 4 vérités entre les 7 candidats de l'opposition à  la primaire à  Genève. Il s'avère que Félix Tshilombo et Vital Kamerhéon Rwakanyasigize ont été démasqués avec preuves à  l'appui comme deux taupes d'Alias Joseph Kabila au sein de l'opposition. Le retrait de signature de deux bouffons-troubadours de l'opposition n'est qu'une fuite en avant. Ils se sont sentis humilier face à  d'autres opposants.

Vital Kamerheon et Félix Tshilombo, les deux Mabumucrates sont très liés !

Nous apprenons que Félix Tshilombo a présenté un faux diplà´me à  la CENI. Le régime de Kinshasa l'agrippe à  cause de ça. Il est validé par la CENI et la Cour Constitutionnelle mais son invalidation peut intervenir à  n'importe quel moment durant la campagne électorale. Le président de l'Udps est très lié à  Vital Kamerheon Rwakanyasigize par sa femme, qui serait une parenté du président de l'UNC. C'est Vital Kamerheon Rwakanyasigize qui a introduit Félix Tshilombo chez Alias Joseph Kabila. Les deux perçoivent de l'argent directement de l'imposteur-usurpateur qui trà´ne par défi sur le Congo. Ils étaient à  Genève pour torpiller la candidature commun de l'opposition.

Félix Tshilombo et Vital Kamerheon, deux fourbes-bouffons au service de l'occupation

Alias Joseph Kabila Kanambe Kazemebere Mtwale a sorti de sa poche en dernière minute de sa poche son fameux "Dauphin": Emmanuel Razamani Shadary. Alors que dans la majorité présidentielle, plusieurs cadres: Matata Ponyo, Aubin Minaku, Henri Mova Sakany et d'autres auraient pu se prévaloir de mieux incarner le dauphinat. Comment Emmanuel Ramazani Shadary peut-il être dauphin du régime d'imposture et d'occupation d'Alias Joseph Kabila alors qu'il est sur la liste des sanctionnés de l'Union européenne et des Etats-Unis ? Au fait le dauphin d'Alias Joseph Kabila est Vital Kamerheon Rwakanyasigize comment et pourquoi ? Le Président de l'UNC est le seul qui a garanti la protection à  Alias Joseph Kabila. Pas les autres qui peuvent céder aux pressions internationales.

Vital Kamerheon et Félix Tshilombo, deux Collabos-Traîtres au service d'Alias Joseph Kabila

Vital Kamerheon Rwakanyasigize est l'homme sà»r pour l'avenir d'Alias Joseph Kabila. Avec son faux diplà´me fabriqué, le régime a pris l'option d'invalider Félix Tshilombo le plus tard possible. Ce qui laisserait le boulevard à  Vital Kamerheon Rwakanyasigize. C'est le président de l'UNC qui est le vrai dauphin d'Alias Joseph Kabila. Félix Tshilombo de l'UDPS n'est qu'un leurre. Les deux candidats taupes de l'opposition : Vital Kamerheon Rwakanyasigize et Félix Tshilombo sont les deux vrais dauphins d'Alias Joseph Kabila dans l'opposition. Félix Tshilombo passe en premier mais c'est Vital Kamerheon Rwakanyasigize qui va prendre. Ce dernier est fourbe, grand requin, il parle plusieurs langues et dialectes du Congo. Lorsqu'il est allé à  la cité de l'Union africaine avec le Togolais Edem Kodjo comme Facilitateur pour devenir le Premier ministre d'Alias Joseph Kabila, il n'a pas demandé à  sa base de l'UNC. Vital Kamerheon Rwakanyasigize est un Kamikase-Conquistador pour sauver la tête d'Alias Joseph Kabila. C'est lui son vrai dauphin, pas Emmanuel Ramazani Shadary.

Ernest Wamba dia Wamba, président putatif du RCD-Goma

Souvenons-nous, le 2 aoà»t 1998, des mutins auto-proclamés "Banyamulenge", non contents de la décision de M'zée Laurent-Désiré Kabila de faire partir les troupes rwandaises du pays; craignant, semble-t-il, pour leur sécurité, vont entrer en rébellion. Le Rwanda et l`Ouganda leur apporteront "une assistance" immédiate. Un groupe armé et organisé était constitué: le Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD), le plus meurtrier et criminel. Ce groupe prit rapidement le contrà´le des ressources minérales des provinces orientales du pays, et prit pour centre de ses opérations la ville de Goma. Le RCD prit également le contrà´le des villes de Bukavu et Uvira au Kivu. Le gouvernement rwandais, constitué de Tutsis et allié avec l`Ouganda, et avec la bienveillance du Burundi, occupa une portion du nord-est du Congo.

Qui dit le Rassemblement Congolais pour la Démocratie-RCD-Goma dit la rébellion rwandaise d`anciens mobutistes, le plus grand mouvement rebelle avec massacres et crimes contre l'humanité au Congo. Le peuple congolais a été floué. Les Rwandais ont mis en avant, Ernest Wambia dia Wamba fut le premier président, puis vient Arthur Z`Ahidi Ngoma. La parole était donné aux Congolais: Lunda Bululu, Kalala Shambuyi, Thambwe Mwamba, Lambert Mende etc...A quelques mois du dialogue inter-congolais de Sun-City en Afrique du Sud: Azarias Ruberwa est devenu officiellement le président du RCD-Goma. Il a été Vice-président de la République, chargé de la Commission politique, défense et sécurité de juin 2003 à  décembre 2006, dans le gouvernement 1+4=0. Azarias Ruberwa comme tous les autres criminels du RCD-Goma écument les institutions de la République après des crimes, massacres et tueries des populations congolaises.

Emmanuel Ramazani Shadary n'est pas le vrai dauphin d'Alias Joseph Kabila. Ses vrais dauphins sont: Félix Tshilombo et Vital Kamerheon Rwakanyasigize de l'opposition. Invalidé en dernière minute pour faux diplà´me, Félix Tshilombo va laisser la place à  Vital Kamerheon Rwakanyasigize. Le vrai dauphin.

En temps de guerre, c est le général qui commande ces troupes. Et non les troupes qui dirigent le général. C'est le leader qui dirige sa base et non le contraire. C'est la conviction du leader qui dirige la base. Dans leurs fourberies Félix Tshilombo et Vital Kamerheon Rwakanyasigize ont clamé l'histoire de la base pour retirer leurs signatures, simplement parce que ce qui s'est passé à  Genève, avec la Fondation Kofi Annan, n'était pas dans leur schéma de collaboration avec le régime d'Alias Joseph Kabila.

Vital Kamerheon Rwakanyasigize rappelle souvent qu'il a démissionné du perchoir de l'Assemblée nationale parce que l'armée rwandaise était entré au Congo. Mais c'est uniquement parce que la soldatesque rwandaise pourchassée à  l'Est de la République des interahamwe qui sont des Hutus. La veille de l'arrestation de Jean-Claude Muyambo Mwakassa n'était-il pas avec Vital Kamerheon Rwakanyasigize ? A-t-on déjà  entendu Vital Kamerheon Rwakanyasigize réclamé la libération des prisonniers personnels d'Alias Joseph Kabila en commençant par Eugène Diomi Ndongala et les autres ? Comment peut-on être cynique jusqu'à  dire que les prisonniers sortiront une fois que nous serons au pouvoir ? Dans l'entre temps, ils peuvent crever !

Quant à  Félix Tshilombo, il suffit de gonfler les joues pour se clamer charismatique. Ce dernier ne se transmet pas de père en fils dans les ADN. Il y a un travail de longue haleine à  faire. Ramasser le parti de son père, se faire nuitamment comme à  la Douma soviétique, être tout seul comme candidat ne contribue pas à  la démocratie. D'où proviennent toutes ces richesses que tu étales aujourd'hui, si ce n'est que tu es corrompu ? Le peuple congolais vit avec moins d'un dollar par jour et toi tu dis que l'Udps est le parti du peuple mais proviennent cet argent ? Tu es au service d'Alias Joseph Kabila. Tu marchandes l'enterrement de ton père pour un poste politique ! De quelle race d'homme est-tu ? Tu es indigne de présider le Congo !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 30 octobre 2017

Burkina Faso: 19 ans après, François Compaoré interpellé à  Roissy dans l`affaire Norbert Zongo !

Le journaliste Norbert Zongo a été assassiné sous le régime Compaoré. 19 ans après ce odieux crime, 19 ans aussi que les commanditaires de sa mort couraient et circulaient tranquillement, librement et en toute impunité...le frère de l`ancien président Burkinabé est inculpé d``` incitation à  assassinat » dans l`affaire du journaliste tué en 1998, alors qu`il enquêtait sur la mort de son chauffeur.

François Compaoré est sous le coup d`un mandat d`arrêt international depuis le mois de mai, poursuivi pour `` incitation à  assassinat » dans le cadre de l`enquête sur l`assassinat du journaliste d`investigation burkinabé Norbert Zongo.

Il effectuait régulièrement des allers-retours entre la Cà´te d`Ivoire et la France. C`est finalement à  l`arrivée d`un de ces vols que François Compaoré s`est vu `` notifier » son mandat d`arrêt international, dimanche 29 octobre au matin, à  l`aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

Meurtre de Norbert Zongo, RSF appelle la France à  accepter la demande d`extradition de François Campaoré

Reporters sans frontières (RSF) salue l`arrestation de François Compaoré, qui était visé par un mandat d`arrêt international dan le cadre de l`enquête de l'assassinat du journaliste Norbert Zongo au Burkina Faso, et appelle à  son extradition pour permettre à  la justice burkinabé de faire toute la lumière sur ce dossier.

Le frère cadet du président déchu burkinabè Blaise Compaoré est réclamé par la justice burkinabé depuis mai 2017, dans le cadre de l'enquête sur l`assassinat en 1998 du célèbre journaliste d'investigation Norbert Zongo. Poursuivi pour "incitation à  assassinats", François Compaoré, 63 ans, qui réside désormais en Cà´te d'Ivoire, est arrivé à  Paris dimanche 29 octobre. C`est à  sa descente d`avion à  l`aéroport Roissy Charles de Gaulle, qu`il s'est vu notifier son mandat d'arrêt.

“Près de 19 ans après les faits, il est plus que temps que la justice burkinabé puisse mener à  bien son travail d`enquête et faire toute la vérité sur cet assassinat odieux, estime RSF. C`est pour cela que nous comptons sur la diligence de la justice et des autorités françaises pour répondre à  la demande d`extradition du Burkina Faso, afin que François Compaoré réponde au plus vite aux questions de la justice de son pays. Les Burkinabé ont le droit de savoir pourquoi et qui a commandité l`exécution de Norbert Zongo. Cette affaire est une quête de vérité et de justice pas seulement pour les proches du journaliste assassiné, mais aussi plus largement pour l`ensemble de la population qui souhaite en terminer avec l`impunité de l`ère Compaoré.”

Le corps du journaliste d`investigation de l`hebdomadaire L`Indépendant avait été retrouvé criblé de balles et calciné le 13 décembre 1998 dans sa voiture à  une centaine de kilomètres de Ouagadougou. Il enquêtait alors sur la mort en détention du chauffeur de François Compaoré, frère et conseiller du président aujourd`hui déchu, Blaise Compaoré.

RSF, qui a participé à  la première commission d`enquête en décembre 1998, n`a eu de cesse de dénoncer les pressions politiques pour étouffer cette affaire, qui avaient mené à  la prononciation d`un non-lieu en 2006. L`enquête a été rouverte en mars 2015, pendant la transition politique qui a suivi la chute du président Compaoré au pouvoir durant 27 ans.

Lire la suite...

Partager sur : Partager