Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

lundi 22 mars 2021

RDC: Catherine Nzuzi wa Mbombo affabulatrice, jongleuse avec l'histoire du Zaïre!

RDC: Catherine Nzuzi wa Mbombo affabulatrice qui jongle avec l'histoire du Zaïre!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

freddy-mulongo-catherine-nzuzi-wa-mbombo-2.jpg, mar. 2021

Catherine Nzuzi Mbombo a toujours jonglé avec l'histoire du Zaïre. Danseuse de ventre de Mobutu, cette femme s'est diablement enrichie avec les 32 ans de la dictature de Mobutu. Apparatchik, Catherine Nzuzi wa Mbombo droit la vérité au peuple zaïrois. Comment une femme qui se clame politique peut être en même temps commerçante ? La politique, c'est la gestion de la chose publique !

freddy-mulongo-catherine-nzuzi-wa-mbombo-2

Catherine Nzuzi wa Mbombo est une affabulatrice qui jongle avec l'histoire du Zaïre. Elle s'est diablement enrichie avec la dictature de Mobutu.  Femme forte à tout point de vue, l’acariâtre Catherine Nzuzi wa Mbombo est hautaine et méprisante. Le problème de la dame forte et  ex-danseuse de ventre de Mobutu, Catherine Nzuzi Wa Mbombo, c'est son insolence outrancière. Elle ne dit pas la vérité sur l'arrestation de son Frère Emmanuel Nzuzi, un grand Lumumbiste. Comment  pouvait-elle comme mineure se retrouver dans le bureau de Victor Nendaka , chargé de la sûreté nationale pour demander les nouvelles de son son frère Emmanuel Nzuzi arrêté ? Pourquoi c'est au bureau  de Victor Nendaka, comme par hasard,   que Catherine Nzuzi wa Mbombo rencontre le général Mobutu Sese Seko ?  A-t-elle vendu et sacrifier  son frère Emmanuel Nzuzi pour bénéficier des biens ? Pourquoi le général Mobutu a-t-il  envoyer à Bruxelles, avant l'exécution de son frère Emmanuel Nzuzi ? Rappelons que Victor Nengaka à Kananga mangeait à la table du père de Catherine Nzuzi wa Mbombo. Et comment une fille mineure dont le père était sénateur pouvait-elle une fois à Kinshasa logeait au Guest House en face de la prison de Ndolo ? Catherine Nzuzi wa Mbombo travaillait-elle pour Nendaka puis Mobutu ? Son Nzuzi Henri a été Président de l’Association Lulua-Frères à Luluabourg (Kananga), il a été le premier noir élu bourgmestre de la commune de la Ndesha (Kananga) avant l’indépendance,  tandis que son frère aîné, Emmanuel Nzuzi,  étudiant fut le président de la jeunesse du MNC-LUMUMBA et a été  assassiné à la suite de Patrice Lumumba, Premier ministre congolais.

freddy-mulongo-catherine-nzuzi-wa-mbombo-1

 Avoir connu Mobutu, lui donne droit au mépris. Comme si Mobutu était un demi-dieu. Bénéficiaire de l'impunité depuis Mobutu jusqu'à Tshilombo, la dinosaure Mobutiste est d'une effroyable arrogance. Elle se croit tout permis. Catherine Nzuzi Wa Mbombo est l'incarnation de l'arrogance mobutienne, un mépris pour le peuple congolais. C'est quoi réussir sa vie ? C'est en pillant la république et volant le peuple zaïrois, que les apparatchiks Mobutistes se sont enrichis. Qu'est-ce que Catherine Nzuzi wa Mbombo a crée comme écoles, infrastructures pour des femmes zaïroises ? Tous ses  immeubles, villas et maisons, fruits de sa rapine de l'Etat zaïrois sont pour sa famille. Elle n'a vécu que pour elle, pas pour le peuple zaïrois.  Sa vie est étroitement liée à celle de Mobutu qui a fait son coup d'état, le 24 novembre 1965.

Arrivée à Kinshasa à l'âge de 19 ans, sous l'aile de Mobutu...elle sera catapultée à 22 ans comme Bourgmestre de la Commune de la Gombé en 1967, puis vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa, la capitale congolaise. C'est comme ça que Catherine NZuzi wa Mbombo va s'accaparer de toutes les belles maisons, villas et immeubles  des colons belges qu'elle a Kinshasa.  En 1967, Justin Bomboko,  Mobutu, Etienne Tshisekedi et Singa Udjuu rédigèrent le Manifeste de la Nsele. Le 20 mai de cette année, le MPR est né. Il succède au Corps des volontaires de la République (CVR) qu’animaient Joseph Kabayidi et Gaston N’sengi Biembe. Et Catherine Nzuzi wa Mbombo était déjà à la CVR. Elle était de tous les coups. 

freddy-mulongo-cvr

La grande réunion du Corps des Volontaires de la République (CVR) en 1967.

Voici la lettre historique d' Etienne Tshisekedi wa Mulumba, adressée à l’empereur Mulopwe Albert Kalondji touchant l’assassinat de Patrice Lumumba (assassiné à Lubumbashi) et ceux de ses camarades combattants du MNC/L assassinés à Bakwanga, sous la règne de Kalondji Albert. A savoir :  Elengesa Pierre, Jean Pierre Finat (le père de Abeti Masikini), Nzuzi Emmanuel ( le grand frère de Nzuzi wa Mbombo), Muzungu Christophe, Mbuyi Joseph sans oublier aussi Camile Yangala qui était aussi de nombre…

 

freddy-mulongo-lettre-tshisekedi-albert-kalondji

La lettre criminelle d'Etienne Tshisekedi au Mulopwe Albert Kalonji :

CABINET DU MINISTRE DE LA JUSTICE

N°1.399/ETSH/ ME/CAB

A Sa Majesté l’Empereur du Sud Kasaï « Le Mulopwe »

à Bakwanga

Je présente mes révérences renouvelées à Votre Majesté Maintenant que le crapaud (LUMUMBA) a été maîtrisé, toute l’action de notre Equipe reste concentrée sur le sort à réserver à ses anciens collaborateurs pour empêcher la pérennisation de son oeuvre de destruction. Très prochainement, le Gouvernement de Sa Majesté sera en possession des principaux Lieutenants du crapeau dont Elengesa Pierre, Finant Jean Pierre, Nzuzi Emmanuel, Muzungu Christophe, Mbuyi Joseph aux fins de leur faire subir un châtiment exemplaire. C’est de cette manière que nous serons utiles à la cause que vous défendez. Je présente l’hommage de mon profond respect à Votre Majesté.

Le Commissaire Général Adjoint à la Justice

E. Tsisekedi 

MÉMOIRE Mama Catherine Nzuzi Wa Mbombo © TOP CONGO FM

Catherine Nzuzi Wa Mbombo clame à qui veut l’entendre qu'elle est extrêmement riche. Sans doute pour avoir pillé la République du Zaïre sous Mobutu. Elle se veut femme politique sans résultats ni bilans, Catherine Nzuzi wa Mbombo est une commerçante rien de plus. Sa société Maicofroid (Maison Industrielle de Commerce et du Froid) a été pillée à deux reprises par des Zaïrois, en 1991 et 1993, sous la dictature de Mobutu. Elle recherche encore l'indemnisation par l'Etat congolais de cette période. Bien avant la zaïrianisation, la bonne femme qui n'a que 23 ans va mettre main basse sur des maisons des colons de la capitale congolaise. Catherine Nzuzi wa Mbombo a littéralement pillé le Zaïre. Deux ans plus tard, elle exerce comme gouverneur dans l’ex-Bas-Zaïre où elle trois bonnes années. En parallèle à ses activités dans l’administration territoriale, Nzuzi wa Mbombo s’occupe du groupe d’animation de la province. En 1975, elle se met à la réserve du ministère de l’Intérieur. A la création, en janvier 1980, du Comité central du MPR, elle en devient membre et siégera concomitamment au Bureau politique (1985) jusqu’à sa disparition en 1990. Durant son mandat au Comité central, elle est revenue sur ses pas au gouvernorat de Kinshasa entre 1986 et 1987.

Après la chute du maréchal Mobutu, en 1997, elle s’installe un moment en Afrique du Sud où elle avait acheté un hôtel et plusieurs maisons, qu'elle a depuis vendu.  De retour au Congo, elle exhume le MPR fait privé et participe au Dialogue intercongolais en 2002 et obtient son dernier poste politique en qualité de ministre de la Solidarité et des Affaires humanitaires.

A 77 ans, Catherine Nzuzi wa Mbombo vit sa retraite avec des biens pillés de la République du Zaïre. Elle se mue en donneuse des leçons, après avoir contribué à affaiblir le pays. La dinosaure ventriote a encore toute sa tête, elle sait enfariner. Catherine Nzuzi wa Mbombo est falsificatrice de l'Histoire du Zaïre.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 3 décembre 2020

Valéry Giscard d'Estaing, les Zaïrois se souviennent du Concorde et de Kolwezi !

Valéry Giscard d'Estaing, les Zaïrois se souviennent du Concorde et de Kolwezi !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, âgé de 94 ans, est décédé mercredi soir « entouré de sa famille » dans sa propriété d’Authon dans le Loir-et-Cher. Les Français rendent hommage, un adieu à un homme brillant ministre des Finances à 36 ans et président de la République à 48, qui voulait réunir deux Français sur trois mais ne se remettra jamais de la chute, de sa défaite en 1981.

freddy-mulongo-vge-a-kinshasa

Les Français vont s'en doutent se souvenir de sa phrase à François Mitterrand lors du débat présidentiel: "Vous n'avez pas le monopole de cœur !" Mais aussi « Au revoir… » Dans cette pièce totalement vide de l’Élysée, à l’exception d’un ridicule pot de fleurs, Valéry Giscard d'Estaing  se lève et sort lentement du champ de la caméra alors que La Marseillaise retentit sur une chaise et une table vides. Pourquoi nous reste-t-il en mémoire cette image grandiloquente neuf jours après sa défaite face à François Mitterrand en mai 1981 ?

C'est à bord du Concorde, vol 070875 F Paris-Kinshasa que le président Valéry Giscard D'Estaing accompagné de son épouse débarquent au Zaïre de Mobutu. Nous sommes en août 1975.  Valéry Giscard d’Estaing est en visite officielle, de deux jours, à Kinshasa. Il  a fait le voyage en Concorde.  C'est pour la première fois que des les Zaïrois découvrent l'avion supersonique le Concorde. Lors qu’il atterrit à Ndjili, le président français Giscard donne à son ami Mobutu  l’opportunité de visiter l’intérieur du supersonique avec son épouse Mama Sese.

freddy-mulongo-concorde
freddy-mulongo-concorde-1

Le bain de foule au stade du 20 mai à Kinshasa est inoubliable et mémorable. Les Kinois scandent le nom du  jeune président Français Valéry Giscard d'Estaing qui n'a que 49 ans, élu une année plutôt en France.  

freddy-mulongo-vge-a-kinshasa-1

 

Valéry Giscard d'Estaing - Campagne présidentielle 1974 (2ème tour) | Archive INA © INA Politique

Il y a 42 ans, la Légion sautait sur Kolwezi au Zaïre du Maréchal Mobutu ("Bonite") !

Il y a 42 ans, le 19 mai 1978, six cents légionnaires sautaient sur Kolwezi (province du Shaba, ex-Katanga, Zaïre), pour secourir des milliers d'Africains et d'Européens en butte aux exactions des rebelles katangais qui avaient pris le contrôle de cette ville minière.

De toutes les interventions de la France en Afrique post-coloniale, c'est la plus légendaire: le 19 mai 1978, la Légion sautait sur Kolwezi au Zaïre (actuel République démocratique du Congo) officiellement pour sauver 2 000 Européens menacés voire massacrés par des rebelles séparatistes.

Six jours plus tôt, 4 000 « Katangais » commandés par Nathanaël Mbumba, venus d’Angola via la Zambie, s’étaient emparés de Kolwezi, ville stratégique au cœur du Katanga minier, gisement des richesses du Congo et haut-lieu de l’industrie métallurgique où sont extraits et transformés cuivre, zinc, cobalt et uranium.

De nombreux Français et Belges, employés par la société minière Gécamines, se retrouvent pris en étau et en otages par les « Tigres du Shaba » qui veulent renverser le maître du Zaïre, le Maréchal Mobutu.

Cette intervention au cœur de l'Afrique à 8.000 km de la France, la plus grande opération aéroportée depuis Suez (octobre 1956), fut riche d'enseignements pour l'armée française.

Le Katanga, prospère province minière du sud de l'ex-Congo belge, près de l'Angola et de la Zambie, avait été le théâtre d'une sécession au début des années soixante, marquée par l'intervention des Casques bleus.

En avril 1977, une première tentative de renversement, depuis l'Angola, de Mobutu Sese Seko, à la tête de la République du Congo depuis novembre 1965 après un coup d'Etat, avait échoué.

Le 13 mai 1978, plusieurs milliers d'anciens gendarmes Katangais, les "Tigres", commandés par Nathanaël Mbumba, s'emparent de Kolwezi où vivent 2.000 Belges et Français, employés à la société minière La Gécamines.

Intervention militaire en solo

Le 16 mai, l'intervention manquée de parachutistes zaïrois et les rumeurs insistantes d'une opération occidentale mettent Kolwezi (80.000 habitants) à feu et à sangEn trois jours, 700 civils, dont une centaine d'Européens sont massacrés.

Le 17, le président Valéry Giscard d'Estaing, à la demande de Mobutu et avec le feu vert des Etats-Unis et de nombreux Etats africains, lance une intervention militaire française en solo, face aux hésitations du gouvernement belge.

Giscard d'Estaing mobilise le 2e régiment étranger de parachutistes (REP), commandé par le colonel Philippe Erulin et basé à Calvi (Corse).

L'opération "Bonite" est lancée dans la nuit du 17 au 18 mai en liaison avec la mission française de coopération militaire à Kinshasa, dirigée par le colonel Yves Gras.

A la base de Solenzara (Corse), 600 légionnaires embarquent dans trois DC-8 d'UTA, un Boeing 707 d'Air France et quatre DC-8 du transport militaire. Direction Kinshasa, en évitant l'Algérie et la Libye, soit huit heures de vol.

Les leçons de "Bonite"

Les huit appareils sont tellement chargés que les légionnaires ne peuvent emporter leurs parachutes. Ils s'équiperont à Kinshasa de parachutes américains de l'armée zaïroise.

Le 19 mai à 15h40, trois compagnies de combat et un état-major (400 hommes) sautent sur Kolwezi après six heures de vol dans quatre C-130 Hercules zaïrois et un C-130 Transall français. En quelques heures, ils contrôlent la ville, au prix de durs combats, et mettent sous leur protection les populations civiles.

Le 20, 200 autres légionnaires, dont une section de mortiers, les rejoignent. Chaque légionnaire saute avec 30 kg (arme individuelle, munitions, vivres) et un obus de mortier. Six légionnaires se blessent en touchant le sol. Au même moment, les paras-commandos belges se posent sur l'aérodrome de Kolwezi pour préparer l'embarquement des civils occidentaux.

Bilan : cinq légionnaires tués et une quinzaine de blessés, un para-commando belge tué, 247 rebelles tués, deux prisonniers, plus de 500 armes individuelles et lourdes saisies. Le 15 juin, les derniers légionnaires quittent Kolwezi, relevés par les Zaïrois et une force panafricaine.

Trois leçons seront tirées de "Bonite" : nécessité de posséder des unités professionnelles très entraînées, des transmissions par satellite protégées et des appareils de transport à long rayon d'action. Vingt gros porteurs de l'US Air force durent acheminer, de Solenzara à Lubumbashi, les 88 véhicules du 2e REP.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 5 mai 2020

RDC: Vassaux de pays voisins agresseurs, où est passée la fierté zaïroise?

RDC: Vassaux de pays voisins agresseurs, où est passée la fierté zaïroise?

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Mobutu 30.jpg, mai 2020

Sans être nostalgique ni dithyrambique de l'époque Mobutu, le fierté et dignité du Zaïrois hier n'a rien à voir avec l’opprobre, l'indignité, le mépris dont est victime le Congolais d'Aujourd'hui. Qui a détruit le grand Zaïre redevenu la République démocratique du Congo ? Il doit y en avoir un responsable ou des responsables...Nous étions Zaïrois, fier de l'être et un peuple uni.freddy-mulongo-mobutu-30

La force et la faiblesse des dictateurs est d'avoir fait un pacte avec le désespoir des peuples. Paul Kagamé, le dictateur rwandais massacre, tue des Congolais et pille les ressources de la République démocratique du Congo. Et pourtant hier, le gringalet tremblait devant Mobutu Sese Seko. 


"Depuis mon départ le 17 mai 1997, je ne me suis jamais prononcé sur la crise qui fouette le pays. Donc je suis sur Twitter pour en parler"
. C'est ce que l'on peut du tweet de Mobutu Sese Seko @Mobutuofficiel tweeté le 4 janvier 2016. Il faut qu'à son départ du pouvoir Facebook, Twitter, Instragram, Whatsapps, Flicker...tous les réseaux sociaux n'existaient pas. Mobutu a rejoint Twitter avec fureur pour décrier ses successeurs qui, prétendant l’avoir chassé pour rendre le Congo plus beau qu’avant, ont par contre immergé encore le pays dans une profonde misère.

freddy-mulongo-fierte
freddy-mulongo-fierte-1
freddy-mulongo-fierte-2


Il n'en demeure pas moins que Mobutu fut le plus grand Chef d'État de la République démocratique du Congo-ex Zaïre,  malgré ses erreurs. Ses trois successeurs par contre ne  sont  que des "Erreurs de l'histoire" !  Le Zaïre de l'époque, pour ceux qui n'ont pas vécu dans le pays, n'est pas la République démocratique du Congo  d'aujourd'hui. 

freddy-mulongo-mobutu-reagean
freddy-mulongo-mobutu-reine-elisabeth-2
freddy-mulongo-mobutu-31
freddy-mulongo-mobutu-33


Aujourd'hui, c'est le désenchantement à outrance. L'Udps qui a lutté durant 37 ans pour la démocratie et l'Etat de droit avec un slogan "Le peuple d'abord", au pouvoir, c'est pire qu'à l'époque de Mobutu. D'abord pour accéder au pouvoir, Tshilombo de l'Udps est allé nuitamment négocier sa Nomination Electorale, ce pantin-marionnette nommé fout la honte à toute une nation. Tshilombo qui a pensé égaler Mobutu en un an et quatre mois en jouant au Magellan s'est avéré un piètre troubadour avec ses checkuleurs de conseillers.Sous Mobutu, la diplomatie zaïroise était existante.  

Mobutu ne voyageait pas sous prétexte d'aller chercher des investisseurs. Comment Tshilombo pizzaïolo à Bruxelles n'a jamais milité dans un parti politique, ignore le fonctionnement des partis politiques Belges, comment en président nommé peut-il trouver des investisseurs ? Quelqu'un qui a investi son argent peut-il accepter du jour au lendemain voir des policiers piller son bureau comme la résidence de Muanda Nsemi ? Après avoir braqué 370 millions de dollars de la République, Tshilombo prépare la libération provisoire sournoise de Vital Kamerhe, son allié et directeur de cabinet. C'est ça l'Etat de droit. 

Un président fait l'honneur et la fierté d'un Etat. Mobutu, tout dictateur qu'il était, il faisait la fierté du Zaïre. Le fils Tshisekedi est un apprenti en tout. Mais apprendre à la présidence est le comble. Angwalima Tshilombo et Alias kabila sont liés par leur odieux deal contre le peuple congolais.

On ne peut pas critiquer le barbu de Kingakati et épargner son colistier Tshilombo. les deux méritent le même traitement. Ils sont associés et doivent partager les mêmes mécontentements du peuple.  Voilà 23 ans, que Mobutu Sese Seko a quitté le Zaïre, est-il responsable de tout. Ceux qui  combattaient son régime s'avèrent être des goujats, profito-situationnistes, girouettes politiques, politicailleurs et ventriotes. Ils sont agents du  népotisme, tribalisme, pillards de la République. En 32 ans de dictature de Mobutu, les banques suisses n'avaient trouvé que 5 millions de francs suisses. Combien à Alias Kabila en 18 ans du régime d'imposture et d'occupation ? En 1 an et 4 mois, combien a déjà Tshilombo ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 14 août 2007

RDC: La Peine de mort, sacrilège contre la vie

Dans un pays comme la République Démocratique du Congo où la justice est très politisée, où " les commanditaires de crimes ne sont jamais inquiétés". Dans un pays où " les loups lettrés tondent et égorgent les moutons ignares ", le refus d'une justice qui tue doit être encourager et appliquer. La peine de mort fait sienne la pratique de l'assassin en l'assassinant à  son tour. La peine de mort tombe dans le piège secret que lui tend le crime: celui de verser le sang en l'appelant châtiment. Elle ne protège pas la société des hommes et femmes libres, elle la déshonore. Le danger est que par son exécution, l'acte du criminel devient celui de la justice. La peine de mort est vengeance et non pas justice.

Peine de mort, héritage de l'esclavage et colonisation Belge

En 1885, lors de la conférence de Berlin où l'Afrique fut partager comme un gâteau d'anniversaire aux puissances de l'époque, contre les revendications de la France et le Portugal, le souverain des Belges , Léopold II aura le Congo qui en superficie est 80 fois la Belgique, pour lui tout seul: sa possession personnelle. En une vingtaine d'année, le pillage des richesses du Congo, notamment l'ivoire et le caoutchouc, délégué à  des compagnies privées, vont assurer au monarque une fabuleuse fortune. Mais des voix vont s’élever et dénoncer l'exploitation éhontée à  l'origine de cette richesse: travaux forcés imposés aux Congolais, mutilations de tous ceux, y compris les femmes et enfants, qui ne respectent pas les quotas de production. En 1908, Léopold II sera contraint par les britanniques de céder " sa colonie " à  la Belgique. La politique esclavagiste de Léopold II aurait fait des millions de victimes congolaises a en croire les écrits de joseph Conrad, Hearl of Darkness (Au cœur des ténèbres) ou encore Adam Horchschild, les fantômes du Roi Léopold. A l'époque coloniale, le droit en vigueur était un ensemble des règles mises au point afin de réaliser , sauvegarder et développer les intérêts du colonisateur, fut ce au prix d'indicibles humiliations pour le colonisé. Le droit pénal n'était pas congolais mais belge. La colonisation fut un régime de terreur, d'intimidation pour assurer la pérennité de son oeuvre. La condamnation de Msiri, qui n'était pas aussi un enfant de cœur, à  Bunkeya dans le Katanga, coupable de s'être opposé à  la " civilisation " qui n'était au fait que la colonisation est un exemple patent.

Sous Mobutu Sese Seko

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat le 24 novembre 1965, Mobutu Sese seko ira plus loin que ses maîtres colonisateurs. Pour mieux asseoir son pouvoir qui ne deviendra qu'une dictature. Le 2 juin 1966, après un procès qui n'avait duré en tout et pour tout que quelques minutes, les conjurés de la pentecôte: Evariste Kimba, Anany, Bamba, et Mahamba seront pendus au pont Gabu, au lieu où est érigé le stade des martyrs. Sous Mobutu, Le code pénal va porter de 9 à  16 le nombre d'infractions politiques. Présenté comme l'ennemi public n°1, l'homme le plus haï de la communauté nationale. La mort tragique de Pierre Mulele marquera les esprits. En accord avec les autorités du Congo-Brazzaville, pierre Mulele, le ministre de l'éducation nationale du gouvernement Lumumba accepta de retourner dans son pays accompagné de Justin MBOMBOKO, premier ministre de l'époque. Le 2 octobre 1968, le lendemain de sa traversée du fleuve congo pour Léopoldville-Kinshasa,vers 17h, officiellement on va li annoncer que la population l'attend au stade et se prépare à  le saluer comme l'un des dignes fils du pays. Pierre MULELE sera acheminé au camp KOKOLO où les militaires l'attendaient pour le torturer: " on va lui arracher les oreilles, coupé le nez, tiré les yeux des orbites pour les jeter à  terre. On lui arrachera les organes génitaux. Toujours vivant, on lui amputera les bras, puis les jambes, les restes humains seront noués dans un sac et immergés dans le fleuve Congo". Seule personnalité a avoir échappé à  la peine de mort, Sous le régime dictatoriale de MOBUTU, seule une personnalité échappera à  la peine de mort prononcée, Nguz Karl -I -Bond. Arrêté le 13 août 1977 pour haute trahison, le Ministre des affaires étrangères n'aura la vie sauve que grâce à  sa notoriété et la pression internationale.

Le régime de l'AFDL

On ne fait jamais une révolution pour se venger mais plutôt pour apporter les correctifs nécessaires pour un véritable changement. Or sous l'ALFDL, la Cour d'Ordre Militaire (COM) juridiction d'exception aura battu tous les records en matière d'exécution. Jugeant les militaires et les civils, la COM hautement liberticide sera une juridiction de terreur. Le colonel Charles Alamba, ancien procureur général près de la Cour d'Ordre Militaire aura semé la terreur par une répression judiciaire aveugle. Qualifié de " Boucher ", les congolais le craignaient tellement qu'ils le croyaient capable d'exécuter, lui même les personnes qu'il venait de condamner à  mort dans un procès. La COM a symbolisée la dictature de l'AFDL et Charles Alamba a envoyé plus d'une personne à  la potence, par la cruauté de ses réquisitoires qui étaient dans l'ensemble moutonièrement suivis par la cour. Contre les présumés assassins de M'zée Laurent Désiré Kabila, le procureur de la COM, Charles Alamba avait requis pour 115 des 135 accusés la peine de mort. Sur les 30 condamnés à  mort, le 7 janvier 2003, à  l'issue d'un procès fleuve, 30 personnes seront condamnées à  mort, dont Eddy Kapend. D'après les informations en notre possession, 16 sont dans les couloirs de la mort, 2 personnes sont décédées après la condamnation et d'autres se sont évadées. Rappelons qu'Amnesty International et les Ong de droits de l'homme avaient dénoncés les exécutions à  la même date où semble t-il , 15 personnes condamnées à  mort par la COM avaient été exécutées en secret à  la périphérie de Kinshasa. S'agit-il des évadés dont nous parlons?. Retour de la manivelle, dans l'affaire Steve Nyembo, le colonel Alamba sera condamné à  la peine de mort par la Haute Cour Militaire (HCM). Plusieurs préventions ont été mises à  sa charge: assassinat, association des malfaiteurs, terrorisme...

Les pièges de la peine de mort pour les journalistes congolais

Les autorités congolaises actuelles proviennent des " élections libres, démocratiques et transparences", la 3e République devra être celle de la démocratie, de la liberté et celle du respect des droits de l'homme. Or les tribunaux militaires , celui de Butembo en plein stade condamnant six étrangers, quatre ougandais et deux kényans, présumés assasins du compatriote d'AL Qahida, commerçant de rénom dans cette contrée de la République mais aussi cité dans les rapports des nations-unies sur le trafic d'armes; celui des assassins du confrère Bampuwa wa Muamba, et même ceux présumés de Franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka, prouvent à  dessein que la peine de mort n'est pas encore abolie en République Démocratique du Congo. Où se situent les pièges :

1. Dans un pays où les militaires sont impayés comment comprendre que les hommes en uniformes puissent refuser l'argent qu'on leur propose pour laisser les journalistes en vie. La nuit du du 2 au 3 novembre 2005, Lorsque Franck Ngyke sortit de sa voiture mercedes pour ouvrir le portail de sa maison au quartier Mombele dans la commune de Limete. Il avait été abordé par 4 hommes cagoulés et armés, en civils, qui attendaient le couple dans la rue, selon les témoins occulaires. Le rédacteur en chef du quotidien la Réfrence Plus, Franck Kangundu avait tenté de négocier avec ses tortionnaires, en leur proposant de les emmener dans voiture pour leur offrir de l'argent, mais les quatre hommes lui avait répondu qu'ils avaient été envoyer pour le tuer. Le couple avait été abattu par balles, sous les yeux de plusieurs voisins. Quant à  Bampuwa wa Muamba, certes, il y a eu vol le 8 mars 2006 dans la résidence familiale du quartier Malandi dans la commune de Matete où il résidait avec son neveu. Les assaillants avaient acceptés l'argent proposer. Mais dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 juillet 2006, où Bampuwa fut assassiné, les meurtriers avaient refusé l'argent et lui avaient signifié qu'il venait pour le tuer.

2. Le 3 novembre 2005, le lendemain de l'assassinat de Franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka, une marche pacifique de protestation avait été organiser; de même une marche pacifique de colère, une journée sans médias la veille de l'inhumation Bampuwa le 17 juillet 2005 par les professionnels des médias. A chaque fois, la marche avait pour finalité le dépôt d'un mémorandum auprès du vice président Azarias Ruberwa, en présence de tous les ministres membres de sa commission politique, défense et sécurité. Ce dernier a toujours promis de diligenter une enquête sérieuse en vue de traquer les assassins et d'organiser un procès public et leurs commanditaires allaient être lourdement sanctionnés. Mais nous sommes tous d'accord pour dénoncer les manoeuvres dilatoires et parodie de procès. Dès le départ notre démarche a toujours été pacifique, et nous n'avons jamais céder à  la violence car les journalistes congolais sont dans la majorité acquise à  la paix. Exemple pendant que le corps de Bampuwa était encore sous la tente ardente à  YMCA, les policiers nous avaient gazés avec des bombes lacrymogènes. Le corbillard étant bien entouré qui l'escortait à  pas de tortue, les policiers utiliseront plus d'une fois les bomes lacrymogènes pour disperser les professionnels des médias, ils finiront par encadrer le corbillard par deux camions et le cortège roulera à  tombeau ouvert jusqu'au cimetière de la Gombé. Plusieurs confrères arrivèrent en retard au cimetière.

3. L'Union Nationale de la Presse Congolaise (UNPC), l'Observatoire des Médias Congolais (OMEC), l'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), Journalistes en danger (JED) ainsi que toutes les organisations professionnels des médias doivent réfuter que les présumes assassins de nos confrères soient des condamnés à  mort. Il nous faut de vrais commanditaires et non pas des fretins qui par leur métier sont habitués à  obéir et à  tuer sur ordre. La démocratie défend la liberté et reconnaît toute vie comme sacrée. L'homme , on le sait est un animal qui tue. Sacrilège contre la vie, la peine de mort, est de surcroît inutile. Jamais, nulle part, elle n'a réduit la criminalité sanglante. Réaction et non dissuasion, la peine de mort n'est que l'expression légalisée de l'instinct de la mort. Si nous nous battons pour la dépénalisation des délits de presse en République Démocratique du Congo, c'est pour mieux remplir nos missions notamment celle d'informer les populations congolaises sans qu'à  chaque fois nous soyons inquiété pour nos écrits ou nos dires. La démocratie doit bénéficier à  tous les congolais sans exception et non seulement à  une frange de la population.

4. Journalistes de la paix et pour la paix, les journalistes congolais doivent accompagner notre pays pour la naissance et l'instauration de la démocratie. Véritable chemin de croix car face au crime et à  l'outrage , la justice d'une démocratie doit refuser la vengeance et la mort. La justice doit mettre les assassins hors d'état de nuire et respecter leur vie. Elle doit punir mais pas tuer. Accepter que les présumés de nos confrères soient exécutés pour leur crime, la profession sera perdante aujourd'hui, demain et pour toujours.

Lire la suite...

Partager sur : Partager