Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

samedi 28 mars 2020

Présidence usurpée de Tshilombo infectée, Vidiye Tshimanga atteint du Covid19 !

RDC: La présidence usurpée de Tshilombo est infectée par le Coronavirus, Vidiye Tshimanga annonce qu'il est guérit du Covid-19 !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 2.jpg, mar. 2020

Le Coronavirus-Covid 19 est un virus de destruction massive. Eh bien, un vide est entrain de se créer à la cour du "Roi Pétaud"de l' imposteur et usurpateur. Ils tombent comme des mouches et se ramassent à la pelle à la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo ! Vidiye Tshimanga est l'alter ego de Tshilombo. Ils ont fait les 400 coups ensemble à Bruxelles. L'homme qui parle à l'oreille de Tshilombo est un arriviste, hautain et arrogant: Vidiye Tshimanga se permet tout ! 

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 10.jpg, mar. 2020

A bon, quand est-ce que Vidiye Tshimanga, le checkuleur et homme qui souffle à l'oreille de Tshilombo était-il tombé malade?  N'est-ce pas le même Vidiye Tshimanga  qui avait influencé Angwalima  Tshilombo d'insulter la diaspora à Londres de "CombatNtaba". Quel toupet?  Vidiye Tshimanga a annoncé sur son compte twitter qu'il est guérit du Covid 19 ? Pourquoi vient -il nous annoncer sa guérison alors que personne ne savait qu'il était contaminé ? Quelle est la preuve qu'il est vraiment guérit ? S'agit-il d'un simulacre ? Où bien, c'est la trouille de voir le décès inopiné de Patrick Ilunga, un autre conseiller de Tshilombo ?Arriviste, arrogant et imbu de lui-même, Vidiye Tshimanga qui a vécu à Bruxelles de la manière dont on sait, quelle mouche l'a piqué pour insulter la diaspora de "CombatNtaba" ?
Nous voulons voir Tshimanga faire 100 pompes, faire le marathon et manger le Bukula Bwa Nseka seul comme un grand pour croire !

Déjà la Maman de Patrick Ilunga crie au scandale. Elle ne croit pas que son fils est mort du Covid 19 mais empoisonné à la présidence de Tshilombo.

Lire la suite...

"Coronavirus": L'allocution du président Macron à Mulhouse !

Freddy Mulongo-Macron Mulhouse.jpg, mar. 2020

ALLOCUTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR LE COVID-19 

Mesdames, Messieurs, mes chers compatriotes.

Je tenais à venir aujourd’hui ici, à Mulhouse, en Alsace, dans cette région Grand-Est, dans cette région qui est à ce jour la plus touchée par l'épidémie de Covid-19 et l'une des premières frappées en France, il y a près d'un mois. Dans le Grand-Est, plusieurs centaines de nos compatriotes ont perdu la vie.  Plus de 700 se trouvent en état grave, placés en réanimation. Je m'associe à la douleur des familles, des proches et veux leur dire que la Nation toute entière est à leurs côtés.

Je veux aussi, ce soir, saluer la mémoire des soignants qui ont payé de leur vie leur engagement pour soigner d'autres vies, sauver d'autres vies depuis le début de cette épidémie. Le premier soignant est tombé il y a quelques jours à Compiègne. Trois soignants ont perdu la vie dans la région Grand-Est, ils avaient décidé de soigner coûte que coûte. Un gynécologue obstétricien ici à Mulhouse, un médecin généraliste, dans la commune de l'hôpital en Moselle et un médecin généraliste à Colmar, une ville elle aussi très durement touchée. Nos pensées accompagnent leurs familles, leurs proches, toute la communauté des soignants.

Mes chers compatriotes, je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre, une guerre contre un ennemi invisible, ce virus, le Covid-19 et cette ville, ce territoire porte les morsures de celui-ci. Lorsqu'on engage une guerre, on s'y engage tout entier, on s'y mobilise dans l'unité. Je vois dans notre pays les facteurs de division, les doutes, toutes celles et ceux qui voudraient aujourd'hui fracturer le pays alors que nous ne devons avoir qu'une obsession : être unis pour combattre le virus.  J’en appelle à cette unité, à cet engagement : être unis.  Vous avez un Gouvernement qui est à la tâche, œuvrant pour trouver les solutions et se battant. Le ministre de la Santé reviendra dans les prochains jours, comme il l'a déjà fait et comme il le fait constamment sur les sujets les plus sensibles, en toute transparence. Le sujet des masques, des respirateurs, des tests et des traitements pour apporter toutes les explications, toutes les demandes d'informations légitimes, mais sans que nous ne cédions à aucune forme de division sans que jamais nous ne céderons au flot de fausses informations. Nous n'avons qu'une priorité : battre le virus.

La Nation tout entière est mobilisée. Mobilisation d'abord des services de l'Etat, qui est totale, et ici, dans le Grand-Est depuis le début. Sur le plan sanitaire, d'abord, tout est mis en œuvre pour que le service, nos services de santé puisse faire face à la vague. L'Agence régionale de santé a lancé très tôt un appel au volontariat des personnels soignants. Plus de 1 000 engagés ont répondu présent dans la région, dont 250 ici à Mulhouse. Une organisation s'est mise en œuvre consistant à déprogrammer les opérations qui n'étaient pas urgentes pour libérer des lits, mobilisant le secteur privé, faisant jouer toute la solidarité entre l'hôpital, le secteur privé et la ville. Les respirateurs sont arrivés, d'autres hôpitaux, des Armées. Un déploiement complet a été fait. Nous avons ici, dans cette région, mis en place une organisation, une méthode inédite qui sera répliquée partout où elle sera utile. 

Solidarité aussi nationale qui joue à plein. Plusieurs transferts ont été organisés vers des régions moins touchées. Une trentaine de patients ont ainsi été conduits dans d'autres hôpitaux de la région. Trois opérations menées par les Armées ont permis de transférer 18 patients vers d'autres régions. Et demain, un train médicalisé sera affrété pour transférer une vingtaine de patients à nouveau. La mobilisation de nos systèmes de santé est totale. Je veux saluer tous les personnels de l'hôpital, des hôpitaux de la région, mais aussi tous les médecins de ville que j'ai croisé tout à l'heure et avec qui j'ai pu discuter, et l'ensemble du secteur sanitaire, médico-social et social.

Mobilisation aussi de tous les services de l'Etat. Je veux saluer les préfets qui, aux côtés des responsables sanitaires, se sont mobilisés pour assurer la continuité des services publics. Tous les services de l'Etat sont mobilisés, nos policiers, nos gendarmes, nos douaniers, l'ensemble de nos fonctionnaires, nos enseignants, à qui aussi je veux dire merci car ils continuent de s'occuper de notre jeunesse de manière physique pour les enfants de nos personnels soignants mais de tous les autres aussi, sans relâche. Je veux ici aussi remercier l'ensemble des collectivités locales, la région, le département, l'agglomération et la ville et l'ensemble de leurs personnels qui n'ont cessé d'être également au front.

Enfin, je veux remercier nos voisins allemands, suisses, luxembourgeois, qui ont pris en charge une trentaine de patients lourds, comme nous l'avons fait il y a quelques semaines pour nos voisins italiens. C'est cela aussi l'Europe, la vraie, cette solidarité. 

Ici, dans cette première région si lourdement touchée, cette mobilisation a été exemplaire. L'organisation a permis collectivement de nous améliorer pour apporter une réponse indispensable. Ici, nous avons fait bloc pour soigner, pour sauver. C'est en activant tous les leviers de la solidarité et en faisant bloc que nous pourrons faire face en Corse, où la situation est déjà très difficile, puis demain, dans les Hauts-de-France, en Bourgogne-Franche-Comté, en Île-de-France, en Outre-mer aussi, où des situations extrêmement tendues sont en train d'arriver. Dans chacun des territoires que je viens d'évoquer, la situation, chaque jour, est plus difficile et c'est la même organisation qui se met en place. Elle se met en place aussi parce qu'une formidable mobilisation nationale est là, et je veux vous en féliciter et vous en remercier, mes chers compatriotes. La réserve sanitaire d'abord, avec plus de 40 000 inscrits, permet d'apporter des bras, des soutiens à des femmes et des hommes qui se réengagent pour aider. Plus de 100 000 d'entre vous se sont engagés sur la plateforme "Je veux aider" pour là aussi, à leur manière, avec leurs moyens, apporter une aide au milieu de cette crise. C'est cette France fraternelle qui nous permettra de tenir et de vaincre.

Mais derrière cette organisation, il y a toujours et avant tout les femmes et les hommes. Je suis ici à Mulhouse, à leurs côtés, pour leur rendre hommage. Dans cette guerre, il y a en première ligne l'ensemble de nos soignants, qu'ils interviennent à l'hôpital, en ville, dans les EHPAD, dans nos établissements accueillant des personnes en situation de handicap, dans les services à domicile, qu'ils soient médecins, infirmiers, ambulanciers, pharmaciens, aides-soignants. Tous sont en première ligne. Les yeux sont cernés, la fatigue est présente. L'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues, pour leur famille. Je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force. La Nation tout entière est derrière eux, reconnaissante. Elle rend hommage chaque jour. Elle est à leurs côtés à chaque instant. Avec un courage exceptionnel, ils font face. Ils sauvent des vies. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir. Nous serons là aussi au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect. J'ai demandé au gouvernement d'apporter une réponse claire et forte de court terme pour l'ensemble des personnels soignants comme pour l'ensemble des fonctionnaires mobilisés, afin de majorer les heures supplémentaires effectuées sous forme d'une prime exceptionnelle pour pouvoir accompagner financièrement cette reconnaissance. Mais plus largement, nos soignants qui se battent aujourd'hui pour sauver des vies se sont hier battus, souvent pour sauver l'hôpital, notre médecine. Beaucoup a été fait, sans doute pas suffisamment vite, pas suffisamment fort. L’engagement que je prends ce soir pour eux et pour la nation toute entière c’est qu’à l’issue de cette crise un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital. C’est ce que nous leur devons, c’est ce que nous devons à la Nation. Cette réponse sera profonde et dans la durée.

Je veux aussi saluer l’ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne et qui permettent à nos soignants de soigner, et au pays de continuer à vivre. Ce sont les femmes et les hommes qui transportent, qui hébergent, qui dépannent, qui nettoient, qui réparent. Ce sont nos agriculteurs, ce sont l’ensemble des femmes et des hommes qui sont dans le secteur de l’alimentation, des commerces de première nécessité, ce sont nos livreurs, nos caissiers et nos caissières, c’est tout ce peuple travailleur de France qui se bat, qui, je le sais, parfois, est angoissé, souvent pour eux-mêmes et leurs familles, mais permet au pays de vivre. Je veux ce soir avec beaucoup de force les remercier et leur apporter tout le soutien de la Nation. Je sais les attentes qu’il y a là aussi pour être mieux protégé et le gouvernement fera le maximum pour apporter toutes les réponses avec les contraintes qui sont les nôtres, toujours en transparence. Vendredi, je rassemblerai l’ensemble des partenaires sociaux et un très gros travail a été fait ces derniers jours pour, secteur par secteur, apporter les meilleures réponses pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail. Je veux remercier l’ensemble des employeurs de tous ces secteurs qui ont beaucoup fait là aussi pour que la nation continue à vivre. Cette deuxième ligne est indispensable et je veux remercier tous nos compatriotes qui, avec courage, chaque jour, permettent au pays de continuer à vivre dans ce contexte. Leur travail, leur engagement, leur courage sont aussi notre fierté.

Et il y a la troisième ligne, celles et ceux qui peuvent télétravailler ou rester à la maison, arrêter leur activité pour un temps ou qui y sont contraints parce que le secteur d’activité a fermé et qui contribuent aussi à l’effort de la Nation en restant chez eux, en respectant les règles de confinement qui ont été édictées par le gouvernement, en réduisant les contacts, en luttant contre la propagation du virus. Je vous remercie, mes chers compatriotes, de cette part que vous prenez à l’effort collectif. Elle est indispensable, pour protéger notre système de santé, pour ralentir ce virus et protéger l’ensemble de nos soignants, de nos réanimateurs, pour permettre de sauver un maximum de vies, pour protéger aussi nos aînés et les plus fragiles.

Chacun a un rôle, et dans ce contexte nos armées ont un rôle et je veux les en remercier, et je terminerai par là. Nos armées sont déjà mobilisées comme ici, à Mulhouse, avec cet hôpital de campagne dans lequel je viens de me rendre et par la mobilisation aussi du service de santé dans son intégralité. Cet hôpital a été monté dans des délais records par le service de santé et l’armée de terre. Les 5 hôpitaux d’instruction des armées sont aussi mobilisés, où des malades sont déjà pris en charge. Des opérations de transport sanitaire aérien et maritime ont déjà été réalisées par des avions ravitailleurs, dont les opérations Morphée de l’armée de l’air, le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre, d’autres missions de soutien encore. Partout, je le sais, nos militaires sont prêts et déterminés.

Nous sommes en guerre et face à ce qui se profile, ce pic de l'épidémie qui est devant nous, j'ai décidé, sur proposition de la ministre des Armées et du chef d'état-major des Armées, de lancer l'opération Résilience. Cette opération, distincte de l'opération Sentinelle qui continue de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme quant à elle, cette opération Résilience sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie de Covid-19 en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection. Dans ce cadre, j'ai d'ores et déjà décidé de déployer immédiatement le porte-hélicoptères amphibies Mistral dans le sud de l'Océan Indien et à partir de début avril le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins. 

Mes chers compatriotes, Mesdames, Messieurs, je reviendrai dans quelques jours faire un point complet de la situation, vous dire les décisions prises pour les semaines à venir et les décisions plus profondes que j'entends prendre pour la nation. Mais ce soir je voulais être là, aux côtés de nos soignants, aux côtés de nos armées, aux côtés de nos malades, pour dire que toute la Nation est engagée, engagée dans ce combat. Chacun a un rôle à y jouer, chaque citoyen, parce que la Nation française est un bloc et parce que dans cette guerre nous devons faire bloc, être unis, fiers et reconnaissants pour le rôle de chacun et tenir l'unité et le courage nous permettront de vaincre. Nous ne sommes qu'au début mais nous tiendrons.

Nous tiendrons parce que nous ne cèderons rien. Nous tiendrons parce que nous en avons la force. 

Lire la suite...

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Manu Dibango 5.jpg, mar. 2020

Freddy Mulongo-Manu Dibango 2.jpg, mar. 2020

A 86 ans, le grand saxophoniste Manu Dibango est décédé du coronavirus, le mardi 24 mars, à l'hôpital de Melun. Mais l'image de 6 personnes à ses obsèques fait pleurer plus d'un africain. La France est confinée. Restez-chez vous, clame le message du gouvernement. En temps normal, Manu Dibango méritait des obsèques avec foule dû à son rang, par sa musique 

avoir rapproché des hommes et femmes mais aussi plusieurs continents.

Il n'y a pas eu plus ambassadeur itinérant du Cameroun à travers le monde que Manu Dibango. Sur les réseaux sociaux, il est regrettable que certains Camerounais se déchaînent contre lui. Qu'a-t-il fait et laisser au Cameroun? Frères, l'oeuvre de l'esprit est immatériel, il dépasse de loin les matériels.


Lire la suite...

Paris: Décès de Manu Dibango, le communiqué de l'Elysée !

Freddy Mulongo-Manu Dibango 6.jpg, mar. 2020



Palais de l’Élysée, le mardi 24 mars 2020

 

 

COMMUNIQUÉ

 

La musique mondiale a perdu un géant. Manu Dibango, saxophoniste, compositeur, passeur de rythmes et lanceur de tubes, était l’un de ces musiciens virtuoses et généreux dont le talent ne connaissait pas de limites : ses créations ont fait danser plusieurs générations, plusieurs continents. Il est hélas l’une des premières personnalités mondiales à succomber à la pandémie du Covid-19.

 

C’est à Douala au Cameroun qu’Emmanuel Dibango a vu le jour en 1933. Au temple protestant où sa mère est chef de chœur, il apprend à vocaliser sur Bach et Haendel et à caresser les cordes sous la bienveillante férule d’un oncle guitariste. En 1949, il a 15 ans lorsqu’il arrive en France pour faire ses études, avec 3 kilos de café dans ses bagages pour payer un premier mois d’accueil à ses hôtes. Mais, assez vite, la musique le tire loin des manuels scolaires. Un enseignant lui fait découvrir le piano, puis un ami, Francis Bebey, qui deviendra lui aussi une grande figure de la musique camerounaise, l’initie au jazz et au saxophone, son instrument-roi.

 

De Paris à Bruxelles, de caves en cabarets, il fréquente la diaspora afro-caraïbéenne et la bouillonnante scène jazz de l’après-guerre. Il rencontre bientôt Joseph Kabaselé, alias « Grand Kallé », le père de la rumba congolaise et le créateur de l’un des hymnes des indépendances africaines, Indépendance Tcha-tcha, qui l’embauche comme saxophoniste dans son orchestre African Jazz. Installé pour un temps à Léopoldville au Congo, Manu Dibango débute alors une carrière en solo, se fait connaître avec « Premier twist à Léo », et ouvre son propre club de musique, le Tam-Tam.

 

Revenu en France avec un répertoire qui s’est enrichi au fil de ses pérégrinations et de ses rencontres, qui s’est ouvert à la soul et au funk, il travaille avec quelques-unes des plus grandes vedettes de l’époque : Dick Rivers, Nino Ferrer, Mike Brant. A la fin des années 1960, il est le premier à faire jouer des artistes africains pour une émission de télévision française, Pulsations, dont il signe le générique en live avec son big band.

 

Manu Dibango se riait des frontières : il sautait d’un continent à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un genre à l’autre, d’un instrument à l’autre – il les maîtrisait presque tous – pour créer une musique universelle, qui était à la fois africaine et caraïbéenne, américaine et européenne, mais qui était surtout chaloupée, entrainante et joyeuse. À chaque album, il inventait de nouveaux rythmes de joie, des mélodies du bonheur.

 

C’est avec un tube funk en diable, « Soul Makossa », qu’il avait accédé à une renommée internationale. Un hymne à la danse et au mélange qui n’était à l’origine que la face B d’un 45-tours sorti à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de 1972, et qui est devenu, par un improbable cheminement d’admirations et de reprises, un hymne mondial dont le succès ne se dément pas : découvert par les pionniers new-yorkais du Disco, pillé par les plus grandes stars, cité, repris, il est joué et rejoué depuis près de cinquante ans.

 

Infatigable musicien voyageur, il a fait résonner son art virtuose sur les scènes de France et de Belgique, aux États-Unis, en Amérique Latine, en Côte d’Ivoire où il a un temps dirigé l’Orchestre de la Radio-télévision ivoirienne. Apôtre d’une musique où les artistes du monde entier dialoguent ensemble sur un pied d’égalité, Manu Dibango n’a jamais cessé de jeter des ponts, d’inventer des hybridations nouvelles, de susciter des rencontres, collaborant tour à tour et parfois en même temps avec Youssou N’Dour, Angélique Kidjo, Peter Gabriel, Sting, Serge Gainsbourg, Herbie Hancock ou Fela Kuti.

 

Avec le temps, celui qu’on surnommait « Papa Groove » était devenu « Papy groove », mais il n’avait jamais perdu son énergie et son enthousiasme : il était encore en tournée en France et à travers le monde l’an dernier, à l’occasion de ses 60 ans de carrière avec son « Safari symphonique », où s’entrelaçait harmonieusement le jazz et la musique classique.

 

Manu Dibango était aussi une voix, grave, engagée, qui savait se faire entendre pour célébrer les indépendances, pour dénoncer le racisme et l’apartheid, pour combattre partout les injustices, et pour célébrer cette Afrique dont il était l’un des fils les plus connus. En 1994, il en avait même pris le visage, sur la pochette de son album Wakafrica, auquel il avait fait participer les plus grandes stars du continent.


Immense musicien, il était aussi une figure d’humaniste universelle qui, par-delà les frontières géographiques et les styles musicaux, semait à foison la générosité et la joie. 

Lire la suite...

Me Wilkens Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Me Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Alhongo.jpg, mar. 2020

La France est touchée par le Coronavirus-Covid-19. 32 964 personnes sont contaminées et 1995 personnes décédées. Et parmi eux des personnes qui ont assisté au concert de Fally Ipupa le 28 février dernier à Bercy. La vague sanitaire qui fait des dégâts en France s'installe dans la durée.

Du jamais vu ! Alors que des manifestations ont été annulées à cette date, le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa a été maintenu. Fally Ipupa a ramené du Congo en France, une quarantaine de personnes y compris des chroniqueurs musicaux. On sait aujourd'hui que Dedié

Me Wilkens Alhngo, grand patriote et résistant à Bruxelles, qui suit le dossier concert Fally Ipupa à Bercy depuis le départ, monte au créneau et sans ambages déclare: Fally Ipupa est coupable et responsable de personnes décédées à son concert de Bercy. Ceux qui croient que les patriotes-résistants-combattants Congolais s'amusent n'ont qu'à se raviser. Pour Me Wilkens Alhongo, le combat de libération du Congo est un combat de vie. La diaspora congolaise ne lâchera rien. "Kabila dégage" était une lutte contre un système, pas contre un individu. Or aujourd'hui, les ennemis du Congo ont fait un deal avec Alias Kabila pour une nomination électorale avec mépris du peuple congolais. Le combat de la diaspora congolaise est noble et légitime.

1. Réveil FM International : Me Wilkens Alhongo comment avez-vous passé la journée du 28 février dernier à Paris ?

Me Wilkens Alongo : Ce vendredi là 28 février 2020, j'étais à Paris. Et comme l'Avocat au barreau de Paris Me Tamba avait besoin d'éléments du combat pour finaliser sa requête, il s'est que je me suis rendu en son cabinet. J'étais accompagner du combattant Pitshou Shomongo. Nous avons rencontré Me Michel Tamba. Et de là je lui filé quelques astuces en rapport avec le risque très élevé de contamination par le Coronavirus si le concert de FALLY Ipupa se jouait. Donc il s'agirait d'un trouble de l'ordre public. Par l'insalubrité publique. Car beaucoup de rencontres importantes venaient d'être annulés en France comme en Suisse : annulation du salon automobile. Tout cela augurait la survenance d'un malheur éventuel. De son cabinet, nous sommes allés au tribunal administratif de Paris repondre à l'invitation à comparaître à l'audience en référé au palais de justice de Paris.

Me Tamba et moi même avons demandé à la Juge des référés Mme F.DEMURGER de pouvoir annuler ce concert à cause du risque de contamination au Coronavirus.Malheusement notre demande fut rejetée. Ce qui fait que FALLY Ipupa devait alors donner son concert. Au mépris du grand risque de contamination au Coronavirus que FALLY Ipupa n'ignorait pas. La perfidie était à son comble car il doit être tenu co responsable de la mort de ceux qui sont venus à ce concert et qui y sont contaminés. FALLY Ipupa doit avoir sur sa conscience la mort de nos frères et sœurs congolais, voire Africains venus à ce concert de FALLY Ipupa le 28 février 2020.
Il est tenu co responsable de tous les contaminés par le Coronavirus venus à ce concert.

2. Réveil FM International: Plusieurs événements prévus le 28 février dernier ont été annulés sauf le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa pourquoi ?

Me Wilkens Alhongo: Effectivement le concert de Fally Ipupa était très politisé. Comment pouvait-on annulé d' autres événements français importants et le laisser jouer ? Tout cela prouve à suffisance qu' il avait bénéficié de l' appui des lobbyistes en France et même des occultistes qui avaient besoin de sacrifices humains et du sang humain. Selon certains recoupement, il a bénéficié du fort soutien du numéro 1 de l' Organisation Internationale de la Francophonie : Mme Louise Mushikiwabo, ancienne Ministre rwandaise des affaires extérieures proche du sanguinaire et agresseur de notre pays; l' actuel président du Rwanda: Paul Kagame, Hitler Noir, dictateur Rwandais et bourreau du peuple congolais avec plus de 12 millions de Congolais à sa conscience. Il est également pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo. Le Rwanda est devenu le premier producteur du coltan, un minerai qui ne trouve pas dans son sous-sol.

L' agression de la République démocratique du Congo par le Rwanda et l'Ouganda, est un crime imprescriptible selon l' article 29 du statut de Rome du 17 Juillet 1998. Elle est défini à l'article 8 Bis du même statut de Rome puis définie par la Résolution de l' Assemblée générale des Nations Unies ; résolution 3314 du 14 décembre 1974: "L' agression est la violation de l' intégrité territoriale d' un État, la violation de son indépendance politique et de sa souveraineté nationale".

3. Réveil FM International: Par amour pour Fally Ipupa Vous avez tenté de le dissuader avec un proverbe Mongo lequel ?

Me Wilkens Alhongo : BON' ODJU TSIKA : Jeune homme laisse. BAKOKUMYA BAKOSAMANYA L' AALOKI: En t' applaudissant, on attire vers toi les sorciers et les malheurs.

4. Réveil FM International : Le Coronavirus frappe partout en France. Et déjà quelques pro-concert de Fally Ipupa sont parmi des victimes emportées. Le chansonnier Congolais est il pénalement coupable et responsable ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il est pénalement responsable et coupable pénalement pour complicité de crime de génocide et de mise en danger du risque de contamination au Coronavirus.
Article 6, C du statut de Rome dit : la soumission intentionnelle d' un groupe de gens à des conditions de vie devrant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. C' est ce qu'il a favorisé par son concert du 28 février 2020 alors qu'il savait pertinemment bien le danger de contamination au Coronavirus lors de ce concert et qu' il y aurait des gens venus de différents pays voire de l' Italie ; un pays en ce 28 février 2020 déjà très frappé par le Coronavirus.Son appel à l'aide à la population congolaise pour le danger du Coronavirus constitue un aveu car il savait déjà avant son concert le danger de contamination au Coronavirus ce 28 février 2020 là à Accor Hôtel : ex Bercy à Paris en France. L' article 121-3 du code pénal français:". ..les personnes physiques qui n' ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s' il est établi qu'elles ont soif violé de façon manifestement délibéré une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d' une particulière gravité qu' elle ne pouvaient ignorer".

En outre l'article 121-7 dit : "Est complice d'un crime ou d' un délit la personne qui sciemment par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation". C'est ce qu'a fait Fally Ipupa avant et ce 28 février 2020 par son concert à Paris Bercy.

5. Réveil FM International: Les chroniqueurs musicaux de Kinshasa ont clamé le retour des concerts en Europe avec Fally Ipupa. Est-ce que c'est la fin de la Fatwa Anti-Concerts ?

Me Wilkens Alhongo : Non ! Au contraire, il a encore fait durcir le ton. La FATWA ANTI-CONCERT reste et demeure renforcée de plus. La FATWA ANTI-CONCERT est la propriété de toute la diaspora congolaise au niveau mondial. Elle n'appartient à personne mais à tous. Pour lever la FATWA ANTI-CONCERTS, il faudra une assemblée générale mondiale, chaque congolais et congolaise de la diaspora aura son mot à dire. Il faudra la participation de nos compatriotes de contrées lointaines: Vanuatu, Samoa, Fidji, îles Salomon, île d'Efate...

Non, la FATWA ANTI-CONCERT EST CORSÉE. Elle se renforce davantage. Elle devient immuable, inaltérable et inviolable. Fally Ipupa a fermé toutes les portes aux artistes congolais en Occident.

6. Réveil FM International: Que doit faire la diaspora diaspora congolaise mondiale pour que le dossier concert Fally Ipupa aille jusqu'au bout ?

Me Wilkens Alhongo : La Diaspora congolaise doit maintenant beaucoup plus médiatiser son combat noble pour la libération effective du pays. Dénoncer devant les tribunaux toutes les machinations et complicité des artistes musiciens congolais ; liés à la sale politique anti peuple congolais à travers les médias : Grandes chaines de radio- TV et sur les réseaux sociaux. Demander et rencontrer les grands décideurs do monde politique international afin de mieux leur expliquer les vraies réalités et enjeux en RDCONGO. Leur faire savoir la situation macabre que traverse notre pays. Mieux leur expliquer les raisons valables de la FATWA ANTI-CONCERT des musiciens congolais pourtant Leaders d' opinions avec forte capacité d' influencer et responsabiliser le peuple congolais au lieu de l' entraîner dans la distraction.
Preuves actuellement qu' ils peuvent en tant que leaders d' opinions influencer et orienter la masse congolaise ; les messages de Koffi Olomide, de Fally Ipupa à l' endroit et pour le peuple congolais. Ces appels à l' aide et aux dons auraient vraiment de la valeur si ces musiciens dénonçaient la mauvaise politique anti peuple congolais pratiquée en RDCONGO par les dirigeants actuellement au pouvoir dans notre pays. Ces appels aux dons pour sauver la vie des millions de congolais dans cette crise de Coronavirus prouve à suffisance leurs capacités d' influencer le peuple congolais pour parvenir à un changement politique en RDC.

7. Réveil FM International: Fally Ipupa a-t-il péché par arrogance et cupidité ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il a péché par arrogance et par cupidité au lieu de penser à la souffrance des millions des congolais.Il devait plutôt être humble. Malheureusement, il n' a pensé qu' à sa poche et à son ventre au lieu de penser à la contamination des spectateurs venus de partout par le Coronavirus. C'est inhumain et égoïste.

Il aurait pu parler calmement à la Diaspora congolaise et avec les combattants qui mènent un combat noble. Il a préféré sacrifier ses frères et sœurs africains; surtout Congolais au profit de l' argent et le faux succès.

8. Réveil FM International: Le concert de Fally Ipupa est une hécatombe qui ne dit pas son nom. Quelles sont les leçons en tirées ?

Me Wilkens Alhongo : Les leçons à tirer sont les suivantes : Être dorénavant vrai patriote, se ranger du côté du peuple congolais et devenir un vrai Messager de la souffrance du Peuple Congolais. Devenir un véritable Leader d' opinion qui dénonce tout le mal fait sur le peuple congolais en RDC comme le firent Miriam Makeba sous l' apartheid dans son pays l' Afrique du Sud, Bob Marley , Peter Tosh ....en Jamaïque, Fela Kuti au Nigeria, Alpha Blondy...

Être humble et écouter aussi ses frères et sœurs combattants congolais de la Diaspora. Devenir ce musicien congolais véritablement Leader d'opinions dénonçant les massacres des congolais à Béni et partout, les viols massifs des femmes congolaises, l'agression du pays par Paul Kagame, Hitler Noir.

9. Réveil FM International: Fally Ipupa est soutenu par plusieurs lobbies pour casser la Fatwa Anti-Concerts instaurée dans la diaspora. Pourquoi cette Fatwa fait-elle tant de mal aux prédateurs et occupants du Congo ?

Me Wilkens Alhongo : C' est parce qu'ils veulent casser l' éveil patriotique congolaise ancré dans la Diaspora par la distraction liée au concert des musiciens congolais de la Diaspora.

Nos bruits et manifestation dérangent les spoliateurs de nos ressources naturelles qu' ils veulent continuer à puisser dans le silence total. Nos dénonciations suscitent des interrogations des citoyens et peuples des Pays occidentaux et prédateurs qui tiennent à spolier nos richesses dans le calme en sacrifiant les vies de nos peuples.

D' où il faut nous faire taire. Nous ramener dans les distractions des concert dans le but de détourner notre attention sur le sort de notre pays et ses vrais enjeux.

10. Réveil FM International: Le mot de la fin ?

Me Wilkens Alhongo : Je fais plutôt un appel à la PERSÉVÉRANCE DU PEUPLE Congolais dans cette lutte pour la libération effective de notre pays. Nous finirons par gagner ce combat qui est noble et juste.

Continuons à nous battre pour chasser l' incarnation du mal congolais : Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila ; lui et tout son système doivent dégager. KABILA DEGAGE ! Est toujours d' actualité !

Parvenir à tout prix à mettre fin à l' exploitation illégale de notre pays par des pilleurs venus d' ailleurs : du Rwanda, Ouganda, et de l' occident voire du monde entier profitant de l' absence de l' État de droit en RDCONGO.

Wilkens E. Alhongo, Juriste et Docteur en Droit/ Belgique.. Opposant politique au système en place en RDCONGO.Ancien de la Magistrature militaire en RDCONGO. Ancien Assistant du Secrétaire général administratif de l' Université de Kinshasa, Chargé de l'enseignement du Cours de Droit administratif à l'Institut Supérieur des Sciences du Travail : ISST /Kinshasa, RDC.

Ayant prêté le serment d'avocat au Barreau de Bruxelles le 03 décembre 2012, Combattant Résistant congolais de la Diaspora depuis plusieurs années, Président des associations de droit belge : Mouvement Indépendant pour la Reconnaissance Congolais : MIRGEC, et BEDEN human rights, President d' honneur de l' association de droit luxembourgeois: RACINE BONHEUR CONGO.

Lire la suite...

jeudi 26 mars 2020

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 4.jpg, mar. 2020


Le coronavirus révèle le fonctionnement de deux pays sur le même continent. Un pays qui fonctionne où l'Etat use de son pouvoir régalien pour protéger sa population: Le Ghana. Un autre pays, la République démocratique du Congo où des kuluna et chekuleurs cravatés ont pris en otage, une population exsangue par la misère, pauvreté, chômage, malnutrition, vols des deniers publics, corruption généralisée...

Kwame Nkrumah et Patrice Lumumba était des panafricanistes convaincus qui aiment chacun son pays. Qu'en est-il de leurs héritiers ?

Le Ghana met 100 millions de dollars et des équipements aux Ghanéens: les masques sont distribués, les rues sont nettoyés, des évêques, pasteurs et imams prient et jeûne ensembles pour leur pays. Le Ghana a 2 décès sur les 68 cas déclarés positifs.

La République démocratique du Congo est dans la mal gouvernance depuis plusieurs décennies et parmi ses fléaux qu'elle traîne comme un un boulet, il y a celui de la légitimité de ses dirigeants. La fraude électorale est devenue un sport national.

En République démocratique du Congo, c'est la bouillabaisse. Le régime Tshilombo décide le confinement d'une population qui vit avec -1 dollar par jour, au jour le jour. Des autorités dictent des mesurettes sans véritable prises en charges des populations. Le régime de Kinshasa ne connait même pas le nombre de sa population, le dernier recensement date de 1984.

Après avoir dépensé 80 millions de dollars pour des voyages inutiles d'Angwalima Tshilombo voleur du destin du peuple congolais, et dépensé 10 millions pour le mausolée d'Etienne Tshisekedi "Héros National" qui avait empêché en 1969, Joseph Kasa-Vubu, premier président du Congo d'aller se faire soigner en Belgique et lui avait coupé l'eau et l'électricité à sa résidence...Tshilombo met 1 million 800 mille dollars pour 80 millions de Congolais et tend la main à l'aide internationale.
Tshilombo met en place un Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) sans y mettre un sou. Angwalima Tshilombo attend l'argent des autres. Inconscient, incapacitaire et médiocre, Tshilombo est une calmité pour et contre le Congo.

Freddy Mulongo-Ghana.jpg, mar. 2020

Le Ghana est passé par des moments difficiles mais il s'en sort mieux que la République démocratique du Congo. Le Ghana est le seul pays africain qui a eu un Secrétaire Général de l'ONU: Koffi Annan. Il y a eu aussi Jerry Rollins.

Freddy Mulongo-Ghana 10.jpg, mar. 2020

En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

Freddy Mulongo-Ghana 2.jpg, mar. 2020

Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques.

Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique.

Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres. À tout juste 71 ans, Jerry Rawlings reste une personnalité qui compte dans le paysage politique ghanéen et en Afrique de l’Ouest. Si l’ancien chef de l’État s’exprime moins souvent dans les médias, chacune de ses interventions est très attendue.

La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”.
Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus.
Plus de 2 400 cas confirmés dans 46 pays pour 66 décès en Afrique.

Le Ghana est un pays démocratique que j'ai eu la grâce de visiter en novembre 2016 lors de la visite officielle du premier ministre français. J'ai été accrédité pour couvrir ce déplacement.

Lire la suite...

mercredi 25 mars 2020

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-prison de Makala 3.jpg, mar. 2020

La prison centrale de Makala est le plus grand centre pénitentiaire de Kinshasa. Construite en 1958, alors que la capitale ne dénombrait que 500 000 habitants contre 13 millions aujourd’hui, elle compte près de 9000 prisonniers dépassant très largement la capacité d’accueil de 1500 places .

Le centre de détention de Makala est tristement réputé pour son état de délabrement et sa surpopulation, qui en font un véritable "enfer sanitaire". La prison de Ndolo est réservée aux personnes poursuivies ou condamnées devant les tribunaux militaires.

Le Coronavirus tue et décime des populations. Que dire des populations carcérales en République démocratique du Congo ?

Freddy Mulongo-prison de Makala 1.jpg, mar. 2020

A l’origine de cette surpopulation, le recours excessif à la détention préventive. L’article 17 al 1 de la Constitution congolaise dispose que la liberté individuelle est la règle et la détention l’exception. Mais en réalité, 70 à 80 % des prisonniers sont des détenus préventifs. La plupart d’entre eux moisissent depuis des mois à Makala sans jamais avoir été présentés à un magistrat.

Freddy Mulongo-prison de Makala Mike-Mukebayi.jpg, mar. 2020

A Makala, la chaleur y est étouffante. Les corps en sueur sont allongés à même le sol et rares sont ceux qui peuvent s’offrir des matelas. Les détenus vivent dans la misère la plus sombre. Ils se retrouvent parfois à 500 dans une salle de 20 mètres sur 30 mètres. Ils dorment à même le sol et doivent se soulager dans des seaux. Leur nourriture se compose souvent d’un seul repas par jour à base de quelques haricots ou de feuilles de manioc. Certains se font apporter leur repas par leur famille, mais souvent les gardiens les gardent pour eux.

Tout se paie à la prison de Makala. La cellule, la sécurité, les téléphones portables ("pour pouvoir en posséder un, il faut payer au moins 200 dollars par trimestre aux policiers qui improvisent des fouilles") et même la possibilité d’avoir un peu de compagnie. La vie en détention y apparaît anarchique, sans policiers, directement encadrée par les prisonniers les plus âgés. Sans réelle surveillance ni contrôle, les évasions sont courantes. Les conditions sanitaires y sont catastrophiques: 150 personnes dans une salle de moins de 30m² par une rude chaleur.

Au cours de son allocution pour imposer le confinement aux populations congolaises affamées, sans soins ni infrastructures... pas un mot d'Angwalima Tshilombo, bénéficiaire de Nomination Électorale, pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila...sur les prisonniers Congolais avec cette pandémie de Coronavirus. Grand Voleur du destin du peuple congolais avec son putsch électoral, Angwalima Tshilombo Félix Tshisekedi déclarait le 24 janvier 2019 vouloir " défendre la Constitution" et travailler à la construction d’un " Congo réconcilié".

Doivent-ils mourir parce qu'ils sont prisonniers ? Quelles sont les mesures prises pour les centres de détentions en RDC ? Rien ! Avec la pandémie du coronavirus, ce ne plus le désengorgement de prisons, qui est urgente mais c’est la réorganisation pénitentiaire de la République démocratique du Congo.

Partout en République démocratique du Congo, la situation des centres pénitentiaires est alarmante. Sur les quatre-vingt que compte le Congo: la malnutrition, les mauvaises conditions d’hygiène et le manque d’accès aux soins que subissent les détenus congolais sont monnaies courantes. A l’exception de la prison de Luzumu, située dans la province du Kongo central et dont la construction a été financée par l’Union européenne, les conditions de vie sont infernales. 

Lire la suite...

mardi 24 mars 2020

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagner d'une cohorte d'avocats, une quarantaine,  à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais. 

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 1.jpg, mar. 2020Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 3.jpg, mar. 2020

Lire la suite...

samedi 21 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Dedie Bandubola.jpg, mar. 2020

L'hécatombe commence. Les pro-concerts Fally Ipupa à Paris Bercy, le 28 février dernier, qui étaient déterminés avec leurs lobbyistes de défier la diaspora congolaise avec la Fatwa Anti-Concerts, tombe un à un frappé du Covid-19.

Fally Ipupa-Coronavirus aura des morts sur sa conscience. Muana Mayele Ayokaka. Avec ces morts, qu'est-ce que son concert a-t-il apporté ? Rien ! Défier tout un peuple à cause des petits intérêts mercantiles, voici les premières conséquences. Que tes politicailleurs-ventriotes et lobbyistes ramènent à la vie ceux qui sont morts.

Freddy Mulongo-Jean Michel Denis.jpg, mar. 2020

Amoureux de musiques africaines, c'est le confrère Jean-Michel Denis, qui a introduit Fally Ipupa sur scène de Bercy le 28 février dernier. Il est décédé le 16 mars à Paris, emporté par le Coronavirus. Il a commencé à tousser juste après le concert de Fally Ipupa à Bercy, sa santé s’est dégradée et gâtée par la suite. Et le coronavirus l’a emporté.

Dedié Bandubola est la première victime du Coronavirus à Kinshasa en République démocratique du Congo. Lui aussi était au concert de Fally Ipupa à Bercy. Arrogant rabatteur qui avait trompeté pour Fally Ipupa en plein Paris venu de Kinshasa. Étaient-ils parmi ceux qui avaient garanti les paiement des casses et dégâts à la gare de Lyon ? Il était parmi ceux qui incitaient à aller à Bercy pour le concert de Fally Ipupa comme le montre cette vidéo. Son chauffeur est aussi décédé et 5 autres personnes sont contaminées.

https://www.facebook.com/DeniseDusauchoyOfficiel/videos/515442892699830/

Le cas de cet individu arrogant est plus problématique. Dedié Bandubola était le directeur adjoint au cabinet de sa sœur Acacia Bandubola Mbongo, Ministre de l'Economie nationale. Donc ce cabinet familial est-il au service du Congo ou de la famille Bandubola-Bena Mpuka ? Qu'est-ce qu'un pseudo- médecin connait de l'économie ? Comment une ministre peut avoir son frère comme Directeur Adjoint dans son cabinet ?

Le Congo est tombé si bas. Personne ne dénonce le clientélisme et népotisme au ministère de l'économie nationale.
La sœur nomme son frère directeur adjoint de cabinet, personne ne pipe mot. Parce que la fameuse ministre a des liens familiaux avec Angwalima Tshilombo avec sa présidence usurpée.

Aux thuriféraires-blablateurs de Kinshasa qui nous abreuvent sur les réseaux sociaux avec "Nos condoléances" faisant l' éloge funèbre et hommage funéraire à un certain Dedié Bandubola doivent se raviser.

Lire la suite...