Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Tshilombo

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 13 janvier 2023

BenaMpuka "Balkanisation" et "Partage des ressources" : 14 ans après, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba concrétise le rêve de Sarkozy !

BenaMpuka "Balkanisation" et "Partage des ressources" : 14 ans après, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba concrétise le rêve de Sarkozy !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1673585507056.jpg, janv. 2023

Où étaient les prétendus analystes Libosologues, le vendredi 13 février 2009 ? Ils n'étaient pas dans le combat et se cachaient sous les couettes ! 

Nous étions là ! Un après-midi très mouvementé devant l’Assemblée Nationale Française à Paris. 

Plus exactement à la place du Président Édouard Herriot. Près de trois cent  Kongo, surtout des jeunes avaient fait un long sit-in de 14 heures à 18 heures.

FB_IMG_1673585518177.jpg, janv. 2023

Motif de ce rassemblement : réagir contre les propos pince-sans rire du Président français Nicolas Sarkozy à savoir :  "Octroyer au Rwanda de Paul Kagamé, Hitler Noir une portion de notre pays" !  "Le plan Sarkozy pour le Congo" !


Ce calicot blanc avec ses écritures en couleurs, personne ne l'a oublié :

NON SARKOZY

CONGO NE SERVIRA PAS DE DOT AUX NONCES FRANCO-RWANDAISE !


Mis à part part les innombrables calicots et panneaux, on était frappé par le grand nombre de drapeaux congolais  brandis : une vingtaine au moins.

FB_IMG_1673585513413.jpg, janv. 2023

Il faisait très froid, les doigts et les pieds gèlaient presque. Et pour se réchauffer et chauffer l’ambiance, les jeunes gens animent véritablement, courant reculant, provoquant un peu les agents de l’ordre, et même les propres services de sécurité interne.

FB_IMG_1673585522632.jpg, janv. 2023

"Kabila tovandi na ye, mbula na mbula…" 

"Non au plan Sarkozy." 

"Mbul’oyo, biso na Sarkozy Tembe." Cette année, Sarkozy et nous, c’est la bagarre sans merci.

FB_IMG_1673585526795.jpg, janv. 2023

14 ans après, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a vendu le Kongo. Honoré Ngbanda n'avait-il pas raison de demander le plaquage au sol de "Félix Muana Mboka Ya Moyibi"? 

Les Talibans, Tribalo-ethniques, tribaux, tribalistes et tribalisés peuvent toujours continuer à scander "Mabundi-Matshafu béton", Kongo est balkanisé avec la zone tampon de l'EAC !


Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 10 janvier 2023

BenaMpuka ÉLECTION 2023 : RENDEZ-VOUS À LA MANGEOIRE POUR DES MANGERISTES, PROFITO-SITUATIONNISTES ET FAUX RÉSISTANTS !

BenaMpuka ÉLECTION 2023 : RENDEZ-VOUS À LA MANGEOIRE POUR DES MANGERISTES, PROFITO-SITUATIONNISTES, FAUX RÉSISTANTS !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1673368510197.jpg, janv. 2023

Incroyable, quel peuple inconscient ? De pseudo-patriotes et faux résistants sont prêts à aller au KONGO participer au quatrième hold-up électoral orchestré par le régime tribal, tribaliste et tribalisé de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et sa bande des Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados !

Ces individus veulent poignarder la lutte de Libération en s'invitant à la table des prédateurs.

Le régime tribal, tribaliste et tribalisé de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est entrain de piéger le peuple KONGO ! Ce régime tient coûte que coûte à confisquer le pouvoir par des manœuvres dilatoires et le voilà qui n'hésite pas à poser un appât à qui veut mordre.

Pseudo-patriotes et faux résistants se donnent pour mission de piétiner la valeur constance pour entrer dans la danse des politicailleurs et ventriotes médiocres.

Ils sont appâtés par le gain, alléchés par l'odeur des avantages et privilèges que procure cette organisation mafieuse. Ils ont reçu la promesse ferme de devenir des députés godillots, ce club des corrompus ayant comme sanctuaire le palais du peuple.

Ceux qui dans la diaspora vont aller au KONGO pour cautionner la parodie d' élections que prépare Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et sa bande des Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados en s'allignant  en ordre de bataille: 

1. Ils vont cautionner la forfaiture;

2. Ils sont des complices ; 

3. Ils sont des mangeristes à la mangeoire du système;

4. Ils ont trahi la lutte de Libération ;

5. Ils ont  craché sur la mémoire de 16 millions des morts, que Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a qualifié à Kigali, qu'ils sont des "Effets collatéraux"!

Qu'est-ce qui a changé entre l'élection Louis Michel 2006 ? L'élection Bokende Kolala Pongi Ya Ba Bébés de 2011 ? L'élection du 30 décembre 2018, où Martin Fayulu a gagné avec 62,7%, mais Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, Monsieur 15% a fait un odieux deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une Nomination électorale !

Fortunat Biselele, le MAFIEUX conseiller privé de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba vient de le déclarer que le Kongo a abandonné sa souveraineté sur ses ressources et minerais au rwanda qui a un carnet d'adresses.

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 7 décembre 2022

BenaMpuka : KONGO N'A PAS BESOIN D'UNE UNION POPULAIRE POUR SAUVER TSHILOMBO ET SA BANDE DES FAKWA !

BenaMpuka : KONGO N'A PAS BESOIN D'UNE UNION POPULAIRE POUR SAUVER TSHILOMBO ET SA BANDE DES FAKWA ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1670401119503.jpg, déc. 2022
fbtmdn


TRÈS CHER Pâris Baletula Diambanza, AVEC TOUT LE RESPECT NE DÉSORIENTE NOTRE PEUPLE.

SI LE KONGO BRÛLE C'EST À CAUSE D'ANGWALIMA TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA QUI EST ALLÉ NUITAMMENT SIGNÉ UN DEAL AVEC ALIAS KABILA, CONTRE LE PEUPLE KONGO, AVEC SES 15% POUR ÊTRE NOMMÉ PRÉSIDENT !

INTELLO ET VIVANT EN FRANCE, TU SAIS QUE LA LÉGITIMITÉ VIENT DU SOUVERAIN PRIMAIRE. OR TSHILOMBO A BAFOUÉ LA SOUVERAINETÉ DE NOTRE PEUPLE. IMPOSTEUR, USURPATEUR, TRAITRE ET COLLABO, IL EST LE GRAND VOLEUR DE NOTRE DESTIN.

L'ANCIEN PIZZAIOLO EST UN ENFARINEUR PATENTÉ QUI A FAIT TROP DU MAL AU PAYS.

N'EST-CE PAS LUI QUI A FAIT APPLAUDIR PAUL KAGAMÉ, BOURREAU DE NOTRE PEUPLE AU STADE DES MARTYRS ? N'EST-CE PAS TSHINTUNTU QUI A SIGNÉ À KIGALI QUE LES KONGO SONT MORTS PAR "EFFETS COLLATÉRAUX"? POUR LUI, LES 16 MILLIONS DES MORTS LES SONT POUR RIEN !

L'UNION POPULAIRE POUR SAUVEUR UN JOUISSEUR CORROMPU À LA TÊTE DE L'ÈTAT ?

L'UNION POPULAIRE TSHANGA TSHANGA AVEC DES IMPOSTEURS, FAKWA, CHECKULEURS, FRAPPEURS, BALLADOS QUI PUENT L'OIGNON AVEC UN PEUPLE PAUPÉRISÉ ET CLOCHARDISÉ ?

L'UNION POPULAIRE AVEC UN TRIBAL AVEC SES NOMINATIONS TRIBALES ET TRIBALISÈES ?

N'OUBLIE PAS PÂRIS, CE SONT DES PSEUDO-INTELLOS SANS ENGAGEMENTS RÉELS QUI ONT TUÉ LE PAYS, À FORCE DE VOULOIR SE RETROUVER DANS LA MANGEOIRE DE LA POLITICAILLERIE.

LES PROFITO-SITUATIONNISTES ONT CONTRIBUÉ À ENFONCER LE PAYS DANS UN PUITS SANS FOND !

L'HEURE N'EST PLUS À L'UNION POPULAIRE POUR SAUVER LA TÊTE ET LE VENTRE D'ANGWALIMA TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA, LE MARÉCHAL PÉTAIN !

LES VRAIS PATRIOTES KONGO EXISTENT ! C'EST AVEC EUX QU'IL FAUT BÂTIR LE KONGO YA SIKA, KONGO DIA NTOTILA.

ANGWALIMA TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA EST LE PROBLÈME DU KONGO. ON NE PEUT PAS RÉSOUDRE LE PROBLÈME AVEC CEUX QUI ONT CAUSÉ LE PROBLÈME !

SI TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA AIMAIT LE KONGO, APRÈS SA PRESTATION DES SERMENTS, IL ALLÉ RENCONTRÉ LES POLITIQUES, LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LA DIASPORA LEUR DISANT LA VÉRITÉ SUR SON DEAL ET LEUR DEMANDANT EXPRESSÉMENT QUE SON POUVOIR ACQUIS FRAUDELEUSEMENT EST POUR CHASSER LES ENVAHISSEURS-OCCUPANTS. IL AURAIT LE SOUTIEN POPULAIRE QU'IL RECHERCHE AUJOURD'HUI.

BUKALENGA BUETU, LES TALIBANS, TRIBALO-ETHNIQUES, TRIBAUX, TRIBALISTES ET TRIBALISÉS SE SONT MIS À INSULTER LE SEXE DES MAMANS DE TOUT LE MONDE. TSHILOMBO N'A JAMAIS LEVÉ SON PETIT DOIGT POUR DIRE STOP ! LUI-MÊME A EMBOÎTÉ LE PAS À SES TALIBANS POUR INJURIER LES FILS ET FILLES KONGO DE LA DIASPORA QU'ILS SONT DES BA COMBAT NTABA, BA NYANGALAKATA, BA NDOKI !

C'EST QUAND MÊME BIZARRE QU'UN PRÉSIDENT VOLE SON PEUPLE AVEC "RAM"!


N'EST-CE PAS ENCORE BIZARRE QU'UN FAMEUX JOUISSEUR MOYIBICRATE PUISSE CLAMER TOUT HAUT : "KONGO EZALI MBOKA ESI EKUFA".

FAIRE UNE UNION POPULAIRE AVEC LES BAKUFA KALA, N'EST-CE PAS LE COMBLE ? 


Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 26 novembre 2022

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba nomme ses bourgmestres !

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba nomme ses bourgmestres !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1669464456579.jpg, nov. 2022

Arrivée au pouvoir par un odieux deal avec Alias Kabila contre le peuple Kongo... L'agent Balkanisateur, l'imposteur-usurpateur, le Grand Traître-Collabo, le bourricot-Kizengi continue son tour de manège dans la préparation des élections frauduleuses et boutiquées.

Pourquoi Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba doit-il nommer ses bourgmestres à une année de l'élection présidentielle ?

Dans un état de droit, un bourgmestre est élu pour qu'il soit redevable à ses administrés !

Lorsqu'un faussaire-fossoyeur réussit son premier coup du hold-up électoral du siècle, Monsieur 15% s'est fait nommer, il faut le neutraliser, le mettre hors d'état de nuire à l'Ètat, le stopper pour qu'il ne tente pas un deuxième coup.

Si on le laisse faire, il réussira son deuxième coup et pérennisera son système. Celui-ci deviendra normal et adopté par tous.

Consequence: un Kongo  des Voleurs, Abrutis, Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados, est sans avenir.

Qui donc arrêtera Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba dans sa folie, son kizengisme avéré d'un Balkanisateur du KONGO ?


Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 15 novembre 2022

BenaMpuka Folklorisé, Tharcisse Kasongo Mwema sacrifié par Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba !

BenaMpuka Folklorisé, Tharcisse Kasongo Mwema sacrifié par Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1668544428239.jpg, nov. 2022

L'âge est un naufrage pour ceux qui croient que les honneurs et postes alambiqués peuvent remplacer l'intégrité, convictions et valeurs. 

Le naufrage, c'est "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, après n'avoir rien eu du régime de Mobutu, fourbe, Traître et Grand Collabo,  s'est vendu à Alias Kabila. Nommé président à la Haute Autorité des Médias, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est devenu l'étouffoir des libertés au Kongo. Il a muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants. Après l'élection présidentielle Louis Michel, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été catapulté Rapport au Sénat par Alias Kabila. Et c'est lui qui a pondu la fameuse loi sur les anciens Chefs d'état qui octroie à Alias Kabila, 680.000 dollars par mois et Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba 2.070.000 dollars par mois.

Le naufrage, c'est aussi Tharcisse Kasongo Mwema Y'Ambayamba, journaliste professionnel jusqu'au bout des ongles, qu'est-ce qu'il est allé faire auprès d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba comme son porte-parole ? Un président nommé, non élu par notre peuple. Tshilombo avec ses 15 % n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Comment peut-on être un porte-parole d'un faussaire, fraudeur et voleur de destin de tout peuple ? Tharcisse Kasongo Mwema a trahi ses convictions et valeurs républicaines. Il s'est vendu à Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui n'est qu'un valet et chien couchant de Paul Kagame, Hitler Noir !

Tharcisse Kasongo Mwema Y'Ambayamba s'est compromis en étant le porte-parole d'un imposteur-usurpateur Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, le Maréchal Pétain du Kongo. Il a cru qu'il était honoré dans ses dernières années de sa vie. Kasongo Mwema a ignoré que le Grand Traître et Grand Collabo Tshilombo était le masque des extrémistes Tutsis Rwandais, criminels et bourreaux du peuple Kongo. Les Rwandais qui entourent Tshilombo sont allergiques à tout esprit éveillé, à tout intellectuel et à toute intelligence. Et ils sont prêts à éliminer tout celui qui reflète l'éveil de la matière grise dans sa tête.

Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, tel un ogre vampirisé à sacrifié de nombreux Kongo à sa présidence usurpée.

Les Katangais retiennent que trois de leurs personnalités ont été sacrifiés par ce régime d'imposture, d'usurpation et d'occupation :

1. L'avocat Général, George Mulongo. Élever pour être éliminer. Nommé par Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, Avocat Général de la République, Georges Mulongo est décédé le 11 août 2020, dans un assassinat maquillé en accident de circulation sur le boulevard triomphal, l'artère sécurisé de Kinshasa qui abrite le parlement congolais et le stade des Martyrs.  Du boulevard triomphal où l'accident s'est produit à l’hôpital du cinquantenaire, il faut 2 minutes de voiture. Mais dans la nuit du mardi 11 août 2020, pourquoi avoir mis 45 minutes pour acheminer Georges Mulongo ? Qui est le propriétaire du camion remorque, sans phares arrières ni plaque minéralogique qui pouvait stationner sur le boulevard triomphal, artère sécurisé de la capitale ?

Quant au camion remorque en panne s'est mis en fuite...Les Wewa avaient réussi à le stopper au niveau de la station d'essence de la cité de la Voix du peuple (Radio Télévision Nationale Congolaise). 

D'où sont venus des militaires qui ont dissuadé les Wewa et ont fait disparaître le camion remorque ? À qui appartient le camion fântome? Nos enquêteurs ont fouillé la prison de Makala et les cachots qui pullulent à Kinshasa, aucune trace d'un chauffeur de camion en état d'arrestation. L'enquête n'a jamais abouti. 

2. Baba Kyungu. Si les Luba Kasaïens estimaient qu'il est l'auteur de leur progrom au Katanga. Fallait-il le tuer comme ils ont fait ou le traîner en justice comme la France l'a fait avec Klaus Barbie ou le Maréchal Pétain. Ils ont été jugés et condamnés.

"Tu ne devrais pas aller à Kinshasa. Je ne vois pas l’intérêt que tu as à aller là-bas. Je ne sens pas ce voyage" . C’est dans ces termes que Mireille, l’épouse de Baba Kyungu s’adresse à son mari. Depuis quelques jours, celui-ci est appelé par Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba à le rejoindre dans la capitale. Le vieux lion katangais hésite. Lui non plus ne sent pas ce déplacement. Il n’en voit pas l’importance. Il s’ouvre à son entourage. Mais il n’a pas le choix. Il ne peut manquer à son devoir d’apporter son soutien au Chef de l’Etat qu’il considère comme son fils lui laissé par son frère Tshisekedi.

Par ailleurs, le patriarche a entre les mains les 80.000 Usd qui constituent l’argent de la cotisation initiée par l’Assemblée provinciale du Haut Katanga pour les sinistrés de Goma.

Il constitue sa délégation. Son ministre de l’Intérieur Michel Kikontwe et son fils aîné Marcel en feront partie et l’accompagneront. Les trois hommes ne savent pas encore le destin qui les attend.

Sitôt débarqués dans la capitale congolaise, rendez-vous sont pris auprès du Président du Sénat Modeste Bahati, de l’Assemblée Nationale Christophe Mboso et du Premier Ministre Sama Lukonde. Tous disposent de leur propre suite à l’hôtel du fleuve où loge le patriarche. Dans la foulée, une rencontre est programmée avec l’ancien ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde. Si le patriarche s’est déplacé pour rencontrer les chefs des Institutions, en ce qui concerne l’ancien ministre, la rencontre aura lieu dans le lobby de l’hôtel.

Sitôt débarqué à l’hôtel du fleuve, les deux hommes s’installent avec les membres de leur délégation. Gilbert Kankonde est accompagné d’un inconnu. Baba fait immédiatement acheter au bar une bonne bouteille de vin rouge. La discussion commence. Kankonde l’invite à dîner chez lui. Baba confirme à l’ancien ministre de l’Intérieur qu’il a également une invitation à dîner du Président du Sénat.

Lors de leur échange de vues sur la situation du pays, en bon défenseur des Katangais, Baba dit : "Ce n’est pas possible ! Déjà que c’est difficile de défendre Tshisekedi chez moi au Katanga, maintenant que vous faites la chasse à tous les swahilophones, vous me créez encore plus de problèmes". Prenant exemple du cas du responsable de la DGI, le Vieux hausse le ton. "Il faut que vous cessiez de prendre le Katanga pour votre vache laitière", lâche-t-il à l’ancien ministre. Comme il en a l’habitude, il ne mâche pas ses mots. La conversation est tendue. Sitôt la rencontre terminée, Gilbert Kankonde et son ami se retirent. Leurs deux verres sont restés pleins. Il n’y ont pas touché. Ni l’un ni l’autre n’ont pris une goutte de vin. Ce détail n’a pas échappé à Baba et aux membres de sa délégation. "Comment n’ont-ils pas pris une seule goutte du vin que nous venons d’acheter au bar ?", s’interroge un proche de Baba qui lui, à son tour, relève avec sa gouaille habituelle que "Et pourtant ce vin n’a pas été fabriqué au Katanga".

Quelques heures après leurs échanges, le téléphone de Baba retentit. C’est Gilbert Kankonde en bout de ligne. L’ancien ministre de l’Intérieur confirme à Baba que Félix Tshisekedi va le recevoir et l’inviter à dîner. Lors du repas qu’ils prendront ensemble, l’ancien ministre lui confirme qu’ils pourront discuter de tous les dossiers. "Si les hommes du Président n’ont pas accepté de boire un verre avec nous, comment avoir confiance dans ceux qu'ils vont nous servir à table chez le Chef de l’Etat", réplique un membre de la délégation qui a suivi la conversation. La tension est palpable. La suspicion la plus grande s’est installée.

En évoquant à son épouse l’incident des deux verres de vin auxquels Kankonde et son ami n’ont pas touché, Baba Kyungu prend la situation avec lucidité. "Ces gens-là se méfient toujours de moi", lui dit-il. "Ils n’ont toujours pas pardonné les évènements de 92 !". Le sombre pressentiment de Mireille Kyungu va se transformer en prémonition.

Au sein de la délégation katangaise règne un très profond malaise. La peur et le doute ont gagné les proches de Baba. Aucun d’entre eux ne veut le voir partir au dîner offert par Félix Tshisekedi. Son épouse, elle aussi, exprime à nouveau à son mari ses craintes. En dépit des réticences de ses proches, Baba se prépare. Il part seul au rendez-vous. Il est déterminé à dire au Président ce qu’il pense de sa politique d’exclusion des leaders et des cadres Katangais. A la cité de l’Union Africaine, la table est prête. Seul Félix Tshisekedi détient à ce jour le secret de leur dernière conversation.

De retour de la Cité de l’Union Africaine, le vieux lion katangais retrouve son épouse. Il passe une mauvaise nuit. Il se plaint de maux de ventre et d’une fatigue générale. Dans la matinée, il se prépare à rentrer à Lubumbashi. On fait venir un infirmier afin d’effectuer les prélèvements en vue du test Covid obligatoire avant de prendre l’avion. Dans l’après-midi, le résultat tombe. Baba est négatif.

Le 1er août il prend le vol retour. Pendant deux jours, son état de santé s’aggrave. Son épouse Mireille qui est demeurée à Kinshasa est saisie par téléphone que son mari est entré en phase de détresse. Il ne réagit plus. Elle rentre précipitamment dans la capitale cuprifère. Baba est hospitalisé en soins intensifs dans une des meilleures formations médicales de la ville. Les médecins sont inquiets. Le tableau clinique de leur illustre patient est sombre. Un autre test COVID annonce que Baba est positif. Son état de santé ne cesse de décliner. L’évacuation sanitaire à l’étranger est préconisée.

La Présidence de la République et le Premier Ministre sont saisis de l’urgence. Il faut chercher un endroit où le malade pourra suivre un traitement. On appelle Bruxelles, Paris, les autorisations tardent. Finalement, la décision est arrêtée que Baba sera évacué vers la France. Il faut dans l’urgence affréter un avion médicalisé. Tout cela dans le plus grand secret. La rumeur gagne Lubumbashi. Il ne faut pas qu’elle se propage. D’autant que Marcel Kyungu est aussi très malade. Lui aussi a contracté le virus mortel. Son état de santé est également très préoccupant. Et la loi des séries continue. Le ministre Michel Kikontwe ne se porte pas mieux. Les médecins assistent impuissants à l’hécatombe.

Enfin l’avion affrété par Kinshasa atterrit à Lubumbashi. Comble de malheur, l’appareil n’est pas médicalisé. Alors qu’il devrait disposer de tous les appareils déployés dans une chambre de soins intensifs, l’avion venu d’Angola ne possède qu’une petite bombonne d’oxygène et d’un défibrillateur. Tout cela n’est absolument pas adapté au transport d’un malade en détresse. Ce qui devait arriver survient dès que l’appareil décolle. Les poumons de Baba sont compressés par la pression atmosphérique d’un vol à haute altitude. Sa tension artérielle monte. Son cœur s’emballe. La situation est critique. Le commandant de l’appareil est informé que l’issue fatale est proche. Il faut absolument atterrir au plus vite. Les appels sont lancés pour dérouter l’avion vers un un aéroport. Kinshasa est informé. L’autorisation d’atterrissage n’est pas accordée. Finalement, l’avion rentre à Luanda d’où il a décollé quelques heures plus tôt. Baba est entre la vie et la mort.

A peine débarqué dans la capitale angolaise, le Vieux lion est transporté d’urgence dans une formation médicale où les premiers soins d’urgence sont administrés et pris en charge par les autorités angolaises. Il faut absolument stabiliser avant de penser à repartir vers la France.

Finalement au bout de deux semaines d’efforts, les médecins n’arriveront pas à sauver leur patient. Le 13 août 2021, Baba Kyungu s’éteint. Quelques jours après la mort de Marcel emporté lui aussi à l’issue de son séjour à Kinshasa. Quant au ministre Kikontwe, il sera transporté vers l’Afrique du Sud. La prémonition se sera avérée exacte.

3. Tharcisse Kasongo Mwema Y'Ambayamba est parti à 70 ans. Après l'avoir bien empoisonné, il a été dégradé. Nommé PCA de la moribonde Agence Congolaise de Presse (ACP).

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 9 novembre 2022

BenaMpuka Mercredi 27 novembre 2019, Freddy Mulongo Mukena titrait: "KONGO: Haute Trahison de Tshilombo, retour de 10.000 ex-combattants M23 !

BenaMpuka  Mercredi 27 novembre 2019,  Freddy Mulongo Mukena titrait: "KONGO: Haute Trahison de Tshilombo, retour de 10.000 ex-combattants M23 !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

FB_IMG_1668016163550.jpg, nov. 2022

L'homme de main des criminels rwandais M23 est planqué à la présidence usurpée de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba. Il s'appelle Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba ? Pour qui roule-t-il ?

Notre article eat encore visible sur plusieurs sites dont celui-ci 

https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/271119/rdc-haute-trahison-de-tshilombo-retour-de-10-000-ex-combattants-m23

Les ex-combattants du M23 sont des mutants. Ils ont côtoyé tous les anciens mouvements rebelles qui ont sévi au Kongo : Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et ils se sont déclarés Mouvement du 23 Mars (M23) dont les revendications sont rwandaises et non congolaises. 

FB_IMG_1668016169874.jpg, nov. 2022

Pendant que le Rwandais Bosco Ntaganda, qui a tenté de se faire passé pour un Kongo, ne parlant aucune langue Kongo est condamné par la Cour Pénale Internationale (CPI), Tshilombo, le fameux fils de Tshisekedi, demande la levée des mandats d'arrêt émis contre les criminels rwandais du M23 et leur intégration dans l'armée FARDC. Grâce à nos fins limiers, nous apprenons que les ex-combattants M23 sont au nombre de 10. 000 au Rwanda et en Ouganda ! Tshilombo a-t-il la maîtrise de ce chiffre ? Qui nous dit qu'il n'aura pas des infiltrés ? Les M23 sont finalement pardonnés par Tshilombo pour être brassés aux Fardc. Le Kongo est-il devenu le bastion de tous les criminels ?

FB_IMG_1668016173504.jpg, nov. 2022

Les M23 ont créé un groupe rebelle criminel, un groupe qui a pris le contrôle d'une partie du pays. Ils ont pillé, violé les femmes et commis des monstruosités. Le vaillant héros, le colonel Mamadou Mustapha Ndala, commandant du 42e bataillon de l’unité de réaction rapide (URR) des Forces armées de la RDC (FARDC), était adulé par la population congolaise adulait. En effet, l'URR des FARDC avec Mamadou Mustapha Ndala avait réussi une victoire écrasante sur le Mouvement rebelle du 23 mars (M23) dans les territoires de Nyiragongo et Rutshuru au Nord-Kivu après vingt mois de guérilla. Le M23 ont fui au Rwanda et en Ouganda.

L'inoubliable "Vaillant héro", Mamadou Mustapha Ndala !

2 janvier 2014, jour du crime abominable. L’acte ignoble s’exécute à Ngadi, village situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Béni, du territoire éponyme en province du Nord-Kivu. Le Le convoi qui transportait le commandant du 42e bataillon de l’unité de réaction rapide (URR) des Forces armées de la RDC (FARDC), Mamadou Mustapha Ndala (le vaillant héros) et nombre de ses gardes sont la cible, d’une "attaque à la roquette par des inconnus." Le bilan est très lourd. Ils sont tous tués.

Retirer les mandats d'arrêt contre les criminels du M23, c'est cracher sur la mort de Mamadou Mustapha Ndala et sa troupe !

FB_IMG_1668016177234.jpg, nov. 2022

Qui est Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba ? Pour qui roule-t-il ? Est-il aussi un des compatriotes "Avatars", qui n'a du Congo que le fait d'avoir des parents Congolais et d'y être né, mais dont les agissements font croire aux réseaux mafieux ? Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba, de lui même et par sa conscience, ramener les criminels du M23 pour les mixer aux Fardc, est-elle la solution idoine pour le Congo ?

Dans les pays des grands Lacs, seule le Kongo passe son temps à brasser, mixer des rebelles criminels au sein des Fardc. Pourquoi le Rwanda n'a jamais mixé ses interahamwe ? L'Ouganda ses ADF-NALU ? Le Burundi ses opposants ? Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba a une lourde responsabilité sur tout ce qui peut arriver aux populations Kongo.

Les mandants d’arrêt contre les leaders et combattants du Mouvement du 23 mars (M 23) doivent être retirés par le Kongo dans les tous prochains jours. C’est relativement à une correspondance du 20 novembre en cours, portant objet « Retrait des d’arrêt contre les ex-combattants du Mouvement du 23 mars (ex-M23) » adressée à l’Auditeur général des FARDC par Ibalanky Ekolomba Claude, Coordonnateur du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme dit agir conformément aux pourparlers qui ont eu lieu le 28 octobre 2019, au Rwanda, entre une délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 vivant en République du Rwanda au sujet de leur rapatriement.

Depuis qu'il a été découvert comme l'un des Bandoki Ya Congo, Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme patauge dans des mensonges éhontés. Sur les réseaux sociaux, il tente de parler de suspension et non de retrait des mandats. Ce fieffé menteur, disciple de Tshilombo croit il peut continuer à se jouer du peuple congolais. Dans cette correspondance Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme, est claire:

« […] A ce sujet, je tiens à relever que lors de la rencontre du 28 octobre sus-évoquée, les parties ont convenu de l’élaboration d’une feuille de route pour assurer avec succès ledit rapatriement.

Il y a lieu de préciser que les parties devraient respectivement mettre en œuvre les termes de la feuille de route énoncée, élaborée à l’issue des pourparlers qui avaient eu lieu à Kigali les 11 et 12 juillet 2019.

Les points essentiels contenus dans cette feuille de route porte sur l’amnistie ainsi que l’intégration militaire et politique des membres de l’ex-mouvement du 23 mars (ex-M23).

C’est dans cette optique que la Justice militaire de la République démocratique du Congo a donné un avis favorable à la demande de retrait des mandats d’arrêt émis à l’encontre des leaders de ce mouvement.

Il appert à ce sujet de mentionner qu’il a été recommandé à la même occasion, au Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, dont je suis le Coordonnateur, de vous saisir aux fins du retrait effectif desdits mandats dans le souci de préserver la paix.

Pour toutes fins utiles, je vous transmets en annexe à la présente, le rapport des échanges entre la délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 sur le rapatriement volontaire, ainsi que la feuille de route conjointe des activités relatives au rapatriement des ex-combattants M23 présents en République du Rwanda. […] ».

Pour rappel, ces discussions au tour du rapatriement des ex-combattants du M23 ont eu lieu, sur demande du Rwanda, alors que le Kongo préparait de lancer des opérations contre les ADF, une rébellion ougandaise qui sème désolation dans l’Est du Kongo depuis beaucoup d’années.

Selon d’autres sources, les ex-rebelles du M23 aille Sultani Makengwa qui s’étaient réfugiés en Ouganda auraient quitté le pays pour s’installer près de la frontière entre le Kongo, l’Ouganda et le Rwanda.

La Haute trahison du Kongo par Tshilombo n'est plus à démontrer. Son deal avec Alias Kabila avait un soubassement dans le mixage de tous les criminels au sein des Fardc. Donner la possibilité aux ex-combattants M23 d’intégrer la politique et l’armée Kongo, est une insulte et provocation gratuites.

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 8 novembre 2022

BenaMpuka : Une vieille vidéo circule sur les réseaux sociaux. Jean-Paul Epenge, le "Mukusu" et ancien porte-parole du M23 est déjà décédé depuis !

BenaMpuka : Une vieille vidéo circule sur les réseaux sociaux. Jean-Paul Epenge, le "Mukusu" et ancien porte-parole du M23 est déjà décédé depuis !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

FB_IMG_1667931577688.jpg, nov. 2022

JEAN-PAUL EPENGE "MUKUSU", ANCIEN PORTE-PAROLE DES CRIMINELS RWANDAIS M23 EST DÉJÀ DÉCÉDÉ. UNE VIEILLE VIDÉO DE LUI CIRCULE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. 

Nous avions à plusieurs reprises dénoncer le M23 et leurs fourberies. Jean-Pierre Epenge, ancien porte-parole du M23 est décédé depuis à l'Est du Kongo. C'est une vieille vidéo  que les criminels du M23 font circuler sur les réseaux sociaux.

Vendredi 21 février 2020, Réveil FM International titrait: Jean-Paul Epenge le "Mukusu du M23" sort de sa tanière et nargue encore le peuple Kongo !

Il y a des gens qui sont des incorrigibles, c'est le cas de Jean-Paul Epenge, porte-parole du M23 qui avait disparu et réapparaît pour planter encore le couteau dans des plaies non cicatrisées de notre peuple.

Comédien de théâtre dans les années 70-80 du Groupe Nzoï du brillant acteur-comédien Koko dia Zombo qui réside en Hollande, Jean-Paul Epenge, le "Mukusu du M23" croit qu'il peut continuer à faire de la comédie de la vie des autres, sans conséquences dans sa vie. En 2012, il avait été visité par des patriotes-résistants à Saint-Dénis où il se terrait...Il n'avait eu la vie sauve que grâce à la police et aux sapeurs pompiers.

Son épouse est la fille du Général Gabriel Amisi dit "Tango Fort", ami d'Alias Kabila. Le Général Gabriel Amisi, était le chef d’état-major des forces terrestres des Forces Armées de la République démocratique du Congo. Le Général-Major Gabriel Amisi Kumba alias Tango Fort était le numéro deux dans la chaîne de commande militaire des forces congolaises. Et à chaque fois que nos vaillants soldats progressaient sur terrain, c'est lui qui instruisait les soldats Congolais d'abandonner armes et munitions au profit des rebelles. L'ordre venant de la haute hiérarchie, c'est-à-dire Alias Kabila.

Le M23 est un mouvement rebelle criminel rwandais qui a commis des crimes de sang, crimes de génocide, crimes contre l'humanité sur le sol congolais. ces crimes sont imprescriptibles! Il n'y a pas eu que que des massacres des populations civiles sans défense, il y a eu aussi des viols et incendies des maisons pour pousser nos populations à fuir leur terre.

En novembre dernier, nous alertions: RDC: Haute Trahison de Tshilombo, retour de 10 000 ex-combattants M23 ! https://blogs.mediapart.fr/…/rdc-haute-trahison-de-tshilomb…

Le régime de Tshilombo est issu d'un odieux deal avec Alias kabila contre le peuple congolais. FCC-UDPS-CACH sont des partenaires. Vouloir justifier l'interpellation de Kalev Mutond, sicaire, tortionnaire et barbouze d'Alias kabila puisqu'il a été à Addis-Abeba et kampala pour négocier avec le M23, c'est prendre des congolais pour des idiots. Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu "Tshintuntu-Tshifueba" est le masque, pantin et marionnette d'Alias Kabila !

Quant à Jean-Paul Epenge, tu as appris tôt à jouer de la comédie avec la vie des autres. L'enfer ce n'est pas toujours les autres qui doivent le vivre.

Quant à Jean-Paul Epenge, tu as appris tôt à jouer de la comédie avec la vie des autres. L'enfer ce n'est pas toujours les autres qui doivent le vivre.

Quant à Jean-Paul Epenge, tu as appris tôt à jouer de la comédie avec la vie des autres. L'enfer ce n'est pas toujours les autres qui doivent le vivre.

Freddy Mulongo Mukena 

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 3 novembre 2022

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba : Le plus grand prédateur de la liberté de la presse: 37 journalistes arrêtés, 49 menacés, 18 agressés !

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba : Le plus grand prédateur de la liberté de la presse: 37 journalistes arrêtés, 49 menacés, 18 agressés !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1667511711722.jpg, nov. 2022

ANGWALIMA TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA, LE MARÉCHAL PUTAIN DU KONGO 

La République des BenaMpuka, avec ses tribaux, tribalistes et tribalisés, commence à se fissurer. Le bateau Kabeya Kamuanga prend l'eau partout... Les rats quittent le Titanic même si des musiciens écervelés jouent encore au Djalelo.

Alors que les aboyeurs institutionnels n'aboient plus. Les vociférations de vociferateurs sont devenues très rares, Journaliste en danger (JED) vient de se démarquer du lot.

« Sous Félix Tshisekedi, le journalisme se meurt » a déclaré (JED): 37 journalistes arrêtés, 49 menacés, 18 agressés, 17 médias ou émissions interdites, 2 journalistes enlevés et 1 journaliste tué !

Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba le jour de sa prestation de serment "LORETA MERTIRA MERTA" avait déclaré qu'il n'y aurait plus des journalistes en prison. En tout cas pas durant son mandat "USURPÉ"! 

Mabundi Fatshi est donc un prédateur de la liberté de la presse au Kongo !

Fathi Béton avec sa cohorte des Talibans n'edt rien d'autre qu'un tyran qui bâillonne la liberté d'expression au KONGO.

L’ONG journaliste en danger (JED) a rendu public son rapport annuel d’observation et d’analyse sur l’état des médias et de la liberté de la presse en RDC. C’est dans le cadre de la célébration, mercredi 2 novembre 2022, de la journée mondiale de lutte contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes.

Ce rapport de journaliste en danger met un accent sur les menaces et attaques enregistrées au cours de l’année 2022 contre les médias et les journalistes Kongo.

Dans ce rapport, JED a dénombré au moins 124 cas d’atteintes à la liberté de la presse qui se repartissent de la manière suivante :

49 journalistes menacés

37 journalistes arrêtés

18 journalistes agressés

17 médias ou émissions interdites

2 journalistes enlevés

1 journaliste tué.

Ces chiffres sont en augmentation par rapport à l’année 2021 où JED avait compté 110 cas et 116 cas en 2020.

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 30 octobre 2022

BenaMpuka : Bunangana, Kiwanja, Rutshuru aux M23 rwandais... Tshilombo Tshintuntu Tshifueba doit d'abord expulser Denise Nyakeru, de sa chambre et du Kongo !

BenaMpuka : Bunangana, Kiwanja, Rutshuru aux M23 rwandais... Tshilombo Tshintuntu Tshifueba doit d'abord expulser Denise Nyakeru, de sa chambre et du Kongo !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1667161183000.jpg, oct. 2022

Pire que Loreta Mertira Merta son maître, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est le diable en personne. Il a volé le pouvoir du peuple Kongo, il a fait le deal avec Alias Kabila pour balkaniser le Kongo et il a pris la décision de servir nos ennemis.

Monsieur 15% a bénéficié d'une nomination électorale.

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba doit d'abord expulser Denise Nyakeru, sa compagne de sa chambre et du Kongo. Comme ça, nous allons croire à sa farfelue décision d'expulser Vincent Ruhega, criminel ambassade du rwanda au Kongo !

C'est un silence de cimetière de la part des Talibans Tribalo-Ethniques Luba Kasaïens. Bunangana, Kiwanja, Rutshuru sont entre les mains des criminels rwandais du M23.

Les Talibans se taisent. Jean-Claude Katende de l'Asadho, George Kampiamba de l'Acaj, Paul Sampu de la FIDH n'aboient plus. Ils n'osent même plus vociférer. Les tribaux, tribalistes et tribalisés sont aux abonnés absents. Certains s'hasardent à balancer sur les réseaux sociaux, de vieilles images de Bunangana... récupérer par des Fardc. Des menteurs ataviques. 

Notre compatriote Patrick Mbeko avait catégorisé trois types de Luba Kasaïens qui soutiennent Tshilombo Tshintuntu Tshifueba :

1. Les Balubas « purs et durs »: ils constituent plus ou moins 55% de tous les Balubas. Ils sont tribalistes (dans le sens péjoratif du terme), politiquement intolérants et socialement insupportables. Prisonniers de certaines tares culturelles, ils pensent tribu avant de penser République. Ce sont les soutiens indéfectibles de la famille Tshisekedi, Félix étant le gourou du groupe tribal en remplacement du défunt Étienne Tshisekedi. L’autre particularité de cette catégorie des Balubas, c’est la manipulation et l’hypocrisie érigées en mode de socialisation, ainsi que l’ubwenge et la victimisation, rappelant, à quelques nuances près, les extrémistes tutsis du Rwanda arrivés sur les « Mille collines » dans le fourgon du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame.

2. Les Balubas « Mi-fugue, mi-raisin » : constituant plus ou moins 25% de tous les Balubas, ils sont régionalistes sans nécessairement être des tribalistes endurcis. Ils soutiennent les Tshisekedi sans nécessairement faire de Félix Tshisekedi un gourou. Ils peuvent même le critiquer à certaines occasions, généralement à bas bruit. En effet, il est rare de les voir critiquer ouvertement le pouvoir en place en dépit de son caractère problématique. Ils se gardent de le faire pour ne pas s’attirer les foudres de la frange extrémiste que j’ai surnommée « Talibans » en 2012. Cette catégorie des Balubas a la particularité de ne pas être extrémiste. Ces compatriotes sont généralement tolérants et peuvent tenir un débat sans verser dans l’extrémisme. En gros, les Balubas « Mi-fugue, mi-raisin » ne sont pas très différents des autres régionalistes (je pense particulièrement aux gens du Kongo central) que comptent la République à démocratiser du Congo.

3. Les Balubas désintéressés : ils ne sont pas tribalistes et ne font pas des Tshisekedi leurs dieux. Représentant plus ou moins 20% de tous les Balubas, ils se sentent congolais avant de se dire Lubas. Généralement tolérants, ils sont allergiques au sectarisme des Lubas extrémistes, qui les perçoivent comme des «traitres». Ils sont foncièrement intraitables à l’égard de Félix Tshisekedi, qu’ils n’hésitent pas à vouer aux gémonies. Les Balubas désintéressés ont la particularité d’être de vrais nationalistes.

Il faut renverser la vapeur. Nous avons à la tête du pays, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba un traître patenté, voleur de destin du peuple Kongo, Monsieur 15% de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, est une calamité.

Les Fardc ont plus de 500 officiers rwandais en son sein, expulser Vincent Karega, criminel ambassadeur rwandais n'est rien. C'est une goutte d'eau.

Rompre les relations diplomatiques avec le rwanda et fermer nos frontières avec ce petit belliqueux sont des exigences patriotiques.

Avec son deal pour marcher sur tapis rouge, s'enrichir et enrichir sa famille, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est le plus grand traître et collabo que le Kongo n'a jamais connu.

Comme l'a si bien dit Honoré Ngbanda dans son testament, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a trois missions :

1. Blanchir l'occupation, 

2. Endormir le peuple Kongo, 

3. Balkaniser le Kongo. 

Le Traître, collabo et Maréchal Pétain, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba finira mal avec son Loreta Mertira Merta... KONGO est la chambre à coucher de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA !

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BenaMpuka : De "Yo Nani Oboya Kagame de 2019, Kagame est un partenaire fiable et privilégié, Vincent Karega a 48h pour quitter le Kongo... Faut-il croire Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba ?

BenaMpuka :  De "Yo Nani Oboya Kagame de 2019, Kagame est un partenaire fiable et privilégié, Vincent Karega a 48h pour quitter le Kongo... Faut-il croire Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba ?
Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 
IMG_20221030_150350.jpg, oct. 2022
Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et son ami, Paul Kagame, Hitler Noir. 
Mabundi Fatshi est le Maréchal Pétain du Kongo. Sa haute trahison du pays est plusqu'averé. Notre autiste national est un traître, collabo, imposteur et usurpateur du destin du peuple Kongo. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est un traître crapuleux qui livre les Fardc aux mains de son ami et complice Paul Kagame, Hitler Noir. 
FB_IMG_1667138102983.jpg, oct. 2022
L'entrevue de Montoire est la rencontre qui eut lieu le 24 octobre 1940 entre Philippe Pétain et Adolf Hitler dans la gare de Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher, France). Elle avait été longuement préparée par la rencontre du ministre français des Affaires étrangères, Pierre Laval, avec l'ambassadeur d'Allemagne, Otto Abetz. La rencontre avec Hitler et Ribbentrop, deux jours auparavant au même endroit[2], devait poser les bases d'un dialogue entre la puissance occupante et le régime de Vichy.
Masque d'Alias Kabila, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba s'est fait l'ami-ami de Paul Kagame, Hitler Noir, bourreau du peuple Kongo, pillard et receleur des ressources Kongo.
C'est à Kigali que Tshilombo Mwana Mboka Ya Moyibi a écrit dans le livre d'or que les 12 millions de Kongo sont morts par effets collatéraux. Tuant nos morts pour la seconde fois, foulant aux pieds tous les travaux de dénonciation du génocide Kongo et dédouanant Paul Kagame, le führer du rwanda de tous ses crimes au Kongo.
Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est extrêmement faible. Il a volé le pouvoir du peuple Kongo. Il a effectué 276 voyages inutiles qui ont coûté 590 millions de dollars à la caisse de l'état. Dans sa présidence usurpée, il a passé plus de deux ans hors du territoire national. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba n'est qu'un affreux bluffeur.
Comment peut-il exiger l'expulsion de Vincent Karega, le criminel ambassadeur rwandais sans rompre les relations diplomatiques avec le rwanda et fermer nos frontières avec ce pays ?
Tshilombo Tshintuntu Tshifueba mène le peuple Kongo. Notre ambassadeur lui demeure au rwanda ?
Le Gd Patriarche Julien Ciakudia Sr. a mis les pieds dans le plat, pour croire Tshilombo, il lui exige la dissolution de son cabinet parallèle, où il y a Ferdinand Biselele (Bifort)  son conseiller privé et agent de Paul Kagame, Azarias Ruberwa, Bizima Kara, Eddy Karambe,  ce cabinet piloté par son épouse, Denise Nyakeru, la tutsie rwandaise !
Le drapeau de l'Ouganda, autre pays agresseur, envahisseur et occupant peut-il continuer à flotter sur le sol du Kongo ?
Les M23 et leurs complices doivent savoir que Kongo est chambre à coucher de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA !
BANA ELONGA, BANA KIMBANGU NE SONT PAS DES PLEURNICHARDS. DES KONGO MEURENT À BUNANGANA, RUTSHURU ENTRE LES MAINS DE M23... A KINSHASA, LES KINOIS SE SONT BOUSCULÉS POUR LE CONCERT DE FALLY AU STADE DES MARTYRS, QUI A FAIT 15 MORTS SACRIFICIELS ET N'A RIEN APPORTÉ AU PAYS.
Dire que des députés ont acheté des billets du concert pour les distribuer gratuitement à leurs administrés pour une grande distraction nationale.
Freddy Mulongo Mukena
Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 27 octobre 2022

BenaMpuka : SALONGO PONA KONGO, LE BUKANGALONZO DE TSHILOMBO QUI A POUR PRÉSIDENT FONDATEUR, TABU EBOMA TEMA, SON VIGILE ET GARDE CORPS !

BenaMpuka : SALONGO PONA KONGO, LE BUKANGALONZO DE TSHILOMBO QUI A POUR PRÉSIDENT FONDATEUR, TABU EBOMA TEMA, SON VIGILE ET GARDE CORPS !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1666876294132.jpg, oct. 2022

Tabu Eboma Tema, vigile de Tshilombo, capitaine de la Garde Républicaine et Président-fondateur de Salongo Pona Kongo ! 

Les James Bond 007 de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba sont des fouteux amateurs et non professionnels.

FB_IMG_1666876298598.jpg, oct. 2022

Avec sa formation d'un mois à Kibomango, l'ancien vigile de Bruxelles, Tabu Eboma Tema s'est vu bombarder le grade de capitaine. Un favoritisme hasardeux pour la sécurité même de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba.

Au fait, Tabu Eboma Tema n'est pas que le garde de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, il est le président-fondateur de Salongo Pona Kongo ! Le "BUKANGALONZO" de Tshilombo. Cette ferme ultra moderne qui n'a pris d'essor qu'il y a 4 ans est un second KINGAKATI au pays.

FB_IMG_1666876303041.jpg, oct. 2022

En France, Le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) assure la protection personnelle et immédiate du président de la République française et met en œuvre les mesures nécessaires à sa sécurité, notamment à l’organisation matérielle et à la sécurité de ses déplacements.

Ailleurs, les gardes corps ne font pas des affaires en pleine mission. Ils se consacrent entièrement à leurs missions. Autour de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba que des aventuriers affairistes. Si Tabu Eboma Tema est garde corps et président-fondateur de Salongo Pona Kongo, a-t-il vraiment le temps de s'occuper des choux, patates douces... et la sécurité à 100% et 24h/24 de l'imposteur-usurpateur, voleur de destin notre peuple ? 

 A New-York, lors de la 77ème assemblée générale de l'ONU, l'un de ses gardes de corps était apprehendé au passage du tourniquet de l'entrée principale et avait refusé d'obtempérer face aux injonctions des gardes de l'ONU.

À Londres,  Josué Kasongo Nteki et Tabu Eboma Tema ont dissimulé leurs armes en entrant dans le territoire d'autrui en Grande Bretagne.

Au pays de James Bond 007, le Lt Col  Josué Kasongo Nteki NTEKI et son second le Capitaine Tabu Eboma  Tema ont été interpellés par la Police Métropolitaine le Jeudi 20 octobre 2022, à l'aéroport de Heathrow alors qu'ils comptaient quitter la Grande Bretagne en compagnie de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba président usurpateur, pour Accra au Ghana. Suite à leur dissimulation des armes, ce qui une violation protocolaire, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avait été retenu pendant 4 heures dans sa voiture, son avion fouillé de fond en comble, avant d'être autorisé d'embarquer et quitter le Royaume Uni.

Les deux officiers de la Garde Républicaine ont été d'abord interrogés au Scotland Yard, siège de la Police britannique  pendant 24 heures puis ramenés  au Commissariat de Police de l'aéroport de Heathrow  pour être expulsé. Ils ont cette faveur d'expulsion en vertu de leur détention des passeports Diplomatiques, DO0011430 et DPO008919.

Le samedi 22 octobre, aux alentours de 21  heures, que les deux officiers garde républicaine ont foulé le sol Kongo par l'aéroport international de N'djili puis emmenés Manu militari au camp Tshatshi pour être interrogés par le chef T2 GR.

Depuis les deux James Bond 007 de Tshilombo hument l'air frais de Kinshasa. Une aubaine pour Tabu Eboma Tema qui va rapidement monter sur ses tracteurs et continuer à faire ses affaires avec Salongo Pona Kongo, le BUKANGALONZO de Tshilombo. 

À suivre...

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 26 octobre 2022

BenaMpuka Affaire 007: Ancien vigile à Bruxelles, Tabu Eboma Tema, le James Bond de Tshilombo est capitaine de pacotille et président-fondateur de Salongo Pona Kongo !

BenaMpuka Affaire 007: Ancien vigile à Bruxelles, Tabu Eboma Tema, le James Bond de Tshilombo est capitaine de pacotille et président-fondateur de Salongo Pona Kongo ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1666818969055.jpg, oct. 2022

Tabu Eboma Tema, ancien vigile de Bruxelles, bombardé capitaine : il est 007 de Tshilombo ! 

L'affaire de deux 007 de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba fait jaser dans les chancelleries. Les deux gardes corps :   le Lieutenant- Colonel Josué Kasongo Nteki et le capitaine Tabu Eboma Tema des types, ont dissimulé leurs armes de types IWI-JERICHO-941-CLB9MM, en entrant dans le territoire d'autrui, à Londres en Grande Bretagne.

FB_IMG_1666818980799.jpg, oct. 2022

Arrêtés à l'aéroport d'Healtrow, après les avoir bien cuisinés, ils avaient été expulsés. Arrivés à Kinshasa, ils ont passé quelques heures au camp Tshatshi avant d'être relâchés. Ils hument l'air libre comme si de rien n'était. Et pourtant après avoir rencontré le roi Charles III, l'avion de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a été cloué au sol durant 4 heures avant de recevoir l'autorisation de décoller pour Accra au Ghana.

FB_IMG_1666818986280.jpg, oct. 2022

Nous apprenons avec stupéfaction que Tabu Eboma Tema est un ancien vigile de Bruxelles.

Petit Ya Monkofia de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, le "SINZILI" n'a eu qu'une formation de 3 semaines de Kibomango avant d'être bombardé  capitaine !

FB_IMG_1666818989919.jpg, oct. 2022

Décidément la garde rapprochée de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba n'a rien des professionnels. Elle est faite des ramassis à qui on a affublé des titres militaires abusifs.

FB_IMG_1666818993255.jpg, oct. 2022

Ce qu'aucun média Kongo ne dit est que Tabu Eboma Tema est le président-fondateur de Salongo Pona Kongo. Comment peut-on être vigile de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba à sa présidence usurpée et présidé une ferme ultra moderne de plusieurs centaines d'hectares à N'sele ? Où l'ancien vigile de Bruxelles a-t-il trouvé des moyens de financements ? Et si Salongo Pona Kongo était pour Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et Tabu Eboma Tema un faux nez de l'imposteur-usurpateur qui dirige le Kongo par défi ? Salongo Pona Kongo est-il le Kingakati de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba dirigé par son vigile Tabu Eboma Tema ? 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BenaMpuka Affaire 007: Ancien vigile à Bruxelles, Tabu Eboma Tema, le James Bond de Tshilombo est capitaine de pacotille et président-fondateur de Salongo Pona Kongo !

BenaMpuka Affaire 007: Ancien vigile à Bruxelles, Tabu Eboma Tema, le James Bond de Tshilombo est capitaine de pacotille et président-fondateur de Salongo Pona Kongo ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1666811869499.jpg, oct. 2022

Tabu Eboma Tema, ancien vigile de Bruxelles, devenu 007 de Tshilombo et bombardé capitaine ! 

L'affaire de deux 007 de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba fait jaser dans les chancelleries. Les deux gardes corps :   le Lieutenant- Colonel Josué Kasongo Nteki et le capitaine Tabu Eboma Tema des types, ont dissimulé leurs armes de types IWI-JERICHO-941-CLB9MM, en entrant dans le territoire d'autrui, à Londres en Grande Bretagne.

FB_IMG_1666811874277.jpg, oct. 2022

Arrêtés à l'aéroport d'Healtrow, après les avoir bien cuisinés, ils avaient été expulsés. Arrivés à Kinshasa, ils ont passé quelques heures au camp Tshatshi avant d'être relâchés. Ils hument l'air libre comme si de rien n'était. Et pourtant après avoir rencontré le roi Charles III, l'avion de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a été cloué au sol durant 4 heures avant de recevoir l'autorisation de décoller pour Accra au Ghana.

FB_IMG_1666811878697.jpg, oct. 2022

Nous apprenons avec stupéfaction que Tabu Eboma Tema est un ancien vigile de Bruxelles.

Petit Ya Monkofia de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, le "SINZILI" n'a eu qu'une formation de 3 semaines de Kibomango avant d'être bombardé  capitaine !

FB_IMG_1666811883534.jpg, oct. 2022

Décidément la garde rapprochée de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba n'a rien des professionnels. Elle est faite des ramassis à qui on a affublé des titres militaires abusifs.

FB_IMG_1666811896732.jpg, oct. 2022

Ce qu'aucun média Kongo ne dit est que Tabu Eboma Tema est le président-fondateur de Salongo Pona Kongo. Comment peut-on être vigile de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba à sa présidence usurpée et présidé une ferme ultra moderne de plusieurs centaines d'hectares à N'sele ? Où l'ancien vigile de Bruxelles a-t-il trouvé des moyens de financements ? Et si Salongo Pona Kongo était pour Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et Tabu Eboma Tema un faux nez de l'imposteur-usurpateur qui dirige le Kongo par défi ? Salongo Pona Kongo est-il le Kingakati de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba dirigé par son vigile Tabu Eboma Tema ? 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 21 octobre 2022

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a vendu l'adhésion du KONGO au Commonwealth pour motiver son audience de 25 minutes avec Charles III à Londres !

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a vendu l'adhésion du KONGO au Commonwealth pour motiver son audience de 25 minutes avec Charles III à Londres !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

IMG_20221021_143822.jpg, oct. 2022

Fieffé menteur et bonimenteur, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba se moque du peuple KONGO. 

Il a obtenu son audience avec Charles III à Londres. Il a vendu l'adhésion du KONGO au Commonwealth pour motiver son audience auprès du roi. A quel prix ?  25 minutes pas plus. Le ministre de l'intérieur "Home Office" a démissionné hier soir et aujourd'hui, c'est la Première ministre Liz Truss de 44 jours qui a démissionné , le livre sterling est en chute libre... Tshilombo Tshintuntu Tshifueba était à Londres en quête des investisseurs britanniques alors que la Grande Bretagne vit un chaos politique. 

25 minutes moins longues que les 4 heures qu'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a passé à l'aéroport d'Heathrow. 4 heures d'attente où l'avion présidentiel  a été cloué au sol, avant de recevoir l'autorisation de décollage après une fouille de fond en comble de l'avion. Deux de ses James Bond : Josué Nteke et Tabu Eboma avaient dissimulé leurs armes. Les deux gardes corps sont arrêtés. Ils ont manqué aux principes d'usage. C'est le pays d'accueil qui assure la sécurité de tous ses hôtes.

C'est à Londres que Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avait injurié ses propres compatriotes de COMBAT NTABA devant ses affidés tribaux Talibans. Cette fois-ci, il a été incapable de remplir une salle de 50 personnes malgré la corruption avec des billets verts.

Tous les fils et filles KONGO savent bien que Tshilombo Tshintuntu Tshifueba dirige par défi. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Mabundi Fatshi a fait un odieux deal contre le peuple KONGO avec Alias Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale. Imposteur-usurpateur, fraudeur-tricheur, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est fruit d'un hold-up électoral soutenu un monstre à trois têtes:  Paul Kagame, Hitler Noir, Tyran du Rwanda, Yoweri Museveni Kanguta, dictateur Ougandais et Alias Kabila après avoir orchestré un chaos durant 18 ans. Président Félix Tshisekedi a prix le pouvoir en RDC Kaguta Museveni a travers leur agent infiltré Alias Joseph Kabila après 18 ans d'un régime chaotique. 

Le pouvoir usurpé de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est l'oeuvre de l'oligarchie tutsie: ils sont des  agresseurs, envahisseurs, occupants , pilleurs des ressources, criminels, sanguinaires, génocidaires et agents balkanisateurs.

La gouvernance de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est tribale, tribaliste, tribalisée et mafieuse. Les institutions républicaines sont capiralisées mafieuses. Les finances publiques sont dilapidées, les caisses de l'état sont saignées à blanc, les détournements sont monnaies courantes, l'argent du KONGO se retrouve dans des paradis fiscaux. 

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui malgré ses 15% est un tyran en puissance. La justice est inféodée. Les juges tribaux, tribalistes et tribalisés emprisonnent à tour de bras. Des procès politiques se ramassent à la pelle. Il satisfaire Tshilombo, couvrir sa mafieuse famille et sa bande des Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados. 

Les deux pieds qui portent Tshilombo Tshintuntu Tshifueba : MENSONGES et MANIPULATIONS. 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 28 septembre 2022

BenaMpuka : L'imposition des mains de Mukaji Wa Mulufwilu Marthe Kasalu Jibikila sur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et celle d'olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary !

BenaMpuka : L'imposition des mains de Mukaji Wa Mulufwilu Marthe Kasalu Jibikila sur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et celle d'olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

IMG_20220928_213546.jpg, sept. 2022

Deux femmes ennemies du KONGO qui profitent du pays et agissent en sorcières de notre peuple.

Marthe Kasalu Jibikila est une Mukaji wa Mulufwilu d'Étienne Tshisekedi.  Manipulatrice, envieuse, amoureuse d'argent et cupide, Marthe Kasalu Jibikila est la femme qui a poussé son bolole de fils, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba de voler le destin de tout un peuple.

Jamais du vivant d'Étienne Tshisekedi, Marthe Kasalu Jibikila n'a jamais pris la parole en public. Elle était l'accompagnatrice de son mari rien de plus. Aujourd'hui, cette vieille et bonne femme se prend pour une politique.

Elle fait nommer des ministres. Elle a concocté sa liste pour les mandataires des Entreprises publiques. Marthe Kasalu Jibikila veuve Tshisekedi n'a aucune fonction officielle au KONGO. Mais, elle est  très influente car elle est la mère de Tshilombo, le président nommé et marionnette d'Alias Kabila.

Marthe Kasalu Jibikila est la femme, la plus écoutée de son fameux fils , qui a volé le destin de tout un peuple, avec son odieux deal avec Alias Kabila. Son Tshilombo a déclaré devant les caméras de TV5 Monde, que les rétrocommissions n’étaient pas condamnables en République démocratique du Congo.Marthe Kasalu Jibikila fait du trafic d'influence et elle y vit. C'est son gagne pain. D'ailleurs, la résidence d'Air Zaïre, où elle réside encore, résidence officielle de feu Etienne Tshisekedi "Mula Nkuasa", située dixième rue Limete, l'artère qui donne à la rue Pétunias est fermée au public, quadrillée par  la Garde républicaine quadrille pour assurer sa sécurité. Son cortège équivaut à celui de Tshilombo...

Ailleurs, le trafic d'influence est un délit qui consiste, pour un dépositaire des pouvoirs publics, à recevoir des dons de la part d'une personne physique ou morale, en échange de l'octroi ou de la promesse à cette dernière d'avantages divers. C'est une forme de corruption.Or Marthe Kasalu Jibikila Tshisekedi n'a aucun mandat du pouvoir public, mais elle use et abuse du trafic d'influence !

IMG_20220928_213514.jpg, sept. 2022

Olive Lembe Kisita n'a rien fait pendant les 18 années du régime d'imposture, d'usurpation et d'occupation de son mari Hypolite Kanambe Kazembere Alias Kabila. Depuis l'odieux deal pour la nomination d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, "Mama Olive Talela Biso Makambo Oyo" est très active. On dirait qu'elle croit que les KONGO sont amnésiques. Olive Lembe Kisita se prépare déjà à une présidentielle boutiquée.

L'imposition des mains est un acte par lequel une personne met ses mains sur le corps d’une autre personne dans un but spirituel défini. Cet acte s’accompagne normalement de la prière, d’une parole prophétique ou des deux à la fois. L’imposition des mains est un rite de transmission et d’identification qui exige un contact entre celui qui impose les mains et celui à qui l’on impose les mains.

Pendant la pratique de ce rite, l’homme qui impose les mains s’ouvre à celui à qui il impose les mains pour lui transférer selon les besoins, ce que Dieu a prévu pour la personne.

L’homme qui se dispose à recevoir l’imposition des mains ouvre ainsi les portes de sa vie, pour recevoir ce que Dieu a prévu pour lui. L’imposition des mains est un rite très dangereux pour celui qui impose les mains, et pour celui qui se dispose à recevoir l’imposition des mains. Lorsque les vases qui imposent les mains sont des serviteurs du diable, ils voleront, égorgeront ou détruiront notre destinée ou notre gloire.

Au KONGO, ce sont des femmes qui s'hasardent à  imposer des mains sur les hommes.

L'imposition des mains de Marthe Kasalu Jibikila sur son fils Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est plus que catastrophique. Le fameux fils putatif d'Étienne Tshisekedi est Angwalima, Fakwa, Checkuleur, Frappeur et Ballados. Il a vendu le KONGO aux agresseurs, envahisseurs et occupants. Imposteur-usurpateur, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est une calamité et malédiction pour le KONGO.

Honoré Ngbanda avait demandé au peuple KONGO de plaquer au sol et lui arracher le livret parcellaire.

En 2016, Les BAKOLO KONGO avec Mbuta Songa Nzila Ikala avaient lancé un mémo à toutes les chancelleries et institutions européennes et mondiales pour arracher le livret parcellaire du KONGO. Bitumba Ya Molimo. BANA YA ELONGA BALONGA !

L'imposition des mains d'Olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary à l'est du KONGO n'a pas été bénéfique pour le faux dauphin d'Alias Kabila. Le faussaire, fossoyeur et vrai dauphin d'Alias Kabila aura été Mabundi Fatshi, le bénéficiaire de la nomination électorale.

Femmes, arrêtez d'imposer les mains aux hommes.

Freddy Mulongo Mukena 

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BenaMpuka : L'imposition des mains de Mukaji Wa Mulufwilu Marthe Kasalu Jibikila sur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et celle d'olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary !

BenaMpuka : L'imposition des mains de Mukaji Wa Mulufwilu Marthe Kasalu Jibikila sur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba et celle d'olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1664392935003.jpg, sept. 2022

Deux femmes ennemies du KONGO qui profitent du pays et agissent en sorcières de notre peuple.

Marthe Kasalu Jibikila est une Mukaji wa Mulufwilu d'Étienne Tshisekedi.  Manipulatrice, envieuse, amoureuse d'argent et cupide, Marthe Kasalu Jibikila est la femme qui a poussé son bolole de fils, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba de voler le destin de tout un peuple.

Jamais du vivant d'Étienne Tshisekedi, Marthe Kasalu Jibikila n'a jamais pris la parole en public. Elle était l'accompagnatrice de son mari rien de plus. Aujourd'hui, cette vieille et bonne femme se prend pour une politique.

Elle fait nommer des ministres. Elle a concocté sa liste pour les mandataires des Entreprises publiques. Marthe Kasalu Jibikila veuve Tshisekedi n'a aucune fonction officielle au KONGO. Mais, elle est  très influente car elle est la mère de Tshilombo, le président nommé et marionnette d'Alias Kabila.

Marthe Kasalu Jibikila est la femme, la plus écoutée de son fameux fils , qui a volé le destin de tout un peuple, avec son odieux deal avec Alias Kabila. Son Tshilombo a déclaré devant les caméras de TV5 Monde, que les rétrocommissions n’étaient pas condamnables en République démocratique du Congo.Marthe Kasalu Jibikila fait du trafic d'influence et elle y vit. C'est son gagne pain. D'ailleurs, la résidence d'Air Zaïre, où elle réside encore, résidence officielle de feu Etienne Tshisekedi "Mula Nkuasa", située dixième rue Limete, l'artère qui donne à la rue Pétunias est fermée au public, quadrillée par  la Garde républicaine quadrille pour assurer sa sécurité. Son cortège équivaut à celui de Tshilombo...

Ailleurs, le trafic d'influence est un délit qui consiste, pour un dépositaire des pouvoirs publics, à recevoir des dons de la part d'une personne physique ou morale, en échange de l'octroi ou de la promesse à cette dernière d'avantages divers. C'est une forme de corruption.Or Marthe Kasalu Jibikila Tshisekedi n'a aucun mandat du pouvoir public, mais elle use et abuse du trafic d'influence !

FB_IMG_1664392940504.jpg, sept. 2022

Olive Lembe Kisita n'a rien fait pendant les 18 années du régime d'imposture, d'usurpation et d'occupation de son mari Hypolite Kanambe Kazembere Alias Kabila. Depuis l'odieux deal pour la nomination d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, "Mama Olive Talela Biso Makambo Oyo" est très active. On dirait qu'elle croit que les KONGO sont amnésiques. Olive Lembe Kisita se prépare déjà à une présidentielle boutiquée.

L'imposition des mains est un acte par lequel une personne met ses mains sur le corps d’une autre personne dans un but spirituel défini. Cet acte s’accompagne normalement de la prière, d’une parole prophétique ou des deux à la fois. L’imposition des mains est un rite de transmission et d’identification qui exige un contact entre celui qui impose les mains et celui à qui l’on impose les mains.

Pendant la pratique de ce rite, l’homme qui impose les mains s’ouvre à celui à qui il impose les mains pour lui transférer selon les besoins, ce que Dieu a prévu pour la personne.

L’homme qui se dispose à recevoir l’imposition des mains ouvre ainsi les portes de sa vie, pour recevoir ce que Dieu a prévu pour lui. L’imposition des mains est un rite très dangereux pour celui qui impose les mains, et pour celui qui se dispose à recevoir l’imposition des mains. Lorsque les vases qui imposent les mains sont des serviteurs du diable, ils voleront, égorgeront ou détruiront notre destinée ou notre gloire.

Au KONGO, ce sont des femmes qui s'hasardent à  imposer des mains sur les hommes.

L'imposition des mains de Marthe Kasalu Jibikila sur son fils Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est plus que catastrophique. Le fameux fils putatif d'Étienne Tshisekedi est Angwalima, Fakwa, Checkuleur, Frappeur et Ballados. Il a vendu le KONGO aux agresseurs, envahisseurs et occupants. Imposteur-usurpateur, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est une calamité et malédiction pour le KONGO.

Honoré Ngbanda avait demandé au peuple KONGO de plaquer au sol et lui arracher le livret parcellaire.

En 2016, Les BAKOLO KONGO avec Mbuta Songa Nzila Ikala avaient lancé un mémo à toutes les chancelleries et institutions européennes et mondiales pour arracher le livret parcellaire du KONGO. Bitumba Ya Molimo. BANA YA ELONGA BALONGA !

L'imposition des mains d'Olive Lembe Kisita sur Emmanuel Shadary à l'est du KONGO n'a pas été bénéfique pour le faux dauphin d'Alias Kabila. Le faussaire, fossoyeur et vrai dauphin d'Alias Kabila aura été Mabundi Fatshi, le bénéficiaire de la nomination électorale.

Femmes, arrêtez d'imposer les mains aux hommes.

Freddy Mulongo Mukena 

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 25 septembre 2022

BENAMPUKA : TSHILOMBO PLEURNICHARD POUR LE KONGO À L'ONU, CONFONDU PAR A. MAÏGA DU MALI PLUS FIER ET VOLONTARISTE !

BenaMpuka : TSHILOMBO PLEURNICHARD POUR LE KONGO À L'ONU, CONFONDU PAR ABDOULAYE MAÏGA DU MALI PLUS FIER ET VOLONTARISTE ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1664120094423.jpg, sept. 2022

Discours du Colonel Abdoulaye MAIGA Premier ministre p.i, Chef du Gouvernement du Mali, à l’occasion du Débat général de la 77ème Session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies

New York, le 24 septembre 2022

Monsieur le Président de l’Assemblée générale,

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, 

Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Mesdames et Messieurs,

De prime à bord, je voudrais m’acquitter de l’agréable devoir de vous adresser les chaleureuses salutations du peuple malien riche de sa diversité culturelle, religieuse et ethnique, ainsi que celles de Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat.

FB_IMG_1664120133267.jpg, sept. 2022

M. le Président votre brillante élection à la présidence de cette 77ème session de l’Assemblée générale et la fin des travaux de la 76ème session de l’Assemblée générale brillamment conduits par votre prédécesseur S.E.M. Abdullah SHAHID, de la République des Maldives, m’offrent l’heureuse occasion d’adresser à Vos Excellences les chaleureuses félicitations de tout le Mali.

Enfin, permettez-moi de réitérer à notre Secrétaire général, M. António GUTERRES, notre haute appréciation des efforts louables qu’il continue de déployer pour la réalisation des nobles objectifs de notre Organisation commune. Nous sommes convaincus que vous êtes un ami du Mali et du Sahel.

L’amitié reposant sur la sincérité, souffrez que je vous exprime mon profond désaccord suite à votre récente sortie médiatique, au cours de laquelle vous prenez position et vous vous exprimez sur l’affaire des 46 mercenaires ivoiriens, qui est une affaire bilatérale et judiciaire, entre deux pays frères. C’est évident, que la qualification judiciaire des infractions liées à cette affaire ne relève pas des attributions du Secrétaire Général des Nations Unies. Au Mali, notre administration ne travaille pas sur la base de l’oralité, ni des déclarations par voie de presse, par conséquent, nous nous en tenons scrupuleusement à la Note Verbale de la MINUSMA, référence : MINUSMA/PROT/NV/226/2022 du 22 Juillet 2022, dans laquelle, il ressort clairement qu’il n’existe pas de liens entre les 46 mercenaires et les Nations Unies. Les récentes synchronisations des actions et l’harmonisation des éléments de langage consistant à faire passer le Mali de statut de victime à celui de coupable dans cette affaire des mercenaires, sont sans effets.

FB_IMG_1664120198104.jpg, sept. 2022

Excellence M. le Secrétaire Général,

Votre position sur l’affaire des mercenaires a été suivie par certains responsables d’Afrique de l’Ouest, donc c’est sous votre couvert, que nous leur adresserons des messages.

A l’endroit du Président en exercice de la CEDEAO, M. Umaro Sissoco Embalo qui affirme : « on vient de voir avant-hier, la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies qui dit que ce ne sont pas des mercenaires. Moi à la place des maliens, j’aurai relâché ces 49 soldats ».

Je voudrais très respectueusement signifier à ce dernier qu’il existe un principe de subsidiarité, d’ailleurs aux contours flous, entre la CEDEAO et les Nations Unies et non un principe de mimétisme. Egalement, il est important de lui préciser que le Secrétaire Général des Nations Unies n’est pas un Chef d’Etat et le Président en exercice de la CEDEAO n’est pas un fonctionnaire. Par conséquent, il serait indiqué qu’il ne banalise pas la CEDEAO. Enfin, il est utile de rappeler, au Président en exercice de la CEDEAO, qu’au Mali, les autorités n’interfèrent pas dans les dossiers judiciaires et respectent l’indépendance de la Justice. Donc, nous n’avons pas vocation à interpeller ou relâcher, ceci relève de la fonction judiciaire. Aussi, M. Umaro Sissoco Embalo doit être conscient du fait qu’il est le dépositaire d’un lourd héritage et de plusieurs sacrifices qui ont fait la renommée de cette Organisation. La dynamique ayant fait la grandeur de la CEDEAO ne doit pas être brisée. Par ailleurs, nous avons pris acte de la menace de sanctions proférée contre le Mali, et loin d’être impressionné par des sanctions, je voudrais signaler au Président en exercice de la CEDEAO, qu’à la fin de son mandat, les peuples ouest-africains le jugeront sur les efforts qu’il a fournis pour améliorer les conditions de vie des populations et non des show médiatiques servant des agendas étrangers.

A l’endroit de M. Bazoum, il remarquera que le Gouvernement de la Transition n’a pour le moment jamais réagi à ses propos injurieux pour deux raisons cumulatives. La première raison tient au respect de l’héritage laissé par nos ancêtres, qui consiste à ne pas répondre aux injures par des injures. La seconde raison relève de l’identité de M. Bazoum, l’étranger qui se réclame du Niger. Nous savons que le peuple nigérien frère du Mali, se distingue par des valeurs sociétales, culturelles et religieuses très riches. M. Bazoum n’est pas un nigérien, son comportement nous réconforte totalement dans notre constat.

Excellence M. le Secrétaire Général, le Mali tirera toutes les conséquences de droit de vos agissements.

Devant Dieu et en leur âme et conscience, nous demandons à ceux qui réfutent notre version, d’indiquer s’ils accepteront que des militaires ayant dissimulé leurs identités, en mettant sur leurs passeports qu’ils sont peintres, maçons etc... avec des armes, débarquent dans leur aéroport, sans que le pays de destination n’ait été au préalable informé et dans le dessein funeste de déstabiliser ce pays. S’ils ne l’acceptent pas, en tant qu’Etat, si cela n’est pas possible à Lisbonne ou ailleurs, le Mali non plus ne l’acceptera pas en tant qu’Etat et ce ne sera pas non plus possible à Bamako ou dans une autre localité malienne.

Monsieur le Président,

« Une nouvelle ère : des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants » le thème de cette 77ème session ordinaire de l’Assemblée générale suscitera l’espoir de meilleurs jours pour le Mali, à la condition que le bilan sans complaisance de l’ancienne ère soit établi, que les enseignements soient tirés et que des recommandations objectives soient formulées. Une fois cette étape franchie, je ne doute pas, qu’à travers notre action collective : nous réussirons à pacifier les multiples foyers de tension dans le monde, mais aussi à promouvoir un développement harmonieux et lutter efficacement contre les pandémies, la dégradation de l’environnement et le réchauffement climatique, les inégalités, les politiques de domination et de prédation de ressources.

Depuis le mois d’août 2020, le Mali se trouve dans un processus de transition, qui prendra fin le 26 mars 2024, par le transfert de pouvoir aux autorités élues. D’ici à cette échéance et conformément aux recommandations des Assises nationales de la refondation, les autorités de la Transition se sont engagées, dans deux chronogrammes convenus avec la CEDEAO (la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), à faire des réformes politiques et institutionnelles, avant d’organiser des élections, dont l’objectif ultime est de refonder l’Etat malien, afin qu’il réponde aux aspirations profondes et légitimes de notre peuple à la paix, à la sécurité, à la bonne gouvernance, au développement et à la stabilité institutionnelle durable au Mali.

Dans cette perspective, je suis heureux de souligner que certaines avancées majeures ont déjà été réalisées, notamment la promulgation de la loi électorale qui comprend entre autres la création de l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE) dont l’installation est à un stade avancé, ainsi que la mise en place d’une commission composée d’éminentes personnalités de toutes les composantes de la société malienne, chargée de la rédaction de la nouvelle constitution.

FB_IMG_1664120247045.jpg, sept. 2022

Monsieur le Président,

Sur un autre plan, peu de gens savent que le Mali est le seul pays au monde dans lequel se superposent et se déroulent simultanément 4 types d’insécurité : le terrorisme, les conflits communautaires manipulés par les terroristes et leurs sponsors étatiques étrangers, la criminalité transnationale organisée et les actions violentes d’individus isolés.

Parallèlement à ce processus de retour à l’ordre constitutionnel, le Mali continue de mener une lutte sans merci contre les acteurs de l’insécurité, en particulier les groupes extrémistes et qui sont responsables de toutes sortes d’abus contre nos paisibles populations.

En ce qui concerne le Mali, je suis heureux et fier de vous annoncer que les groupes terroristes ont été sérieusement affaiblis et la peur a même changé de camp. Cependant, ces groupes criminels gardent encore et toujours une certaine capacité de nuisance, dans leurs tentatives désespérées de porter atteinte à notre intégrité territoriale et de terroriser nos populations.

Les vaillantes Forces de Défense et de Sécurité du Mali restent déterminées à faire face à toutes les menaces, d’où qu’elles viennent. Sous l’impulsion de Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Gouvernement du Mali continue d’intensifier les efforts importants pour recruter, former, équiper et renforcer les capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité maliennes. Je dois dire ici que les actions offensives menées jusque-là ont permis à nos forces de remporter des victoires décisives contre les forces obscurantistes. Elles ont également permis à l’Etat de reprendre pied et de réaffirmer son autorité sur une grande partie du territoire national, ainsi que de favoriser le retour de plusieurs milliers de nos compatriotes dans leurs localités d’origine.

Cependant, nous savons que la solution uniquement militaire ou sécuritaire a ses limites. C’est la raison pour laquelle, en appui à l’action militaire, le Gouvernement du Mali s’est doté d’une stratégie globale et intégrée, comprenant des mesures politiques, sociales, de développement, y compris la fourniture des services sociaux de base à nos populations durement affectées par la crise multiforme que nous traversons depuis janvier 2012, avec comme objectif la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

Dans cette dynamique, le Gouvernement du Mali a approuvé le 24 août dernier, la Stratégie nationale de Stabilisation des régions du Centre et son Plan d’actions 2022-2024. Cette stratégie traduit la volonté des autorités de la Transition d’avoir une approche holistique de la stabilisation des régions du Centre. Elle vise à faire du Centre une zone stable et prospère où les communautés sont réconciliées et vivent en harmonie avec leurs voisins.

Parallèlement, la mise en œuvre diligente et intelligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, demeure une priorité stratégique des autorités de la Transition, en tant qu’instrument pacifique de résolution durable de la crise, que traverse le Mali dans sa partie Nord.

Je dois dire que je suis particulièrement heureux des conclusions de la deuxième réunion de niveau décisionnel des parties à l’Accord, tenue à Bamako du 1er au 05 août 2022. Cette importante réunion, qui a regroupé les parties signataires et la Médiation internationale, a permis de lever certains obstacles afin de relancer le processus de mise en œuvre de l’Accord.

Poursuivant cette dynamique positive et progressive du processus de paix, la 6ème réunion de haut niveau du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) s’est tenue à Bamako il y a à peine quelques semaines, le 02 septembre 2022. Cette session du CSA est un signal fort de la volonté des parties à s’engager dans une nouvelle dynamique en vue de parachever la mise en œuvre de l’Accord. Je réaffirme ici notre attachement à ce processus dont la réussite demeure l’une des conditions sine qua non de la stabilité durable du Mali.

C’est le lieu pour moi de saluer une fois de plus le rôle actif de l’Algérie et l’accompagnement de l’équipe de médiation internationale.

Je n’oublie pas ici la situation des réfugiés maliens dans les pays voisins, que je salue au passage pour leur hospitalité à l’égard des nôtres. Je n’oublie pas non plus celle de nos compatriotes déplacés internes. Je veux les rassurer que le Gouvernement du Mali reste très attentif à leur situation précaire et que tous nos efforts visent à créer les conditions propices à leur retour dans la sécurité et la dignité, en vue de leur participation effective, à la vie de la nation.

FB_IMG_1664120263059.jpg, sept. 2022

Monsieur le Président,

Dans sa difficile quête pour la paix, la stabilité et le développement durable, le peuple malien reste reconnaissant des efforts et des sacrifices consentis par la MINUSMA, de sa création en juillet 2013 à nos jours, visant à aider le Mali à restaurer son autorité sur l’ensemble de son territoire.

C’est pourquoi, je tiens à rendre hommage, au nom du peuple et du Gouvernement maliens, à la mémoire de toutes les victimes, maliennes comme étrangères, civiles comme militaires, tombées sur le champ d’honneur au Mali.

Cela dit, il nous faut reconnaître que près de 10 ans après son établissement, les objectifs pour lesquels la MINUSMA a été déployée au Mali ne sont pas atteints. Et ce, en dépit des nombreuses résolutions du Conseil de sécurité.

C’est pourquoi, le Gouvernement du Mali réitère sa demande, maintes fois exprimée, d’un changement de paradigme, d’une adaptation de la MINUSMA à l’environnement dans lequel elle est déployée et d’une meilleure articulation de cette mission avec les autorités maliennes.

Dans cette perspective, il est extrêmement important pour la MINUSMA de rester une force d’appui au Mali dans sa quête de stabilité. Le Gouvernement du Mali dénonce les influences extérieures négatives et les tentatives d’instrumentalisation de certaines entités légalement présentes au Mali, pour servir des agendas cachés, y compris à travers l’exploitation de la question des droits de l’homme aux fins de déstabilisation.

Monsieur le Président,

Le monde se souviendra qu’après avoir été abandonné en plein vol, le 10 juin 2021, par la France qui a décidé unilatéralement de retirer la force Barkhane du Mali, mon pays a été ensuite poignardé dans le dos par les autorités françaises. La précision est d’autant plus utile que nous refusons tout amalgame avec le peuple français que nous respectons.

Les autorités françaises profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles et trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des lumières, se sont transformées en une junte au service de l’obscurantisme.

Obscurantisme de la junte française nostalgique de pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde, qui a commandité et prémédité des sanctions inédites, illégales, illégitimes et inhumaines de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali. Après plus de 10 ans d’insécurité ayant fait des milliers de morts, autant de réfugiés et de déplacés internes, n’est-ce pas un sacrilège de mettre une population malienne victime de l’insécurité dans un pays enclavé sous embargo pendant 7 mois, en procédant à la fermeture des frontières et la saisie des comptes financiers du Mali ?

Grâce à sa résilience et à la solidarité de pays amis et des peuples africains, le Peuple malien a tenu et a déjoué les pronostics de ses adversaires.

Obscurantisme de la junte française qui s’est rendue coupable d’instrumentalisation des différends ethniques, en oubliant si vite sa responsabilité dans le génocide contre les Tutsis au Rwanda, coupable également de tenter désespérément de diviser les maliens enfants d’une même famille.

Enfin, obscurantisme de la junte française, qui a violé l’espace aérien malien en y faisant voler des vecteurs aériens tels que des drones, des hélicoptères militaires et des avions de chasse, plus d’une cinquantaine de fois, en apportant des renseignements, des armes et munitions aux groupes terroristes.

Afin de se donner une bonne conscience, la junte française accuse le Mali de n’avoir pas été reconnaissant, en se gargarisant de la mort regrettable de 59 soldats français au Mali, lors de diverses opérations de lutte contre le terrorisme. A cette triste accusation, nous rappelons que dans la majorité des interventions d’officiels maliens et des cérémonies, nous rendons systématiquement un hommage à l’ensemble des victimes de l’insécurité au Mali sans distinction de nationalité, donc, y compris les 59 français décédés. Aussi, nous les invitons à ne pas s’arrêter en si bon chemin et de remonter le temps, en passant par leur intervention en Libye décriée par toute l’Afrique, sans oublier la participation forcée des milliers d’Africains à la 1ère et la seconde guerre mondiale, sans oublier la traite négrière qui explique l’essor économique de beaucoup de pays. Combien d’Africains sont-ils morts pour la France et le monde libre dans lequel nous sommes ?

Monsieur le Président,

Eu égard à la gravité des faits commis par la junte française, le Mali dans sa lettre en date du 15 août 2022, a demandé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cette réunion a pour objet de permettre au Mali de présenter les éléments de preuve en sa possession, démontrant que l’armée française a agressé en de maintes reprises, mon pays, en violant, de manière répétitive et fréquente l’espace aérien malien, sans autorisation des autorités maliennes et parfois en falsifiant des documents de vol.

Plus grave, Monsieur le Président, le Mali sera en mesure de prouver que la junte française a fourni des renseignements et des armes à des groupes terroristes.

Le Gouvernement du Mali s’interroge sur les raisons qui poussent cet Etat membre permanent du Conseil de sécurité, de surcroît assurant la présidence de cet organe, à faire obstacle au débat, en vue de la manifestation de la vérité. Le monde doit être édifié sur les faits graves qui se sont déroulés au Mali et qui sont à la base de l’aggravation de l’insécurité et de la déstabilisation du Mali et du Sahel.

Par la saisine du Conseil de sécurité, le Gouvernement du Mali entend mettre cet important organe, chargé à titre principal du maintien de la paix et de la sécurité internationales, face à ses responsabilités et dénoncer les agissements de la junte française contre mon pays. Ces actes hostiles sont

incompatibles avec la Charte des Nations Unies et son statut de membre permanent.

Il y va de la crédibilité de notre mécanisme commun, de l’efficacité de la lutte contre le Terrorisme, mais surtout, il y va de l’intégrité de l’Organisation des Nations Unies qui repose entre autres sur le respect des engagements internationaux, de la légalité internationale et de la Charte des Nations Unies. M. le Président, il semble opportun pour le Mali de demander votre implication personnelle auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, afin que notre demande aboutisse, pour que cesse la duplicité et la guerre par procuration imposée à mon pays.

Monsieur le Président,

Dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, le Gouvernement du Mali est fortement interpellé sur la question des droits de l’homme. Je tiens à souligner que les droits de l’homme, constituent avant tout des valeurs qu’incarne chaque malien. Aussi, le Gouvernement du Mali reste déterminé à les respecter et à les faire respecter, conformément à sa politique de tolérance zéro contre l’impunité. Et cela, par fidélité à nos valeurs ancestrales inscrites dans la Charte de Kouroukanfouga proclamée en 1236 par l’Empereur du Mali Soundiata KEITA. Le Mali, berceau de grandes civilisations, héritier de grands empires, terre de brassage, d’hospitalité et de tolérance, fait de la promotion et de la défense des droits de l’homme une priorité nationale. C’est pourquoi, je réaffirme avec force que les opérations militaires des Forces de défense et de sécurité du Mali sont conduites dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Cependant, comme je viens de le souligner, le Gouvernement du Mali s’oppose avec véhémence à l’instrumentalisation de la question des droits de l’homme à des fins politiques, de positionnement, voire de chantage ou d’intimidation. De même, nous regrettons la sélectivité observée entre les droits des populations dont des villages entiers sont massacrés et rasés qui ne suscitent presque pas d’indignation particulière et la manipulation communicationnelle faisant passer des terroristes neutralisés sur le champ de bataille pour des civils innocents.

Monsieur le Président,

Pour terminer, je dirai que le peuple malien a décidé de prendre son destin en mains. Il soutient pleinement le Gouvernement dans la Refondation du Mali ainsi que le retour à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé en mars 2024, à l’issue d’élections libres, crédibles et transparentes.

La réalisation de ces vastes chantiers exige du Gouvernement de poursuivre et d’intensifier les efforts en vue de l’amélioration continue de la situation sécuritaire dans le pays et de la protection des personnes et de leurs biens.

A cet égard, je me réjouis de la tenue à Lomé, le 06 septembre dernier, de la 3ème réunion du Groupe de Suivi et de Soutien à la Transition. Les conclusions de cette importante rencontre, notamment la reconnaissance des progrès réalisés par la Transition et les appels lancés en faveur de la mobilisation de tous les partenaires du Mali pour consolider leur appui politique, économique, technique et financier à la République du Mali, ainsi que pour soutenir les efforts des Autorités de transition du Mali en vue d'un retour harmonieux à l'ordre constitutionnel.

Je voudrais rappeler que la Transition au Mali, résulte de plusieurs années de dysfonctionnements de notre jeune démocratie, qui a engrangé quelques résultats positifs. Malheureusement, à l’heure du bilan, les passifs sont plus importants que les actifs, d’où la survenance de la Transition. Je saisis cette opportunité qui m’est offerte pour remercier chaleureusement notre respecté aîné, SE le Président Alassane Dramane Ouattara pour les sages et éclairés conseils, qu’il nous a prodigués dans son allocution mémorable à cette 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Je voudrais le rassurer que les Autorités de la Transition malienne, n’ont d’autres objectifs que de faire des réformes politiques et institutionnelles, avant d’organiser des élections, tout en luttant obstinément contre le terrorisme. Ces réformes permettront d’améliorer la gouvernance et toutes les dispositions seront prises pour que la démocratie malienne soit la plus enviée au monde.

Dans ce chantier, nous prêterons une attention particulière au 3ème mandat qui ne sera pas possible. Pour un public moins averti, le 3ème mandat consiste pour un Président de la République d’effectuer une manœuvre en 4 temps, en vue de conserver le pouvoir pour lui seul et son clan :

• Premier temps: Presqu’en fin de second mandat, donc en principe, non rééligible, il s’agit pour le Président de la République sortant, de déclencher une révision constitutionnelle de manière non consensuelle ;

• Deuxième temps : au cours de cette révision constitutionnelle, le Président de la République sortant modifiera quelques dispositions constitutionnelles ;

• Troisième temps : une fois la nouvelle Constitution adoptée, sur fond de crise politique naturellement, le Président sortant devient candidat, en violation de la limitation du nombre de mandat à deux. Sa candidature est alors justifiée par l’adoption de la nouvelle constitution et le prétexte est tout trouvé : la limitation du nombre de mandat à deux concernait l’ancienne constitution. Par conséquent, il est candidat au regard de la nouvelle Constitution adoptée.

• Quatrième temps : une farce électorale est organisée. Forcément, il remporte les élections et s’en suit une chasse impitoyable aux opposants politiques, dont certains sont arrêtés, d’autres s’exilent, et d’autres assassinés. Les allégeances sont obtenues grâce au pouvoir de l’argent, le clientélisme et les intimidations.

Dans un langage plus simplifié et en référence à une métaphore footballistique, le 3ème mandat est une magie, c’est l’art de se dribbler soi-même tout en gardant le ballon.

Excellence M. le Président Ouattara, vos conseils nous rappellent la triste histoire du chameau qui se moque de la bosse du dromadaire.

Malgré les efforts tangibles de la Transition malienne dans la mise en œuvre des chronogrammes des réformes politiques et institutionnelles et celui des élections, salués par la communauté internationale, Mme la Ministre des Affaires Etrangères de la Junte française, à qui le Mali n’a pourtant rien demandé, a estimé qu’il n’y avait pas eu de progrès, oubliant que Nul ne peut aimer le Mali, plus que les Maliens eux-mêmes. Sa position singulière et son adversité ne nous surprennent guère. Victor Hugo dans Claude Gueux a classé le genre humain en 2 catégories, en indiquant : « qu’il y a des hommes qui sont fer et des hommes qui sont aimant » la Ministre dont il s’agit, malheureusement, n’est ni fer, ni aimant, elle est hideusement sui generis.

Devant l’incertitude et les situations étrangères, le peuple malien adopte une attitude prudente, c’est ce que l’écrivain et le sage Amadou Hampâté Ba, met en relief, en conseillant dans l’étrange destin de Wangrin que : « Si observer est une qualité, savoir se taire préserve de la calamité ». Mme le Ministre de la junte française, le Mali vous conseille de vous contenter d’observer sa situation.

C’est l’occasion pour moi de saluer les relations de coopération exemplaire et fructueuse entre le Mali et la Russie, tout en réaffirmant que le Mali reste ouvert à tous les partenaires qui souhaitent l’aider à relever les multiples défis qui l’assaillent, dans le respect strict de sa souveraineté, de son unité et de la dignité du peuple malien.

Le Mali rappelle que conformément à la Vision du Colonel Assimi GOÏTA Président de la Transition, Chef de l’Etat, 3 principes guident l’action publique nationale :

1. Le respect de la souveraineté du Mali ;

2. Le Respect des choix stratégiques et de partenaires opérés par le Mali ;

3. La prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans les décisions prises.

En application de ces principes, le Mali reste disposé à poursuivre et à renforcer ses relations de bon voisinage avec l’ensemble des pays qui l’entourent. De même, le Mali, fidèle à son engagement panafricain, continuera à œuvrer au sein des organisations sous régionales et régionales pour la réalisation de l’intégration africaine.

Egalement, l’atteinte des objectifs de la Transition, requiert l’accompagnement de l’ensemble des partenaires du Mali, y compris les Nations Unies. J’en appelle donc aux amis du Mali à rester mobilisés aux côtés du Gouvernement en vue de l’aider à relever ensemble ces défis importants.

Pour la grande majorité des Etats du Monde, convaincus par le respect mutuel et le partenariat gagnant-gagnant, je leur garantis que les portes du Mali leur sont grandement ouvertes et les maliens les accueilleront les bras ouverts.

Pour la minorité qui serait tentée de ne pas respecter ces principes, nous leur promettons qu’ils feront face à des millions de « Assimi Goïta », soucieux de défendre leur honneur, leur dignité et leurs intérêts vitaux. Je terminerai, en donnant deux conseils aux nostalgiques de la domination : ayez le sens de l’empathie en « Traitant les autres comme vous voudrez être traité » ou en « Ne faisant pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fasse ». Le second conseil, revoyez vos copies, revoyez vos modèles, revoyez vos logiciels pour intégrer le changement de mentalités et l’évolution du monde dans vos grilles de lecture et d’analyse, sortez du passé colonial et entendez la colère, la frustration, le rejet qui remontent des villes et campagnes africaines, des populations africaines, et comprenez que ce mouvement est inexorable. Grâce au principe de la multiplication fractale, vos intimidations et vos actions subversives n’ont fait que grossir le rang des africains soucieux de préserver leur dignité, s’ils n’étaient qu’une centaine aux indépendances, aujourd’hui, nous sommes des millions et demain, tant que les paradigmes inégalitaires demeureront, nous serons des milliards. Le Mali et son peuple ne seront pas des spectateurs face aux assauts et l’adversité : pour chaque mot employé de travers, nous réagirons par réciprocité, pour chaque balle tirée contre nous, nous réagirons par réciprocité.

C’est à ce prix qu’une nouvelle ère sera une réalité, avec des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants, avec des Etats interdépendants et en valorisant l’Homme, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de propriété, de naissance ou de toute autre situation, tel que stipulé à l’Article 2 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Que Dieu bénisse le Mali et préserve les Maliens, des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Que Dieu bénisse l’Afrique et préserve les africains des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Que Dieu bénisse le monde et préserve l’humanité entière des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Je vous remercie de votre très aimable attention.

www.touteinfo.comDiscours du Colonel Abdoulaye MAIGA Premier ministre p.i, Chef du Gouvernement du Mali, à l’occasion du Débat général de la 77ème Session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies

New York, le 24 septembre 2022

Monsieur le Président de l’Assemblée générale,

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, 

Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Mesdames et Messieurs,

De prime à bord, je voudrais m’acquitter de l’agréable devoir de vous adresser les chaleureuses salutations du peuple malien riche de sa diversité culturelle, religieuse et ethnique, ainsi que celles de Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat.

M. le Président votre brillante élection à la présidence de cette 77ème session de l’Assemblée générale et la fin des travaux de la 76ème session de l’Assemblée générale brillamment conduits par votre prédécesseur S.E.M. Abdullah SHAHID, de la République des Maldives, m’offrent l’heureuse occasion d’adresser à Vos Excellences les chaleureuses félicitations de tout le Mali.

Enfin, permettez-moi de réitérer à notre Secrétaire général, M. António GUTERRES, notre haute appréciation des efforts louables qu’il continue de déployer pour la réalisation des nobles objectifs de notre Organisation commune. Nous sommes convaincus que vous êtes un ami du Mali et du Sahel.

L’amitié reposant sur la sincérité, souffrez que je vous exprime mon profond désaccord suite à votre récente sortie médiatique, au cours de laquelle vous prenez position et vous vous exprimez sur l’affaire des 46 mercenaires ivoiriens, qui est une affaire bilatérale et judiciaire, entre deux pays frères. C’est évident, que la qualification judiciaire des infractions liées à cette affaire ne relève pas des attributions du Secrétaire Général des Nations Unies. Au Mali, notre administration ne travaille pas sur la base de l’oralité, ni des déclarations par voie de presse, par conséquent, nous nous en tenons scrupuleusement à la Note Verbale de la MINUSMA, référence : MINUSMA/PROT/NV/226/2022 du 22 Juillet 2022, dans laquelle, il ressort clairement qu’il n’existe pas de liens entre les 46 mercenaires et les Nations Unies. Les récentes synchronisations des actions et l’harmonisation des éléments de langage consistant à faire passer le Mali de statut de victime à celui de coupable dans cette affaire des mercenaires, sont sans effets.

Excellence M. le Secrétaire Général,

Votre position sur l’affaire des mercenaires a été suivie par certains responsables d’Afrique de l’Ouest, donc c’est sous votre couvert, que nous leur adresserons des messages.

A l’endroit du Président en exercice de la CEDEAO, M. Umaro Sissoco Embalo qui affirme : « on vient de voir avant-hier, la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies qui dit que ce ne sont pas des mercenaires. Moi à la place des maliens, j’aurai relâché ces 49 soldats ».

Je voudrais très respectueusement signifier à ce dernier qu’il existe un principe de subsidiarité, d’ailleurs aux contours flous, entre la CEDEAO et les Nations Unies et non un principe de mimétisme. Egalement, il est important de lui préciser que le Secrétaire Général des Nations Unies n’est pas un Chef d’Etat et le Président en exercice de la CEDEAO n’est pas un fonctionnaire. Par conséquent, il serait indiqué qu’il ne banalise pas la CEDEAO. Enfin, il est utile de rappeler, au Président en exercice de la CEDEAO, qu’au Mali, les autorités n’interfèrent pas dans les dossiers judiciaires et respectent l’indépendance de la Justice. Donc, nous n’avons pas vocation à interpeller ou relâcher, ceci relève de la fonction judiciaire. Aussi, M. Umaro Sissoco Embalo doit être conscient du fait qu’il est le dépositaire d’un lourd héritage et de plusieurs sacrifices qui ont fait la renommée de cette Organisation. La dynamique ayant fait la grandeur de la CEDEAO ne doit pas être brisée. Par ailleurs, nous avons pris acte de la menace de sanctions proférée contre le Mali, et loin d’être impressionné par des sanctions, je voudrais signaler au Président en exercice de la CEDEAO, qu’à la fin de son mandat, les peuples ouest-africains le jugeront sur les efforts qu’il a fournis pour améliorer les conditions de vie des populations et non des show médiatiques servant des agendas étrangers.

A l’endroit de M. Bazoum, il remarquera que le Gouvernement de la Transition n’a pour le moment jamais réagi à ses propos injurieux pour deux raisons cumulatives. La première raison tient au respect de l’héritage laissé par nos ancêtres, qui consiste à ne pas répondre aux injures par des injures. La seconde raison relève de l’identité de M. Bazoum, l’étranger qui se réclame du Niger. Nous savons que le peuple nigérien frère du Mali, se distingue par des valeurs sociétales, culturelles et religieuses très riches. M. Bazoum n’est pas un nigérien, son comportement nous réconforte totalement dans notre constat.

Excellence M. le Secrétaire Général, le Mali tirera toutes les conséquences de droit de vos agissements.

Devant Dieu et en leur âme et conscience, nous demandons à ceux qui réfutent notre version, d’indiquer s’ils accepteront que des militaires ayant dissimulé leurs identités, en mettant sur leurs passeports qu’ils sont peintres, maçons etc... avec des armes, débarquent dans leur aéroport, sans que le pays de destination n’ait été au préalable informé et dans le dessein funeste de déstabiliser ce pays. S’ils ne l’acceptent pas, en tant qu’Etat, si cela n’est pas possible à Lisbonne ou ailleurs, le Mali non plus ne l’acceptera pas en tant qu’Etat et ce ne sera pas non plus possible à Bamako ou dans une autre localité malienne.

Monsieur le Président,

« Une nouvelle ère : des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants » le thème de cette 77ème session ordinaire de l’Assemblée générale suscitera l’espoir de meilleurs jours pour le Mali, à la condition que le bilan sans complaisance de l’ancienne ère soit établi, que les enseignements soient tirés et que des recommandations objectives soient formulées. Une fois cette étape franchie, je ne doute pas, qu’à travers notre action collective : nous réussirons à pacifier les multiples foyers de tension dans le monde, mais aussi à promouvoir un développement harmonieux et lutter efficacement contre les pandémies, la dégradation de l’environnement et le réchauffement climatique, les inégalités, les politiques de domination et de prédation de ressources.

Depuis le mois d’août 2020, le Mali se trouve dans un processus de transition, qui prendra fin le 26 mars 2024, par le transfert de pouvoir aux autorités élues. D’ici à cette échéance et conformément aux recommandations des Assises nationales de la refondation, les autorités de la Transition se sont engagées, dans deux chronogrammes convenus avec la CEDEAO (la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), à faire des réformes politiques et institutionnelles, avant d’organiser des élections, dont l’objectif ultime est de refonder l’Etat malien, afin qu’il réponde aux aspirations profondes et légitimes de notre peuple à la paix, à la sécurité, à la bonne gouvernance, au développement et à la stabilité institutionnelle durable au Mali.

Dans cette perspective, je suis heureux de souligner que certaines avancées majeures ont déjà été réalisées, notamment la promulgation de la loi électorale qui comprend entre autres la création de l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE) dont l’installation est à un stade avancé, ainsi que la mise en place d’une commission composée d’éminentes personnalités de toutes les composantes de la société malienne, chargée de la rédaction de la nouvelle constitution.

Monsieur le Président,

Sur un autre plan, peu de gens savent que le Mali est le seul pays au monde dans lequel se superposent et se déroulent simultanément 4 types d’insécurité : le terrorisme, les conflits communautaires manipulés par les terroristes et leurs sponsors étatiques étrangers, la criminalité transnationale organisée et les actions violentes d’individus isolés.

Parallèlement à ce processus de retour à l’ordre constitutionnel, le Mali continue de mener une lutte sans merci contre les acteurs de l’insécurité, en particulier les groupes extrémistes et qui sont responsables de toutes sortes d’abus contre nos paisibles populations.

En ce qui concerne le Mali, je suis heureux et fier de vous annoncer que les groupes terroristes ont été sérieusement affaiblis et la peur a même changé de camp. Cependant, ces groupes criminels gardent encore et toujours une certaine capacité de nuisance, dans leurs tentatives désespérées de porter atteinte à notre intégrité territoriale et de terroriser nos populations.

Les vaillantes Forces de Défense et de Sécurité du Mali restent déterminées à faire face à toutes les menaces, d’où qu’elles viennent. Sous l’impulsion de Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Gouvernement du Mali continue d’intensifier les efforts importants pour recruter, former, équiper et renforcer les capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité maliennes. Je dois dire ici que les actions offensives menées jusque-là ont permis à nos forces de remporter des victoires décisives contre les forces obscurantistes. Elles ont également permis à l’Etat de reprendre pied et de réaffirmer son autorité sur une grande partie du territoire national, ainsi que de favoriser le retour de plusieurs milliers de nos compatriotes dans leurs localités d’origine.

Cependant, nous savons que la solution uniquement militaire ou sécuritaire a ses limites. C’est la raison pour laquelle, en appui à l’action militaire, le Gouvernement du Mali s’est doté d’une stratégie globale et intégrée, comprenant des mesures politiques, sociales, de développement, y compris la fourniture des services sociaux de base à nos populations durement affectées par la crise multiforme que nous traversons depuis janvier 2012, avec comme objectif la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

Dans cette dynamique, le Gouvernement du Mali a approuvé le 24 août dernier, la Stratégie nationale de Stabilisation des régions du Centre et son Plan d’actions 2022-2024. Cette stratégie traduit la volonté des autorités de la Transition d’avoir une approche holistique de la stabilisation des régions du Centre. Elle vise à faire du Centre une zone stable et prospère où les communautés sont réconciliées et vivent en harmonie avec leurs voisins.

Parallèlement, la mise en œuvre diligente et intelligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, demeure une priorité stratégique des autorités de la Transition, en tant qu’instrument pacifique de résolution durable de la crise, que traverse le Mali dans sa partie Nord.

Je dois dire que je suis particulièrement heureux des conclusions de la deuxième réunion de niveau décisionnel des parties à l’Accord, tenue à Bamako du 1er au 05 août 2022. Cette importante réunion, qui a regroupé les parties signataires et la Médiation internationale, a permis de lever certains obstacles afin de relancer le processus de mise en œuvre de l’Accord.

Poursuivant cette dynamique positive et progressive du processus de paix, la 6ème réunion de haut niveau du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) s’est tenue à Bamako il y a à peine quelques semaines, le 02 septembre 2022. Cette session du CSA est un signal fort de la volonté des parties à s’engager dans une nouvelle dynamique en vue de parachever la mise en œuvre de l’Accord. Je réaffirme ici notre attachement à ce processus dont la réussite demeure l’une des conditions sine qua non de la stabilité durable du Mali.

C’est le lieu pour moi de saluer une fois de plus le rôle actif de l’Algérie et l’accompagnement de l’équipe de médiation internationale.

Je n’oublie pas ici la situation des réfugiés maliens dans les pays voisins, que je salue au passage pour leur hospitalité à l’égard des nôtres. Je n’oublie pas non plus celle de nos compatriotes déplacés internes. Je veux les rassurer que le Gouvernement du Mali reste très attentif à leur situation précaire et que tous nos efforts visent à créer les conditions propices à leur retour dans la sécurité et la dignité, en vue de leur participation effective, à la vie de la nation.

Monsieur le Président,

Dans sa difficile quête pour la paix, la stabilité et le développement durable, le peuple malien reste reconnaissant des efforts et des sacrifices consentis par la MINUSMA, de sa création en juillet 2013 à nos jours, visant à aider le Mali à restaurer son autorité sur l’ensemble de son territoire.

C’est pourquoi, je tiens à rendre hommage, au nom du peuple et du Gouvernement maliens, à la mémoire de toutes les victimes, maliennes comme étrangères, civiles comme militaires, tombées sur le champ d’honneur au Mali.

Cela dit, il nous faut reconnaître que près de 10 ans après son établissement, les objectifs pour lesquels la MINUSMA a été déployée au Mali ne sont pas atteints. Et ce, en dépit des nombreuses résolutions du Conseil de sécurité.

C’est pourquoi, le Gouvernement du Mali réitère sa demande, maintes fois exprimée, d’un changement de paradigme, d’une adaptation de la MINUSMA à l’environnement dans lequel elle est déployée et d’une meilleure articulation de cette mission avec les autorités maliennes.

Dans cette perspective, il est extrêmement important pour la MINUSMA de rester une force d’appui au Mali dans sa quête de stabilité. Le Gouvernement du Mali dénonce les influences extérieures négatives et les tentatives d’instrumentalisation de certaines entités légalement présentes au Mali, pour servir des agendas cachés, y compris à travers l’exploitation de la question des droits de l’homme aux fins de déstabilisation.

Monsieur le Président,

Le monde se souviendra qu’après avoir été abandonné en plein vol, le 10 juin 2021, par la France qui a décidé unilatéralement de retirer la force Barkhane du Mali, mon pays a été ensuite poignardé dans le dos par les autorités françaises. La précision est d’autant plus utile que nous refusons tout amalgame avec le peuple français que nous respectons.

Les autorités françaises profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles et trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des lumières, se sont transformées en une junte au service de l’obscurantisme.

Obscurantisme de la junte française nostalgique de pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde, qui a commandité et prémédité des sanctions inédites, illégales, illégitimes et inhumaines de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali. Après plus de 10 ans d’insécurité ayant fait des milliers de morts, autant de réfugiés et de déplacés internes, n’est-ce pas un sacrilège de mettre une population malienne victime de l’insécurité dans un pays enclavé sous embargo pendant 7 mois, en procédant à la fermeture des frontières et la saisie des comptes financiers du Mali ?

Grâce à sa résilience et à la solidarité de pays amis et des peuples africains, le Peuple malien a tenu et a déjoué les pronostics de ses adversaires.

Obscurantisme de la junte française qui s’est rendue coupable d’instrumentalisation des différends ethniques, en oubliant si vite sa responsabilité dans le génocide contre les Tutsis au Rwanda, coupable également de tenter désespérément de diviser les maliens enfants d’une même famille.

Enfin, obscurantisme de la junte française, qui a violé l’espace aérien malien en y faisant voler des vecteurs aériens tels que des drones, des hélicoptères militaires et des avions de chasse, plus d’une cinquantaine de fois, en apportant des renseignements, des armes et munitions aux groupes terroristes.

Afin de se donner une bonne conscience, la junte française accuse le Mali de n’avoir pas été reconnaissant, en se gargarisant de la mort regrettable de 59 soldats français au Mali, lors de diverses opérations de lutte contre le terrorisme. A cette triste accusation, nous rappelons que dans la majorité des interventions d’officiels maliens et des cérémonies, nous rendons systématiquement un hommage à l’ensemble des victimes de l’insécurité au Mali sans distinction de nationalité, donc, y compris les 59 français décédés. Aussi, nous les invitons à ne pas s’arrêter en si bon chemin et de remonter le temps, en passant par leur intervention en Libye décriée par toute l’Afrique, sans oublier la participation forcée des milliers d’Africains à la 1ère et la seconde guerre mondiale, sans oublier la traite négrière qui explique l’essor économique de beaucoup de pays. Combien d’Africains sont-ils morts pour la France et le monde libre dans lequel nous sommes ?

Monsieur le Président,

Eu égard à la gravité des faits commis par la junte française, le Mali dans sa lettre en date du 15 août 2022, a demandé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cette réunion a pour objet de permettre au Mali de présenter les éléments de preuve en sa possession, démontrant que l’armée française a agressé en de maintes reprises, mon pays, en violant, de manière répétitive et fréquente l’espace aérien malien, sans autorisation des autorités maliennes et parfois en falsifiant des documents de vol.

Plus grave, Monsieur le Président, le Mali sera en mesure de prouver que la junte française a fourni des renseignements et des armes à des groupes terroristes.

Le Gouvernement du Mali s’interroge sur les raisons qui poussent cet Etat membre permanent du Conseil de sécurité, de surcroît assurant la présidence de cet organe, à faire obstacle au débat, en vue de la manifestation de la vérité. Le monde doit être édifié sur les faits graves qui se sont déroulés au Mali et qui sont à la base de l’aggravation de l’insécurité et de la déstabilisation du Mali et du Sahel.

Par la saisine du Conseil de sécurité, le Gouvernement du Mali entend mettre cet important organe, chargé à titre principal du maintien de la paix et de la sécurité internationales, face à ses responsabilités et dénoncer les agissements de la junte française contre mon pays. Ces actes hostiles sont

incompatibles avec la Charte des Nations Unies et son statut de membre permanent.

Il y va de la crédibilité de notre mécanisme commun, de l’efficacité de la lutte contre le Terrorisme, mais surtout, il y va de l’intégrité de l’Organisation des Nations Unies qui repose entre autres sur le respect des engagements internationaux, de la légalité internationale et de la Charte des Nations Unies. M. le Président, il semble opportun pour le Mali de demander votre implication personnelle auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, afin que notre demande aboutisse, pour que cesse la duplicité et la guerre par procuration imposée à mon pays.

Monsieur le Président,

Dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, le Gouvernement du Mali est fortement interpellé sur la question des droits de l’homme. Je tiens à souligner que les droits de l’homme, constituent avant tout des valeurs qu’incarne chaque malien. Aussi, le Gouvernement du Mali reste déterminé à les respecter et à les faire respecter, conformément à sa politique de tolérance zéro contre l’impunité. Et cela, par fidélité à nos valeurs ancestrales inscrites dans la Charte de Kouroukanfouga proclamée en 1236 par l’Empereur du Mali Soundiata KEITA. Le Mali, berceau de grandes civilisations, héritier de grands empires, terre de brassage, d’hospitalité et de tolérance, fait de la promotion et de la défense des droits de l’homme une priorité nationale. C’est pourquoi, je réaffirme avec force que les opérations militaires des Forces de défense et de sécurité du Mali sont conduites dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Cependant, comme je viens de le souligner, le Gouvernement du Mali s’oppose avec véhémence à l’instrumentalisation de la question des droits de l’homme à des fins politiques, de positionnement, voire de chantage ou d’intimidation. De même, nous regrettons la sélectivité observée entre les droits des populations dont des villages entiers sont massacrés et rasés qui ne suscitent presque pas d’indignation particulière et la manipulation communicationnelle faisant passer des terroristes neutralisés sur le champ de bataille pour des civils innocents.

Monsieur le Président,

Pour terminer, je dirai que le peuple malien a décidé de prendre son destin en mains. Il soutient pleinement le Gouvernement dans la Refondation du Mali ainsi que le retour à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé en mars 2024, à l’issue d’élections libres, crédibles et transparentes.

La réalisation de ces vastes chantiers exige du Gouvernement de poursuivre et d’intensifier les efforts en vue de l’amélioration continue de la situation sécuritaire dans le pays et de la protection des personnes et de leurs biens.

A cet égard, je me réjouis de la tenue à Lomé, le 06 septembre dernier, de la 3ème réunion du Groupe de Suivi et de Soutien à la Transition. Les conclusions de cette importante rencontre, notamment la reconnaissance des progrès réalisés par la Transition et les appels lancés en faveur de la mobilisation de tous les partenaires du Mali pour consolider leur appui politique, économique, technique et financier à la République du Mali, ainsi que pour soutenir les efforts des Autorités de transition du Mali en vue d'un retour harmonieux à l'ordre constitutionnel.

Je voudrais rappeler que la Transition au Mali, résulte de plusieurs années de dysfonctionnements de notre jeune démocratie, qui a engrangé quelques résultats positifs. Malheureusement, à l’heure du bilan, les passifs sont plus importants que les actifs, d’où la survenance de la Transition. Je saisis cette opportunité qui m’est offerte pour remercier chaleureusement notre respecté aîné, SE le Président Alassane Dramane Ouattara pour les sages et éclairés conseils, qu’il nous a prodigués dans son allocution mémorable à cette 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Je voudrais le rassurer que les Autorités de la Transition malienne, n’ont d’autres objectifs que de faire des réformes politiques et institutionnelles, avant d’organiser des élections, tout en luttant obstinément contre le terrorisme. Ces réformes permettront d’améliorer la gouvernance et toutes les dispositions seront prises pour que la démocratie malienne soit la plus enviée au monde.

Dans ce chantier, nous prêterons une attention particulière au 3ème mandat qui ne sera pas possible. Pour un public moins averti, le 3ème mandat consiste pour un Président de la République d’effectuer une manœuvre en 4 temps, en vue de conserver le pouvoir pour lui seul et son clan :

• Premier temps: Presqu’en fin de second mandat, donc en principe, non rééligible, il s’agit pour le Président de la République sortant, de déclencher une révision constitutionnelle de manière non consensuelle ;

• Deuxième temps : au cours de cette révision constitutionnelle, le Président de la République sortant modifiera quelques dispositions constitutionnelles ;

• Troisième temps : une fois la nouvelle Constitution adoptée, sur fond de crise politique naturellement, le Président sortant devient candidat, en violation de la limitation du nombre de mandat à deux. Sa candidature est alors justifiée par l’adoption de la nouvelle constitution et le prétexte est tout trouvé : la limitation du nombre de mandat à deux concernait l’ancienne constitution. Par conséquent, il est candidat au regard de la nouvelle Constitution adoptée.

• Quatrième temps : une farce électorale est organisée. Forcément, il remporte les élections et s’en suit une chasse impitoyable aux opposants politiques, dont certains sont arrêtés, d’autres s’exilent, et d’autres assassinés. Les allégeances sont obtenues grâce au pouvoir de l’argent, le clientélisme et les intimidations.

Dans un langage plus simplifié et en référence à une métaphore footballistique, le 3ème mandat est une magie, c’est l’art de se dribbler soi-même tout en gardant le ballon.

Excellence M. le Président Ouattara, vos conseils nous rappellent la triste histoire du chameau qui se moque de la bosse du dromadaire.

Malgré les efforts tangibles de la Transition malienne dans la mise en œuvre des chronogrammes des réformes politiques et institutionnelles et celui des élections, salués par la communauté internationale, Mme la Ministre des Affaires Etrangères de la Junte française, à qui le Mali n’a pourtant rien demandé, a estimé qu’il n’y avait pas eu de progrès, oubliant que Nul ne peut aimer le Mali, plus que les Maliens eux-mêmes. Sa position singulière et son adversité ne nous surprennent guère. Victor Hugo dans Claude Gueux a classé le genre humain en 2 catégories, en indiquant : « qu’il y a des hommes qui sont fer et des hommes qui sont aimant » la Ministre dont il s’agit, malheureusement, n’est ni fer, ni aimant, elle est hideusement sui generis.

Devant l’incertitude et les situations étrangères, le peuple malien adopte une attitude prudente, c’est ce que l’écrivain et le sage Amadou Hampâté Ba, met en relief, en conseillant dans l’étrange destin de Wangrin que : « Si observer est une qualité, savoir se taire préserve de la calamité ». Mme le Ministre de la junte française, le Mali vous conseille de vous contenter d’observer sa situation.

C’est l’occasion pour moi de saluer les relations de coopération exemplaire et fructueuse entre le Mali et la Russie, tout en réaffirmant que le Mali reste ouvert à tous les partenaires qui souhaitent l’aider à relever les multiples défis qui l’assaillent, dans le respect strict de sa souveraineté, de son unité et de la dignité du peuple malien.

Le Mali rappelle que conformément à la Vision du Colonel Assimi GOÏTA Président de la Transition, Chef de l’Etat, 3 principes guident l’action publique nationale :

1. Le respect de la souveraineté du Mali ;

2. Le Respect des choix stratégiques et de partenaires opérés par le Mali ;

3. La prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans les décisions prises.

En application de ces principes, le Mali reste disposé à poursuivre et à renforcer ses relations de bon voisinage avec l’ensemble des pays qui l’entourent. De même, le Mali, fidèle à son engagement panafricain, continuera à œuvrer au sein des organisations sous régionales et régionales pour la réalisation de l’intégration africaine.

Egalement, l’atteinte des objectifs de la Transition, requiert l’accompagnement de l’ensemble des partenaires du Mali, y compris les Nations Unies. J’en appelle donc aux amis du Mali à rester mobilisés aux côtés du Gouvernement en vue de l’aider à relever ensemble ces défis importants.

Pour la grande majorité des Etats du Monde, convaincus par le respect mutuel et le partenariat gagnant-gagnant, je leur garantis que les portes du Mali leur sont grandement ouvertes et les maliens les accueilleront les bras ouverts.

Pour la minorité qui serait tentée de ne pas respecter ces principes, nous leur promettons qu’ils feront face à des millions de « Assimi Goïta », soucieux de défendre leur honneur, leur dignité et leurs intérêts vitaux. Je terminerai, en donnant deux conseils aux nostalgiques de la domination : ayez le sens de l’empathie en « Traitant les autres comme vous voudrez être traité » ou en « Ne faisant pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fasse ». Le second conseil, revoyez vos copies, revoyez vos modèles, revoyez vos logiciels pour intégrer le changement de mentalités et l’évolution du monde dans vos grilles de lecture et d’analyse, sortez du passé colonial et entendez la colère, la frustration, le rejet qui remontent des villes et campagnes africaines, des populations africaines, et comprenez que ce mouvement est inexorable. Grâce au principe de la multiplication fractale, vos intimidations et vos actions subversives n’ont fait que grossir le rang des africains soucieux de préserver leur dignité, s’ils n’étaient qu’une centaine aux indépendances, aujourd’hui, nous sommes des millions et demain, tant que les paradigmes inégalitaires demeureront, nous serons des milliards. Le Mali et son peuple ne seront pas des spectateurs face aux assauts et l’adversité : pour chaque mot employé de travers, nous réagirons par réciprocité, pour chaque balle tirée contre nous, nous réagirons par réciprocité.

C’est à ce prix qu’une nouvelle ère sera une réalité, avec des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants, avec des Etats interdépendants et en valorisant l’Homme, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de propriété, de naissance ou de toute autre situation, tel que stipulé à l’Article 2 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Que Dieu bénisse le Mali et préserve les Maliens, des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Que Dieu bénisse l’Afrique et préserve les africains des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Que Dieu bénisse le monde et préserve l’humanité entière des forces obscurantistes et destructrices du monde !

Je vous remercie de votre très aimable attention.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 24 septembre 2022

BenaMpuka: PASSEPORTGATE: GROSSE ESCROQUERIE DE LA MAFIEUSE CLASSE DIRIGEANTE ENVERS NOTRE PEUPLE !

BenaMpuka:  PASSEPORTGATE: GROSSE ESCROQUERIE DE LA MAFIEUSE CLASSE DIRIGEANTE ENVERS NOTRE PEUPLE !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

images (49).jpeg, sept. 2022

NOUS SOMMES DISTRAITS. Affamé, paupérisé, clochardisé, le peuple KONGO est très distrait !

Le passeport KONGO est au cœur d'un business très lucratif pour les Apparatchiks du régime de Kinshasa.

Normalement le tweet de notre compatriote Aganze Rafiki devrait nous alertait tous. Le 17 septembre, il twitait: "Félix Tshisekedi est arrivé ce matin à Istanbul pour assister au mariage du fils de l’homme d’affaires belgo-Turc Lokman Sever et s’en volera par la suite vers les USA pour assister au 77 ème assemblée générale des Nations-Unies ".

fakwa-tshilombo.jpg, sept. 2022

Pourquoi Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a-t-il tenu à  aller dans une fête d'un homme d'affaire belgo-Turc à Istanbul ? 

Il s'agit d'un "COOP" du marché des passeports du KONGO !

Tout est boutiqué ! Au KONGO, Semlex s'accroche aux passeports biométriques. Semlex est une entreprise belge spécialisée dans la biométrie, le développement de systèmes d'identification et la création des documents d'identification sécurisés tels que les passeports et les cartes d'identité.

L'entreprise belge Semlex a activé son entregent, notamment au ministère des affaires étrangères, pour remporter l'appel d'offres auquel elle a candidaté avec neuf autres sociétés.

lutundula-talatala.png, sept. 2022

Monsieur Sever Lokman a ouvert des comptes en Turquie pour  Christophe Lutundula Apala, Vice-Premier Ministre, ministre des Affaires étrangères,  après avoir rencontré Albert Karaziwan, l'arménien président de Semlex et Locasem et negocié les commissions sur les passeports KONGO tout en sacrifiant  le pays mais surtout s'accaparant le contrôle des datas. C'est de la dynamite. Le KONGO est livré à lui-même.

Le KONGO a donné à Semlex en  plus, une autre source de revenus en vendant les datas aux enchères aux belligérants. Les Rwandais, Ougandais et Burundais prennent de plus en plus de noms et passeports KONGO.

Ce n'est pas un hasard. 

Déjà, dans un courriel au président Joseph Kabila, daté du 16 octobre 2014, le CEO de Semlex faisait offre de service à la RDC pour un prix variant « entre 20 à 40 dollars » pour un passeport électronique.

Passeportgate au KONGO, ce n'est pas que du vol, c'est de la méchanceté : coût exorbitant et procédures fastidieuses. Pourquoi donc le passeport KONGO est le plus cher au monde ?

Sur  les 200 dollars du prix du passeport KONGO, le gouvernement des Warriors Tshilomboïsés n'en percevrait que 65 dollars . Une société basée en Belgique et une autre aux Émirats arabes unis percevraient la majorité des revenus.

IN GROUPE, LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE A PROPOSÉ LE PRIX D'UN PASSEPORT BIOMÉTRIQUE SIMPLE  À 8 DOLLARS À LA FABRICATION ! PROPOSITION REJETÉE PAR LE RÉGIME DE TSHILOMBO. 

LES AUTORITÉS KLEPTOCRATES KONGO S'EN METTENT DES MILLIONS PLEINES LES POCHES. UN REVENU JUTEUX ESTIMÉ À PLUSIEURS MILLIONS DE DOLLARS, CAR CHAQUE ANNÉE  LE KONGO DÉLIVRE 2,5 MILLIONS DE PASSEPORTS.

La présidence usurpée de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avait signé un accord-cadre avec la société parapublique française IN Groupe (ex-imprimerie nationale). Cet accord portait sur la mise en place d'une plate-forme dite "Multi-titres", c'est-à-dire capable d'éditer à la fois des passeports biométriques et des cartes d'identité ainsi que potentiellement des permis de conduire biométriques.

IMG-20220223-WA0178.jpg, sept. 2022

Au sein de la présidence usurpée made in Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, le dossier IN Groupe était géré par André Wameso, l'omniprésent directeur du cabinet adjoint de Tshilombo qui supervise de nombreux dossiers économiques ainsi que par Dominique Mishiga, le conseiller spécial en charge du numérique à la présidence de Tshilombo.

TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA A REFUSÉ LE PASSEPORT À 8 DOLLARS À LA FABRICATION POUR LE PEUPLE KONGO. IL A ACCEPTÉ LE PASSEPORT À 99 DOLLARS PAR SEMLEX.

Il faut dire que le  prix SEMLEX est l'un des plus élevés du monde. À l'heure actuelle, le prix du passeport s'élève à près de 200 dollars, sans compter les à-côtés. Nous sommes dans un pays où le revenu moyen ne dépasse guère les 1 dollar par jour.

Freddy Mulongo Mukena 

Réveil FM International 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BenaMpuka : L'ennemi d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, c'est lui-même !

BenaMpuka : L'ennemi d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, c'est lui-même !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1663995890054.jpg, sept. 2022

A la 77ème Assemblée générale de l'ONU, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba du haut de la tribune, l'imposteur-usurpateur a eu à dénoncer la mort de 8 casques bleus et l'hélicoptère de la Monusco. Mais l'impénitent n'a jamais dénoncé les morts KONGO, victime de la soldatesque rwandaise.

Peut-on être président sans défendre son peuple ? Exiger le respect de l'intégrité territoriale de son pays ?

A l'0NU, à part la Pologne aucun autre pays n'a pipé mot pour KONGO !

La lâcheté de Mabundi Fatshi l'empêche de savoir que sa diplomatie bidon et tarabiscottée, le Traître, Collabo et Maréchal Pétain s'agenouillera  devant Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple KONGO.

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba ne parle jamais des morts KONGO. Depuis son hold-up électoral, son deal pour sa nomination électorale, Tshilombo ne cesse d'humilier le KONGO et son peuple.

Le KONGO est agressé, envahi et occupé. Tshilombo doit changer son logiciel rhétorique ! 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 21 septembre 2022

BenaMpuka : Denise Nyakeru, Présidente au KONGO retrouve à New-York, sa sœur Jeannette Kagame, épouse d'Hitler Noir, Führer et Tyran du Rwanda !

BenaMpuka : Denise Nyakeru, Présidente au KONGO retrouve à New-York, sa sœur Jeannette Kagame, épouse d'Hitler Noir, Führer et Tyran du Rwanda ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1663742161974.jpg, sept. 2022

Que des écervelés qui claironnaient Tshilombo Tshintuntu Tshifueba azali "MUANA MBOKA" parlent encore !

Le fameux fils putatif d'Étienne Tshisekedi est l'incarnation de la Haute Trahison, de la traîtrise du KONGO. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est le Maréchal Pétain. Il a vendu le KONGO.

C'est Denise Nyakeru qui est la vraie présidente du KONGO. Elle est les yeux et les oreilles de Paul Kagame, Hitler Noir dans la chambre à coucher et sur le lit d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui est sous contrôle.

"NYA" dirige le KONGO avec sa petite formation d'auxiliaire de vie des personnes âgées dans les maisons de retraite. Quant à Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, il demeure ce pizzaiolo de Bruxelles incapable de vendre plus de 8 pizzas par jour.

Alors que du haut de la Tribune des Nations-Unies, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, pleurnichard, indécis, pseudo-président, pantin-marionnette, tente d'enfumer les personnalités et diplomates sur le M23, dont tout le monde sait que c'est le Rwanda du Tyran Paul Kagame, Hitler Noir qui est derrière l'occupation de Bunagana.

Dans les coulisses de New-York, Jeannette Kagame taille bavette avec sa sœur "NYA", présidente du KONGO, grand sourire. KONGO est occupé, envahi et agressé par le Rwanda.

20 millions de morts KONGO par la soldatesque rwandaise. Criminel sanguinaire, Paul Kagame, bourreau du peuple KONGO est un pillard et receleur des richesses et ressources du KONGO. Ses crimes contre l'humanité, crimes de génocide, crimes de terrorisme, crimes de guerre et crimes de sang au KONGO sont imprescriptibles. 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

- page 1 de 14