Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mercredi 15 janvier 2020

Francophonie: Une épine dans le pied de Mushikiwabo, la loi anti-caricature au Rwanda !

Louise Mushikiwabo, secrétaire général de l'OIF

Je suis francophone de cœ“ur et d'esprit. Je suis francophile convaincu. Je crois profondément à  la Francophonie des peuples. Lorsque je vais au Sénégal, à  Ngor à  Dakar ou à  Saint-Louis, même si je ne parle pas le wolof on se parle en français et on se comprend. A L'ONU, je pose toujours mes questions dans la langue de Voltaire. à€ Oslo, lors de la conférence de presse pour la remise du prix Nobel de la paix 2018 au Dr. Denis Mukwegue et Nadia Murad, j'ai été le premier à  poser ma question en français bien que la conf était en anglais. J'ai de plus en plus du mal à  croire à  la francophonie institutionnelle. Or c'est cette dernière qui doit contribuer à  ce que la langue française continue à  briller dans le monde.

Aujourd'hui, la voix de la Francophonie est aphone. Elle est pratiquement inaudible sur la démocratie et le respect des droits humains.

Louise Mushikiwabo, ancienne ministre rwandaise des affaires étrangères, la plus Kagamiste des Kagamistes, a déployé mille et une énergie pour être catapultée à  la tête de l'Organisation International de la Francophonie (OIF). Depuis sa nomination par des Chefs d'État francophones, c'est l'hibernation.

Déjà , à  Erevan en Armémie, lors de sa première conférence de presse en tant que nouvel Secrétaire Général de l'OIF, Louise Mushikiwabo alors que j'étais le premier assis au premier rang à  lever le doigt pour poser ma question, je n'ai jamais posé ma question. Le modérateur-museler Arménien avait récu la consigne de ne pas me donner de la parole pour poser mes questions. https://blogs.mediapart.fr/…/erevan-un-moderateur-museleur-… Un musellement indigne d'une organisation dont les valeurs sont démocratiques. La liberté d'expression et la défense des journalistes, des priorités dans ses objectifs.

Louise Mushikiwabo a passé une année à  faire "le ménage à  l`OIF" afin d`installer ses équipes. Balayés, de nombreuses personnes à  tous les échelons et pratiquement tous les directeurs et directrices en fonction durant le mandat de la Canadienne Michaà«lle Jean à  qui elle a succédé.

"Cependant, pas la moindre trace d`offres d`emplois ni d`ouvertures de postes affichées par l`Organisation. Les directeurs et directrices responsables respectivement de Programmation et Développement stratégique, de Langue française et de Culture, des Ressources humaines, de l`Administration et des Finances, ont été abruptement limogés. Le directeur chargé de l`Éducation et de la Jeunesse ayant atteint l`à¢ge obligatoire de la retraite, il arrivait en fin de contrat en 2019. Les représentants permanents de l`OIF aux Nations unies à  New York et à  Genève ont également été remerciés, tout comme celui à  la tête de la Représentation permanente auprès de l`Union européenne à  Bruxelles. Le directeur du Bureau régional de l`Afrique de l`Ouest, qui avait affiché sa loyauté à  Michaà«lle Jean pendant la campagne, a été révoqué à  la suite d`une procédure disciplinaire. Le Camerounais de nationalité canadienne, chef de la direction Affaires politiques et gouvernance démocratique, a été muté représentant permanent de l`OIF auprès des Nations unies à  Genève. Le Belge qui occupait ce poste a été, lui, promu directeur de la Francophonie numérique. On savait déjà  que la Rwandaise Oria K. Vande Weghe, responsable des communications de Louise Mushikiwabo notamment sur les réseaux sociaux, avait été promue directrice de la Communication de l`OIF. Ce grand remaniement s`est passé dans la plus grande opacité, voire parfois à  l`encontre des dispositions relatives au statut du personnel en vigueur" écrit Isidore Kwandja Ndembo dans son article: Où va la Francophonie ? Publié dans la presse au Canada le 3 janvier dernier.

A Erevan, j'avais deux questions à  poser à  Louise Mushikiwabo:

1. Le Rwanda vient de voter une loi anti-caricature qui punit ceux qui s'hasardent à  humilier les autorités rwandaises de 2 ans de prison et 1145 dollars. Et la diffamation Paul Kagame, c'est 7 ans de prison et 8000 dollars. N'est-ce pas abusive comme décision liberticide. En tant que nouvel Secrétaire Général de l'OIF comptez-vous rappeler au Rwanda les valeurs de la Francophonie ?

2. Depuis plus de deux décennies, le Rwanda se comporte en voisin criminel et conquistador de la République démocratique du Congo, le plus grand pays francophone. Le Rwanda pille les ressources de la RDC. Le coltan qui n'existe qu'en RDC est cà´té en bourse à  Londres au profit du Rwanda, pays receleur. Que comptez-vous faire pour que les deux pays puissent vivre en paix ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 12 janvier 2020

RDC-Rwanda: Souviens-toi Tshilombo de la "Poignée de main de la honte" de Montoire entre Adolphe Hitler et le Maréchal Pétain !

RDC-Rwanda: Souviens-toi Tshilombo de la "Poignée de main de la honte" de Montoire entre Adolphe Hitler et le Maréchal Pétain !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Bundesarchiv_Bild_183-H25217,_Henry_Philippe_Petain_und_Adolf_Hitler.jpg, fév. 2020

Le 24 octobre 1940, Philippe Pétain, chef de l'État français, rencontre Adolf Hitler dans la petite gare de Montoire-sur-le-Loir

Le 24 octobre 1940, Hitler rencontre Pétain à  Montoire. La collaboration est scellée. La photo montre la poignée de main entre les deux hommes. à€ l'arrière plan, le Dr. Paul Schmidt, interprète de Hitler et sur la droite, von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères. Par une poignée de main très médiatisée, le vieux maréchal célèbre officiellement la `` collaboration » entre la France vaincue et l'Allemagne triomphante. La gare est située au numéro 11 de l'avenue de la République, en retrait, au centre d'un double fer à  cheval, qui offre plusieurs voies de dégagement. Lorsque le Maréchal Pétain s'extrait de sa voiture, la garde personnelle de Hitler, qui a répété à  Tours, joue la "Marseillaise".

La cérémonie est brève. On prévient le Fà¼hrer qui descend de son wagon, de l'autre cà´té de la salle de réception de la gare. Les deux hommes se retrouvent sous la marquise au milieu des voies. Hitler tend le premier la main. La discussion va durer près de deux heures avec pour unique témoin Paul-Otto Schmitt, l'interprète de Hitler, qui en a rendu compte dans ses Mémoires rédigés en 1950. Comme à  son habitude, Hitler monologue, d'autant plus que Pétain a de sérieux problèmes d'audition.

Il avouera, par la suite, n'avoir presque rien entendu de la logorrhée hitlérienne. Le chef de l'État français ne prend la parole que pour réclamer un adoucissement des conditions sur le retour des prisonniers, sur le franchissement de la ligne de démarcation, les frais d'occupation et les départements du nord de la France.

C`est le vice-président français Pierre Laval qui a eu l'idée de ce rendez-vous en apprenant qu`Hitler revenait en train d`Hendaye où il était allé rencontrer Franco, dictateur en Espagne. La photographie a été prise par le photographe allemand Heinrich Hoffmann (1885-1957).

A la radio, quelques jours plus tard, c'est-à -dire le 30 octobre 1940, le Maréchal Pétain s'explique : `` C'est dans l'honneur et pour maintenir l'unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d'une activité constructive du nouvel ordre européen, que j'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration (...). Cette collaboration doit être sincère...».

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" ignore l'histoire de la collaboration en France. La main ensanglantée de Paul Kagame, Hitler Noir, équivaut à  12 millions des morts Congolais. Le dictateur rwandais et bourreau du peuple congolais est l'instigateur et déstabilisateur de la République démocratique du Congo, avec ses rébellions créer de toutes pièces, pour tuer, massacrer nos populations civiles et piller nos ressources.

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu ami-ami avec Paul Kagamé, Hitler Noir !

Dans la vie d'un homme politique, lorsque son pays est victime d'invasion-occupation, a deux alternatives: Etre De Gaulle à  Londres et faire de la Résistance ou être le Maréchal Pétain, être un chien couchant et collaborer avec l'occupant-envahisseur. Avec 12 millions des morts congolais, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" a fait un deal avec Alias Kabila pour sa Nomination Électorale. Une fois Nommé, il fait allégeance au plus grand génocidaire du peuple congolais: Paul Kagamé, Hitler Noir.

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" a décidé tout seul qu'il ne va fouiner dans le passé. Sans le rétroviseur de l'histoire, comment peut-on construire un pays ? Et les 12 millions de morts Congolais tués et massacrés par la soldatesque rwandaise sont-ils morts pour rien ? Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" est un ignare de l'histoire. Il ne connait rien, ne maîtrise rien et ne contrà´le rien. L'histoire nous renseigne. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" espère peut-être dans son collaborationnisme le Rwanda obtenir le prix Nobel de la paix ? Ce prix on l'obtient avec des critères précis. Tshilombo est un traître et collabo. Comme le Maréchal Pétain, il doit être frappé de l'indignité nationale. Il a vendu le Congo au Rwanda.

En France, après avoir "sifflé quelques bières avec les potes", Francis a enfourché son vélo, pédalé jusqu'au cimetière de l'île d'Yeu (Vendée) et escaladé la grille d'entrée. Une fois à  l'intérieur, il a allumé la lampe de son portable et marché d'allée en allée. "On avançait tout doucement, raconte à  franceinfo ce Parisien de 32 ans. On éclairait les tombes pour trouver celle du maréchal Pétain." Dix minutes plus tard, la voilà , enfin. "On s'est mis devant, on a ouvert nos braguettes et on a pissé dessus. A gauche, à  droite, devant, partout !" "Comme Pétain n'est plus de ce monde, c'est notre manière de lui dire ce qu'on pense de son rà´le pendant la Seconde Guerre mondiale".

En journée, même le moins bon des Sherlock Holmes trouverait la dépouille du maréchal en quelques secondes. Les thuyas et les cyprès qui l'entourent sont déjà  un premier indice. Mais c'est surtout qu'on la repère de loin : Philippe Pétain est en effet enterré dos aux 1 700 autres tombes du cimetière communal. Un positionnement différent, lié au fait que l'ancien chef du régime de Vichy était frappé de l'indignité nationale au moment de sa mort, en juillet 1951.

Six ans plus tà´t, en 1945, il avait été condamné à  mort pour haute trahison avec l'ennemi nazi. Il échappera finalement à  la peine capitale, après que le général de Gaulle a décidé de commuer sa peine en détention perpétuelle sur l'île vendéenne, en raison de son grand à¢ge.

"Le pire, c'est l'été. Quand je fais ma ronde le matin, je retrouve de tout. Des canettes de bière, des préservatifs... Il y en a même qui viennent déféquer dessus. à‡a part dans tous les sens. Antoine Martin, d'une société de pompes funèbres vendéenne à  franceinfo. Sur la tombe du maréchal Pétain, à  l'île d'Yeu, il y a régulièrement des dégradations, qui peuvent prendre plusieurs types de formes, soit de la peinture, la croix souvent est cassée, soit des pots de fleurs ou des poubelles qui sont déversés.

La tombe est dégradée une à  deux fois par an. La tombe de l'ancien militaire est de loin la plus visitée du cimetière... et c'est rarement pour y déposer des fleurs. "Les jours de commémorations, comme le 8-Mai ou le 11-Novembre, sont souvent des moments propices aux dégradations". En juillet 2017, un container poubelle en feu a été jeté sur la tombe. L'an dernier, rebelote, un individu a aspergé l'endroit d'essence avant d'allumer un briquet.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

RDC: Un arrière petit-fils du génocidaire Léopold II, Bernard Maingain, avocat veut défendre les Banyamulenge, une tribu qui n'existe pas !

Le Belge Bernard Maingain, avocat de Banyamulenge !

Les Fossoyeurs se complaisent à  être ridicules. Léopold II, roi des Belges qui lors du partage de l'Afrique comme un cadeau d'anniversaire par des puissants de l'époque, obtient à  lui seul le Grand Congo, comme sa propriété privée, pour le caoutchouc qui devait équipé des voitures en Occident, Léopold II fit couper des mains aux Congolais et commis un génocide jamais juger en génocidant 10 millions de Congolais.

Le Grand Congo, fut récupéré en 1908 par la Belgique qui exploita le pays jusqu'au 30 juin 1960, jour de l'indépendance. La Belgique s'est construite avec l'argent du Congo.

Voilà  qu'un arrière petit-fils de Léopold II, génocidaire, un raciste colonial, Bernard Maingain, avocat en Belgique qui travaille avec Geneviève Rigaux, Marie-Paul Gomrée, sans ambages déclare qu'il va défendre les Banyamulenge, une tribu qui n'existe pas au Congo !

Ce sont des coloniaux Belges qui ont recensé les 450 tribus du Congo. Nulle part ne figure une tribu Banyamulenge. D'ailleurs Mulenge est une colline. Où a-t-on vu une colline engendrer ? Bernard Maingain veut réveiller un sentiment anti-Belges auprès des Congolais. Le raciste belge, Bernard Maingain veut tout se permettre. Il est le fameux "Avocat des faussaires et criminels et causes ambiguà«s". Défendre pour l'argent, une cause qui va éclabousser la Belgique coloniale et un roi des belges, génocidaire et affairiste, c'est l'objectif que s'est assigné le petit avocat belge, Bernard Maingain qui n'a pas peur du ridicule.

Bernard Maingain est un Kagamiste qui ne se cache pas. Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple achète des avocats, universitaires, journalistes et activistes pour travestir l'histoire. Le dictateur Rwandais, Paul Kagame, pyromane, criminel au Congo, est pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo. C'est avec l'argent du sang de ses crimes de génocide, crimes de sang et crimes contre l'humanité, que Paul Kagame, paye des Conquistadors européens et américains pour réécrire l'histoire. Les Congolais qui sont victimes de la volonté expansionniste de Paul Kagame, Hitler Noir.

Bernard Maingain, qui sait que le dossier de la crise Belgo-congolaise de l'époque Mobutu n'est encore clos, joue à  la provocation. En bon raciste, il se croit tout permis. Est-ce qu'au musée Tervuren, qui vient de faire peau neuve en Belgique, renferme des documents, statues de peuplades du Congo. Il doit déjà  vérifier avant ses allégations mensongères. Léopold II a génocidé 10 millions au Congo. Paul Kagamé, Hitler Noir a génocidé plus de 12 millions au Congo. Et Bernard Maingain se voudrait être avocat des criminels: James Kabarebe, Bosco Ntangana, Azarias Ruberwa, Jules Mutebusi, Laurent Nkundabatwaré, Moïse Nyamungabo...tous ces criminels qui ont endeuillé le Congo, ce sont eux qui se clament "Banyamulenge" !

En Belgique, prend-t-on des armes pour réclamer la nationalité belge ? Pourquoi les Banyamulenge ont-ils l'outrecuidance de tuer, massacrer les populations congolaises pour réclamer une nationalité à  la quelle, ils n'ont pas droit ? Ils peuvent se faire naturaliser, pourquoi disent-ils qu'ils sont Congolais alors qu'ils sont Rwandais ?

Bernard Maingain cherche des poux dans la tête des Congolais. La Belgique n'a qu'à  ajouter les Banyamulenge dans ses peuplades: Wallons-Flamands-Banyamulenge !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 6 janvier 2020

Rwanda : caricaturer des autorités de l`Etat coûte 2 ans de prison et une amende de plus de 1145 dollars américains !

Au pays de Paul Kagame, Hitler noir, la diffamation du chef d`État rwandais est déjà  passible d`une amende de 8140 $ et de cinq à  sept ans d'emprisonnement.

Actuellement, un caricaturiste qui contrevient à  la loi risque deux ans de prison et une amende allant jusqu`à  1145 $ US. Si le dessin met en vedette un membre du Parlement ou un haut fonctionnaire, ces pénalités peuvent doubler.

Au Rwanda, le jeudi 27 septembre 2018, le Parlement a voté une loi sanctionnant la caricature `` d`un membre du Parlement, d`un membre du Cabinet, d`un officier ou toute autre personne occupant un poste de responsabilité au sein d`un service public ».

un caricaturiste qui contrevient à  la loi risque deux ans de prison et une amende allant jusqu`à  1145 $ US. Si le dessin met en vedette un membre du Parlement ou un haut fonctionnaire, ces pénalités peuvent doubler.

Le parlement rwandais aux ordres de Paul Kagamé, Hitler Noir, a voté une loi qui criminalise désormais les caricatures de personnalités publiques. Le nouveau texte de loi les considère comme une `` humiliation ».

`` Toute personne qui, verbalement, par des gestes ou par des menaces, dans des textes ou des caricatures, humilie un membre du parlement, un membre du Cabinet, un officier ou toute autre personne occupant un poste de responsabilité au sein d`un service public commet une infraction », dispose notamment la nouvelle loi.

La publication de caricatures représentant une personnalité de l`Etat est ainsi passible de deux ans d`emprisonnement et d`une amende de plus de mille dollars. Des peines portées au double lorsque la caricature concerne un député ou un haut responsable.

En effet, la loi ne précise pas si les posts sur les réseaux sociaux peuvent également être sanctionnés par les autorités.

Dans le métier du journalisme, les caricatures sont naturellement drà´les et peuvent facilement être interprétées, par les leaders politiques, comme étant négatives ou humiliantes, même si elles ne le sont pas.

Nous à  Réveil FM International, média non rwandais et qui n'a rien avoir , avec Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, aimons et usons des caricatures pour illustrer nos articles. Cette loi liberticide d'un régime mono-ethnique, ne concerne que des Rwandais qui ont librement adhéré et accepte le musellement de cette loi liberticide. C'est pathétique !

Il y aurai pas de journalistes, on aurait jamais su que le régime nazi d'Adolphe Hitler, gazé des juifs dans des camps de concentration en Allemagne. Si Paul Kagame, Hitler Noir ne veut pas des caricatures qu'il arrête ses crimes de sang, crimes de génocide et crimes contre l'humanité au Congo.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 3 janvier 2020

RDC: Hitler Noir, Paul Kagamé aux abois sur ses crimes et pillages au Congo!

Paul Kagamé, dictateur rwandais, bourreau du peuple congolais et Hitler Noir

La déclaration martiale contre le Rwanda d'Adolphe Muzito, coordonnateur de Lamuka et ancien Premier ministre a fait tressaillir l'orgre de Kigali. Paul Kagamé a même porté plainte contre Muzito à  Interpol. On croit rêver. Tous les grands criminels Rwandais, soutenus et protégés par Paul Kagamé, Hitler Noir qui ont endeuillé l'Est de la RDC n'ont jamais été extradé: Laurent Nkundabatwaré, Sultani Makenga, Bertrand Bisimwa... Bosco Ntanganda à  la CPI ne s'exprime qu'en Kinyarwanda. Cela fait des décennies que Paul Kagamé héberge, entretient et soutient des rebelles qui envahissent et sèment la mort au Congo. Arrêter Muzito pour sa déclaration, c'est brà»ler le Congo, Kagamé va quitter son pouvoir sanguinaire et son patin et marionnette de Tshilombo également. Le Grand Congo appartient au peuple congolais, pas à  Paul Kagamé, un criminel, génocidaire de notre peuple et grand déstabilisateur des pays des Grands Lacs. Trop, c'est trop ! Avec ses trois ans post-primaire, Paul Kagamé, Hitler Noir se joue et se moque du peuple congolais, le plus pacifique d'Afrique. Le peuple congolais n'est pas un troupeau des moutons qu'il faut égorger matins, midis et soirs comme le fait, Paul Kagame, Hitler Noir et vrai psychopathe. Depuis 25 ans, le dictateur Rwandais, Paul Kagame, bourreau du peuple congolais s'évertue à  tuer, massacrer, piller des ressources de la République démocratique du Congo. Le génocidaire Paul Kagame, Hitler Noir a fait du génocide des rwandais un fonds de commerce pour "Génocider impunément le peuple congolais sans défense". Le Rapport Mapping del'ONU, Rapport Gareton, Rapport Safiatou ainsi que des rapports des Ongs des droits de l'homme, pointent tous du doigt Paul Kagame comme déstabilisateur du Congo, avec son régime sanguinaire mis en place au Rwanda.

Les extrémistes Rwandais tiennent en grappe la République démocratique du Congo. Soutenu par des Américains et Britanniques pour mieux piller les ressources de la RDC, Paul Kagame, Hitler Noir est aux abois, depuis la déclaration martiale contre le Rwanda d'Adolphe Muzito, Coordonnateur de Lamuka et ancien Premier ministre. Ce criminel patenté, qui a commis des crimes de sang, crimes de génocide et contre l'humanité.

Paul Kagamé est un criminel psychopathe:

1. Paul Kagamé a un mépris pour le peuple congolais !

C'est toujours avec dédain et mépris que Paul Kagamé, Hitler Noir parle du Grand Voisin: La République démocratique du Congo. Est-ce que si la RDC n'est pas bien organisé, cela lui donne-t-il le droit d'envahir notre pays et d'y faire sa loi ? Le Congo n'est le Rwanda. Il n'a rien à  y faire. Le Congo appartient aux Congolais pas aux Rwandais. "Les psychopathes ne ressentent rien pour les autres mais seulement pour eux. Ils ressentent bien biologiquement des émotions mais psychologiquement les troubles caractériels de leur maladie viennent troubler et altérer le ressenti de ces émotions. Ils n'ont aucun sentiment envers les autres. Toute émotion est ramenée à  eux de n'importe quelle façon. Les autres ne sont que des objets qui servent à  assouvir leurs envies. Ce problème d'absence d'empathie explique pourquoi ils n'ont aucune morale et donc aucune limite à  faire du mal à  autrui physiquement et moralement. D'où leur dangerosité.".disent les spécialistes.

2. Paul Kagamé est un "Négationniste" de ses crimes de sang, crimes de génocide et crimes contre l'humanité au Congo

Depuis 25 ans, Paul Kagamé, Hitler Noir, a envahi et occupe impunément la République démocratique du Congo. Il se présente comme l'accusateur du Congo alors qu'il est le vrai accusé de ce qui se joue au Congo. Paul Kagamé a infiltré toutes les institutions républicaines de la RDC, avec ses Rwandais de service. Il a le toupet de dire que rien ne marche au Congo. Est-ce que c'est parce que les Congolais n'arrivent pas à  gérer leurs ressources que Paul Kagame doit piller nos ressources et devenir le receleur de ceux-ci. Mensonges, manipulations, violence... Les psychopathes sont prêts à  tout pour que chaque chose conviennent à  leurs envies. Tout individu, lorsqu`il n`agit pas comme le psychopathe le souhaite, lui rappelle cette réalité qu`il déteste. Il n`est pas question de déni ou de fuite de la réalité, un psychopathe cherche juste à  la modifier pour qu'elle soit conforme à  l`idée que lui se fait. Si quelqu'un agit différemment, il fera tout pour le détruire. Et s'il fait du mal c'est uniquement parce que les autres l'ont bien cherché. Jamais de leur faute ? Jamais un psychopathe n`avoue sa culpabilité. Il cherche à  trouver n`importe quoi pour se justifier ou tente de manipuler l`autre pour lui faire croire que tout est de sa faute. "Pour satisfaire sa personnalité narcissique jamais le psychopathe ne doit baisser dans l'estime des autres. Il n`y a aucune préoccupation pour le sort de la victime, aucune expression d`amour et de remords" explique J.Reid Maloy, professeur de psychatrie à  l'université de Californie, dans son ouvrage Les psychopathes.

3- Pour Paul Kagame, tous les Hutus sont des génocidaires y compris des bébés qui naissent aujourd'hui et les Congolais des vauriens.

Paul Kagamé, Hitler Noir, passe son temps à  n'a Il dévaloriser les autres sans cesse. Cet individu qui n'a pas même pas terminé ses études secondaires, se croit tout permis. Il a arrêté ses études en troisième post-secondaire. Il a un mépris pour tout le monde, sauf pour ceux qui l'utilisent pour commettre des crimes imprescriptibles au Congo et piller ses ressources. Pour lui, les Hutus sont tous des "génocidaires" y compris des bébés qui naissent aujourd'hui. Et les congolais sont des vauriens. Les richesses du Congo appartient aux Congolais. De quoi, le sanguinaire et criminel Paul se mêle ? Qu'il fasse sa loi au Rwanda, point barre. Le psychopathe vit dans une réalité qu`il se fabrique. Tous les autres individus extérieurs le sortent de cette réalité et lui rappellent ce qu`il déteste. En conséquent, il a tendance à  rabaisser les autres plus bas que terre continuellement. C`est une sorte d`extériorisation agressive afin de détruire tout ce qui peut lui faire mal. Un moyen d`attaquer les autres pour être sà»r qu`il ne le blesse pas un jour. Etant un être tourné sur lui même, le psychopathe ne prendra pas le risque que quelque chose puisse toucher à  l`estime qu`il a de lui. Pour arriver à  ses fins, il est prêt à  tout. Néanmoins il est important de ne pas confondre un pervers narcissique qui rabaisse pour son plaisir avec un psychopathe qui souffre d'une maladie violente beaucoup plus dangereuse.

4- Paul Kagamé, Hitler Noir, tremble devant la déclaration de Muzito !

Le mépris de l'ogre de Kigali le perdra. Paul Kagamé, Hitler Noir, n'a jamais envisagé qu'un homme politique congolais lui tienne tête. Et bien, Adolphe Muzito, le coordonnateur de Lamuka et ancien Premier Ministre l'a fait , ce n'est que le début. Paul Kagamé, Hitler Africain a en face de lui 80 millions de Congolais qui n'ont pas peur de lui. Le Kikwanganzala rwandais terrorise tout le monde, sauf que les Congolais sont déterminés à  lui faire face. Le dictateur Rwandais croit que tout le monde doit ramper face à  lui. Il s'est trompé. Depuis 25 ans, il manipule use des mensonges contre les Congolais de la RDC, il transborde ses propres problèmes rwandais au Congo. Avec ses infiltrés, il croit tout régenter. Contrairement à  ce qu`on croit, les psychopathes ont quelques facilités à  nouer des liens avec les autres. Mais ces liens ne durent jamais. Comme une pause au milieu de la maladie, les psychopathes ont besoin des autres pour tester la réalité. Le problème c`est qu'à  cause de leurs caractéristiques narcissiques, colériques et paranoïaques n`importe quelle personne viendra un jour heurter leur susceptibilité et déchaîner leur colère sans même le vouloir. Comme un mécanisme de défense, le malade va tenter de détruire l`autre, moralement ou physiquement. Quoi qu`il arrive, les psychopathes finissent par être isolés.

5- Paranoïaque, Paul Kagamé, Hitler Noir s`énerve rapidement

Nous serons surpris d'apprendre un jour que 90 % des Fardc sont des Rwandais, en nombre des militaires et officiers. A chaque rébellion crée et fabriquée par Paul Kagame, Hitler Noir, le Rwanda a déversé dans les Fardcs des milliers de soudards rwandais. AFDL, RCD, CNDP et M23, combien de ces voyous, bandits et sanguinaires rwandais sont-ils devenus, non seulement militaires mais aussi officiers supérieurs dans notre armée ? Paul Kagamé, Hitler Noir est en colère défié par Adolphe Muzito, derrière lui tous les Congolais. C`est dans son caractère colérique que l`on ressent le plus l`aspect d`un psychopathe. Cette particularité s`apparente à  une sorte de délire paranoïaque parce qu'il veut être constamment admiré et envié. "Les personnes réelles sont perçues comme des objets familiers mais néanmoins maléfiques qui attaquent et qui méritent la rage du psychopathe" explique J.Reid Maloy dans son livre Les psychopathes. Un événement bénin, une petite insulte ou même un regard de travers peuvent suffire à  renvoyer au psychopathe l`impression qu`on ne le voit pas comme il le souhaiterait. "L`expérience consciente de rage dans le processus psychopathique débouche typiquement sur la violence en l`absence de structuration du surmoi" ajoute l'auteur.

6- Menteur professionnelle, Paul Kagamé, Hitler Noir est dans la tromperie continuelle

Paul Kagamé, Hitler Noir est un tueur froid. Il est capable de tuer une mouche avec un marteau. Combien sont-ils des opposants qu'il a fait assassiner dans des pays étrangers ? Il ne recule devant rien. Une personne atteinte de psychopathie a conscience du mal qu'elle cause à  l`autre. Pour éviter que les autres ne fassent quelque chose qui lui déplaise ou l'angoisse, elle utilise la tromperie. Il y a une réelle intention de manipulation des autres pour le dénuer de tout attribut. Par ce moyen, le psychopathe est sà»r de dominer et satisfaire sa personnalité narcissique. Les personnes psychopathes ne sont pas sensibles, on ne peut pas les "prendre par les sentiments". Elles contrà´lent sans peine leurs peurs et leurs pulsions en public. Ayant souvent deux visages, l'un pulsionnel et l'autre social, le premier reprend rapidement l'ascendant sur le second dans la vie privée. Leurs pulsions peuvent s'exprimer avec efficience à  travers le pouvoir des mots (ou langage performatif), qui deviennent aussi destructeurs que les violences physiques, voire davantage. Leur regard reste froid et intense à  la fois, accentuant une part de mystère.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 24 décembre 2019

Agressions Ougando-Rwandaises: Tshilombo chien couchant, Muzito discours martial !

Adolphe Muzito, coordonnateur de Lamuka

Lorsque le président Américain, Donald Trump a déclaré qu'il allait rayer de la carte du monde, la Corée du Nord, l'a-t-il fait ? Non ! Adolphe Muzito, ancien Premier Ministre, est coordonnateur de Lamuka. Et Lamuka, c'est le peuple congolais. En tant que chef de l'opposition, il est pleinement dans son rà´le. Son discours peut-être tonitruant, c'est dans son rà´le. Tous ceux qui sonnent l`hallali contre sa déclaration contre le Rwanda, sont des politicailleurs-mangercrates qui mangent dans la main de Paul Kagamé et sont complices de ses crimes au Congo.

Dans une impunité hors pair, le Rwanda et l'Ouganda violent, depuis deux décennies les rapports de bon voisinage inscrit dans l'Art. 51 de la charte de l'ONU face à  la République démocratique du Congo. Aucun État n`a vocation à  subir éternellement des agressions extérieures.

Depuis sa Nomination Électorale issue d'un odieux deal contre le peuple congolais, Angwalima Tshilombo, le fameux fils Tshisekedi est couché tel un chien "Tshibelabela" devant le Rwanda et l'Ouganda, les deux pays agresseurs, pilleurs et receleurs de ressources de la République démocratique du Congo. Avec 12 millions de morts Congolais, Angwalima Tshilombo est allé écrire noire sur blanc dans le livre d'or du mémorial de génocide des Rwandais que : Les Congolais étaient morts par "Effets collatéraux" ! Pour le cupide et écervelé Tshilombo, les Congolais se sont faits Harakiri. Ils voulaient mourir et sont morts par eux-mêmes. Il y a jamais eu des crimes de sang , crimes de génocide et cimes contre l'humanité de Paul Kagamé au Congo. Dédouanant ce dernier de tous ses crimes en RDC.

Avant sa pathétique visite à  Paris, Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu est allé à  Kampala pour retirer la plainte de la RDC contre l'Ouganda qui condamnait ce dernier à  10 milliards de $ depuis 2003. Que le dictateur Ougandais, Yoweri Kanguta Museveni n'a jamais payé depuis 15 ans.

La guerre dont parle, Adolphe Muzito est une guerre psychologique face au Rwanda et l'Ouganda. Nommer, les deux pays agresseurs, c'est déjà  le début de la libération. Pour la première fois, depuis 25 ans, Yoweri Museveni et Paul kagamé n'ont pas fermé l'oeil. Ni leurs Etats-Majors. Adolphe Muzito est un ancien Premier Ministre de la RDC. Il a exercé cette fonction durant 5 ans. Il connait le fonctionnement de l'Etat. Contrairement à  Moïse Katumbi et Jean Pierre Bemba qui n'ont été coordonnateur de Lamuka que de manière putatif et sans aucune action pour défendre la vérité des urnes. Une perte de 6 mois, puisque les deux coordonnateurs sont pour le statut quo et se projettent pour 2023, alors qu'ils n'ont aucune assurance d'y participer. Tshilombo est le masque d'Alias Kabila qui avait refusé à  Moïse katumbi et Jean-Pierre Bemba d'être candidat à  l'élection présidentielle de 2018. Avec la confirmation de la condamnation de Jean Pierre Bemba, pour subordination des témoins, à  la Cour Pénale Internationale de Laye, le président du MLC est hors-jeu !

Depuis la prise de fonction de coordonnateur de Lamuka par Adolphe Muzito, on sent que les choses changent et les lignes bougent. Le 15 décembre, le retour de Martin Fayulu, Président Elu à  Kinshasa, a été plus que triomphant: porter sur un Tipoy de l'aéroport international de N'djili jusqu'à  l'échangeur de Limeté.

En lieu est place de caresser la main de Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, le faire applaudir au stade des Martyrs de Kinshasa, comme le fait Tshilombo "Mwana Libabe" et "Moyibi ya destin ya peuple congolais", Adolphe Muzito a un langage martial" le Rwanda fait la guerre à  la RDC, il faut lui faire la guerre"! Pourquoi tant d'hypocrisies, le monde entier sait que le Rwanda comme l'Ouganda agressent la RDC pour piller ses ressources. On fait ferme les yeux. Bouche-cousue !

On peut ou ne pas aimer Adolphe Muzito, il est courageux. On ne pas continuer à  prendre notre peuple pour un mouton à  égorger. C'est tous les jours que les Congolais meurent à  l'Est à  République démocratique du Congo. Nous comptons 12 millions de morts Congolais. Le Rapport Mapping de l'ONU dénonçait déjà  des crimes commis par le Rwanda au Congo.

Adolphe Muzito est le premier homme politique, après M'zée Laurent-Désirer Kabila à  nommer clairement nos agresseurs, pilleurs et receleurs. Ni Alias Kabila -18 ans d'imposture ni Angwalima Tshilombo, faussaire, tricheur, fraudeur, imposteur, collabo et traître n'ose dénoncer des crimes contre le Congo.

Des politicailleurs, ventriotes et girouettes qui récusent le propos de Muzito sont en majorité des complices et qui croient que le pouvoir au Congo se prend à  Kigali et Kampala.

Adolphe Muzito se démarque, il est un révolutionnaire qui s'assume. Le peuple congolais est en face de deux options: se coucher comme un chien "Tshibelabela" mode Tshilombo ou montrer des muscles mode Muzito !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 14 décembre 2019

France: Emmanuel Cattier, Kagamiste radicalisé au service du régime mono-ethnique tutsi rwandais !

Emmanuel Cattier un Kagamiste radicalisé

Il fait parfois pitié par des énormités, incongruités et inepties qu'il débite sur le Rwanda. Emmanuel Cattier, "Museleur" patenté, Kagamiste radicalisé, qui mange dans la main de Paul Kagame, bourreau du peuple congolaise, altère sa vision des pays des Grands-Lacs. Emmanuel Kagamiste radicalisé fait partie des officines occultes pour le compte du régime tutsi rwandais en France. Emmanuel Cattier a épousé la cause de sa femme Tutsi rwandaise, qui lui a ouvert les portes à  Kigali où il est reçu comme défenseur du régime tutsi rwandais en France. Le fameux ingénieur Français qui a acquis la nationalité rwandaise, oublie que le Rwanda n'est pas la France. Aveuglé par son amour pour sa femme tutsi rwandaise, Emmanuel Cattier se prétend spécialiste du Rwanda et il fait du génocide rwandais son fonds de commerce.

Mais qu'est-ce que nous Congolais ex-Zaïrois avons-fait pour mériter des crimes de sang, crimes de génocide et crimes contre l'humanité de la part de son champion Paul Kagamé, Hitler Africain ? Emmanuel Cattier est Négationniste qui nie comme son champion de Paul Kagamé. Zéro mort au Congo-ex-Zaïre avec Kagamé !

Kagamisé à  outrance, ce Facho de Cattier ose faire déplublier nos articles sous couvert du respect de la Charte de Mediapart que lui même ne respecte pas. Un donneur des leçons aveuglé par ses prises de position surtout pour plaire à  sa femme. Seul, la voix et les pensées d'Emmanuel Cattier sur le Rwanda comptent en France. C'est lui qui a droit à  la parole pas quelqu'un d'autre. Son aveuglement obscurantiste et sa vison tronquée de l'histoire des pays des grands lacs, lui vaut le titre pompeux du spécialiste du Rwanda, mon œ“il ! la pluralité d'opinion, Emmanuel Cattier ne connait pas. Il obtus !

Au regard de ses écrits, il se prend pour le défenseur en chef des intérêts des Tutsi rwandais en France et plus tutsi que les Tutsi Rwandais. Le fait d'être pro-Kagamiste et pro-tutsi rwandais a gravement altéré son sens d'honnêteté intellectuelle la plus élémentaire.

Cette altération a eu pour effet, le dysfonctionnement intellectuel manifeste dont il souffre gravement et ce, jusqu'au délire caractérisé comme en témoignent ses écrits truffés d'énormités inexcusables pour un ingénieur français qu'il est.

En effet, dans les salons de petits coins, Emmanuel Cattier est présenté comme expert du Rwanda. Or, tous ceux qui ont lu ou lisent ses écrits ont pu constater qu'il ne connaît même pas comment le Rwanda était institutionnellement organisé c'est-à -dire qui était qui et qui faisait quoi au sein des institutions de la République Rwandaise. Il mélange pêle-mêle les régimes politiques rwandais, les dirigeants rwandais, travestit les faits notoires etc.

Bref, pour lui le Rwanda était un Etat sauvage dans lequel les Tutsi étaient discriminés et opprimés. Toujours selon lui, les Tutsi étaient dès lors parfaitement fondés à  constituer une armée pour se libérer contre l'oppression du régime Habyarimana, considéré par lui comme auteur du génocide des siens.

Le comble et qu`il parle de régime politique, ce qui requiert l'existence effective d'autorités et des lois au sens exact du terme (un moyen ou outil juridique d'une bonne organisation de l'Etat et d'encadrement d'une vie harmonieuse dans la société) alors qu`il décrit un Rwanda de Habyarimana comme un Etat sauvage c'est-à -dire un Etat sans loi.

Il fait cyniquement fi de l`assassinat du Président Habyarimana par Kagame, qui prétend incarner les Tutsi. Aussi, Kagame a libéré les Tutsi de l`oppression du régime Habyarimana et n`a commis aucun crime contre les Hutu. Et s`il y a eu des morts Hutu, ce sont des dommages collatéraux dans une guerre de libération. Par conséquent ils ne constituent pas des crimes. Le comble pour lui est que Kagame et encore aucun Tutsi Rwandais n`a nié les massacres de masse par les soldats tutsi du FPR sur ordre de Kagame. Celui-ci a même avoué ses méfaits devant des millions de Rwandais.

Mais il se démasque lui-même s`agissant des crimes qui ont été commis en République démocratique du Congo-ex Zaïre par Kagame et les siens contre des millions de Congolais, femmes, enfants et hommes de tous à¢ges et conditions y compris les religieuses et religieux dont l`Archevêque de Bukavu Christophe Munzihirwa. Il s`agit des millions de morts et non pas des milliers.

Si pour Cattier, les massacres de masse des Hutu par Kagame était la condition sine qua none pour libérer les Tutsi ligotés et opprimés par les Hutu, ces millions de morts congolais, qu`ont-ils fait contre les Tutsi pour mériter le génocide, crime contre l`humanité et crimes de guerre.

Le rapport Mapping de l`ONU et divers rapports et recherches des organisations de défense des droits de l`homme et de journalistes sérieux comme Judi Rever, Charles Onana, Pierre Péan, et autres, sont pourtant sans équivoque quant à  l`existence de ces crimes.

Aussi, Kagame et les siens n`ont jamais nié les massacres de masse contre des millions de Congolais. Mais pour Cattier, la réponse à  la question ci-dessus posée est cyniquement limpide: ces millions de morts congolais est une pure fabulation. Ils n`ont donc jamais existé.

Selon lui, il y a eu de morts Hutu mais pas de massacres de Hutu et ces morts sont des dommages collatéraux inéluctables dans une guerre de libération comme celle qu`ont déclenchée les Tutsi au Rwanda.

Pour les crimes de masse contre des Congolais, afin de pas ce contraire, Cattier soutient qu`ils n`ont jamais existé.

Après une lecture d`un de ses écrits truffés d`incohérences et de contradictions et d`affirmations parcellaires et erronées, j`ai déconstruit ses dires ou imputations, le tout avec des pièces à  l`appui que je lui ai adressées en pièces jointes par courriel. En réponse, il a m`a traité de négationniste du génocide des Tutsi. Les mots génocide dit des Tutsi et le négationnisme de ce génocide sont devenus des mots passe partout et Cattier en a fait un fonds de commerce à  valeur discutable.

Il espère la récompense Igihango de la part de Kagame à  l`instar de son compatriote Alain Gauthier qui a été récompensé par celui-ci pour le service fait à  savoir la chasse à  l`homme contre les Hutu listés par son employeur, le FPR, résidant en France.

Au vu de l`ensemble de ses écrits et son niveau de formation, la question posée est de savoir comment Emmanuel Cattier est -il tombé dans le caniveau de fabulation?

Sur Kagame, prétendument modèle de leader visionnaire, en réaction de divagations de Cattier sur les réseaux sociaux, je lui ai adressé les articles des Rwandais sur le détournement massif de plusieurs millions de dollars par Kagame et les siens et les avions personnels de Kagame acquis en Afrique du Sud et aux USA à  100 millions de dollars us pour deux avions et 75 millions de dollars la pièce avec photos à  l'appui.

Ces avions sont immatriculé à  l'étranger et loués à  l'Etat Rwandais lors de chacun de ses voyages ou ceux des membres de sa famille à  l'étranger à  15000 dollars US l'heure. Les sommes perçues sont virés sur un compte ouvert dans un paradis fiscal.

En réponse, Cattier m'a traité d'extrémiste, négationniste du génocide des Tutsi. Récemment, un journal américain a porté à  la connaissance du monde entier les noms de président millionnaires voire milliardaire. Kagame vient en cinquième position, soit avec un compte garni de 500 millions de dollars en dollars frais. Ce montant n'intègre pas la valeur de ses actions dans diverses sociétés à  l'étranger et ses avoirs planqués dans les paradis fiscaux dont il est un de grands clients (voir Panama Papers).

En réalité, un ancien chef d'une bande armée appelée FPR, est devenu multimillionnaire voire milliardaire en l'espace de quelques années. Ce fait flagrant est la preuve que Kagame a transformé le Rwanda en patrimoine personnel, que les Rwandais sont ses sujets qui sont à  son service, que Kagame a pillé et pille encore les richesses minières de la RDC, le tout au et au su de Kabila fils et actuellement de Tshisekedi, nommé par ce premier à  la fonction de président de la RDC.

En somme, le Rwanda est dirigé par un un gang mafieux et criminel. Cattier nie ces faits de notoriété publique. Le dernier méfait flagrant en date est le paiement de plus de 30 millions d'euros à  Paris Saint Germmain par ce groupe mafieux de Kigali dans un pays où le salaire d'un enseignant de l'école primaire, de niveau secondaire est de 40 dollars US par mois et les hà´pitaux dans un état de délabrement caractérisé et les élèves dans les écoles très saturés comme des pommes de terre dans un sac et des milliers d'enfants rwandais quittent les écoles parce que les écoles n'ont même un centime pour les nourrir correctement avec la conséquence d'une extrême gravité: la malnutrition manifeste qui frappe des millions d'enfants rwandais.

Les cas sont nombreux. Pour Cattier et autres membres d'officines français pro-kagmistes, le chef de ma mafia de Kigali est un modèle en matière de la gouvernance en Afrique.

Classement Forbes 2019: Top 10 des présidents africains les plus riches

Les dirigeants africains les plus fortunés en 2019 sont désormais connus. Le magazine économique américain Forbes a publié son classement 2019 des présidents africains les plus riches. A la tête du classement se retrouve le roi Mohammed VI suivi du président gabonais Ali Bongo et son homologue de la Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Ci-dessous, le Top 10 des présidents africains les plus riches:

1. Roi Mohammed VI (5,8 milliards de dollars) - Maroc

2. Ali Bongo Ondimba (1 milliard de dollars) - Gabon

3. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (600 millions de dollars) - Guinée équatoriale

4. Uhuru Kenyatta (500 millions de dollars) - Kenya

5. Paul Kagame (500 millions de dollars) - Rwanda

6. Cyril Ramaphosa (450 millions de dollars) - Afrique du Sud

7. Roi Mswati III (200 millions de dollars) - Swaziland

8. Abdel Fattah el-Sisi (185 millions de dollars) - Égypte

9. Isaias Afwerki (100 millions de dollars) - Érythrée

10. Idriss Déby (50 millions de dollars) - Tchad

10 choses à  savoir sur le Rwanda... afin de ne plus se faire piéger (28/10/2019)

Si tous les pays du monde, y compris les pays occidentaux, pratiquent la propagande d`une manière ou d`une autre, ce qui est différent dans le cas du Rwanda est que le régime à  la tête de ce pays se livre à  un usage excessif de cette arme de communication. Une méthode qui nous rappelle celle de certains pays communistes de l`époque de la guerre froide, et un niveau de propagande qui n`avait encore jamaisté atteint par un autre pays africain.

Un an après la désignation de l`ancienne numéro deux du régime rwandais à  la tête de l`Organisation internationale de la Francophonie (OIF), lors du sommet d`Erevan des 11 et 12 octobre 2018, voici donc dix points à  connaitre sur le Rwanda afin de rétablir la vérité : cinq points d`ordre économique et social, et cinq autres d`ordre politique.

1. Le Rwanda est l`un des pays les plus pauvres du continent, avec un PIB par habitant de seulement 773 dollars début 2019, selon les données fournies par la Banque mondiale. Un niveau plus faible que celui de nombreux pays d`Afrique subsaharienne pauvres en richesses naturelles, comme la Sénégal (1522 dollars, soit +97 %), le Mali (901 dollars, soit +17 %), le Bénin (902 dollars, soit +17%) ou encore la Cà´te d`Ivoire (1715 dollars, soit +122 %). Un écart très important avec ce dernier pays, mais qui n`a pourtant pas permis au Rwanda de réaliser une croissance économique supérieure ou égale sur les sept dernières années (période 2012- 2018).

2. De 2014 à  2018, des populations du sud et du nord-est du pays ont été frappées par une grave crise alimentaire, suite à  une sécheresse ayant également touché d`autres pays d`Afrique de l`Est. Cependant, le gouvernement rwandais a été le dernier des gouvernements de la région à  reconnaître cette situation dramatique et à  demander, en catimini en 2016, l`appui du Programme alimentaire mondial (PAM, une des structures de l`ONU), préférant ainsi laisser se dégrader la santé d`une partie de la population plutà´t que de faire connaître son échec à  subvenir aux besoins les plus élémentaires des habitants du pays. Une attitude qui rappelle, justement, celle de pays totalitaires communistes de l`époque de la Guerre froide.

Le mot N`arama, qui signifie `` que ta vie soit longue » en Kinyarwanda (première langue du pays), est d`ailleurs un des termes utilisés par les populations concernées pour désigner discrètement cette période de quasi-famine, afin de ne pas se faire arrêter par la police ou par l`armée.

Mais à  cette crise alimentaire s`ajoute à  un autre problème structurel et touchant, à  divers degrés, toutes les régions rurales du pays : celui de la malnutrition chronique des enfants de moins de cinq ans. Selon les dernières données disponibles (officielles et reprises par l`ONU), 37 % des enfants rwandais de cette tranche d`à¢ge étaient frappés par ce problème en 2017. à€ titre de comparaison, ce taux n`était pas bien plus important en RDC voisine (43%), qui connaît pourtant de graves difficultés.

3. Dans le `` pays des mille collines », de nombreux chà´meurs sont officiellement considérés comme des `` agricultures », profession automatiquement inscrite sur leur carte d`identité. De même, de nombreuses personnes se livrant, hélas, à  la prostitution, sont également `` agricultrices ». Cette politique permet ainsi de présenter des statistiques officielles fort éloignées de la réalité, sur le niveau réel de pauvreté dans le pays.

à€ tel point que nombreux sont les experts, travaillant au sein d`institutions internationales ou pour des organismes de recherche privés, à  ne plus accorder le moindre crédit aux chiffres officiels présentés par le régime. En se basant sur différentes données, un expert international belge était parvenu à  la conclusion que la grande pauvreté aurait progressé de six points de pourcentage entre 2010 et 2014 (passant de 44,9 % à  près de 51 %, avant la sécheresse), alors que les autorités annonçaient une baisse significative et du même ordre, à  39,1% ! Autre exemple, un ancien expert de la Banque mondiale, Bert Ingelaere, publiait en 2017 un article intitulé `` Le président pour toujours du Rwanda », et dans lequel il disait que sa hiérarchie avait décidé de détruire toutes les informations récoltées sur place lors d`une vaste étude sur la pauvreté, menée par lui-même et par d`autres spécialistes de l`organisation, suite aux pressions exercées par le régime rwandais et avant que la moindre analyse des données ne soit effectuée. Par ailleurs, d`autres experts affirment également que le gouvernement rwandais a tendance à  gonfler les taux de croissance réalisés par le pays, ou encore à  réduire considérablement les taux réels d`inflation.

De fortes critiques qui, toutefois, ne se font pas entendre au plus haut niveau de ces institutions, le régime rwandais bénéficiant d`une protection totale et très active des États-Unis et du Royaume-Uni, qui avaient patiemment œ“uvré à  installer Paul Kagame au pouvoir (en finançant et en armant le FPR - Front patriotique rwandais, qui, dirigé par Paul Kagame, avait multiplié les attaques meurtrières au Rwanda à  partir de l`Ouganda au début des années 1990, sans ne jamais respecter le moindre accord de cessez-le-feu, et créant ainsi une climat de peur et de paranoïa ayant tristement conduit au génocide. Un drame dont le fait déclencheur fut l`assassinat simultané de deux présidents, ceux du Rwanda et du Burundi, par le tir d`un missile ayant abattu l`avion qui les transportait. Un double assassinat unique dans l`histoire de l`humanité).

4. Depuis plus de 20 ans, le Rwanda est l`un des tous premiers pays bénéficiaires de l`aide publique au développement (APD) dans le monde. Sur la période de cinq années allant de 2013 à  2017, selon les dernières données de l`OCDE et proportionnellement à  sa population, le Rwanda a été le troisième principal bénéficiaire d`aides étrangères sur l`ensemble du continent africain (hors pays en guerre, comme le Soudan du Sud, et hors très petits pays de moins d`un million d`habitants, essentiellement insulaires). Avec une enveloppe annuelle de 1,116 milliard de dollars en moyenne, il n`a été devancé, par habitant, que par le Liberia et la Sierra Leone (deux pays anglophones faisant partie des trois pays le plus pauvres d`Afrique de l`Ouest, avec le Niger).

à€ titre de comparaison, le Bénin et le Burundi (pays voisin du Rwanda, et un des quatre pays le plus pauvres du continent, avec le Malawi, le Soudan du Sud et la Somalie), comptent une population à  peu égale à  celle du Rwanda (10,6 et de 10,2 millions d`habitants en moyenne sur cette période, respectivement, contre 11,4 millions, selon l`ONU), mais n`ont reçu que 572 et 522 millions de dollars d`aide par année en moyenne, respectivement. En d`autres termes, le Rwanda a reçu 81 % et 91 % d`aides par habitant en plus que le Bénin et le Burundi, respectivement. Autre comparaison possible, l`Ouganda, autre pays voisin du Rwanda et huitième pays le pauvre du continent (avec un PIB de 643 dollars, début 2019), n`a bénéficié que de moitié plus d`aides sur la même période (1,745 Md de dollars par année en moyenne), alors que le pays est 3,4 fois plus peuplé. Ainsi, le Rwanda a proportionnellement reçu 116 % d`aides supplémentaires par habitant que son voisin du nord.

Ces financements massifs que reçoit le régime rwandais sont principalement versés par les États-Unis et le Royaume-Uni, ce qui démontre bien que la Rwanda est particulièrement `` ciblé » par les aides américaines et britanniques. Compte tenu de la grande pauvreté qui frappe encore le pays (en dehors de sa capitale Kigali), de la très petite taille du territoire rwandais (12 fois plus petit que la Cà´te d`Ivoire, par exemple, ce qui rend facilement accessible l`intégralité du territoire, et bien plus facile la mise en œ“uvre d`une politique nationale de développement), et compte tenu des éléments se trouvant dans le point n°5 (ci-dessous), la question qu`il convient de se poser légitimement est donc la suivante : où va l`argent ?

5. Depuis 2013, le Rwanda est le premier producteur et exportateur mondial de tantale, un élément stratégique extrait à  partir d`un minerai appelé coltan. Pourtant, le sous-sol rwandais est très pauvre en coltan, dont le Congo-Kinshasa (ou RDC) détient, à  lui seul, plus de 60 % des réserves mondiales (pourtant dispersées sur plusieurs continents). Ce paradoxe s`explique, simplement et tristement, par le pillage massif et systématique des riches naturelles de l`est de la RDC voisine.

Un pillage de type `` colonial » (et même plus grave encore, la RDC n`en retirant aucun bénéficie), qui n`existe plus ailleurs sur le contient, qui se fait au vu et au su de tous, et ce, sans la moindre sanction internationale. Il est d`ailleurs regrettable de constater une certaine indifférence des pays africains eux-mêmes, qui s`honoreraient à  se montrer plus solidaires du peuple congolais frère, véritable victime du régime rwandais depuis de nombreuses années. Un régime dont le président est parfois surnommé le `` Hitler africain » par les Congolais, étant responsable de la mort de millions de personnes dans l`est du pays, sur les 25 dernières années (la plus grande catastrophe humaine depuis la seconde guerre mondiale). Une responsabilité qui a encore été récemment rappelée par le très respectable et respecté M. Faustin Twagiramungu, homme de paix et de dialogue ayant perdu 36 membres de sa famille lors du génocide, et qui avait occupé la fonction de Premier ministre du Rwanda au lendemain de ce drame (et non avant, point important à  souligner). Une personnalité aujourd`hui en exil, et en danger.

Ce génocide rwandais qui est `` à  100 % de la responsabilité américaine… Il est de la responsabilité de l`Amérique, aidée par l`Angleterre, mais il y a aussi la passivité des autres États », selon les propres termes de l`ancien secrétaire général de l`ONU, M. Boutros-Ghali, en 1998, près de deux années après avoir quitté ses fonctions à  la tête de l`organisation. Une affirmation bien sà»r exagérée (ceux ayant commis les massacres étant les premiers responsables), mais fort révélatrice du niveau d`implication américaine dans ce terrible drame. Les États-Unis qui avaient longtemps interdit à  l`ONU d`utiliser - et donc de reconnaître - le terme `` génocide » afin d`empêcher toute intervention visant à  arrêter les massacres, et ce, jusqu`au 08 juin 1994, soit 23 jours après la France (qui avait été la première grande puissance à  parler ouvertement de génocide, dès le 16 mai 1994) et des centaines de milliers de morts plus tard.

Un blocage volontaire des États-Unis, pour qui il fallait absolument que le FPR du Paul Kagame prenne d`abord le contrà´le de la majeure partie du pays, avant de reconnaître le génocide et de permettre ainsi à  l`ONU de demander une intervention militaire humanitaire. Quitte à  laisser se faire massacrer presque tous les Tutsis du pays et les Hutus qui leur étaient proches (et auxquelles s`ajoutent les dizaines de milliers de civils hutus massacrés par les forces du FPR). Et une fois le feu vert de l`ONU obtenu, et même si elle aurait pu faire davantage, la France fut tout de même la seule puissance à  accepter d`intervenir, sauvant ainsi la grande majorité des survivants tutsis du sud-ouest du pays. Dans un monde `` juste et parfait », Bill Clinton comparaîtrait devant un tribunal pénal international, de préférence situé en Afrique, afin d`être jugé pour complicité de génocide.

6. Le Rwanda est l`un des quatre régimes les plus totalitaires du continent africain, qui sont au `` degré zéro » de liberté d`expression (avec l`Égypte, l`Érythrée et le Eswatini, anciennement Swaziland et dernière monarchie absolue du continent). Tous les opposants politiques qui ne quittent pas le pays sont soit exécutés, d`une manière ou d`une autre, soit jetés en prison.

7. Le régime rwandais est celui ayant commis le plus grand nombre d`assassinats d`opposants politiques en dehors de ses propres frontières (au Kenya, en Afrique du Sud, en Ouganda, en RDC, et auxquels s`ajoutent des tentatives d`assassinat en Belgique et au Royaume-Uni, empêchés in extemis par les autorités locales, qui se refusent toutefois et étrangement de protester). Chose qui est pourtant extrêmement rare dans le monde, mais qui est habituelle pour ce régime.

8. Paul Kagame, officiellement au pouvoir depuis l`an 2000, mais de facto depuis 1994, a modifié la constitution de son pays en 2015 afin d`être en mesure de se maintenir au pouvoir jusqu`en 2034, soit 40 années de règne. Kagame est d`ailleurs le seul dictateur africain à  oser encore `` se faire élire » avec des taux de 99 % (98,6 % lors de la dernière élection présidentielle de 2017).

9. Le régime totalitaire du Rwanda, et l`impunité la plus totale dont il jouit, est hélas en train d`inspirer d`autres pouvoirs africains qui s`appuient sur cet exemple afin d`interrompre un processus de démocratisation en cours. Et notamment dans la région de Grands lacs, et en particulier en Ouganda et au Burundi (dont le président a récemment procédé à  un véritable `` copier-coller » de la nouvelle constitution rwandaise).

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 2 décembre 2019

Richard Gisagara, Kapo de la Gestapo Hitlérienne de Kagamé en France !

Dimanche 7 avril 2019, Rischard Gisagara et Hervé Berville à  Kigali

On se souvient tous, que pour les 25 ans du génocide Rwandais, c`est le député La République en Marche Hervé Berville qui a été chargé de représenter personnellement le président Emmanuel Macron aux cours des commémorations qui s'étaient tenus le dimanche 7 avril 2019 à  Kigali. Mais puisque le Président Emmanuel Macron n'était pas parti à  Kigali au Rwanda en avril dernier, mais a rendu hommage le 26 juillet 2019, au grand journaliste Français d'investigation, Pierre Péan, auteur de plusieurs ouvrages, voilà  qu'une nébuleuse "La Communauté Rwandaise de France" qualifie le Président Macron de "Négationniste"! Ce n'est pas Pierre Péan qui a demandé un hommage de l'Etat. C'est la République française qui a rendu un hommage à  l'un de ses fils méritants. Les pro-Kagamistes extrémistes s'emballent sur les réseaux sociaux contre le président Macron, mais ils sont silencieux et moins soucieux sur le génocide que leur champion Paul Kagamé a commis au Congo, sur ses crimes de génocide, crimes contre l'humanité, pillages des ressources en République démocratique du Congo. Le Rwanda qui n'a pas le Coltan dans son sous-sol est devenu depuis une vingtaine d'année, le premier producteur de ce minerais qui ne se trouve qu'en RDC. Le coltan, nibium, diamant, or poussent-ils comme des champignons plantés ? Cela ne choque pas la conscience partielle et partiale des embrigadés de Paul Kagamé. Ils ont acheté des médias pour propager allègrement leur venin contre la France et soutenir l'un de plus grand "Négationniste" Africain: Paul Kagamé !

La Terreur est une période de la Révolution française caractérisée par un État d'exception, des violences d'État et des exactions d'individus se réclamant de son autorité...La terreur en France, ce n'est plus Robespierre ! Mais un Franco-Rwandais, Richard Gisagara, avocat de Pontoise, Kapo de Paul Kagame, dictateur Rwandais, criminel et bourreau du peuple Congolais-ex Zaïrois. Richard Gisagara fait la Gestapo Hitlérienne de Kagamé en France. Il profite des institutions démocratiques françaises pour instaurer la terreur au près des journalistes, chercheurs, universitaires... Paul Kagamé, Hitler Africain est le plus grand "Négationniste" du génocide des Congolais: 12 millions de morts. Le Rwanda est un pays agresseur de la République démocratique du Congo. Paul Kagamé a orchestré les invasions cruelles en RDC, le plus grand pays francophone au monde. La RDC a toujours accueilli pacifiquement les Tutsi, Hutu et Twa en difficulté dans leur pays au Rwanda.

Richard Gisagara se trompe de pays: La France n'est pas le Rwanda! Pour avoir publié l'article de Charles Onana: 6 avril 1994-6 avril 2019, 25 ans de mensonges, de silence sur l'assassinat de deux chefs d'Etat africains! Richard Gisagara, un extrémiste bras droit de Paul Kagamé a fait pression sur Mediapart le 8 avril, pour dépublication. Il s'en est vanté dans un tweet. Et sa mise en demeure à  Médiapart a été écrit le 12 avril 2019. Le Shérif de Paul Kagamé, tire d'abord et discute après !

C'est du terrorisme pur et simple. Richard Gisagara fait dépublier l'article de Charles Onana. Il porte plainte contre moi et me réclame 45 000 euros d'amende ! N'est-ce pas du musellement par voie judiciaire contre un journaliste ? Le Kagamiste Richard Gisagara se donne plus des droits que les autres. La France, c'est aussi mon pays d'accueil et d'adoption. Elle m'a tout donné. La France m'a instruit et formé. Je l'aime autant que d'autres. Le terroriste des grands Lacs, Paul Kagamé a ses Kapo en France. Richard Gisagara fait partie de sa Gestapo Hitlérienne en France. Il veut me museler par une double peine: dépublier l'article de Charles Onana, à  mon insu et procès avec amendes de 45 000 euros. Wouahhh ! Je ne suis ni pour la Tutsiphobie ni Hutuphobie ni Twaphobie. Promouvoir la réconciliation au Rwanda, c'est :

1. Condamner tous les génocides, crimes de guerre ou contre l'humanité;

2. Accepter que les criminels Tutsi et Hutu soient poursuivis et jugés.

La politique d'apartheid, excluant les victimes Hutu et Twa, est un projet génocigène.

Or la République démocratique du Congo est victime d'une génocide silencieuse de 12 millions des morts par le Négationniste Paul Kagamé. Celui-là  même qui veut faire la loi en France avec le génocide des Rwandais. Envahissant le Zaïre, actuelle République démocratique du Congo en 1997, les troupes rwandaises aux ordres de Kagame composées de Tutsis de l`APR, en même temps qu`elles y provoquaient la chute du président Mobutu, ont procédé dans la province voisine du Kivu mais aussi dans la plus grande partie du pays, au massacre systématique de ces réfugiés (tenus pour `` génocidaires » y compris les femmes et les enfants qui venaient de naître) et de Zaïrois (aujourd`hui appelés Congolais). Le Dr Denis Mukwege a-t-il reçu le Prix Nobel de la Paix 2018, pour rien ?

Paul Kagame, l'ogre de Kigali est à  la fois une victime et un impitoyable justicier. Maître du mensonge, il a orienté particulièrement sa propagande contre la France, accusant l`armée française d`avoir coopéré au génocide. Une accusation dont le fondement laisse à  désirer. Personnage monstrueux, Paul Kagame, le boucher des grands lacs a reçu par dès 1990 l`appui des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de la Belgique, d`Israà«l et de l`Afrique du Sud. Appui étatique discret mais aussi appui privé de grande sociétés intéressées par l`exploitation de notre province du Kivu , principal gisement de métaux rares dans le monde. Une fois au pouvoir, pour narguer la France après l'avoir accusé de tous les péchés du monde, Paul Kagame a quitté le monde francophone pour rejoindre le Commonwealth, imposé l`anglais au lieu du français comme langue officielle et placé néanmoins fin 2018 sa ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, au secrétariat général de la francophonie.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 29 novembre 2019

Rwanda: Le Président Macron "Négationniste" pour son hommage à  Pierre Péan?

Lorsque le président Emmanuel Macron s'exprime, c'est au nom du peuple Français et toujours au nom de la France. Cela mérite du respect. Du toupet, de l'outrecuidance et du culot, cela est inadmissible ! Une nébuleuse, la fameuse Communauté Rwandaise de France (CRF), le faux nez du régime mono-ethnique de Kigali, vient de franchir le Rubicon, en qualifiant le Président Macron de "Négationniste" pour avoir rendu un hommage à  Pierre Péan ! Ce dernier n'était-il pas un Grand Français ? Pierre Péan n'était-il pas un journaliste d'investigation de renommé international ? Diabolisé à  outrance, Pierre Péan avait gagné son procès contre le négationnisme professé par les membres de la Communauté Rwandaise de France, soutenus par des Français qui ont épousé des Tutsi-rwandaises. Ses accusateurs qui se clamaient tous comme rescapés du génocide du Rwanda (IBUKA), n'avaient pas hésité à  ramener des "femmes pleureuses" de Kigali à  Paris pour pleurer devant les juges Français. Homme de vérité, analyste des faits, journaliste d'investigation engagé, Français universel, Pierre Péan n'était pas un "Négationniste"!

La Communauté Rwandaise de France, qui n'est Rwandaise que de nom, puis qu'elle ne défend exclusivement que des Tutsi, et comme Paul Kagamé, elle fait du génocide rwandais son fonds de commerce. La Communauté Rwandaise de France voudrait-elle museler le président Macron ? Au Rwanda, tout Hutu est génocidaire, c'est cette dérive que la Communauté Rwandaise de France veut instaurer en France ? Comment une association fut-elle instrumentalisée par le régime pro-Kagamé-Kigali peut-elle penser un instant prendre en otage la République française ? La France est-elle encore la France ? La France n'est pas le Rwanda avec ses trois tribus: Hutus, Tsutis et Twas. La France bientà´t transformée en "Goulag" pour des journalistes et libres penseurs.

Le CRF qui a ses tentacules menace et on peut lire: "LBS-CRIAEAU : IL semble bien que la boucle soit bouclée : et les négationnistes bientà´t aussi, en prison. Les nouveaux Faurisson, tous admirateurs de Péan, s'étalent donc en France, de l'extrême droite à  la FI et le Monde Diplomatique, en passant par la Présidence de la République, de Védrine-Macron à  Mélenchon-Ramonet donc ...et jusque Sciences Po..." Diversion et manipulation. Alors que le journal belge le Soir titre: "La Belgique, terrain de jeu des espions rwandais" En France, le CRF fait pleuvoir une pluie de plainte sur des journalistes et médias pour intimidation. La France, c'est République avec sa devise: Liberté, Egalité, Fraternité ! La France, c'est des valeurs et idéaux. Pays des droits de l'homme, la France a accueilli des milliers et millions d'exilés sur sol: Arméniens, Vietnamiens, Italiens, Espagnols, Chiliens, Colombiens, Algériens, Brésiliens, Ivoiriens, Russes, Chinois, Congolais...Elle a intégré tout le monde et c'est cette diversité qui fait sa force. Les Arméniens n'ont-ils pas de génocide ? Pourquoi la fameuse CRF estime le génocide rwandais est particulier ? Le CRF croit vraiment museler le Président Macron ? C'est le monde à  l'envers.

Voici l'hommage du Président Emmanuel Macron à  Pierre Péan publié le 26 juillet 2019, qui révulsent la Communauté Rwandaise de France: "Pierre Péan, l`un des plus grands journalistes d`enquête français, nous a quittés hier. Il incarnait la grande tradition du journalisme d`investigation quoiqu`il ne goà»tait guère ce mot dans lequel il décelait des accents inquisitoriaux. Cet amoureux de Tintin était, comme son idole, toujours en reportage. Il menait de longues enquêtes avec patience et passion, avec le souci constant de l`expertise et de la justesse. Puis il publiait le fruit de ses recherches dans des ouvrages qui furent régulièrement de grands succès de librairie, d`autant que son écriture les rendait aussi haletants que des romans policiers. Pierre Péan avait signé sa première grande révélation dans les pages du Canard enchaîné : c`était l`affaire des diamants qu`aurait offert le dictateur centrafricain Bokassa à  Valéry Giscard d`Estaing. Spécialiste de l`Afrique, il publia aussi Affaires africaines sur les relations entre la France et le Gabon et Noires fureurs et Blancs menteurs au sujet du génocide contre les Tutsi au Rwanda dans lequel il remettait en cause les accusations portées contre le gouvernement français. Pierre Péan s`intéressait également aux coulisses des médias, enquêtant aussi bien sur TF1 que sur Le Monde. Il n`hésitait pas non plus à  sonder les parcours des personnalités politiques les plus éminentes. C`est avec Une Jeunesse française, son enquête sur le passé trouble de François Mitterrand durant l`Occupation, qu`il connut son succès le plus retentissant. Il y révélait que celui qui était encore Président de la République avait d`abord frayé avec le Régime de Vichy avant de rejoindre le chemin de l`honneur et de s`engager dans la Résistance. Mais jamais Pierre Péan ne cherchait à  s`ériger en procureur, encore moins en moraliste. Il lui importait trop de restituer toute la complexité des êtres et des situations. Sa boussole, c`était la vérité des faits. Son cap, la vérité tout court. Farouchement libre et indépendant, rétif aux sujets en vogue et aux modes médiatiques, il n`avait jamais peur de soulever les couvercles qui recouvrent parfois les événements du passé, la marche des Etats et la vie des puissants. Mais il avait aussi le respect du secret défense et savait que la transparence absolue pouvait devenir une tyrannie. Lui qui exerçait un journalisme aussi exigeant que patient, qui menait des enquêtes au long cours, craignait la servitude de la vitesse qui s`est abattue sur nos sociétés contemporaines et s`inquiétait de la dérive des temporalités médiatiques qui tendent à  clouer toute information à  ce qu`il avait appelé le `` pilori de l`instantané ». L`œ“uvre de journalisme qu`il a bà¢tie en plus de 50 années de carrière a révélé des trésors d`informations. Elle constitue aujourd`hui un héritage plein de leçons pour les temps présents. Le Président de la République salue la quête inlassable de vérité de Pierre Péan et adresse à  sa famille, à  ses proches et à  tous ceux qui ont travaillé avec lui ses respectueuses condoléances.

La Communauté Rwandaise de France croit que les journalistes ont une pensée délinquante. Lorsqu'elle n'entre pas dans le rang de la pensée hégémonique pro-régime Kagamé-Kigali. Paul Kagamé est le bourreau du peuple congolais (12 millions des morts), pillard et receleur des ressources en République démocratique du Congo. Le dictateur Rwandais commet des crimes contre l'humanité en toute impunité en RDC. Il foule aux pieds toutes les conventions internationales sur le respect des droits humains. Paul Kagamé qui fait sa loi et terrorise tout le monde, espère faire la loi en France ? La Communauté Rwandaise de France estime que ceux qui critiquent la dictature de Kigali, sont des délinquants! Pour la Communauté Rwandaise de France, il est inacceptable que la France Libre et tolérante absolue dans lequel nous vivons ne peut se permettre un son de cloche dissident sur le régime de Kigali. Oui, la pensée dissidente. Elle aussi, la dissidence, existe. Il faut en tenir compte et la respecter. La Communauté Rwandaise de France doit en tenir compte. Cette association rwandaise, faux nez du régime pro-Kagamé et intolérante ne tolère pas la pensée libre, dont le caractère non-formaté est trop dangereux, la Communauté Rwandaise de France ne fonctionne que par la répétition de slogans, bien estampillés sur le Rwanda.

A Réveil FM International nous disons "NON" ! Un "NON" de convictions et valeurs républicaines. Un "NON" de la liberté d'expression et de la presse. Un "NON" de la déclaration universelles des droits de l'homme de 1948.

Certes, il y a des "NON" qui ne sont que des postures, des conforts ou des là¢chetés. Il suffit de se mettre à  l'écoute du discours dominant pour s'en convaincre: les lynchages à  répétition, les bouffées de nihilisme de la bourgeoisie compradore, les défis lancés à  des adversaires virtuels ou fantasmés, les assauts donnés à  des ennemis déjà  à  terre, les hallalis et les aboiements, autant d'alibis gesticulatoires destinés à  justifier l'acceptation de tout, y compris du pire.

Nous prenons exemple de ceux qui à  un moment ou à  un autre de leur vie ont dit "NON" tout en connaissant au préalable ce que ce NON leur coà»terait.

Un "Non" qui n'induit pas ou qui ne sous-tend pas un "Oui" n'a aucun intérêt. C'est un "Non" inconsistant parce qu'irresponsable, médiocre parce que sans danger ! La force et la richesse d'un "Non" dépend à  la fois de la nature du "Oui" qu'il implique et du risque que l'on prend en le proférant.

-Le "NON" du général de Gaulle fut un "OUI" à  la France. L'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940 à  la radio Londres de la BBC est historique. Depuis sa retraite en Angleterre, De Gaulle avait appelé les Français et Françaises à  la résistance contre l'occupation allemande.

-Le "NON" de Zola fut un "OUI" à  la démocratie. Le NON d'Emile Zola est cathartique- il crie dans son article "J'accuse " que le capitaine Dreyfus n'est pas coupable. Zola assène qu'il y a eu forfaiture de la part des hauts placés de l'armée. Zola dit non à  la nomenklatura sacralisée. Par son NON Zola sauve la crédibilité de l'Etat, l'image de la patrie, l'à¢me de la République et peut être aussi l'honneur de l'armée.

- Le "NON" de Mirabeau à  Dreux-Brézé fut un "OUI" au droit du peuple. Le 23 juin 1789, alors que Louis XVI décide de disperser l'Assemblée. Devant le refus des députés du tiers et de quelques députés. Dreux-Brézé vient rappeler l'ordre du Roi à  Bailly, le doyen du tiers. C'est alors que Mirabeau s'avança et dit " Allez dire à  votre Maître que nous sommes ici par la volonté du peuple, et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes".

Il y a aussi le " NON" de ceux qui se mettent en travers d'une oppression, d'une répression ou d'une régression. Ces "NON" emblématiques comme de Galiléé: tout le monde voit bien que le soleil se lève à  l'est pour se coucher à  l'ouest, tourne autour d'une terre qui ne bouge pas, sans quoi nous nous retrouverons la tête en bas. Qu'un kilo de plomb tombe plus vite qu'un kilo de plume, que l'immobilité est l'état naturel des choses et que seul un choc peut mettre en mouvement, avant que tout naturellement, elles s'immobilisent de nouveau. que les choses tombent parce qu'ils ont tendance à  se diriger du haut vers le bas.

Michel Servet, théologien et médecin, fut brulé vif pour ses idées NON conformistes à  l'égard de l'Eglise le 27 octobre 1553 à  Champel Banlieue de Genève. Sa théologie anti-trinitaire fut comparée à  l'adoptianisme, au sabellianisme ou encore au modalisme qui étaient des anciennes hérésies du christianisme. Michel Servet fut victime d'un crime de la Réforme.

La publication des "Versets Sataniques" de Salman Rushdie en septembre 1988 a déclenché immédiatement une vive réaction dans le monde islamique en raison de sa description jugée irrévérencieuse du prophète Mahomet. Le 14 janvier 1989, le roman a été l'objet d'un autodafé à  Bradford au Royaume Uni. Et le le 14 février 1989, une fatwa réclamant l'exécution de Rushdie a été proclamé par l'Ayatollah Khomeini sur la Radio Téhéran.

Les "NON" emblématiques eurent au moins en commun de leur valoir le martyr ou la proscription dès lors que se déchaînèrent contre eux les foudres conjuguées de l'inquisition et de la raison d'Etat. IL faut dire Non à  l'absolutisme clérical, à  la dictature militariste, à  la tyrannie féodale, au fanatisme intégriste, à  l'oppression oligarchique. Dire NON à  Paul Kagame et sa dictature sans frontières. Et de ses crimes et pillages de ressources en République démocratique du Congo.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 8 septembre 2019

Aline Umutesi, courageuse et forte pour la cohésion nationale rwandaise !

C'est l`odyssée de Aline Umutesi Habyarimana pour la renaissance rwandaise. Un magnifique mariage, rempli d'amour, de joie et de couleur. C'est dans le Valais en Suisse, entourés des montagnes que nous avons été témoins oculaire de la renaissance rwandaise par le mariage du Général Emmanuel Habyriamana et Aline Umutesi. Les 23 ans de moqueries, quolibets et médisances ont été balayés par des félicitations des Rwandais: Tutsis et Hutus venus de la Belgique, Etats-unis , France ainsi que de ceux vivant en Suisse. Honorée par son mari Hutu, Aline Umutesi qui est Tutsie est entrain de tordre le cou à  la Hutuphobie ambiante étatisée par le régime Kagamé que tous les Hutus sont des génocidaires ! Le courage de Aline Umutesi est à  encourager car par son engagement, elle prouve à  dessein que Tutsis et Hutus sont d'abord Rwandais. Le Rwanda a besoin de tous ses fils et filles pour se développer. Elle se bat contre les discriminations imposées devenues des avatars d'un régime discriminatoire. Aline Umutesi est "Première Dame" qui ne divise pas ses compatriotes. Elle rassemble et fédère, Aline Umutesi veut un Rwanda construit par tous les Rwandais: Tutsis, Hutus et Twas, à  la manière du philosophe rwandais, Alexis Kagamé.

Il y a 23 ans, Aline Umutesi connue de toutes les autorités rwandaises, civiles et militaires, y compris de Paul Kagamé, président de la République rwandaise, elle acceptait de tout abandonner: situation confortable et honneurs pour suivre en exil son compagnon à  l'époque, le Général Emmanuel Habyarimana, ministre de la Défense du Rwanda. Académicien des hautes académies militaires dont l'Ecole royale militaire de Belgique, grand stratège et extrêmement intelligent, c'est le Général Emmanuel Habyarimana qui a réformé, organisé et discipliné l'armée rwandaise dont se gargarise le dictateur Paul Kagamé. Le Général Emmanuel a opposé le non catégorique à  l'autocrate de Kigali: Non à  l'encouragement d'un régime mono-ethnique tutsi et non à  l'agression de l'Est de la République démocratique du Congo par l'armée rwandaise. En homme formé et conscient, le Général Emmanuel Habyarimana a refusé en tant que Ministre de la Défense, que son nom soit sali et cité par les massacres des populations congolaises et les pillages des ressources de la République démocratique du Congo, pays qui l'a vu naître ! "J'ai réorganisé le statut des militaires et me suis opposé à  l'avancement que Kagame voulait donner à  des Tutsi ougandais, des officiers de sa famille ou des proches qui avaient du sang sur les mains, comme Fred Ibingira nommé général de la Division Kiga-Kitarama alors qu'il a été condamné pour les massacres de Kibeho. C'est aujourd'hui le bras droit du président. Je me suis aussi opposé à  la poursuite des tueries au Congo et me suis battu pour le respect des droits de l'homme, de l'Etat de droit et de la justice. Une loi qui introduisait le Forum des partis stipulait qu'un parti politique ne pouvait se réunir que sous les auspices du FPR. J'ai dit ouvertement que c'était le début du totalitarisme. Je me suis aussi opposé à  la privatisation et à  la vente à  des proches de Kagame de plantations de thé".

Il y a 23 ans ! Courageuse et forte, Aline Umutesi qui apprend que son compagnon, le Général Emmanuel Habyarimana et Ministre de la Défense, est en voie d'être arrêté par Paul Kagamé pour lui avoir tenue tête, va l'informer ! Il va sauver à  un Rwandais, l'un des plus intelligents du pays, qui est Hutu pas Tutsi. Elle aurait pu se contenter de sa vie confortable à  Kigali. Elle a risqué sa vie et pris des risques pour sauver un compatriote dont l'intelligence faisait peur à  ceux qui sont arrivés au pouvoir par des armes. Aline Umutesi, a quitté le Rwanda, deux semaines après la fuite du Général Emmanuel Habyarimana, déguisée en sœ“ur religieuse pour l'Ouganda. Dans le Valais en Suisse, Aline Umutesi a été honorée par trois mariages en deux jours: coutumier, civil et religieux. Au Rwanda, le mariage va au delà  de deux individus. C'est deux familles qui s'unissent. Le mariage coutumier nous est apparu comme un prétoire. Maître Charles, qui est avocat, du cà´té de la famille d'Aline Umutesi faisait office de procureur ! Il attaquait symboliquement le Général Emmanuel Habyarimana pour ses 23 ans d`arriérés. Et papa Samuel venu de la Belgique, un homme plein de sagesse, était l'avocat. Il répondait au tac-au-tac et défendait son client le Général Emmanuel Habyarimana. Cette passe-d'armes truffée d'humour et de jeux de mots intraduisibles a lieu en langue locale, le kinyarwanda. Elle déclenchait l'hilarité et les applaudissements de l'assistance.

Traditionnellement au Rwanda, c'est encore en vigueur dans les villages, la cérémonie de mariage se conclut par la remise à  la famille de l'épouse d'une ou plusieurs vaches, Ankolé de préférence, celle aux cornes en forme de lyre, la Roll's des bovins du cru. Dans le valet en Suisse, la dot s'est conclue par une enveloppe dont nous ne connaissons pas la somme. Durant tout le "kinzonzi", Aline Umetesi n'a pas été présente dans la salle. C'est une fois que le vétérinaire a vérifié que la vache remise par la famille du Générale Emmanuel Habyarimana correspondait au poids, à  la taille et n'était pas malade...que les danseuses ont fait leur entrée dans la salle , avec la mariée.

Le mythe kagamiste et kagamienne de tous les "Hutus sont des génocidaires" est tombé le 10 aoà»t dernier dans le Valais en Suisse. Aline Utemise, au risque de sa vie, Tutsi comme Paul Kagamé a pris l'engagement devant sa famille, devant l'Etat hélvétique et devant Dieu, de se considérer comme Rwandaise. Elle a dit oui à  son mari, qui est Hutu. Elle refuse la Hutuphobie instrumentalisée par le régime Kagamé, pour discriminer 80 % de la population rwandaise. Par son exemple, Aline Utemusi devient un exemple pour d'autres rwandaises, qui la peur au ventre, n'osent pas se marier avec leurs propres compatriotes qui sont des Hutus. Qui a dit que "Basi Batongaka Mboka Té" ? Pacifiste et de manière pacifique, Aline Utemusi se bat pour un autre Rwanda, avec ses convictions et respect des valeurs républicaines.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 5 juin 2019

RDC: 19 ans de la guerre de 6 jours à  Kisangani par deux armées d'occupation et de prédation: Rwandaise et Ougandaise!

Félix Tshilombo ira-t-il à  Kisangani ce 5 juin 2019 ? Il y est attendu pour la commémoration par des victimes du dix-neuvième anniversaire de la guerre de 6 jours à  Kisangani par deux armées étrangères d'occupation: Rwandaise et Ougandaise. L'impunité règne en maître. Du 5 juin 2000 au 5 juin 2019, cela fait exactement dix neuf ans depuis que les deux armées d'occupation et de prédation de l`Ouganda et du Rwanda se sont affrontées violemment dans la ville de Kisangani pendant 6 jours ; soit du 5 au 10 juin 2000.

Nous remercions vivement notre compatriote Musavuli, analyste politique, originaire de la province Orientale qui réside en Suisse, pour sa réflexion en format récit. Un des épisodes les plus douloureux de la Deuxième Guerre du Congo est sans nul doute la guerre entre le Rwanda et l`Ouganda sur le sol congolais, en pleine ville de Kisangani, du 5 au 10 juin 2000. Kisangani, ville martyre. Kisangani, la belle et paisible, située au cœ“ur de la forêt équatoriale, dans le Nord du grand Congo. Cette ville fondée en 1883, dans les alentours de la majestueuse chute Wagenya, en plein milieu du peuple Boyomais, aura été, avec le Kivu, la plus grande victime de la barbarie humaine, et des agressions dont toute la République démocratique du Congo paiera le prix.

Alors que le conflit régional s`enlisait sur la ligne de front et que les forces étrangères mettaient le Congo en coupe réglée, les troupes de l`APR (Rwandais) et de l`UPDF (Ougandais) vont s`affronter pour le contrà´le de la filière du diamant dans la capitale de l`ancien Haut-Zaïre. Selon Amnesty Internationale, 1.200 civils congolais furent tués tandis que la population tentait de secourir plus de trois mille blessés. Les deux armées s`étaient livrées à  des attaques indiscriminées, à  l`arme lourde, jusque dans des quartiers densément peuplés, note le rapport Mapping. Dix-sept ans plus tard, aucune victime n`a jamais obtenue justice tandis que les chefs militaires rwandais et ougandais impliqués dans ce carnage, sont toujours libres comme l`air. Retour sur une tragédie inoubliable…

Rwandais et Ougandais s`étaient déjà  affrontés à  deux reprises auparavant. Un premier affrontement en aoà»t 1999, un deuxième le 5 mai 2000 au cours duquel les deux armées avaient tué 24 civils congolais et blessé un nombre indéterminé d`autres. Mais les affrontements de juin 2000 furent sans commune mesure. Le conflit avait été précédé par des semaines nourries d`une intense campagne de haine orchestrée par les deux camps. La RALI (Radio-Liberté) d`obédience ougandaise et la RTNC d`obédience rwandaise avaient diffusé abondamment de messages de haine et des appels à  la guerre et à  la vengeance.

Des combats en pleine ville

Le 04 juin 2000, des militaires ougandais, banderoles rouges nouées sur la tête, investirent le centre-ville tandis que des colonnes de militaires rwandais se déployaient dans les quartiers (commune de Mangobo). Le décor d`un affrontement armé était planté. Les combats éclatèrent le lendemain matin peu avant 10 heures. Six jours durant, la ville fut la proie d`intenses combats avec usage d`armes de plusieurs types : de la Kalachnikov à  la BM en passant par des tanks, des mortiers 120 et des batteries anti-aériennes. Un déchaînement de violences militaires dans une ville densément peuplée (700.000 habitants à  l`époque). Les dégà¢ts étaient prévus pour être monstrueux. Le déluge de feu qui s`abattit sur la ville fut tout simplement terrifiant. Selon l`ONG Groupe Justice et Libération, plus de 10.000 obus et des milliers de balles à  l`arme légère et automatique furent tirés dans la ville. Amnesty international avança un bilan de 1.200 civils tués et des milliers de blessés.

Les deux armées n`avaient consenti aucun effort pour évacuer les civils pris au piège. Au contraire, les soldats rwandais, tout particulièrement, utilisaient comme postes de tir des habitations où des civils avaient trouvé refuge, avant de décamper, laissant les occupants subir de plein fouet la riposte des forces ougandaises. La ville fut littéralement `` pilée » par des roquettes et des obus qui pleuvaient de partout. En une fraction de seconde, des familles entières disparaissaient, broyées dans la déflagration d`un obus. Dans une ville à  forte concentration, un seul obus tuait jusqu`à  huit personnes. Le nombre de victimes culmina dans les quartiers résidentiels du Nord, notamment dans les communes de Tshopo, Makiso et Mangobo. La cathédrale de Kisangani - Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire - fut éventrée par les obus et dévorée par les flammes. Des centaines de personnes y avaient trouvé refuge. Plusieurs furent tuées ou blessées. Dans son rapport de juillet 2000, le Groupe Lotus dressa la liste de différents lieux de culte endommagés par des tirs et des biens indispensables à  la vie de la population ; dont les établissements d`enseignement, les hà´pitaux et centres de santé et autres établissements (SNEL/Société d`électricité, Regideso/Société de distribution d`eau, l`Université de Kisangani,…).

Quelques survivants firent publier des témoignages : `` Lundi 5 juin, à  9h50, nous avons entendu les premiers crépitements d`armes lourdes vers la rive droite de la Tshopo. Suivis d`autres beaucoup plus forts. Une quinzaine de personnes frappent à  notre porte, demandant refuge. Les explosions prennent de l`ampleur. Nous nous réfugions sous nos lits, à  même le sol. La peur fait oublier la faim et la soif. Le mardi, le tintamarre se poursuit. Les obus tombent de toutes parts. Les Ougandais se sont installés dans notre parcelle avec leurs lance-roquettes et leurs compagnons blessés. Un bruit infernal accompagne la messe que nous avons célébrée vers 11h00. Déboussolés, nous ne savons plus quoi faire, sinon prier. Une prière pas comme les autres, mais avec un cœ“ur tout disposé, plein d`espérance et d`abandon. Le lendemain, mercredi 7 juin, vers 18h40 la maison est la cible d`une pluie d`obus. Une bombe détruit le toit et les vitres. Des éclats percent les murs et nous atteignent, Lazare et moi. Lui à  une jambe, moi à  la tête. Nous crions et pleurons. Le sang coule ; pas moyen d`atteindre l`hà´pital ni d`appeler au secours. Jeudi 8 juin, encore une journée de feu. La pire. Personne n`a le courage de sortir de sous le lit, jusqu`au soir. Un commandant ougandais entre pour compter le nombre de morts dans la parcelle où se trouve notre maison. Surpris d`apprendre qu`il y a seulement deux blessés, il ajoute : `` Vous avez des fétiches » ! […] Le dimanche 11 juin, les Rwandais pourchassent les Ougandais et occupent de nouveau la parcelle. On nous permet de passer au scolasticat du Sacré Cœ“ur. Dans les rues que nous parcourons il y a beaucoup de cadavres, partout, et des armes abandonnées et des grenades non explosées ».

La profanation des cadavres

Dans le quotidien belge Le Soir on pouvait lire : `` Chacun affirme que le cimetière créé par la Croix-Rouge internationale, où s`alignent plus de six cents croix blanches, avec l`éloquente mention ‘victimes congolaises de la guerre entre le Rwanda et l`Ouganda`, ne reflète qu`une faible partie de la réalité. Pour en savoir plus, il a fallu qu`un curé de paroisse transmette, avec de grandes précautions, un document réalisé au péril de sa vie, par un habitant de la ville, qui a voulu interroger un maximum de témoins… Les 24 pages de ce document sont terrifiantes : des civils racontent, avec force détails comment les bombes ont frappé leurs maisons de plein fouet, tuant des familles entières, comment les corps ont été brà»lés ou jetés à  la rivière pour empêcher un décompte précis des victimes, comment les Ougandais étaient drogués. Un autre témoin relate le cas d`une famille qui refusa aux militaires rwandais d`entreposer dans sa maison les cadavres qui se décomposaient au soleil : Un officier, entouré de ses gardes, se fit alors introduire au salon. Il était si gentil que B.C. ne se douta de rien. Il pensait sans doute que l`officier voulait sauver la maisonnée et l`emmener dans un endroit sà»r, c`est pourquoi il appela sa femme et ses enfants. Seule une fillette demeura cachée. Le commandant donna un ordre et ses armes crachèrent le feu. Le commandant lui-même termina l`opération en achevant chacun des corps inanimés. Lorsque je passai pour la première fois sur le pont, dix cadavres gisaient un peu partout. Au bout d`un pont, on jetait un autre cadavre, après l`avoir éventré. C`est la méthode employée par les Rwandais pour empêcher les cadavres de flotter et ainsi ne pas laisser de traces (…) Un soldat congolais, déserteur des positions rwandaises, affirme : ‘Il existe plusieurs charniers autour de la ville, sans compter les cadavres jetés à  la rivière. Dès le premier jour, nous avions dénombré autour de huit cents cadavres. Les autorités nous ont donné l`ordre d`effacer les traces, qui pourraient plus tard donner lieu à  des poursuites pour crimes de guerre`. Les Rwandais éventraient les cadavres et les plongeaient dans le fleuve pour qu`ils coulent sans problèmes, poursuit-il ».

Longtemps après ces événements, l`angoisse de la mort planait toujours sur la ville. Les mines antipersonnel et d`énormes quantités de pièces d`artillerie qui n`avaient pas explosé ont continué de tuer et mutiler les civils. En aoà»t 2000, trois enfants à¢gés de trois, cinq et huit ans, membres d`une même famille, ont péri alors qu`ils jouaient avec une grenade dénichée devant chez eux.

Sur le plan international, le Conseil de sécurité de l`ONU adopta la Résolution 1304 aux termes de laquelle le Rwanda et l`Ouganda devaient fournir des réparations pour les pertes en vies humaines et les dommages matériels qu`ils avaient infligés à  la population de Kisangani. La Résolution prévoyait également la présentation par le Secrétaire général de l`ONU d`une évaluation des torts causés, sur la base de laquelle devaient être déterminées ces réparations. L`enquêteur britannique Joseph Comerlford fut envoyé par l`ONU pour évaluer les dommages subis par la population et préparer un dossier des réparations à  la charge du Rwanda et de l`Ouganda. Mais le 18 aoà»t 2000, son corps fut retrouvé pendu aux barreaux de la fenêtre de sa chambre d`hà´tel (le Palm Beach Hotel de Kisangani). Une première autopsie conclut à  un assassinat, mais un rapport commandé par le PNUD conclut à  un suicide ce qui permit à  l`ONU de ne pas se sentir responsable et, au passage, de ne pas avoir à  verser des indemnités à  son épouse et à  ses trois enfants.

Prime à  la guerre

Pas un seul responsable, ni politique ni militaire, impliqué dans ce saccage de Kisangani, ne fut amené à  répondre de ces crimes devant la justice, bien au contraire. Les uns sont retournés au Rwanda et en Ouganda où ils poursuivirent leurs carrières dans les appareils d`État des deux pays. Le commandant des forces rwandaises à  Kisangani, par exemple, le général Emmanuel Karenzi Karake, est retourné au Rwanda où il a même eu le privilège d`être nommé Commandant-adjoint de la MINUAD, la force hybride de l`Union africaine et de l`ONU déployée au Darfour. Une nomination scandaleuse pour l`ONG américaine Human Rights Watch qui dut réagir par un courrier au Département des opérations de maintien de la paix de l`ONU[8]. Un coup d`épée dans l`eau ! Karenzi Karake va occuper ce poste de janvier 2008 à  avril 2009, malgré son inculpation par la justice espagnole pour `` crimes de génocide, crimes contre l`humanité, crimes de guerre, appartenance à  une organisation terroriste et actes terroristes »[9] aux cà´tés de 39 autres haut-gradés de l`armée rwandaise. Les autres chefs politiques et militaires impliqués dans le carnage de Kisangani ont obtenu une entrée par la grande porte dans les institutions de Kinshasa, aux termes d`une série d`accords et d`arrangements politiques. Suivant la logique de la `` prime à  la guerre » qui perdure au Congo, les `` bouchers de Kisangani » ont bénéficié des lois et mesures d`amnistie, et ont même eu l`occasion de commettre d`autres massacres pour lesquels ils sont toujours à  l`abri de poursuites. En effet, deux ans seulement après la guerre des six jours, les soldats rwandais et leurs obligés congolais du RCD-Goma sont revenus à  Kisangani pour se livrer à  un autre massacre, le massacre dit `` du Pont Tshopo », sur lequel nous reviendrons dans une prochaine publication.

Impossible justice ?

Il y a pourtant eu des initiatives sur le plan judiciaire qu`il n`est pas vain de rappeler. Le président Laurent-Désiré Kabila avait fait déposer une requête auprès de la Cour internationale de justice contre le Rwanda et l`Ouganda. Curieusement, le 15 janvier 2001, soit la veille de son assassinat, la Cour internationale de justice a reçu une lettre selon laquelle le gouvernement congolais se désistait de sa requête déposée contre le Rwanda. Personne ne sait de quel membre du gouvernement est venue cette lettre de désistement, qui provoqua un scandale surtout lorsqu`il est apparu que le successeur du président LD Kabila se lançait dans une politique extrêmement conciliante avec le Rwanda. Le Congo dut introduire une seconde requête contre le Rwanda le 28 mai 2002, mais elle n`aboutit pas suite à  un point de détail subtilement exploité par les avocats du Rwanda. Il s`agit d`une `` réserve » sur l`article IX de la Convention[10] introduite par le régime d`Habyarimana, en 1975, lorsqu`il a signé la Convention contre le génocide. Il prévoit que l`État rwandais ne peut pas être poursuivi pour crime de génocide devant la Cour internationale de justice, ce qui n`a pas manqué de scandaliser plus d`un observateur. Le Rwanda de Kagame s`est ainsi servi de ce texte du temps d`Habyarimana pour paralyser la requête de la RDC devant la Cour internationale de justice, et donc s`octroyer une impunité `` grà¢ce » à  un régime qu`il a toujours accusé d`avoir planifié le génocide des Tutsi… Ne restait donc que l`Ouganda.

Dans son arrêt du 19 décembre 2005, la Cour internationale de justice a condamné l`Ouganda à  réparer les conséquences de son invasion du Congo et accepté l`évaluation des dommages proposée par les autorités congolaises à  hauteur de 6 à  10 milliards de dollars. Elle a laissé l`Ouganda et le Congo convenir à  l`amiable du montant des réparations, se réservant le droit de trancher la question elle-même en cas de désaccord. L`affaire est toutefois menée dans une certaine opacité. Le pouvoir de Kinshasa ne montre pas qu`il tient vraiment à  récupérer les 10 milliards de dollars de son allié ougandais. Aucun versement ougandais n`ayant encore été effectué, dix ans plus tard, la Cour a décidé, le 9 juillet 2015, de reprendre la procédure sur la question des réparations.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 11 mai 2019

6è Région du Rwanda: Félix Tshilombo reçoit le chef de l'armée rwandaise d'occupation!

Félix Tshilombo Pétain Bizimungu reçoit le chef de l'armée rwandaise d'occupation !

Que les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques ne nous racontent plus des histoires. Collabo et traître, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, président Quado et nommé, est au service de Tutsi-Power et agent de la consolidation de l'occupation rwandaise. Le faussaire joufflu, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu ignore l'histoire de la République démocratique du Congo. Passionné de l'école buissonnière, il a raté des opportunités pour apprendre. Monsieur 16% a été placé sur le trà´ne du Congo pour parfaire l'occupation rwandaise. Sans remords pour nos 12 millions des morts, sans lecture du Rapport Mapping et d'autres rapports onusiens et des Ongs internationaux sur l'occupation rwandaise et massacres de notre peuple. Sans aucun recul, notre sans neurone patenté: autorise Rwandair à  survoler le ciel congolais, dédouane le dictateur Rwandais Paul Kagame de ses crimes au Congo, en écrivant noir sur blac que les victimes congolaises l'étaient par effets collatéraux du génocide rwandais...

Tshilombo Dégage a reçu, à  la cité de l'Union africaine, le Général Patrick Nyamvumba, le chef d'état-major des Forces de défense du Rwanda-RDF. "Nous sommes des voisins et en tant que voisins nous devrions renouveler nos engagements sur le plan de la coopération de manière à  ce que nous puissions nous sécuriser mutuellement et améliorer les relations entre nos deux armées".

Depuis 2009, la RDC réclame l'extradition du criminel Laurent-Nkundabatware arrêté et caché au Rwanda

Depuis quand collabore-t-on avec une armée d'occupation. La République démocratique du Congo est sous-occupation. La soldatesque rwandaise qui tue, massacre, assassine des populations congolaises de Beni, Butembo,Lubero, kasika, Makobola, Mulenge...à  l'Est de la RDC, c'est Patrick Nyamvumba qui commande les troupes rwandaises d'occupation.

Nos compatriotes qui errent, chassés de leurs terres, des Congolais devenus des réfugiés dans leur propre pays...c'est Patrick Nyamvumba !

Des militaires rwandais camouflés en bouvier dans le Kwilu-Kwango-Bandundu, c'est Patrick Nyamvumba qui coordonne ses troupes d'occupation.

C'est depuis Pourquoi Patrick Nyamvumba n'a-t-il ramené avec lui, le criminel rwandais Laurent Nkundabatwaré qui a semé morts et désolation sur le sol congolais avec son CNDP. Arrêté au Rwanda, en janvier 2009, Kinshasa a toujours réclamer son extradition.

Seul l'écervelé de la cité de l'Union africaine ignore que les Fardc sont infiltrés par des rwandais avec la fameuse brassage à  l'application des résolutions du dialogue Inter-congolais de Sun-City. Ce matin, avec délectation, je lisais l'article de notre confrère Roger Bongos qui écrit: " Les 35 généraux, tous d'origine tutsie, œ“uvrent de l'intérieur des armées, des renseignements militaires pour transmettre toutes informations sensibles au Rwanda. Le but est également déstabiliser les forces de la Fardc, qu'elles soient moins efficaces et surtout sous les bottes des forces négatives". Il y a plus de 20 ans, les Fardc sont infiltrées par des rwandais nommés Généraux. D'ailleurs, une liste -à  actualiser-circule encore sur les réseaux sociaux:

01. Général Jean BIVEGETE: Auditeur Général de l`armée (Haut magistrat militaire)

02. Général MASUNZU: Cmd Adjoint 10ème Région militaire/Bukavu

03. Général MALICK KIJEGE: Inspecteur Général de l`Armée (ex. G4-EMG) FARDC/KINSHASA

04. Général OBED RWIBASIRA: Cmd 5ème Région militaire à  Kananga/Kasaï-Occidental

05. Général MUSTAPHA MUKIZA: Cmd Base militaire de KITONA (Bas-Congo)

06. Général Charles BISENGIMANA: Inspecteur Général Adjoint De La Police Nationale/Kinshasa

07 Général JEROME GAKWAVU: EMG/FARDC-Kinshasa 08 Général BOSCO NTAGANDA: Ancien Chef d`Etat Major du CNDP (Maintenant A la CPI, Lahaye, Hollande)

09. Général Laurent NKUNDA: Chef du CNDP devenu M23 ( maintenant au Rwanda)

10. Colonel BONANE: Cmd 4ème Brigade en Ituri

11. Général MAKENGA SULTANI: chef du M23 en rébellion au Nord-Kivu

12. Colonel KAMANZI François

13. Colonel MUNYARUGERERO Françoise: Cmd de la Police de l`enfance/Nord-Kivu

14. Colonel MUHINDO François: Cmd de la Brigade Delta à  Kichanga/Masisi

15. Colonel François ZERO BRAVO: EMG-Armée mixée de NKUNDA, (81ème Brigade FARDC)

16. Colonel MUTEBUTSI Jules En exil au Rwanda après la rébellion de Bukavu, Juin 2004

17. Colonel ROHORIMBERE: Dispo/EMG-FARDC 18 Colonel GISHONDO ELIE: Dispo/EMG-FARDC

19. Colonel PADIRI Jonas: Cmd Brigade EQUO à  Kimoka-Sake/Nord-Kivu

20. Colonel BOLINGO MATANE: 10ème Région Militaire/Bukavu

21. Colonel BIRORI Benjamin: Conseiller Militaire/Ruberwa (En Formation En Chine)

22. Colonel BISOGO Venant: Dispo/EMG-FARDC (en rébellion au Sud Kivu : G47)

23. Colonel WILSON: Cmd adjoint de la brigade ALPHA à  NYANZALE-MWESO

24. Lt Colonel MUNYAKAZI: EMG-Armée Mixée de NKUNDA (83ème Brigade FARDC)

25. Lt Colonel Claude MUCHO ½: Cmd brigade Charly à  Mushaki/Masisi

26. Lt Colonel INNOCENT Ex ½ : G4 AFDL/RCD aujourd`hui G4 E.M-Armée mixée de NKUNDA

27. Lt Colonel KABUNDI ½ : Cmd brigade EQUO à  KIKOMA SAKE/Nord-Kivu

28. Lt Colonel BISAMAZA ½: Cmd brigade BRAVO/RUTSHURU au Nord-Kivu

29. Lt Colonel NIYIBIZI: Cmd du Br. de la Brigade EQUO/Nord-Kivu (Source: FARDC)

A l'entrée de l'Afdl, avec des Kadogos en bottes de jardinier et kalachnikovs en bandouilière, M'zée Laurent-Désiré Kabila avait commis la grosse erreur de nommer James Kabarebe comme chef d'état-major des armées de la RDC. Et pourtant le même James Kabarebe fut officier des renseignements en Ouganda avant 1994, chef d'état-major en RDC entre 1996 et 1998, puis ministre de la Défense du gouvernement rwandais, du dictateur Paul Kagamé, de 2010-2018. Il est le seul à  avoir occupé successivement des hautes fonctions politico-militaires dans trois pays différents: Ouganda, RDC et Rwanda.

Tout commence le 2 aoà»t 1998. Les troupes du Rwanda et de l'Ouganda s'infiltrent à  Goma et surtout à  Baraka où quelque deux mille militaires ont débarqué par bateaux rapides. Pendant ce temps, les troupes ougandaises contrà´lent les territoires de Beni et de Butembo. La naissance du monstre de l'occupation: RCD-Goma. Sur ordre de James Kabarebe, un pont aérien sera organisé jusqu'à  Kitona dans le Kongo-Central. Dès le 4 aoà»t 1998, un avion cargo de la compagnie Congo Airlines (CAL) a été détourné à  Goma par des militaires rwandais. James Kabarebe prendra place dans l'avion et atterrit sans coup férir à  la base militaire de Kitona où 8000 soldats rwandais et ougandais se rejoindront aux soldats de l'ancienne armée zaïroise en rééducation. Le criminel James Kabarebe va donner l'ordre de saboter le barrage d'Inga, privant l'électricité à  12 millions des Kinois dans la capitale. A Kinshasa, des milliers de nourrissons prématurés et malades graves moururent dans des hà´pitaux. Les produits de premières nécessités grimpèrent l'ascenseur. Les Kinois ont manqué d'eau, d'électricité et de nourriture. Et les médias internationaux se mirent à  annoncer l'arrivée imminente des rebelles-criminels: ils à  Matadi, Kimpese, Mbanza-Ngungu, Inkisi, Madimba, Kasangulu...Les Kinois organisèrent des mouvements de défense dans des quartiers. Ceux qui furent attrapé et cueilli comme des fruits mà»rs l'ont regretté. Ils ne sont plus là  pour témoigner.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 8 avril 2019

Charles Onana: 6 avril 1994-6 avril 2019, 25 ans de mensonges, de silence sur l'assassinat de deux chefs d'Etat africains!

Charles Onana, journaliste d'investigation, politicologue... Il est l'un des dignes fils d'Afrique !

6 avril 1994- 6 avril 2019, 25 ans de mensonges, 25 de silence sur l'assassinat de deux chefs d'Etat africains, 25 ans d'impunité et ça continue,... Celui qui a tiré le missile SAM 16 et pulvérisé le Falcon 50 du chef de l'Etat rwandais court toujours, couché dans une colline de Kigali et buvant une bière de banane, la spécialité rwandaise en temps de chaleur. Tuer deux chefs d'Etat africains et dormir sous le soleil, l'alcool à  l`œ“il est un plaisir que certains savourent encore 25 ans après les faits.

Le pays reçoit, le 7 avril de chaque année, des invités Européens et africains pour pleurer devant des tas de squelettes dont on ne sait s'ils sont ceux des Rwandais ou des Congolais. Ce spectacle macabre et indigne des traditions africaines expose sans pudeur des morts au lieu de les enterrer dans la dignité. C'est le cercle d'exposition des ossements humains dont le principal objectif est de perpétrer le mensonge sur la tragédie rwandaise et au passage de dissimuler les noms de ceux qui ont commandité et tué deux chefs d'état africains le 6 avril 1994 au Rwanda. Demain 7 avril 2019, des discours larmoyants seront de mise. Les mouchoirs sortiront des poches pour les caméras de télévision dans le dessein d'émouvoir, de tromper et de mentir à  nouveau.

Les assassins des deux chefs d'état seront peut-être de la partie, les lunettes noires dissimulant leur regard fuyant et leurs yeux rougis d'insomnie, la mine sombre, les mains moites, la gorge serrée par cette émotion feinte et ambiguà«. Ils feront semblant d'être tristes, d'être touchés et nul ne saura si ce sont les morts qui pèsent sur leur conscience ou si c'est la honte de leur mise en scène. Les médias raconteront la même histoire, 800 000 morts? 1 million de morts ? Plus d'un million de morts ? Tous du même groupe ethnique? De toute façon, compter les morts avec précision dans ce pays n'a aucune importance puisque ce qui prime, c'est d'imposer un mensonge officiel. Pour les deux présidents africains, personne ne versera de larme. Ils n'étaient rien, ils n'ont pas existé, leur assassinat n'existe donc pas! Pourtant les Nations Unies soutiennent que c'est leur assassinat qui a déclenché l'apocalypse au Rwanda ...

Le mensonge étant devenu la première religion de ce pays, il ne faut pas parler de ce qui a déclenché le fameux "génocide" au risque de diviser les Rwandais qui seraient actuellement très unis derrière les commémorations du mensonge. La machine à  mentir gagne l'Europe après avoir structuré les esprits des jeunes rwandais. Ils veulent désormais formater les petits européens au mensonge sur leurs morts qu'ils n'ont toujours pas réussi à  compter.

Nous assistons déjà  et assisterons dans les prochains jours à  une campagne de propagande macabre et retentissante sur les événements de 1994 au Rwanda. C'est le 25ème anniversaire de la stigmatisation politico-ethnique, du particularisme victimaire et de la discrimination volontaire des victimes dans un pays où Tutsi, Hutu et Twa ont été massacrés de façon atroce et inhumaine. Mais, depuis 25 ans, il n'est question et il n'y a d'attention que pour un seul groupe de victimes et pas pour toutes les victimes.

Souvenez-vous au début, tous les médias occidentaux, membres d'ONG et chercheurs nous expliquaient que ce qui s'était produit au Rwanda était un "génocide visant les Tutsi et les Hutu modérés". Progressivement, cela a changé. Avez-vous remarqué qu'on ne parle plus des "Hutu modérés"? Que s'est-il donc passé? Pourquoi ont-ils disparu ? N'avaient-ils pas été victimes d'un génocide? Était-ce une erreur initiale de formulation? Même des chercheurs "respectables" les ont rayés d'un trait de plume. Ce n'est pas très humain ni très rigoureux de rétrograder ou d'exclure ainsi du registre des victimes sans préavis ni explication les "Hutu modérés".

Autre curiosité dans ce dossier à  multiples zones d'ombre. Avez-vous jamais entendu parler des Twa? C'est la première minorité au Rwanda. En 1994, ils étaient 1% de la population. Les Nations Unies reconnaissent qu'ils ont été massacrés en masse. N'y a t-il personne pour se préoccuper de leur sort ? Ne sont-ils pas des victimes des crimes contre l'Humanité commis en 1994? Ne sont-ils pas des êtres humains méritant le même traitement que celui réservé à  d'autres? Voilà  des trous d'air ou des trous noirs qui permettent de douter, sinon du sérieux et de la véracité de l'histoire officielle du "génocide" au Rwanda, du moins des intentions réelles et profondes de ceux qui imposent une version contraire à  la réalité.

L'attentat contre deux chefs d'Etat africains le 6 avril 1994 est du même ordre. Il ne compte pas. Il n'existe pas. C'est le principal trou noir et le début de la falsification de l'histoire officielle du "génocide". Toutes les victimes de cet attentat sont méprisées et ostensiblement ignorées depuis 25 ans. Ceci questionne tout de même ceux qui recherchent de la vérité.

A la différence de beaucoup de chercheurs et de journalistes, je m'intéresse à  toutes les victimes de la tragédie rwandaise car je considère qu'elles méritent toutes respect et considération. Ne parler que d'une seule catégorie ou d'un seul groupe est un acte suspect et de discrimination volontaire ou involontaire envers les autres victimes. Parler de la mémoire d'un seul groupe et d'une seule catégorie, c'est instaurer et structurer le rejet et l'exclusion de la mémoire des autres victimes. Après la discrimination des ethnies est-ce désormais la discrimination des mémoires? J'aimerais d'ailleurs que ceux qui penchent pour un seul groupe et une seule catégorie de victimes aient une petite pensée pour mon ami Déo Mushayidi, victime Tutsi de 1994 en prison actuellement à  Kigali pour ses appels à  la vérité et à  la réconciliation. La vérité et la réconciliation peinent à  progresser au Rwanda tant que l'on refuse de raconter l'histoire des événements de 1994 de façon objective, honnête et impartiale.

Toutes les victimes doivent avoir une sépulture et méritent le recueillement, les Tutsi mais également les Twa et les Hutu. Tous les auteurs de massacres et de crimes contre l'Humanité doivent aussi être identifiés et désignés parmi les Hutu, les Tutsi ou les Twa. Ce n'est pas ce qui se passe depuis 25 ans au Rwanda. Si certains considèrent qu'il y a eu des massacres pour des raisons ethniques dans ce pays, pensent-ils aussi qu'il faut discriminer les victimes pour des raisons ethniques? En cherchant à  satisfaire, à  mettre en valeur et à  "apaiser" seulement un groupe, pense-t-on qu'on rend service à  la paix et à  la réconciliation au Rwanda? Quand et comment permettra-t-on l'apaisement des autres groupes et de tous les Rwandais ? Quand comprendra-t-on que l'on est tous égaux devant la souffrance, l'injustice et la mort ? Ma bataille intellectuelle et humaine depuis plus d'une décennie est de faire cesser l'apartheid ou la ségrégation officielle, médiatique et scientifique entre les victimes de la tragédie rwandaise mais aussi entre les bourreaux de celle-ci.

Je conçois parfaitement que cette lecture, apparemment minoritaire et dérangeante, rencontre l'hostilité des esprits réfractaires à  la vérité et à  la justice pour tous. Je conçois aussi que cette démarche qui ébranle le discours médiatique dominant et quelques certitudes provoque différentes réactions plus ou moins rationnelles. Elle fait néanmoins son chemin et irrigue malgré tout une partie non encore totalement intoxiquée de l'opinion. Elle finira par s'imposer comme une donnée essentielle et incontournable dans la recherche de la vérité. Il est totalement inutile de vouloir la combattre car les victimes "oubliées" et discriminées du Congo-Zaïre frappent, elles-aussi, vigoureusement à  la porte hermétiquement fermée de la vérité. Il faudra ouvrir cette porte pour expliquer aux Congolais, qui n'ont jamais participé aux massacres de 1994 au Rwanda, l'origine et les raisons de leurs millions de morts et de femmes violées... Dans la vidéo qui suit, j'essaye modestement de contribuer à  une relecture objective de l'histoire de la tragédie rwandaise en puisant dans toutes les sources disponibles et en évitant de me réfugier dans le manichéisme, posture apparemment confortable que beaucoup adoptent depuis 25 ans. C'est une démarche très difficile dans un environnement où tous les médias disent la même chose et où le mensonge est tellement répété, construit et distillé, qu'il semble indestructible.

Pour ceux qui ont la mémoire des vérités apparentes, souvenez-vous lorsque le gouvernement des Etats-Unis prétendait avoir des preuves que Saddam Hussein avait les armes de destruction massive, c'était très compliqué voire impossible de dire le contraire sans être attaqué, ridiculisé, marginalisé,... Ce fut encore le cas dans le dossier de la crise ivoirienne. En 2011, lorsque j'ai publié, dans une atmosphère d'hostilité et de conditionnement médiatique des esprits, Cà´te d'Ivoire le coup d'Etat, il était impossible de faire entendre autre chose que les discours incendiaires sur Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Il a fallu 8 ans pour que la Cour Pénale Internationale (CPI), démunie et dépitée, accepte de remettre le chef de l'Etat ivoirien et son ministre en liberté; poussant par ce fait certains à  reconsidérer les accusations portées contre l'un et l'autre. La vérité, petit à  petit, a pris le dessus malgré la propagande colossale déployée en 2011 et après. Le dossier du "génocide" de 1994 au Rwanda subira le même sort...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 13 mars 2019

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe fait de la RDC la sixième province du Rwanda !

Hitler Africain Paul Kagamé et Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe

Colères ? Révoltes ? Indignations ? Notre compatriote Christian Nyamabo n'y va pas de main morte, son tweet est rageant: Le Rwanda est une puissance régionale prédatrice qui fait près de $100.000.000 par année via le pillage des ressources naturelles de la RDC (Or, Coltan) c`est ne pas une poignée de main qui changera cette situation. Tant que le Congo sera un état faible il sera exploité ! Ann Garrison: Le 12 février 2018, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés rapporté qu`il y avait 4.49 millions de personnes déplacées (PDI) à  l`intérieur de la République démocratique du Congo et 630 500 réfugiés dans les pays voisins. La population déplacée a presque doublé au cours de la seule année dernière, principalement à  la suite d`affrontements et d`attaques armées et il semble que les conditions sur le terrain au Congo se détériorent de plus en plus. Aujourd`hui certains observateurs parlent du Congo comme d`un pays post-conflit, mais il est toujours pris dans un conflit de basse intensité, ouvert ou non, chaud ou froid. Un conflit qui se prolonge ainsi peut devenir même plus meurtrier qu`une guerre déclarée, comme c`est le cas dans les provinces du Nord et du Sud Kivu, à  la frontière du Rwanda, de l`Ouganda et du Burundi. Plus d`un million des 4.49 millions de personnes déplacées à  l`intérieur sont dans la province du Nord-Kivu.

Hitler Africain Paul Kagamé et Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe

Hitler Africain Paul Kagamé et Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe

Faut-il installer un détecteur des mensonges sur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, un individu inconstant, incapacitaire et qui ment comme il respire ? Sans légitimité, l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe a peur de rencontrer le peuple congolais. Pourquoi depuis qu'il a été nommé par Alias Kabila après un odieux deal n'a-t-il pas organiser une conférence de presse ? De quoi l'otage du camp Tshatshi a-t-il peur ? La République démocratique du Congo compte plus de 12 millions des morts par la soldatesque Ougando-Rwandaise. Le peuple congolais est en conflit ouvert avec le Rwanda et l'Ouganda, deux pays agresseurs, pillards et receleurs des ressources de la République démocratique du Congo? Il y a une crise d'occupation n'a jamais été résolue. Qui ignore que le Rwanda a la main mise sur l'Est de la République démocratique du Congo. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, par précipitation, agi ouvertement comme valet de Kigali. Alors qu'Alias Kabila agissait en coulisses. L'illégitime, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe tire sa légitimité de Kigali et non du peuple congolais. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est le vrai masque de Bizimungu Rwandais. Au Rwanda,Après la victoire du FPR, le Rwanda fut présidé par le pasteur Bizimungu du 19 juillet 1994 au 23 mars 2000, avant que le dictateur Rwandais, Paul Kagame ne s`en pare du pouvoir jusqu`à  ce jour. Durant les cinq ans de son règne, ce pasteur Hutu ne fut qu`une marionnette téléguidée par le commandant du FPR et responsable des questions sécuritaires, Paul Kagame. Pour les Rwandais, il faut accélérer la balkanisation de la République démocratique du Congo par les Congolais eux-mêmes.

Vital Kamerhéon chez lui au Rwanda, avec Paul Kagame, Hitler Africain

Kamerhéon, le directeur de cabinet de Félix Tshilombo au Rwanda pour présenter le rapport d'occupation à  Paul Kagame, Hitler Africain. La République démocratique du Congo à  sa tête, une véritable marionnette sans pouvoir réel, qui est chargée d`exécuter les missions concoctées au Rwanda et en l`Ouganda. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, sa "Congolité" et sa nomination élection sont un gage pour servir toujours les intérêts rwandais, Ougandais et extérieurs. En convaincant l`opposition à  légitimer un processus électoral taillé à  sa mesure, la kabilie s`est assurée une victoire certaine. Par la suite, elle a effectué un tri qui l`a permise de miser sur le quarto-quatuor Emmanuel Ramazani Shadari, Felix Tshilombo Bizimungu et Vital Kamerhéon. Le premier Emmanuel Ramazani Shadary, fait partie de son clan. Alias Joseph Kabila ait choisi Emmanuel Ramazani Shadary comme son dauphin parce qu'il est parmi des criminels qui connaissent très bien son imposture sur sa nationalité congolaise usurpée, les mensonges autour de Maman Sifa Mahanya, la fameuse mère putative d'Alias Joseph Kabila et l'implication de ce dernier dans l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Pour rappel le 25 février 1997 après la prise par l'Afdl de la ville de Kindu. Mzée Laurent-Désiré Kabila qui avait atterri à  Kindu accompagné de James Kabarebe et Bizima Karaha pour l'organisation administrative du Maniema. Ils vont faire appel aux professeurs de l'extension de l'Unilu-Kindu où Emmanuel Ramazani Shadary fut un jeune professeur assistant. Et c'est lui qui a été présenté au cour d'un meeting populaire comme Gouverneur du Maniema. Précisons qu'il a des affinités avec Mama Sifa Mahanya, qui est membre de sa famille et l'une des épouses de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Donc Emmanuel Ramazani Shadary est un pion au service de la Tutsi Power et ne va pas trahir son maître; le deuxième Felix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, est un habitué des négociations sécrètes, compromettantes et auteur d`un discours conciliant sous forme d`appel du pied à  l`égard du pouvoir actuel. Traître et collabo, Félix Tshilombo est l'incarnation de la traîtrise. L'imposteur et usurpateur a été fait pseudo-président par Nomination. Il n'a jamais été élu. Il est illégitime. Cupide et profito-situationniste, Félix Tshilombo n'a jamais porté le nom de Tshisekedi du vivant de son père. Malléable, individu sans convictions politiques mais jouisseur et profiteur, il est prêt à  tout pour se trouver une place au soleil. Il répond donc à  tous les critères pour les manipulateurs-pilleurs des Etats; le dernier Vital Kamerhéon Lwa Kanyinginy Ngingi, est un spécialiste des "volte-face", "Coups tordus" et un soutien de première heure d'Alias Kabila. Vital Kamerhéon, directeur de cabinet, sert Tshilombo de "cerveau", c'est son "Barthos Bisengimana" ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils d'Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhéon Lwa Kanyingingyi, les deux hommes sont des Mbanda ! Félix est prisonnier des Rwandais jusqu`au lit ! Denise Nyakeru est-elle l'hirondelle rwandaise qui avait demandé l'exile à  Londres dans les années 90 ? Denise Nyakeru n'est-ce pas elle qui a une soeur rwandaise employée à  l'Ambassade du Rwanda à  Londres ? Parmi les différentes stratégies utilisés par le FPR de Paul Kagame pour " conquérir" la République démocratique du Congo, parmi elles, il y a eu la fameuse “cinquième colonne des Hirondelles”, ces fameuses filles rwandaises chargée d'infiltrer l`oligarchie de la 2eme Republique de la dictature Mobutu. Cette stratégie s`est généralisée d`une manière officielle après la conquête de l`AFDL, pour asseoir l`occupation de la RDC. On a vu certains Congolais cyniques épouser des femmes d`origine Rwandaise, dans le but unique de plaire aux conquérants et à  la fois s`attirer leurs faveurs, pour ainsi faciliter leur promotion dans la hiérarchie du “nouvel ordre d`occupation”. C'est encore le cas aujourd'hui, de nombreux politiciens traîtres ont des femmes ou des maîtresses "Tutsies".

Azarias Ruberwa, le sournois et plus dangereux

Un pion important d'occupation rwandaise du Congo: Azarias Ruberwa ! La République démocratique du Congo est dirigée et contrà´lée par Kigali à  travers Azarias Ruberwa. Il exécute des ordres et des directives de Paul Kagame. Mais, Ruberwa n`est pas seul. Il est à  la tête d`un réseau politico-militaire au sein duquel Bizima Karaha, Kundabatware et Obed Rwabasira sont des pions stratégiques aux ordres de Kagame et James kabarebe. Pays de mille Collines, pays de mille miracles, il n`y a qu`au Rwanda ou l`impossible peut s`accomplir. Dans ce minuscule et étrange pays, les parents sont rwandais, la progéniture est Congolaise. Tantà´t Banyamulenge, tantà´t Tutsi congolais ou rwandophone. Au gré d`une fantaisie qui prend à  revers l`histoire, Papa Kagame féconde, maman Rwanda enfante, la servante Congo nourricière fait grandir, la Communauté internationale approuve, puis applaudit et l`ONU, identifie, accorde les extraits de naissance et l`humanité progresse. C`est suivant cette logique implacable qu`Azarias Ruberwa a été conçu et est né rwandais. Son interview en tant que demandeur d`asile politique auprès de Marcelin Epie, officier de protection du Haut-Commissariat aux Réfugiés au Katanga au début des années 80 en fait foi. A la question de savoir quel était son pays d`origine, Ruberwa avait répondu sans ambages qu`il venait du Rwanda où il avait fui la dictature ainsi que la répression d`Habyarimana.

Aujourd`hui, l`homme se dit Congolais de naissance et avait siégé même au sommet de la République en tant que vice-président de la République démocratique du Congo.

En 1991, près de 10 ans après sa demande d`asile, Ruberwa ( et 6 de ses compagnons) s`adressent au Président de la Conférence Nationale Souveraine au nom de la tribu Banyamulenge. Il se dit katangais de Vryura et exige la reconnaissance de la nationalité Congolaise des Banyamulenge. 12 ans plus tard, le 17 juillet 2003, à  la prestation de serment des vice-présidents au Palais du Peuple, il est Sud-Kivutien de Minembwe. La vérité est que Vryura n`est pas une localité du Katanga. C`est un espace vital accordé aux populations rwandaises par Mobutu sur le plateau de Kansimba entre Kalemie et Moba aux environs des années 1970. Spécialiste dans la falsification de l`histoire, les rwandais ont transformé leur site d`accueil en village auquel ils ont donné un nom rwandais. Si bien qu`au fil du temps Vryura s`est infiltré dans le vocabulaire katangais, puis Congolais.

L`expérience a été revue puis enrichie en 1976, lorsque pour la première fois le terme Banyamulenge a été créé comme champ politique opérationnel pour les sujets rwandais vivants au Congo. Grà¢ce à  ce nouveau concept, ces derniers ont liquidé, sans frais, leur passif identitaire, créant aussità´t une nouvelle comptabilité de leur existence sur le sol Congolais.

A ce propos, le pasteur Théodore Ngoy, a révèlé que la dénomination Banyamulenge a été créée à  partir d`un petit village Congolais, Mulenge, une localité du groupement Kigoma, dans la collectivité du groupement Kigoma, dans la collectivité chefferie de Bafulero, territoire d`Uvira, district du Sud-Kivu, province du Sud-Kivu. C`est en 1921, avant le découpage territorial que l`autorité coutumière de Bafulero avait installé en petits groupes d`éleveurs, des immigrants Tutsi originaires du rwanda, qui seront rejoints beaucoup plus tard, dans les années 40 et 50 par des émigrés tutsis en provenance du Rwanda. Depuis 1976 donc la dénomination Banyamulenge désigne les immigrés Tutsis, transplantés dans les territoires de Mwenge (sur les hauts plateaux de Minembwe et de Kamambo) ainsi que ceux d`Uvira (sur les hauts plateaux de Bafulero et de Bijombo). Une infime partie d`immigrés était installée sur les hauts plateaux de Muhizi, dans la zone rurale de Mwenga. Concept de tricherie et de magouille collectives, Banyamulenge est devenu un bien curieux passe-droit pour les Tutsis ceux de Kalehe, d`Idjwi, de Walungu et de Kabare, au Sud-Kivu, de Rutshuru, de Masisi et de Walikale au NordKivu, ainsi que ceux de Kalemie et de Moba au Katanga. Or, installés de la même manière dans ces territoires que ceux de Mulenge, l`honnêteté exige que l`on parle aussi des Banyakalene, Banyaidjwi, Banyawalungu, Banyakabare, Banyarutshuru, Banyamasisi, Banyawalikale, Banyakalémie et des Banyamoba.

Une comptabilité aussi exhaustive aurait mis a nu toute l`étendue de la supercherie rwandaise. Aussi fallait-il, après décompte final, imposer une marque déposée tutsie. Laquelle agit désormais comme une carte d`identité collective pour tous les tutsis : les immigrés, les transplantés et ceux du Rwanda.

Faisant fi de ces vérités historiques, Azarias Ruberwa le démiurge-stagiaire de Kagame bien entendu avait osé soutenir, dans sa lettre du 7 aoà»t 1991 adressée au président de la Conférence Nationale Souveraine que : `` Nous, tribu Banyamulenge vivant sur le territoire zaïrois voici 4 siècles… ». Demandeur d`asile politique dans les années 80, mendiant la nationalité Congolaise en 1991, Ruberwa a malheureusement frappé à  la mauvaise porte. Car, il y a 400 ans, la Conférence nationale souveraine n`existait pas. Elle n`était donc pas une tribune d`histoire pour plonger ses regards dans l`Afrique de la traite négrière. Mais, il y a plus de 400 ans les belges découvraient le Congo par Diego Cao. C`est eux qu`il faut impérativement interroger pour savoir qui était Congolais à  la naissance de l`EIC en 1885 et qui ne l`était pas. Toute autre démarche relèverait de la pure distraction. A la question posée, le colonisateur a répondu sans équivoque, soutient le Pasteur Théodore Ngoy. Lorsqu`on parcours toutes les archives coloniales retraçant l`histoire du Congo de la préhistoire au Congo-Belge, nulle part, il n`est fait allusion à  l`existence des populations rwandomorphes ou rwandophones.

Ainsi, lorsqu`on consulte la carte ethnographique du Congo-Belge dressée par le docteur Joseph Maes en 1800, d`après les documents du Musée du Congo-Belge et les résultats des expéditions de Thonner dans l`Ubangui, du Duc de Mecklembourg dans la Province Orientale, de Hutereau dans l`Itimibiri-Uele-Ubangui, de Torday dans le Kasaï-Sankuru et de Maes dans le Kasaï-Lufemi-Lac Léopold II et la Lubenie, tous les groupes ethniques du Congo sont répertoriés de l`Equateur au Katanga en passant par le Kivu et les deux Kasaï. Nulle part n`apparaissent les Banyamulenge.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 12 février 2019

Addis-Abeba: Félix Tshilombo invite Paul Kagamé à  Kinshasa !

Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe Monsieur 16% et le dictateur Randais Paul Kagamé

Bandoki Ya Congo-"Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures." Mark Twain! Des Talibans, Nazis, Fachos, Ethno-tribalistes et Tribalo-Ethniques sont confus et n'ont plus aucune crédibilité, eux qui étaient habitués à  larguer des démentis: "Félix n'a jamais rencontré Kagamé" ! Or Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe avait l'habitude de voir Paul Kagamé, le dictateur Rwandais en catimini sans témoins. Il a toujours rencontre l'ogre de Kigali à  l'heure de Nicodème, c'est-à -dire la nuit ! C'est à  Addis-Abeba, au siège de l'Union africaine lors de sa 32è session que les deux hommes se sont rencontrés officiellement devant témoins. A voir les photos, on n'est en mal de croire que c'est pour la première fois que Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe a rencontré pour la première fois Paul Kagamé, Hitler Africain. Qui pourra nous dire aujourd`hui que ces deux-là  ne se connaissent pas ? A Addis-Abeba, Monsieur 16% sur 80 millions d'habitants, Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe, petit pseudo-président NOMMÉ a officiellement lancé une invitation à  Paul Kagamé, dictateur Rwandais et Hitler Africain. Dans quelques jours, l'ogre de Kigali sera à  Kinshasa, quel sera l'attitude des Talibans, Nazis, Fachos, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques qui s'étaient décidé à  lapider le président rwandais alors président de l'Union Africaine qui devait être à  la tête de la délégation Leur regard et sourire en disent long et cette complicité avérée montre que Monsieur 16 % Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe Nommé par Alias Kabila est un félon contre la Nation, traître contre la République et collabo contre la RDC, qui par fourberie et roublardise a dribblé les congolais depuis longtemps dans sa compromission avec le président rwandais Polpot Kagame. Quelle qualification peut-on donner à  cette tromperie et imposture ? Les Talibans, Nazis, Fachos, Ethno-tribalistes et Tribalo-Ethniques n'avaient-ils pas lancer il ya pas longtemps que Paul Kagame n'a qu'à  rester chez lui suite à  la visite de l'UA qui devait être conduite en RDC par le Rwandais Paul Kagame.

Monsieur 16% Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe et Paul Kagamé, Hitler Africain !

Pour notre compatriote Patrick Mbeko, les Tshisekedi et la trahison de la RDC est une histoire ancienne

C`est une affaire de famille. En 2002, alors que le Rwanda propage la mort et la désolation à  l`est de la RDC et que l`ONU publie son deuxième rapport sur le pillage des ressources naturelles du Congo par un `` réseau d`élite » appartenant aux armées du Rwanda, du Burundi et de l`Ouganda, Étienne Tshisekedi se rend au Rwanda pour négocier le pouvoir avec l`homme fort du pays, Paul Kagame. à€ son retour au Congo, il conclut une alliance avec le RCD-Goma, `` rébellion » créée de toute pièce et entretenue par Kigali. La suite on la connaît : il n`obtiendra rien, le Rwanda ayant propulsé Azarias Ruberwa, un Tutsi, à  la vice-présidence de la République dans le gouvernement 1+4 de triste mémoire. Furieux, Étienne Tshisekedi décide de rompre avec le RCD-Goma, au grand dam de Ruberwa. Pour ramener l`opposant historique et président de l`UDPS à  la raison, le Rwandais fait appel à  Adolphe Onusumba, homme de main de Kagame au Congo et dont la tante serait mariée à  un frère d`Étienne Tshisekedi. Mais ce dernier refuse la main tendue de son ancien allié, exigeant d`être nommé premier ministre avant d`amorcer toute négociation.

Pour Étienne Tshisekedi, c`est le pouvoir ou rien. Il a tout fait pour occuper la primature, en vain. Joseph Kabila lui a ravi un pouvoir qui lui revenait pourtant de droit suite à  l`élection présidentielle de 2011. Souffrant, il ne peut continuer la lutte. C`est alors que le fils, Félix Tshilombo Tshisekedi, décide de reprendre le flambeau. à€ la différence du père, il n`est ni charismatique ni brillant. Intellectuellement inapte, il a juré de réussir où son père a échoué. Pour y arriver, il va directement négocier avec le régime honni de Joseph Kabila, qu`il prétend pourtant combattre. En 2015, les délégués de l`UDPS rencontrent secrètement les émissaires du pouvoir à  Ibiza, Monaco et Paris. Il est question de partage du pouvoir dans un gouvernement d`union nationale. à€ la question de savoir si l`UDPS négocie en catimini avec la Kabilie, Félix nie avec véhémence. Septembre 2015, la vérité éclate au grand jour lorsqu`Étienne Tshisekedi demande aux délégués de l`UDPS `` de quitter la table des négociations » avec le pouvoir. Les Congolais sont choqués; Félix est confus, mais tient bon.

En décembre 2016, alors que le mandat de Joseph Kabila tire à  sa fin, Félix Tshisekedi, toujours déterminé à  réussir où son père a échoué, décide d`amorcer une nouvelle phase de négociation avec le régime, en espérant être gratifié cette fois d`un poste à  la primature. Joseph Kabila, qui a compris que le fils Tshisekedi est prêt à  toutes les compromissions pour arriver à  ses fins, va lui faire miroiter le poste de premier ministre en échange d`un accord politique qui lui permette de `` glisser » au-delà  de son mandat censé s`achever en décembre 2016. Le 31 décembre de la même année, l`accord du glissement de la Saint-Sylvestre est signé. Les Congolais sont outrés. Félix Tshisekedi, lui, se régale, persuadé d`occuper la primature dans les jours à  venir. Seulement voilà  : Joseph Kabila, qui a atteint son objectif, en plus d`être plus rusé que le cousin du diable, jette son dévolu sur une autre personne : Sami Badibanda, un proche de Félix. C`est le deuil à  Limeté. L`UDPS est divisée. Félix Tshisekedi est inconsolable.

Mais déterminé à  réussir où son père a échoué, Tshisekedi fils ne désespère pas pour autant, continuant d`entretenir des rapports pour le moins étranges avec le régime qu`il prétend combattre. à€ la mort de son père, en février 2017, il marchande le corps de ce dernier en échange d`une nomination à  la primature. L`opinion publique est abasourdie. Même Joseph Kabila, habitué à  tuer les Congolais et à  les livrer aux marionnettes de Kigali qui opèrent à  l`est, est outré et le chasse. Les relations avec le pouvoir sont rompues… jusqu`aux élections de décembre 2018 qui ont vu surgir, contre toute attente, un certain Martin Fayulu, pressenti pour devenir le prochain président de la République à  démocratiser du Congo. Pour le pouvoir, qui est acculé au pied du mur, la solution s`appelle… Félix Tshisekedi. C`est la carte maîtresse, dit-on, à  la Kabilie. à€ la MONUSCO et dans les chancelleries étrangères, les contacts entre CACH, la plateforme dirigée par Tshisekedi fils, et le pouvoir sont suivis de très près. Comme en 2002, 2015 et 2016, un Tshisekedi est prêt à  toutes les compromissions pour trahir le peuple congolais afin d`atteindre un objectif qui fera par ailleurs la part belle aux ennemis de la République à  démocratiser du Congo. Pour cela, il pourra toujours compter sur la base fanatisée et tribalisée de l`UDPS pour laquelle la tribu passe avant la patrie.

à€ Kingakati, où l`on craint un soulèvement populaire au cas où Martin Fayulu n`est pas déclaré vainqueur de l`élection présidentielle du 30 décembre dernier, on rit à  gorge déployé. Certains caciques du régime ont décidé de s`abandonner au Christ. Ne dit-on pas que la foi déplace les montagnes ? Comme pour dire que le nom Tshisekedi peut aussi faire des miracles et aider un régime honni et vacillant à  se pérenniser contre la volonté de tout un peuple…

PATRICK MBEKO

Les Tshisekefatshidistes et la stratégie de la tension par le tribalisme : un modus operandi inspiré des extrémistes tutsis du Rwanda

La question du tribalisme est revenue en puissance ces derniers jours avec l``` élection-nomination » de Félix Tshisekedi à  la présidence de la République. Si l`on peut affirmer hors de tout doute qu`il y a eu des dérapages, que des propos anti-Lubas ont été entendus ici et là  ces derniers jours, il est cependant faux d`affirmer ou de laisser entendre qu`il existe un tribalisme anti-Luba au Congo. Comme l`a écrit un compatriote, on déplace le problème, qui est avant tout politique avant d'être tribal.

En effet, Félix Tshisekedi a comploté contre le peuple congolais pour lui voler son vote et un groupe de Tshisekefatshidistes ne veut pas qu`on en parle. Tout celui qui critique ou remet en question `` l`élection-nomination » frauduleuse et la trahison de Félix, le nouveau valet de l`occupation au Congo, est automatiquement taxé de ``haineux», de ``tribaliste» et d`on ne sait quoi. Injures, calomnies et diffamations sont souvent au rendez-vous. Ce qui entraîne bien souvent des réactions assez agressives de la part des autres Congolais ne supportant plus l`intolérance et l`extrémisme de ces compatriotes. C`est cela le vrai problème. Il n`existe pas de tribalisme anti-Luba en RDC, comme le font croire les Tshisekefatshidistes. Les gens ne s`attaquent pas aux Lubas ou aux Kasaïens, mais bien aux tribalo-fanatiques de l'UDPS dont les membres sont majoritairement Lubas.

Et ceux-ci profitent de cela pour enclencher le processus d'auto-victimisation afin de dissimuler le fait qu`ils sont les principaux artisans du tribalisme et du climat malsain qui règnent aussi bien au pays que dans la diaspora. Leur modus operandi n`est pas sans rappeler celui utilisé par les extrémistes tutsis du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame pour s`emparer du pouvoir du Rwanda, en 1994.

En effet, le FPR, mouvement armé né en Ouganda, prétendait avoir pris les armes pour défendre la démocratie et les droits de l`homme au Rwanda. Il réclamait le droit au retour des exilés tutsis et disait défendre les Tutsis de l`intérieur prétendument marginalisés par le régime du président Habyarimana. Ne disposant d`aucune base populaire à  l`intérieur du pays (aussi bien chez les Hutus que chez les Tutsis et les Twas), sa stratégie était de créer une fracture entre les Hutus et les Tutsis afin d`amener les seconds à  embrasser sa cause.

C`est ainsi que des éléments du FPR infiltrèrent les milices hutues (Interahamwe) et lancèrent des provocations contre les Tutsis dans le but d`exacerber les tensions ethniques afin d`amener ces derniers à  rejoindre le camp de la rébellion qui prétendait alors les défendre, alors qu`elle était en réalité la cause de leurs souffrances. Pire encore, lorsque le génocide éclate au matin du 7 avril 1994, Paul Kagame ordonne à  ses hommes de ne pas intervenir, le temps de laisser un grand nombre de Tutsis et de Hutus de l`opposition se faire charcuter par leurs bourreaux.

Le calcul du chef rebelle est d`une simplicité à  glacer le sang : plus les Tutsis périront dans les massacres commis aussi bien par les Interahamwe que par les extrémistes tutsis se faisant passer pour ces derniers, plus l`intervention du FPR et de son armée sera plus que souhaitable pour la communauté internationale. C`est ce que nous avons appelé dans notre livre "Stratégie du chaos et du mensonge" `` La stratégie du sacrifie utile ». Une stratégie combinant massacres et victimisation pour brouiller les cartes...

Plusieurs observateurs étrangers et anciens compagnons d`arme de Paul Kagame ont témoigné sur la façon dont le chef rebelle tutsi a sacrifié les siens pour s'emparer du pouvoir. ``Quand j`ai demandé à  Kagame d`aller directement à  Kigali pour arrêter les massacres des Tutsis, il m`a répondu que s`il y avait un prix à  payer, ce serait à  ces Tutsis de le payer ! », a affirmé le commandant militaire de la Mission des Nations Unies (MINUAR), le général Roméo Dallaire. Ce qui a fait dire à  Jean-Pierre Mugabe, ancien officier du FPR, que `` Kagame n`aspirait qu`à  être l`homme fort du Rwanda, le sang des Tutsis et des Hutus modérés n`avait à  ses yeux aucune importance». En outre, la défense des Tutsis n`a jamais figuré dans les priorités du chef rebelle tutsi. Bien au contraire, leur extermination servait bien ses noirs desseins. En quoi une stratégie aussi diabolique est-elle similaire, à  quelques différences près, à  celle des Tshisekefatshidistes Lubas ?

Comme les extrémistes tutsis du FPR au Rwanda, ces compatriotes sont conscients que leur leader Félix n`a plus la cote auprès des Congolais. Ses seuls soutiens, les membres de sa tribu. Or tous les Lubas ne sont pas d`accord avec la fraude et le rapprochement avec la Kabilie. Pour les tribalo-fanatiques de l`UDPS s'est alors posée une question : comment ramener ses `` moutons noirs » égarés à  la raison en vue de créer une sorte d`unité tribale derrière le très contesté président nommé Félix Tshisekedi ? La seule façon d`y arriver, c`est d`attiser la haine tribale, d`alimenter un sentiment anti-Luba au sein de la population congolaise, de sorte à  pousser les compatriotes Lubas non Tshisekefatshidisés à  rallier, malgré eux et par une sorte d`instinct de survie, `` la cause ». Une cause qui, en réalité, n`est aucunement liée à  la défense des Lubas ou du Kasaï, mais qui s`articule principalement autour de la défense des intérêts de Tshisekedi fils. La preuve en est qu'ils ont fait de Joseph Kabila un `` héros » après que celui-ci a fait Félix Tshisekedi son successeur. Et ce au mépris de toutes les vies kasaïennes fauchées par la Kabilie.

Autant les extrémistes tutsis du FPR se sont servis des Tutsis de l`intérieur comme éléments sacrificiels pour s`emparer du pouvoir dans le sang au Rwanda, autant les Tshisekefatshidistes Lubas s`emploient à  manipuler les Lubas non Tshisekefatshidisés pour arriver à  leur fin. Au cœ“ur de cette manœ“uvre diabolique et anti-patrie, certains cadres de l`UDPS et deux cousines de Félix Tshisekedi vivant en Belgique. à€ l`étage inférieur, un concentré de Kasaiens extrémistes pour qui la tribu passe avant la patrie. Tous alimentent le sentiment anti-Lubas en provoquant et en se victimisant en même temps, tout en prétendant combattre le tribalisme. Leur mode opératoire : montage grossier d`images, appel à  l`unité dissimulant mal des noires arrière-pensées, fake news, menaces, etc. Les Lubas qui refusent de jouer à  ce `` petit jeu » méphistophélique sont insultés, mis en quarantaine voire menacés.

Plusieurs messages de nos compatriotes Lubas non Fatshidisés laissent penser que le mal est profond. L`un d'eux me disait hier que sa propre famille est aujourd`hui divisée à  cause de ces extrémistes sans cervelle. Une autre de m`écrire en privé que beaucoup de Kasaiens `` sont mécontents, mais n`osent pas le dire ouvertement ». Et d`ajouter : `` Je n`ose même plus faire des commentaires qui approuvent vos analyses de peur d`être repérée par d`autres Kasaiens ». C'est dire... Voilà  pourquoi il faut éviter de faire des amalgames qui font le jeu de ces extrémistes. Car qui dit Kasaïen ne signifie nécessairement pas Tshisekefatshidistes. Et ce même si nous savons qu`il existe une catégorie de Kasaiens qui se disent neutres, mais qui soutiennent à  bas bruit la fraude et la trahison de Félix. Solidarité tribale oblige. L`enjeu est ailleurs. Avant d`être tribal, il est avant tout politique. S`il existe un tribalisme dans ce pays, c`est bien celui des Tribalo-fanatiques de l`UDPS à  l`égard du reste de la population congolaise.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 14 octobre 2018

OIF: Le Rwanda, fils prodigue de la Francophonie, est catapulté au Secrétariat Général !

Louise Mushikiwabo, désignée ou élue à  l'OIF ? Photo Réveil FM International

Au détriment de la charte de la Francophonie, les Nonces Franco-Rwandaises sont consommées à  Erevan avec Louise Mushikiwabo au poste de Secrétaire Général de l'OIF. La célébrité de la Kagamiste plus plus, la plus fidèle du dictateur rwandais, Louise Mushikiwabo, s`est construite sur la haine de la France, elle ne manque jamais une occasion de taper sur les militaires et les politiques français accusés de complicité de génocide de 1994. Louise Mushikiwabo a défendu fermement la décision du dictateur Paul Kagamé de faire de l`anglais la langue d`enseignement et langue d`administration. Et du Rwanda, le 54ème membre du Commonwealth. La diablesse de Kigali n`a aucun état d`à¢me pour justifier enlèvements et assassinats d`opposants à  l`étranger. il y a quatre ans, Louise Mushikiwabo faisait détruire au bulldozer le centre culturel français ! Elle a craché à  de nombreuses reprises sur la Justice française qui instruit sur l`attentat contre l`avion de Habyarimana. Le 11 novembre 2016, elle a ainsi menacé de publier `` une nouvelle liste de hauts responsables politiques français accusés de complicité dans le génocide de 1994 contre les Tutsis ». Louise Mushikiwabo est le haut-parleur d`un des pires dictateurs de la planète. Paul Kagamé est élu avec des taux soviétiques, enferme et tue ses opposants, crache sur la liberté de la presse… Les valeurs promues par l`Organisation internationale de la francophonie (OIF) ne sont-elles pas `` la démocratie, les droits de l`homme, l`État de droit et la justice » ?

Machiavel des Grands Lacs, Paul Kagamé n'a cessé de cracher sur la France. On ne peut comprendre que cet homme, devenu véritable bête du pouvoir et un petit fils de Mobutu et Sékou Touré et tout ce qui peut désigner la dictature bestiale africaine, s`organise chaque fois pour tirer sur la France. Pour le dictateur-autocrate sanguinaire Rwandais, la France, les médias et les ONG prennent un malin plaisir à  souffler sur les braises en qui concerne son pays. Paul Kagamé, l'Ogre de Kigali, à  l'Elysée s'exprime en anglais narguant le peuple français. La France n'a plus d'ambassadeur à  Kigali depuis des années, ce qui n'empêche pas le Rwanda d'avoir son ambassadeur à  Paris. La langue française est reléguée à  la quatrième place après le Kinyarwanda, l'anglais, le swahili...elle a été bannie de l'école, université et justice. Louise Mushikiwabo est la seule ministre kagamiste qui parle français. A Erevan, Paul Kagamé à  l'issue du XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie s'est exprimé sur France 24 en Anglais. Et c'est lui qui s'est chargé d'abattre Michaà«lle Jean, la Secrétaire Générale sortante.

Le Rwanda est un petit pays francophobe. Dans ce pays on hait la France et les Français. Louise Mushikiwabo est la seule ministre du gouvernement dictatorial de Paul Kagamé qui parle français. Le Rwandais est membre du Commonwealth, la français ne mène nulle part avait déclaré Louise Mushikiwabo, la plus frondeuse et l'anti-francophonie il y a encore quelques années. C'est Louise Mushikiwabo qui n'a jamais dénoncé les exactions rwandaises. Elle qui est une femme n'a jamais dénoncé les arrestations arbitraires du régime de Paul Kagamé envers les femmes. Au Rwanda, l'opposition n'existe pas. Les journalistes sont muselés et bà¢illonnés. La presse n'est pas libre. Les journalistes sont transformés en thuriféraires du régime. Les droits de l'homme sont bafoués et foulés aux pieds par le régime dictatorial de Paul Kagamé. Et c'est la Rwandaise Louise Mushikiwabo qui a été catapulté au Secrétariat Général de l'OIF.

Cela fait 24 ans que le Rwanda diabolise arbitrairement la France, humilie outrageusement la France, insulte de manière abusive la France et accuse la France à  cause du génocide de 1994, qui est devenu un fonds de commerce. On nous bassine matin, midi et soir sur le génocide rwandais des Hutus et Tutsis... et les 8 millions de congolais tués par la soldatesque rwandaise ? Les prétendus rwandais victimes sont devenus des bourreaux d'un peuple voisin pacifique: le peuple congolais. Qui a levé son petit doigt ou élever la voix pour dénoncer ? Tous ceux qui tentent de dire la vérité sont marginalisés. Paul Kagamé, le Nazi africain, le "Kapita" des pillards Anglo-Saxons, a tué plus qu'Adolphe Hitler en seconde guerre mondiale. Mais c'est lui que les médias occidentaux encensent pour l'unique raison grà¢ce au Génocidaire de Kigali, les occidentaux peuvent piller en toute impunité les ressources de la République démocratique du Congo. Avec quels moyens, Paul Kagamé a-t-il reconstruit le Rwanda ? Si ce n'est par le pillage organisé des ressources de la République démocratique du Congo !

Pour nous rafraîchir la mémoire, nous revenons sur l'ouvrage de l'un des meilleurs journalistes d'investigation en France, Charles Onana, Europe, crimes et censures au Congo, Editions Duboiris, Collection : Secrets d'Etat, 2012.

"Pour les dirigeants de Bruxelles, les millions de morts du Congo ont nécessairement moins d`importance que les `` 800.000 » victimes tutsi du Rwanda. Ces victimes congolaises ont d`autant moins d`importance que leurs bourreaux sont précisément des rebelles tutsi du Rwanda. C`est ce parti pris obscène qui choque aussi les Congolais. Une victime quelle que soit son origine ethnique, son appartenance religieuse ou sa couleur mérite d`être considérée et respectée. Ce n`est pas le cas actuellement dans les Grands Lacs. Les victimes congolaises et hutu ne sont pas traitées à  égalité avec les victimes tutsi, et ce, depuis bientà´t vingt ans. Cela est inacceptable, pervers et dangereux pour l`avenir et pour l`histoire. Le comportement des dirigeants européens et celui des organisations internationales est, dans cette tragédie, contraire aux principes d`équité, d`impartialité et d`égalité de traitement". - Charles Onana.

Charles Onana, journaliste d'investigation

Peu de journalistes, encore moins d`historiens ont analysé le génocide rwandais dans la perspective géopolitique globale de la déstabilisation de la région des Grands Lacs et de sa recolonisation rampante.

Mettre en rapport le génocide rwandais - élément déclencheur qui a permis l`arrivée au pouvoir de Paul Kagamé -, la crise du Congo, le régime d'Alias Joseph Kabila, la crise de la région des Grand Lacs, et le régime Paul Kagamé qui en est l`acteur majeur, avec ses complicités dans l`Union européenne et en Occident : c`est ce que fait le livre de Charles Onana, journaliste d`investigation franco-camerounais. Dont nous partageons les analyses.

"Je ne comprenais pas pourquoi l`Europe, qui prà´ne la défense des droits humains et de la démocratie, s`accommode tant du trucage des élections au Rwanda et en RDC et de la violation des droits de la personne dans ces deux pays, dit-il. Je m`étonnais aussi du silence persistant en Europe sur le harcèlement des militants des droits humains et leur assassinat tant au Rwanda qu`en RDC. J`ai donc décidé d`enquêter dans `` l`arrière-cuisine » de la diplomatie européenne".

A partir des notes internes du Conseil de l`Europe, des rapports restreints de la Commission Européenne et des confidences de diplomates et de hauts fonctionnaires européens, Charles Onana dans son livre EUROPE, CRIMES ET CENSURE AU CONGO (Editions Duboiris)

- apporte de nombreuses preuves sur la bienveillance des institutions européennes à  l`égard du régime de Paul Kagamé dans ses actions criminelles en République démocratique du Congo.

Dans ce livre riche en révélations et documents inédits, on découvre notamment :

· Comment Joseph Kabila a été imposé à  la tête de la République démocratique du Congo (RDC) en 2006 par George Bush et de Jacques Chirac au moyen d`élections truquées et financées par l`Union Européenne (UE) ;

· que la condition exigée à  Alias Joseph Kabila pour rester au pouvoir était qu`il se taise sur les incursions rwandaises à  l`Est de la République démocratique du Congo et sur les atrocités commises par les hommes de Paul Kagamé ;

· que malgré la multiplication des rapports internes attestant clairement de la présence des soldats rwandais à  l`Est de la RDC, l`UE nie officiellement l`invasion du Congo par le Rwanda et censure tout discours mettant en cause Paul Kagame et ses hommes ; · que l`Union européenne a dépensé plusieurs millions d`euros pour bà¢tir une armée congolaise avec des truands, des violeurs et des criminels contre l`Humanité, malgré les inquiétudes de certains hauts fonctionnaires sur ce `` brassage » périlleux.

Au terme de cette enquête délicate et dérangeante, qui nous mène des bureaux feutrés de Bruxelles, où l`on étouffe surtout les scrupules, aux dangereuses forêts de l`Est du Congo peuplées de réfugiés, de tortionnaires, d`enfants-soldats et de chercheurs de coltan, en passant par les salles de réunion de l`ONU, on mesure à  quel point l`écart est grand entre les valeurs proclamées par l`Union européenne et la réalité de ses interventions sur le terrain. Un tableau terrifiant qui met à  mal le prestige des institutions européennes, qui pose questions sur l`idéologie de l`Union européenne et qui peut légitimement inquiéter le contribuable européen quant au bien-fondé et aux véritables objectifs de la diplomatie de Bruxelles en Afrique et au Congo.

``L`UNION EUROPÉENNE CENSURE L`IMPLICATION DU RWANDA DANS LA CRISE CONGOLAISE»

Lors d`une interview exclusive accordée à  JamboNews à  Bruxelles (2), Charles Onana, avait répondu aux questions autour de son livre consacré à  la RDC et au Rwanda. Il a notamment évoqué le rà´le du Rwanda dans la crise congolaise ainsi que le silence de l`Union européenne au vu de tous les épisodes tragiques observés en République démocratique du Congo depuis le début des hostilités en 1996.

Charles Onana part d`une constatation simple selon laquelle l`Union européenne parle moins de l`implication du Rwanda dans les conflits armés qui secouent le Congo. Tout récemment, suite aux rapports des experts de l`ONU accusant le Rwanda de soutenir des rebellions en RDC, Charles Onana dit avoir constaté que le discours de l`Union européenne ménageait beaucoup Kigali et l`épargnait d`une interpellation directe sur son rà´le dans la déstabilisation de la RDC. `` C`est la raison pour laquelle j`ai enquêté sur les processus de décision au sein de l`Union européenne. Qui influence qui et dans quel but ? » a t-il notamment déclaré.

Dans le cadre de ses investigations, Charles Onana confie avoir obtenu plusieurs documents tenus secrets des institutions européennes, documents parfois issus des rapports des envoyés spéciaux de l`Union européenne dans la région des Grands Lacs. Sans doute des pièces à  conviction. `` En effet, ces documents n`étaient pas destinés à  être rendu public. En ayant ces documents, j`ai pu reconstituer les pièces manquantes du puzzle. En outre, les témoignages des diplomates m`ont aidé », a indiqué Charles Onana. Ce dernier a également révélé l`échange qui a eu lieu en 2003 entre le président de la RDC Joseph Kabila et Javier Solana, Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l`Union européenne.

Selon Charles Onana, Joseph Kabila avait écrit à  Javier Solana pour mettre en place une police intégrée en vue d`assurer la sécurité du processus électoral en RDC. Onana déplore que cette initiative ne fà»t guère pour l`intérêt de la population congolaise. Décriant par ailleurs la passivité et l`incompétence de Joseph Kabila, Charles Onana a affirmé que le président congolais est une émanation de l`AFDL et du Rwanda.

KAGAME, OMBRE ET LUMIàˆRE

Cà´té lumière, le dictateur-autocrate sanguinaire Paul Kagame est largement crédité de la spectaculaire transformation du pays depuis 20 ans avec une incontestable réussite économique et la forte éradication de la corruption. Dévasté et traumatisé lorsque les rebelles du FPR prirent le pouvoir en 1994, mettant fin à  un génocide qui venait de faire environ 800.000 morts essentiellement dans la minorité tutsi, le Rwanda a enregistré ces dernières années la croissance la plus forte d'Afrique de l'Est.

Mais détracteurs du régime et observateurs dénoncent un monopartisme de fait - bien que onze partis soient enregistrés officiellement - et l'absence de liberté d'expression.

Cà´té ombre, les critiques visent la démocratie de façade, mais aussi et surtout la politique extérieure du régime Paul Kagamé et ses interventions chez ses voisins. Et particulièrement le rà´le du Rwanda dans la crise congolaise.

Ainsi Charles Onana met en cause à  la fois l`interventionnisme déstabilisateur du Rwanda dans la région des Grands Lacs et singulièrement au Congo (RDC), mais aussi son rà´le comme agent des multinationales …

``LE RWANDA DE KAGAME EST DEVENU L`AVOCAT DE LA RECOLONISATION DE L`AFRIQUE»

Charles Onana n`a pas non plus eu des mots tendres envers le régime de Paul Kagamé. ``Kagamé mène une guerre économique au Congo. Aujourd`hui, on a la démonstration de cette assertion. Depuis longtemps, les gens avaient sous-estimé le rà´le du Rwanda comme un sous-traitant des multinationales. Le Rwanda de Kagamé est devenu l`avocat de la recolonisation de l`Afrique», déclare Charles Onana.

Charles Onana soutient que le Rwanda a des agents et des lobbies très actifs au sein des institutions européennes parmi lesquels, le non moins influent Louis Michel - leader libéral belge, ancien ministre et commissaire européen -, initiateur du groupe `` les amis du Rwanda » au sein du parlement européen, pour vous dire le travail abattu en coulisses.

Dans une autre interview au journaliste Robert Kongo, Onana revient sur ``Le rà´le de Louis Michel, ancien ministre et commissaire européen », `` majeur dans cette action de lobbying. Ces dernières années, ses prises de position aussi bien au sénat belge qu`au sein de la commission européenne ont été déterminantes. Par exemple, il s`est opposé à  la proposition d`un diplomate allemand qui demandait l`adoption de sanctions économiques contre le Rwanda après la publication des rapports de l`ONU prouvant l`implication des troupes rwandaises dans le pillage et la déstabilisation de la RDC. Louis Michel a considéré qu`envisager des sanctions contre le Rwanda serait contre productif. Pour lui, `` Kagame est un visionnaire » et son pays serait un `` pà´le de stabilité » dans les Grands Lacs. Louis Michel a ouvertement pris fait et cause pour le régime dictatorial de Kagame et s`échine à  le défendre coà»te que coà»te au sein des institutions de Bruxelles ». `` Les compte-rendus du sénat belge sont à  ce sujet édifiant, rappelle Onana. On y découvre un Louis Michel agissant et parlant non pas comme un ministre belge mais plutà´t comme `` un militant rwandais » plaidant la cause de son `` visionnaire » de Kigali. Il a même osé créer une association des amis du Rwanda au lendemain de la publication du rapport Mapping de l`ONU en 2010. Il était partout, courant et transpirant pour un utopique `` dialogue entre Kinshasa et Kigali ». L`impartialité de cet ancien commissaire européen n`a jamais été de mise dans la crise des Grands Lacs.»

POURQUOI CE Rà”LE HONTEUX DE L`UE DANS LA REGION DES GRANDS LACS ?

Sans toutefois entrer en profondeur sur la notion de stabilité, Onana justifie le soutien indéfectible de l`Union Européenne au Rwanda par la garantie qu`il offre sur la stabilité de leurs intérêts dans cette région. Raison pour laquelle selon lui, l`UE continue de se voiler la face sur la situation dans la région des Grands-Lacs. Malgré les violations des droits de l`Homme au Rwanda, l`Union européenne continue toujours à  apporter son soutien à  ce régime dictatorial. Eu égard à  ce qui précède, l`UE ne respecte donc pas ses propres principes, a conclu Charles Onana.

Charles Onana donne l`exemple de la participation de l`UE dans la répression et le truquage des élections au Congo : `` le chef de la diplomatie européenne (Javier Solana) et Joseph Kabila ont eu plusieurs échanges téléphoniques et épistolaires. Le président congolais lui a adressé une requête le 20 octobre 2003, dans laquelle il demandait la création d`une unité de police intégrée chargée d`assurer la sécurité des institutions de la transition en RDC. Ce dispositif sera effectivement mis en place, appuyé et supervisé par EUPOL (la Mission Européenne de Police).

Il aura pour objectif d`assurer la sécurité des bureaux de vote, la protection des urnes et celle des membres de la commission électorale indépendante. En réalité, l`unité de police intégrée a servi à  empêcher toute contestation des Congolais à  la suite d`un scrutin qui devait donner Joseph Kabila gagnant.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 30 avril 2018

Ellen Johnson Sirleaf, "Madame la Présidente honoraire", "aphone" sur ses petites filles emprisonnées à  Kigali !

Kigali, lauréate Ellen Johnson Sirleaf du prix Mo Ibrahim 2017

Ellen Johnson Sirleaf à  80 ans. Elle est un symbole mondial du leadership féminin, érigée en exemple par la communauté internationale. Sa carrière est élogieuse ! Elle a fait ses classes d`économie et de finance aux Etats-Unis, puis elle a occupé une place influente au sein de grandes institutions financières, comme la Banque Mondiale ou la Banque de de Développement et d`Investissement du Libéria. Ellen Johnson Sirleaf est la première femme à  avoir occupé le poste de président de la République en Afrique. Elle aura réussi ce qu`aucun dirigeant libérien n`était parvenu à  faire depuis 1944 : céder le pouvoir dans la paix. C`est en 2005 que  Madame la Présidente  accède à  la plus haute fonction après une période de transition pilotée par l`Onu, suite au départ du sanguinaire Charles Taylor.

Kigali, Ellen Johnson Sirleaf montrant son prix Mo Ibrahim

La diaspora congolaise est remontée contre Ellen Johnson Sirleaf ! Les femmes congolaises n'en reviennent pas comment un grand esprit comme n'a pu parler de ses petites filles qui sont emprisonnées dans le geà´le de Paul Kagamé, Hitler Africain. Comment Ellen Johnson Sirleaf couronnée du prix Nobel de la Paix le 7 octobre 2011, est demeurée silencieuse et aphone face aux arrestations et emprisonnements des jeunes opposantes rwandaises face au régime dictatorial de Paul Kagamé, le Tyran de Kigali. Alors qu'près la présidence, la lutte pour l`autonomisation de la femme, c'est son nouveau challenge: "Je travaillerai avec une petite équipe pour créer le Centre présidentiel Ellen Johnson Sirleaf pour les femmes et le développement, conçu pour soutenir les femmes en tant qu`agents du changement, créateurs de paix et moteurs du progrès", a-t-elle déclaré à  Kigali. Nominée en février dernier, c`est le vendredi 27 avril 2018 à  Kigali au Rwanda que l`ancienne présidente de la République du Liberia a reçu le prix Mo Ibrahim. Ce dernier est accompagné d`une enveloppe de 5 millions de dollars versés sur 10 ans puis 200 000 dollars chaque année pour le reste de la vie du gagnant.

Ellen Johnson Sirleaf, la panafricaniste du Libéria a-t-elle été piégé par Paul Kagamé, le Roitelet, Tyran, Dictateur et Boucher de Kigali ? Prix Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance à  Ellen Johnson Sirleaf, ex-présidente du Libéria à  Kigali, capitale du Rwanda, pays où règne la terreur d'Etat, cela surprend plus d'un observateur avisé. Pourquoi le choix de Kigali, du Rwanda par Mo Ibrahim ? Qu'est-ce qui se cache réellement derrière la remise du prix Mo Ibrahim sur le sol de sang et de terreur de Paul Kagamé, Hitler Africain ?

Mission impossible pour Julien Ciakudia, patriarche de la résistance congolaise de calmer la diaspora Rdcienne remontée contre Ellen Johnson Sirleaf !

Le Tyran Paul Kagame est connu comme un grand seigneur de guerre de surcroît un sanguinaire patenté. Impuni pour ses nombreux crimes, depuis le maquis de l'Ouganda aux cà´tés de Yoweri Museveni Kanguta, en passant par le génocide rwandais dont les Tutsi ne sont pas les seules victimes...Dans son article sur Médiapart Rwanda, l'autre génocide ! un professeur belge écrit: "Les crimes de masse perpétrés par les troupes du FPR à  l'époque du génocide des Tutsis restent impunis. Or, après un long travail d'enquête, la journaliste Judi Rever vient de démontrer qu'ils constituent un génocide contre les Hutus rwandais. Il appartient désormais à  la justice internationale de poursuivre le président Paul Kagame et ses lieutenants. L`on sait depuis de nombreuses années que la rébellion à  prédominance tutsi, le Front patriotique rwandais (FPR), a lui aussi commis des crimes contre l`humanité et des crimes de guerre avant, pendant et après le génocide. Ces faits ont été établis par des rapporteurs des Nations Unies, des ONG, des chercheurs et des journalistes. Alors que le TPIR était compétent pour juger ces crimes, pas un seul suspect du FPR ne fut poursuivi.

Cette `` justice des vainqueurs » devint possible, parmi d`autres raisons, parce que le FPR, qui prit le pouvoir en 1994 et dirige le Rwanda encore aujourd`hui, fut protégé par Washington et Londres. Paul Kagame, le leader du FPR pendant et après la guerre civile et président du Rwanda depuis 2000, est considéré comme un `` visionnaire » par des amis influents comme Bill Clinton et Tony Blair.

Tandis qu`il gouverne par la terreur, il est loué pour ses performances économiques et une bonne gouvernance bureaucratique. En même temps, la situation des droits humains continue à  être désastreuse et la gestion dictatoriale profondément enracinée. Alors que les crimes de masse perpétrés par le FPR sont restés impunis, la journaliste d`investigation canadienne Judi Rever vient de démontrer que le mouvement de Kagame a commis un génocide contre les Hutu (In Praise of Blood. The Crimes of the Rwandan Patriotic Front, Random House Canada, mars 2018).

Se basant sur des dossiers jusqu`ici secrets du TPIR, d`autres documents et de nombreux entretiens avec d`anciens officiels civils et militaires du FPR, elle montre de manière détaillée comment des femmes et des hommes, des enfants et des vieillards hutu furent massacrés à  très grande échelle. La cruauté infligée aux victimes rappelle tragiquement celle appliquée aux Tutsi.

L``` intention de détruire, en tout ou en partie, le groupe ethnique hutu, comme tel », comme le veut la convention sur le génocide, est clairement établie. Le nombre de victimes ne peut être précisément estimé, mais le bilan semble bien être de centaines de milliers. Rever identifie vingt leaders du FPR, dont Kagame lui-même, comme auteurs de ces atrocités.

S`ajoutant à  ce qui était connu depuis longtemps, ces constats accablants ne peuvent plus être ignorés. Kagame peut-il continuer à  être honoré par les meilleurs universités de par le monde, recevoir un traitement tapis rouge partout où il va, être un hà´te régulier au Forum de Davos, présider l`Union Africaine ? Au contraire sa place, ainsi que celle de ses lieutenants, est devant un tribunal, face à  la justice en raison de ses crimes pour encourir la peine qu`il mérite. La plupart des Rwandais, Hutu et Tutsi, sont pleinement conscients de ce passé tragique. Si la vérité n`est pas dite, le pays ne trouvera pas la réconciliation dont il a un besoin urgent. Filip Reyntjens, Professeur émérite à  l`Université d`Anvers

Le tyran de Kigali, Paul Kagame passe ses opposants au Moulinex !

Paul Kagamé, le Boucher de Kigali est connu comme un grand sanguinaire de notre époque, qui demeure jusque là  impuni. Sa grande barbarie en République démocratique du Congo, avec des rébellions et des seigneurs de guerre tutsi: Laurent Nkundabatwaré, Jules Mutebusi, Bosco Ntangana, Makenga... créés de toute pièce par lui et son mentor Yoweri Museveni Kanguta dans le seul but de contrà´ler et de piller les ressources minérales et stratégiques de la République démocratique du Congo. Depuis 1994, le Tyran et Roitelet, Paul Kagame n'a jamais d'un dialogue interwandais avec les Hutu qui composent 90% de la population rwandaise et les 2% de Twa-pygmées qu'il méprise allègrement. Paul Kagamé gouverne le Rwanda avec des méthodes terroristes, dictatoriales et anti-démocratiques !

Victoire Ingabire Umuhoza, Présidente des FDU-Inkingi, purge une peine de 15 ans lui imposée injustement

Madame Ellen Johnson Sirleaf est-elle au courant de toutes les graves violations des droits humains, des droits internationaux voir même de la charte de l'Union africaine que pratique le Tyran et despote sanguinaire Paul Kagamé avec les membres de son gouvernement mono-ethnique tutsi et ses services de répressions à  travers la justice, l'armée, la police et divers services de sécurité et d'intelligence ?

Manifestation contre Paul Kagamé, le Boucher de Kigali

Le non respect des frontières internationales, la politique volontariste d'agression des pays voisins et d'occupations de pays voisins, de pillage des ressources, d'infiltration et de terreur, tel le cas de la République démocratique du Congo depuis 1996 à  nos jours ! Ces méthodes de gouvernance terroriste et dictatoriale demeurent non sanctionner par les instances internationales, le Tyran Paul Kagamé ayant fait du génocide Rwandais un fonds de commerce, il fait chanter tout le monde ! Les matières premières qu'il pille en République démocratique du Congo pour le compte des conquistadors anglo-saxons, lui prémunissent contre des poursuites. Paul Kagame travaille pour ses mentors très puissants !

Sa mère, Diane Rwigara et sa sœ“ur

Une grande déception dans la communauté congolaise et inquiétude des pan-africanistes face à  la mascarade de la remise du prix de la bonne gouvernance à  Ellen Johnson Sirleaf une femme icone, dans un pays où l femme politique est maltraitée, violée et emprisonnée illégalement. Les femmes du Rwanda subissent des traitements inhumains, la population du Rwanda et de l'Est de la République démocratique du Congo subissent les affres du Tyran Paul Kagamé et sa soldatesque ! Séquestrations quotidiennes de l'opposition, bà¢illonnement et musellement de la presse et des journalistes,l'interdiction des manifestations publiques...Le Rwanda de Paul Kagamé est un Etat voyou qui excelle en receleur des ressources minières et stratégiques de la République démocratique du Congo!

Paul Kagamé, Hitler Africain

Le Rwanda est-il un pays de bonne gouvernance ? Pays qui torture des femmes opposantes politiques, qui ont osé candidater comme présidente de la République contre Paul Kagamé, le Tyran sanguinaire de Kigali ? Mme Victoire Ingabire Umuhoza, Présidente des FDU-Inkingi, purge une peine de 15 ans lui imposée injustement. L`arrêt prononcé le 24 novembre 2017 par la Cour Africaine des droits de l`homme et des peuples dans l`Affaire n°003/2014 Victoire Ingabire contre la République du Rwanda a établi qu`elle avait été lésée dans ses droits. Melle Diane Shima Rwigara est actuellement en prison pour des chefs d`accusation qui changent au fils des jours. Elle n'y séjourne pas seule, elle est avec sa sœ“ur et sa mère. Victoire Ingabire et Diane Rwigara, les deux femmes sont victimes du crime de `` lèse-majesté » pour avoir eu le courage de déclarer qu`elles voulaient affronter le dictateur sanguinaire Paul Kagame aux élections présidentielles.

On croyait qu`au Rwanda, les institutions et les lois liberticides avaient atteint le fond et qu`il était inimaginable que le régime rwandais plombe encore l`espace politique. Eh bien, non, la dictature rwandaise ne connaît pas de fond. Les interdictions faites aux partis politiques (articles 20 à  39) reposent sur des critères aussi imprécis que flous tels que : actes divisionnistes, informations pouvant inciter à  la division, actes prêtant main forte à  l`ennemi, dire la vérité pendant la campagne électorale, éviter des faux contentieux, ternir l`image du Rwanda, déclarations pouvant entraîner toute sorte de discrimination et de division, actes pouvant provoquer la guerre, avoir l`idéologie génocidaire, et cà¦tera. C`est dire que pour n`importe quoi, une formation politique peut se trouver injustement sanctionnée, suspendue ou tout simplement interdite. Alors que les conditions d`enregistrement des articles 9, 10 et 11 de la loi peuvent être remplies, un parti peut se voir refuser l`agréation de manière arbitraire sans qu`il puisse recourir contre la décision de l`Office de la gouvernance. Ajouter à  cela que ce dernier n`a pas l`obligation de justifier sa décision.

Pour ceux qui connaissent la politique de terre brà»lée de Tyran Paul Kagamé dans la région des Grands-Lacs sont étonnés que Madame Ellen Johnson Sirleaf se soit fait piéger avec consentement ou non ?

Lauréate Ellen Johnson Sirleaf du prix Mo Ibrahim 2017

LETTRE OUVERTE

A l`attention de Monsieur BUSINGYE Johnston

Ministre de la Justice du Rwanda

KIGALI

Objet : Demande de libération de Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA, Présidente des FDU INKINGI, prisonnière politique

N/REF20180103001/CAJDH/0076

Monsieur le Ministre,

Les Forces Démocratiques Unifiées ( FDU-Inkingi) font référence à  l`arrêt prononcé le 24 novembre 2017 par la Cour Africaine des droits de l`homme et des peuples dans l`Affaire n°003/2014 Victoire Ingabire contre la République du Rwanda.

Madame Victoire Ingabire Umuhoza avait déposé le 3 octobre 2014 une requête introductive d`instance devant la Cour Africaine des droits de l`Homme et des Peuples contre la République du Rwanda ; l`affaire est enregistrée sous le numéro 003/2014.

La Cour Africaine des Droits de l`Homme et des Peuples a été saisie par madame Victoire Ingabire Umuhoza en vertu de l`article 26 du Règlement de la Cour, de l`art.5 et de l`art.34(6) du Protocole de la Charte Africaine des Droits de l`Homme et des Peuples portant création de la Cour.

La Cour Africaine des droits de l`homme et des peuples prononça le verdict dans l`arrêt n° 003/2014 du 24 novembre 2017.

Dans les dispositifs de l`arrêt, nous lisons :

Au paragraphe 149, la Cour africaine dispose qu`il lui incombe d`examiner la nature de l`opinion qui aurait été exprimée par la Requérante et de déterminer si une telle expression justifiait sa condamnation et son emprisonnement et si cette mesure était proportionnelle aux circonstances.

Au paragraphe 153, la Cour africaine relève qu`il ressort du jugement de la Haute Cour, prononcé le 30 octobre 2012, que la déclaration faite par la requérante a été interprétée de la manière suivante :

`` Par exemple, ce mémorial, il fait référence seulement aux victimes du génocide contre les Tutsi. Il y a pourtant une autre histoire concernant les crimes contre l`humanité commis envers les Hutu. Les Hutu qui ont perdu leurs êtres chers souffrent eux aussi ; ils pensent à  ces êtres chers qui ont péri et se demandent : `` Quand est-ce que nos morts seront eux aussi commémorés ? »[1]

Tandis qu`au paragraphe 154, la Cour africaine relève enfin qu`il ressort de l`arrêt de la Cour Suprême, prononcé le 13 décembre 2013, que la déclaration de Madame Victoire Ingabire Umuhoza a été interprétée comme il suit :

`` Par exemple, ce Mémorial a été dédié aux personnes qui ont été tuées pendant le génocide contre les Tutsi ; mais il y a un autre aspect du génocide : celui commis contre les Hutu. Ils ont également souffert : ils ont perdu leurs proches et ils demandent aussi : `` Quand notre heure viendra-t-elle ? »[2]

La Cour africaine constate au paragraphe 156 de l`arrêt, que les versions du discours de la Requérante telles que citées par la Haute Cour et la Cour Suprême sont en contradiction l`une avec l`autre...

En effet, alors que la version du discours, comme indiqué par la Cour Suprême, parle `` d`un autre cà´té du génocide : celui commis contre les Hutu », la version du discours, reprise par la Haute Cour, parle de `` Hutu comme étant `` victimes de crimes contre l`humanité et des crimes de guerre ».

La Cour africaine tranche l`Affaire 003/2014, en disant que rien dans les déclarations faites par la Requérante ne nie ou minimise le génocide commis contre les Tutsi ou le laisse entendre (Par. 158 in fine).

La Cour africaine conclue que la déclaration de culpabilité et la peine prononcées contre la Requérante pour avoir fait ces déclarations au Mémorial du génocide de Kigali et à  d`autres occasions n`étaient pas nécessaires dans une société démocratique (par. 162 al.1 de l`arrêt).

LA COUR statue ainsi à  l`unanimité:

Dit que l`Etat défendeur a violé l`article 7(1) (c) de la Charte africaine des droits de l`homme et des peuples, en ce qui concerne les irrégularités de procédure qui ont affecté le droit de la défense, énumérées au paragraphe 98[3]de l`arrêt ;

Dit que l`Etat défendeur a violé les articles 9 (2) de la Charte des droits de l`homme et des peuples et 19 du Pacte international des droits civils et politiques en ce qui concerne le droit à  la liberté d`opinion et d`expression ;

Ordonne à  l`Etat défendeur de prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir la Requérante dans ses droits et faire rapport à  la Cour dans un délai de six (6) mois sur les mesures prises ;

1. De la violation du droit de la défense :

Au point (viii) des motifs de l`arrêt, la Cour africaine statue que l`Etat défendeur a violé les droits de la défense de Madame Victoire Ingabire Umuhoza suite aux difficultés imposées à  son conseil au cours de l`interrogatoire des témoins à  charge et suite aux menaces et intimidations qu`il a fait subir au témoin à  décharge.

De même, l`Etat défendeur a utilisé contre Madame Ingabire des documents saisis lors de la fouille de la prison sans lui donner la possibilité de les examiner. Cela va à  l`encontre des normes internationales relatives aux droits de la défense. D`où l`article 7(1) (c) de la Charte africaine des droits de l`homme et des peuples a été violé.

2. De la violation du droit à  la liberté d`opinion et d`expression :

Au point (ix) des motifs de l`arrêt, la Cour africaine statue que l`Etat défendeur a violé le droit de Madame Victoire Ingabire Umuhoza à  la liberté d`opinion et d`expression, s`agissant de son discours de Gisozi.

De ce qui précède, il ressort donc que Madame Ingabire a été acquittée par la Cour des crimes qui, à  tort, lui avaient été imputés.

Monsieur le ministre,

Il est clair, au vu de ce jugement, que le discours prononcé par madame Ingabire Umuhoza, qui a été incriminé et qui a déclenché la procédure de jugement et d`emprisonnement, n`est nullement un crime aux yeux de la CADHP et ne devrait pas l`être aussi en droit rwandais.

La cour relève aussi d`autres irrégularités qui ont entaché le jugement devant les tribunaux rwandais. Il demande en conséquence que votre gouvernement prenne des mesures concrètes pour rétablir madame Victoire Ingabire dans ses droits.

Après 8 ans de détention dans des conditions fort éprouvantes, la seule réparation valable est la libération immédiate, assortie d`une réhabilitation auprès d`une certaine section de l`opinion publique, qui a été intoxiquée par le lynchage médiatique dont a été victime la requérante de la part des médias pro gouvernementaux.

Les FDU INKINGI s`adressent dès lors à  vous en tant que gardien du respect de la loi, afin que cette libération intervienne sans tarder.

Comptant sur votre diligence, nous vous prions d`agréer, Monsieur le Ministre, l`assurance de notre considération distinguée.

Bruxelles, le 24 janvier 2018

FDU INKINGI

Joseph BUKEYE

Deuxième Vice-Président

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 28 avril 2018

Tout chemin mène-t-il au Rwanda, chez Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali ?

Paul Kagame, le roitelet de Kigali

Tyran un jour, tyran toujours ! Paul kagamé est le Tippo Tip qui sévit en toute impunité dans les pays des Grands Lacs. Le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali est commissionné par des conquistadors anglo-saxons, qui ont besoin des ressources minières. Ils lui fournissent des armes, Paul Kagamé en bon seigneur de guerre, fout la pagaille: tue, viole, vole, assassine des Congolais...le plus important est qu'il rapporte plus des minerais. Ne pouvant pas tout faire tout seul, Paul Kagamé le Tippo Tip, crée des rébellions à  l'Est de la République démocratique du Congo pour mieux piller ses ressources, au nom de ses parrains conquistadors.

Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali

Le Rwanda est même coté en bourse comme le premier exportateur du Coltan, minerais qui ne se trouve pas dans son sous-sol. Cela ne choque personne ! Les conquistadors anglo-saxons ne respectent ni peuples ni frontières. Ils ont besoin des matières premières. Et Paul Kagamé est leur Kapita en Afrique centrale. Les Ong des droits de l'homme ont bon hurlé...le rapport 2017 sur les droits de l'homme du département d'État américain a été publié le 20 avril 2018. Le rapport décrit le Rwanda de Paul Kagame comme un endroit effrayant. Le Rwanda est décrit comme un pays qui ne respecte pas le strict minimum de la décence humaine. Le Rwanda est décrit comme un pays qui ne respecte pas le strict minimum de la décence humaine.

Bill Clinton et Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali

L'environnement global rwandais est un pur enfer ! Les questions les plus importantes concernant les droits de l'homme sont les suivantes: "les exécutions arbitraires et les disparitions politiques des forces de sécurité; la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par les forces de sécurité; conditions pénibles et pénibles dans les prisons et les centres de détention; arrestation arbitraire; le mépris des forces de sécurité à  l'égard de la primauté du droit; détention provisoire prolongée; atteinte aux droits des citoyens à  la vie privée et à  la liberté de parole, de réunion et d'association; restrictions et harcèlement des médias et de certaines organisations non gouvernementales (ONG) locales et internationales; les restrictions à  la liberté de participer au processus politique et la capacité de changer de gouvernement grà¢ce à  des élections libres et équitables; le harcèlement, l'arrestation et l'abus d'opposants politiques, de défenseurs des droits de la personne et de personnes perçues comme une menace au contrà´le de l'ordre social par le gouvernement; la traite des personnes; et les restrictions sur les droits du travail".

Tonny Blair et Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali !

Au Rwanda, c'est l'impunité et traitement spécial pour le régime du FPR de Paul Kagame, le tyran de Kigali. Le régime sanguinaire et tyrannique est autorisé à  user de tous les moyens, même contraires à  l`éthique des Nations-Unies, pour asseoir son pouvoir dictatorial. Les puissances mondiales ferment les yeux sur les innombrables crimes contre l`humanité et crimes contre la paix dans la région des Grands-Lacs, toujours à  cause de leur culpabilisation pour avoir souhaité, permis et favorisé la catastrophe au Rwanda. En retour, le tyran-dictateur, Paul Kagame qui incarne le régime autocratique, prend plaisir à  faire chanter ces puissances, soit pour leur exiger de lui verser des aides sans conditions, soit pour leur faire taire quand elles commencent à  s`inquiéter de ses crimes impunis et de la nature dictatoriale de son régime.

Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali !

Rappelez-vous qu'à  travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers pour un temps, qui semblèrent invincibles. Mais à  la fin, ils sont toujours tombés. Toujours...! disait Ghandi. Et la seule chose qu'un dictateur ne peut pas dicter, c'est la vérité dit-on.

Augusto Pinochet, Tyran et dictateur chilien, qui avait réussi à  échapper aux juridictions internationales, a été vaincu par ce qu'il connaissait le moins : le cœ“ur. Arrivé au pouvoir avec l'aide des États-Unis, balayant avec les tanks et l'aviation le gouvernement d'Union populaire dirigé par Salvador Allende, un certain 11 septembre 1973, assassinant les dirigeants de la gauche chilienne, les syndicalistes, les militants des droits de l'homme, Pinochet s'était installé dans la longue tradition de l'extrême droite sud-américaine, faisant régner l'ordre noir sur le cà´ne latin. à€ ses frontières il n'avait que des amis, adeptes de la jugulaire et de l'uniforme, tous, au-delà  d'un discours nationaliste surtout axé contre les Indiens et tout ce qui pouvait représenter une remise en cause de l'ordre impérial des gringos.

Bachar Al-Assad, le tyran de Damas a rendu la plus haute décoration française. Le président syrien avait été décoré par Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à  son père Hafez al-Assad à  la tête du pays. La décision de rendre la légion d'honneur a été prise après "la participation de la France à  l'agression tripartite aux cà´tés des Etats-Unis et du Royaume-Uni contre la Syrie le 14 avril", ajoute le communiqué. "Il n'est point d'honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (...) des Etats-Unis qui soutient les terroristes", indique encore la présidence.

Nicolae Ceausescu, le Tyran et dictateur roumain surnommé `` le génie des Carpates » quitte précipitamment la Roumanie devant la vague révolutionnaire qui déferle sur son pays depuis mois d`une semaine. Au même moment les `` révolutionnaires » s`emparent de la télévision roumaine. Le 16 décembre 1989, les habitants de Timisoara s`étaient soulevés contre l`arrestation du pasteur Lazlo Toekes défenseur des droits des minorités hongroises. Le 21 décembre 1989, une manifestation d`ouvriers a conspué le régime dictatorial devant le siège du PC à  Bucarest. Les époux Ceausescu seront vite arrêtés sur le chemin de l`aéroport de Pitesti et fusillés après un simulacre de procès le 26 décembre 1989. Nicolae et Elena seront reconnus coupables de génocide et de détournement de fonds. Les événements de Roumanie seront les premiers à  être intégralement retransmis par la télévision.

Après avoir dirigé l'Irak par la terreur pendant plus de trente ans, Saddam Hussein a été exécuté par pendaison, samedi 30 décembre 2006, à  l'issue d'un procès bà¢clé. Le 22 septembre 1980, débutait la guerre entre l`Iran et l`Irak. Cette guerre, qui durera huit ans et fera environ 800 000 morts, est déclenchée par Saddam Hussein. Cette attaque est motivée par deux raisons : le tracé de la frontière entre l`Irak et l`Iran et la menace que représente l`Iran pour l`Irak. La guerre entre l`Iran et l`Irak est déclenchée dans le contexte immédiat de l`opposition de Saddam Hussein aux chiites d`Irak, soutenus par l`Iran. Ce soutien fait craindre à  Saddam Hussein une contagion de la Révolution islamique à  l`Irak. Saddam Hussein estime que l`Iran est affaibli sur le plan militaire en raison de la révolution islamique de 1979, et que la guerre n`en sera que plus rapide et limitée. En réalité, l`attaque de l`Irak galvanise la population iranienne, qui s`engage dans l`armée. Saddam Hussein doit ainsi réviser ses prévisions de succès rapide, d`autant plus que la guerre s`enlise.

Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali !

Seigneur de guerre, bon receleur, qui a fait du Rwanda pays receleur des ressources pillées de la République démocratique du Congo dont les multinationales anglo-saxonnes sont friandes, Paul Kagamé, Hitler Africain et tyran de Kigali est récompensé avec l'annonce du prochain sommet de Commonwealth en 2020 à  Kigali. Le constat est macabre mais les portes des maîtres du monde sont ouvertes au génocidaire et tyran Paul Kagame pour services rendus. Tonny Blair, l'ancien Premier ministre Britannique et ses conquistadors lobbyistes ont fait très fort. Conseiller politique de Paul Kagamé, le cabinet de conseil privé appelé "Tony Blair Associates", dont les clients incluent des monarques et autocrates controversés comme le président du Kazakhstan, Nursultan A. Nazarbayev. La République démocratique du Congo est victime de ses ressources. Paul Kagamé est un Tippo Tip pour mieux piller des ressources de la République démocratique du Congo.

Depuis 1994, Paul Kagamé est tyran au Rwanda, il mène une guerre d'intensité au Congo: il pille, vol, viol, assassine...à  son compteur plus de 13 millions de morts. Le Rwanda est un pays qui doit son existence sur la culture des mensonges et de la manipulation, le peuple Rwandais développe des symptà´mes de la méfiance à  tous, il voit des ennemis partout jusqu'à  douter même de son propre existence.

Le coltan se trouve en quantités commerciales en Afrique centrale,notamment en République démocratique du Congo dont la région du Kivu détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales, ainsi qu`en Australie, au Brésil, au Canada, en Espagne et en Chine…Le coltan est au cœ“ur de la guerre en République démocratique du Congo, l`un des conflits les plus meurtriers depuis la Seconde Guerre mondiale avec plus de 13 millions de morts. Un rapport d`experts présenté en 2001 au Conseil de sécurité de l`ONU dénonce les grandes quantités de ce minerai illégalement extraites du sol de la République démocratique du Congo et transportées en contrebande, en accord avec des entrepreneurs occidentaux, par les armées du Rwanda, l`Ouganda, du Burundi et de la RDC qui occupaient la Province Orientale et la région du Kivu, à  l`est du pays.

Les statistiques de la BNR (Banque Nationale du Rwanda) montrent que pour le seul Coltan, les recettes enregistrées sont de l`ordre de 134.5 millions de dollars au moment où tous les minerais exportés ont réalisé une somme de 226.2 millions de dollars.

Le Rwanda a l`objectif de réaliser 400 millions de dollars de recettes provenant des minerais exportés pour 2017 et de créer des 600 mille emplois y relatifs. L`activité minière au Rwanda occupe la deuxième place des recettes en devises fortes après le secteur du Tourisme.

On ne peut pas s`étonner que les budgets de certains minuscules pays soient plus volumineux, plus consistants que celui de la République démocratique du Congo, évalué à  peine à  9 milliards de dollars Us.

Et si aujourd`hui le Rwanda peut dire qu`il est premier exportateur de coltan, c`est parce qu`il a pendant longtemps profité d`une situation qu`il a lui-même créée. Nul n`est besoin d`expliquer aujourd`hui que le Rwanda est à  la base du pillage des ressources naturelles de la République démocratique du Congo à  travers différents mouvements rebelles créés de toutes pièces. Dans ces conditions, c`est tout à  fait normal que même un pays qui ne produit pas du coltan puisse facilement devenir un grand exportateur. En plus, le Rwanda bénéficie des frontières qui sont quelque peu poreuses. Ceci permet à  tout vendeur ambulant d`embarquer ses minerais, afin de les vendre à  meilleur prix au Rwanda. Fait qui fait échapper beaucoup d`argent tant à  la province qu`au pays tout entier.

Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali !

Voici la liste des 85 multinationales mises en cause par l`ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à  l`Est, dans un rapport de 2003. Malgré ce rapport, l`ONU n`avait pris aucune sanction et n`avait pas fait appliquée l`embargo préconisé.

1. AFRICAN TRADING CORPORATION Sarl, Afrique du Sud

2. AFRIMEX, Royaume-Uni

3. AHMAD DIAMOND CORPORATION, Belgique

4. A.H. PONG & Sons, Afrique du Sud

5. A. KNIGHT INTERNATIONAL Ltd, Royaume-Uni

6. A & M MINERALS and METALS Ltd, Royaume-Uni

7. ALEX STEWART Ltd (Assayers), Royaume-Uni

8. AMALGAMATED METAL CORPORATION Plc, Royaume-Uni

9. AMERICA MINERAL FIELDS (AMFI), USA

10. ANGLO AMERICAN Plc, Royaume-Uni

11. ANGLOVAAL MINING Ltd, Afrique du Sud

12. ARCTIC INVESTMENT, Royaume-Uni

13. ASA DIAM, Belgique

14. ASA INTERNATIONAL, Belgique

15. ASHANTI GOLDFIELDS, Ghana

16. AVIENT AIR, Zimbabwe

17. BANRO CORPORATION, Afrique du Sud

18. BARCLAYS BANK, Royaume-Uni

19. BAYER A.G., Allemagne

20. B.B.L. Banking, Belgique

21. BELGOLAISE, Belgique

22. CABOT CORPORATION, USA

23. CARSON PRODUCTS, Afrique du Sud

24. CHEMIE PHARMACIE NETHERLANDS, Hollande

25. COGECOM, Belgique

26. C. STEINWEG NV, Belgique

27. DARA FOREST, Thailand

28. DAS AIR, Royaume-Uni

29. DE BEERS, Royaume-Uni

30. DIAGEM BVBA, Belgique

31. EAGLE WINGS RESOURCES INTERNATIONAL, USA

32. ECHOGEM, Belgique

33. EGIMEX, Belgique

34. ENTREPRISE GENERALE MALTA FORREST, RD Congo

35. EUROMET, Royaume-Uni

36. FINCONCORD SA, Suisse

37. FINMINING, Saint Kitts

38. FIRST QUANTUM MINERALS, Canada

39. FLASHES OF COLOR, USA

40. FORTIS, Belgique

41. GEORGE FORREST INTERNATIONAL AFRIQUE, RD Congo

42. HARAMBEE MINING CORPORATION, Canada

43. H.C. STARCK GmbH & Co KG, Allemagne

44. IBRYV AND ASSOCIATES LLC, Swiss

45. INTERNATIONAL PANORAMA RESOURCES Corp, Canada

46. ISCOR, Afrique du Sud

47. JEWEL IMPEX Bvba, Belgique

48. KABABANKOLA MINING COMPANY, Zimbabwe

49. KEMET ELECTRONICS CORPORATION, USA

50. KHA International AG, Allemagne

51. KINROSS GOLD CORPORATION, USA

52. K & N, Belgique

53. KOMAL GEMS NV, Belgique

54. LUNDIN GROUP, Bermuda

55. MALAYSIAN SMELTING CORPORATION, Malaysie

56. MASINGIRO GmbH, Allemagne

57. MELKIOR RESOURCES Inc, Canada

58. MERCANTILLE CC, South Africa

59. MINERAL AFRIKA Limited, Royaume-Uni

60. NAC KAZATOMPROM, Kazakhstan

61. NAMI GEMS, Belgique

62. NINGXIA NON-FERROUS METALS SMELTER, Chine

63. OM GROUP Inc, USA

64. OPERATION SOVEREIGN LEGITIMACY (OSLEG) Pvt Ltd, Zimbabwe

65. ORION MINING Inc., Afrique du Sud

66. PACIFIC ORES METALS AND CHEMICALS Ltd, Hong Kong

67. RAREMET Ltd, Saint Kitts

68. SARACEN, Afrique du Sud

69, SDV TRANSINTRA, France

70. SIERRA GEM DIAMONDS, Belgique

71. SLC GERMANY GmbH, Germany

72. SOGEM, Belgique

73. SPECIALITY METALS COMPANY SA, Belgique

74. STANDARD CHARTERED BANK, U.A.E.

75. SWANEPOEL, South Africa

76. TENKE MINING CORPORATION, Canada

77. THORNTREE INDUSTRIES (Pvt) Ltd, Zimbabwe

78. TRACK STAR TRADING 151 (Pty) Ltd, Afrique du Sud

79. TRADEMET SA, Belgique

80. TREMALT Ltd, Belgique

81. TRINITECH INTERNATIONAL Inc, USA

82. TRIPLE A DIAMONDS, Belgique

83. UMICORE, Belgique

84. VISHAY SPRAGUE, USA et Israà«l

85. ZINCOR, Afrique du Sud

Paul Kagamé le Roitelet, Tyran et Boucher de Kigali !

Des conquistadors et pratiques illicites anciennes

La République démocratique du Congo est dotée d'une abondance de ressources minérales rares du nord-est au sud-est du pays (coltan, diamants, or, cuivre, cobalt, zinc, manganèse…), de ressources forestières et de faune (gorilles, okapis…) très riches et de vastes sols fertiles propres à  l'agriculture (café, tabac, thé…).

Depuis longtemps, bien avant le conflit de 1998, de telles richesses naturelles ont fait l'objet de troc, de contrebande et de trafic enrichissant la classe dirigeante de l'ex-Zaïre. Elles ont toujours exacerbé les convoitises des pays voisins de la RDC, notamment le Rwanda et l'Ouganda.

Elles expliquent l'occupation des provinces dans l'est du pays par les troupes rwandaises et ougandaises entre 1996 et 2002, durant le conflit. Ainsi que les luttes fratricides entre le Rwanda et l'Ouganda sur le sol congolais.

`` L'histoire de la République démocratique du Congo n'est que la longue suite de déprédations dont ses richesses naturelles et son capital humain ont fait l'objet, quels qu'aient été le régime politique ou le gouvernement en place. Cette exploitation, le plus souvent appuyée par la force brutale, avait pour but l'enrichissement de quelques-uns. Alors que les précieuses ressources du pays étaient pillées ou allaient à  vau-l'eau, une économie informelle faite de troc, de contrebande et de trafic de matières premières, s'est mise à  prospérer jusqu'à  devenir l'unique moyen de subsistance de la plus grande partie de la population. Cette économie a renforcé les liens ethniques et claniques et les structures coloniales entre les provinces du Kivu et les États voisins, comme le Burundi et le Rwanda, ou le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie. Des réseaux analogues d'échanges informels unissent étroitement la province du Katanga à  la Zambie et à  l'Angola. C'est ainsi qu'un pays vanté pour l'abondance de ses richesses naturelles s'est retrouvé au début des années 90 dans les rangs des États les plus pauvres et les plus endettés.»

L'exploitation illégale des ressources du pays par des étrangers avec la participation des Congolais a commencé avec le premier conflit en 1996. Au fur et à  mesure de la progression des rebelles de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL) dans les régions est et sud-est du Zaïre, appuyés par les armées rwandaises et ougandaises, leur chef Laurent-Désiré Kabila, a signé des contrats avec un certain nombre de sociétés étrangères.

C'est le début de la main-mise des Rwandais et des Ougandais sur les ressources naturelles des zones qu'ils contrà´lent.

Mise en place d'une "économie de guerre"

Arrivé au pouvoir en 1997, M'zée Laurent-Désiré Kabila exerce un pouvoir personnel sur les ressources publiques, s'appuyant sur ``les figures familières de la corruption, du clientélisme et de l'impunité». Par la suite, des marchés lucratifs, des concessions minières sont conclus avec l'Angola, la Namibie et le Zimbabwe qui, en contrepartie, fournissent à  la RDC en 1998 un appui militaire dans le conflit. Celui-ci concentre les armées de sept pays africains sur le sol congolais. Au gré des combats et de l'avancée des troupes qui s'élargit et pénètre en profondeur vers les provinces de l'Equateur, du Kasaï et du Katanga, les belligérants se partagent le territoire et l'exploitation de ses richesses naturelles : or diamant, cuivre etc…En deux phases, ils passent du pillage systématique à  un stade méthodique et intensif d'exploitation. Ils mettent en place une véritable "économie de guerre" qui s'autofinance.

Première phase : les zones occupées sont systématiquement dépouillées de tous leurs stocks entre 1998 et 1999 pour financer le conflit `` Les stocks de minéraux, de café, de bois, le bétail et les fonds qui se trouvaient dans les territoires conquis par les armées du Rwanda, de l'Ouganda et du Burundi, ont été enlevés pour être transférés dans ces pays, soit exportés sur les marchés internationaux par les ressortissants de ceux-ci, militaires ou civils. (…) Quelle que soit la nationalité du pilleur, le processus était le même : des troupes rwandaises et-ou des soldats du RCD, ougandaises et burundaises, commandées par un officier, visitaient les fermes, usines et banques, se faisant ouvrir portes et coffres par la direction. Ordre était ensuite donné aux soldats de charger les produits et les biens sur les véhicules de l'armée ».

Deuxième phase : une fois les stocks de ressources épuisés, les Congolais, civils et militaires, et les étrangers (surtout Rwandais, Ougandais, Zimbabwéens alliés de Kabila), passent à  une phase active d'extraction et d'exploitation directe et illégale des ressources. Par exemple, dans le secteur minier, ``l'extraction directe était pratiquée de trois manières, à  savoir : par des soldats pour leur compte personnel ; par des villageois organisés par des commandants rwandais et ougandais ; par des étrangers pour le compte de l'armée ou des commandants ».

En même temps, les pilleurs se livrent à  l'exploitation illégale du système commercial. Dans certains cas, les forces rwandaises et ougandaises et les rebelles congolais ``ont contraint les entreprises locales et certaines entreprises étrangères à  fermer. Les méthodes utilisées variaient, allant du pillage au harcèlement des propriétaires ; l'objectif final était d'obtenir le contrà´le du commerce local, aboutissant à  l'exercice d'un contrà´le sans précédent de l'économie dans les régions est et nord-est du Congo.»

Un pillage organisé de la RDC

Depuis les accords de Pretoria de juillet 2002 entre RDC et Rwanda et les accords de Luanda de septembre 2002 entre RDC et Ouganda, les troupes étrangères se sont retirées progressivement mais elles ont laissé la place vacante à  une prolifération de groupes armés congolais.

`` Le pillage, qui était auparavant le fait des armées, a été remplacé par des systèmes organisés de détournement de fonds, de fraude fiscale, d'extorsions de fonds, d'octroi d'options d'achat d'actions comme dessous-de-table et de détournements de fonds publics sous la direction de groupes assimilables à  des organisations criminelles, (.) qualifiées de réseaux d'élites (.) composés d'un petit noyau de dirigeants politiques et militaires, d'hommes d'affaires (.), de certains chefs rebelles et administrateurs.»

Actuellement, l'exploitation illégale des ressources se poursuit malgré le retrait des troupes étrangères. Par des réseaux structurés et par guérillas interposées, le Rwanda et l'Ouganda conservent leur main-mise sur les richesses naturelles de l'est de la RDC. Ce pillage savamment entretenu représente une manne pour le trafic d'armes dans la région.

D'après les rapports des groupes d'experts au Conseil de sécurité de l'ONU sur l'exploitation illégale des ressources naturelles en RDC. Le commerce des armes financé par le pillage des ressources Par la résolution 1493 du 28 juillet 2003, un embargo de douze mois sur les armes est imposé par le Conseil de sécurité de l'ONU : `` Tous les Etats, y compris la RDC, sont tenus d'empêcher la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects d'armes et de tout matériel connexe, ainsi que la fourniture de toute assistance, de conseils et de formation se rapportant à  des activités militaires, à  tous les groupes armés et milices étrangers et congolais opérant dans le Nord et Sud-Kivu et l'Ituri, et aux groupes qui ne sont pas partie à  l'Accord global et inclusif sur la transition en RDC ».

Malgré cet embargo, renouvelé jusqu'au 31 juillet 2005 par la résolution 1552 du 27 juillet 2004, l'exploitation illicite des ressources naturelles continue à  financer les trafics d'armes, difficiles à  surveiller.

En effet, la porosité, la perméabilité et la permissivité des frontières orientales de la RDC -qui partage 9 000 kms de frontière avec neuf pays voisins- sont autant d'obstacles à  la surveillance des mouvements d'armes et d'autres produits illicites dans le pays, que les fournisseurs soient des marchands d'armes ou des gouvernements étrangers.

La violation généralisée de l'embargo sur les armes met en cause aussi bien le gouvernement congolais que le Rwanda et l'Ouganda. Le trafic continue d'entretenir les micro-conflits dans l'est du pays qui représentent un menace permanente de déstabilisation pour le gouvernement de transition. Source : Rapport du groupe d'experts sur l'application de l'embargo sur les armes, 15 juillet 2004, Conseil de sécurité de l'ONU. La parution d'un autre rapport est prévue pour décembre 2004.

Des parcs nationaux ravagés

Située de part et d'autre de l'équateur, la RDC possède une des plus riches biodiversité de la planète en raison de sa position géographique. Selon l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), ``la biodiversité de la RDC est caractérisée par 11 000 espèces de plantes, 409 espèces de mammifères, 1 086 espèces d'oiseaux, 1 069 espèces de poissons, 152 espèces de serpents.» La faune renferme des espèces uniques et rares, par exemple le chimpanzé nain ou Bonobo, le gorille des montagnes, le rhinocéros blanc du nord, l'okapi. Sur les huit parcs nationaux existant en RDC et classés au patrimoine mondial de l'Unesco, cinq se trouvent dans l'est du pays. Ces derniers ont été inscrits progressivement sur la liste du patrimoine mondial en péril :

Parc national des Virunga en 1994

Parc national de la Garamba en 1996

Parc national de Kahuzi-Biega en 1997

Réserve de faune à  Okapis en 1997

Parc national de la Salonga en 1999

Malheureusement, l'étendue des dégà¢ts écologiques résultant du conflit armé et de l'exploitation illégale des ressources est considérable sur cet environnement exceptionnel.

`` La conjugaison des activités d'exploitation et de la poursuite du conflit a, de fait, éliminé tout contrà´le administratif sur les parcs et conduit à  une militarisation de nombre d'entre eux, notamment des réserves de Virunga, de Kahuzi-Biega et d'Okapi. Ces parcs occupent une position stratégique le long de la frontière orientale de la RDC, et sont régulièrement utilisés comme point de passage par les forces armées pour pénétrer dans l'est du Congo.»

Ils sont aussi le lieu de violents combats entre des forces rebelles locales et des groupes armés qui occupent une partie de ces parcs presque en permanence. Ils se livrent régulièrement à  des activités de braconnage d'éléphants pour le commerce de l'ivoire, de gibier et d'espèces rares, et pillent les ressources forestières. ``Les modes migratoires de nombreuses espèces sauvages ont été considérablement perturbés, ce qui crée des problèmes durables pour ce qui est du repeuplement de certaines zones des parcs ou du maintien de l'équilibre démographique dans d'autres.»

Les populations locales s'installent, ou se réinstallent, également dans les parcs pour assurer leur subsistance grà¢ce à  la pêche, au braconnage et pratiquent un abattage intensif des arbres.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

page 2 de 2 -