Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Robert Mugabe

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 15 novembre 2017

Robert Mugabe, faux panafricaniste, assassin de M'zée LD Kabila et un pillard de moins du Congo

Robert Mugabe, 93 ans, le vieil homme est un moine dormeur public impénitent

Très facile pour des congolais de dénoncer les sociétés multinationales étrangères qui pillent les ressources de la République démocratique du Congo. Ceci contraste avec le silence assourdissant sur des africains qui pillent également nos ressources: Paul Kagame, Hitler Africain du Rwanda qui pille le coltan, Yoweri Museveni Kaguta de l'Ouganda qui pille l'or et le pétrole, Robert Mugabe qui a pillé notre diamant, sans oublier l'Angola avec notre pétrole à  Moanda et l'invasion de Kahemba.

Robert Mugabe, 93 ans, le vieil homme est un moine dormeur public impénitent

Incroyable, pas des cris de liesse des Kinois sur la chute du gérontocrate, autocrate et dictateur Robert Mugabe au Zimbabwe. Si les Zimbabwéens vivent la retenue, les congolais devraient plutà´t jubiler. Silence radio de la RTNC, la thuriféraire et l'autoproclamée "La voix du peuple", qui n'est rien d'autre que la voix de l'imposteur de Kingakati, est dans la logique du régime totalitaire. Aucun acteur politique ne prend la peine de prendre la parole et d'expliquer au peuple congolais sur les accointances de deux régimes: celui de Robert Mugabe et de Alias Joseph Kabila. Politicailleurs ventriotes sans aucun doute. La déchéance de Robert Mugabe, président honoraire du Zimbabwe, est une bonne nouvelle pour toute l'Afrique qui a été la risée du monde à  cause de l'arrogance, frasques et extravagances d'un vieil homme de 93 ans. Robert Mugabe, vous n'aurez pas ma compassion ni ma haine. Faux panafricaniste, Robert Mugabe aura été un Tippo Tip dans le pillage des ressources de la République démocratique du Congo.

M'zée Laurent Désiré Kabila, président de la RDC, Robert Mugabe, président du Zimbabwe et Barnabé Kikaya Bin Ramazani, ambassadeur de la RDC au Zimbabwe, derrière M'zée LD Kabila

Acte 1. Robert Mugabe était un ami à  M'zée Laurent-Désiré Kabila. Ils étaient tous les deux des révolutionnaires. Lors de l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila au palais de Marbre le 16 janvier 2001. Et le corps de M'zée LD Kabila fut emballé dans des rideaux avant de l'embarquer dans un hélicoptère venu de l'aéroport de N'djili, après le constat de décès par le Dr. Mashako Mamba, ministre de la sante. Le corps de M'zée Laurent-Désiré Kabila sera amené à  l'hà´pital Ngaliema. M'zée Laurent-Désiré Kabila sur ordre de Robert Mugabe, des généraux Zimbabwéens commis à  la garde du défunt président ont reçu l'ordre de ramener le corps à  Harare. Pourquoi donc ? Il fallait la main de M'zée Laurent-Désiré Kabila pour ouvrir le coffre-fort où se trouvait de l'argent en divers devises, des minerais à  la banque Zimbabwéenne. Barnabé Kikaya Bin Ramazani, ambassadeur de la RDC au Zimbabwe en sait beaucoup des choses. Après le partage du butin du coffre-fort entre Robert Mugabe, Alias Joseph Kabila et Barnabé Kikaya Bin Ramazani, les trois seront liés. Robert Mugabe devint le mentor et protecteur de l'imposteur de Kingakati. Ce sont des soldats Zimbabwéens sont la ceinture de sécurité d'Alias Joseph Kabila. Ce sont eux qui lors des manifestations tirent à  balles réelles sur des manifestants en ayant pris le soin d'enfiler la tenue des policiers. Barnabé Kikaya est devenu un apparatchik du régime d'imposture échelonnant tous les postes de confiance de l'imposteur.

Acte 2. Ayant trahi M'zée Laurent-Désiré Kabila son ami, Robert Mugabé a accepté de devenir le mentor et protecteur d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, un Ovni qui a été catapulté sur le trà´ne du Grand Congo. Un imposteur et usurpateur, un complice Tutsi-Rwandais, à  qui on n'a tout fabriquer: un nom d'emprunt Joseph Kabila en fabricant pour lui, une filiation directe en tant que fils héritier du président assassiné (alors que plusieurs enfants se réclament du président), une famille bidon, une tribu, un clan et un village pour le rendre plus Congolais. L' ancien taximan de Dar-es-Salam en Tanzanie, incompétent, ignare aura tout appris sur le tas. Lui qui était arrivé au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière qui a servi dans l'armée rwandaise de Paul Kagamé, le génocidaire et Hitler Africain, s`avérera être un dictateur sanguinaire. L'appétence au goà»t du pouvoir du petit roitelet, un criminel hors paire. Au fait à  la mort de Laurent-Désiré Kabila, Robert Mugabe du Zimbabwe, Paul Kagame du Rwanda, Yoweri Museveni de l'Ouganda, Edouardo Dos Santos de l'Angola ont compris tout ce qu'ils pouvaient obtenir dans le dépeçage de la RDC et en pillant ses ressources. Au fait, tous les neuf pays voisins de la RDC sont bénéficiaires du pillage des ressources du Grand Congo. Un Congo faible est bénéfique pour tous les voisins. dans les parents rwandais Les Congolais de la diaspora^résidant au Zimbabwe disent qu'il les avait même inviter à  la Résidence pour sabrer la champagne.

Lors de la deuxième guerre du Congo, un conflit armé qui eut lieu au sein du territoire de la République démocratique du Congo, qui débuta en 1998 par l'agression Rwando-Ougando-Burundais et se termina officiellement en 2002, avec le dialogue inter-congolais avec une fin formelle le 30 juin 2003. Elle impliqua neuf pays africains dont l'Angola, la Namibie, Tchad et le Zimbabwe étaient du cà´té du gouvernement. Certains commentateurs ont même parlé de la ``première guerre mondiale africaine ».

Acte 3. Sengamines. Sous M'zée Laurent-Désiré Kabila, la province du Kasaï Oriental était considéré comme une zone minière interdite. Il fallait une autorisation spéciale du ministère de l'intérieure pour s'y rendre. Personnellement, j'ai eu l'occasion de visiter la Sengamines à  Boya à  une trentaine de Kilomètres de Mbuji-Mayi. La Sengamines a été créée à  partir d`une concession arrachée à  la Miba pour rémunérer le Zimbabwe de son soutien militaire à  la République démocratique du Congo lors de la guerre contre le Rwanda et l` Ouganda. L`anecdote de Julien Ciakudia, patriarche de la résistance congolaise à  Londres et prince des Bakwanga est intéressant.Lors de l'agression Rwando-Ougando-Burundaise, en 1998, nommé par M'zée Laurent-Désiré Kabila, il a été le représentant provincial du commissariat général de la Réinsertion de la Présidence de République pour la province du Kasaï Oriental. Cinq mois durant, Julien Ciakudia a été au front à  Cabinda. C'est lui qui au nom du chef de l'Etat est allé voir le chef Mutamba Lupungu, grand chef de Basongé. Avec plus de 100 tonnes de vivres, Ciakudia et le général Mufu Vindicien ont dà» réconforter les militaires tout le long de la route de Mbuji-Maji à  Cabinda. Julien Ciakudia était dans sa province le Kasaï Oriental, l'aéroport de Bipemba est sur ses terres. Il a vu des cargos zimbabwéens embarqués de la terre cuite non traitée de Boya pour la Sengamines pour le Zimbabwe. Au fait Sengamines est une affaire de prédation.

Robert Mugabe n'a jamais été un panafricaniste comme il aimait s'autoproclamé, mais plutà´t un pillard comme d'autres des ressources congolaises. D'ailleurs,"dès 2002, la Sengamines a été mise en cause par des experts de l`ONU chargés d`enquêter sur le pillage des ressources naturelles congolaises. Mais, à  travers elle , c`est son principal actionnaire , Oryx Natural Resources , qui était directement montré du doigt. En guise d`indemnisation, les forces armées du Zimbabwe - via la société Osleg ( Operation Sovereign Legitimacy) - ont alors obtenu 49 % de la Sengamines. Le régime zimbabwéen décida alors de confier la gestion de la concession à  Thamer al-Shanfari, un homme d` affaires omanais, diplà´mé de l`École des mines du Colorado, rencontré lors de la visite d`une délégation du sultanat d`Oman à  Harare . Shanfari crée en 1999 le holding Oryx Natural Resources. En juin 2000, ses liens avec les forces armées du Zimbabwe empêchent son introduction à  la Bourse de Londres, du fait de la présence d`Osleg dans son capital . Selon le rapport de l`ONU publié en octobre 2002, Oryx, qui a hérité des parts d`Osleg dans la Sengamines, serait en réalité `` une société écran » assurant le portage pour le compte des ZDF (Zimbabwe Defense Forces).

D`aucuns soupçonnent un accord de partage des bénéfices - jamais prouvé - selon lequel Oryx se serait engagé à  reverser à  Osleg 60 % des bénéfices issus de la concession. Des bénéfices qu`auraient perçus ensuite les véritables propriétaires d`Osleg, à  savoir quatre proches de Mugabe détenant chacun 2 500 actions de l` entreprise . Et, parmi eux , Vitalis Zvinavashe, l`ancien chef d` état-major des ZDF, selon le quotidien sud- africain The Financial Gazette. Moins de pudeur en revanche en ce qui concerne les Forces armées congolaises (FAC). à€ l` origine , celles-ci devaient toucher les bénéfices de la Comiex ( Compagnie d` import-export ), actionnaire à  hauteur de 33,8 % dans le capital de la Sengamines, explique l`ONG Global Witness . En janvier 2003, la participation de la Comiex est transférée à  l`État congolais . Sous la pression du FMI, l`État se désengage à  son tour en juillet 2003 de la Sengamines. Ce qui permet à  Oryx d`accroître sa participation à  hauteur de 80 % de la Sengamines.

Robb Scott, le directeur financier d`Oryx, reconnaît que sa société a effectivement récupéré `` gracieusement » les parts d`Osleg et de la Comiex dans la Sengamines, une concession d`une valeur estimée en son temps à  2 milliards de dollars . Le directeur financier d`Oryx justifie ce tour de passe-passe financier par une décision politique de haut niveau : le Zimbabwe et le Congo auraient tous deux voulu se désengager du holding. Difficile de croire à  un acte philanthropique. On aimerait tout de même savoir si les actionnaires d`Osleg ont touché de juteux bénéfices sur les diamants de la Sengamines. Ou encore si le Zimbabwe a finalement payé de sa poche l`effort de guerre consenti en faveur de Kinshasa".

4. L'assassinat de Nicolae CeauÈ™escu en Roumanieavait crée une psychose chez le Maréchal Mobutu Sese Seko qui se mettait à  transpirer à  grosses gouttes. La déchéance de Robert Mugabe au Zimbabwe doit avoir des effets sur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale à  Kingakati. Robert Mugabe était son grand protecteur. C'est Robert Mugabe qui encourageait l'imposteur-usurpateur de se maintenir par la force pour durer au pouvoir sans légitimité. Le grand mentor est capturé par l'armée, que pensez de son protégé à  Kinshasa, qui nargue tout le monde mais règne par défi ? Que deviendront tous les militaires qui assirent la sécurité de l'imposteur ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager