Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Roger bongos

Fil des billets Fil des commentaires

lundi 18 mars 2019

Patriarche Ciakudia préconise le hold-up électoral comme un crime contre l'humanité!

Roger Bongos et le Patriarche Julien Ciakudia à  Chà¢teau-Rouge à  Paris

En Afrique, la fraude électorale doit être condamnée comme "Crime contre l'humanité" déclare le Patriarche Julien Ciakudia, le De Gaulle Congolais de Londres, devant la caméra de Roger Bongos-Afrique Rédaction ! C'est le même discours que le patriarche Julien Ciakudia a partagé aux congolais et européens sur la place de la République à  Paris, le samedi 16 mars aux cà´tés de ses frères et camarades Martin Fayulu et Adolphe Muzito ! Les avocats africains-européens et américains travaillent la dessus. La tricherie électorale tue plus en Afrique et cause des préjudices incommensurables sur des populations civiles. Les politicailleurs, despotes, autocrates, dictateurs africains sont des mutants ! Pour conserver les pouvoirs, ils trouvent des subterfuges. Après des coup d'Etat, l'instauration de Parti-Etat, le parti unique au pouvoir et de l'État, l'heure aux putsch électoraux, hold-up électoraux...

En République démocratique du Congo, on vient d'inventer la Nomination électorale ! C'est-à -dire que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe le dernier de la classe a joué au qui perd gagne. Alors que Martin Fayulu est sorti gagnant avec 62% à  l'élection présidentielle du 30 décembre dernier, Monsieur 16% Félix Tshilombo a fait un deal avec Alias Kabila qui l'a nommé. Personne ne connait le contenu, sauf ce que le journal zambien "Zambian Observer" a publié: Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanamba s'est engagé dans l'accord de ne pas poursuivre Alias Kabila et ses apparatchiks durant les 18 ans qu'ils ont été aux affaires. De ne traduire en justice tous les criminels qui pillent, tuent, assassinent, massacrent des paisibles citoyens à  l'Est de la République démocratique du Congo. Tshilombo s'est aussi engager de tripatouiller la Constitution pour le vote du Président de la République, le soit par des députés et sénateurs.

Roger Bongos et le Patriarche Julien Ciakudia à  Chà¢teau-Rouge à  Paris

Pour les despotes africains, le peuple ils en veulent plus. La démocratie ne doit plus passer par le peuple souverain. Au pouvoir depuis 1994, le président gambien tant redouté de ses compatriotes a perdu l'élection présidentielle face à  Adama Barrow et immédiatement reconnu sa défaite. Un dénouement inattendu qui ouvre une nouvelle page dans l'histoire de la Gambie. Les Gambiens s`étaient réveillés des doutes plein la tête. Ils se sont couchés en faisant la fête, heureux, fiers, et libres. Nul doute que beaucoup se souviendront longtemps de ce vendredi 2 décembre 2016. Un jour historique, qui a tiré le rideau sur vingt-deux années d`un régime autoritaire avec lequel une majorité d`entre eux souhaitait en finir. Et qui marquait, comme tous le répétait en boucle, le début d`une `` nouvelle Gambie ». Dès l`annonce des résultats de la présidentielle de la veille, donnant Adama Barrow, le candidat de l`opposition, vainqueur de ce duel à  l`issue incertaine face à  Yahya Jammeh, ils ont laissé exploser leur joie et leur soulagement. Des milliers de Gambiens qui étaient descendus sont descendus dans les rues de Banjul pour célébrer le départ sans heurts du "Big Man" ont été désillusionnés...Entre temps Yayah Jameh était revenu sur sa décision de reconnaître Adama Barrow comme président élu. Après six semaines de crise politique, Yahya Jammeh accepte enfin de céder le pouvoir à  son successeur Adama Barrow élu le 1er décembre. Un dernier adieu en brandissant le Coran face à  quelques supporters présents sur le tarmac de l'aéroport de Banjul et l'ex-président de Gambie, Yahya Jammeh, s'est finalement envolé pour l'exil, samedi 21 janvier 2017, mettant fin à  un feuilleton qui aura duré plusieurs semaines. L'avion, un Falcon, a décollé peu avant 21 h 20 GMT avec à  son bord Yahya Jammeh et le président guinéen Alpha Condé. L'ancien chef d'État gambien devait transiter par la Guinée avant de rejoindre la Guinée équatoriale. Cette destination a été confirmée par le président de la commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), Marcel Alain de Souza, devant la presse.

Roger Bongos et le Patriarche Julien Ciakudia à  Chà¢teau-Rouge à  Paris

En aoà»t 2017, l'autocrate Rwandais Paul Kagamé, qui a tripatouillé la Constitution pour se présenter à  l'élection présidentielle, qui dirigeait déjà  le Rwanda d`une main de fer depuis 23 ans, a obtenu une victoire écrasante à  l`élection présidentielle, en étant réélu avec plus de 98% des voix ! Hitler africain, Paul Kagamé est président du Rwanda jusqu'en 2034 !

A voir comment Abdélaziz Bouteflika en Algérie, mourant mais s`accroche à  son fauteuil présidentiel. Le quotidien suisse La Tribune de Genève vient de percer l`un des secrets les mieux gardés du gouvernement algérien, en relatant le récit de la sortie du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, des Hà´pitaux universitaires de Genève (HUG), où il avait été admis pendant 15 jours. Jamais une information d`une telle importance n`a fuité sur les visites médicales de Bouteflika à  Genève. Cette fois, c`est un récit détaillé de sa sortie de l`hà´pital jusqu`au décollage de l`avion présidentiel de l`aéroport genevois, qui vient d`être publié par le journal suisse. Les autorités suisses apprennent la sortie du chef de l`État tard dans la nuit de samedi à  dimanche, quelques heures seulement avant l`atterrissage de l`avion présidentiel. Selon la Tribune de Genève, `` tout s`organise tardivement. Le vol est annoncé aux autorités dans la nuit de samedi à  dimanche (du 9 au 10 mars). L`appareil, immatriculé 7T-VPM, qui serait muni d`appareils médicaux et avait déposé le Président Abdelaziz Bouteflika le 24 février, indique qu`il prévoit de se poser à  9 h 56. Il atterrira douze minutes plus tà´t ». La veille, dans la soirée, `` une entreprise spécialisée dans les transports de VIP a envoyé un SMS à  une dizaine de chauffeurs partenaires, des profils habitués aux missions à  haut risque. Le message dit qu`il s`agit d`une "very very important person (très très importante personnalité)" , un VVIP, précise la même source.

Roger Bongos et le Patriarche Julien Ciakudia à  Chà¢teau-Rouge à  Paris

Dimanche 10 mars : la sortie du président Bouteflika de l`hà´pital est retardée pour une raison inconnue. "Aux HUG, pour une raison inconnue, le transfert est retardé. Les chauffeurs arrivent au compte-gouttes, pour ne pas attirer l`attention, via la zone de livraison sous le bà¢timent Gustave Julliard. La porte de la zone de livraison, d`habitude ouverte, se referme après chaque entrée. Un van et une Mercedes noirs arrivent vers 13 h 15. à€ l`intérieur, une nuée de blouses blanches, brancardiers, médecins et personnes en costume-cravate sont sur le point de surgir. Parmi elles, Nacer Bouteflika, le frère du Président, donne de la voix : "ça ne va pas assez vite", relate le média suisse.

Affaibli, Bouteflika apparaît dans un fauteuil électrique ! "Abdelaziz Bouteflika apparaît dans un fauteuil roulant électrique, un modèle haut de gamme muni d`un défibrillateur et d`autres appareils médicaux. Il est à  peine conscient, sous assistance respiratoire, sa tête - coiffée d`un bonnet noir - tombant sur son épaule. à€ l`aide d`une rampe, on le place dans un van, une Mercedes Class V Pack AMG aux vitres teintées et, pour l`occasion, munies de rideaux. Le chauffeur et un policier sont assis à  l`avant, les sièges arrière ont été enlevés pour faire de la place au fauteuil roulant. Une infirmière est assise à  cà´té du patient et deux gardes du corps algériens sont à  l`arrière", révèle la même source. Le média suisse décrit le convoi présidentiel ayant quitté les hà´pitaux genevois peu avant 15 heures : "sept véhicules noirs quittent les HUG. Le premier, en éclaireur, roule plus de 150 mètres devant. Un hélicoptère surgit des alentours et le suivra jusqu`à  l`aéroport. Le cortège grille tous les feux tricolores, privilégie les axes droits. Pendant le trajet, l`infirmière doit intervenir pour aider Abdelaziz Bouteflika à  respirer. Le convoi arrive sur le tarmac, moins de dix minutes après être parti, en entrant par la douane située à  cà´té de la halle de fret, vers Palexpo. Il est en retard, l`avion avait reporté son décollage à  15 heures". Arrivé à  l`aéroport, le convoi présidentiel se dirige vers le hangar antibruit. Dès lors, "tout se déroule très vite". "Le Président est déchargé, son fauteuil mis sur une échelle électrique munie d`une plaque, l`avion présidentiel quitte le sol suisse à  15 h 56 et 34 secondes".

Le Patriarche Julien Ciakudia répond à  Roger Bongos à  Chà¢teau-Rouge à  Paris

Martin Fayulu a gagné son Paris, de Chà¢teau Rouge à  la République. Il a rassemblé et fédéré le peuple congolais à  sa cause de la vérité des urnes. Chà¢teau Rouge est un quartier de Paris situé sur le flanc oriental de la butte Montmartre, dans le 18e arrondissement. C'est un quartier très animé en journée, caractérisé par la présence d'une forte population immigrée d'origine africaine. De nombreux marchés, épiceries et coiffeurs africains y sont ouverts toute l'année. Le week-end, des clients venus de toute l'àŽle-de-France s'affairent dans le quartier, à  la recherche de produits souvent introuvables ailleurs, des fruits tropicaux et épices.

Chà¢teau Rouge est aussi le lieu des retrouvailles. Roger Bongos, le journaliste d'investigation le plus engagé pour la libération du Congo-qui par son travail a fait connaître au grand public la majorité des Résistants-Patriotes-Combattants de France. Résidant à  Londres, le Patriarche Julien Ciakudia est le De Gaulle de la Résistance congolaise. Feu Etienne Tshisekedi vivant, Julien Ciakudia ne voulait pas trahir le serment qu'il avait fait à  son oncle Isidore kanana, l'un des 13 parlementaires fondateurs de l'Udps, celui de ne pas s'attaquer à  son ami Etienne Tshisekedi. Ce serment n'était lié ni à  à  la famille ni à  son fils Félix Tshilombo Bizimungu qui a volé les voix, l'espoir et le rêve du peuple congolais. En bon bouledogue qui ne là¢che pas l'os, Roger Bongos n'avait cessé de titiller le Patriarche Julien Ciakudia dans les Affaires Etienne Tshisekedi.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 26 septembre 2018

Freddy Mulongo et Roger Bongos, deux journalistes menacés par des Talibans de l'Udps, parti de Fatshi !

Paris, Roger Bongos et Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International, archives

La France est notre pays d'accueil et d'adoption. Nous aimons ce pays qui nous permet de nous exprimer librement, et qui protège nos droits. Depuis un certain, une meute des Talibans, Kuluna et ethno-tribalistes, membres de l'Udps et fanatiques de Felix Tshilombo Tshisekedi "Fatshi" ont pris d'assaut les réseaux sociaux pour invectiver, lancer des Fatwa et menacer deux journalistes: Freddy Mulongo et Roger Bongos. Parti familio-ethno-tribaliste, l'Udps prà´ne la non-violence ? Parti extrémiste, nazi et hypocrite, l'Udps est à  l'antipode de ses idéaux. Ce fameux parti familial a ses Gestapistes Talibans: hommes, femmes et jeunes tribalistes et tribalisés à  outrance, qui tapissent les réseaux sociaux, ils insultent, injurient, menacent tous ceux qui ne sont pas d'accord avec Felix Tshilombo Tshisekedi, leur gourou. Les Talibans de l'Udps croient que les journalistes sont des griots et applaudisseurs, dont le métier est d'encenser Felix Tshilombo Tshisekedi. Pour les Tshibelabela enragés, les journalistes sont des écervelés et doivent se mettre au service de Fatshi, qui a ramassé l'Udps lors d'un congrès bidon ou le vote s'est déroulé à  2h du matin comme à  la Douma soviétique. Il est incapable d'enterrer son défunt père:Etienne Tshisekedi mais veut imposer sa loi sur des journalistes indépendants.

Papa Iléo, Etienne Tshisekedi, Frederic Kibasa...et Emmanuel Ramazani Shadary (entouré en rouge)

Durant 36 ans, l'Udps n'aura été qu'un parti des accompagnateurs, traîtres et collabos qui se ramassent à  la pelle contre la République et ses valeurs: Faustin Birindwa, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, Lambert Mende Omalanga, Samy Badibanga, Bruno Tshibala... Même Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale est un ancien de l'Udps. Il a été le responsable de l'Udps dans le Maniema. Nous ne sommes aucunement dans l'amusement lorsque nous prenons le temps d'écrire nos articles. Le plus condamnable est Felix Tshilombo Tshisekedi "Fatshi" qui se croient déjà  Président de la République en RDC et ne lève pas son petit doigt pour calmer ses Tshibelabela enragés ! La France, patrie des droits humains, va-t-elle accepter que deux journalistes se fassent assassinés sur son sol ?

Lorsque nous dénonçons le régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Joseph Kabila kanambe Kazembere Mtwale, nous sommes de bons journalistes. Lorsque nous dénonçons fourberies et roublardises de Felix Tshilombo Tshisekedi, candidat putatif à  la Présidence de la République, mangeur à  deux rà¢teliers: dans la main du régime, avec ses négociations secrètes à  Ibiza, Venise, Paris et Kinshasa...alors nous sommes des journalistes à  abattre.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 23 septembre 2018

Funérailles de Kofi Annan: Roger Bongos témoigne !

Kofi Annan a été honoré par le Ghana !

Rédacteur en chef d'Afrique Rédaction, journaliste d'investigation, notre confrère Roger Bongos est le journaliste congolais qui a couvert les funérailles à  Accra, dans la capitale ghanéenne, de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU et prix Nobel de la paix. Invité par la présidence du Ghana. Le pays de Kwame Nkrumah, nous y avons été lors de la visite officielle de l'ancien Premier ministre Manuel Valls en octobre 2016. Dans un voyage officiel, on n'a pas le temps de tout voir et tout saisir. A son retour, Roger Bongos a répondu à  nos questions.

1. Réveil FM International: Vous avez couvert les funérailles de Kofi Annan, ancien SG de l'ONU et prix Nobel de la paix, avec le recul quelles sont vos impressions ?

Roger Bongos: Au point de vue sécuritaire, j`ai été surpris de voir que le protocole n`a pas été très regardant les codes sécuritaires inhérents au terrorisme et a permis à  tout le monde de faire son travail, tout en étant très pro. Tous à  l`unisson pour rendre un dernier hommage à  celui qui fut, l`un des artisans de l`émergence du Ghana. Un symbole emblématique du rayonnement de la Nation ghanéenne, n`en déplaise à  ceux qui déversent leur venin en disant qu`il n`a jamais rien fait pour l`avènement d`une hypothétique paix en Afrique. Avait-il, les moyens de sa politique ou la liberté d`action ?

Les présidents: Nana Akufo-Addo (Ghana), Alassane Ouattara (Cà´te d'Ivoire) et son épouse, Antonio Guterres, SG de l'ONU

George Weah, Président du Liberia

Nous allons en parler ! Etant secrétaire général de Nations Unies, comme Paul Kagamé fait aujourd`hui à  la tête de l`Union Africaine, avait introduit son pays au concert des Nations, comme il est dit, dans un vieux dicton : `` la charité bien ordonnée commence par soi-même ». Ce cercle fermé des Nations sà»res et prospères a favorisé le Ghana, devenant de fait ce qu`il est aujourd`hui, émergent ! Les drapeaux étaient en berne et toute la ville d`Accra a arboré le portrait de cet homme exceptionnel d`après le sentiment de ghanéens. J`ai baladé mon micro au marché `` Makola Market », dans une unanimité sans contestation aucune, tout le monde saluait, le parcours élogieux de cet homme, et surtout son sens du patriotisme.

Le Président Nana Akufo-Addo du Ghana rend hommage à  Kofi Annan

Des hauts dignitaires religieux entourent le cercueil de Kofi Annan

Pourquoi avoir salué son patriotisme ? Simplement, il fut l`un d`excellents ambassadeurs de son pays à  l`international. Un véritable lobbyiste pour son pays. Ce que Abdou Diouf a fait, lorsqu`il était à  la francophonie, Kaberuka à  la BAD. Cet ancien patron de la Banque africaine a octroyé un nombre incalculable de crédits au Rwanda.

Quoique, beaucoup de présidents n`ont pas pu faire le déplacement pour son ultime hommage, mais les grands noms de ce monde et dignitaires du continent étaient tous là  ou représentés. La cérémonie au Centre international de conférences d`Accra avait débuté dans une matinée très clairsemée et cette journée a marqué de son emprunte l`histoire africaine, la fin d`une époque, d`une période où un homme a été dans l`excellence et dans la grande probité professionnelle. La fin de trois jours de deuil national, avait fait baisser la tension, avec des embouteillages à  n`est plus finir et une très forts hausse de prix de produits dans la capitale.

Les marchants de sommeil, profitant de cette semaine endeuillée pour assommer d`un coup de massue, ceux qui se sont accourus pour rendre le dernier hommage à  celui qui a eu une bonne presse nationale, et une presse mitigée, moins dithyrambique par ses détracteurs.

Un rappel historique, d`un parcours élogieux avec un background incontesté en lisant sa biographie dans une brochure éditée avec du papier glacé, et distribuée à  tous les invités VIP.

John Kufour, ancien Président Ghanéen et Roger Bongos

Samia, la fille de Kwame Nkrumah et Roger Bongos

Kofi Annan a dirigé l`ONU de 1997 à  2006 et a été le premier Subsaharien à Â parvenir dans une grande compétence à  ce poste, comme l`a indiqué l`actuel secrétaire général visiblement très affecté par la disparition de son prédécesseur, et ami. Il est décédé le 18 aoà»t à  l`à¢ge de 80 ans à  son domicile en Suisse, après une brève maladie. Il fut inhumé, comme, il a exigé, d`un enterrement privé dans le cimetière militaire de la capitale à  Burma Camp `` CEMETERY FOR HONOURS » où d`ailleurs, le Vice président Attah, de l`époque du président John Mahama a été également enterré avec des honneurs de la République.

Tous ces anciens présidents, étaient tous là  et le président nouvellement l`a rendu un hommage digne de son rang. Il dira que, l`illustre disparu était :`` l`un des hommes les plus illustres de sa génération ». Cela explique, la maturité politique et la vision non étriquée de ces politiciens aguerris, en ayant dans leur vue pour l`intérêt suprême de la nation, le patriotisme dans vrai le sens du terme.

Les Ghanéens étaient là , bien présents dans un recueillement propre dans leur us et traditions. Un hommage à  Kofi Annan devant son cercueil, recouvert du drapeau national, mardi et mercredi, au son, rites et mélodie traditionnelle. Comme disait un journaliste local : `` un pays qui ne sait pas rendre hommage à  ses héros, à  ses penseurs, à  ses figures charismatiques, et surtout à  ses martyrs est voué à  la ruine et à  la disparition idéologique ».

2. Que répondez-vous à  ceux qui disent que Kofi Annan n'a rien fait pour le Ghana et l'Afrique ?

Roger Bongos: Dans tout ce qu`on réalise dans sa vie, on se bute souvent à  ses détracteurs et surtout à  ceux qui ne savent pas mesurer l`importance d`une mission à´ combien planétaire. Il fut secrétaire général de 1997 à  2006 et a été le premier Subsaharien à  occuper ce poste. Donc, il faillait prendre ses marques, des décisions impopulaires et imposer son emprunte. Ce qu`il fut fait avec quelques regrets ! En lisant sa biographie et en suivant des multiples vénérations faites à  son endroit, le jugement sans fondement fait son encontre, serait tout simplement une assourdissante ignorance de ceux qui déversent leur insanité sans preuves. On ne peut pas plaire à  tout le monde ! Mon père disait, je cite : `` les choses d`une grande importance et d`une grande complexité ne peuvent pas être traitées à  la légère, avec des réflexions de bazar » fin de citation ! Kofi Annan a sauvé le Ghana parce que, son pays dépendait presque de la Cà´te d`Ivoire (savon, huiles, l`électricité et des produits de la grande consommation, allant jusqu` à  la dentifrice), jusqu`à  la crise ivoirienne de 2002. Avec l`incitation des délocalisations des grandes institutions économiques telles que : Nestle, Boeing au Ghana. Des grandes banques ont eu l`apport, garanties des Nations Unies et des grandes institutions des accords de Bretton Woods, pour déverser leur crédit au Ghana et c`est grà¢ce à  Kofi Annan. Dixit les ghanéens…

Ce que nous devions savoir, au regard des enjeux et tensions politico-militaires durant les deux mandats de l`ancien président américain, le terriblement va-t`en guerre GWB, Bush junior, les Nations Unions ont été sans euphémisme de ma part, sous les bottes des américains pour faire passer leurs résolutions au Conseil de Sécurité in fine d`attaquer l`Irak. Rappelez-vous, comment la France avait été isolée avec son non (veto) à  l`intervention militaire contre l`Irak. C`était à  l`automne 2002. A l`ONU, la bataille faisait rage autour de l`Irak. L`administration américaine, à  l`époque celle de George W. Bush, était déterminée à  faire plier Irak, pour des intérêts et velléités qu`on connaît aujourd`hui les visées. Les autres membres permanents du Conseil de sécurité, la grande Russie, la Chine avaient également dit Niet à  toute idée d`intervention sans avoir la preuve formelle de l`existence des armes de destruction massive détenues par l`Irak. Ces shiisme politique n`a pas été bénéfique au secrétaire général de l`époque, à  l`occurrence, Kofi Annan. Il en perdait le sommeil…

Le patriote Kofi Annan en avait terriblement souffert de cette injustice infligée à  un état dit souverain. D`après des confidences que j`ai pu recevoir de la presse ghanéenne, il en a été très affecté et très amer, tout le long de sa carrière. George W Bush, l`avait fait porter le chapeau qui était plus grand que sa tête. N`a t`il pas dit en privé que : `` la diplomatie internationale est une souricière pour des gens probes » ? Kofi Annan s`est trouvé dans une position, une posture extraordinairement inconfortable où il n`avait pas une marge de manœ“uvre sur ces enjeux aux contours et dimensions obscures. Opposé à  une guerre fabriquée de toutes pièces et qu`il jugerait `` illégale »plus tard…Il recevra la foudre des Etats-Unis ! Ce qui lui restait à  faire, c`est de s`occuper de l`émergence de son pays, en évitant de s`attirer des ennuis avec le `` rebelle » qui était à  la tête des Etats-Unis, Walker Bush. Il quittera l`Organisation des Nations Unis très amer, mais silencieux comme un bon diplomate apprivoisé…

Se sentait-il complice indirect des massacres perpétrés en Irak ? Je tiens à  rappeler, il y a eu, plus de 4 500 000 morts y compris 700 000 enfants morts sous les bombardements menés par la coalition, supervisés par les Etats-Unis ? Qui sait !

3. Réveil FM International: Vous l'avez fait, c'est donc facile d`interviewer les anciens présidents ghanéens ? Sont-ils si accessibles que ça ?

Roger Bongos Le symbole de la démocratie, c`est d`avoir l`accès aux institutions de la Nation sans restriction et surtout avoir la disponibilité, de ceux qui servent ces institutions et de ceux qu`ils ont servie. Dans l`ADN d`un homme politique ghanéen, il y a, la disponibilité, héritée de sa culture anglo-saxonne. Sa liberté, son indépendance de penser et d`agir favorisent ces entrées dans la haute sphère politique. La transition démocratique au Ghana est à  l`image du dernier scrutin présidentiel, où le président actuel, Nana Akufo-Addo a remporté l`élection présidentielle ghanéenne avec 53,8 % des voix, pas avec un score à  la soviétique. Le Ghana est le 2 ème producteur d`or du continent après l`Afrique du Sud et 2 ème producteur mondial de cacao après la Cà´te d`Ivoire. Avec un PIB de 35,9 milliards de dollars en 2015 (33,8 milliards d`euros), le Ghana est aussi la 2 ème économie de la CEDEAO, juste derrière le Nigeria et devant la Cà´te d`Ivoire. Au cours des dix dernières années, le taux de croissance annuel moyen a été de 6,7 %. Devenu producteur de pétrole en 2010, le pays est aussi riche en diamants, bauxite et manganèse. Par conséquent, ce pays a besoin d`une bonne presse avec une bonne visibilité. La presse, les médias ont une place de choix dans les arcanes politiques. Lorsqu`ils ont su que je venais, pour couvrir les obsèques de Kofi Annan et que je suis avant tout africain et de surcroît accrédité en France comme journaliste, j`ai eu porte ouverte sur l`ensemble des institutions y compris la présidence de la république. Chose qu`on ne verra jamais dans états caporaux de l`Afrique francophone, les Attias et Cie font leur loi.

Un indicateur qui m`a beaucoup étonné, c`est mon reportage dans leur marché central. Je n`ai jamais été vilipendé ou agressé comme dans d`autres pays de l`Afrique francophone. Encore moins la présence la police pour m`interdire de filmer, au pire pour me rançonner. Ils étaient tous disponibles et parlaient ouvertement de leur exigence en matière politique. J`ai manqué de peu, l`interview avec le président de la république qui avait un agenda chargé, bloqué pour des raisons des obsèques de Kofi Annan. Après, inhumation, de l`ancien général des Nations-Unis, il prenait son avion pour aller à  l`intérieur du pays. J`ai eu par ailleurs, l`opportunité de faire l`interview de deux anciens présidents, Jerry Rawlings, le président qui a marqué de son emprunte, l`émergence démocratique de son pays, John Kufuor. La première interview s`est déroulée cordialement dans la résidence de l`ancien président, John Kufuor et la seconde, chez celui qui a été intransigeant avec la corruption, le clientélisme et la gabegie, dans un pays qui était dans une instabilité chronique et par une persistance d`oscillation entre l`ordre constitutionnel et l`ordre prétorien. Sacré expérience !

4. Réveil FM International: Que pense le peuple ghanéen de ses dirigeants ? La liberté d'expression est-elle de mise ? Les ghanéens vivent-ils en démocratie ?

Roger Bongos Lorsque je suis arrivé à  Accra, en descendant dans un hà´tel du groupe Accor, à  ma grande surprise, je me suis retrouvé dans ma chambre avec une flopée de journaux locaux et internationaux. La qualité des journaux, avec des illustrations en couleur comportant plusieurs pages, une trentaine, m`a fait penser tout de suite à  la presse anglaise, où les British sont très friands de la lecture et des tabloïdes. Une vraie culture anglo-saxonne qui pousse les journalistes à  être très performants. D`ailleurs, en regardant leurs télévisions respectives, je me suis vite rendu compte de la qualité de leur production journalistique, leurs émissions proposées et JT. Les deux journaux phares, beaucoup lus, c`est : Dailly telegraph et BFT (Business Financial Times)…L`économie a une place prépondérante au Ghana. Lorsqu`on se promène dans des rues de la capitale, même dans des quartiers les plus reculés, on a des banques, oui des vraies banques de proximité. Et la presse n`hésite pas à  titiller les hommes politiques et les milieux des affaires au Ghana. En interviewant, un journaliste ghanéen, il me fera simplement un commentaire laconique : `` en Afrique francophone, la presse locale est gérée par les gens peu recommandables, un conglomérat de néocolonialistes qui ne veulent pas l`émergence de l`Afrique francophone ».

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 8 février 2018

Le Rwanda veut la tête du journaliste Roger Bongos, le laquais Noêl Tshiani a promis de l'apporter grâce à  un procès bidon !

Noà«l Tshiani adoubé par Paul Kagame du Rwanda

Le Rwanda veut la tête du journaliste Roger Bongos, et c'est l'agent Noà«l Tshiani qui s'en charge avec une assignation en référé d'heure à  heure, en toute urgence. Tout est politique. Le procès de Noà«l Tshiani contre le journaliste d'investigation Roger Bongos est éminemment politique. Pour précariser des journalistes congolais de la résistance, des laquais rwandadisés usent et abusent du "Musellement judiciaire", arme de destruction massive. Sauf que Noël Tshiani risque une "Mutakalisation judiciaire" à  Paris. Procès contre des journalistes congolais engagés patriotes, ici Paris on déboute ! Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" en sait quelque chose. C'est d'ailleurs lui qui a commencé avec son pompeux titre du Ministre de la RDC. Malgré sa cohorte des féticheurs de Masimanimba Désir, le dernier ministre de l'information du dictateur Mobutu, ex-conseiller en communication du despote rwandais Paul Kagame et apparatchik du régime d'occupation et d'imposture d'alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, a été débouté à  Paris, comme un va-nu-pied. Et pourtant il croyait impressionner et influencer des juges avec des papiers du ministère auprès du parlement de la RDC. Comme un chewing-gum qui colle à  ses souliers, le CV de Kin-Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" s'est agrandi. L'histoire retiendra qu'il a été mis KO debout dans son procès contre le journaliste Freddy Mulongo à  Paris.

Noà«l Tshiani et Louise Mushikiwabo, bras droit de Paul Kagame, Hitler Africain

Avec ce procès du musellement judiciaire d'un journaliste, nous irons jusqu'au bout. S'il faut aller au recours jusqu'à  la Cour des droits de l'homme à  Strasbourg, nous irons ! Le Rwanda manipulateur qui se présente en victime, ça on connaissait déjà . Mais nous sommes entrain de découvrir le rà´le néfaste de certains compatriotes collabos et rwandadisé. Larbin et laquais du régime rwandais de Paul Kagame à  Kigali, Noà«l Tshiani est entrain de commettre une énième erreur de sa vie. Alors que notre confrère Roger Bongos, Rédacteur en Chef d'Afrique Rédaction a été durant trois mois son responsable de communication à  Paris et Bruxelles, Noà«l Tshiani a promis la tête de Roger Bongos sur un plateau en or, comme jadis celle de Jean Baptiste au roi Hérode. Sauf que la tête de Roger Bongos n'est pas à  vendre. Comment Noà«l Tshiani peut-il prétendre qu'il a été diffamé en tant que candidat Président de la République sans élection en vue, sans base électorale, ne remplissant aucune case critorielle ? Un candidat putatif qui passe son temps à  rencontrer Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale et il est invité à  toutes les chaînes de télévisions des apparatchiks du régime. Un prétendu opposant qui n'a jamais rencontré aucun opposant à  Kinshasa ! En bon journaliste d'investigation Roger Bongos a découvert le pot aux roses. Noà«l Tshiani travaille à  la Banque Mondiale pour le compte de la République démocratique du Congo. Avec un salaire de 50.000 dollars, pour qu'il y reste aussi longtemps il faut l'aval d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. Noà«l Tshiani est à  la mangeoire des Joséphistes au même titre: Alain Atundu, le Vuvuzélateur Lambert Mende Omalanga, Alphonse Ngoyi Kasanji, Evariste Boshab, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi...

Mathilde Mukantabana, ambassadrice du Rwanda à  Washington

Madame Mathilde Mukantabana, l'ambassadrice du Rwanda à  Washington a-t-elle réussi à  retourner Noà«l Tshiani ? Le prétendu candidat Président de la République-sans candidature-Noà«l Tshiani est rwandadisé sans doute pour ses accointances avec Madame l'ambassadrice du Rwanda à  Washington. Faut-il signaler, que Noà«l Tshiani dans son fameux plan Marshall ne parle même pas des femmes violées en République démocratique du Congo. Quel est ce plan Marshall qui ne prévoit rien pour celles qui ont souffert des agressions sexuelles ? Faut-il rappeler, que Roger Bongos est l'initiateur de la marche Paris-Bruxelles 309 Km contre les viols de femmes congolaises en RDC. 15 jours de marche, escortée par des gendarmes en France et par la police en Belgique. Partis de Paris le 30 juin 2011, les marcheurs étaient arrivés à  Bruxelles, le mardi 13 juillet 2011 à  16h25 en face de l`Union Européenne, au Rond-Point Schuman, avant de déposer le mémo !

Dans des salons huppés parisiens, tout le monde sait que Noà«l Tshiani vise la Primature. A Kinshasa, il a rencontré Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale à  trois reprises sans témoin. Son objectif: remplacer Bruno Tshibala à  la Primature. Comme si après Samy Bandibanga, un Kasaïen; Bruno Tshibala, un autre Kasaïen; la RDC était condamné à  n'avoir que des premiers ministres kasaïens. Tous de l'Udps ou apparentés. Que Roger Bongos puisse titiller l'Udps y compris du vivant d'Etienne Tshisekedi, c'est sa liberté et son droit. Que Noël Tshiani profite de son anti-tshikedisme primaire pour livrer sa tête au Rwanda, cela frà´le l'incompréhension et la folie. Roger Bongos n'est pas un marche pied pour atteindre le Saint-Graal avec la complicité du Rwanda.

Lire la suite...

Partager sur : Partager