Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mardi 26 mai 2020

RDC: Le silence assourdissant de Jean-Pierre Bemba et ballet diplomatique à sa résidence doit interpeller !

RDC: Le silence assourdissant de Jean-Pierre Bemba et ballet diplomatique à sa résidence doit interpeller !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Bemba 1.jpg, mai 2020

Jean-Pierre Bemba aura beaucoup déçu le peuple congolais qui l'a aussi beaucoup pardonné. Dans la situation actuelle de la RDC, où Alias Kabila a placé son pantin-marionnette à la tête du Congo pour mieux le manipuler, que peut JP Bemba ?

Il est le Seigneur de guerre, que ses fourmis rouges avaient mis en débandade les ampicilines d'Alias Kabila, après la proclamation de faux résultats de l'abbé Apollinaire Malu Malu lors de l'élection Louis Michel 2006. Jean-Pierre Bemba avait accepté l'inacceptable. Après un entretien avec Louis michel dans sa résidence à Bruxelles, il a été cueilli par la police belge pour la Cour Pénale Internationale (CPI). Après 10 ans d'emprisonnement, il est rentré à Kinshasa et a été empêché d'aller dormir dans la résidence familiale. C'est sur une chaise qu'il a passé sa première nuit après son retour.

Ayant accepté que le Sénat congolais lui paye son argent, Bemba a retrouvé son poste de Sénateur, il a reconnu illicitement la légitimité d'Alias kabila.

Depuis la nomination d'Angwalima tshilombo Tshintuntu Tshifueba comme président nommé, les choses vont de mal en pire. Jean-Pierre Bemba vient d'essuyer une fin de non recevoir pour le paiement de ses frais de rétention à la CPI.

Qu'augure le ballet diplomatique à la résidence de Jean-pierre Bemba à Kinshasa. JP Bemba est-il l'homme de la situation actuelle où Angwalima Tshilombo et Alias Kabila sont en guerre déclarée ? Pourquoi tous ces ambassadeurs chez Jean-Pierre Bemba ? Avec son carnet d'adresse de Seigneur de guerre, il est le seul qui peut en découdre avec Alias Kabila. En a-t-il le courage et la volonté ? Il faut un "Coupage" spécial pour Jean-Pierre Bemba, il finira par enfiler son treillis militaire ! la solution du Congo est dans le problème du Congo.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 25 mai 2020

RDC: La Zombification de Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba", 20 morts déjà de ses conseillers et proches à sa présidence usurpée-zombifiée !

RDC: La Zombification de Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba", 20 morts déjà de ses conseillers et proches à sa présidence usurpée-zombifiée !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 50.jpg, mai 2020

Le Coronavirus-Covid 19 terrorise moins en République démocratique du Congo que la présidence usurpée et zombifiée d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba". Les Congolais ont très peur de la présidence de la mort.

Les conseillés tribaux, tous des Bena Mpuka, tous des Kasaïens-Luba tombent comme des mouches à la présidence de la République. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est aphone, muet, sourd et apathique. Depuis le crash de l'Antonov AN-72 qui s'est écrasé le 10 octobre 2019, demeure un mystère jusqu'aujourd'hui: pas de plan de vol, la boîte noire a disparu, le nombre de passagers n'est toujours pas connu. Il n'y a jamais eu de deuil national ni de drapeau mis en berne pour ces congolais disparus.

La mort rôde autour d'Angwalima Tshilombo. 20 morts déjà de ses proches, que le tribaliste patenté a nommé à sa présidence usurpée. C'est seulement à la mort de ses conseillers on commence à apprendre que tel était son cousin, tel autre son neveu, tel autre membre de sa famille...On n'y croit pas de tout ce que l'entend. Hier encore, deux autres de ses conseillers ont passé l'arme à gauche.

Inutile de citer les noms, le chapelet est long à dégainer. Le silence assourdissant d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" prouve que le président nommé soit un zombi plongé dans un état cataleptique. Tshilombo est privé de son âme. Est-il drogué pour mieux le décerveler ?
Tshintuntu-Tshifueba agit en Angwalima !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 19 mai 2020

Médias: De quel droit Marie-Soleil Frère fait-elle pression sur Mediapart ?

Médias: De quel droit Marie-Soleil Frère fait-elle pression sur Mediapart ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

mariesoleilfrere-espionne10.jpg, mai 2020

Pour qui se prend-t-elle ? Marie-Soleil Frère, la Belge autoproclamée experte des médias congolais et africains, pour qui se prend-t-elle pour faire pression sur Mediapart pour dé-publier mon article : "RDC: Marie-Soleil Frère désinforme et discrimine les médias congolais" ! Marie-Soleil Frère se donne le rôle de donneuse de leçons aux journalistes, elle la belge Léopoldienne.

mariesoleilfrere-espionne-1

Nous récusons à Marie-Soleil Frère sa prétention ignominieuse de s'autoproclamer "Experte des médias congolais et africains". Que la République démocratique du Congo ait été la propriété de Léopold II, Roi des Belges, sanguinaire et génocidaire du peuple congolais, cela ne donne pas droit à Marie-Soleil Frère d'être condescendante, méprisante et diffamante des journalistes congolais qui risquent chaque jour leur pour tenir la plume, le micro et la caméra. La RDC n'est pas une démocratie. Les journalistes Congolais dans les plus grandes de journalistes du monde n'ont pas besoin d'une donneuse de leçon , belge de surcroît qui se croit tout permis. Pourquoi Marie-Soleil Frère n'écrit jamais sur les médias ni les journalistes belges ? Veut-elle nous faire croire , que la petite belge est le paradis sur terre ? 

Notre incompréhension  est à son comble. Comment Marie-Soleil Frère ose-t-elle faire pression sur Mediapart pour dépublier notre article: "RDC: Marie-Soleil Frère désinforme et discrimine les médias congolais" ! Elle qui passe son temps à critiquer des journalistes congolais et Africains n'a pas droit à la critique ? N'est-ce pas une atteinte flagrante à notre liberté d'expression ?  La Belge Marie Soleil Frère écrit à Mediapart pour museler Freddy Mulongo ! 

Pourquoi la belge, Marie-Soleil Frère n'a-t-elle pas daigné réclamer un droit de réponse si elle s'est sentie lésée ? Pourquoi n'a-t-elle pas porte plainte contre Freddy Mulongo-Réveil FM international pour notre article ? Marie-Soleil Frère croit peut-être que Freddy Mulongo est un esclave de Léopold II et que elle en tant que belge peut tout se permettre. Pourquoi est-elle allergique à la critique, elle qui passe son temps à critiquer des journalistes et médias africains ? 

En plus,  notre article censuré date du 3 novembre 2007. C'est bien écrit dans le chapô de l'article. En mars 2007, Marie-Soleil Frère était à Kinshasa en république démocratique du Congo pour le compte de l'Institut Panos Paris qui a disparu et fermé ses portes à Paris. Marie-Soleil Frère peut-elle devant les juges dire qu'elle ne me connait pas ? Qu'elle ne m'a jamais rencontré au Congo ? Qui diffame qui ? Marie-Soleil Frère veut s'appuyer sur Mediapart pour censurer un journaliste africain ? Doit-on ou non parler du néo-colonialisme ? 

Nous republions notre article et laissons à nos lecteurs ainsi qu'aux professionnels de médias de juger en quoi notre article est diffamant pour l'autoproclamée experte des médias congolais et africains. 

RDC: Marie-Soleil Frère désinforme et discrimine les médias congolais !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

mariesoleilfrere-espionne-1

C'est un article de Réveil FM international du 3 novembre 2007, que nous republions. Payée par l'institut Panos Paris, qui a disparu et fermé ses portes, Marie-Soleil Frère choisi un prisme déformant, un traitement tendancieux et une vision manichéenne occidentalisée pour écrire et présenter les médias congolais. Les articles de Marie Soleil Frère sont condescendants et méprisants.

 

Elle a choisi un prisme déformant, un traitement tendancieux et une vision manichéenne occidentalisée pour écrire et présenter les médias congolais. Les articles de Marie Soleil Frère sont condescendants, avec un mépris pour le travail des
journalistes congolais. Il faut arrêter de parler à la place des autres sans jamais se mettre soi-même en question. De même dans une démocratie, on n'admettrait pas qu'un seul parti politique s'exprime; on ne devrait pas admettre que les seuls "spécialistes autoproclamés" sur l'Afrique aient la parole, écrivent sur le continent africain.

Rarement continent n'a fait autant l'objet d'appropriation de la part des occidentaux. Que ce soit du point de vue humain- avec l' exploitation des populations, matériel- avec les pillages des ressources ou du point de vue de l'imaginaire, l'Afrique constitue un terrain particulier que les étrangers se permettent d'investir, d'exploiter, de commenter et sur lequel ils n'hésitent pas à porter des jugements de valeurs, positifs ou négatifs. Le continent noir demeure objet et non sujet de ces récits ou analyses qui le concernent au premier chef. On se permet avec l'Afrique ce qu'on ne se permettrait avec aucune partie du globe.

17 ans déjà !

Depuis le discours du 24 avril 1990 du maréchal Mobutu à la cité de la N'selé proclamant la démocratie au pays de Patrice Emery Lumumba. Ce jour- là, le " père de la nation zairoise " fondait publiquement en larmes, en démissionnant officiellement de ses fonctions du Président du MPR, Parti-Etat. Le "comprenez mon émotion" qui fut la fin du pouvoir de coup d'Etat du 24 novembre 1965, était aussi la fin du monopole de la voix de son Maitre. A Kinshasa, la première radio privée à émettre fut la Radio Sango Malamu en 1993, la radio catholique Elykia deux ans plus tard. Le pluralisme médiatique de la République Démocratique du Congo avec ses 74 chaines de télévisions, 200 titres de presse déclarés, 160 stations reparties sur l'ensemble du territoire congolais ne doit pas être considéré comme offert par le pouvoir politique aux congolais; mais ce pluralisme acquis au prix de beaucoup de sacrifices, de privations, d' arrestations et emprisonnements, de répressions politiques et administratives, d' assassinats. Accepter de minimiser comme le fait Marie Soleil-Frère, est un mépris contre le travail des professionnels des médias congolais qui travaillent dans une situation de précarité et d'insécurité croissante.

Classification biaisée et dangereuse

La classification de Marie Soleil-Frère est édulcorée, partisane et acerbe . Elle stigmatise les journaux kinois en les regroupant en 3
catégories: " D'une part les " pro-kabila" appartenant en général à des députés proches de la famille politique du président de la République: l'Avenir ( de Pius Muabilu Mbayu), Uhuru ( de Colette Tshomba), le Soft International ( de Tryphon Kin Kiey Mulumba), le Palmarès ( de Michel Lady Luya). D'autre part, la "presse rouge", proche de l'opposition UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social, le vieux parti d'opposition historique d'Etienne Tshisekedi), très critique vis-à vis du récent processus électoral et de la communauté internationale, comme Le Phare ( de Polydor Muboyayi Mubanga) et la Tempête des Tropiques (d'Alexis Mutanda). Enfin, une troisième catégorie de titres se montrent favorables au pouvoir en place, mais manifestent un réel effort d'ouverture aux autres tendances: l'Observateur(de Makenda Voka), le Potentiel ( de Modeste Mutinga), le Forum des As (de José Nawej), la Prospérité (de Marcel Ngoyi) ". Quelles sont les intentions de Marie Soleil en classifiant le Phare et la Tempête des Tropiques dans la catégorie de la "presse-rouge"? Si les arrestations intempestives s'abattaient sur les journalistes du Phare et de la Tempête des Tropiques, Marie Soleil Frère se sentirait t-elle responsable? Poser les vraies questions sur la relation Belgo-Congolais signifie pour Mme Soleil que l'on critique la communauté internationale? La Belgique a elle seule représente-elle la communauté internationale? A-telle une définition claire sur cette communauté qui aux yeux de beaucoup d'intellectuels africains apparait comme une neubuleuse. Pourquoi " la Référence Plus" qui est aussi un grand quotidien congolais n' est pas classifié? S'agit-il d'un oubli? ou de la volonté manifeste de la part de Marie Soleil Frère d'ignorer le travail qu'abat ce quotidien dont le rédacteur en chef franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka furent assassinés? Faut-il croire Marie Soleil lorsqu'elle considère que les hebdomadaires (Le Révélateur, Numérica, Demain le Congo, the post (c'est nous qui l'ajoutons) ne sont pas beaucoup lus puisqu'ils tirent à très faible tirage ?

Le journal du citoyen et la Radio Okapi magnifiés

Elle exalte le Journal du Citoyen qui tire à 15.000 exemplaires financé par l'Institut Panos Paris, alors même que ce journal de 4 feuillets doit son existence à la contribution rédactionnelle et les caricatures des différents journalistes congolais de la presse kinoise prêtés par leur
rédaction pour écrire les articles du Journal du Citoyen. " les journalistes sont en outre insuffisamment formés dans un pays où même
s'il existe une diversité de structures de formation…". Les journalistes congolais sont-ils les moins formés du globe? Les Stéphane
kitutu O'leantua, Polydor Muboyayi, Kabeya Mpindi Pasi, Fidel Musangu wa Ntumba, Cyrillle Kileba Pok Ames, Jacques Kimponzo, Kamanda wa kamanda, Eugène Kota Odiekila, Roger Kalala Mihuta, Béatrice Kwale,Ngombwa Tshipamba, Francine Mukoko, Michel Digeluka kibungu, Guy Kasongo Kilembwe, Gustave Kalenda, Kasongo Tshilundé, Arthur Kayumba Mutoka, Michel Digeluka, Felly Mukendi, Jean-Paul Ilopi,Georges Tamba et plusieurs autres sont-ils vraiment des journalistes non formés?

La République Démocratique du Congo ayant une superficie de 2.345.410 km2, avec différents reliefs, aucune radio même pas la Radio
Okapi ne peut se targuer qu'elle couvre toute la République. Les zones d'ombres sont nombreuses et les populations Congolaises ne sont pas que dans les centres urbains. Etre " relayée soit par le biais d'une de ses propres antennes provinciales, soit en décrochage sur une station locale " signifie-t-elle qu'on couvre toute la RDC?  Les Congolais savent que 18. 000 soldats constituent la Monuc qui chapeaute avec la fondation suisse Hirondelle, la Radio Okapi, radio internationale "humanitaire". Quel est le bugdet de fonctionnement de la radio Okapi ? La spécialiste de la République Démocratique du Congo a oublié d'informer aux lecteurs d'Africultures que la majorité des journalistes qui travaillent à Okapi ont été débauchés dans toutes les stations des radios locales: Rtnc, Radio Sango Malamu, Réveil FM, Radio Elykia…Et dans les provinces ça été pareille. Ces journalistes ont été formés dans les structures existantes mais aussi sur les tas par un accompagnement efficace, pourquoi lorsqu'elle parle de la radio Okapi, elle occulte cet aspect? Son article manque de perspective, que va devenir la Radio Okapi, une fois que la Monuc quittera le sol congolais? Sera-t-elle " congolisée "? Que deviendront tous ces
journalistes dont les salaires vont rétrécir considérablement. 

La HAM, la poule aux œufs d'or

Lorsqu'on a eu l'occasion de lire Guy Durandin," l'information, la désinformation et la réalité", Ed. PUF 1993 ou encore Remi Kauffer,"
l'arme de la désinformation", Grasset 2000 on comprend vite que Marie-Soleil Frère n'a fait que sélectionner des nouvelles allant dans le
sens de ses intentions, elle n'a fait que défigurer les informations vraies, elle n' a fait que laisser s'échapper des lambeaux de la vérité
en désinformant ses lecteurs. Marie Soleil Frère n'a pas osé dire que c'est pendant qu'il était Président de la Haute Autorité des Médias
(HAM) que Modeste Mutinga a monté sa propre station de radio et sa chaîne de télévision. Le fait d'être juge et partie ça ne gène pas
notre spécialiste des médias africains. Pourquoi le cas de Jean Pierre Kibambi Shintwa, ancien correspondant de RFI, patron de Tropicana Tv, qui a concourru à la députation doit être mis en exergue? Et taire volontairement ceux qui ont agi sournoisement? Dans " Quand le
pluralisme déraille: images et manipulations télévisuelles à Kinshasa "on peut lire " certaines radios et télévisions confessionnelles
soutiennent des politiciens affiliés aux églises évangéliques..(..). Le Pasteur Sony Kafuta, prpriétaire de la RTAE a mis sa foi et ses médias
au service de Joseph Kabila, se faisant, en août 2006, rappeler à l'ordre par la HAM pour " incitation à la violence". Sans doute n'est-ce donc pas un hasard si l'amphithéâtre de son Eglise a été pillé par des militants du MLC de Jean-Pierre Bemba le 27 juillet, à la veille du premier tour ". Il y a un mélange de vrai et de faux dans ce récit, lorsqu'on n'a pas été à Kinshasa, on peut croire les balivernes de Soleil Frère.

.Primo. Tous ceux qui ont accompagné Jean-Pierre Bemba à son retour à Kinshasa, de l'aéroport de N'djili au Stade Tata Raphaél
n'étaient pas tous des militants du MLC. Beaucoup des shégués s'étaient infiltrés dans le cortège. Pour être militant il faut posséder la carte du parti. A-t-elle vérifié que tout ce monde était en possession du MLC?

.Secundo. On ne peut en aucun encourager la violence d'où qu'elle vienne. Mais avant d'arriver à l’amphithéâtre du Pasteur Sony
Kafuta, c'est la HAM qui a été le premier batiment a être pillé. Pourquoi la HAM a connu le pillage? Les shégués qui voulaient traverser
son siège pour atteindre le stade Tata Raphaél, ignoraient que ce bâtiment abritait la HAM. Pour dissuader les shégués, un policier
commis de garde a tiré sur la foule il a eu une personne qu a été grièvement blessée. C'est entrant dans l'enceinte du bâtiment ou le bus
avec son inscription " Haute Autorité des Médias " a attiré leur attention. Les jeunes qui ont pillé la HAM ont décrié le coté partisan
de cette institution.

.Tierso. La violence a était inouïe: la HAM fut pillée et brûlée, une femme travaillant à la HAM a été brutalisée et violée; les églises des Pasteurs Sony Kafuta et Ngalasi pillées et brûlées, la Samba Playa, lieu de répétition de Werrason " Wenge Musica Maison Mère
" mise à sac, 4 policiers tués.

.Quatro. A part la HAM, aucun média se trouvant dans le parage des pilleurs n'a été leur cible: La Réfence PLus, Radio télé
Puissance…

Le vrai problème avec Marie Soleil Frère c'est que ces articles sont orientés, déforment la vérité. L'un des objectifs est qu'il faut
cacher les insuffisances, les dérives autoritaires, les prises de positions en faveur d'un camp au détriment de la majorité d'autres
candidats,dans les élections qui se sont tenues en République Démocratique du Congo car il faut que son patron Panos trouve les
financements pour continuer à régenter les journalistes et les médias congolais.

La Belgique peine à trouver un gouvernement, les journalistes belges ont-ils droit d'en parler? Jean Marie Le Pen dont on connait les
dérives oratoires, son antisémitisme, son racisme déclaré, pourquoi les journalistes français lui donnent-ils la parole? Pourquoi les
journalistes congolais n'ont-ils pas eu droit d'inviter les acteurs congolais pour de grands débats contradictoires, sans que la HAM
suspende les journalistes, les médias et même l'acteur politique invité. La HAM a échoué car elle n'a jamais réussi à organiser un grand débat entre les deux candidats restés en lice sur les 33 aux élections présidentielles. Ce débat était inscrit noir sur blanc dans la
constitution de la transition. La viabilité financière des médias en RDC dépendent de la santé économique de ce grand pays au cœur de
l'Afrique. Fouler au pied le travail qu'abatte au quotidien les journalistes congolais dans un pays post-conflit est un mépris. Marie Soleil devrait lire " la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits", de Christian Salmon. Il vient de sortir il y a quelques jours aux éditions la Découverte.Vouloir formater les esprits des journalistes congolais est une atteinte à leur intégrité et conscience.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 18 mai 2020

RDC: 118.000$ pour l'inhumation de Delphin Kahimbi à Cinyezire au Rwanda!

RDC: 118.000$ pour l'inhumation de Delphin Kahimbi à Cinyezire au Rwanda!

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Delphin Kahimbi 2.jpg, mai 2020

Alors qu'à Paris, le 28 février, les trémousseurs inconscients allaient au concert de Fally Ipupa à Bercy, malgré le Coronavirus-Covid 19, qui va d'ailleurs emporter certains d'entre eux. A Kinshasa, le Général tortionnaire Delphin Kahimbi de la DEMIAP mettait fin à ses jours par suicide. Le ministère de la défense réclame 118.000$ pour ses obsèques à Cinyezire au Rwanda!freddy-mulongo-delphin-kahimbi-2

Le 28 février 2020 reste dans les annales de l'histoire de la République démocratique du Congo. Malgré le Coronavirus-Covid 19, trois régimes dictatoriaux: Rwanda, RDC et Congo-Brazzaville sont entrés dans la danse, pour soutenir le concert de fally Ipupa à Paris-Bercy.  Le régime de Kinshasa avec Angwalima Tshilombo s'est même engagé à payer les dégâts, de la gare de Lyon, causés par des infiltrés Rwandais au sein des patriotes-résistants-combattants. 

A Kinshasa, le même 28 février 2020, dans la matinée , le corps sans vie d'un tortionnaire a été découvert pendu qui  chez lui à la Gombe. Le Général Delphin Kahimbi de la DEMIAP n'était pas n'importe qui. C'était un très proche d'Alias Kabila. Il était, avec Kalev Mutond, ancien administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR), les deux « principaux dépositaires » des secrets d’Etat sous le régime despotique de « Joseph Kabila ». Il est connu pour ses méthodes dures. Kahimbi faisait partie des durs des durs de ''la Kabilie''. Il a participé à la répression sauvage des Congolais(es) ayant décidé qu'ils (elles) n'accepteraient pas la modification de la constitution au nom de ''l'inanition de la nation sans alias Kabila''. Et voici ce qu'il disait : '' Nous sommes arrivés au pouvoir par la force. Que ceux qui souhaitent l’alternance sachent qu’ils ne l’obtiendront ni par les élections ni par des manifestations pacifiques, mais en faisant la même chose que nous.''

freddy-mulongo-delphin-kahimbi-1
freddy-mulongo-delphin-kahimbi-1-1


Il n'est pas ici question de savoir : Qui a suicidé ou pousser au suicide le Général Delphin Kahimbi ? Notre question est simple: pourquoi le ministre de la Défense envoie-t-il  une correspondance à son collègue des Finances dans laquelle il sollicite une somme équivalent à 118.000 dollars américains afin d’organiser les obsèques de Delphin Kahimbi à Cinyezire, son  village natal au Rwanda!

Donc le patron en titre du Service de renseignements militaires (ex-Demiap) était un Rwandais. Comment n'est pas parler de l'infiltration et de l'occupation. Délphin Kahimbi a commis des crimes sur le territoire congolais, il a assassiné et tué de nombreux Congolais. Et le ministre de la Défense a outrecuidance de demander l'argent du trésor public pour l'inhumation d'un tortionnaire sanguinaire comme Delphin Kahimbi. 

Quid de tous nos compatriotes qui sont morts sans sépulcres? 118.000 dollars américains pour Delphin Kahimbi n'est pas trop pour un criminel Rwandais qui a infiltré nos institutions ? 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 13 mai 2020

Tshilombocratie: Faible et incapacitaire, Tshilombo courbe l'échine face à l'incursion zambienne!

Tshilombocratie: Faible et incapacitaire, Tshilombo courbe l'échine face à l'incursion zambienne!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 46.jpg, mai 2020

Présidence usurpée, Tshilombo président nommé est extrêmement faible. Face à l'incursion zambienne, le locataire de la cité de l'UA choisit la voie diplomatique. Pourtant le même Tshilombo a envoyé ses soudards piller la résidence de Muanda Nsemi, député honoraire. Et l'a fait interné au CNPP pour folie. Facile de voler le destin de tout un peuple, Tshilombo courbe l'échine face à la Zambie.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-38

Le Zaïre  de Mobutu Sese Seko était craint par les 9 pays voisins. Aujourd'hui, avec la présidence usurpée de Tshilombo, c'est pire. Silence radio sur les incursions de l'armée zambienne dans la localité de Moliro territoire de Moba dans la province du Tanganyika. La diaspora gronde et pointe du doigt, l'incapacitaire Tshilombo se réveille enfin de son sommeil atavique et prône la voie diplomatique face à l'occupation zambienne, qui s'ajoute aux mutiples occupations: Rwandaise, Angolaise, Sud-Soudanaise, ougandaise...

Et pourtant le même Tshilombo ne s'est pas empêché d'envoyer une cohorte des militaires armés jusqu'aux dents pour aller arrêter Muanda Nsemi, citoyen congolais et député honoraire. L'armée de Tshilombo a assassiné 8 jeunes Congolais qui ne demandaient qu'à vivre. Muanda Nsemi et ses Makesa, sans armes, n'avaient que des bâtons. Tshilombo a ordonné d'utiliser les armes lourdes, face à un Muanda nsemi qui ne faisait que vociférer pour ses émoluments.

Entre la tentative d'assassiner Muanda Nsemi et protéger le territoire et frontières congolaises. Le choix est clair, c'est la protection de la RDC qui est prioritaire.  

L'ambivalence de Mabundi Airways est qu'il veut se monter fort à l'intérieur du pays, avec sa dictature de la coterie  tribale alors qu'il n'est qu' un petit président au niveau international. 

Tshilombo fait faire la loi à l'intérieur du pays, alors qu'il incapable de protéger notre patrimoine commun, la RDC avec ses frontières. Depuis deux mois l'armée zambienne nargue la RDC. Drones de surveillance, hélicoptères de combat, le ciel de Moliro reste le théâtre de la démonstration de force de l’armée zambienne.

Dernièrement, les armées de la RDC et de la Zambie s’étaient affrontées dans le village de Kibanga, en mars dernier. Les militaires zambiens, appuyés par leur aviation, avaient même investi depuis le 15 mars ce village et y avaient hissé leur drapeau après avoir descendu celui de la RDC. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 11 mai 2020

RDC: Marie-Soleil Frère désinforme et discrimine les médias congolais !

RDC: Marie-Soleil Frère désinforme et discrimine les médias congolais !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

mariesoleilfrere-espionne 1.jpg, mai 2020

C'est un article de Réveil FM international du 3 novembre 2007, que nous republions. Payée par l'institut Panos Paris, qui a disparu et fermé ses portes, Marie-Soleil Frère choisi un prisme déformant, un traitement tendancieux et une vision manichéenne occidentalisée pour écrire et présenter les médias congolais. Les articles de Marie Soleil Frère sont condescendants et méprisants.

mariesoleilfrere-espionne

Elle a choisi un prisme déformant, un traitement tendancieux et une vision manichéenne occidentalisée pour écrire et présenter les médias congolais. Les articles de Marie Soleil Frère sont condescendants, avec un mépris pour le travail des
journalistes congolais. Il faut arrêter de parler à la place des autres
sans jamais se mettre soi-même en question. De même dans une
démocratie, on n'admettrait pas qu'un seul parti politique s'exprime;
on ne devrait pas admettre que les seuls "spécialistes autoproclamés"
sur l'Afrique aient la parole, écrivent sur le continent africain.

Rarement continent n'a fait autant l'objet d'appropriation de la part des
occidentaux. Que ce soit du point de vue humain- avec l' exploitation
des populations, matériel- avec les pillages des ressources ou du point
de vue de l'imaginaire, l'Afrique constitue un terrain particulier que
les étrangers se permettent d'investir, d'exploiter, de commenter et
sur lequel ils n'hésitent pas à porter des jugements de valeurs,
positifs ou négatifs. Le continent noir demeure objet et non sujet de
ces récits ou analyses qui le concernent au premier chef. On se permet
avec l'Afrique ce qu'on ne se permettrait avec aucune partie du globe.

17 ans déjà !

Depuis le discours du 24 avril 1990 du maréchal Mobutu à la cité de la
N'selé proclamant la démocratie au pays de Patrice Emery Lumumba. Ce
jour- là, le " père de la nation zairoise " fondait publiquement en
larmes, en démissionnant officiellement de ses fonctions du Président
du MPR, Parti-Etat. Le "comprenez mon émotion" qui fut la fin du
pouvoir de coup d'Etat du 24 novembre 1965, était aussi la fin du
monopole de la voix de son Maitre. A Kinshasa, la première radio privée
à émettre fut la Radio Sango Malamu en 1993, la radio catholique Elykia
deux ans plus tard. Le pluralisme médiatique de la République
Démocratique du Congo avec ses 74 chaines de télévisions, 200 titres de
presse déclarés, 160 stations reparties sur l'ensemble du territoire
congolais ne doit pas être consideré comme offert par le pouvoir
politique aux congolais; mais ce pluralisme acquis au prix de beaucoup
de sacrifices, de privations, d' arrestations et emprisonnements, de
repressions politiques et administratives, d' assassinats. Accepter de
miniminiser comme le fait Marie Soleil-Frère, est un mépris contre le
travail des professionnels des médias congolais qui travaillent dans
une situation de précarité et d'insécurité croissante.

Classification biaisée et dangereuse

La classification de Marie Soleil-Frère est edulcorée, partisane
et acerbe . Elle stigmatise les journaux kinois en les regroupant en 3
catégories: " D'une part les " pro-kabila" appartenant en général à des
députés proches de la famille politique du président de la République:
l'Avenir ( de Pius Muabilu Mbayu), Uhuru ( de Colette Tshomba), le Soft
International ( de Tryphon Kin Kiey Mulumba), le Palmarès ( de Michel
Lady Luya). D'autre part, la "presse rouge", proche de l'opposition
UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social, le vieux parti
d'opposition historique d'Etienne Tshisekedi), très critique vis-à vis
du récent processus électoral et de la communauté internationale, comme
Le Phare ( de Polydor Muboyayi Mubanga) et la Tempête des Tropiques (
d'Alexis Mutanda). Enfin, une troisième catégorie de titres se montrent
favorables au pouvoir en place, mais manifestent un réel effort
d'ouverture aux autres tendances: l'Observateur(de Makenda Voka), le
Potentiel ( de Modeste Mutinga), le Forum des As (de José Nawej), la
Prospérité (de Marcel Ngoyi) ". Quelles sont les intentions de Marie
Soleil en classifiant le Phare et la Tempête des Tropiques dans la
catégorie de la "presse-rouge"? Si les arrestations intempestives
s'abattaient sur les journalistes du Phare et de la Tempête des
Tropiques, Marie Soleil Frère se sentirait t-elle responsable? Poser
les vraies questions sur la relation Belgo-Congolais signifie pour Mme
Soleil que l'on critique la communauté internationale? La Belgique a
elle seule représente-elle la communauté internationale? A-telle une
définition claire sur cette communauté qui aux yeux de beaucoup
d'intellectuels africains apparait comme une neubuleuse. Pourquoi " la
Référence Plus" qui est aussi un grand quotidien congolais n' est pas
classifié? S'agit-il d'un oubli? ou de la volonté manifeste de la part
de Marie Soleil Frère d'ignorer le travail qu'abat ce quotidien dont le
redacteur en chef franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka furent
assassinés? Faut-il croire Marie Soleil lorsqu'elle considère que les
hébdomadires (Le Révélateur, Numérica, Demain le Congo, the post (
c'est nous qui l'ajoutons) ne sont pas beaucoup lus puisqu'ils tirent à
très faible tirage ?

Le journal du citoyen et la Radio Okapi magnifiés

Elle exalte le Journal du Citoyen qui tire à 15.000 exemplaires
financé par Panos, alors même que ce journal de 4 feuillets doit son
existence à la contribution rédactionnelle et les caricatures des
différents journalistes congolais de la presse kinoise prêtés par leur
rédaction pour écrire les articles du Journal du Citoyen. " les
journalistes sont en outre insuffisamment formés dans un pays où même
s'il existe une diversité de structures de formation…". Les
journalistes congolais sont-ils les moins formés du globe? Les Stéphane
kitutu O'leantua, Polydor Muboyayi, Kabeya Mpindi Pasi, Fidel Musangu
wa Ntumba, Cyrillle Kileba Pok Ames, Jacques Kimponzo, Kamanda wa
kamanda, Eugène Kota Odiekila, Roger Kalala Mihuta, Béatrice Kwale,
Ngombwa Tshipamba, Francine Mukoko, Michel Digeluka kibungu, Guy
Kasongo Kilembwe, Gustave Kalenda, Kasongo Tshilundé, Arthur Kayumba
Mutoka, Michel Digeluka, Felly Mukendi, jean paul ilopi,Georges Tamba
et plusieurs autres sont-ils vraiment des journalistes non formés?.

La République Démocratique du Congo ayant une superficie de
2.345.410 km2, avec différents reliefs, aucune radio même pas la Radio
Okapi ne peut se targuer qu'elle couvre toute la République. Les zones
d'ombres sont nombreuses et les populations Congolaises ne sont pas que
dans les centres urbains. Etre " relayée soit par le biais d'une de ses
propres antennes provinciales, soit en décrochage sur une station
locale " signifie-t-elle qu'on couvre toute la RDC?. Les Congolais
savent que 18. 000 soldats constituent la Monuc qui chapeaute avec la
fondation suisse Hirondelle, la Radio Okapi, radio internationale
"humanitaire". Quel est le bugdet de fonctionnement de la radio Okapi ?
La spécialiste de la République Démocratique du Congo a oublié
d'informer aux lecteurs d'Africultures que la majorité des journalistes
qui travaillent à Okapi ont été débauchés dans toutes les stations des
radios locales: Rtnc, Radio Sango Malamu, Réveil FM, Radio Elykia…Et
dans les provinces ça été pareille. Ces journalistes ont été formés
dans les structures existantes mais aussi sur les tas par un
accompagnement efficace, pourquoi lorsqu'elle parle de la radio Okapi,
elle occulte cet aspect? Son article manque de perspective, que va
devenir la Radio Okapi, une fois que la Monuc quittera le sol
congolais? Sera-t-elle " congolisée "? Que deviendront tous ces
journalistes dont les salaires vont retrecir considérablement. plus

La HAM, la poule aux œufs d'or

Lorsqu'on a eu l'occasion de lire Guy Durandin," l'information,
la desinformation et la réalité", Ed. PUF 1993 ou encore Remi Kauffer,"
l'arme de la desinformation", Grasset 2000 on comprend vite que Marie
Soleil Frère n'a fait que selectionner des nouvelles allant dans le
sens de ses intentions, elle n'a fait que défigurer les informations
vraies, elle n' a fait que laisser s'échapper des lambeaux de la vérité
en désinformant ses lecteurs. Marie Soleil Frère n'a pas osé dire que
c'est pendant qu'il était Président de la Haute Haurité des Médias
(HAM) que Modeste Mutinga a monté sa propre station de radio et sa
chaine de télévision. Le fait d'être juge et partie ça ne gène pas
notre spécialiste des médias africains. Pourquoi le cas de Jean Pierre
Kibambi Shintwa, ancien correspondant de RFI, patron de Tropicana Tv,
qui a concourru à la députation doit être mis en exergue? Et taire
volontairement ceux qui ont agi sournoisement? Dans " Quand le
pluralisme déraille: images et manipulations télévisuelles à Kinshasa
", on peut lire " certaines radios et télévisions confessionnelles
soutiennet des politiciens affiliés aux églises évangéliques..(..). Le
Pasteur Sony Kafuta, prpriétaire de la RTAE a mis sa foi et ses médias
au service de Joseph Kabila, se faisant, en août 2006, rappeler à
l'ordre par la HAM pour " incitation à la violence". Sans doute
n'est-ce donc pas un hasard si l'amphithéâtre de son Eglise a été pillé
par des militants du MLC de Jean-Pierre Bemba le 27 juillet, à la
veille du premier tour ". Il ya un mélange de vrai et de faux dans ce
récit, lorsqu'on n'a pas été à Kinshasa, on peut croire les balivernes
de Soleil Frère.

.Primo. Tous ceux qui ont accompagné Jean-Pierre Bemba à son
retour à Kinshasa, de l'aéroport de N'djili au Stade Tata Raphaél
n'étaient pas tous des militants du MLC. Beaucoup des shégués s'étaient
infiltrés dans le cortège. Pour être militant il faut posseder la carte
du parti. A-t-elle vérifié que tout ce monde était en possesion du MLC?

.Secundo. On ne peut en aucun encourager la violence d'où
qu'elle vienne. Mais avant d'arriver à l'amphitréâtre du Pasteur Sony
Kafuta, c'est la HAM qui a été le premier batiment a être pillé.
Pourquoi la HAM a connu le pillage? Les shégués qui voulaient traverser
son siège pour atteindre le stade Tata Raphaél, ignoraient que ce
batiment abritait la HAM. Pour dissuader les shégués, un policier
commis de garde a tiré sur la foule il a eu une personne qu a été
grievèment blessée. C'est entrant dans l'enceinte du batiment ou le bus
avec son inscription " Haute Autorité des Médias " a attiré leur
attention. Les jeunes qui ont pillé la HAM ont décrié le coté partisan
de cette institution.

Tierso. La violence a était inouie: la HAM fut pillée et
brûlée, une femme travaillant à la HAM a été brutalisée et violée; les
églises des Pasteurs Sony Kafuta et Ngalasi pillées et brûlées, la
Samba Playa, lieu de répétition de Werrason " Wenge Musica Maison Mère
" mise à sac, 4 policiers tués.

Quatro. A part la HAM, aucun média se trouvant dans le parrage
des pilleurs n'a été leur cible: La Réfence PLus, Radio télé
Puissance…

Le vrai problème avec Marie Soleil Frère c'est que ces articles
sont orientés, deforment la vérité. L'un des objectifs est qu'il faut
cacher les insuffisances, les dérives autoritaires, les prises de
positions en faveur d'un camp au détriment de la majorité d'autres
candidats,dans les élections qui se sont tenues en République
Démocratique du Congo car il faut que son patron Panos trouve les
financements pour continuer à regenter les journalistes et les médias
congolais.

La Belgique peine à trouver un gouvernement, les journalistes
belges ont-ils droit d'en parler? Jean Marie Le Pen dont on connait les
dérives oratoires, son antisémitisme, son racisme déclaré, pourquoi les
journalistes français lui donnent-ils la parole? Pourquoi les
journalistes congolais n'ont-ils pas eu droit d'inviter les acteurs
congolais pour de grands débats contradictoires, sans que la HAM
suspende les journalistes, les médias et même l'acteur politique
invité.
La HAM a échoué car elle n'a jamais reussi à organiser un grand débat
entre les deux candidats restés en lice sur les 33 aux élections
présidentielles. Ce débat était inscrit noir sur blanc dans la
constitution de la transition. La viabilité financière des médias en
RDC dépendent de la santé économique de ce grand pays au coeur de
l'Afrique. Fouler au pied le travail qu'abatte au quotidien les
journalistes congolais dans un pays post-conflit est un mépris. Marie
Soleil devrait lire " la machine à fabriquer des histoires et à
formater les esprits", de Christian Salmon. Il vient de sortir il ya
quelques jours aux éditions la Découverte.Vouloir formater les esprits
des journalistes congolais est une atteinte à leur intégrité et
conscience.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 5 mai 2020

RDC: Vassaux de pays voisins agresseurs, où est passée la fierté zaïroise?

RDC: Vassaux de pays voisins agresseurs, où est passée la fierté zaïroise?

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Mobutu 30.jpg, mai 2020

Sans être nostalgique ni dithyrambique de l'époque Mobutu, le fierté et dignité du Zaïrois hier n'a rien à voir avec l’opprobre, l'indignité, le mépris dont est victime le Congolais d'Aujourd'hui. Qui a détruit le grand Zaïre redevenu la République démocratique du Congo ? Il doit y en avoir un responsable ou des responsables...Nous étions Zaïrois, fier de l'être et un peuple uni.freddy-mulongo-mobutu-30

La force et la faiblesse des dictateurs est d'avoir fait un pacte avec le désespoir des peuples. Paul Kagamé, le dictateur rwandais massacre, tue des Congolais et pille les ressources de la République démocratique du Congo. Et pourtant hier, le gringalet tremblait devant Mobutu Sese Seko. 


"Depuis mon départ le 17 mai 1997, je ne me suis jamais prononcé sur la crise qui fouette le pays. Donc je suis sur Twitter pour en parler"
. C'est ce que l'on peut du tweet de Mobutu Sese Seko @Mobutuofficiel tweeté le 4 janvier 2016. Il faut qu'à son départ du pouvoir Facebook, Twitter, Instragram, Whatsapps, Flicker...tous les réseaux sociaux n'existaient pas. Mobutu a rejoint Twitter avec fureur pour décrier ses successeurs qui, prétendant l’avoir chassé pour rendre le Congo plus beau qu’avant, ont par contre immergé encore le pays dans une profonde misère.

freddy-mulongo-fierte
freddy-mulongo-fierte-1
freddy-mulongo-fierte-2


Il n'en demeure pas moins que Mobutu fut le plus grand Chef d'État de la République démocratique du Congo-ex Zaïre,  malgré ses erreurs. Ses trois successeurs par contre ne  sont  que des "Erreurs de l'histoire" !  Le Zaïre de l'époque, pour ceux qui n'ont pas vécu dans le pays, n'est pas la République démocratique du Congo  d'aujourd'hui. 

freddy-mulongo-mobutu-reagean
freddy-mulongo-mobutu-reine-elisabeth-2
freddy-mulongo-mobutu-31
freddy-mulongo-mobutu-33


Aujourd'hui, c'est le désenchantement à outrance. L'Udps qui a lutté durant 37 ans pour la démocratie et l'Etat de droit avec un slogan "Le peuple d'abord", au pouvoir, c'est pire qu'à l'époque de Mobutu. D'abord pour accéder au pouvoir, Tshilombo de l'Udps est allé nuitamment négocier sa Nomination Electorale, ce pantin-marionnette nommé fout la honte à toute une nation. Tshilombo qui a pensé égaler Mobutu en un an et quatre mois en jouant au Magellan s'est avéré un piètre troubadour avec ses checkuleurs de conseillers.Sous Mobutu, la diplomatie zaïroise était existante.  

Mobutu ne voyageait pas sous prétexte d'aller chercher des investisseurs. Comment Tshilombo pizzaïolo à Bruxelles n'a jamais milité dans un parti politique, ignore le fonctionnement des partis politiques Belges, comment en président nommé peut-il trouver des investisseurs ? Quelqu'un qui a investi son argent peut-il accepter du jour au lendemain voir des policiers piller son bureau comme la résidence de Muanda Nsemi ? Après avoir braqué 370 millions de dollars de la République, Tshilombo prépare la libération provisoire sournoise de Vital Kamerhe, son allié et directeur de cabinet. C'est ça l'Etat de droit. 

Un président fait l'honneur et la fierté d'un Etat. Mobutu, tout dictateur qu'il était, il faisait la fierté du Zaïre. Le fils Tshisekedi est un apprenti en tout. Mais apprendre à la présidence est le comble. Angwalima Tshilombo et Alias kabila sont liés par leur odieux deal contre le peuple congolais.

On ne peut pas critiquer le barbu de Kingakati et épargner son colistier Tshilombo. les deux méritent le même traitement. Ils sont associés et doivent partager les mêmes mécontentements du peuple.  Voilà 23 ans, que Mobutu Sese Seko a quitté le Zaïre, est-il responsable de tout. Ceux qui  combattaient son régime s'avèrent être des goujats, profito-situationnistes, girouettes politiques, politicailleurs et ventriotes. Ils sont agents du  népotisme, tribalisme, pillards de la République. En 32 ans de dictature de Mobutu, les banques suisses n'avaient trouvé que 5 millions de francs suisses. Combien à Alias Kabila en 18 ans du régime d'imposture et d'occupation ? En 1 an et 4 mois, combien a déjà Tshilombo ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 30 avril 2020

Tshilombocratie: Après Paul Kagamé, c'est Alias Kabila choucouté par des Kinois!

Tshilombocratie: Après Paul Kagamé, c'est Alias Kabila choucouté par des Kinois!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Oyo Peuple Ya Denge Nini ? Après avoir acclamé Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, au stade des Martyrs, à Kinshasa, voilà que les Kinois récidivent en ovationnant Alias Kabila vers N'djili. C'est le monde à l'envers. Voilà ce que Tshilombo avec son odieux deal apporte au peuple congolais.

Freddy Mulongo-Alias JoKa 8.jpg, avr. 2020

freddy-mulongo-alias-joka-6

Jamais on avait pensé vivre ça de nos yeux ! Alias Kabila ovationné par des Kinois ! Tout ça la faute à Tshilombo, pour son ventre, en foireux politicailleur, est allé nuitamment pour négocier sa nomination électorale. Monsieur 15% a été finalement proclamé président.  Et c'est le même Tshilombo qui avait fait applaudi , Paul Kagame, bourreau du peuple congolais, au stade des Martyrs à Kinshasa. 

© epolengha

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 28 avril 2020

Confessions d'un fanatique de Tshilombo "fatshi Béton" après un réveil douloureux!

Confessions d'un fanatique de Tshilombo "Fatshi Béton" après un réveil douloureux!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy-mulongo-felixkamerheon-8.jpg, avr. 2020

" CONFESSIONS D'UN FANATIQUE DE FATSHI BÉTON APRES UN RÉVEIL DOULOUREUX, CONFRONTÉ À LA DÉCEPTION.

------------------------
Lettre ouverte à Félix Tshisekedi,


Fatshi béton,


Je t'ai aimé, je t'ai voté et aujourd'hui tu me le fais payer !
Le jour de ton investiture, mes amis se sont moqués de toi. Ils ont dit que l'écharpe que JKK avait mis autour de toi était trop petite et qu'elle avait coupé ta respiration, je leur ai répondu c'est un grand homme qui prend le pouvoir, il fallait une écharpe plus grande !


Tu nous as ridiculisés par tes sorties médiatiques à l'etranger en expliquant à la face du monde que la rétrocommission, la coop était une chose normale ! Je t'ai défendu dans les forums parce que je ne pouvais pas accepter qu'on critique le fils du feu Étienne. Tu es parti à un colloque avec tes homologues raconter que pour sauvegarder l'environnement, tu allais couper les arbres et les brûler Et une fois encore, je t'ai défendu, j'ai dit que le journaliste n'avait pas bien posé la question (au nom de notre province le Kasai).

Tu as promis les 100 jours fantastiques et c'est après 400 jours de cauchemars que tu as mis tes amis en prison pour les '' rétro commission'' qu'ils ont partagées avec toi, ton épouse et ton entourage ! (La encore je t'ai défendu et j'ai dit à toutes mes connaissances que Vital Kamehre est l'ennemi du peuple congolais !). Tu as fait un gouvernement de 65 ministres tout en sachant que les caisses de l'état étaient vides (après les 100 fameux jours) et j'ai dit à tout le monde que la coalition te l'a imposé !

Tu as enlevé Kalev pour le remplacer par son jumeaux Izun et j'ai dit qu'on te l'avait imposé encore une fois. Tu as envoyé ton conseiller stratégique raconter sur France 24 qu'il a un petit vide et j'ai dit, ça peut arriver à tout le monde ! Tu as fait de Kabongo un des hommes les plus riche de ce pays en 100 jours mais lui siège toujours à ta table loin de VK.

Avec tout mon souffle, je t'ai aimé, je t'ai défendu au nom du Grand Kasai, au nom de l'amour d'Étienne, au nom du changement mais aujourd'hui tu passes à la RTNC portant des montres qui pourraient construire au moins 2 écoles au Kasai, (comment puis je te défendre ? ), tu nommes une ministre de l'économie (Acacia) qui ne fait rien pour arrêter la flambée des prix tout simplement parce qu'elle n'a pas le bagage, la formation, pour arrêter la chute économique (que puis-je dire ?), de plus cette femme se rend à l'aéroport de Ndjili tout en sachant qu'elle a le covid et qu'elle peut contaminer d'autres (au nom de la patrie ?), tu nommes un ministre des Finances (Sele Yalaguli) qui bombe le torse quand ils endettent le pays au FMI, donne des leçons de moral à VK alors qu'il fait partie de la bande d'Alibaba et les 40 voleurs(ce type a plus d' immobiliers et d'argent que VK, demande à l'ANR ! ), ce ministre continue à payer la dette extérieur alors que les autres pays africains se débattent pour garder toutes leurs devises au pays.

Tu nommes un Ministre de la santé qui essaye de créer une TV covid pour faire de l'argent alors qu'on regarde tous la RTNC et qui détourne les dons chinois et partage même les masques avec ta propre épouse. Tu nommes une Ministre des affaires étrangères ou je dirai même des affaires étranges qui fait de son cheval de bataille qui va entrer dans le salon diplomatique et qui n'entrera pas. Alors que les congolais bloqués à l'extérieur te supplie de les rapatrier. Tu nous donnes un Ministre de l'intérieur Belge qui ne fait absolument rien pour arrêter les massacres à l'Est et aujourd'hui le Grand Est devient le champ de bataille des Rwandais mais aussi des Burundais !

Tu pardonnes Muanda NSEMI hier, l'arrêtes aujourd'hui pour encore lui pardonner plus tard ! Tu as enchaîné les voyages à l'étranger et j'ai dit que cela était au nom des relations bilatérales et aujourd'hui les pays amis nous donnent 20 millions au nom de bonnes relations mais n'hésite pas à donner 300 millions au Sénégal qu'ils appellent un pays ami !

Notre pays est devenu un véritable Novelas, une blague à un point où le Ministre des Affaires Étrangères Français se permet de déclarer en public qu'il a peu d'estime pour toi ! Toi le Président de notre Grand Pays !

Tu as hérité d'un pays qui avait un genou à terre et je t'ai voté pour le relever mais maintenant nous avons les 2 genoux par terre et je pense que d'ici 2023, nous serons tous mort ! À cause de moi, parce que j'ai voté pour toi et j'ai raconté partout que la Ceni avait dévoilé la vérité des urnes ! Je ne sais pas si cela était la vérité des urnes mais aujourd'hui je regrette, je regrette d'avoir pleuré d'émotions le jour de la passation de pouvoir, je regrette d'avoir fait la fête avec mes amis kasaïens parce que le fils d'Étienne était élu, je regrette d'avoir pensé que la première dame qui est une infirmière serait au front pendant cette période de Covid alors qu'elle fait un commerce de don chinois et se cache dans une pièce entourée de 100 mille wax et 10 mille paires de chaussures !

Je me dis que Fayulu, Katumbi, Bemba ou même Shadari ne nous auraient pas enterrés vivant comme tu l'as fait ! Et moi qui ne suis pas un fan de JKK, je peux te dire que je commence à apprécier cet homme qui a préféré se terrer dans son silence plutôt que de parler de retrocommission, charbon de bois, et j'en passe !

Tout ça est de ma faute, j'ai cru au fils d'Étienne, j'ai cru au Grand Kasai, j'ai laissé parler mon cœur au lieu de ma tête et aujourd'hui moi, ma famille et mon peuple nous mourons de faim, de covid, de maladie, nous mourons sans électricité, ni eau, nous mourrons même de honte!

Nous mourons tout simplement parce que nous avons perdu l'espoir et un peuple qui n'a pas d'espoir n'a plus rien. Alors que quand tes enfants sont malades, tu transformes ta demeure en hôpital avec des respirateurs ou les évacuent en Europe ! Je ne pourrai pas dire que tu es comme tes prédécesseurs, alors je te le dis sincèrement tu es pire qu'eux !

En 2023, tu n'auras plus mon vote, si Mabunda ne te destitue pas avant ! La réalité est que si elle te destitue, ce ne sera qu'un signe d'espoir pour un avenir meilleur.

Danny Mwamba
+243824174895

(Vous pouvez venir m'arrêter, je suis à la 6ieme Limete)
Ps:Ton nouveau conseiller camerounais ne donne que plus de pigment à notre Novelas congolais dont tu es l'acteur principal, je suis aussi dans cette série mais Dieu Merci, je ne suis qu'un figurant, et non pas l'artisan de cette blague qui a transformé un Fils Mukoko en Ambassadeur du peuple !Avec ton comportement tu as tué notre idole Étienne Tshisekedi une deuxième fois. (Maintenant je crois en Kabund et Tshibala quand ils disent que tu n'étais pas celui que ton père avait choisi !) "

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 27 avril 2020

RDC: Christian Malard i24NEWS met à nu Tshilombo, le pizzaïolo de Bruxelles!

RDC: Christian Malard i24NEWS met à nu Tshilombo, l'ancien pizzaïolo de Bruxelles !

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Ce n'est plus Réveil FM International, c'est Christian Malard d'I24News qui a renversé la table: "On a par exemple la République démocratique du Congo, plutôt dite démocratique, on a au pouvoir aujourd’hui un escroc, un tyran qui s’appelle Tshisekedi qui a pris la succession d’un autre escroc, d’un autre tyran qui s’appelle Joseph Kabila et le peuple souffre au plus haut niveau aujourd’hui"!

Freddy Mulongo-i24news.jpg, avr. 2020


Moi, j'ai visité i24NEWS à Tel Aviv en Israël. Cette  chaîne de télévision israélienne internationale d'informations et d'actualités, est privée. Elle n'émet pas sur Israël, elle est sur plusieurs satellite et émet dans le monde. Il est étonnant que le ministère des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo s'abaisse en écrivant une lettre officielle au premier ministre Israêlien , Benjamin  Netanyaou sur un journaliste Français, Christian Malard, correspond d'i24News, à Paris, qui aurait traité d'escroc,  Angwilima Tshilombo , voleur du destin du peuple congolais.  C'est comme si la RDC écrivait une lettre à la République française pour faire taire, Freddy Mulongo, alors que je suis journaliste indépendant. Le monde des médias a beaucoup évolué. Les médias d'Etat n'ont plus le monopole d'information.

Freddy Mulongo-Christian Malard.jpg, avr. 2020


freddy-mulongo-christian-malard

Répondant à la question du journaliste Jean-Charles Banoun, qui était sur le plateau, sur le fait que certains « dictatures en Afrique ou dans d’autres contrées du monde (…) pourrait se servir de COVID-19, pour prendre davantage des mesures répressives et pour asseoir leur dictature », Christian Malard a particulièrement cité la RDC:  "On a par exemple la République démocratique du Congo, plutôt dite démocratique, on a au pouvoir aujourd’hui un escroc, un tyran qui s’appelle Tshisekedi qui a pris la succession d’un autre escroc, d’un autre tyran qui s’appelle Joseph Kabila et le peuple souffre au plus haut niveau aujourd’hui..."! 

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 44.jpg, avr. 2020

A mourir de rire  ! Une connerie de plus ! Le régime tyranique de Tshilombo est incapable de supporter  20 000 critiques et 1000 000 insultes. Et pourtant les Bena Mpuka, Talibans et tribalo-ethniques injurient à longueur des journées de compatriotes.  La tante est allé au au secours de son neveu Tshilombo !  La ministre-Udps des Affaires étrangères, Marie Ntumba Nzeza a, dans une adressée à son homologue israélien, exigé des excuses publiques du journaliste Christian Malard et de la chaîne israélienne i24NEWS. 

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 43.jpg, avr. 2020

Or Christian Malard, ancien chef du service international à la rédaction de la chaîne publique française France 3, qui  fait des piges sur la chaîne israélienne i24 refuse de présenter ses excuses à celui qu'il appelle "Escroc" ! Ce n'est pas Netanyau déjà affaibli par ses propres affaires, qui va intervenir.

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 36.jpg, avr. 2020

Tshilombo n'a pas gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Le fameux fils Tshisekedi a fait un deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale. Un deal en politique, c'est de l'escroquerie politique. Ce grand voleur du destin du peuple depuis sa nomination électorale a dilapidé plus de 5 milliards de dollars en voyages inutiles, jouant au Magellan. Pour lutter contre le Coronavirus-Covid 19, il a mis sur table 1 million 800 mille dollars pour 80 millions d'habitants. Il attend l'aide extérieure pour mieux piller. Son allié et directeur de cabinet, Vital Kamerhe est à Makala. Son procès débute le 11 mai prochain pour avoir braqué la République. Pour les travaux de 100  jours, il a dilapidé 370 millions de dollars !  Le Congolais vit avec -1 dollar par jour, mais le train de vie de nos politicailleurs-ventriotes  frise l'escroquerie. Ils n'ont pas honte de vivre dans l'opulence en gouvernant une population miséreuse: mendiants partout, bidonvilles partout, enfants de la rue partout, des voies délabrées partout, l'hygiène publique précaire partout...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 23 avril 2020

RDC: Mama Marthe Kasalu Tshisekedi a dit...trafic d'influence!

RDC: Mama Marthe Kasalu Tshisekedi a dit...trafic d'influence!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Elle fait nommer des ministres. Elle a concocté sa liste pour les mandataires des Entreprises publiques. Marthe Kasalu Jibikila veuve Tshisekedi n'a aucune fonction officielle en République démocratique du Congo. Mais, elle est  très influente car elle est la mère de Tshilombo, le président nommé et marionnette d'Alias Kabila.

Freddy Mulongo-Marthe Kasalu 2.jpg, avr. 2020

Elle fait nommer des ministres. Elle a un cabinet et des conseillers qui travaillent pour elle, pour donner des ordres: "Mama Marthe a dit...".  Elle a concocté sa liste pour les mandataires des Entreprises publiques. Marthe Kasalu Jibikila veuve Tshisekedi n'a aucune fonction officielle en République démocratique du Congo. Mais, elle est  très influente car elle est la mère de Tshilombo, le président nommé et marionnette d'Alias Kabila. 

Femmes et hommes d'affaires, politicailleurs profito-situationnistes, Udpsistes et Udpésiens  se pressent auprès d'elle, pour faire aboutir leurs dossiers.

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 312.jpg, avr. 2020

Marthe Kasalu Jibikila est la femme, la plus écoutée de son fameux fils , qui a volé le destin de tout un peuple, avec son odieux deal avec Alias Kabila. Son Tshilombo a déclaré devant les caméras de TV5 Monde, que les rétrocommissions n’étaient pas condamnables en République démocratique du Congo.Marthe Kasalu Jibikila fait du trafic d'influence et elle y vit. C'est son gagne pain. D'ailleurs, la résidence d'Air Zaïre, où elle réside encore, résidence officielle de feu Etienne Tshisekedi "Mula Nkuasa", située dixième rue Limete, l'artère qui donne à la rue Pétunias est fermée au public, quadrillée par  la Garde républicaine quadrille pour assurer sa sécurité. Son cortège équivaut à celui de Tshilombo... 

freddy-mulongo-felix-tshilombo-morgue-1.jpg, avr. 2020

Ailleurs, le trafic d'influence est un délit qui consiste, pour un dépositaire des pouvoirs publics, à recevoir des dons de la part d'une personne physique ou morale, en échange de l'octroi ou de la promesse à cette dernière d'avantages divers. C'est une forme de corruption.Or Marthe Kasalu Jibikila Tshisekedi n'a aucun mandat du pouvoir public, mais elle use et abuse du trafic d'influence !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 22 avril 2020

RDC: Cocktail explosif, Rwandair et Vincent Karega, nouvel ambassadeur rwandais!

RDC: Cocktail explosif, Rwandair et Vincent Karega, nouvel ambassadeur rwandais!

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

A quoi sert Tshilombo, président nommé ? Comment la République démocratique du Congo a-t-il pu accréditer Vincent Karega comme nouvel ambassadeur du Rwanda, alors que ce diplomate est cité dans l'affaire de l'assassinat en Afrique du Sud  de Patrick Karegeya, ancien chef des services secrets rwandais, devenu opposant au dictateur Paul Kagamé ?
Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo A.jpg, avr. 2020
Comment la République démocratique du Congo a-t-il pu accréditer Vincent Karega comme nouvel ambassadeur du Rwanda, alors que ce diplomate est cité dans l'affaire de l'assassinat en Afrique du Sud  de Patrick Karegeya ,  ancien chef des services secrets rwandais, devenu opposant au dictateur Paul Kagamé ?
Freddy Mulongo-karega 1.jpg, avr. 2020

 Vincent Karega est le nouvel ambassadeur rwandais en RDC.
Reçu le mardi 21 avril 2020 en RDC, il se dit heureux de venir présenter les copies figurés des lettres de créance du nouvel ambassadeur de la République rwandais en RDC. 
Ancien ministre et ambassadeur rwandais en République sud-africain.
Freddy Mulongo-karega 2.jpg, avr. 2020

C'est Vincent Karega qui était ambassadeur du Rwanda en Afrique du Sud ? De graves soupçons pèsent sur lui. Qui vient-il zigouiller à Kinshasa ? Tshilombo en accréditant un ambassadeur-criminel Rwandais s'attend peut-être que ce mécréant s'occupe de ses opposants mais cette encombrante main criminelle peut le toucher en premier. 

Le pouvoir pour le pouvoir. Sans visions, convictions ni engagements Tshilombo foule aux pieds, le jour en jour, la souveraineté de la République démocratique du Congo. Il est ami-ami avec Paul Kagamé, le dictateur Rwandais et bourreau du peuple congolais: 12 millions de morts Congolais , pillages et recels des ressources du Congo. Tshilombo devra s'attendre un jour à répondre de sa "Haute Trahison".

C'est Tshilombo qui a décidé tout seul, comme dans une république bananière: survols du ciel congolais et atterrissage de Rwandair à Kinshasa, sans  réciprocité ni contre partie pour Congo Airways, la compagnie aérienne nationale congolaise. Nos confrères de Beni-Lubero n'y vont du dos de la cuillère dans un article: Vidéo: Le secret de la Compagnie Aérienne RWANDAIR en RDC enfin dévoilé ! Horrible.

Freddy Mulongo-Mubaraka Muganga.jpg, avr. 2020

Le 26 février 2020, le général-Major Muganga Mubaraka responsable de la région de Kigali et de la région Est au sein de l’armée rwandaise (RDF) a déclaré devant ceux qui font les courses de moto appelés communément motards au Rwanda que la distance entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda s’était réduite dans la mesure où il suffit de prendre un vol de RwandAir, atterrir là-bas et  “frapper un coup” et revenir en célébrant la “victoire”.

https://www.youtube.com/watch?v=3Kin_Xyn2Uw&feature=youtu.be

Le général-major est le premier haut-gradé au sein de la RDF à admettre publiquement que les militaires de la RDF opèrent sur le sol congolais. Ces propos viennent démentir les déclarations de l’arrogant secrétaire d’état au sein du ministère rwandais des affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe, qui avait déclaré avec assurance après la mort du chef des FDLR-FOCA, Sylvestre Mudacumura, qu’il n’y avait pas des militaires rwandais en RDC (même si beaucoup pensent qu’il ne fait que répéter les ordres de ses chefs), que dire le contraire était propager une fausse information, que c’était les militaires congolais qui avaient tué Mudacumura” 

Tout semblait Être de la douce diplomatie, intelligente ???, aux yeux des naïfs, des ignorants et des inexpérimentés, lorsque Mr Felix Thsisekedi, devenu président de la RD Congo par la magie kanambique choisissait de faire du Rwanda de Kagame sa Terre promise. Des accolades iscariotiques écrasaient alors nos écrans à mille fréquences, étonnés de voir naître des initiatives hérodistes, qui emplissaient les agendas nuptiaux de deux best Sellers du royaume des ténèbres aux imaginaires sans paires, au style du « le Corbeau et le Renard ».

Entre ces initiatives figurait une décision unilatérale d’ouvrir le ciel congolais aux oiseaux rwandais. Rwanda Air recevait alors, dans la précipitation et sans réciprocité, la bénédiction matinale d’un néophyte de la politique de l’Afrique Centrale, obligé par son histoire récente à conclure des pactes et avec le diable et avec Dieu.

Antoine Tshisekedi, felix d’un pouvoir démérité et usurpé, aurait-il mesuré suffisamment les conséquences de cette décision ? Le renard des pays des grands lacs n’attendrait, peut-être, que cette douce opportunité pour son dernier assaut, plus rapide, vers ce qui semblait encore lui résister. Ainsi, même ce que Kabange ne voulait pas offrir publiquement, celui avec qui il a opté de partager le pouvoir usurpé n’a pas choisi d’autre action inaugurale qu’ouvrir les portes qui restaient à l’ennemi numéro un de la population de la RD Congo en général, et plus particulièrement celle de l’Est de la RD Congo.

En effet, le roi autoproclamé du pays de mille collines a toujours rêvé être héritier de ce qu’il considère comme la « terre de la promesse ». Et l’avènement de l’accès à l’air de la RDC lui octroyait un plus déterminant.

Un officier de son armée se réjouissait sadiquement de cette dernière prouesse en ces termes : « En neuf mois nous avions été capables de conquérir la RDC à pieds, avec Rwanda air nous sommes capables de le faire en un seul jour ».

Freddy Mulongo-Patrick karegeya.jpg, avr. 2020

Tout ce monde souffre de l’axiome de Kagame qui veut que dans le Rwanda actuel l’enfant accuse son père, l’homme accuse sa femme et vice versa, l’ami trahit l’ami. Si tu ne le fais pas, c’est l’autre qui le fera à ta place. Patrick Karegeya, 53 ans,  chef des services secrets rwandais, en rupture de ban avec le dictateur rwandais, Paul kagamé, avait été retrouvé 1 janvier 2014 étranglé  à l’hôtel Michelangelo Towers à Johannesburg, à Sandton, un quartier financier de la cité sud-africaine en Afrique du Sud.  Cet-ex proche de Kagamé avait fui le Rwanda en 2007 après être entré en dissidence. Ancien patron des renseignements extérieurs rwandais, Patrick Karegeya faisait partie du top 4 du Congrès National Rwandais (RNC) qui est un mouvement politique créé par d’anciens hauts cadres du FPR dont le Général Kayumba Nyamwasa, de Gerald Gahima, ancien procureur général de la République et du Dr Théogène Rudasingwa, ancien Secrétaire général du FPR et ex- chef de cabinet du Président Paul Kagame.

L’interview vue comme un testament du regretté Patrick Karegeya, l’opposant de Paul Kagame publié par  La Tribune Franco-Rwandaise, le 5 mars 2014.

Depuis quand connaissez-vous le président Kagame?

Cela fait très longtemps. On était ensemble à l’école. Il devait être deux classes au-dessus de moi. Donc cela fait plus de trente ans.

Et vous avez travaillé ensemble dans l’armée ougandaise…

Oui, nous avons travaillé dans le même département, celui des renseignements militaires.

Quand avez-vous décidé de prendre les armes ?

Je crois que tout a commencé en 1987. Fred Rwigyema était toujours vivant et il y avait aussi d’autres officiers plus âgés que nous. Ils organisaient les réunions, décidaient qui parmi les officiers devaient y participer. Donc oui, nous participions aux réunions, puis nous retournions sur le terrain pour voir ce qui se passait. Et nous leur faisions notre rapport.

Quand est-ce que le président Kagame a pris le contrôle des opérations ? Et pourquoi lui ?

Pourquoi lui ? Parce que tous ceux qui étaient au-dessus de lui sont morts. Donc ça lui revenait de commander. Quand tout a commencé, il n’était pas là. Mais quand il est revenu, Fred est mort et les autres aussi, donc c’est lui qui a pris le commandement parce qu’il était en tête de liste. On a tous pensé qu’il était souhaitable qu’il prenne la tête des opérations et c’est ce qu’il a fait.

Donc il n’y avait aucune contestation à l’époque ?

Non, aucune. Ce serait compliqué pour des militaires de contester ce type de décision, ce n’est pas comme en politique. Et n’oubliez pas que nous étions en guerre, il n’y avait pas de place pour la politique ou des considérations démocratiques. Et puis ce n’est pas comme s’il prenait la tête du mouvement. Il y avait le Front patriotique rwandais et l’Armée patriotique rwandaise. Il a pris le contrôle de l’APR et du reste plus tard. Mais ça, ça s’est fait petit à petit, au fil des années, pendant la rébellion. Puis on a pris le pouvoir. Et ce n’est qu’en 1998 qu’il a pris la tête du FPR. Il a réussi à se défaire de tout le monde et même de son patron de l’époque, Bizimungu, qui était président. Et on doit tous plaider coupable parce que ça s’est passé sous nos yeux. Mais comme on était en guerre, personne n’a eu le courage de dire quoi que ce soit ou de convoquer une réunion pour ça. Donc les civils ont été pratiquement tous éjectés du mouvement. C’est devenu une institution militaire qui n’a conservé du FPR que le nom.

Mais on a toujours l’impression qu’il était en charge de tout, même à l’époque où Pasteur Bizimungu était président. Est-ce que tout ça n’était pas du décorum ?

Non, pas exactement. Il était à la tête de l’armée et tout dépendait de l’armée. Evidemment, tous ceux qui venaient avec un problème politique, ils étaient accusés d’abord de mettre en péril les efforts de guerre, puis de ne pas être suffisamment patriotes. Et très peu de gens finalement avait le courage de dire « il y a l’action militaire et il y a la politique ». Donc il a véritablement pris le contrôle de tout sans que personne n’ose dire quoi que ce soit ou même n’ose contredire ce qu’il disait. Il est devenu l’homme fort comme on dit.

Pourquoi ne contestiez-vous pas ces décisions ? Est-ce que vous ne considériez pas qu’il était le meilleur pour faire ce travail ?

Meilleur ou non, il était déjà en place. Donc on se contentait d’essayer d’arranger les choses, de le convaincre de ne pas faire certaines des choses terribles qu’il avait en tête. C’est pour ça qu’on a fait partie des dégâts collatéraux. On a essayé de lui dire que ce n’était pas bien, que ce n’était pas la bonne manière de faire les choses. Mais parce qu’il avait tous les pouvoirs, il a commencé à voir toutes les critiques ou même simplement les suggestions comme une remise en cause personnelle. C’est devenu évident qu’à un moment, il n’y avait plus de différence entre lui et l’Etat. Comme vous dites en France : « l’Etat, c’est moi ». Et maintenant qu’il a tous les pouvoirs, il se comporte en monarque absolu. Et personne ne peut contester ses décisions.

Vous accusez aujourd’hui le président Kagame d’être derrière l’attentat contre l’avion de Juvénal Habyarimana. Avez-vous des preuves de son implication ?

Si nous n’en avions pas, nous ne dirions pas ça. Evidemment, nous en avons. Nous ne spéculons pas. Nous ne sommes pas comme ceux qui essaient d’enquêter, qui disent que le missile venait de Kanombé (ndlr : camp militaire des FAR, l’armée rwandais de l’époque). Nous savons d’où les missiles sont partis, qui les a acheminés, qui a tiré. Nous ne spéculons pas. On parle de quelque chose que l’on connait.

Mais pourquoi ne le rendez-vous pas public ? Pourquoi les garder pour vous ?

Nous ne les gardons pas pour nous. Il n’y a pas eu d’enquête digne de ce nom. On ne veut pas livrer tout cela aux médias. Souvenez-vous que tout ceci aura des conséquences pour des gens. Les gens qui ont perdu leurs vies avaient une famille, des amis. Si je vous le dis, évidemment, vous allez le publier et ça ne va pas aider les victimes. Donc, on s’est toujours dit que ça devait se faire dans le cadre d’une enquête judiciaire, qu’on puisse dire dans ce cadre-là ce que l’on sait.

Le juge Trévidic ne vous a jamais contacté ?

Non, ces juges ne sont jamais venus vers nous. S’ils le font, nous le dirons ce que nous savons. Mais on ne peut pas leur forcer la main. S’ils souhaitent nous entendre, ils viendront. Et puis n’oubliez pas que ce sont des Français et que les victimes sont rwandaises. Donc on estime aussi que ce serait mieux si des Rwandais faisaient aussi ce travail… Mais ça, évidemment, ça ne pourra se faire qu’après le départ de Kagame. Nous n’espérons pas qu’il y ait une enquête judiciaire rwandaise pour le moment. Les Français ont pris la liberté de le faire, mais aucun d’eux n’est venu nous voir.

Est-ce que vous êtes impliqué dans cette attaque ?

Non, mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas ce qui s’est passé.

Et vous n’occupiez pas un poste qui vous permettait d’empêcher cet attentat ?

L’empêcher ? Non, je ne m’y serais pas opposé. Il l’a décidé. Et je n’aurais jamais pu dire : ne le faites pas. Il était sûr de sa décision. Mais savoir, ça, oui, on sait.

Mais pourquoi abattre cet avion ?

Il croit que tous les opposants doivent mourir… Et à cette époque, parce que c’était Habyarimana, c’était un moyen de prendre le pouvoir. Habyarimana venait de signer un accord de partage du pouvoir, même s’il essayait de gagner du temps, ce n’était pas une raison pour le tuer. Il fallait suivre le processus et s’assurer qu’il aille jusqu’au bout. Beaucoup de gens disaient qu’il essayait de gagner du temps, je ne cherche pas à le défendre. Mais même s’il a commis des erreurs, il ne méritait pas de mourir.

Vous avez été chef des renseignements extérieurs pendant dix ans et, en 2004, vous avez été démis de vos fonctions. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

C’est le résultat d’une série de désaccords avec le président Kagame sur sa lecture du pays en termes de gouvernance, de droits de l’homme, à propos également de la situation au Congo… Ça a duré assez longtemps. A un moment, j’ai réalisé qu’on n’allait nulle part. Je lui ai demandé de me laisser faire ma vie, il a refusé. Trois ans après, il a fini par me jeter en prison. Pas une, mais deux fois. Donc il s’agissait de désaccords politiques, rien de personnel.

Rien de personnel ? Mais vous étiez amis…

Bien sûr que nous étions amis, mais je faisais partie du gouvernement. Je n’étais pas là pour l’encenser. En tant que chef des renseignements, je pense que ce que je pouvais faire de mieux, c’était de lui dire la vérité, que la vérité soit amère ou non. Mais le fait qu’il ne puisse pas l’accepter et qu’il le retienne contre moi, je crois que ce qui se passe aujourd’hui me donne raison.

Quelles abominables vérités lui disiez-vous par exemple ?

Les habituelles, je lui disais que ce que nous faisions n’était pas bien en terme de justice, de démocratie, de liberté de la presse. Il y avait la seconde guerre du Congo. On a parlé de tout ça et on ne tombait jamais d’accord. Mais parce que ça n’avait pas lieu en public, personne ne réalisait qu’il y avait une sorte de guerre froide entre lui et moi.

Donc il y a eu pendant des années des dissensions au sein du Front Patriotique Rwandais ?

Oui, mais cela se passait entre les militaires. Les civils n’en savaient rien. Et il n’y avait pas que moi. D’autres aussi étaient mécontents. Certains en ont fait les frais. D’autres ont décidé de se taire pour toujours. C’est une question de choix. Si vous en parliez publiquement, ils vous pendaient haut et court. Certains sont morts, d’autres ont été jetés en prison, d’autres comme nous se sont retrouvés en exil. Et ça va continuer tant qu’il reste sur cette ligne.

Vous disiez que vous vous êtes opposés à la seconde guerre du Congo. Donc vous étiez favorable à la première ?

Oui, définitivement. Il y avait des raisons parfaitement légitimes de la mener. A cause de ce qui se passait de l’autre côté de la frontière, dans les camps, la réorganisation (ndlr : des ex-FAR-Interahamwe), soit on réglait le problème, soit ils allaient s’occuper de nous. Celle-là était légitime. Mobutu les soutenait. En ce qui concerne la deuxième guerre, il nous suffisait de parler, nous n’avions pas nécessairement besoin de nous battre. Et comme vous le voyez, nous n’avons obtenu aucun résultat. Nous en sommes toujours au même point. RCD, CNDP, M23. Il y aura probablement aussi un M27… Ça n’aide pas le Congo. Ça n’aide pas le Rwanda. Ça n’apporte que des souffrances dans la région.

Bosco Ntaganda qui était l’un des chefs du CNDP est devant la Cour pénale internationale. Est-ce que vous allez témoigner devant la cour ?

Je ne sais pas pourquoi je devrais le faire. Mais si la cour estime qu’elle peut apprendre quelque chose de moi, je coopérerai avec elle. Mais je crois que la CPI ne juge pas la bonne personne. Elle devrait traduire en justice Kagame et pas Ntaganda.

Pourquoi ?

Parce que c’est lui qui l’a choisi au Rwanda et l’a envoyé dans l’est du Congo. Alors pourquoi s’occuper des symptômes et pas de la maladie ?

Donc vous affirmez que Bosco Ntaganda est rwandais et pas congolais ?

Oui, bien sûr qu’il est rwandais. Il était dans l’armée rwandaise, on l’a choisi, envoyé auprès de Lubanga et on l’a approvisionné en armes. Donc quand il cause tous ces problèmes, le coupable, ça ne devrait pas être Ntaganda, mais Kagame. Ntaganda a juste été déployé. Donc ces événements sont de la responsabilité de son commandant.

De quel corps d’armée était-il issue ? Où était-il basé ?

Ce n’est pas comme si on en avait plusieurs. Il était des forces de défense rwandaise. Il était sous-officier. La plupart de ceux qui ont dirigé la rébellion venaient du Rwanda de toute façon. Ntaganda n’est pas un cas particulier. Nkunda, Ntaganda, ils ont été formés au Rwanda, mais ne se sont pas battus là. C’est pourquoi je dis qu’ils ne s’occupent pas des bonnes personnes. Ils étaient déployés, c’est tout.

Bosco Ntaganda s’est enfui au Rwanda et a trouvé refuge à l’ambassade des Etats-Unis. Est-ce que c’était avec l’aide du gouvernement rwandais ?

Non, il voulait sauver sa peau. S’il s’était rendu au gouvernement rwandais, ça aurait été une toute autre histoire. Je ne pense pas qu’ils l’auraient remis à la Cour pénale internationale.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 11 avril 2020

RDC: Vital Kamerhe, les paroles ne s'envolent plus à l'heure du Net !

RDC: Vital Kamerhe, les paroles ne s'envolent plus à l'heure du Net !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

L'Homme politique est devenu un si habile manipulateur qu'il se rapproche de l'illusionniste. Qui peut croire Kamerhe ? Et pourtant les écervelés fanatiques de l'Udps n'ont cessé de clamé: Vital Kamerhe, coach, Vital Kamerhe, pacificateur....Depuis qu'il dort en prison de Makala, Tshilombo est aphone, silencieux comme une carpe. Pas un communiqué de la présidence usurpée.

Freddy Mulongo-Kamerhe 10.jpg, avr. 2020

Tous ces prétendus hommes politiques sont les pions, les cavaliers, les tours ou les fous d'une partie d'échecs qui se jouera tant qu'un hasard ne renversera pas le damier. (Honoré de Balzaac) ! Seul un dégagisme permettra au peuple congolais de recouvrir sa souveraineté.

Le putsch électoral de Tshilombo, Monsieur 15% soutenu par son allié Kamerhé, pour une nomination électorale en lieu et place du respect des urnes. Tshilombo dans son deal à Kingakati avec Alias Kabila pour être président Nommé, d'une présidence usurpée, a toujours oublié que les populations congolaises de Beni-Butembo et Yumbi étaient privés de leur droit de vote. Ils n'avaient pas voté donc Tshilombo n'est pas leur président ! les magouilles à la présidence usurpée de Tshilombo, 306 millions de dollars volatilisés pour les travaux de 100 jours, font dégoûter de la politique et de la classe politique. 

Vital Kamereh, coach, Vital Kamereh, pacificateur...scandaient les écervelés fanatiques de l'Udps. Depuis que la justice a incarcéré, Vital Kamerhe à la prison centrale de Makala pour vol et détournement des millions d'argent dans le cadre du projet des 100 jours de la présidence usurpée, certains oublient qu'un Directeur de cabinet ne fait rien sans l'aval de son président. D'autres veulent dédouaner Tshilombo et s'exclament qu'il ne fallait pas qu'il s'allie avec un criminel, empoisonneur,  falsificateur,  récalcitrant,  manipulateur,  tricheur,  rusé, voleur et  roublard. L'incarcération de Vital Kamerhe, son allié,  est aussi le dévoilement de la nudité de Tshilombo. 

En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un événement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi. Tshilombo n'a que deux slogans: Etat de droit et démocratie. Bon parleur, c'est Kamerhe qui développe comme dans cette vidéo. Il parle de justice indépendante, rédevabilité du pouvoir, bonne gestion, lutte contre la corruption...Or c'est tout le contraire de ce qu'il a fait vivre le peuple congolais. C'est lui qui a organisé la mafia à grande échelle à la présidence. Le marché de gré à gré, des comptes ouverts à la Rwabank pour y verser l'argent public, des comptes aux Seychelles, Afrique du Sud avec l'argent du peuple congolais...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 7 avril 2020

RDC: De l'Udps parti national à l'Udps médiocre des Mabumucrates, Ventriotes et Tribalo-ethniques...

Freddy Mulongo-Udps mabumucrate.jpg, avr. 2020

RDC: De l'Udps parti national à l'Udps des Mabumucrates, Ventriotes et Tribalo-ethniques...

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Cette photo parle d'elle-même. Fondé le 15 février 1982, L'Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) fut un grand parti national dont les leaders étaient de toutes les provinces du Congo. C'était le temps des pères fondateurs "les 13 parlementaires". Aujourd'hui, l'Udps "Tshintu Tshetu" est un parti des Tribalo-Ethniques, un ramassis des mabumucrates, ventriotes, fanatiques sans idéaux.

Cette photo parle mieux que mille écrits. L'Udps national de 13 parlementaires a été un parti fédérateur et rassembleur. Ici on voit le directoire des présidents: Frédéric Kibassa (Katanga), Etienne tshisekedi (Kasaï), Mbwankiem (Bandundu) et Marcel Lihau Kanza (Equateur).

L'Udps qui négociait en catimini avec le régime d'Alias Kabila à Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles et Kinshasa n'est autre que celui des ramassis Mabumucrates, profito-situationnistes, ventriotes,  vendus, corrompus, traîtres, collabos arrivistes, parvenus et tribalo-ethniques. Tous les Congolais des autres provinces ont été chassés pour en faire l'Udps de Tshintu Tshetu !

Le peuple d'abord au ventre d'abord, il n'y a qu'un pas !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 6 avril 2020

Du Congo Belges à aujourd'hui, des Congolais "Cobayes" de différents vaccins!

Du Congo Belges à aujourd'hui, des Congolais "Cobayes" de différents vaccins!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Hilary Koprowski.jpg, avr. 2020

Tollé planétaire sur la déclaration du Dr. Muyembe pour son vaccin test du Coronavirus-Covid 19 en République démocratique du Congo. Les Congolais ne sont pas des "Cobayes". Et pourtant, il y a eu un silence assassin et dénégation cynique sur le vaccin antipolio au Congo d' Hilary Koprowsky, virologue Polono-Américain. Son vaccin de polio au Congo est l'ancêtre du SIDA.

Freddy Mulongo-Hilary Koprowski 3.jpg, avr. 2020

Dans les années 50, la polio était une maladie qui attaque le système nerveux central et conduit à la paralysie musculaire, voire à la mort. La première inoculation de masse avec le vaccin de Hilary  Koprowski, le Polono-Américain a eu lieu au Congo en 1958. En moins de six semaines, le vaccin a été administré à plus d’un quart de million d’enfants et de nourrissons, avec les conséquences que l'on connait aujourd'hui.

Freddy Mulongo-Hilary Koprowski 6.jpg, avr. 2020

La République démocratique du Congo a toujours été un pays des Cobayes pour tous les charlatans patentés pour des tests de vaccin. Je me pose la question: Tous les Congolais des années 1955-1980 ont à leur bras gauche, une cicatrice de "Mangwele". Que nous a-t-on inoculé à l'époque ? 

Dans les années 50, les Etats-Unis sont en guerre contre la polio, ce fléau qui attaque les enfants. C’est le début d’une course au vaccin entre les plus grands scientifiques : Jonas Salk, Albert Sabin et Hilary Koprowski.-5 décembre 1916 - 11 avril 2013-, le vaccin contre la polio au Congo avait rendu  des petits enfants handicapés. Nous apprenons aujourd'hui que ce vaccin est l'ancêtre du SIDA.

Freddy Mulongo-Hilary Koprowski 4.jpg, avr. 2020 

En 1992, un groupe de scientifiques, à travers un article de Tom Curtis, propose une théorie selon laquelle le passage du VIS à l'Homme aurait pour origine une campagne de vaccination anti-polio pratiquée en République démocratique du Congo, ancienne colonie belge appelée Congo belge à l'époque. Cette dernière théorie, documentée et ayant fait l'objet de recherches, n'a jamais été acceptée par la communauté scientifique.

https://www.facebook.com/dadastone.ipoma/videos/10223075467173754/

Edward Hooper reprend cette thèse et l'étaye en recueillant documents et témoignages sur le terrain. Son travail est soutenu par le biologiste Bill Hamilton, qui l'accompagne au Congo pour recueillir des données. À l'issue de ces recherches, le livre The River, A Journey to the Source of HIV and AIDS est publié, auquel fera suite le documentaire Les origines du sida.

La thèse d'Edward Hooper s'appuie sur la proximité des premiers cas de sida avec les zones de vaccination intensive, ainsi que sur l'utilisation de reins de singes pour la production de vaccins . Le passage du VIS à l'Homme, par mutation pour donner le VIH, serait, selon l'enquête de Hooper, venu de l'utilisation de chimpanzés , notamment dans le laboratoire de Stanleyville, où une ménagerie a accueilli près de 600 chimpanzés entre 1957 et 1960. 

Février 1959. Arno Motulsky et Jean Vandepitte, deux médecins américain et belge, sont engagés dans la recherche microbiologique contre le paludisme à Léopoldville [l’actuel Kinshasa], la capitale de ce qui était alors le Congo belge. Avec l’aide des médecins locaux, ils recueillent des échantillons de sang sur le personnel médical, les patients de l’hôpital et les membres de la police. Vingt-six ans plus tard, en 1985, ces échantillons, ainsi que d’autres venus de divers endroits de l’Afrique subsaharienne, parviennent aux Etats-Unis. Le Pr André Nahmias, de l’université Emory à Atlanta, les teste pour déceler la présence d’anticorps contre le virus responsable du sida. Les analyses effectuées sur cet échantillon, le L70 ­ tiré d’un lot de 99 spécimens prélevés à Léopoldville en 1959 ­, se révèlent positives à tous les examens. Recueilli sur un homme africain inconnu, le L70 constitue le plus ancien exemplaire connu du virus de l’immunodéficience humaine, ou VIH.

Nul ne sait ce qu’il est advenu de cet homme, mais, dans les vingt années qui ont suivi ce prélèvement ­ et avant 1981, l’année zéro du sida, celle où les Etats-Unis ont officiellement reconnu l’épidémie ­, un certain nombre d’autres Africains et d’Européens de passage en Afrique seront contaminés par le VIH-1, la première souche de ce virus à avoir été identifiée. Ces cas, traités dans les hôpitaux et les cliniques du Congo notamment [qui s’est appelé Zaïre de 1971 à 1997], mais aussi du Rwanda et du Burundi, présentaient ce que nous reconnaissons aujourd’hui comme les principaux symptômes du sida : sarcome de Kaposi particulièrement marqué, toxoplasmose, diarrhée, tuberculose. A l’époque, la médecine était restée impuissante, mais des prises de sang furent réalisées et, des années plus tard, après les tests, les échantillons ainsi prélevés révélèrent la présence de VIH. Fait très troublant : 87 % d’entre eux ­ c’est-à-dire de tous les échantillons connus de VIH-1 provenant d’Afrique avant 1980 ­ viennent de villes où des Africains ont reçu le même vaccin antipoliomyélitique oral, entre 1957 et 1960. Absolument tous les cas connus de VIH-1 en Afrique antérieurs à 1981 se situaient à moins de 160 km de ces lieux de vaccination. Existe-t-il un lien entre le sida et le vaccin antipoliomyélitique ? Edward Hooper prétend que oui et, dans son troublant ouvrage The River : A Journey Back to the Source of HIV and AIDS* [La rivière : retour aux sources du VIH et du sida], il avance des arguments frappants et bien documentés.

L’hypothèse n’est guère nouvelle. De par le monde, au moins trois chercheurs ayant travaillé indépendamment les uns des autres ont fourni des versions légèrement différentes de la théorie avancée à la fin des années 80. L’un d’eux était Jennifer Alexander, responsable du département de microbiologie à l’université du Witwatersrand (Johannesburg), qui, avec Gerasmos Lecatsas, chercheur en virologie à la Medunsa (école de médecine d’Afrique australe), a fait état de cette hypothèse relative au vaccin antipoliomyélitique dans des lettres ­ parues dans le SA Medical Journal en 1989, puis dans la revue médicale britannique The Lancet, en 1992. Ces deux lettres suscitèrent une levée de boucliers dans les milieux médicaux. C’est à la suite d’une rencontre avec Jennifer Alexander, en 1992, qu’Edward Hooper renonça à sa carrière d’enseignant et consacra son existence à démontrer la théorie selon laquelle ce vaccin était à l’origine du sida.

Une question sous-tendait son enquête. Si, comme on en est certain aujourd’hui, le VIH remonte aux rétrovirus présents chez certaines espèces de singes africains, tels que le virus de l’immunodéficience du singe, ou VIS (qui est la forme la plus proche du VIH), comment ces derniers ont-ils pu se transmettre d’un coup ­ et non pas graduellement ­ aux humains à la fin du XXe siècle, comme le laissent entendre ceux qui considèrent le franchissement de la barrière des espèces comme une évolution naturelle ? D’après Edward Hooper, la réponse la plus évidente est la suivante : c’est parce que les médecins les leur ont inoculés en étant animés des meilleures intentions du monde.
Au Congo, Edward Hooper s’est tout particulièrement intéressé au camp de Lindi, situé sur le fleuve Congo, à quelque 14 km de Stanleyville (l’actuel Kisangani), où des singes capturés étaient enfermés dans des cages, puis sacrifiés pour leurs reins. Ces reins étaient ensuite utilisés pour obtenir des substrats ou cultures cellulaires permettant de perfectionner les vaccins. Ces derniers avaient été mis au point par l’un des pionniers américains de la virologie, Hilary Koprowski, et furent les premiers à être administrés à des humains, en 1950.

De la noble intention au désir de prestige

Hilary Koprowski arriva à Lindi en 1957 pour superviser la recherche sur les vaccins, mais on ignore pratiquement tout de ses travaux dans le camp, si ce n’est que certains des animaux avec lesquels son équipe travaillait présentaient des signes évidents de maladie. “Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé à Lindi, écrit Edward Hooper, mais les rapports des expériences qui y ont été menées contiennent des lacunes énormes et inexpliquées, et un épais secret entoure encore à ce jour les travaux sur les chimpanzés. Nous savons en revanche que des chimpanzés de deux espèces différentes étaient en captivité dans le camp et qu’ils partageaient souvent la même cage. Nous savons également que l’on perd la trace de plusieurs centaines des chimpanzés qui sont arrivés à Lindi et que certains animaux présentaient des symptômes d’immunosuppression, ce qui laisse supposer qu’ils étaient peut-être contaminés par le VIS. En outre, il apparaît clairement qu’un lot de vaccins réalisés à partir de cultures sur des cellules rénales de chimpanzé a pu être produit à Stanleyville même.”

On estime à 330 000 le nombre d’Africains ayant été ainsi vaccinés dans l’ancien Congo belge, entre février 1957 et juin 1960, auxquels viennent s’ajouter 660 000 autres cas dans les régions du Rwanda et du Burundi ­ soit près de un million de personnes pour les anciennes colonies belges. Et tout cela avant qu’un seul Belge blanc vivant en Afrique n’ait été vacciné. Lors d’une campagne apparemment réalisée sans supervision, des Africains de la vallée de la Ruzizi [sur la frontière burundo-congolaise], au Rwanda et au Burundi, ont été les sujets des premiers essais massifs du vaccin, entre février et avril 1958. “Il n’y avait pas de supervision”, a expliqué Hilary Koprowski, sur la défensive, à Edward Hooper. “Ils en ont donné aux enfants. Ils en ont donné aux bébés. Ils se sont occupés de tout et en ont distribué 256 000 en six semaines. L’appel à cette vaccination massive se faisait… au son du tambour.” Il faut toutefois signaler pour sa défense que, à ce que l’on sait, aucun échantillon de ce vaccin n’a subi de tests pour y déceler la présence de VIH ou de VIS. Edward Hooper suggère que des recherches en ce sens soient menées dans plusieurs instituts internationaux sur l’unique échantillon originel conservé. 

Quant à l’épidémie de sida, elle se poursuit et, avec elle, le combat de la science pour en venir à bout. “Les progrès réalisés par la biotechnologie ces vingt-cinq dernières années laissent espérer de merveilleux progrès pour le développement et le bonheur de l’être humain, estime Edward Hooper. Mais ils risquent également de nous exposer aux plus grands dangers jamais rencontrés par notre espèce. Avons-nous la maturité nécessaire pour agir avec prudence et discernement, au milieu des cris d’enthousiasme bien compréhensibles des optimistes, des égoïstes, des imprudents et des désespérés, au milieu de toutes ces exigences pressantes de prendre des mesures audacieuses avant qu’il ne soit trop tard ? Ou, au contraire, sommes-nous prêts à recommencer les erreurs une fois de plus ?” Le parallèle entre le sida et la polio est flagrant. En 1959, comme aujourd’hui, on était en présence d’une maladie terrifiante frappant le monde entier et d’une pression énorme pour y trouver un remède. A l’époque comme de nos jours, les scientifiques étaient animés par de nobles intentions, mais aussi par un désir beaucoup plus égoïste de prestige ainsi que par la possibilité de faire fortune. Or, quarante ans plus tard et à cause des luttes intestines, les actions de vaccination contre la polio menées dans la République démocratique du Congo ont été interrompues. Et il est aussi paradoxal qu’effrayant de constater que, pour cette même raison, cette région est redevenue l’un des bastions de cette maladie.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

RDC: Michael A. Hammer, ambassadeur Américain ou Tintin au Congo ?

RDC: Michael A. Hammer, ambassadeur Américain ou Tintin au Congo ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mike Hammer.jpg, avr. 2020

Pays des politicailleurs médiocres, tricheurs et fraudeurs qui se font appelés abusivement "Excellence", "Honorable". Michael A. Hammer est l'ambassadeur des Etats-Unis en RDC. Tintin au Congo est un petit reporter face au communicateur qui excelle dans sa communication sur le régime Tshilombo. les Etats-Unis ont sanctionné la CENI et la Cours Constitutionnelle, tout en encensant le tricheur Tshilombo!

Freddy Mulongo-Mike Hammer4.jpg, avr. 2020

Qu'est-ce qui se passe en République démocratique du Congo?  Il suffit après avoir consulté d'autres sources, de jeter un coup d’œil sur le compte twitter de Michael A.  Hammer. Omniprésent et très actif sur les réseaux sociaux, Michael A. Hammer, l'ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo, est un homme de terrain. A-t-il le don d'ubiquité pour se retrouver sur plusieurs endroits en même temps ? Il s'est lui même donné le nom de "Nzita" en Kikongo et "Ntkemana" en Tshiluba "Espoir" ! Un ambassadeur soutient la politique de son pays.  Les Etats-Unis ont soutenu la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo qui n'a obtenu que 15%. Les Etats-Unis ne sont pas empêcher de sanctionner la CENI  et la Cour Constitutionnelle qui ont fabriqué des faux résultats. Drôle de façon d'agir de la part de la superpuissance d'encenser le fraudeur et de sanctionner ceux qui ont contribué à la fraude. Au Congo, les Américains comme les occidentaux ont montré que la démocratie, l'élection et respect du choix du peuple ne sont pas des valeurs universelles. Les Congolais n'y ont pas droit.  

Freddy Mulongo-Mike Hammer 5.jpg, avr. 2020

"Corneille Nangaa, président de la Céni (Commission électorale nationale indépendante), son vice-président Norbert Basengezi et le Conseiller de la même institution, Marcellin Mukolo Basengezi, sont visés par de nouvelles sanctions américaines. Selon le Trésor américain, les trois personnalités sont accusées d'avoir "sapé le processus (électoral) ou les institutions démocratiques en RDC". "Tous les actifs des personnes désignées relevant de la juridiction des États-Unis sont bloqués et il est généralement interdit aux Américains d’effectuer des transactions avec elles," précise la décision de l’OFAC, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers.

"Cette action fait suite à la corruption persistante de hauts responsables au sein de la Céni de la RDC et de l'ancien gouvernement de Joseph Kabila pour entraver et retarder les préparatifs en vue d'élections crédibles et inclusives "a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor, chargé du terrorisme et du renseignement financier. Washington est "aux côtés du peuple congolais qui s'est rendu aux urnes le 30 décembre, mais reste préoccupé par un processus électoral défaillant dans lequel, après l'élection présidentielle, la CENI a continué à entraver le processus démocratique et n'a pas réussi à faire en sorte que le vote reflète la volonté du peuple congolais", a déclaré l’officiel américain.

Angwalima Tshilombo depuis sa Nomination Électorale a effectué 4 voyages officiels aux Etats-Unis, accompagné par Mike Hammer, l'ambassadeur américain. Aucun voyage d'Etat et il  n'a jamais été reçu à la Maison Blanche, par le président Américain , Donald Trump ! Cela ne remet pas en cause la politique ambiguë des Etats-Unis en République démocratique du Congo. On soutient un fraudeur-Tricheur et Voleur du destin de tout un peuple...on espère qu'il va opérer des miracles ?  Angwalima Tshilombo l'a toujours clamé sur le toit: Alias kabila est son partenaire. C'est grâce à son deal qu'il est bénéficiaire d'une Nomination Électorale. Après 18 ans d'une dictature féroce, et plusieurs milliers de centaines de morts Congolais, on fait comme si de rien n'était.

L'ambassadeur Michael A. Hammer se comporte de fois comme s'il était le chargé de communication  d'Angwalima Tshilombo. Je dirai plutôt son attaché presse. les Congolais ne sont pas dupes. L'accord FCC-CACH est un contrat sous seing privé, qui n'engage en rien la République. Angwalima Tshilombo a vendu le Congo aux ennemis du pays.  Voir le Congo  sombrer dans la misère à cause d'une classe politique ventriote et corrompue, soutenir quand même un politicailleur tricheur alors que l'amitié et solidarité américaine doivent aller au peuple congolais. Tintin au Congo  est un tout petit reporter. Michael A. Hammer, le dépasse et le surpasse avec photos, tweets, facebook...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 4 avril 2020

Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" parmi des Canadiens rapatriés de la RDC ?

Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" parmi des Canadiens rapatriés de la RDC ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Kin Kiey Mulumba Moyibicrate.jpg, avr. 2020

Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate est un incorrigible. Après privé 70 millions d Congolais de la fibre optique pour s'acheter un manoir à Waterloo en Belgique, "Kabila déir", "Masimanimba désir", "Angwalima Tshilombo désir" chante des louanges du président nommé pour éviter de payer son emprunt au FPI. Kin Kiey Mulumba est parmi les Canadiens rapatriés de la RDC, wouahh!

"Kabila désir", "Masimanimba désir", "Angwalima Tshilombo désir", Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" s'est envolé avec des Canadiens rapatriés de la RDC pour leur pays, le Canada 

Policailleur-ventriote, Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" est le plus girouette politique que le Zaïre-Congo n'ait jamais connu. Le dernier soutien d'Angwalima Tshilombo est un mafieux habitué aux jonglage politique.

Qui ignore ? Qui a oublié ? Que Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" a privé 70 millions de Congolais, de la fibre optique, à l' époque où il était le tout-puissant Ministre des PTTNT d'Alias Kabila et avec l'argent de la République, il s'est acheté un manoir à Waterloo en Belgique. C'est aussi à Waterloo qu'Angwalima Tshilombo s'est acheté une résidence.

Ce grand Fakwa, ami d'Angwalima Tshilombo qui n'a jamais répondu de ses crimes, vient de s'en aller pour le Canada. Le dernier communicateur de Mobutu, le rebelle du RDC, mouvement pro-Rwandais, "Kabila désir", "Masimanimba désir", "Angwalima Tshilombo désir" est toujours dans ses œuvres. Un voleur de la République ne change pas facilement sa nature. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 31 mars 2020

RDC: Elongi Ya Jesus-Papa Wemba et Coronavirus-Koffi Olomide, deux chansons interpellatrices !

RDC: Elongi Ya Jesus-Papa Wemba et Coronavirus-Koffi Olomide, deux chansons interpellatrices !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-koffi-et-papa-wemba.jpg, mar. 2020

Engagement = Acte ou attitude de l'intellectuel, de l'artiste qui, prenant conscience de son appartenance à la société et au monde de son temps, renonce à une position de simple spectateur et met sa pensée ou son art au service d'une cause.

Réveil FM International n'est pas média "Coupagiste" ni "Thuriféraire". Pour aider, notre pays à ne pas sombrer dans les abîmes ni disparaître, il faut que chaque Congolais puisse s'engager à sauver la Nation. Trop des futilités et médiocrités, nous éloignent des vrais enjeux de notre pays. On encense des voleurs, tricheurs, fraudeurs et incapacitaires. Il y a des thuriféraires pour faire des éloges aux fourbes et roublards.

Ce sont les valeurs républicaines qui fondent un pays. Pour être engagé, il faut avoir des profondes convictions. Et les artistes musiciens qui sont des leaders de masses doivent jouer leur rôle. Avec le confinement obligatoire, chacun est entrain de se remettre en question sur ses vrais priorités dans la vie : Est-ce que c'est l'argent ? L’enrichissement personnel ? La gloire humaine ?...En cette période de confinement, la RDC a besoin des hommes et femmes engagés.

Comment un pays qui prie du matin au soir, où dans chaque rue on retrouve 4 à 5 églisettes, nos propres enfants sont qualifiés de sorciers. Il faut donner des offrandes pour être béni. Dieu est devenu un distributeur des bénédictions. Et cette bénédiction dépend de ce que l'on a dans sa poche et que l'on donne...Pendant cette période de confinement, il y a des pasteurs qui réclament des offrandes aux fidèles ? L'église n'est-elle pas autre chose que les "Makabo" ? Donner à Dieu n'est-il pas d'abord un acte volontaire sans contrainte. Comment un pays où étaler ses richesses même lorsqu'on ne travaille pas ne pose aucun problème de conscience, à qui conque ? . Un pays où la saleté rime avec les habitants.  La salubrité fait partie de l'environnement, personne ne s'en plaint. L'Etat Talela Biso Makambu Oyo ! Le premier l'Etat, c'est chaque citoyen. Les personnes qui vident leurs fosses sceptiques lorsqu'il pleut, savent-ils qu'ils véhiculent des maladies ? Faut-il une brigade d'hygiène pour que chaque citoyen comprenne que vivre dans un environnement sain est une affaire de tous ? Pourquoi des serviteurs de Dieu doivent vivre dans l'opulence pendant que les fidèles triment et vivent dans la misère?  

Lorsqu'on écoute Koffi Olomide dans sa chanson Coronavirus Assassin, comment ne pas apprécier le travail d'artiste ? Nzambé Asepeli Té ! Nzambe Azali Na Kanda chante Olomide !

Ceux qui pensent aider son c'est seulement avec de l'argent. Chacun dans son domaine doit changer son logiciel et ses priorités.

Papa Wemba hier, et Koffi Olomide aujourd"hui marquent leur époque. Elongi Ya Jésus contre la pudibonderie et Coronavirus Assassin, la pandémie tue, sont deux œuvres qui sensibilisent sur deux fléaux qui rongent la société congolaise.

 Koffi Olomidé n'a pas besoin d'un concert à Paris Bercy pour chanter sa chanson et contribuer à la diffusion de la pandémie tue, décime les populations. Son clip de Coronavirus est bien fait.

Ceux qui insultent des patriotes-résistants -combattants de la diaspora n'ont rien compris. La Fatwa Anti-Concerts est salutaire. Le pays qui se meurt n'a pas besoin des trémousseurs patentés.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 28 mars 2020

"Coronavirus": L'allocution du président Macron à Mulhouse !

Freddy Mulongo-Macron Mulhouse.jpg, mar. 2020

ALLOCUTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR LE COVID-19 

Mesdames, Messieurs, mes chers compatriotes.

Je tenais à venir aujourd’hui ici, à Mulhouse, en Alsace, dans cette région Grand-Est, dans cette région qui est à ce jour la plus touchée par l'épidémie de Covid-19 et l'une des premières frappées en France, il y a près d'un mois. Dans le Grand-Est, plusieurs centaines de nos compatriotes ont perdu la vie.  Plus de 700 se trouvent en état grave, placés en réanimation. Je m'associe à la douleur des familles, des proches et veux leur dire que la Nation toute entière est à leurs côtés.

Je veux aussi, ce soir, saluer la mémoire des soignants qui ont payé de leur vie leur engagement pour soigner d'autres vies, sauver d'autres vies depuis le début de cette épidémie. Le premier soignant est tombé il y a quelques jours à Compiègne. Trois soignants ont perdu la vie dans la région Grand-Est, ils avaient décidé de soigner coûte que coûte. Un gynécologue obstétricien ici à Mulhouse, un médecin généraliste, dans la commune de l'hôpital en Moselle et un médecin généraliste à Colmar, une ville elle aussi très durement touchée. Nos pensées accompagnent leurs familles, leurs proches, toute la communauté des soignants.

Mes chers compatriotes, je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre, une guerre contre un ennemi invisible, ce virus, le Covid-19 et cette ville, ce territoire porte les morsures de celui-ci. Lorsqu'on engage une guerre, on s'y engage tout entier, on s'y mobilise dans l'unité. Je vois dans notre pays les facteurs de division, les doutes, toutes celles et ceux qui voudraient aujourd'hui fracturer le pays alors que nous ne devons avoir qu'une obsession : être unis pour combattre le virus.  J’en appelle à cette unité, à cet engagement : être unis.  Vous avez un Gouvernement qui est à la tâche, œuvrant pour trouver les solutions et se battant. Le ministre de la Santé reviendra dans les prochains jours, comme il l'a déjà fait et comme il le fait constamment sur les sujets les plus sensibles, en toute transparence. Le sujet des masques, des respirateurs, des tests et des traitements pour apporter toutes les explications, toutes les demandes d'informations légitimes, mais sans que nous ne cédions à aucune forme de division sans que jamais nous ne céderons au flot de fausses informations. Nous n'avons qu'une priorité : battre le virus.

La Nation tout entière est mobilisée. Mobilisation d'abord des services de l'Etat, qui est totale, et ici, dans le Grand-Est depuis le début. Sur le plan sanitaire, d'abord, tout est mis en œuvre pour que le service, nos services de santé puisse faire face à la vague. L'Agence régionale de santé a lancé très tôt un appel au volontariat des personnels soignants. Plus de 1 000 engagés ont répondu présent dans la région, dont 250 ici à Mulhouse. Une organisation s'est mise en œuvre consistant à déprogrammer les opérations qui n'étaient pas urgentes pour libérer des lits, mobilisant le secteur privé, faisant jouer toute la solidarité entre l'hôpital, le secteur privé et la ville. Les respirateurs sont arrivés, d'autres hôpitaux, des Armées. Un déploiement complet a été fait. Nous avons ici, dans cette région, mis en place une organisation, une méthode inédite qui sera répliquée partout où elle sera utile. 

Solidarité aussi nationale qui joue à plein. Plusieurs transferts ont été organisés vers des régions moins touchées. Une trentaine de patients ont ainsi été conduits dans d'autres hôpitaux de la région. Trois opérations menées par les Armées ont permis de transférer 18 patients vers d'autres régions. Et demain, un train médicalisé sera affrété pour transférer une vingtaine de patients à nouveau. La mobilisation de nos systèmes de santé est totale. Je veux saluer tous les personnels de l'hôpital, des hôpitaux de la région, mais aussi tous les médecins de ville que j'ai croisé tout à l'heure et avec qui j'ai pu discuter, et l'ensemble du secteur sanitaire, médico-social et social.

Mobilisation aussi de tous les services de l'Etat. Je veux saluer les préfets qui, aux côtés des responsables sanitaires, se sont mobilisés pour assurer la continuité des services publics. Tous les services de l'Etat sont mobilisés, nos policiers, nos gendarmes, nos douaniers, l'ensemble de nos fonctionnaires, nos enseignants, à qui aussi je veux dire merci car ils continuent de s'occuper de notre jeunesse de manière physique pour les enfants de nos personnels soignants mais de tous les autres aussi, sans relâche. Je veux ici aussi remercier l'ensemble des collectivités locales, la région, le département, l'agglomération et la ville et l'ensemble de leurs personnels qui n'ont cessé d'être également au front.

Enfin, je veux remercier nos voisins allemands, suisses, luxembourgeois, qui ont pris en charge une trentaine de patients lourds, comme nous l'avons fait il y a quelques semaines pour nos voisins italiens. C'est cela aussi l'Europe, la vraie, cette solidarité. 

Ici, dans cette première région si lourdement touchée, cette mobilisation a été exemplaire. L'organisation a permis collectivement de nous améliorer pour apporter une réponse indispensable. Ici, nous avons fait bloc pour soigner, pour sauver. C'est en activant tous les leviers de la solidarité et en faisant bloc que nous pourrons faire face en Corse, où la situation est déjà très difficile, puis demain, dans les Hauts-de-France, en Bourgogne-Franche-Comté, en Île-de-France, en Outre-mer aussi, où des situations extrêmement tendues sont en train d'arriver. Dans chacun des territoires que je viens d'évoquer, la situation, chaque jour, est plus difficile et c'est la même organisation qui se met en place. Elle se met en place aussi parce qu'une formidable mobilisation nationale est là, et je veux vous en féliciter et vous en remercier, mes chers compatriotes. La réserve sanitaire d'abord, avec plus de 40 000 inscrits, permet d'apporter des bras, des soutiens à des femmes et des hommes qui se réengagent pour aider. Plus de 100 000 d'entre vous se sont engagés sur la plateforme "Je veux aider" pour là aussi, à leur manière, avec leurs moyens, apporter une aide au milieu de cette crise. C'est cette France fraternelle qui nous permettra de tenir et de vaincre.

Mais derrière cette organisation, il y a toujours et avant tout les femmes et les hommes. Je suis ici à Mulhouse, à leurs côtés, pour leur rendre hommage. Dans cette guerre, il y a en première ligne l'ensemble de nos soignants, qu'ils interviennent à l'hôpital, en ville, dans les EHPAD, dans nos établissements accueillant des personnes en situation de handicap, dans les services à domicile, qu'ils soient médecins, infirmiers, ambulanciers, pharmaciens, aides-soignants. Tous sont en première ligne. Les yeux sont cernés, la fatigue est présente. L'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues, pour leur famille. Je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force. La Nation tout entière est derrière eux, reconnaissante. Elle rend hommage chaque jour. Elle est à leurs côtés à chaque instant. Avec un courage exceptionnel, ils font face. Ils sauvent des vies. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir. Nous serons là aussi au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect. J'ai demandé au gouvernement d'apporter une réponse claire et forte de court terme pour l'ensemble des personnels soignants comme pour l'ensemble des fonctionnaires mobilisés, afin de majorer les heures supplémentaires effectuées sous forme d'une prime exceptionnelle pour pouvoir accompagner financièrement cette reconnaissance. Mais plus largement, nos soignants qui se battent aujourd'hui pour sauver des vies se sont hier battus, souvent pour sauver l'hôpital, notre médecine. Beaucoup a été fait, sans doute pas suffisamment vite, pas suffisamment fort. L’engagement que je prends ce soir pour eux et pour la nation toute entière c’est qu’à l’issue de cette crise un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital. C’est ce que nous leur devons, c’est ce que nous devons à la Nation. Cette réponse sera profonde et dans la durée.

Je veux aussi saluer l’ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne et qui permettent à nos soignants de soigner, et au pays de continuer à vivre. Ce sont les femmes et les hommes qui transportent, qui hébergent, qui dépannent, qui nettoient, qui réparent. Ce sont nos agriculteurs, ce sont l’ensemble des femmes et des hommes qui sont dans le secteur de l’alimentation, des commerces de première nécessité, ce sont nos livreurs, nos caissiers et nos caissières, c’est tout ce peuple travailleur de France qui se bat, qui, je le sais, parfois, est angoissé, souvent pour eux-mêmes et leurs familles, mais permet au pays de vivre. Je veux ce soir avec beaucoup de force les remercier et leur apporter tout le soutien de la Nation. Je sais les attentes qu’il y a là aussi pour être mieux protégé et le gouvernement fera le maximum pour apporter toutes les réponses avec les contraintes qui sont les nôtres, toujours en transparence. Vendredi, je rassemblerai l’ensemble des partenaires sociaux et un très gros travail a été fait ces derniers jours pour, secteur par secteur, apporter les meilleures réponses pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail. Je veux remercier l’ensemble des employeurs de tous ces secteurs qui ont beaucoup fait là aussi pour que la nation continue à vivre. Cette deuxième ligne est indispensable et je veux remercier tous nos compatriotes qui, avec courage, chaque jour, permettent au pays de continuer à vivre dans ce contexte. Leur travail, leur engagement, leur courage sont aussi notre fierté.

Et il y a la troisième ligne, celles et ceux qui peuvent télétravailler ou rester à la maison, arrêter leur activité pour un temps ou qui y sont contraints parce que le secteur d’activité a fermé et qui contribuent aussi à l’effort de la Nation en restant chez eux, en respectant les règles de confinement qui ont été édictées par le gouvernement, en réduisant les contacts, en luttant contre la propagation du virus. Je vous remercie, mes chers compatriotes, de cette part que vous prenez à l’effort collectif. Elle est indispensable, pour protéger notre système de santé, pour ralentir ce virus et protéger l’ensemble de nos soignants, de nos réanimateurs, pour permettre de sauver un maximum de vies, pour protéger aussi nos aînés et les plus fragiles.

Chacun a un rôle, et dans ce contexte nos armées ont un rôle et je veux les en remercier, et je terminerai par là. Nos armées sont déjà mobilisées comme ici, à Mulhouse, avec cet hôpital de campagne dans lequel je viens de me rendre et par la mobilisation aussi du service de santé dans son intégralité. Cet hôpital a été monté dans des délais records par le service de santé et l’armée de terre. Les 5 hôpitaux d’instruction des armées sont aussi mobilisés, où des malades sont déjà pris en charge. Des opérations de transport sanitaire aérien et maritime ont déjà été réalisées par des avions ravitailleurs, dont les opérations Morphée de l’armée de l’air, le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre, d’autres missions de soutien encore. Partout, je le sais, nos militaires sont prêts et déterminés.

Nous sommes en guerre et face à ce qui se profile, ce pic de l'épidémie qui est devant nous, j'ai décidé, sur proposition de la ministre des Armées et du chef d'état-major des Armées, de lancer l'opération Résilience. Cette opération, distincte de l'opération Sentinelle qui continue de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme quant à elle, cette opération Résilience sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie de Covid-19 en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection. Dans ce cadre, j'ai d'ores et déjà décidé de déployer immédiatement le porte-hélicoptères amphibies Mistral dans le sud de l'Océan Indien et à partir de début avril le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins. 

Mes chers compatriotes, Mesdames, Messieurs, je reviendrai dans quelques jours faire un point complet de la situation, vous dire les décisions prises pour les semaines à venir et les décisions plus profondes que j'entends prendre pour la nation. Mais ce soir je voulais être là, aux côtés de nos soignants, aux côtés de nos armées, aux côtés de nos malades, pour dire que toute la Nation est engagée, engagée dans ce combat. Chacun a un rôle à y jouer, chaque citoyen, parce que la Nation française est un bloc et parce que dans cette guerre nous devons faire bloc, être unis, fiers et reconnaissants pour le rôle de chacun et tenir l'unité et le courage nous permettront de vaincre. Nous ne sommes qu'au début mais nous tiendrons.

Nous tiendrons parce que nous ne cèderons rien. Nous tiendrons parce que nous en avons la force. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 26 mars 2020

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 4.jpg, mar. 2020


Le coronavirus révèle le fonctionnement de deux pays sur le même continent. Un pays qui fonctionne où l'Etat use de son pouvoir régalien pour protéger sa population: Le Ghana. Un autre pays, la République démocratique du Congo où des kuluna et chekuleurs cravatés ont pris en otage, une population exsangue par la misère, pauvreté, chômage, malnutrition, vols des deniers publics, corruption généralisée...

Kwame Nkrumah et Patrice Lumumba était des panafricanistes convaincus qui aiment chacun son pays. Qu'en est-il de leurs héritiers ?

Le Ghana met 100 millions de dollars et des équipements aux Ghanéens: les masques sont distribués, les rues sont nettoyés, des évêques, pasteurs et imams prient et jeûne ensembles pour leur pays. Le Ghana a 2 décès sur les 68 cas déclarés positifs.

La République démocratique du Congo est dans la mal gouvernance depuis plusieurs décennies et parmi ses fléaux qu'elle traîne comme un un boulet, il y a celui de la légitimité de ses dirigeants. La fraude électorale est devenue un sport national.

En République démocratique du Congo, c'est la bouillabaisse. Le régime Tshilombo décide le confinement d'une population qui vit avec -1 dollar par jour, au jour le jour. Des autorités dictent des mesurettes sans véritable prises en charges des populations. Le régime de Kinshasa ne connait même pas le nombre de sa population, le dernier recensement date de 1984.

Après avoir dépensé 80 millions de dollars pour des voyages inutiles d'Angwalima Tshilombo voleur du destin du peuple congolais, et dépensé 10 millions pour le mausolée d'Etienne Tshisekedi "Héros National" qui avait empêché en 1969, Joseph Kasa-Vubu, premier président du Congo d'aller se faire soigner en Belgique et lui avait coupé l'eau et l'électricité à sa résidence...Tshilombo met 1 million 800 mille dollars pour 80 millions de Congolais et tend la main à l'aide internationale.
Tshilombo met en place un Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) sans y mettre un sou. Angwalima Tshilombo attend l'argent des autres. Inconscient, incapacitaire et médiocre, Tshilombo est une calmité pour et contre le Congo.

Freddy Mulongo-Ghana.jpg, mar. 2020

Le Ghana est passé par des moments difficiles mais il s'en sort mieux que la République démocratique du Congo. Le Ghana est le seul pays africain qui a eu un Secrétaire Général de l'ONU: Koffi Annan. Il y a eu aussi Jerry Rollins.

Freddy Mulongo-Ghana 10.jpg, mar. 2020

En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

Freddy Mulongo-Ghana 2.jpg, mar. 2020

Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques.

Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique.

Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres. À tout juste 71 ans, Jerry Rawlings reste une personnalité qui compte dans le paysage politique ghanéen et en Afrique de l’Ouest. Si l’ancien chef de l’État s’exprime moins souvent dans les médias, chacune de ses interventions est très attendue.

La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”.
Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus.
Plus de 2 400 cas confirmés dans 46 pays pour 66 décès en Afrique.

Le Ghana est un pays démocratique que j'ai eu la grâce de visiter en novembre 2016 lors de la visite officielle du premier ministre français. J'ai été accrédité pour couvrir ce déplacement.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

- page 1 de 5