Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Union africaine

Fil des billets Fil des commentaires

jeudi 11 février 2021

Union africaine: Si Lumumba, Nkumah étaient sabotés comme Tshilombo à Addis-Abeba?

Union africaine: Si Lumumba, Nkumah étaient sabotés comme Tshilombo à Addis-Abeba?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Tshilombo est une calamité pour lui-même mais surtout l'opprobre pour tout un continent. Un diplomate avait reconnu que la capacité d'attention de Tshilombo n'excède pas 15 minutes. Les 53 Chefs d'Etat africains ont tenté de dissuader le faussaire, non élu, prenne la commande de l'Union africaine. Arrogant et méprisant, Monsieur 15%, voleur de destin du peuple congolais a dit niet!

img-20210208-wa0082

Imagine-t-on Patrice Eméry Lumumba ou Kwameh Nkrumah être saboté par ses pairs, se retrouvant seul à la tribune de l'Union africaine seul, abandonné...Les africains auraient eu droit à un discours tonitruant accompagné d'une crise diplomatique.

Ecervelé, arrogant et méprisant,  Tshilombo n'écoute jamais personne. L'Union africaine  a envoyé plusieurs diplomates pour dissuader l'incapacitaire et inconscient qui trône arbitrairement sur le Congo, de ne pas briquer la présidence de l'UA. La raison? Le hold-up électoral de Tshilombo, Monsieur 15%, alors que le vrai gagnant de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 demeure Martin Fayulu avec 62,8%. 

Les 53 chefs d'Etat africains ont tenté de faire comprendre au bourricot de Kinshasa, de laisser passer le tour de la présidence tournante pour le pays qui venait après la RDC afin de donner de donner le temps au Congo, de trouver une solution à des crises de légitime qui empêchent le pays de décoller. C'est un niet que Tshilombo a déclaré à tous les diplomates négociateurs de l'Union africaine qui sont allés le voir à Kinshasa. 

Un mot d'ordre a été donné de boycotter  la cérémonie de passation de commandement. Tshilombo était seul. Par solidarité à la décision prise par les Chefs d’État sur le format du 34eme sommet, la Présidente éthiopienne, Sahle-Work Zewde  et son premier ministre, Abiy Ahmed Ali n’ont pas fait le déplacement du siège de l’Union Africaine pour participer au sommet hybride. Aucun chef d'Etat n'était présent pour la passation du bâton de commandement. L'opprobre pour ce faussaire de Kinshasa, la honte pour 85 millions de Congolais. C'est vraiment dommage d'avoir un checkuleur à la tête du Congo.

Tshilombo n'a aucune mérite. La présidence de l'Union africaine est tournante, chaque pays à son tour. L'imposteur et usurpateur Tshilombo qui a pris la présidence de l'UA par défi, comment espère-t-il présider sans consentement de ses pairs ?

Au Congo, Tshilombo s'est plaint d'être bloqué, en Ethiopie, il est boycotté. Le putschiste Tshilombo n'ira pas loin.  

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 9 février 2021

Addis-Abeba: Boudé par ses pairs, Tshilombo est une poule mouillé et humilié à l'UA!

Addis-Abeba: Boudé par ses pairs, Tshilombo est une poule mouillé et humilié à l'UA!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Pieds de nez, Tshilombo, illégitime et non élu, est humilié par ses pairs qui ont décidé de briller par l'absentéisme le samedi 6 février 2021, le jour qu'il devrait prendre la commande l'Union africaine à Addis-Abeba en Ethiopie. L'opprobre de Tshilombo touche à tout un pays, la République démocratique du Congo. Véritable mépris du Grand Congo, le pays doit-il se retirer de cette union?

img-20210208-wa0082

Depuis Genève, il est question de l'opprobre ! Tshilombo sait-il lire les signes indiens de sa présidence usurpée ? Voler l'élection donc le destin de tout un peuple n'est pas une sinécure.

Tshilombo est humilié le jour de la prise de sa commande de la présidence de l'Union africaine. Par ricochet, c'est 85 millions de Congolais qui sont méprisés et humiliés à cause d'un individu. Non élu, illégitime, imposteur et usurpateur, Tshilombo est un boulet pour la RDC. Un diplomate analyse ce fiasco d'Addis-Abeba.

LES LEÇONS À TIRER ET LA DÉCEPTION D'UN DIPLOMATE SUR CE Fiasco D'ADDIS-ABEBA du 6 février 2021.

1.Le 06 Février 2021, le Président de la République Démocratique du Congo S. E. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo devrait prendre la direction de commande de l'union Africaine comme voulait la coutume sur la présidence rotative, ce qui fut le cas.

1. LE VOYAGE

Le 2 février 2021, soit 72h après la visite du Chef de l'état congolais à Brazzaville, le Rais congolais était reçu au Caire en Égypte par son Homologue Adbel Fatha Alsisi qui devrait lui aussi devenir 2ème Vice Président de l'organisation Continentale.

Le Vendredi 05 Février 2021, le Chef de l'état congolais dont l'équipe d'avance se trouvait déjà dans la capitale éthiopienne pour les arrangements protocolaires décolle de Kinshasa pour Addis-Abeba à bord de son Jet suivi de 2 avions gros porteurs afreightes pour la circonstances avec a leur bords 500 membres des institutions congolaises en plus de ceux du corps rapproché du Roi. Sur place, plus de 650 congolais séjournent à Addis-Abeba.

img-20210206-wa0017
img-20210206-wa0016
img-20210206-wa0015

2. CONSTATS

- Sur place à Addis-Abeba, et ce malgré la présence de service protocolaire d'avance du Rais congolais 5 jours avant, son hôte (Présidente éthiopienne) n'a pris aucune disposition pour l'accueil du Chef de l'état congolais. Ni la Présidente éthiopienne, ni le Premier Ministre, ni le Ministre, aucun membres des institutions éthiopiennes n'est allé ni à l'aéroport ni à quelqu'endroit que ce soit pour cette fin.

- 70% des Hôtels d'Addis-Abeba sont occupés par les membres de la délégation congolaise, une première dans l'histoire de l'organisation.

- Pendant le déroulement de la cérémonie, d'abord la délégation se heurte à la résistance de services de sécurité et du Protocole de l' organisation dont l'instruction à été donnée de garder inaccessible l'immeuble depuis Novembre 2020 suite à la Pandémie COVID-19 jusqu'à sa désinfection, mais face à l'insistance de la délégation congolaise et l'intervention personnelle du Président de la Commission de L'UA, les locaux ont été ouverts.

- En conséquence, seuls les membres de la délégation congolaise y accèdent et se retrouvent seuls dans la salle au côté des agents du protocole de l'organisation.

- Le Chef de l'état congolais entre dans la salle de Congrès où il se retrouve à nouveau seul Président en face de Mussa Fahki Mahmat le Président de la commission de l'union africaine, autrement dit Secrétaire général de l'organisation.

- Le Président de la République Démocratique du Congo commence son Discours, en ces termes: Excellences Messieurs les Présidents de la République, chers collègues, Excellences Chefs des Gouvernements, Monsieur le Secrétaire général de L'ONU, Excellences Membres et Chefs des délégations, Mesdames et Messieurs, distingués invités à vos titres et qualités respectifs.

Question: Où sont-ils dans la salle? À qui s'adresse-t-il, ses collègues sont-ils remplacés par les membres de se propre délégation ?

- Dans son discours il déclare ceci: (Je ne comprend pas pourquoi les gens meurtris, affamés frappés par le chômage et tous genres de calamités chantent à notre gloire alors qu'ils devraient nous exiger plus comme c'est le cas en occident) il dit ça devant tous les africains comme pour appeler les peuples africains au soulèvement contre leurs dirigeants. Et en l'occurrence son propre peuple qui souffre mais qui continue à l'applaudir. Il se moque de nous.

freddy-mulongo-tshilombo-ua

3. Le GRAND MÉPRIS DIPLOMATIQUE À L'ENDROIT DE LA RDC

Le chef de l'état de la RDC avait reçu une délégation du Rwanda venu le rassurer du soutien de son pays à la réussite de son mandat à la tête de l'union, on constatera l'absence de la délégation rwandaise dans la sale de l'union le 06 février. Parti en Égypte pour la recherche d'un soutien dans le même cadre 4 jours avant, il se remarque l'absence égyptienne à la cérémonie, pire encore, même le pays hote(l'Éthiopie) est absente dans son propre pays, pas même un membre d'un cabinet d'une institution officielle du pays hôte.

- Le Président sortant, le Sud africain Cyril Ramaphosa, qui devait faire remise et reprise avec son remplaçant est absent et n'a pris soin d'envoyer une quelconque délégation ni même un représentant pour magnifier l'événement.

- Les autres justifieront tout ce sabotage par la Pandémie à Corona Virus mais tenez, le même jour, 06 février 2021, le Président sud-africain, l'angolais, le gabonais, le nigerien, le Guinéen et le Congolais Sassou, participaient tous au Congo-Brazzaville à une cérémonie d'inauguration d'une Université, répondant tous à l'invitation de leur homologue, hôte du Jour, COVID-19 n'est pas passé par là.
-Par la même occasion, une dizaine à Brazzaville, l'allié Paul Kagame atterri à Bangui en République Centrafricaine où il est reçu par son homologue Archange TUADERA et retourne le Dimanche matin à Kigali.

Bref, si le COVID-19 devrait être la justification, la délégation congolaise ne vit pas au ciel pour descende en masse sur Addis-Abeba et envahir la salle, outre, les Chefs de l'état ne se déplaceraient pas en masse vers Brazzaville à la même date, Kagame  n'irait pas à Bangui le même jour.

Par ailleurs, le Président Tanzanien de son côté était en tournée en Province dans son pays et répondant au média national chez-lui, il a affirmé n'avoir pas été au courant d'un tel événement.

Ici je ne présente que les faits.

Mes chers frères et sœurs, je ne veux pas critiquer ni être trop sévère en l'égard de notre Président mais analysez objectivement ces éléments et tirez vous-même la conclusion.

Il y a de cela 5 mois que le Président de la République Démocratique du Congo avait convoqué une réunion dans le cadre de la CEPGEL élargie à Goma, à laquelle devraient prendre part les Présidents rwandais Paul Kagame, Ougandais Yoweri Museveni, Burundais Ndahishimiye et angolais Joao Laurenzo. 4 millions de dollars du trésor public congolais avait été débloqué pour l'événement, au finish, le Président congolais s'est de nouveau retrouvé seul à Goma, et pour essuyer les larme, il s'est contenté d'un échange par Vidéo-conférence qui aurait pu avoir lieu à partir de Kinshasa et épargner le trésor congolais. Le même jour, Yoweri Museveni était reçu en Tanzanie par son homologue Magufuli pour lancer un projet de construction d'un chemin de fer à conteneurs devant relier les deux Pays et Paul KAGAME se rendait à Gikongoro. Je ne commente pas.

A ce niveau, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, y compris au Centre de l'Afrique, tout le monde ne nous respecte pas, parlerons-nous vraiment d'une diplomatie ? D'un régime salutaire pour le pays ou d'une véritable descente aux enfers de notre nation ?

Le Président Tanzanien le Dr. J. P Magufuli avait ironisé en ce terme traduit ( Vous venez du Burkina Faso et sans repos vous êtes ici. J'ai découvert que vous perdez tout votre temps dans les voyages et je sens votre fatigue mais ici chez-nous nous vous accueillons chaleureusement)

Ce qui est choquant, est qu'à la fin de la cérémonie à l'union Africaine, comme de coutume, une photo de famille doit absolument être prise pour besoin de la cause afin d'immortaliser l'événement. Le Président de la RDC se retrouve d'abord seul chef de l'état et n'a donc personne à ses côtés pour cela, ensuite, ce sont les photographes de la RDC qui prennent les images et en fin il se contente de prendre photo avec le Président de la Commission de L'UA Mr Mussa Fahki Mahmat, avant que le Protocole n'ait empêché au membres du Cabinet du Chef de. L'état congolais d'accéder au podium pour la photo, celui-ci étant strictement réservé aux Chefs d'Etats, des gouvernements et membres de plus hautes délégations.

Que retenez-vous d'un tel déboire qui laisse nos cœurs sous le choc d'un mépris sans précédent ? Présidons-nous réellement l'Union africaine ?

Avec qui a-t-on fait la remise et reprise ?

TOUT CELA VEUT DIRE EN DIPLOMATIE QUE NOUS NE TE CONSIDÉRONS PAS.

Mes chers compatriotes, réfléchissons, nous avançons très mal et perdons totalement et petit à petit même le reste de notre VALEUR qui restait si nous ne reculons pas et changer notre façon de nous comporter.

Me D. B

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 11 février 2019

L'Union Africaine peut-elle donner la légitimité à  Félix Tshilombo Monsieur 16%?

Monsieur 16% Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe

Cosa Nostra, Ndrangheta, Camorra... La mafia de l'Union africaine (UA) a atteint puissance mafieuse. Coquille vide, syndicat des dictateurs africains, UA est anti-peuple. Le 25 mai 1963, l'Organisation de l'Unité Africaine voit le jour. C'est indubitablement l'un des premiers résultats de la décolonisation et du mouvement panafricaniste mené par le Ghanéen Kwame Nkrumah. Le 25 mai 1963, 32 pays africains indépendants créent l'OUA, pour consolider l'union politique et économique du continent et aussi défendre la souveraineté des nouvelles nations. L`OUA était considérée comme un syndicat de chefs d`État. Union Africaine, ou la folle illusion qu'une association de malfaiteurs peut servir la cause de la paix, de la démocratie et du progrès socio-économique d`un continent qui n`est que la somme des États qu`ils ont pour profession d`endeuiller et piller...Imposteur, usurpateur, faussaire, traître, collabo Monsieur 16% Felix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe qui souffre de légitimité. Il a fait un honteux deal avec Alias Kabila qui l'a NOMMÉ. Le vol des voix du peuple congolais est inscrit dans la conscience de Tshilombo. Martin Fayulu est le Président du peuple congolais avec 62%. Comment Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe peut-il prétendre être légitime avec 16% alors que la République démocratique du Congo regorge 80 millions d'habitants ? La Nomination Électorale Alias Kabila-Tshilombo fait désormais partie du glossaire anti-démocratique. C'est le peuple de chaque pays d'Afrique qui donne la légitimité.

Addis-Abeba, Paul Kagamé, Hitler Africain et Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe

Ce n'est pas l'Union africaine qui donne la légitimité. Il apparaît de plus en plus que Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe est son chargé de mission. Il chauffe le fauteuil présidentiel avant que son masque et bouclier Alias Kabila ne revienne. Bizarre, à  peine Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe a-t-il pointé sa tronche et ses joues joufflues à  Addis-Abeba qu'il est fait 2è vice-président de l'Union africaine. Quel revirement à  800° de l'Union africaine, alors qu'elle avait des doutes sur les résultats de la CENI qui proclamait Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe avec 16%. Criminel de plusieurs millions de congolais, pillard et recel des ressources de la République démocratique du Congo, Paul Kagamé, dictateur Rwandais et Hitler africain, qui présidait l'UA accepte d'être Rapporteur. Tandis que Cyril Ramaphosa de la République Sud-Africaine `il a été élu sur la promesse d`en finir avec la corruption des années Zuma, Cyril Ramaphosa qui est dans le pas de Jacob Zuma, dans son vol des minerais de la RDC, a été élu 1è vice-président. Dans son pays, il peine pour le moment à  triompher de la corruption, cette hydre. Les révélations explosives de l`affaire Bosasa minent l`action d`un président qui, à  quelques semaines des législatives, doit assister avec le pays à  la sortie de cadavres, des placards de son parti. Dans son premier discours au parlement, deux jours après la démission de Jacob Zuma, il avait promis `` une aube nouvelle », un renouveau économique et une lutte sans merci contre la corruption endémique qui mine le pays. Un an plus tard, la reprise est molle et le chà´mage reste à  un niveau élevé (plus de 27% de la population active), et surtout l`African National Congress (ANC) est engluée dans l`un des plus grands scandales de corruption d`un pays qui en a pourtant vu d`autres. Les richesses du Congo attisent les convoitises des prédateurs.

Paul Kagamé, dictateur Rwandais

N'oublions pas que pour la première fois, l'Union africaine (UA) avait mis la pression sur la République démocratique du Congo. Elle avait demandé la ``suspension» de la proclamation des résultats électoraux définitifs ainsi que l'envoi d'une délégation de ``haut niveau» à  Kinshasa. Réunis sur le dossier congolais, à  Addis Abeba, plusieurs chefs d'Etats et de gouvernements africains avaient conclu ``qu'il y avait des doutes sérieux sur la conformité des résultats provisoires, tels qu'ils ont été proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni)». Selon ces résultats proclamés le 10 janvier, l'aillé et partenaire d'Alias Kabila Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe aurait remporté l'élection présidentielle avec 16% seulement. Chose étonnante, le FCC d'Alias Kabila qui a perdu la présidentielle garderait une confortable majorité à  l'Assemblée nationale (au moins 350 députés sur 500). Le vrai opposant Martin Fayulu qui revendique la victoire avec 61%, des voix. Lésé, il avait saisi la fameuse Cour constitutionnelle inféodée des juges bleu godillots à  la solde dur régime. Contre toute attente, alors que l'Union africaine se décide d'envoyer une délégation de haut niveau à  Kinshasa, c'est Paul Kagamé, Président de l'Union qui téléphone à  Alias Kabila et lui indique la stratégie de couper l'herbe sous les pieds de la délégation de l'Union africaine, en confirmant la Nomination de Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe. Conséquence, les chefs d'Etat et de gouvernement qui demandaient la suspension de la proclamation des résultats définitifs des élections en RDC, ne sont jamais allés à  Kinshasa.

Lire la suite...

Partager sur : Partager