Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mercredi 23 juin 2021

RDC: La République des "COOP" avec Tshilombo, le checkuleur !

RDC: La République des "COOP" avec Tshilombo, le checkuleur !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-faussairetshilombo-2.jpg, juin 2021

Tshilombo, homme de rétro-commissions et checkuleur des "COOP" met la République sens dessous-dessus. Le corrompu-corrupteur Tshilombo Tshintuntu a volé le destin du peuple pour son enrichissement personnel et sa famille. L'incapacitaire et inconscient de la République est le plus nullard de tous. Heureusement Bana ya Elonga ya Kimbangu Diatungunua Bazali Babomi "Coop".

freddy-mulongo-faussairetshilombo-2

La population congolaise broie du noire sans aboyer, les jeeps neuves des députés godillots passent, repassent et écrasent la misérable population. Faire un don de 500 jeeps aux députés marchandises et achetés, c'est vraiment le comble. 500 jeeps neuves, alors que les Congolais croupissent dans une misère noire. Ils manquent de tout. 1 Congolais sur 3 souffre de la malnutrition aiguë. Tshilombo le corrupteur corrompu corrompt les députés godillots avec des jeeps neuves. Dans quel objectif ? L'élection présidentielle de 2023? 

Jamais la République démocratique du Congo n'a été dirigée par un inconscient troubadour comme Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba. Les calamités se suivent et se succèdent en cascades. Tshilombo le voleur de destin du peuple congolais est le roi des échecs. Echecs sur échecs. Depuis son arrivée sur le trône du Congo, par deal, nomination électorale,  fraude électorale et fabrication des faux résultats, Tshilombo est l'incarnation des calamités. Monsieur 15%, l'homme des rétrocommissions est un adepte des "COOP". Il agit comme un chauffard de Fula-Fula que les receveurs ne cesse de crier Kambika Ye, Kambika Ye, Kambika Ye. Et notre Kambikeur national agit avec la République comme sa pizzaria. 

Sans visions, sans intelligences, sans convictions, encouragé par ses tambourinaires, thuriféraires, Bena Mpuka, Talibans et Wewa, l'incapacitaire-nullard tourne rond. Aucune solution plausible aux préoccupations de Congolais. Tshilombo ne dirige rien, ne contrôle rien et ne fait rien. Le fameux Tshisekedi, qui est voleur de destin du peuple congolais, a volé le pouvoir pour s'enrichir. C'est ça son ambition. L'enfarineur a abandonné sa pizzaria et enfarine le peuple congolais. Le pauvre type s'est enrichi et a enrichi sa famille, tout en continuant de se moquer du peuple congolais. 

L'inconscient à la tête de notre pays n'est rien d'autre qu'un habitué des "COOP". La République démocratique du Congo est un pays des "COOP" avec Tshilombo. Quel investisseur viendrait dans un pays où le président de la République est un corrupteur-corrompu qui vit des "COOP"?

Fort heureusement tous les Congolais ne sont pas des corrompus. Bana ya Elonga de Mvuluzi Kimbangu Diantungunua sont des Babomi Ya "COOP". 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Affaire 500 jeeps : Le godillot Eliezer Ntambwe parle de crédit pour les députés !

Affaire 500 jeeps : Le godillot Eliezer Ntambwe parle de crédit pour  les députés  !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Jeeps Tshilombo.jpg, juin 2021

Ancien pizzaïolo et checkuleur, Tshilombo Muana Mboka Ya Moyibi fait un don de 500 jeeps neuves aux députés corrompus, marchandises et achetés. Personne ne s'offusque et certains essayent de justifier cette corruption à ciel ouvert. Tshilombo use de la corruption pour acheter des consciences. La corruption est institutionnalisée tapisse le sommet de l'Etat. Eliezer Ntambwe, mawa pe soni.

fb-img-1624192629824

La Mafia au grand jour. Les mafieux mafiateurs ne se gênent plus dans la république bannière à démocratiser du Congo. Tshilombo fait un don de 500 jeeps neuves aux députés corrompus, marchandises, achetés et godillots.

fb-img-1624192625138

Eliezer Ntambwe, arriviste et parvenu, a une autre explication. L'ancien et faux  "Mobundeli ya peuple" parle des jeeps à titre de « crédit » aux députés sur fond de « retenues sur salaires ». Combien d'enseignants, infirmiers et mamans Bipupula ont-ils droit au crédit en République démocratique du Congo ? Eliezer Ntambwe est maintenant dans le système. Il crache sur son passé de misérable.  Il parle comme un apparatchik repu. Que font les députés marchandises et achetés pour mériter des jeeps neuves ? Cette corruption à ciel n'offusque ni les Tshilomboïstes encore moins les Tshintuïstes. Dans la république bannière, rien qui compte.

fb-img-1624192629824

Dire qu'Eliezer Ntambwe a été soutenu par notre peuple et la diaspora, aujourd'hui l'infiltré collabo est repu. Il nargue le peuple congolais avec jn raisonnement des Bonobos. Quel à Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba pour acheter la conscience des députés godillots ? Nous sommes en 2021, l'imposteur, l'usurpateur et bénéficiaire d'une nomination électorale ne pense qu'à l'élection présidentielle de 2023.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 18 juin 2021

Après la CPI: L.Gbagbo, fin politique est plus grand que JP Bemba, affairo-politique!

Après la CPI: Laurent Gbagbo, fin politique est plus grand que Jean-Pierre Bemba, affairo-politique!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Gbagbo.jpg, juin 2021

Laurent Gbagbo est rentré à Abidjan en Côte d'Ivoire. Après 8 ans à La Haye, il a été définitivement acquitté le 31 mars 2019 des charges de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre par la Cour pénale internationale. Laurent Gbagbo n'a cessé de parler de sa Côte d'Ivoire et des préoccupations des Ivoiriens. Quant à Jean-Pierre Bemba, ancien de la CPI, il demeure un politico-affairiste.

freddy-mulongo-gbagbo

C'est à bord d'un vol régulier en provenance de Bruxelles qui a atterri à 15h45, que Laurent Gbagbo, 76 ans,  est arrivé à Abidjan en Côte d'Ivoire. L'ex-président Ivoirien de 2000 à 2010 a été accueilli au pavillon présidentiel de l'aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. 

"Je suis arrivé avec les yeux en larmes parce que je n’étais pas là quand ma maman est décédée. Je n’ai pas été là pour l’honorer une dernière fois. Sans elle, je ne serais pas Docteur (en histoire, Ndlr) et président de la République. Sangaré a organisé les funérailles de ma mère. Je demanderai au SG (Assoa Adou, secrétaire général du FPI, Ndlr) de me donner quelques jours pour pleurer les morts", a-t-il déclaré.

freddy-mulongo-gbagbo-1

Ambiance rythmée, liesse populaire, T-shirts et tissus à l'effigie de Gbagbo, l'emblématique opposant à Félix Houphouët Boigny. Son absence n’a pas érodé sa popularité dans son camp. Les habitants de Mama (centre-ouest), son village natal, ont commencé dès dimanche à fêter son retour. « Je suis Gbagbo ou rien. Sans Gbagbo, pas de réconciliation. On a prié pour qu’il revienne. Dieu merci, il revient vivant. On est prêt pour l’accueillir » ! 

Jeudi 17 juin 2021 marque le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire après dix ans d’absence au pays. Définitivement acquitté par la CPI le 31 mars dernier, l’ancien président ivoirien a été accueilli par des milliers d’Ivoiriens et sympathisants. Laurent Gbagbo est et demeure l'un des acteurs majeurs depuis plus de 30 ans. Alassane Ouattara a validé son retour le 7 avril 2021. Fin 2020, la Côte d'Ivoire lui avait déjà attribué ses deux passeports: ordinaire et diplomatique. 

"Selon la loi du 16 juin 2005 relative aux statuts d'anciens présidents, Laurent Gbagbo devrait bénéficier d'une allocation viagère d'un peu moins de 10 millions de francs CFA par mois (soit plus de 15 000 euros). À quoi il faut ajouter une indemnité contributive de logement ainsi que la prise en charge des frais d'eau, d'électricité et de téléphone, dont les montants sont fixés dans la loi de finances et payés sur le budget de la présidence. L'ancien président de la République bénéficie également d'avantages en nature comme un service de sécurité de dix agents, sous l'autorité d'un aide de camp, officier supérieur des Forces armées de Côte d'Ivoire (FACI) ou de la gendarmerie nationale. Il pourra bénéficier d'un cabinet, trois chauffeurs pour trois véhicules, un personnel domestique, une couverture médicale..."

freddy-mulongo-bemba

Jean-Pierre Bemba avait été condamné le 21 mars 2016 de crimes de guerre (meurtre, viol) et de crimes contre l’humanité (meurtre, viol et pillages) par les juges de la CPI, en application de l’article 28 du statut de Rome sur la responsabilité des chefs militaires et autres supérieurs hiérarchiques. Un mois plus tard, la peine était rendue : 18 ans d’emprisonnement. Pour la chambre de première instance III, l’ancien vice-président congolais avait connaissance des exactions commises par ses troupes envoyées en Centrafrique soutenir le président Ange-Félix Patassé, et n’avait pas pris « toutes les mesures nécessaires et raisonnables qui étaient en son pouvoir pour en empêcher ou en réprimer l’exécution ou pour en référer aux autorités compétentes aux fins d’enquête et de poursuites (art. 28). ».

En prison à la CPI, Jean-Pierre Bemba avait presque abandonné la politique. Bemba était devenu le "Picasso congolais". Il peignait ses tableaux, faisait ses pots en poterie. 

freddy-mulongo-bemba-1

Le 8 juin 2018, Jean-Pierre Bemba a été acquitté par la Cour Pénale Internationale (CPI). L'homme qui a accepté l'inacceptable n'a jamais pris la peine de remercier le peuple congolais qui l'a soutenu. Après 11 ans d'absence dont 10 passés dans une prison de la CPI à La Haye,  Jean-Pierre Bemba était de retour en République démocratique du Congo. Le fameux politicard avait atterri à 9h25 à l’aéroport international de N'djili à Kinshasa le mercredi 1er août 2018. A sa descente du jet privé qui l’a ramené de Bruxelles à Kinshasa, pas un mot de remerciement au peuple congolais qui l'a toujours soutenu. Arrogant et seigneur de guerre, JP Bemba a un mépris pour notre peuple qu'il considère que ce dernier lui doit tout. 

A son retour à Kinshasa, le régime d'Alias Kabila lui a refusé d'aller dans la résidence familiale à  La Gombé. Jean-Pierre Bemba avait passé la nuit dans une chaise plastique à  GB. A Réveil FM International, nous avions dénoncé cette atteinte à  sa liberté.

Nous avons toujours dénoncé l'annulation lors de l'élection Louis Michel 2006 du débat démocratique, inscrit dans la Constitution de Transition qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Kabila. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard, grand requin, pion de tutsi power, et corrompu jusqu'à  la moelle épinière alors président de la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM avait annulé le débat pour favoriser Alias Kabila.

Contre Jean-Pierre Bemba, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avait utilisé les armes lourdes: muselant des journalistes, bà¢illonnant des médias et opposants. Une fois frauduleusement élu Alias Kabila fit nommer Modeste Mutinga Rapporteur au Sénat pour le récompenser du travail fourni contre son adversaire, des journalistes, médias et opposants.

Nous étions parmi les journalistes et médias invités par la Cour Pénale Internationale pour couvrir le procès Jean-Pierre Bemba à  La Haye. Maître Lyris Kwebe était extrêmement brillant.

Jean-Pierre Bemba est un affairiste. Il est partisan de la politique business.  Il n'est pas fin politique comme Laurent Gbagbo. Politicailleur et ventriote, Jean Pierre Bemba fait de la politique pour un enrichissement personnel. Il se fout des aspirations du peuple congolais. Il est au service de l'Ougandais Yoweri Museni, son parrain. Il n'a jamais condamné l'agression invasion des Ougandais-Rwandais et Burundais contre la République démocratique du Congo.  Le pillage des ressources de la RDC par des voisins envahisseurs occupants et les morts congolais devenus réfugiés dans leur propre pays, ne sont d'aucun souci de Bemba. Son adhésion à l'union sacrée-sucrée-salée de Tshilombo, après espèces sonnantes et trébuchantes,  prouve à dessein de Jean-Pierre Bemba est un marchand, rien d'autre. 

Laurent Gbagbo est une fierté pour la Côte d'Ivoire et l'Afrique. Jean-Pierre Bemba, une honte pour la République démocratique du Congo et l'Afrique. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 14 juin 2021

Conseil de Sécurité: Ali Bongo le grabataire Gabonais tape sa canne sur Tshilombo !

Conseil de Sécurité: Ali Bongo le grabataire Gabonais tape sa canne sur Tshilombo !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Ali Bongo Gabon.jpg, juin 2021

Diplomatie internationale, au niveau du siège du Conseil de sécurité de l'ONU, la RDC est la risée du monde à cause de Tshilombo. L'imposteur et usurpateur, le fameux Monsieur 15%, qui trône abusivement sur le Congo a cru bon d'enfariner le Gabon. Malade, Ali Bongo n'a hésité à tape sa canne sur un patenté enfarineur: Tshintuntu Tshifueba.

fb-img-1623331173141

L'enjambeur de la grille du palais de la Nation à Kinshasa est un imposteur incorrigible. Un patenté recidiviste qui ne recule devant rien. En diplomatie internationale, il y a des principes et règles à respecter par tous. C'est le Gabon qui doit normalement occuper la présidence au niveau du Conseil de Sécurité de l'ONU pour une année. 

Or Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, Monsieur 15 % et voleur de destin du peuple congolais a cru bon de profiter de sa position putative de président de l'Union africaine pour enfariner le Gabon ! 

 Berry MUEKATONE @Bmueka. Une retentissante déculottée reçue au conseil de sécurité des NU par le roublard habitué aux magouilles. Nous sommes la risée du monde, on s'étale face au grabataire gabonais qui claudique cahin-caha mais qui pique le chef des Mbwarriors avec sa canne. L'opprobre mondial !

 Love Balata @BalataLove. Cahin- caha parfois accompagné vos mots avec des significations pour une bonne compréhension 

 Berry MUEKATONE

@Bmueka. Claudiquer = boiter, cahin-caha = péniblement, tant bien que mal. Na lingala, elingi koloba que mutu ya Gabon oyo abuataka pe atambola kotkot mais abeti Wabudiadia ebotu na nzete na ye pona place kuna na conseil de sécurité. To yokani ?

 Alain Katho @akkatho. L’amateurisme , l’handicap intellectuel le président aérien Jetta l’Eponge silence radio côté de ses adeptes il faut souligner que les mêmes adeptes ont fait beaucoup de makelele la semaine passée , un pays dirigé par des marionnettes avec cerveau de moineau.

Image

Image

Image

Image

Bernard @Bernard17058. J'ai retenu Mukubwa ceci : Un handicapé gabonais qui pique le roublard avec sa canne....JKK aura rendu un mauvais service au pays en nommant la tête vide ...conséquence le pays est devenu la risée du monde.

 Maurice Kelema @OKMaurice3. C pli mié avec cette traduction.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 5 juin 2021

La Belge rend la "dent" de Lumumba, et le génocide de Léopold II, roi des Belges?

La Belge rend la "dent" de Lumumba, et le génocide de Léopold II, roi des Belges?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Lumumba Okito Mpolo.jpg, juin 2021

A quoi joue la Belgique ? Les Belges coloniaux colonialistes veulent rendre une "hypothétique" dent de Patrice Eméry Lumumba dont le corps a été dissoute dans l'acide. La dent sera remis à Tshilombo à Bruxelles, le 21 juin prochain. Et le 30 juin, Philippe de Belgique sera à Kinshasa pour l'enterrement de la dite dent. La Belgique est toujours silencieuse sur le génocide de Léopold II.

freddy-mulongo-dent-de-lumumba

La "dent" de Lumumba c'est tout ce qui reste du corps de premier Premier ministre de la République démocratique du Congo dont le corps a été dissoute dans l'acide...sauf une dent ? 61 ans après son assassinat, en 1961 par des policiers belges avec la complicité de la CIA et du MI6 britannique, Patrice Eméry Lumumba a enfin une dent sans corps ! Joseph Okito et Maurice Mpolo, deux Congolais qui ont été tués aux côtés de Lumumba, eux n'ont pas droit à rien, même pas une mèche de cheveu. C'est encore la Belgique coloniale qui décide quoi rendre aux Congolais. 

freddy-mulongo-lumumba-okito-mpolo

Des monstrueux colons coloniaux Belges veulent rendre la "dent" de Lumumba, sans rendre le Congo aux Congolais! Le 21 juin prochain , Tshilombo va récupérer la "dent" de Lumumba à Bruxelles. Le 30 juin, jour de l'indépendance du Congo,  Philippe de Belgique sera à Kinshasa pour l'enterrement de la dite dent à l'échangeur de Limeté, où est se trouve la statue de Lumumba. Pour la Belgique, les Congolais sont des nigauds, Tshilombo n'est-il l'imposteur-usurpateur, avec ses 15 % qui n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Où sont les journalistes et médias Belges qui parlaient du faux diplôme de Tshilombo ? Et si la restitution de l'hypothétique "dent" de Lumumba n'était qu'un formol pour endormir le peuple congolais sur le contentieux Belgo-Congolaise et les crimes de Léopold II au Congo ? 

freddy-mulongo-leopold-ii-genocidaire

A quand la reconnaissance du génocide de Léopold II, roi des Belges au Congo ? Coupeur des mains, monarque génocidaire de 10 millions de Congolais morts et disparus sans compter les mutilés.  Le deuxième roi de la Belgique de 1865 à 1909, Léopold II était obstiné par l'idée de posséder une colonie. Il convainc Henry Morton Stanley  de travailler pour lui. Léopold II obtient en février 1885 un territoire de 2,345 millions km² deux millions, soit 80 fois la taille de la Belgique ! Sans jamais y mettre les pieds, le monarque Belge va le faire exploiter sans répit. Le saigner à blanc. Pour l’ivoire d’abord, pour le caoutchouc ensuite, à la sueur du front des autres et jusqu’au prix de leur vie. Et ce dès le début du règne belge sur le pays.

 

freddy-mulongo-jules-marchal

Jules Marchal est né en 1924 en Belgique, et est décédé le 21 juin 2003 à Hoepertingen. Docteur ès philosophie et lettres de l'Université Catholique de Louvain, il a été fonctionnaire territorial au Congo belge de 1948 à 1960, conseiller technique au Congo-Zaïre de 1960 à 1967 et enfin diplomate jusqu'en 1989. Dans son ouvrage en deux volumes: "E.D. Morel contre Léopold II. L’histoire du Congo 1900-1910", il dresse l’interminable et funèbre liste des crimes de Léopold Ii au Congo.

freddy-mulongo-les-fantomes-du-roi-leopold

 

 Le livre "Les Fantômes du roi Léopold" (1998) d’Adam Hochschild,  fait toujours autorité. Adam Hochschild est un écrivain américain et historien. Il est un des cofondateurs du journal Mother Jones. En 2012, son travail a été récompensé par l'American Academy of Arts and Letters. Au début du XXe siècle, Léopold II, roi des Belges est loué dans l'Europe entière comme un monarque philanthrope et humaniste. On veut ignorer que l'État personnel qu'il a établi sur le fleuve Congo est, depuis vingt ans déjà, un véritable royaume des horreurs. La torture, la mutilation, l'esclavage et le meurtre furent les compagnons naturels des sujets africains de Léopold entre 1877 et 1908. Dix millions d'entre eux ont payé de leur vie l'impitoyable cupidité du monarque et de ses serviteurs. Un homme, Edmund Dene Morel, va se lever contre ces atrocités, avec à sa suite une poignée de chefs rebelles, de voyageurs, de missionnaires et d'idéalistes. Adam Hochschild retrace l'histoire du premier mouvement international en faveur des droits de l'homme, qui tint l'opinion mondiale en haleine pendant plus de dix ans, et aboutit à l'annexion du Congo par la Belgique en 1908.

C'est toujours par un argument saugrenu que les néocolonialistes Léopoldiens Belges justifient les crimes de génocide  de Léopold II...il  n’était pas sur place, qui a bien pris soin de brûler toutes ses archives… Certes, ce ne sont que des exécutants qui ont manié la chicote et la machette au Congo. 

Dire que c'est Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui va récupérer la "dent" de Lumumba, alors que son père Etienne Tshisekedi qui avait traîté Patrice Emery Lumumba de crapaud et organisé la chasse des Lumumbistes. 

freddy-mulongo-lumumba-crapaud

 

Voici la lettre historique de Me Etienne Tshisekedi wa Mulumba, adressée à l’empereur Albert Kalondji touchant l’assassinat de Patrice Lumumba (assassiné à Lubumbashi) et ceux de ses camarades combattants du MNC/L assassinés à Bakwanga, sous la règne de Kalondji Albert.
A savoir ; Elengesa Pierre, Jean Pierre Finat (le père de Abeti Masikini), Nzuzi Emmanuel ( le grand frère de Nzuzi wa Mbombo), Muzungu Christophe ( père de Muzungu qui était le vice-gouverneur de Kinshasa pendant le gouvernement de Laurent Desire Kabila), Mbuyi Joseph sans oublier aussi Camile Yangala qui était aussi de nombre…

La lettre criminelle de Tshisekedi à Albert Kalonji :

CABINET DU MINISTRE DE LA JUSTICE

N°1.399/ETSH/ ME/CAB

A Sa Majesté l’Empereur du Sud Kasaï « Le Mulopwe »

à Bakwanga

Je présente mes révérences renouvelées à Votre Majesté Maintenant que le crapeau (LUMUMBA) a été maîtrisé, toute l’action de notre Equipe reste concentrée sur le sort à réserver à ses anciens collaborateurs pour empêcher la pérennisation de son œuvre de destruction. Très prochainement, le Gouvernement de Sa Majesté sera en possession des principaux Lieutenants du crapaud dont Elengesa Pierre, Finant Jean Pierre, Nzuzi Emmanuel, Muzungu Christophe, Mbuyi Joseph aux fins de leur faire subir un châtiment exemplaire. C’est de cette manière que nous serons utiles à la cause que vous défendez. Je présente l’hommage de mon profond respect à Votre Majesté.

Le Commissaire Général Adjoint à la Justice

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 1 juin 2021

RDC : Kitenge Yesu l'oncle tribal qui sursurrait à l'oreille de Tshilombo est parti !

RDC: Tshitenge Yezu, l'oncle tribal qui sursurrait à l'oreille de Tshilombo tire sa révérence 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Primacuria.jpg, juin 2021

Fin de la Primacuria ? Le dinosaure Kitenge Yesu s'en est allé clopin-clopant. Tshilombo pleure son Maître de Mertura Merti Merta. Les Congolais eux continuent de pleurer Goma, Beni, Bunia...derrière la montagne il y a encore la montagne. Soutient farouche de la fraude électorale de Tshilombo, Kitenge Yesu tire sa révérence à 76 ans.

e2th4ivxwaiowfb

A quoi servirait-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme ? L'oncle tribal, farouche défenseur de la fraude électorale de Tshilombo a fini par tirer sa révérence. Kitenge Yesu, dinosaure Mobutiste, l'homme de la Primacuria Mertura Merti Merta est parti. 

Un mort de plus dans l'entourage de Tshilombo qui parle de l'envoûteur comme un stratège. Au Congo-maudit, on encense des bonimenteurs, charlatans, envoûteurs...A la présidence usurpée des Bena Mpuka, Talibans, Wewacrates... personne ne restera vivante.  Qui sera la prochaine victime de vos sacrifices pour le pouvoir? On ne quitte la mangeoire que par contrainte. Kitenge Yesu en est un exemple frappant. Plusieurs fois ministre de Mobutu, le dinosaure n'a jamais pensé à laisser la place aux jeunes. 

Sur les réseaux sociaux les Congolais s'en foutent éperdument du décès de Kitenge Yesu, l'oncle qui sursurrait à l'oreille de Tshilombo. Les Congolais continuent de pleurer Goma, Beni, Bunia...

fb-img-1622497885365

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 31 mai 2021

RDC: La Belgique reconnaîtra-t-elle le génocide du Roi Léopold II, coupeur des mains?

RDC: La Belgique va-t-elle reconnaître le génocide de Léopold II, roi et coupeur des mains? 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Leopold II 2.jpg, mai 2021

Bourreau. Monstre. Génocidaire. Monarque qui coupait les mains. Le responsable du "plus grand crime jamais répertorié dans les annales de l'humanité", assénait Sir Arthur Conan Doyle, auteur du Crime du Congo. Et l'auteur d'un "holocauste oublié", comme le qualifiait Adam Hochschild dans Les fantômes du roi Léopold. L'Allemagne reconnait son génocide en Namibie, et la Belgique au Congo?

freddy-mulongo-leopold-ii

L'Allemagne reconnait son génocide des Hereros et Namas en Namibie, et la Belgique au Congo ?  Léopold II roi des Belges n'a jamais mis un pied ni au Congo ni en Afrique.  Ce monstre sanguinaire, Léopold II, était seul propriétaire du Congo, 80 fois plus grand sa Belgique.  puisqu'il avait conquis celui-ci sur ses propres deniers, ce n'est que par la suite que ce roi fut rétrocédé à l'Etat belge.  La mémoire belge a-t-elle des oublis très sélectifs ? Une légitime question à la factualité de ces silences coupables amènent-ils  à "cacher l' ensemble de ces génocides que nous ne saurions voir"...Les Belges se lamentent  sur les atrocités nazies à l'encontre des populations européennes de 1939 à 1945. Mais, au siècle précédent, Léopold II, "Roi des Belges" s'était déjà essayé au génocide. La seule différence ? Personne n'en parle de nos jours... Bizarre, non ? Un Congolais vaudrait-il moins dans l'échelle de la complainte mondiale anti crimes contre l'humanité ? Les 10 millions de Congolais génocidés par Léopold II, roi des Belges, vaudraient-ils moins que les 6 millions  génocidés par les nazis ?

L'ampleur des crimes commis au Congo, par Léopold II roi des Belges,  fut rapidement connue et documentée même par ses contemporains. Des dizaines de journalistes, d'intellectuels, et même des partisans convaincus du colonialisme européen furent horrifiés par ce qu'ils virent là-bas, qui dépassait ce qu'ils auraient jamais pu imaginer même dans le pire de leurs cauchemars. Même les administrateurs britanniques des colonies voisines considéraient que ce qui se passait au Congo belge était complètement dément, tout cela a cause de l'avidité d'un seul homme.

Jamais durant tout le 19ème siècle, on avait vu ça ou connu ça, et pourtant des génocides et des actes barbares, il y en a eu tout au long de ce siècle.

Le génocidaire roi des Belges Léopold II

Il n'y a que quatre génocides reconnus officiellement par la communauté internationale: le génocide des Juifs commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, reconnu en 1945 par le Tribunal de Nuremberg, le génocide des Arméniens commis par les Turcs en 1915, reconnu par la France et l'ONU, le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda en 1994, reconnu par l'ONU, et le massacre de Srebrenica, qualifié de «génocide» par la Cour Internationale de Justice (CIJ) et le Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie.

Procès Léopold II : Prélude © Alex Newton le Grand

Il n'y a que quatre génocides reconnus officiellement par la communauté internationale: le génocide des Juifs commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, reconnu en 1945 par le Tribunal de Nuremberg, le génocide des Arméniens commis par les Turcs en 1915, reconnu par la France et l'ONU, le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda en 1994, reconnu par l'ONU, et le massacre de Srebrenica, qualifié de «génocide» par la Cour Internationale de Justice (CIJ) et le Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie.

Qu’espérait Léopold II ?  D’abord faire du profit grâce au commerce de l’ivoire qui au début de la colonisation était la grande source de revenu.  La lutte contre l’esclavagisme ne fut jamais qu’un pâle mensonge tout juste bon à faire frémir le bon peuple grâce à la presse à sensation.  Très vite, les affaires périclitent, l’ivoire n’est plus rentable, boules de billard, touches de pianos et prothèses dentaires ne constituent pas un marché suffisant, le roi est au bord de la faillite.  Il sollicite un prêt auprès du gouvernement belge, qui, en traînant les pieds, lui accorde.  Ce prêt le roi ne le remboursera jamais !  Quelques années plus tard ; tout change grâce à l’explosion des besoins de caoutchouc.  Or, au Congo, pour le malheur de son peuple, le caoutchouc pousse naturellement en abondance.  C’est à ce moment que commence les atrocités liées au travail forcé. Il ne peut donc y avoir aucun doute que ce soient la cupidité, la rapacité du roi en quête de fortune qui conduisirent aux horreurs que les peuples du Congo allaient subir.   A cette époque, en Afrique centrale, peu de témoins… néanmoins quelques missionnaires anglo-saxons, suédois s’alarment des pratiques féroces des agents du roi Léopold II.  Des représentants du gouvernement anglais Morel et Casement établissent des rapports à l’intention de leur gouvernement.  Les américains envoient une mission d’étude.  A Paris, l’hebdomadaire « l’Assiette au Beurre »,  le « Charlie hebdo » de l’époque caricaturent Léopold II devant des paniers de mains coupées.  De fait, les soldats de la Force publique, pour une cartouche tirée devait présenter à leur officier deux mains coupés… prodigieux sens de l’économie !  L’origine des conflits était toujours le travail forcé et les quantités toujours plus importantes de caoutchouc qu’il fallait récolter.  Les populations indigènes n’ayant aucune conscience de la notion de travail, il est évident que seule la force la plus brutale pouvait obtenir des résultats. On ne compte plus les villages brûlés, les populations prises en otage, les massacres à la mitrailleuse des indigènes révoltés.  Aujourd’hui tous ces faits sont dûment documentés et répertoriés, pour s’en convaincre, il suffit de lire les protocoles d’importation d’armes et de munitions transitant par Anvers pour aboutir au Congo.

Le roi amassa une fortune colossale. Ses avoirs étaient estimés au début de son règne à cinq millions de franc or, lorsqu’il vendit le Congo à la Belgique en 1908, les chercheurs estiment que sa fortune s’élevait à 14 milliards alors même qu’il en avait dépensés 8 pour différents projets urbanistiques et autres en Belgique.  Ainsi, il devint l’un des hommes les plus riches du monde.  Il ne fait cependant pas de doute, que la vente du Congo à la Belgique fait suite à l’énorme campagne de presse dénonçant l’incroyable brutalité des agents du roi en vue de récolter le caoutchouc.  Dans la mesure où il n’avait pas remboursé le premier prêt obtenu de l’état belge, il est permis d’affirmer que Léopold II a donc vendu deux fois le Congo à notre pays.   Léopold II fit détruire systématiquement les archives de l’Etat indépendant du Congo et camoufla sa fortune notamment grâce à une fondation créée en Allemagne, ce ne fut que quatorze ans après sa mort qu’on parvint à voir clair dans ses avoirs.

L'ouvrage "Il pleut des mains sur le Congo" retrace un massacre de masse oublié dans les limbes de l'histoire, celui perpétré par l'administration belge du roi Léopolod II entre 1885 et 1908. "Il pleut des mains sur le Congo" : l'ethnocide colonial belge oublié

C'est un pan terrifiant de l'histoire souvent occulté. Probablement 10 millions de morts, un sacrifice humain inouï de cruauté, une véritable mécanique de mort mise en place pour permettre à un modeste royaume européen de satisfaire ses appétits économiques, tout cela sous la pression d'un monarque prêt à tout pour avoir sa part du "gâteau africain".

Léopold II (1865-1909) est au cœur de l'ouvrage "Il pleut des mains sur le Congo", qui retrace les 23 années d'enfer "démocidaire" au Congo. L'enjeu ? L'exploitation de l'ivoire et du caoutchouc par l'administration belge.
Le titre de l'ouvrage fait référence à la pratique de cette même administration qui demandait de couper une main de chaque indigène tué, afin de justifier l'usage de chaque balle des fusils de ses fonctionnaires.

Le récit de cette monstruosité coloniale évoquée par Marc Wiltz — monstruosité qui a décimé un tiers de la population du Congo de l'époque — s'appuie sur les textes des explorateurs et écrivains de l'époque, tels Joseph Conrad, Conan Doyle ou Marc Twain.
La "mission civilisatrice" de l'Europe, d'une Belgique justifiant et occultant les crimes commis sur les populations indigènes du Congo,  exterminées sans aucun d'état d'âme par l'homme blanc, est omniprésente dans ces pages sincères, et comme poreuses  d'une abjection glaciale. Tout cela au nom d'un roi "humaniste" et "philanthrope", comme était alors  perçu le  roi des Belges.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 28 mai 2021

France: Tshilombo appelle Macron "Mon Frère", Bokassa appelait De Gaulle "Papa"!

France:   Tshilombo appelle Macron "Mon Frère", Bokassa appelait De Gaulle "Papa" !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-tshilombo-macron.jpg, mai 2021

Les relations entre les Etats doivent être cordiales et respectueuses. Mabundi Fatshi Tshilombo est ridicule. Le président Macron a été élu par des Français pour défendre les intérêts de la France. Le fameux fils de Tshilombo qui a enjambé la grille du palais présidentiel avec ses 15% ignore tout de la diplomatie internationale. "Mon frère Macron" ? ça tique tout le monde.

freddy-mulongo-tshilombo-macron

Respecter Macron, c'est respecter la France qui l'a élu. La légitimité du président Français vient de son élection par le peuple français. Le monde entier sait que Mabundi Fatshi Tshilombo n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo. L'individu a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale. Non élu, donc pas légitime, Tshilombo croit qu'il doit en faire trop pour se faire accepter.  La RDC mérite respect. L'enjambeur de la grille présidentielle devra l'intégrer. Malgré son hold-up électoral, son odieux deal avec Alias Kabila, ses 15% de voix, à chaque fois qu'il représente la RDC dans des rencontres internationales, son comportement doit être digne de notre peuple. 

Dans les relations internationales, le respect et la cordialité sont de rigueur. Même sans légitimité de notre peuple, Mabundi Fatshi Tshilombo représente la République démocratique du Congo, il doit s'en tenir à la respectabilité de la fonction , même si la fonction est trop haute pour un checkuleur. Emmanuel  Macron est président de la République française. Il représente la France.  Mabundi Fatshi Tshilombo n'avait pas à lancer sur le perron de l'Elysée: "Mon frère Macron" !  Cela ramenait la rencontre entre la France et la RDC, un copinage. la rencontre entre copains -coquins n'a rien à voir avec la rencontre de haut niveau.

freddy-mulongo-bedel-bokassa

Jean Bedel Bokassa à l'enterrement du général de Gaulle !

A la mort de de Gaulle, Bokassa pleura toutes les larmes de son corps. A l’enterrement de l’homme du 18 juin, Jean-Bedel Bokassa s’enroula au sol, pleurant à chaudes larmes et criant la voix crispée par la tristesse et la douleur : « Papa, pourquoi es-tu parti ?».

Bokassa était surnommé « le soudard » par le général de Gaulle à qui il vouait une grande admiration au point de l’appeler familièrement « Papa », ce qui avait le don d’énerver de Gaulle.

Ci-dessous le dialogue de sa première rencontre avec le général.

– Bonjour père dit Bokassa

– Bonjour Monsieur le président. Répond de Gaulle, vous avez fait un bon voyage ?

– Oui Papa, répond Bokassa

Alors, de Gaulle pas très content, répond : Écoutez, j’apprécie les sentiments que vous portez à mon égard, mais je vous demande de ne pas m’appeler Papa. Appelez-moi Monsieur le président comme

tout le monde ou bien comme vous êtes un ancien de la France libre, appelez-moi Mon général.

– Oui, Père répond Bokassa. Et il quitte de Gaulle en disant : Au revoir Papa !

Personnalité complexe, Bokassa qui appelait de Gaulle « papa », alors que de Gaulle l’appelait « le soudard », est le seul être au monde qui se prenant pour Napoléon a pu réaliser son rêve. Général. Président à vie. Maréchal. Et puis finalement empereur. Jean Bedel Bokassa, 56 ans, président d’un des pays les plus pauvres d’Afrique, se couronnait lui-même empereur de Centrafrique le 4 décembre 1977 à Bangui, au cours d’une cérémonie au faste indécent, inspirée par le sacre de Napoléon Ier. Un faste démesuré et indécent avait entouré les solennités de ce couronnement, dont le coût avait été évalué à 150 millions de francs français (FF), soit près d’un quart du budget du pays. Pour couvrir les frais de la cérémonie, 40 000 salariés avaient vu leur salaire amputé de 50 % depuis plusieurs mois. France:  Bokassa appelait De Gaulle "Papa" !

Tshilombo appelle Macron "Mon Frère"!

Lire la suite...

Partager sur : Partager

RDC: Victimes du volcan Nyragongo pas de drapeau en berne ni deuil national !

RDC:  Victimes du volcan Nyragongo pas de drapeau en berne ni deuil national !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Volcan Nyragongo.jpg, mai 2021

Le bourricot mangeait ses frites et sirotait son whisky dans son manoir acheté pas longtemps à Waterloo en Belgique, pendant que le volcan Nyrangongo crachait sa lave. 30, 40 ou 50 morts à Goma ? Même un seul mort mérite compassion. Mabundi Fatshi Tshilombo touche 2.0400.000$ par mois. L'individu ne décrète ni drapeau en berne ni deuil national pour des compatriotes victimes de lave.

fb-img-1621973096977

Pantin, marionnette et président nommé, Mabundi Fatshi Tshilombo prouve au jour le jour, que sa triple mission: blanchir l'occupation de la RDC par des troupes étrangères, endormir le peuple congolais avec un langage mielleux envers les voisins agresseurs et occupants et enfin légaliser l'occupation et la balkanisation du pays. L'éruption volcanique a révélé la nature du régime qui sévit par défi en RDC: Mabundi Fatshi Tshilombo était dans son manoir à Waterloo en Belgique, mangeant ses frites et buvant son whisky. A la Radio Télévision Nationale Congolaise (RDC), on parlait de sexe, au lieu de donner l'information de l'éruption volcanique de Goma. Aucune déclaration officielle. Rien ! Depuis que Mabundi Fatshi Tshilombo Tshintuntu est rentré au Congo, rien de rien. L'individu n'a pas même décrété le deuil national ni mis le drapeau en berne pour des compatriotes victimes de lave de Nyragongo. Et pourtant pour le Maréchal-dictateur Tchadien Idriss Déby et le président Tanzanien John Mangufuli ont eu droit aux deuils nationaux en RDC. Pour nos propres compatriotes victime d'une catastrophe naturelle, rien !  un peu plus Eruption volcanique en République démocratique du Congo, le volcan Nyiragongo n’était plus surveillé depuis sept mois, faute de financements pour soutenir l’Observatoire de volcanologie locale à Goma. Le rétablissement d’internet en mai, grâce à un partenaire américain, a « permis de collecter de nouveau des données » et « d’enregistrer de nouveau des signaux d’alerte« . « Nous avons compris qu’il fallait suivre la situation avec attention« , avant d’être « malheureusement » surpris par l’éruption.

fb-img-1621972995397

 Le volcan est entré en éruption samedi vers 18H30 locales sur le flanc. Une coulée a coupé la route pour se diriger vers le Rwanda. Une autre coulée s’est dirigée vers le sud-ouest, vers Goma. Le Coordinateur humanitaire (CH) a assuré les autorités congolaises du soutien de la communauté humanitaire pour répondre aux besoins prioritaires d'urgence suite à l'éruption du volcan Nyiragongo.

fb-img-1621973061752
  • Les besoins prioritaires sont en cours d'évaluation par de multiples équipes humanitaires, y compris la Croix-Rouge et les ONG internationales.
  • 31 morts signalés, dont 13 personnes lors de l’évacuation de la ville et 24 personnes brûlées par la lave ; 40 adultes signalés disparus ; plusieurs hospitalisations.
  • Plus de 4 500 ménages (environ 20 000 Congolais) se retrouvent sans abri.
  • Bien que la lave ait cessé de couler, les secousses sismiques continuent et provoquent la panique au sein de la population.
  • Le nuage de cendres est susceptible de provoquer des maladies respiratoires.
  • La fermeture des aéroports de Goma et de Bukavu risque d'affecter la logistique de la réponse .

RDC : le gaz méthane du lac Kivu, une autre épée de Damoclès à côté de Nyiragongo

Ph. Droits tiers.Après les dégâts causés par l’éruption du volcan Nyiragongo à Goma, au Nord-Kivu, le gaz méthane entassé dans le lac Kivu se présente comme un deuxième grand danger. La présence du gaz menace les 2 millions de personnes qui vivent aux abords du lac et notamment les 6000 000 habitants de la ville de Goma.

Selon des scientifiques, si la lave dégagée par Nyiragongo avait atteint les profondeurs du lac Kivu, cela pourrait provoquer un brassage soudain de l’ensemble du lac. Le gaz pourrait s’échapper brusquement et asphyxier les hommes et les animaux. Le lac Kivu, situé dans le creux du rift africain entre le Rwanda et la République démocratique du Congo, est potentiellement dangereux.

"Il contient mille fois plus de gaz dissous que le lac Nyos, et pourrait provoquer une émission gazeuse, en cas de déstabilisation de ses eaux stratifiées par une éruption volcanique par exemple", selon Michel Halbwachs, professeur de physique à l'université de Savoie, qui a étudié le site avec des spécialistes internationaux. 

Le gaz du lac Kivu  composé pour un cinquième de méthane et pour quatre cinquièmes de gaz carbonique  provient pour une grande part des déchets liés à l'activité humaine.
 
"Le méthane représente le vrai danger, car il est vingt fois moins soluble que le C02 : avec vingt fois moins de gaz, on approche plus vite de la saturation", explique M. Halbwachs. Or, des mesures réalisées sur le lac Kivu ont montré que le taux de méthane avait augmenté de 15 % depuis trente ans et que la saturation serait acquise d'ici à la fin du siècle. Imaginez le danger !

Dégazage raté du lac Kivu

Pour épargner les populations environnantes du risque d'explosion gazeuse, le gouvernement de la République démocratique du Congo, avait levé l'option depuis 2014 de l'élimination du gaz carbonique par le dégazage progressif dans une couche comprise entre 12 et 50 mètres de profondeur du lac Kivu. Mais jusque-là, rien n’est fait.

Le gouvernement Ilunkamba avait promis de débourser 5 millions d’Euros pour procéder à l’opération du dégazage industriel du lac Kivu. L’ancien ministre d'État et ministre des hydrocarbures, Rubens Mikindo, avait lancé au mois de janvier 2020 à Goma les travaux qui devraient être exécutés pendant deux ans à partir du golfe de Kabuno. Des travaux qui n’ont pas fait long feu.
 
L'objectif du dégazage était de réduire le risque d'explosion gazeuse en éliminant progressivement et de manière inoffensive les gaz dissous dans les eaux du golfe de Kabuno. Le golfe de Kabuno, situé au nord-ouest du lac Kivu présente une configuration particulière qui distingue ses eaux de celles du bassin principal. Selon les experts, ces eaux possèdent des caractéristiques physico-chimiques totalement distinctes des eaux du reste du lac Kivu.

« Le golfe de Kabuno, exposé à l'épanchement des laves qui proviendraient des volcans Nyiragongo et/ou Nyamulagira, présente un problème environnemental et sécuritaire dans cette région dû à une forte concentration de gaz carbonique (Ndlr : CO2) dissous dans ses eaux susceptibles de provoquer subitement une forte explosion. Cette explosion pourrait entraîner la mort par asphyxie de la population environnante estimée à plus de 2 millions d'hommes ainsi que des dégâts très importants en termes de biodiversité », avait averti l’ancien ministre d'État Rubens Mikindo. 

Le dégazage devrait permettre de diminuer environ 160 millions de m3 du CO2. Un projet qui faisait suite à la phase pilote qui a été exécuté en 2018 ayant permis une faible diminution du gaz. C’est à la société Limnological Engineering que le gouvernement avait attribué le marché. 

La non-exploitation du gaz méthane du lac Kivu, une perte économique énorme

« Si on dégaze le lac Kivu, il y a maintenant lieu de projeter l'exploitation du gaz méthane. Il y a beaucoup d'investisseurs qui se sont manifestés. Nous allons amener tous ces projets qui sont déjà sur notre table au niv eau du Sud-Kivu pour ceux qui seront plus aptes à y mettre le paquet pour que demain, ce qui paraît aujourd'hui comme un risque devienne une grande opportunité », disait Théo Kasi Ngwabije , gouverneur du Sud-Kivu.

Pendant que la RDC tarde, le Rwanda gagne énormément d’argent dans l’exploitation de ce gaz. Le pays de Paul Kagame a produit la première centrale électrique au monde qui fonctionne grâce à l’exploitation du gaz méthane.

fb-img-1621973218979

Une thèse de doctorat en février 2021 à l'UPN par le physicien Bahaya Siméon, au K2/UPN, thèse intitulée : Modélisation numérique des risques volcaniques de Nyiragongo par Runge-Kunta.

Le chercheur grace aux données recueillies mettait en garde contre les signaux d'une éruption possible, sur Matlab, et, avait conclu que Nyragongo entre périodiquement en éruption depuis 1942, 1971, 2002, et le risque, d'une éventuelle autre évacuation se profilait avant 2028.

fb-img-1621972990041


Grace aux mailles modelisées numériquement par Runge Kunta sur Matlab, nous avions obtenu les résultats suivants: 
1. Nyiragongo se refroidit entre sept à huit ans après éruption, et , se réchauffe entre seize et vingt ans pour une nouvelle éruption. Constant actuel ? L'éruption n'est plus une surprise car de 2002+8 ans=2010 fin réfroidissement, et de 2010+16 à 20=2026 à 2028, comme période du danger certain sur Goma.


 2. Toutes les éruptions sont en lien avec l'augmentation d'un cran du taux  de CO2 dans les fentes de Munigi, Mugara et sommet de Nyragongo. Car, si le taux de CO2 est de plus en plus de loin supérieur aux moyennes normales avec persistance, l'éruption sera redoutable ceci n'est plus le cas. Car l'irruption attendue entre 2026-2028 a été précoce aujourd'hui en 2021, avec une avance de 5 ans. Donc, l'éruption Nyragongo de 2021 sera appelée dans l'histoire une éruption avorton, ratée, donc moins intense sans beaucoup de coulée de lave, selon la thèse académique.  Car, le CO2 tracteur n'aurait point atteint le pic, situation imprévisible à suivre par satellite... Pas trop de panique, car, cette éruption n'atteindra point l'ampleur de celle de 2002 qui avait respecté la périodicité de plus au moins 28 ans (partant de 1971/1972). 

3. Le SO2 est un aérosol refroidissant, des noyaux de condensation sources des pluies. Si dans les heures qui viennent le satellite nous donne plus de SO2 que de CO2 sur Nyragongo, alors il y aura plus de peur que de mal.  La fuite intense du SO2 volcanique serait l'indicateur à scruter pour suivre in vivo le ralentissement de l'éruption avorton que je prédis pas de même ampleur comme en 2002. Cela se confirmera si le taux  SO2 devient de plus en plus supérieur au taux CO2, c'est qui serait le cas actuel.

Précautions à prendre ?

1. Evacuons les femmes, enfants, personnes à faibles mobilités et les malades vers Saké, Beni, Butembo que vers Giseny ou le Rwanda à voir la trajectoire actuelle: 

2. Stopper toute navigation sur le Lac Kivu, où le contact lave et Co2 sont des éventuelles mèches explosives;

3. Observer le mouvement des fourmis, des oiseaux, et des animaux et choisir avec précaution intelligente leur trajectoire;

4. Si les grondements des terres et tremblements des terres de magnitudes faibles 1 à 2 sur l'échelle de Richter, actuels, passaient  à la magnitude de 3 voire 4, alors les fuites en CO2 volcaniques seraient de plus en plus importantes. Alors l'éruption serait de plus en plus entrain de devenir dangereuse. La RDC doit annoncer sans tarder l'état de catastrophe volcanique et environnementale totale. Alors l'évacuation de tous les adultes restant et des animaux domestiques serait obligatoire en postant l'armée dans les environs de Sake, Beni et Butembo pour protéger les évacués  face aux voleurs, rebelles ADF infiltrés dans la population en détresse.

La RDC vit sans boussole !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 23 mai 2021

RDC: Empoisonnement foudroyant, Vicomte Mubake Kiyayu 30 ans est décédé à Kinshasa !

RDC: Empoisonnement foudroyant, Vicomte Mubake 30 ans est décédé à Kinshasa!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mubake.jpg, mai 2021

Le régime Tshilombo est pire que tous les régimes précédents. Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba empoisonne, élimine et tue. Valentin Mubake, président de l'Udps-Le Peuple, qualifié de «plus tshisekediste que Tshisekedi lui-même» vient de perdre son fils. Vicomte Mubake, 30 ans, père d'un enfant. Il vient de décéder suite à un emprisonnement foudroyant. La politique au Congo est dangereuse !

freddy-mulongo-mubake

L'enjambeur de la grille présidentielle a appris de Machiavel. Tshilombo veut que l'on adore, ceux qui le contrarie son dans sa viseur. Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba tue, assassine, empoisonne et élimine. Tshilombo use et abuse de la tyrannie dynastique pour briser ses opposants. Il est prêt à tout pour sa présidence usurpée y compris de tuer les enfants de ses opposants.

Valentin Mubake, président de l'Udps- Le Peuple, ex-conseiller d'Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, est l'un des acteurs politiques congolais qui maitrisent l'art de l'anticipation. Il a été le seul politique à anticiper les plans d'Alias Kabila, lorsque ce dernier avait réussi à tromper la vigilance de tout le monde en présentant Emmanuel Shadary comme son dauphin...

freddy-mulongo-mubake-1

5 mois avant les élections, Valentin Mubake avait révélé aux Congolais que Shadary n'était pas le dauphin d'Alias Kabila, le vrai se cachait dans l'opposition: "Tshilombo".

Valentin Mubake, le président de l'Udps-Le Peuple est éprouvé. Il vient de perdre son fils: Vicomte Mubake Kiyalu âgé de 30 ans, de suite d'un empoisonnement foudroyant. Valentin Mubake en sait quelque chose puisque lui-même a été empoisonné trois fois. 

Vicomte Mubake Kiyayu est né à Kinshasa le 30 décembre 1986. Troisième garçon de Monsieur Mubake Valentin sur les 7 enfants, tous garçons de sa progéniture.

 Licencié en économie de l'université William Boot de Kinshasa, il avait créé une entreprise spécialisée dans l'animation des cérémonies des festivités.

Entreprise prospère qui lui assurait un carnet de commande bien rempli dans la ville de Kinshasa. Vie professionnelle qui ne pouvait que l'exposer au plus grand public.

Il a succombé des suites d'une lésion grave du foi et des deux poumons consécutive à un empoisonnement horrible découvert tardivement ayant entraîné une anémie très sévère.

Marié religieusement le 28 décembre 2019 à Mademoiselle Elembo  Sissy, Il laisse un bébé de 4 mois. Que son âme repose en paix.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

FAO: Dominique Burgeon: "1 Congolais sur 3 souffre de faim aiguë" !

FAO: Dominique Burgeon: "Un Congolais sur trois souffre de faim aiguë" !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-FAO.jpg, mai 2021

Dominique Burgeon est directeur de la division des urgences et de la réhabilitation à l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La faim dans le monde tient un record depuis 5 ans d'après la FAO. 155 millions de personnes souffrent de faim dans 10 pays: RDC, Sud Soudan, Nigéria, Somalie, Zimbabwe, Yémen, Afghanistan, Haïti...

freddy-mulongo-dominique-burgeon

Dans un pays lorsqu'on déclare la famine, c'est déjà trop tard. L'aggravation de la situation se fait de manière exponentielle et non lunaire. 

La République démocratique du Congo continue d’être touchée par des chocs récurrents – conflits armés, épidémies et catastrophes naturelles –  dont les effets ne cessent d’accroitre les besoins humanitaires et la vulnérabilité des populations. L’état de la sécurité alimentaire en République démocratique du Congo reste désastreux, selon le rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

freddy-mulongo-fao

On estime à 27,3 millions le nombre des personnes souffrant d'insécurité alimentaire aigüe en RDC, soit une sur trois, parmi lesquelles quelque 7 millions de personnes aux prises avec une faim aiguë dont les degrés nécessitent une intervention d'urgence (phase 4 de l'IPC) selon la dernière en date des analyses du Cadre intégré de classification de l'insécurité alimentaire aiguë.

La pauvreté va de paire avec la famine. Les populations les plus gravement touchées sont celles qui ont été déplacées, les groupes de réfugiés et de populations rentrées chez elles, les familles d'accueil et les populations victimes de catastrophes naturelles (inondations, glissements de terrain, incendies) ainsi que les ménages dont le chef de famille est une femme. Les populations les plus pauvres des zones urbaines et péri-urbaines et celles des secteurs géographiques enclavés, au faible pouvoir d'achat et à l'accès insuffisant aux marchés des produits alimentaires.

«La récurrence des conflits dans l'est de la RDC et les souffrances qu'ils entraînent demeurent gravement préoccupantes. La stabilité sociale et politique est indispensable au renforcement de la sécurité alimentaire et à l'essor de la résilience des populations vulnérables. Il est urgent de nous consacrer à des cultures de denrées alimentaires là où elles sont le plus nécessaire et à maintenir en vie les animaux qui procurent aux humains des produits vivriers". 

Le conflit armé prolongé reste une cause clé de la faim en République démocratique du Congo. De larges pans des provinces de l'est du pays (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika) ainsi que la région centrale du Kasaï - théâtre d’un récent conflit - sont durement touchés par les violences. Le marasme économique et l'impact socio-économique de la Covid-19 sont les autres facteurs clés qui aggravent cette crise de la faim dans le plus vaste pays d’Afrique subsaharienne.

La FAO se concentre sur l'amélioration de l'accès des ménages aux outils et aux semences ; la fourniture d’un bétail de qualité, qui joue un rôle clé dans l'amélioration de la nutrition ; l’appui aux procédés et au stockage alimentaires; et l’aide aux petits agriculteurs dans la lutte contre les maladies animales et végétales. Cette année, la FAO vise à fournir une assistance vitale à 1,1 million de personnes dans les zones touchées par une insécurité alimentaire aiguë élevée.

L'expression «degrés élevés d'insécurité alimentaire aiguë» (ou faim aiguë) s'applique à des populations classées en phase 3 ou supérieure de l'IPC. Les populations classées en phase 3 (crise) et en phase 4 (urgence) de l'IPC ont besoin d'une intervention urgente devant sauver des vies, réduire les écarts dans la consommation alimentaire et protéger les moyens de subsistance. En phase 3, les familles peuvent se reporter sur des aliments de second choix ou moins nutritif ou peuvent sauter des repas ou vendre leurs moyens de production afin de pouvoir se nourrir; en phase 4, elles peuvent recourir à des solutions de dernière extrémité, comme la vente de leur dernier animal afin d'en tirer des moyens de subsistance, ou se livrer à la mendicité.

Pays arable où tout pousse, il suffit de jeter un grain au sol, le contraste est que la RDC est frappé de l'insécurité alimentaire. Les Congolais meurent de faim dans l’indifférence générale de ses dirigeants qui gonflent leurs propres comptes en banque.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 22 mai 2021

RDC: Tétanisé Tshilombo a très peur de Paul Kagamé, son parrain et beau-frère!

RDC: Tétanisé Tshilombo a très peur de Paul Kagamé, son parrain et beau-frère!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Moyibi Kagame.jpg, mai 2021

A Paris, devant les caméras de France 24, Paul Kagamé, tyran sanguinaire, le dictateur rwandais a souillé la mémoire des millions de congolais victimes de ses troupes et de leurs supplétifs. Le Rapport Mapping de l'ONU ne l'a pas dissuadé, il est entré dedans en usant et abusant de l'Ubuenge rwandais. Son soumis de Tshilombo courbe le dos, les patriotes congolais élèvent la voix.

fb-img-1611709891178

1. Tshilombo partage la même taie d'oreiller que Paul Kagame ! Le tyran sanguinaire et dictateur Rwandais est tous les jours dans la chambre à coucher de Tshilombo. Paul Kagamé est son beau-frère, par Denise Nyakeru sa compagne.  Kigali a toutes les infos qu'il veut.

2. Tshilombo n'a pas gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 en RDC. L'imposteur-usurpateur n'avait obtenu que 15%.  Il a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale. Et Paul Kagamé, en fin mandat de la présidence de l'Union africaine a soutenu que Tshilombo soit nommé au Congo. Et sa nomination, en toute méprise de la souveraineté du peuple congolais, a reçu l'aval de trois autres chefs d'Etat africains: Uruhu Kenyatta, président du Kenya, Al Sissi, président de l'l'Égypte et Cyril Ramaphosa, président Sudafricain. Quel pays peut accepter ce qui s'est passé au Congo? Les magouilles qui ont accompagné la nomination de Tshilombo à la tête du Congo ont été cautionnées par des chefs d'Etat africains. 

3. Le problème de Tshilombo est son illégitimité. Son boulet, c'est son illégitimité. Il a beau être président de l'Union africaine, il est imposteur et usurpateur au Congo. Il est un non-élu qui par son deal a enjambé la grille présidentielle. Tshilombo n'a aucun pouvoir de parler au nom du peuple congolais. Il est pantin, marionnette sauf chef de l'Etat. Voleur de destin du peuple congolais, ses 141 voyages, son régime tarabiscoté, son enrichissement personnel et sa famille, son incapacité à mieux gérer, ses promesses kilométriques...font de Tshilombo, un troubadour ! Le nom Tshisekedi qu'il a récupéré à la va vite, alors que toute sa vie de vadrouilleur, il n'a été que Tshilombo, ne l'a pas porté chance. Fourberies et roublardises ont des limites.  

4. Ce qui devait être sa force, parler au nom du peuple est sa grande faiblesse. Tshilombo imposteur, usurpateur et président nommé,  ne peut pas parler au nom du peuple congolais.  Un blablateur comme Tshilombo est un vendeur de vent. Ami-ami avec un bourreau de notre peuple qui est en même temps son beau-frère, c'est le comble. Fossoyeur de la République, Tshilombo est un traitre et collabo.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 20 mai 2021

Gouvernement fantoche des Warriors, Paul Kagamé l'ogre de Kigali humilie la RDC!

Gouvernement fantoche des Warriors, Paul Kagamé l'ogre de Kigali humilie la RDC!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Muyaya Kagame.jpg, mai 2021

Diplomatie sans dents, la République démocratique du Congo est humiliée par Paul Kagamé le génocidaire de Kigali. Il nie ses crimes de sang, crimes de guerre, crimes de génocide et crimes contre l'humanité au Congo. Le fameux gouvernement fantoche des Warriors est tétanisé alors qu'il suffit de convoquer l'ambassadeur du Rwanda et lui signifier la rupture diplomatique.

freddy-mulongo-muyaya-kagame

Patrick Muyaya et son parrain, Paul Kagamé Hitler Noir !

Dans un pays normal a-t-on droit de faire des selfies avec son oppresseur ? Les Congolais souffrent-ils de syndrome de Stockholm à l'égard de Kagamé ?

Allégeance et soumission, aucune réaction officielle de Kinshasa, depuis la déclaration méprisante et outrageante de Paul Kagamé dictateur Rwandais sur ses crimes au Congo. Avec arrogance et mépris, Paul Kagamé, Hitler Noir crache sur des morts congolais. Aucun ministre du gouvernement fantoche des Warriors n'a daigné réagir. Les Warrions sont aux abonnés absents. Ils se cachent tous et attendent un mot d'ordre, qui ne viendra jamais.  Même les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-Ethniques sont silencieux.

Qu'avons-nous fait pour mériter des autorités médiocres, inconscientes et incapacitaires pareilles ? Silence radio pour tous et par tous. Plus de 12 millions de Congolais génocidés par l'armée rwandaise et diverses rébellions orchestrées, soutenues par le Rwanda...Le dictateur rwandais nie ses crimes au Congo et personne ne lève son petit doigt ?

Des traîtres et collabos qui mangent dans la même assiette que le sanguinaire Paul Kagamé continuent à se foutre de notre peuple. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Francophonie: Paul Kagame, dictateur chéri de l'occident nargue France 24!

Francophonie: Paul Kagamé, dictateur et chéri de l'occident nargue France 24 !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Kagame Hitler Noir.jpg, mai 2021

Le Rwanda occupe le poste du secrétariat de la Francophonie dont le siège est à Paris. Paul Kagamé, dictateur sanguinaire et chéri de l'occident est interviewé en anglais par des journalistes de France 24, chaîne publique qui perçoit la redevance des Français.

rwanda-visa-commonwealth-bis-1000-1-1-640x320-1579693142

Les journalistes africains étrangers soutiennent la Francophonie: parlent et écrivent en français. Les confrères Gaulois se débinent. Ils ont peur de défendre  la langue de Voltaire au nom de bilinguisme. Ils s'aplaventrissent devant Paul Kagamé, dictateur sanguinaire et chéri de l'occident. Kagame à Paris s'exprime sur France 24-RFI en anglais avec traduction en français. Personne ne soulève cette incohérence.

Réveil-FM: Francophonie, Paul Kagame, directeur sanguinaire et chéri de l'occident nargue France 24 © Freddy Mulongo

Les médias publics en France vivent de la redevance payée par tous les citoyens. Depuis 2018, c'est Louise Mushikiwabo, ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda qui occupe le poste de la secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Et le dictateur Rwandais, Paul Kagamé profite des médias publics français pour s'attaquer au Rapport Mapping de l'ONU dont la France est l'un des 5 membres permanents du Conseil de Sécurité. L'ogre de Kigali dézingue le Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, réparateur des femmes violées,  défenseur du Rapport Mapping et partisan d'un Tribunal Pénal International pour la RDC.

L'autocrate  négationniste du Rwanda se fout de tout le monde en niant publiquement qu'il n'y a jamais eu des crimes en RDC. Léopold II n'a jamais avoué qu'il coupait des mains au Congo pour le caoutchouc. Le roi des Belges n' a jamais avoué son génocide de 10.000 Congolais. Quoi de plus normal que Paul Kagamé, Hitler Noir, criminel, pillard et receleur des ressources de la RDC nie ses crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l'humanité et crime de génocide au Congo.

Paul Kagame, le génocidaire nie le génocide contre le  peuple congolais: plus de 12 millions de personnes massacrées et tués , plus de 5 millions de femmes congolaises violées, des petites-filles de moins de 3 ans et de grand-mères de plus de 75 ans violées et zigouillées, plus de 5 millions de déplacés forcés devenus de réfugiés errant dans les brousses et forêts de notre pays et vivant à l'état animal, sans soins médicaux, la destruction mechante de notre écosystème, plusieurs fosses communes à travers le pays ou l'on a enseveli de centaines de personnes vivantes, des rébellions à répétions soutenues par le Rwanda, dans le seul but de piller nos ressources minérales et stratégiques... 

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est un traite collabo marionnette  catapulté sur le trône du Congo, avec ses 15 %, par cette mafia terroriste génocidaire dand le seul but de nier les crimes imprescriptibles commis par ceux là même qui l'ont porté au pouvoir ....Tshilombo joue le rôle de traître, collabo et  Maréchal Petain. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 18 mai 2021

Négationnisme: Paul Kagamé nie le Rapport Mapping de l'ONU, pas des crimes en RDC!

Négationnisme: Paul Kagamé nie le Rapport Mapping de l'ONU, pas des crimes en RDC!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Kagamé.jpg, mai 2021

Tshilombo est une calamité pour le Congo. Président nommé, Il est l'ambassadeur plénipotentiaire de l'occupation ougando-rwandaise au Congo. A Paris, Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, le négationniste patenté, vient de fouler aux pieds, le Rapport Mapping de l'ONU, il va trop loin en niant des crimes de la soldatesque rwandaise au Congo. 12 millions de Congolais portés disparus ?

freddy-mulongo-kagame

Les Congolais ne sont pas des frères ennemis des Rwandais. Un pays ne change pas d'adresse tous les quatre matins. Le Rwanda restera l'un des 9 voisins de la RDC. Les Congolais comme les Rwandais méritent l'humanité et respect. Tshilombo, le Checkuleur, ami-ami de Kagamé fait partie du problème, il ne peut pas être la solution. 

C'est inacceptable ! Dictateur chéri de l'occident, bourreau du peuple congolais, pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo, Paul Kagamé a le culot, à Paris, de déclarer qu'il n' a jamais eu des crimes au Congo. La soldatesque rwandaise est en promenade de santé, depuis 1994 à nos jours, les 12 millions de Congolais morts, massacrés ne sont pas victimes de crimes de sang, crimes de guerre, crimes de génocide, crimes contre l'humanité ? Comment le Rwanda est-il devenu, premier producteur du Coltan, un minerai qui n'est pas dans son sous-sol?  Le Rapport Mapping que porte à bras le corps, le Dr; Denis Mukwege pour un Tribunal Pénal International pour la RDC en prend un coup. 

Paul Kagamé, bourreau de notre peuple nie ses crimes au Congo. Cela rejoint la rhétorique de son fameux compatriote Vincent Karega, négationniste, arrogant et méprisant est l'ambassadeur rwandais en sursis en RDC, qui s'immisce dans les affaires intérieures du Congo, injurie et méprise notre un peuple. VK a fait des  déclarations « méprisantes et négationnistes » vis-à-vis du massacre de plus d’un millier de congolais en 1998 par des militaires rwandais dans la localité de Kasika dans le Sud-Kivu. Au sujet du 22e anniversaire du massacre de Kasika, Vincent Karega avait réagi : “Incohérence flagrante entre image. Narratif simpliste pour des accusations graves. Accuser sans évidence s’appelle calomnie. Villages sans noms, 1100 morts avec deux noms. Circonstances de crimes et identité des criminels non dévoilée. Accusation ou propagande???”.  Ce tweet avait enflammé la toile avant que son auteur le puisse supprimer.

L’attitude révisionniste des autorités rwandaises, leur mépris sans pareil envers les victimes de leurs crimes, et les intimidations qu’ils distillent contre ceux d’entre nous qui osent défendre la vérité et réclamer la Justice, trouvent malheureusement un terreau fertile dans la quasi indifférence des plus hautes autorités congolaises corrompues et aplaventristes. Au lendemain de ses propos révisionnistes, le polémiste ambassadeur rwandais a été reçu par Tshilombo sans que la présidence usurpée proteste. En outre, les institutions de notre propre pays ne font toujours rien pour commémorer les victimes congolaises et pour que Justice soit rendue. Pourquoi la RDC ne soutient pas le Rapport Mapping ? 

Des criminels Rwandais qui ont commis des crimes au Congo: Laurent Nkundabatwaré, Jules Mutebusi, Bosco NtanganaRCD-Goma, CNDP, M23... Et Paul Kagamé a le toupet de déclarer qu'il soutient l'état de siège dans le Nord-Kivu et l'Ituri : « Nous saluons cette initiative prise par les autorités de la RDC et nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour qu’elle soit fructueuse. Nous serons aussi aux côtés de la RDC pour toutes les initiatives mises en place pour renforcer la sécurité dans l’est de son territoire, frontalière de notre pays. Nous ne pouvons qu’appuyer tout ce qui, sur le plan sécuritaire mais aussi économique, concourt à stabiliser et à pacifier la sous-région d’Afrique des grands lacs. C’est une nécessité pour le développement de tout le monde ». 

La Faute à Tshilombo, voleur de destin de notre peuple. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 1 mai 2021

RDC: Tshilombo Léopoldien a jeté en prison à Beni, Junior Muhindo écolier de 8 ans!

RDC: Tshilombo Léopoldien a jeté en prison à Beni  un écolier de 10 ans !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM international

Freddy Mulongo-Beni 3.jpg, mai 2021


Le plus jeune prisonnier au monde est Congolais. Il a 8 ans et porte encore son uniforme bleu-blanc. Junior Muhindo a été jeté en prison à Beni par des Tontons Macoutes sur ordre de Tshilombo Léopoldien. Jusque là ni l'Unicef ni l'Unesco n'ont réagi. 2 ans 1/2 après son deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale, Tshilombo sombre dans la gabegie à cause de sa cupidité.

fb-img-1619828662067

Léopold II coupeur des mains  pour le caoutchouc est revenu. Tshilombo le Léopoldien est l'incarnation de Léopold II de triste mémoire au Congo. L'homme est arrivé au pouvoir par un deal et il est bénéficiaire d'une nomination électorale. En 2 ans et 1/2, Tshilombo a montré ses limites. Il n'a ni vision, ni cap ni objectif. Tshilombo,l'apprenti président L'apprenti président qui faisait l'école buissonnière dans des Nganda à Bruxelles et qui est arrivé au palais présidentiel du Grand Congo en enjambant la clôture est une calamité pour le pays. 

Comment Tshilombo a-t-il eu l'audace d'envoyer ses Tontons Macoutes bastonner les écoliers de Beni, qui ne réclamaient que sa venue ? Ingénieux, les petits génies de Beni ont proposer à Tshilombo,  un billet Aller-Rétour Kinshasa-Beni-Kinshasa dans un vol régulier. C'est de l'argent propre qui ne provient pas des caisses de l'Etat.

Les élèves et écoliers de Beni ont  compris que Tshilombo pille les caisses de l'Etat pour se rendre à Djamena au Tchad , aux obsèques du Maréchal-Président-Dictateur Idriss Déby, il est allé à Paris pour la préparation du sommet Afrique-France, mais Tshilombo n'a pas le temps d'aller à Beni pour répondre aux exigences sécuritaires de ces enfants qui voient leurs parents zigouillés tous les jours.  

Tshilombo Léopoldien au lieu de demander à ses services d'organiser une vidéo conférence par zoom ou skype avec les écoliers de Beni pour écouter leurs doléances, parler avec eux pour apaiser la tension sociale et prouver au monde qu'il est parent, dans un pays civilisé, on dialogue, on se parle. Surtout que les élèves et écoliers de Beni n'ont demandé qu'une chose que leur contrée soit sécurisée. Ce qui correspond aux nombreuses promesses fantasmagoriques de celui qui trône au Congo par défi, Monsieur 15%.  Manque de légitimité,  Tshilombo Léopoldien, autocrate aux joues joufflues, a envoyé ses Tontons Macoutes tabasser les enfants, les gazés aux bombes lacrymogènes, les embarqués et les jeter en prison. 78 élèves emprisonnés dont 6 blessés ! Parmi les prisonniers, Junior Muhindo 8 ans, écolier, un garçon de 2 ème primaire. Il a été arrêté à Beni, le 29 avril 2021, avec ses camarades, pour avoir manifesté contre les massacres à Beni. Culotté Tshilombo parle de manipulation des écoliers, comme si Monsieur distributeur des promesses doit être cru comme le bon dieu. Ses Bena Mpuka et fanatiques écervelés embrayent: Ces enfants de Beni sont des ADF, ils sont fils des ADF, complices des ADF et manipulés par des ADF...Quelle comédie !

 Berry MUEKATONE @Bmueka. Nos compatriotes de Beni, Butembo, Yuma, etc. ont été privés de leur droit constitutionnel (le droit de vote) on leur dénie le droit de vivre en paix et aujourd'hui on s'en prend à leurs enfants. Nous devons être fiers de nos concitoyens de l'Est contrairement aux autres-là...

 Youyou Muntu Mosi @MuntuMosi. #RDC-#BENI: La police a tiré sur des écoliers désarmés qui manifestaient pacifiquement. 1 enfant tué d’une balle en pleine tête, des blessés. #Fatshi leur a demandé de cesser leur protestation, et dit que sa présence ne changera rien à l’insécurité, mais promet de les visiter.

Tshilombo Léopoldien a volé le destin du peuple congolais pour un enrichissement personnel. Gabegie financière, détournements en cascade, népotisme outrancier, tribalisme assumé...écument son régime d'usurpation. Sa mafieuse famille présidentielle pestilentielle  ne l'aide pas non plus. Léopold II est de retour ! C'est Tshilombo et ses Tontons Macoutes. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 30 avril 2021

RDC: Que dit Charles Michel? Élèves de Beni jetés en prison par Tshilombo !

RDC: Que dit Charles Michel? Élèves  de Beni jetés en prison par Tshilombo !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM international

Freddy Mulongo-Beni 2.jpg, avr. 2021

Tshilombo est un fieffé menteur ! Lors de son point de presse, hier à Kinshasa avec Charles Michel, président du Conseil européen, Tshilombo a dit: "Je demande à ces enfants (Beni) de ne pas s’exposer aux intempéries. Je promets que je serai bientôt avec eux. Ce que j’ai dit, je le ferai...". Pendant ce temps, ses Tontons Macoutes les jetaient en prison ! Charles Michel complice?

freddy-mulongo-tshilombo-faussaire-k

Kinshasa, jeudi 29 avril, Charles Michel président de l'Union européenne et Tshilombo au cours du point de presse !

Que dit Charles Michel, président de l'Union européenne en séjour à Kinshasa, à Tshilombo, qui a jeté les élèves en prison à Beni ? L'Union européenne cautionne cette violation flagrante des droits humains ? 78 élèves mineurs jetés en prison à Beni, pendant son séjour à Kinshasa, Louis Michel est silencieux et complice. Pour une patate chaude s'en est une. Les droits humains sont-ils encore universels pour Charles Michel ? La Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 n'est-elle pas  l'une des pierres fondatrices de la protection moderne des droits humains dans le cadre des Nations Unies?  Louis Michel, père soutenait le régime d'imposture-occupation d'Alias Kabila. Charles Michel, fils soutient le régime d'usurpation-occupation de Tshilombo !

Réveil-FM : Les élèves et écoliers de Beni jetés en prison dans l'Etat de droit made in Tshilombo ! © Freddy Mulongo

 Qui peut croire encore Tshilombo Mabundi Ya Fatshi ? Nabuchodonosor croit résoudre tout problème social par ses Tontons Macoutes et en jetant les Congolais en prison. Ils viennent encore de frapper , les Tontons Macoutes de Tshilombo ont fait usage de tirs à gaz lacrymogènes ce vendredi 30 avril, pour disperser les élèves et écoliers qui passent la nuit depuis plus d'une semaine à la mairie de Beni dands le Nord-Kivu !

freddy-mulongo-beni-2

Emprisonnés les bleu-blancs mineurs qui revendiquent à Tshilombo, Monsieur promesses fantasmagoriques, de respecter et tenir ses promesses, est une atteinte aux droits de l'homme. Les fameux donneurs de leçons du hier, avec 37 ans d'opposition sont devenus des bourreaux-tortionnaires du peuple congolais. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 29 avril 2021

RDC: Tshilombo aime le tapis rouge mais il a peur des quolibets des écoliers à Beni!

RDC: Tshilombo aime le tapis rouge mais a peur des quolibets des écoliers à Beni !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Honoré Ngbanda.jpg, avr. 2021

La formule est consacrée: "Je suis le président de tous, y compris de ceux qui n'ont pas voté pour moi". Tshilombo avec ses 15% n'a jamais été élu par Beni ni Butembo ni Yumbi. Les élèves et écoliers qui l'attendent sur l'esplanade de la Marie de Beni ne sont pas satisfait de sa pirouette, depuis Kinshasa. L'impénitent promet d'aller à Beni, parle de la manipulation des écoliers.

freddy-mulongo-tshilombo-faussaire-k

On prend proprement, sans tricher ou se faire nommer, les manettes du pouvoir pour agir pour ses concitoyens. Monsieur promesses fantasmagoriques adore distribuer des promesses. Il sème à tout vent.  Tshilombo aime le tapis rouge mais il a peur des quolibets, hués et railleries  des écoliers, blancs et bleus, qui campent  à l'esplanade de la Mairie de Beni et réclament sa venue pour les sécuriser. Tshintuntu demande aux écoliers qui font le sit-in é la Mairie de Beni, de retourner chez eux. Son arrivée n'est pas une solution à leurs revendications. Il voit une manipulation dans cette action des élèves.  "Je comprends. À l’heure actuelle, nous prenons un train de mesures. Je demande à ces enfants de ne pas s’exposer aux intempéries. Je promets que je serai bientôt avec eux. Ce que j’ai dit, je le ferai. Je prépare de solutions efficaces pour résoudre de manière définitive crise de l’est", vient de déclarer  Tshilombo au cours de point de presse à Kinshasa. 

Reste à savoir si les écoliers vont entendre son appel. Une semaine déjà que les élèves et écoliers passent la nuit à la belle étoile, attendant un président putatif, qui ne viendra jamais parce que les rendez-vous à Djamena pour les obsèques du maréchal-président -dictateur Idriss Déby et Paris pour la préparation du sommet Afrique-France, sont plus importants que Beni.

Rappelons que priver de vote par la CENI de Corneille Naanga, les habitants de Beni avaient avaient organisé des élections libres, démocratiques et transparentes. Ce sont les organisateurs de l'élection présidentielle à Beni , le samedi 29 décembre 2018, sont parents des écoliers  de Beni qui campent devant la Marie. Manipulation ? Tshilombo est à des années lumières de préoccupations du peuple congolais. Son régime usurpé est une calamité pour le Congo.  

Lire la suite...

Partager sur : Partager

SADC: La RDC soutient Faustin Luanga face à Elias Magosi, apprenti en diplomatie!

SADC: La RDC est prête avec Faustin Luanga face à Elias Magosi, apprenti en diplomatie!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faustin Luanga 3.jpg, avr. 2021

La RDC est prête avec Fautin Luanga au poste de Secrétariat Général de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). Le Botswana joue au trouble fête avec Elias Magosi. Ancien Secrétaire permanent adjoint à la présidence du Bostwana, le "fonctionnaire le mieux payé", avait révélé Botswana Guardian. Bombardé ambassadeur itinérant, Elias Magosi va-t-il maîtriser la diplomatie?

freddy-mulongo-faustin-luanga-3

La République démocratique du Congo est un géant au cœur de l'Afrique, qui se réveille tel un éléphant. Secrétariat Général de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), la candidature de Faustin Luanga dont la compétence, clairvoyance, expertise et l'intégrité dépassent les clivages politiques en RDC. Le fonctionnaire international de l'OMC, Faustin Luanga Mukela, avec plus de 25 ans d'expérience nationale et internationale sur des questions relatives au développement économique des pays.  Conseiller Économique et de Développement du Président Kabila de la République démocratique du Congo (RDC); Haut Fonctionnaire de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à Genève, successivement : Coordonnateur régional pour le Département Asie et Pacifiques (un portefeuille de 50 pays), Coordonnateur régional pour le Département Afrique à l'Institut pour la Formation et la Coopération Technique de l'Organisation Mondiale du Commerce (un portefeuille de 54 pays plus 20 autres pays membres (non africain) de l'Organisation Internationale de la Francophonie)... a le soutient du Grand Congo, des Congolais et sa diaspora éparpillé dans le monde. La RDC est prête avec Faustin Luanga pour la SADC.

freddy-mulongo-elias-magozi

Contrairement à Elias Magosi, parachuté comme Secrétaire permanent adjoint à la présidence du Botswana, il y a été nommé quelques jours après l'accession du président Mokgweetsi Masisi à la présidence le 1er avril 2018. Elias Magosi a beaucoup de chance, le "Fonctionnaire le mieux payé " avait révélé Botswana Guardian, vient d'être bombardé ambassadeur itinérant, pour apprendre la diplomatie en deux mois avant l'élection au secrétariat exécutif de la SADC. Le 15 mars dernier, le président Botswanais Mokgweetsi Masisi  était à Kinshasa, pour vanter les mérites de son poulain et tenter de persuader la RDC de retirer la candidature de Fautin Luanga.  La RDC et le Botwana sont les seuls deux pays, qui ont statutairement droit, cette année, de présenter des candidatures, au poste de secrétaire exécutif de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), dont l’élection aura lieu en août prochain. 

freddy-mulongo-faustin-luanga

La RDC est un éléphant qui se réveille. À Kinshasa et dans les pays Membres de la SADC, les choses bougent et évoluent positivement dans l’ombre. Contrairement aux spéculations sans fondement, des médias "Coupagistes", adeptes du "Congo Bashing" !  La RDC porte la candidature de Faustin Luanga et  soutient son candidat avant, pendant et après son élection. A Kinshasa, les choses s'activent. Le professeur Faustin Luanga a pu rencontrer le vice-Premier ministre aux affaires étrangères, Christophe Lutundula en audience. Les deux personnalités ont échangé utilement pendant une heure du temps. Le VPM a promis de s’impliquer pleinement dès l’investiture du gouvernement et de faire de cette candidature une de ses priorités diplomatiques. Ainsi, dès l’investiture, il a promis de faire une tournée d’itinérance diplomatique dans les 15 pays autres pays membres de la SADC. Ils se sont promis de se revoir régulièrement.

freddy-mulongo-faustin-luanga-2

Entre Elias Magosi, qui a deux mois pour apprendre la diplomatie internationale et Faustin Luanga qui depuis 25 ans y est dans cette diplomatie internationale, le choix est clair. Et la RDC, qui a longtemps laissé sa place aux autres pays, veut jouer son rôle. Le Grand Congo ne laissera pas sa place chiper le Botswana. La diaspora congolaise soutient la candidature de Faustin Luanga, un digne fils du Congo, qui fait sa fierté hors du Grand Congo !  Le lancement de Faustin Luanga en orbite de la SADC est prête. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 24 avril 2021

RDC: 24 avril 1990-24 avril 2021, 31 ans du discours de Mobutu sur le multipartisme!

RDC: 24 avril 1990-24 avril 2021, 31 ans du discours de Mobutu sur le multipartisme!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Maréchal Mobutu.jpeg, avr. 2021

Le 24 avril 1990, Mobutu pleura devant les caméras … fin du parti unique, le multipartisme réinstauré sous les larmes du président de la République! Il arrive au pouvoir en 1965 par un coup d’Etat et le dirige d’une main de fer, jusqu’en 1997, avant d’être chassé par les armes… Mobutu est une terreur, ses colères sont foudroyantes et il donne l’image d’un homme que rien ne peut ébranler.

freddy-mulongo-marechal-mobutu

Le 24 avril 1990, au plus fort d’une dictature croulante, feu le Maréchal Mobutu avait annoncé, urbi et orbi, le retour au pluralisme politique en RDC Congo ex Zaïre. Et c’était parti malgré les différentes entraves.

Aujourd’hui, 31 ans après, quel recul pour la RDC-ex-Zaïre ?  Le 24 avril 2021, les Tontons Macoutes de Bébé Doc Tshilombo ont tiré à balles réelles et  lancé des gaz lacrymogènes, pour une marche pacifique en soutien et solidarité des Congolais du Grand Kivu, Ituri et Tanganyka, qui vevent un génocide. Les journalistes sont victimes des interpellations et arrestations arbitraires. Seul L'Udps, parti familial de Tshilombo ont droit aux meetings et marches dans le pays. Les élections sont frauduleuses. Le Congolais vit avec-1$ par jour. Le peuple manque de tout. Les nouveaux riches sont de la bourgeoisie Compradore. Corruption, rétro-commissions, gabegie financière, détournements de fonds, enrichissements illicites sont les marques de fabrique du Tshintuntuïsme et de la République Wewacratique.   Bébé Doc Tshilombo, le Nabuchodonosor du Congo, est un dictateur qui cache bien son jeu. La RDC est sous occupation mais lui  se pavane et se cancane.  

Mobutu : "Comprenez mon émotion" © Trésor Kibangula

Discours du Maréchal Mobutu du 24 avril 1990

Très chers compatriotes,

Nous voici pour la troisième fois au rendez-vous de l’histoire.

La première fois, ce fut en ce beau jour du 30 juin 1960. Dans l’allégresse générale, notre pays accédait à la souveraineté nationale et internationale. Mais ce fut également le début de la difficile naissance d’une nation et l’apprentissage laborieux de l’exercice du pouvoir.

La seconde fois, le 24 novembre 1965. L’anarchie s’installait partout dans le pays. Lentement mais sûrement. Les luttes fratricides accablaient notre peuple. Devant le chaos et la division qui menaçaient d’éclatement les fondements même de l’Etat, une poignée de vaillants fils du Zaïre – dans un élan de sursaut patriotique – décidèrent d’infléchir le cours de l’histoire de notre pays.

Aujourd’hui 24 avril 1990, enfin. A la veille du trentième anniversaire de l’accession du Zaïre à la souveraineté nationale, après une présence de près de 25 ans à la tête du pays, et face aux grandes mutations qui tourmentent le monde en ce vingtième siècle finissant, j’ai pensé qu’il était temps de recueillir les avis du peuple zaïrois, afin de dégager les lignes directrices susceptibles d’orienter nos choix politiques.

Ainsi, le 14 janvier 1990, à l’occasion de l’échange des vœux de nouvel an, j’avais annoncé à mon peuple ma volonté d’organiser un large débat national sur le fonctionnement des institutions politiques de la deuxième République.

A ce sujet, j’ai sillonné toutes les régions du pays, de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, empruntant tous les moyens de transport disponibles, à savoir : Jeep, voiture, bateau, hélicoptère, petit porteur et jet. Il ne manquait plus à cette liste que le train, le vélo et, bien sûr, la pirogue. Je me suis mis à l’écoute de la majorité silencieuse. Ses interrogations, ses inquiétudes et ses aspirations ont retenu toute mon attention.

J’ai recueilli des mémorandums aussi bien individuels que collectifs. J’ai reçu en audience différents groupes socio-professionnels tels que professeurs, missionnaires, opérateurs économiques, médecins, avocats, fonctionnaires, chefs coutumiers, femmes commerçantes, étudiants. Tout a été pris en compte et a fait l’objet de ma profonde réflexion, même le mémorandum des évêques.

Je voudrais saisir l’occasion que m’offre cette adresse à la nation pour remercier du fond du coeur le peuple zaïrois de l’accueil chaleureux et patriotique qui a été réservé à moi-même et à la maman présidente. Bravant pluie, soleil et fatigue, partout les filles et les fils du grand Zaïre se sont surpassés et nous ont témoigné, avec joie et enthousiasme, leur indéfectible attachement. J’en suis profondément touché et je leur resterai beaucoup reconnaissant.

Je me dois également de féliciter le peuple zaïrois pour son sens élevé du nationalisme et sa maturité politique. En effet, durant toute la période de consultation populaire, en dépit un battage médiatique d’intoxication et de démobilisation que, de mémoire de chef, je n’ai jamais connu au Zaïre, le peuple zaïrois a démontré, une fois de plus, qu’il n’était pas près de régler son mode de vie sur la base de la manipulation et de la désinformation.

Très chers compatriotes,

Trente ans après l’accession de notre pays à l’indépendance, nous sommes aujourd’hui à la croisée de chemins et devant des choix nouveaux.

A l’analyse de tous les mémorandums qui m’ont été adressés, j’ai été surpris de constater que le peuple, à qui j’avais demandé de se prononcer seulement sur le fonctionnement des institutions politiques, a plutôt axé l’essentiel de ses doléances sur les difficultés qu’il éprouve dans sa vie quotidienne. Ainsi, au plan social, on pourrait retenir notamment la dégradation des infrastructures sociales : Hôpitaux, écoles, universités, édifices publics. A cela, il faut ajouter :

– la vétusté des formations médicales,

– la carence en équipements et en médicaments,

– l’insuffisance du personnel médical

– la surpopulation dans les salles des cours ainsi que dans les résidences universitaires et les internats,

– la modicité des rémunérations des agents de l’Administration publique,

– le sous-emploi des cadres universitaires, certains abus qui se commettent par-ci par-là.

Au plan économique, il m’a été signalé entre autres :

– la dégradation des voies de communication : routes, voiries, télécommunication,

– le poids de la fiscalité et de la parafiscalité,

– les tracasseries administratives,

– les invendus dans les collectivités rurales,

– la détérioration des termes de l’échange du paysan,

– l’insuffisance de l’énergie électrique dans certaines régions du pays.

De l’examen de ces mémorandums, j’ai été heureux de constater que le peuple n’a pas remis en cause un certain nombre d’acquis. En effet, de Bukavu à Matadi, de Lubumbashi à Kisangani, partout c’est l’affirmation de l’identité nationale, le souci de l’intégrité territoriale et la préservation de la paix retrouvée. Au-delà de ces acquis incontestés, le peuple exige des changements importants au niveau des cadres, des institutions ainsi que du fonctionnement de celles-ci.

Très chers compatriotes,

Pour en revenir à la question fondamentale que j’exposais le 14 janvier 1990 sur le fonctionnement de nos institutions politiques, en dehors de toute considération économique ou sociale, la réaction de mon peuple ne s’est pas fait attendre.

Dans l’ensemble, le bilan politique de la consultation populaire, selon le rapport qui m’a été présenté par le Bureau national de coordination, indique qu’au total 6.128 mémorandums ont été enregistrés et analysés jusqu’au 21 avril 1990. En vous signalant que, d’une part, plus d’un million de zaïroises et de zaïrois ont pris part à ce débat national et, d’autre part, les compatriotes résidant à l’étranger ont également apporté leur contribution à travers 116 mémorandums.

Sur les 6.128 mémorandums reçus, 5.310, soit 87 %, ont proposé des réformes en profondeur au sein du Mouvement Populaire de la Révolution. Cependant, deux tendances se sont dessinées clairement. La première estime que le MPR doit demeurer le parti unique mais certains de ses organes doivent disparaître. Il s’agit principalement du Comité Central, du Bureau Politique et du Conseil Consultatif Permanent pour le développement. La même tendance estime également que le Secrétariat Général et les branches spécialisées du MPR doivent être dissous.

La deuxième se prononce pour la réduction sensible des organes et des effectifs des hommes qui les composent. Cette tendance a également suggéré que le Mouvement Populaire de la Révolution, à tous les niveaux, fasse appel à des hommes nouveaux.

En revanche, 818 mémorandums, soit 13 %, se sont 

clairement exprimés en recommandant vivement l’instauration du multipartisme. outre le choix porté sur le maintien du monopartisme ou sur l’instauration du multipartisme, l’analyse des mémorandums a également permis de déceler d’autres préoccupations du peuple que voici :

  1. La réhabilitation des trois pouvoirs traditionnels, à savoir : le Législatif, l’Exécutif et le Judiciaire.
  2. Le renforcement des pouvoirs de contrôle du Conseil Législatif et de tous les organes délibérants.
  3. La responsabilisation de l’Exécutif tant au niveau central que régional devant les organes délibérants.
  4. La dépolitisation de la Fonction publique, de la territoriale, des forces armées, de la Gendarmerie, de la Garde civile et des services de sécurité, exigeant pour ces derniers une profonde restructuration en vue de garantir en toutes circonstances les droits fondamentaux des citoyens et les libertés individuelles.

Très chers compatriotes,

Après avoir mûrement réfléchi et contrairement à mon engagement de suivre l’opinion de la majorité, j’ai estimé, seul devant ma conscience, devoir aller au-delà des vœux exprimés par la majorité du grand peuple du Zaïre. Aussi, j’ai décidé de tenter de nouveau l’expérience du pluralisme politique dans notre pays en optant pour un système de trois partis plitiques, en ce compris le Mouvement Populaire de la Révolution, avec à la base le principe de la liberté pour chaque citoyen d’adhérer à la formation politique de son choix.

Je voudrais que, sur ce point précis, les fils et les filles de notre grand pays qui m’ont toujours assuré de leur totale confiance et de leur entière adhésion comprennent que le grand Zaïre, situé au cœur du continent africain, sans être à la remorque de qui que ce soit, ne doit pas non plus se contenter des positions figées ni se complaire dans l’immobilisme. Il doit être en mesure de s’adapter à toutes circonstances et de démontrer que sa volonté de bâtir une société véritablement démocratique ne saurait d’aucune manière être mise en doute.

Mais, fort de l’expérience du multipartisme de la première République, j’estime que le changement qu’ensemble nous allons conduire dans ce domaine devra éviter les erreurs du passé. Raison pour laquelle, dans mon esprit, le multipartisme ne doit entraîner ni prolifération ni bipolarisation des formations politiques. Nous devons surtout éviter que le multipartisme ne devienne au Zaïre synonyme de multitribalisme. Le multipartisme doit être considéré comme la manifestation d’une volonté réelle de dépassement des tendances tribales, régionalistes et séparatistes.

Voilà pourquoi les trois partis devront justifier d’une représentativité nationale suffisante. Si j’ai pris la résolution d’aller au-delà de la volonté exprimée par la majorité, j’ai voulu, ce faisant, favoriser l’avènement d’une nouvelle ère de confrontation des idées et des débats politiques dans un cadre pluraliste.

Très chers compatriotes,

L’ouverture dans laquelle aujourd’hui j’engage le peuple zaïrois doit être également l’occasion de conquérir davantage le cœur de la jeunesse de notre pays. Cette jeunesse, si généreuse et si vivante, doit en effet se sentir au centre de nos préoccupations. Elle ne doit pas être victime de surenchère. Et, pour qu’elle soit une véritable force de changement, elle doit être mieux formée, moins inquiète de son avenir. J’instruirai donc le gouvernement à formuler une nouvelle politique de la jeunesse, ardue et axée sur les deux pôles de la formation et de l’emploi.

Très chers compatriotes

J’ai parlé de bien des choses et de tout le monde. Je n’ai pas parlé de moi. Que devient le Chef dans tout cela 

A cet égard, permettez-moi de relever en premier lieu une constatation : le peuple zaïrois s’est clairement prononcé sur ma personne et a demandé que je continue à présider aux destinées de notre pays. Je voudrais remercier mon peuple pour cette expression incontestable de confiance renouvelée. Dans le nouveau paysage politique zaïrois, quel sera le nouveau rôle du chef ?

Le Chef de l’Etat est au-dessus des partis politiques. Il sera l’arbitre, mieux : l’ultime recours. Avec la révision constitutionnelle, le Chef cesse d’être le Chef de l’exécutif. De ce fait, il ne pourrait être soumis ni à la critique, ni au contrôle du conseil législatif. Il demeure le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale et constitue le dernier rempart de la nation. Tous les fils et toutes les filles de notre pays, membres ou non d’un parti doivent se reconnaître en lui. Et quoi qu’il arrive, en sa qualité de chef, se situant au-dessus de la mêlée, il s’engage à demeurer le dénominateur commun, c’est-à-dire le rassembleur, le pacificateur et l’unificateur.

Mon rôle d’arbitre au-dessus des partis ayant été ainsi défini, je vous annonce que je prends ce jour congé du Mouvement Populaire de la Révolution pour lui permettre de se choisir un nouveau chef devant conduire le changement des structures matérielles et humaines de ce parti.

Très chers compatriotes,

J’ai un dernier mot pour certains aspects qui pourraient paraître secondaires et qui concernent la démarche et les usages politiques que nous avons créés et vécus ensemble. Dans notre élan révolutionnaire tout à fait légitime et à un moment précis de cette révolution, nous avons été amenés à adopter dans notre langage politique et institutionnel certaines dénominations qui, aujourd’hui, risquent de nous mettre en porte-à-faux avec les nouvelles options que nous venons de prendre fondées sur notre souci de plus de liberté et d’adaptation à l’universalité.

C’est ainsi que vous aurez remarqué que tout au long de mon propos, je n’ai pas utilisé les termes « citoyennes, citoyens, militantes, militants » mais disons que, peut-être, certaines filles, certains fils, voire certains collaborateurs voudraient bien revenir aux vocables plus universels que vous connaissez tous : Excellences, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs. A dater de ce jour, les choses étant ce qu’elles sont, c’est-à-dire telles que je les ai clairement définies, je dois vous dire que je ne me sentirai en rien gêné d’appeler le Premier commissaire d’Etat et les commissaires d’Etat, Premier ministre et ministres, le conseil législatif et les commissaires du peuple, l’Assemblée nationale et les honorables députés.

Dans le même contexte politique précédemment décrit, nous nous sommes imposé une tenue nationale comme il en existe dans beaucoup d’autres pays. Chez nous, elle s’appelle l’abacost. Cependant, tout en le maintenant comme tenue nationale, j’estime que dans ce domaine également, chaque zaïrois aura à faire usage de sa liberté. Usant de la mienne, je me dois de préciser que vous ne me verrez pas en cravate. Mon choix ayant été fait en février 1972, je me sens très bien dans ma peau de nationaliste zaïrois.

Très chers compatriotes,

Toutes ces réformes, vue leur ampleur, requièrent une période de transition nécessaire et suffisante. Surtout pour permettre aux nouvelles formations politiques de se structurer et de s’installer sur l’ensemble de notre territoire ainsi qu’au Mouvement Populaire de la Révolution de se restructurer au regard du nouveau paysage politique.

Etant donné que tous les organes délibérants ont reçu avec une belle unanimité le 

satisfecit du peuple, qui du reste a demandé que leurs pouvoirs de contrôle soient renforcés; j’ai estimé, suivant en cela la volonté librement exprimée par le peuple zaïrois, que ces organes délibérants, c’est-à-dire le conseil législatif, les assemblées régionales, les comités populaires de zone et les conseils de collectivité restent en place jusqu’aux élections prochaines.

En ce qui concerne l’actuelle équipe de l’exécutif, après l’énoncé de toutes ces mesures, elle est réputée démissionnaire et chargée d’expédier les affaires courantes. Dans les tous prochains jours, sera connu le nom du Premier commissaire d’Etat ou du Premier ministre si vous voulez. Avec le nouveau chef du gouvernement, des consultations seront engagées pour la constitution de l’équipe de transition qui aura principalement pour mission l’exécution d’un programme d’urgence visant à répondre aux attentes de la population dans les domaines économiques et social.

Quant aux partis politiques, un projet de loi fixant les conditions de leur existence, leur agrément et leur financement sera déposé incessamment sur le bureau du conseil législatif.

Pour toutes ces raisons, la période de transition ira du 24 avril 1990 au 30 avril 1991. Cette période de 12 mois sera mise à profit par les formations politiques pour faire l’apprentissage de la démocratie pluraliste et affronter l’électorat. Suivant en cela un calendrier précis qui sera rendu public.

La période de transition sera également mise à profit pour procéder à la révision de la Constitution qui se fera en deux étapes. Comme je l’ai déclaré plus haut le pays sera régi pendant la transition par la Constitution actuelle qui doit subir des modifications au niveau du conseil législatif. Pendant ce temps, une commission sera mise sur pied pour l’élaboration d’une Constitution définitive appelée à régir la Troisième République. Après la mise en place du gouvernement de transition, j’entreprendrai une tournée d’explication des nouvelles réformes à travers le pays. Car, la majorité silencieuse qui a exprimé clairement sa volonté pourrait ne pas comprendre pourquoi et dans quel intérêt j’ai opté pour le point de vue de la minorité.

Très chers compatriotes,

Avant de terminer mon propos, je voudrais me résumer pour une bonne compréhension de tous. A dater de ce jour, mardi 24 avril 90, tirant les enseignements de la consultation populaire à laquelle avaient pris part plus d’un million de zaïroises et de zaïrois, et d’où sont sortis 6.128 mémorandums, j’annonce solennellement au peuple zaïrois.

  1. L’introduction du multipartisme à trois au Zaïre, l’abolition de l’institutionnalisation du Mouvement Populaire de la Révolution avec comme conséquences : la suppression de son rôle dirigeant, la séparation nette entre le parti et l’Etat, la réhabilitation des trois pouvoirs traditionnels à savoir le législatif, l’exécutif et le judiciaire comme les seuls organes constitutionnels, la dépolitisation de la fonction publique, de la territoriale, des forces armées, de la gendarmerie, de la Garde civile et des services de sécurité, l’instauration d’un pluralisme syndical.
  2. La désignation d’un Premier commissaire d’Etat ou Premier ministre, si vous voulez, suivie de la formation d’un gouvernement de transition.
  3. La révision de l’actuelle Constitution en vue de l’adapter à la période de transition qui s’instaure.
  4. La mise sur pied d’une commission chargée d’élaborer la Constitution de la Troisième République, Constitution qui sera sanctionnée par un référendum populaire.
  5. L’élaboration enfin d’un projet de loi devant régir les partis politiques dans notre pays et organiser leurs financements.

Très chers compatriotes,

Ce mardi 24 avril 1990, une page nouvelle de notre pays vient de s’ouvrir et je me permets de nourrir de grandes espérances sur l’avenir de nos institutions, prémices de tout progrès. Quelles que soient les lacunes inhérentes à toute œuvre humaine, nous devons reconnaître que grâce à l’idéal qui nous a toujours animés dès l’aube du 24 novembre 196(, nous avons la paix, l’unité nationale, l’intégrité du territoire et la fierté de nous sentir zaïrois.

Voilà le nouveau visage du Zaïre, voilà le Zaïre de la Troisième République qui prend naissance aujourd’hui, et que nous voulons grand et prospère.

Ce Zaïre, nous devons le bâtir ensemble pour relever un défi digne du troisième millénaire vers lequel va nous conduire la troisième République. Si deux désirs sont une volonté, comme le disait un grand penseur britannique, Georges Meredith, pour ne pas le citer, je me demande quant à moi, ce que peuvent faire deux volontés unies, la vôtre et la mienne, deux volontés qui s’inscrivent dans le cadre d’un nouveau pacte que nous signons aujourd’hui vous et moi pour la construction d’un nouveau Zaïre; un nouveau Zaïre, dis-je, sûr de lui, fort du grand génie créateur de son peuple, conscient de sa place au cœur de l’Afrique, capable désormais d’affronter avec foi et sérénité, assurance et dignité les défis de l’an 2000 ; un nouveau Zaïre enfin qui fera dire aux générations futures, pensant à la journée d’aujourd’hui : vraiment, ce fut un des moments les plus beaux de l’histoire de la République.

Vive le Zaïre,

Vive la Troisième République,

Vive le renouveau,

Je vous remercie 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

- page 1 de 9