Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

dimanche 19 avril 2020

RDC : Les 10 raisons de ne pas croire Tshilombo (suite et fin) !

RDC : Les 10 raisons de ne pas croire Tshilombo (suite et fin) !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Oui à la tribu. Non au tribalisme exacerbé. Tshilombo se comporte en chef de bande des Kasaïens. Monsieur 15% a une arrogance inouïe des arrivistes et profito-situationnistes. Ba "Nyangalakata", "Ba Ndoki", "Ba CombatNtaba" ce sont des expressions qu'il a balancé à la diaspora congolaise à Bruxelles, Paris et Londres.

Freddy Mulongo-Fatshi Ntaba -Tshilombo 1.jpeg, avr. 2020

6. Tshilombo a une épine aux pieds "Alias Kabila". Menteur patenté, Tshilombo dirige le Congo par et avec des mensonges. On ne vient pas à la présidence de la République en "stagiaire". On n'est pas "Président" par procuration. Tshilombo est le ministre des Affaires étrangères d'Alias Kabila. Non Élu, Tshilombo est allé nuitamment négocier sa Nomination électorale à Kingakati. Au grand mépris du peuple congolais floué par celui qui est le fils Tshisekedi. Tshilombo est pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila. Sa traîtrise et son mépris pour le peuple congolais sont criardes. Il a négocié un pouvoir qu'il n'a pas gagné. Tshilombo a voulu le pouvoir pour le pouvoir. Il pensait entrer dans l'histoire mais il est bon pour la poubelle de l'histoire. Il ne dirige et ne contrôle rien. Son deal avec Alias Kabila est contre le peuple congolais. À part le tapis rouge, il ne fait rien. Tshilombo a fait perdre à la RDC, des années de lutte pour la démocratie. Tshilombo est voleur de toutes les marches contre le régime d'Alias Kabila par la diaspora congolaise au niveau mondial. Il a récupéré et bafoué marches, manifestations, pétitions et autres démarches démocratiques pour anéantir le régime d'imposture et d'occupation d'Alias Kabila. Les patriotes-
résistants-combattants n'ont jamais été mieux trahi que par Angwalima Tshilombo.

7. Tshilombo est clivant : La RDC n'est pas un pays normal. Le peuple congolais tant souffert : dictature, crimes de sang, crimes de génocide et crimes contre l'humanité. Les violences faites aux femmes ont des stigmates dans notre société. Un président même putschiste et non élu mais bénéficiaire d'une Nomination Électorale doit défendre le Congo et manifester de l'empathie envers les Congolais. Il doit rassembler le peuple et fédérer les hommes et femmes pour un Congo meilleur. Il ne doit surtout pas être le président d'un camp mais de tout le peuple. Sachant que cela n'est pas possible. Pourquoi avoir promis aux compatriotes de l'est, qu'une fois élu, il installerai son quartier général à Beni pour lutter contre invasions et crimes ?
Grisé par un pouvoir volé, Tshilombo se comporte en chef de bande. Il est Kasaïen donc c'est aux Kasaïens de profiter. Pourquoi un individu qui a vécu longtemps en Belgique, afficher et affirmer son tribalisme exacerbé, est-ce que c'est raisonnable ?
Tshilombo n'a jamais levé son doigt pour dénoncer et dire stop à ses miliciens qui tapissent le net pour injurier et insulter les compatriotes non Luba qui fustigent sa gestion calamiteuse de la République. Lorsque les Bena Mpuka insultent le sexe de nos mamans croit-il que nous allons-nous taire ? Il s'est appuyé sur ses Tribalo-ethniques mais ils n'ont pas d'épaisseur. "Bokomesana". Nous sommes abusivement qualifiés de "Jaloux" et "Haineux". Dire la vérité, c'est être jaloux d'un Collabo, Traître, Imposteur et Usurpateur. Nous refusons de Komesasana Ya Kimoyibi. Tshilombo est certes Muana Mboka mais il est voleur du destin du peuple congolais. Oui à la tribu. Non au tribalisme exacerbé. Tshilombo se comporte en chef de bande des Kasaïens. Monsieur 15% a une arrogance inouïe des arrivistes et profito-situationnistes. Ba "Nyangalakata", "Ba Ndoki", "Ba CombatNtaba" ce sont des expressions qu'il a balancé à la diaspora congolaise à Bruxelles, Paris et Londres. Or la diaspora congolaise est incontournable. Ce sont les actions de la diaspora congolaise qui ont empêché Alias Kabila à un troisième mandat. Tshilombo n'était pas élu par ses pairs comme candidat commun de l'opposition à Genève. C'est Martin Fayulu  qui a été élu par ses pairs. Dans une volonté de contournement, Tshilombo qui a été battu à plate-couture, est allé négocier une nomination électorale. C'est Tshilombo par ses magouilles qui permet encore qu'Alias Kabila soit Roi au Congo. 

8. Tshilombo est un mafieux politicailleur et ventriote : En Belgique où il a vécu, ses collègues pizzaïolo ignoraient qu'il était le fils Tshisekedi, un grand opposant au Congo. Il ne s'est jamais battu pour une cause noble. Il n'est visible à aucune manifestation au pays contre le régime d'Alias Kabila. En catimini, l'Udps, le parti familial, avec son faux slogan du peuple d'abord a négocié à Ibiza, Venise, Paris... avec le régime d'imposture d'Alias Kabila. Le problème d'Angwalima Tshilombo est qu'il est qu'un piètre jouisseur. Il aime jouir sans aucun effort. Le FCC connaissait déjà ses faiblesses, d'un gars fauché prêt à ramper pour avoir la pitance. Tshilombo s'est allié aux ennemis du Congo. Son Collaborationnisme est néfaste pour la RDC. Tshilombo confond allégeance aux ennemis du Congo et diplomatie. Ce n'est pas au président nommé d'aller chercher des investisseurs. Climat de paix, stabilité politique, environnement paisible d'affaires, lutte contre la corruption qui permettent aux investisseurs de venir d'eux-mêmes. 

9. Tshilombo doit demander pardon au peuple congolais. Il a fait du mal au peuple congolais avec son deal avec Alias Kabila. Rien n'est trop tard. Tshintuntu-Tshifueba doit recouvrer la raison. Le pardon libère. Pour son ventre et  honneur personnels, par son orgueil Angwalima Tshilombo est prêt à tout. Sa politique de "Kosa Leka" montre ses limites. Seule une vraie conversion de cœur et d'esprit, peut lui permettre de revenir à son Dieu.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 1 mars 2020

Concert de Fally Ipupa: Kagamé met le feu à la gare de Lyon, le gouvernement de Kinshasa avec Tshilombo prêt pour payer: casses et dégâts !

Concert de Fally Ipupa: Kagamé met le feu à la gare de Lyon, le gouvernement de Kinshasa avec Tshilombo prêt pour  payer: casses et dégâts !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 427.jpg, mar. 2020

Le concert de Fally Ipupa était politique et politisé. L'artiste a été utilisé et instrumentalisé pour troubler l'ordre public à Paris.

La main noire de Paul Kagamé, Hitler Noir, dictateur Rwandais et bourreau du peuple congolais est celle qui a infiltré des Congolais empêché de manifester pacifiquement contre le concert de Fally Ipupa à Bercy, pour causer des dégâts à la gare de Lyon.

Paul Kagamé savait qu'il y aurait de la résistance des Congolais contre le concert de Fally Ipupa et il fallait agir en loubards pour salir un combat noble et légitime. Kagamé qui hait la France et qui a besoin de continuer de piller les ressources de la RDC en toute impunité s'est engouffré. Ses sbires ont fait des casses et dégâts.

Freddy Mulongo-Fally Ipupa Z.jpg, mar. 2020

Pourquoi Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" accepte de payer les dégâts de la gare de Lyon ? Remetre de la musique dans la communauté congolaise, c'est faire oublier qu'il n'est qu'un imposteur-usurpateur, il ne dirige et contrôle rien. C'est faire oublier les massacres à Beni, Makabola, Kasika, Mwenga, Ituri...C'est faire oublier dans son bureau à la présidence 15 millions $, 200 millions $, 600 millions $...Les sauts-mouton sont une escroquerie à ciel ouvert, que la famille Tshilombo sont au Katanga entrain de s'approprier des carrés miniers.

Paul Kagamé a intimé l'ordre à son patin et marionnette, Angwalima Tshilombo, imposteur et usurpateur, Monsieur 15%, qui n'a jamais gagné l'élection présidentielle mais a été catapulté sur le trône du Congo par la mafia pour mieux piller le pays, de payer les dégâts et casses du concert de Fally Ipupa, au nom du gouvernement congolais. Le concert de Fally Ipupa était hautement politique et politisé.

Pourquoi a-t-on instrumentalisé Fally Ipupa pour un concert ? Simplement les "Voyous cravatés" veulent faire passer dans l'opinion que des congolais sont des casseurs. Alors même que Paul kagame a zigouillé plus de 12 millions des morts en RDC. Il pille les ressources du Congo. Le Rwanda, avec Paul Kagame, est côté en bourse à Londres, comme premier producteur du Coltan, un minerai qui n'existe pas dans son sous-sol

Jamais depuis 10 ans, aucune manifestation des Congolais n'a été infiltré pour causer des violences, que nous récusons et condamnons, comme des voitures, scooters et magasins brûlés à la gare de Lyon, le samedi soir.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 11 janvier 2020

RDC: 2,5 millions US de Tshilombo Tshintuntu pour corrompre les Congolais de la Grande Bretagne!

Bruxelles, une partisane de Tshilombo avec son drapelet, t-shirt et pagne !

Porté par des extrémistes Tutsi-Power, pillards et receleurs de nos ressources, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu", le chien couchant de Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais, a mis à  la disposition des Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethnique la somme de 2,5 millions US pour déstabiliser les Patriotes-Résistants-Combattants de UK.

La Grande-Bretagne est le bastion de la Résistance congolaise. En mal de légitimité, A Bruxelles et Paris, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" a usé de la corruption pour tenter de diviser la diaspora congolaise. 400 euros par personne qui devait enfiler le T-shirt à  l'effigie de l'imposteur-usurpateur de fils Tshiseki et 500 pour des femmes en majorité Kasaïenne qui portaient pagnes et T-shirt made Tshilombo.

A Bruxelles et Paris, au départ d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" des plaintes se sont accumulées. Des chroniqueurs de réseaux sociaux, qui avaient eu l'outrecuidance de se transformer en propagandistes de Tshilombo à  Paris n'ont cessé Kolela Na Munoko Ya Mboka !

Fort heureusement Angwalima Tshilombo "Tshinkunku" n'a jamais réussi à  acheter tous les Congolais pour sa présidence usurpée. En Belgique comme en France des Patriotes-Résistants-Combattants ont manifesté contre Tshilombo, masque et bouclier d'Alias Kabila , pantin et marionnette de Paul Kagame, Hitler Noir.

Tribaliste patenté, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" s'appuie uniquement sur les Luba-Kasaïens pour tenter de diviser le peuple congolais. La RDC a plus de 450 tribus, aucune n'est majoritaire. Croire que seuls les Luba-Kasaïens représentent le Congo, est une petite vue de l'esprit. Tshilombo n'arrivera jamais uniquement avec ses fanatiques tribaux à  prendre en otage le Congo et à  diviser le Congo.

Le 17 janvier, c'est le jour anniversaire de l'assassinat de Patrice Emery Lumumba, premier Premier ministre Congolais et héros national. C'est ce jour qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" à  Londres. Alors que les étudiants sont chassés des homes de l'université de Kinshasa, pour avoir manifesté contre l'augmentation des frais académiques...Tshilombo "Tshintuntu" vient de transférer 2,5 millions de dollars au reprÄ—sentant de l'UDPS et aux proches de sa famille à  Londres en vue de déstabiliser les Patriotes-Résistants-Combattants et porter un coup de massue à  la résistance congolaise de Londres.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 3 janvier 2020

RDC: Souvenirs, souvenirs...en 2011 Etienne Tshisekedi "Mulakuasa" était reçu avec honneurs et égards de la diaspora congolaise à  Paris !

Cette photo est emblématique. Elle marque et fige l'histoire. Etienne Tshisekedi "Mulakuasa" candidat président de la République était reçu avec égards et en grande pompe par la diaspora congolaise à  Paris.

Sur cette photo pas des Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques qui écument les réseaux sociaux pour injurier à  longueur des journées d'autres compatriotes. On voit sur cette photo, le colonel Odon qui n'est pas Kasaïen. On voit Bambin Masombo qui n'est pas Muluba et d'autres compatriotes dévoués pour la cause du Congo.

Aujourd'hui tous ces Congolais sont insultés comme des haineux, jaloux et tribalistes par des ignares et écervelés: Bena Mpuka et Talibans, des Tribalistes patentés.

Même mon confrère Roger Bongos, un non Kasaïen, le premier journaliste de la diaspora en France qui a fait l'interview d'Etienne Tshisekedi a été vilipendé. Fort heureusement Ya Mukulo a du répondant. Le fait d'avoir une épouse Muluba ne l'a pas épargné.

Les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques sont réfractaires à  la vérité. Ils sont des ennemis de l'Etat-Nation. Ils sont des corrompus, traîtres et collabos.

Avec le grand vol de notre destin par Angwalima Tshilombo, à  voir les réactions anti-patriotiques de nos compatriotes du Kasaï, il y a de quoi se poser mille questions:

1. Si Etienne Tshisekedi était proclamé Président de la République allions-nous contribuer nous-mêmes à  notre esclavage ?

2. Nous battions-nous pour Etienne Tshisekedi ou pour la République ? Nous avons le sentiment que nous nous battons pour l'État-Nation et eux pour la tribu et la famille Tshisekedi.

3. Angwalima Tshilombo a plus de 116 conseillers Bena Mpuka à  sa présidence usurpée. Un vrai et grand Tribaliste. Qui dénonce ?

4. Les fameux leaders des Ongs des droits de l'homme par coterie tribale, ils ont fait le mort lors du hold-up électoral par deal d'Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu, qui est le pantin et marionnette des occupants Rwandais et Ougandais. Une fois le vol électoral consommé, ils ressuscitent et continuent à  parler droits de l'homme comme si de rien n'était !

Il est bon que nous vivions ce que nous sommes entrain de vivre maintenant. Les fossoyeurs de la République sont démasqués. Pour la République, les "Bons grains" c'est-à -dire des Patriotes-Résistants-Combattants vont finir par gagner l'"Ivraie" des Talibans, Collabos, Traîtres et Tribalistes.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 25 novembre 2019

RDC: Ma Youyou Muntu Mosi, patriote et femme de fer !

Brillante et pertinente, Ma YouYou Muntu Mosi brille dans la Twittosphère de la République démocratique du Congo. "Kozala Mayele Ezalaka Na Elengi Moko Boye" ! Dame de fer, qui s'y frotte s'y pique. Sur la RDC, elle est incollable. Elle tweete, retwette et re-retweete sur l'actualité de la RDC. Elle informe, analyse, donne son opinion. Qui a dit que la RDC n'a pas une élite patriote ? Cette dernière existe, elle est visible et intransigeante sur les vrais enjeux du Congo. Ma Youyou Muntu Mosi est l'une de l'incarnation de l'intelligence faîte femme. Elle est cultivée, elle a été bien formée à  la faculté catholique d'Assas à  Paris. Son raisonnement est plutà´t carré qu'une courbe. Ma Youyou Muntu Mosi est l'une des femmes qui font la fierté du combat de la diaspora contre le régime de Kinshasa. Exceller sur twitter n'est pas donnée à  tout le monde. Ma Youyou Mutntu Mosi excelle et brille sur le twittosphère de la République démocratique du Congo.

1. Réveil FM International: Aujourd'hui en France on célèbre la journée contre le féminicide ? Peut-on dire que les femmes congolaises de l'Est avec les crimes contre l'humanité de la soldatesque rwandaise ont été victimes de féminicide ?

Ma Youyou Muntu Mosi Oui bien entendu, les femmes congolaises vivent l`horreur au quotidien. Il n`y a pas plus humiliée, plus martyrisée, terrorisée que la femme congolaise. Tuée, violée tous les jours. Les chiffres le montrent, selon l`ONU la RDC est avec un taux de violences faites aux femmes supérieur à  64%, l`un des pays les plus dangereux pour les femmes devant l`Inde , le Pakistan et la Somalie. Il y a double féminicide en RDC, il y a celui qui consiste à  éliminer physiquement les femmes en les assassinant...et il y a ce féminicide fait dans leur chair, dans leur intimité et qui consiste à  les violer massivement. On tue leur féminité en détruisant via les viols leurs appareils génitaux, on tue leur dignité en les violant devant leurs maris, leurs enfants, leurs parents, tout leur village. C`est un féminicide au quotidien, un crime contre l`humanité qui fait des congolaises les femmes les plus violentées au monde.

2. Réveil FM International: Avec le colonel Odon Mbo, vous êtes une figure marquante de "Kabila dégage" ! Aujourd'hui Tshilombo est bénéficiaire d'une Nomination Électorale avec son odieux deal avec Alias Kabila. On a l'impression que les Congolais de la diaspora sont résignés. Pourquoi Tshilombo dégage n'est pas encore déclenché ? Que répondez-vous aux Congolais de la diaspora qui disent Tshilombo azali Muana Mboka ? Certains veulent même créer leur parti politique sous l'imposture-usurpation de Tshilombo ? La diaspora se bat-elle contre des régimes ou des individus souvent mafieux -politicailleurs-ventriotes-opportunistes ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Rires...ça fait plus d`une question en une seule fois ça non? Bon, selon moi la diaspora n`est absolument pas résignée, on l`a vu le 11 Novembre dernier lors de la manifestation contre la venue de Fatshi en France. Nous étions nombreux à  Aubervilliers à  dénoncer le deal entre CACH et le FCC, deal qui ne profite pas au peuple congolais, qui tout comme sous la présidence d`alias Kabila, continue à  souffrir. La résistance congolaise de France n`est pas résignée, mais en phase de réflexion et de restructuration. Car nombreux sont ceux qui ont quitté le navire de la lutte après avoir cédé aux différents chants des sirènes qu`ils ont entendu. Pour des postes, quelques miettes...le slogan ``le peuple d`abord » est devenu `` le ventre d`abord ». Le fait d`être ``Muana Mboka » ( fils du pays) n`a jamais empêché les trahisons. Car ceux qui ont pillé la RDC durant 18 ans aux cà´tés d`alias Kabila sont eux aussi des `` Bana Mboka ». Je pense aux personnes telles que: Evariste Boshab, Lambert Mende Omalanga, Henri Mova Sankany, Alexis Ntambwe Mwamba, André Kimbuta, John Numbi, Amisi Tango Fort etc...le fait d`être congolais de sang n`a jamais empêché certains de trahir leur nation. Au contraire cela représente pour moi une circonstance aggravante. Car on choisi sciemment de trahir son pays, son peuple au nom de deals mafieux, pour des bribes de pouvoirs et de vils intérêts mercantiles. Plus que jamais nous disons que le Congo n`est pas à  vendre. Donc ``muana mboka » ou pas, nous combattrons toute personne prête à  brader la souveraineté de notre pays, quels que soient son nom et l`histoire de sa famille biologique ou politique. C`est en ça que nous lançons un avertissement à  Fatshi...ne jamais trahir le Congo, car les conséquences pour lui seront très graves à  l`avenir! Et nous souhaitons bon vent et surtout disons `` bon débarras » à  ceux qui ont choisi de tourner le dos à  la résistance pour aller se prostituer politiquement. C`est leur droit le plus absolu. La diaspora se bat non contre des individus mais contre un système bien établi et structuré, qui est toujours à  l`œ“uvre actuellement et dont le but est la destruction de la RDC et de son peuple. Donc la lutte continue...

3. Réveil FM International: On vous connait comme une grande patriote. C'est vous qu'on avait affublé le surnom de Jeanne d'Arc. Vous levez souvent la voix pour Beni. Que symbolise pour vous cette ville de Béni, du territoire éponyme en province du Nord Kivu ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Pour moi Beni est devenu l`un des symboles le plus fort du martyr de tout un peuple, mais aussi celui qui représente le plus l`espoir. Car ses habitants tiennent bon, malgré l`horreur, les persécutions, les injustices, les massacres, les viols à  répétition...ils résistent face à  l`oppression. Nos frères de l`Est continuent à  subir le pire actuellement et souvent dans l`indifférence quasi générale. Ils sont devenus la vitrine d`un peuple exténué par des années de guerre et de spoliations, de prédations...car tout ceci est avant tout lié aux intérêts économiques faramineux que représente la RDC. Ceux de Béni sont pour moi un exemple de persévérance et de courage, raison pour laquelle nous ne pouvons pas baisser les bras, et nous devons coà»te que coà»te continuer à  être la voix des sans voix.

4. Réveil FM international: La mafieuse coalition FCC-CACH n'est-elle pas entrain de révéler ses magouilles, mensonges et pillages en pataugeant lamentablement dans la lutte contre les ADF, en amnistiant le M23, en reportant l`affaire contre l`Ouganda... Le Colonel Mamadou Mustapha Ndala est-il mort pour rien ? Les victimes de la guerre de 6 jours à  Kisangani en 2000 entre deux armées d'occupation-invasion: rwandaise et ougandaise, sont-ils morts pour rien ?

Ma Youyou Muntu Mosi: En effet les manœ“uvres politiques de CACH et du FCC montrent à  suffisance qu`un deal mafieux et ténébreux a été conclu entre les les 2 plateformes. Un deal qui va à  l`encontre des intérêts du peuple congolais qui est victime d`un jeu de dupes. Il est tout de même étonnant de voir les chantres de l`État de droit, qui durant plus de 3 décennies ont symbolisé l`opposition dans notre pays, se muer en défenseurs des ennemis du Congo, et en les appelant ``partenaires » ou autres ``alliés ». Tout aussi étonnant de voir un État œ“uvrer contre les intérêts de son peuple en repoussant une audience supposée rendre justice aux martyrs de la guerre des 6 jours de Kisangani, et ce via une compensation financière conséquente. Toutes ces choses, en commençant par l`avis favorable émis par l`État congolais qui envisage de lever les sanctions contre les M23, qui je rappelle ont commis tant de massacres en RDC, ainsi que des crimes de guerre...nous font dire que l`actuel gouvernement congolais est similaire à  l`ancien, il est plutà´t au service d`obscurs intérêts financiers et politiques , plutà´t qu`au service du peuple congolais. Amnistier les responsables du M23 équivaut pour moi à  cracher sur la mémoire des millions de victimes du génocide congolais. On n`applique pas la justice en pratiquant l`impunité. Ceci constitue un fait de haute trahison. Et ceux qui ont fait le choix de trahir la nation congolaise, devront faire face aux graves conséquences qui les attendent dans un futur très proche. Nous n`aurons pas de paix sans réelle justice au Congo.

5. Réveil FM International: Alias Kabila est toujours là . Tshilombo est son masque et bouclier. Certains de nos compatriotes qui combattaient le régime d'Alias Kabila sont aussi les défendeurs de Tshilombo. La division est réelle au sein de la communauté. Est-ce que c'est un échec ? Aujourd'hui, tout Congolais qui ose dénoncer est taxé de haineux, jaloux et tribaliste par des tribalo-éthniques qui soutiennent mordicus Tshilombo dans son vol du destin de tout un peuple...

Ma Youyou Muntu Mosi: Je pense que la division a toujours été présente, seulement elle était moins visible qu`actuellement. Car les intérêts politiques et les ambitions des uns et des autres étaient mis en sourdine dans l`attente d`une opportunité qui permettrait de s`accaparer du pouvoir. Voilà  comment les appétits de certains se sont trouvés aiguisés, et que cédant à  l`appel du ventre, ils ont choisi le camps des oppresseurs plutà´t que celui du peuple. Ceux avec qui nous combattions les ennemis du Congo, qui hier étaient des victimes, sont en passe de devenir des bourreaux à  leur tour. Pris au piège d`un pouvoir totalitaire, ils se sentent dans l`obligation de défendre une alliance contre-nature avec ceux qui les persécutaient il y a peu de temps pourtant. Ils ont recours systématiquement aux prétextes du tribalisme ou de la haine...qualifiant même de ``Ba Ndoki » (de sorciers) ou de jaloux tous ceux qui ont le malheur de dénoncer leur partenariat avec des criminels notoires.

6. Réveil FM International: Vous n'hésitez pas de dire vous étiez victime de violence conjugale, c'est pourquoi vous défendez les femmes. Cela ne vous dessert-il pas ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Oui c`est vrai que j`ai été victime de violence conjugale au sein de mon ex mariage. Et non je n`ai ni honte de le dire, ni de le revendiquer...car cette faiblesse j`en ai fait une force. Le silence c`est le pire ennemi des victimes, car c`est en silence qu`elles meurent parfois sous les coups de leurs compagnons, parce qu`elles ont honte d`en parler, parce que bien souvent surtout dans nos communautés africaines ça reste un sujet tabou. Pourtant selon l`ONU plus de 50% des cas de violences faites aux femmes se font en Afrique sub-Saharienne, avec un pic de plus de 70% en Afrique Centrale. En RDC le taux est estimé à  près de 64%, l`un des plus élevés du monde et de l`Afrique-centrale. La RDC est en tête des pays considérés les plus dangereux au monde pour les femmes devant l`Inde, le Pakistan et la Somalie. Alors je ne pense pas qu`en parler peut desservir la cause des femmes, ou me desservir moi-même. Au contraire, en parler peut redonner du courage à  celles qui ont perdu espoir, leur montrer que ça peut arriver à  tout le monde, qu`elles ne sont pas seules. Ce ne sont pas aux femmes ni aux hommes (oui les hommes aussi en sont touchés) victimes de violences conjugales d`avoir honte de leur état...c`est aux bourreaux qui sont leurs compagnons ou leurs compagnes d`éprouver de la honte. Voilà  pourquoi je n`hésite pas à  parler d`une expérience qui a été traumatisante pour moi, mais qui a aussi forgé mon caractère et m`a rendue plus forte. Si mon histoire peut donner un peu de force et de réconfort aux femmes et aux hommes dans cette situation, alors je ne cesserai d`en parler. Je rappelle qu`en France pour la seule année 2019, c`est 117 femmes qui sont mortes sous les coups de leurs compagnons. Une femme sur trois est victime de violence conjugale dans le monde, 38% des femmes qui sont assassinées dans le monde le sont par leurs conjoints ou ex conjoints, ce chiffre tombe à  6% pour les hommes chez qui le sujet est encore plus tabou. Donc nous devons briser le silence afin de sauver des vies. Je milite actuellement pour que le féminicide soit inscrit dans le code pénal en France. L`amour ne tue pas, donc tuer une femme ou un homme qu`on prétend aimer c`est criminel...pas ``passionnel ».

7. Réveil FM international: En 2011, vous êtes parmi les femmes congolais qui avaient marché de Paris à  Bruxelles, soit 306 Km contre le viol des femmes congolaises, contre la RDC devenue capitale mondiale du viol...7 ans après le Dr. Denis Mukwege a obtenu le prix Nobel de la paix, pour son travail de "réparateur des femmes violées" (ceci provient du titre du film qui lui a été consacré), quels sont vos sentiments ?

Ma Youyou Muntu Mosi: C`est une grande fierté pour moi en tant que femme et activiste des droits de l`homme de voir un congolais, un médecin, un humaniste tel que le Dr Denis Mukwege être consacré et récompensé par un si grand prix. Ce prix est une victoire pour toutes les femmes congolaises victimes des viols de guerre et de féminicide en RDC. C`est le prix de leur souffrance, de leur longue agonie, de leur humiliation. Bien sà»r ce prix ne mettra pas fin au crime contre l`humanité que sont les viols de masses en RDC, mais il permet de mettre en lumière ces crimes monstrueux, et de redonner un peu de dignité à  ces femmes martyrisées. Ce prix permet de mettre des mots sur leurs maux...et de faire écho à  leurs cris, à  redonner de la voix aux sans voix. Je me dis qu`en 2011 nous n`avons pas marché pour rien...aujourd`hui le Dr Mukwege est l`un des portes étendards des droits non seulement des congolaises, mais de toutes les femmes victimes de violences sexuelles au monde. Et nous devons le soutenir dans cette lutte, il n`y arrivera pas seul.

8. Réveil FM International: De plus en plus le drapeau zaïrois est mis en exergue lors des manifestations congolaises. Les arguments énoncés par nos compatriotes pour arborer ce drapeau sont-ils valables ? Quels sont d'après les argument qui peuvent justifier le drapeau du régime Mobutu ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Pour moi le retour du flambeau et des symboles de l`ex Zaïre sont avant tout une manifestation d`un ras-le-bol d`une frange du peuple congolais. Une façon de s`opposer au drapeau congolais actuel qui symbolise désormais pour beaucoup l`État de non-droit, le génocide, les crimes de guerre, l`impunité, la corruption généralisée etc... Quand on ne trouve plus de justification dans les agissements des dirigeants, et qu`une fissure se crée entre le peuple et ses élites, souvent c`est l`ordre établi qui est remis en cause. Ce n`est pas nouveau...nous voyons même ici en France certains nostalgiques souhaiter que la France redevienne un royaume. Ces gens ne souhaitent pourtant pas que leur pays redevienne une monarchie de droit divin et totalitaire, et ne veulent pas perdre les acquis de la République etc...non, ils veulent tout simplement par là , remettre en cause une hiérarchisation sociale dans laquelle ils ne se reconnaissent plus, et dont ils ne partagent plus certaines valeurs. En ça j`explique cette vague minoritaire de certains nostalgiques du Zaïre...et non du Mobutisme.

9. Réveil FM International: Avec ses 116 conseillers tribaux, Tshilombo est-il sincère lorsqu'il dit qu' il va transformer la RDC en Allemagne d'Afrique ? Jusque là  les enquêtes sur le crash de l'Antonov 72 ou de 15 millions volés n'ont jamais abouti. Lutte-t-on contre la corruption par l'impunité ? Quelles les raisons qui vous poussent à  croire ou ne pas au changement avec Tshilombo ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Bon, en ce qui concerne le tribalisme c`est bien entendu une notion à  bannir et à  condamner. Le Congo est UN et INDIVISIBLE, quand on se dit président on est avant tout président de toutes les ethnies congolaises sans exception. On est pas le président d`une tribu, ni d`un parti politique, mais de toute une nation. En cela toute dérive tribale doit être fermement condamnée. En ce qui concerne le développement de la RDC il ne faut pas mettre la charrue avant les bœ“ufs. Ce n`est certainement pas avec les aides au développement consenties par l`Occident que notre pays va émerger. La RDC n`a pas besoin de charité, elle a besoin d`abord de liberté, de sécurité, de justice et de paix, de travail. Car comment développer un pays en insécurité permanente, comment établir une paix durable sans justice? Comment permettre l`émergence d`un peuple en proie au génocide, aux viols de guerre, au pillage systématique de ses richesses? Il faut tout d`abord faire respecter notre souveraineté, assurer la sécurité de nos frontières et protéger le peuple de ces différents prédateurs qui viennent instaurer le chaos dans notre pays sous formes de groupements armés. C`est seulement ainsi que nous établirons un climat sain, propice aux affaires et qui permettra d`attirer et de rassurer les investisseurs potentiels. Nous devons cesser d`attendre qu`on nous offre des poissons, nous devons apprendre à  pêcher. Et pour ce qui est de croire ou non en Fatshi, il est difficile pour moi de croire en un homme qui change autant son langage une fois arrivé au pouvoir. Hier il appelait alias Kabila criminel, disait que sa place était en prison, aujourd`hui il fait des courbettes au même criminel, l`appelle son ``partenaire», et prétend se fier à  ses conseils qui proviennent de son ``expérience avérée » dans la gestion de l`État congolais. Mr Tshisekedi peut-il nous rappeler le bilan des 18 ans des kabilistes au pouvoir ? En quoi le pouvoir kabiliste est expert: en fosses communes, en enlèvements et autres assassinats politiques, en corruption? C`est à  lui de nous le préciser.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 25 avril 2019

Diaspora: Ekandji Essome "Commandant Esso", la vérité des urnes, c'est le peuple congolais !

Ekandji Essome "Commandant Esso" méchant, méchant et méchant !

La vérité des urnes, ce n'est pas Lamuka. La vérité des urnes, c'est le peuple congolais victime du putsch électoral de Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe. Face à  une poignée d'extrémistes Bena Mpuka, Talibans, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques qui écument les réseaux sociaux pour lancer des Fatwa aux compatriotes lucides, anti-fraude électorale, ils nombreux, des millions et milliers congolais, qui aiment leur patrie, la République démocratique du Congo. Faire croire, que Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, le président Quado a été élu, par le peuple congolais est un mensonge éhonté. Président fictif, fraudeur et tricheur, il n'est pas "Le président" ! Contrairement, aux Bena Mpuka, Talibans et Ethno-tribalistes qui croient que leur petit président nommé est assis sur le trà´ne, après 4 mois sans gouvernement. La République démocratique du Congo n'est pas un Ligablo et n'appartient pas à  la famille Tshilombo Tshivube ! Elle est la propriété de tous les Congolais.

Une Zélote Talibane, Tribalo-ethnique fanatique de l'imposteur-usurpateur, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, nous a tancé sur les réseaux sociaux: Vous n'êtes que cinq à  soutenir la vérité des urnes: Roger Bongos, Freddy Mulongo, Boketshu wa Yambo, Commandant Esso, et Christian Bola ! Woauh ! Les Talibans et Ethno-tribalistes sont capables de tout. Le peuple congolais n'a pas dit son dernier mot. Détrompez-vous, la vérité des urnes n'appartient pas à  Martin Fayulu, Président élu du peuple congolais, victime du putsch électoral par le fourbe, roublard et dribbleur patenté Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, en complicité avec Alias Kabila. La nomination électorale est un arrangement entre politicailleurs pour contourner le choix du peuple congolais. Or, c'est le peuple qui donne la légitimité. Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe méprise le peuple congolais. Il est voleur des rêves et d'espoirs de notre peuple. La vérité des urnes ne dépend pas aux politicailleurs, ventriotes, profito-situationnistes, girouettes politiques qui tournent au gré du vent ! La vérité des urnes, c'est le peuple congolais. Cela n'appartient pas aux hommes politiques mais le peuple congolais dans sa quête du changement. Ekandji Essome "Commandant Esso" est un patriote-combattant-résistant. Un grand pitbull, il est un des "Mobundeli Ya Mboka" en toute vérité et liberté ! Résident en Belgique, il est interdit de fouler le sol français, par le ministère de l'intérieur, pour avoir mis en danger, la vie d'Alias Kabila "Président de la RDC" lors de son dernier séjour en France, en mai 2014. Éveilleur de conscience, Ekandji Essome "Commandant Esso" ne se lasse pas de parler du Congo, avec son intelligence et ses tripes. Ses réponses aux questions sont limpides sur des réalités politiques congolaises. C'est toujours avec pédagogie patriotique qu'Ekandji Essome "Commandant Esso" explique la situation de la République démocratique du Congo. Croire que la RDC manquent des hommes et femmes pour comprendre les enjeux et l'histoire du pays, est un faux débat. Les vrais politiques sont dans la diaspora congolaise: Ekandji Essome "Commandant Esso" en est un parmi d'autres. L'amour de la mère-patrie d'abord !

Ekandji Essome "Commandant Esso" méchant, méchant et méchant !

Ekandji Essome "Commandant Esso" aime parler de la vérité vraie. Que Cela plaise ou non, avec Boketshu wa Yambo, ils ont démystifié l'Udps, un parti familial des collabos et traître à  la nation congolaise. C'est depuis longtemps, qu' Ekandji Essome "Commandant Esso" et son jumeau Boketsu wa Yambo dénoncent la corruption qui gangrène l'Udps. Avec des sources bien informées, ils ont au courant de ce parti sophiste-collabo, l'Udps, qui a toujours usé et abusé du slogan "Le peuple d'abord" alors que ses dirigeants sont toujours à  la mangeoire du régime. L'Udps, est un parti accompagnateur de toutes les dictatures en République démocratique du Congo. Lorsque Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe nomme 110 conseillers-tous ses frères du Kasaï à  la présidence de la République. Et lorsque le peuple congolais veut hausser le ton pour ce tribalisme caractériel et insensé. Sans honte, les Bena Mpuka clament c'est maintenant notre tour. Il y a eu des Bangala avec Mobutu, des Baswahili avec Alias Kabila maintenant, "C'est le tour des Baluba, Bena Mpuka Bolinga Bolinga Te Bokomesana ! La démocratie, ce sont de règles, principes et valeurs. Si Mobutu et Alias Kabila ont failli pourquoi refaire la même chose ? La démocratie, c'est aussi se démarquer de ses prédécesseurs. Les Bena Mpuka sont dans un esprit de vengeance. La démocratie, ce n'est pas le tour de quelqu'un. Surtout pas d'imposteur combinard, qui a volé l'espoir de tout un peuple. La démocratie, c'est toujours le vivre ensemble dans le respect de tout un chacun.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 14 janvier 2019

RDC: Lettre de Patrick Mbeko à  Martin Fayulu, Président du peuple congolais !

Martin Fayulu, le Président du peuple !

Droit dans ses bottes avec son intelligence éclectique et ses convictions bien trempées, notre compatriote Patrick Mbeko est écrivain et essayiste, spécialiste de géopolitique. Politologue aguerri sur la RDC et spécialiste des enjeux géopolitiques de la région des Grands Lacs Africains, il est auteur de plusieurs ouvrages dont "Le Canada dans les guerres en Afrique centrale" en 2012 et "Stratégie du chaos et du mensonge : Poker menteur dans l`Afrique des Grands Lacs" en 2014 (co-écrit avec Honoré Ngbanda Nzambo). Son dernier livre "Objectif Kadhafi" est, publié en 2016, aux éditions Libre-Pensée. La victoire qu'Alias Kabila veut voler n`est pas celle de Martin Fayulu, mais plutà´t de chaque Congolais qui a exprimé son choix le 30 décembre 2018! Corneille Nangaa de la CENI est le briseur de rêve, tandis que qu'Alias Kabila après 18 ans d'imposture, d'occupation, d'usurpation et de prédation sur le trà´ne du Congo, est le voleur du rêve du peuple congolais qui espère un pays plus beau qu'avant chanté dans le Debout Congolais, l'hymne national. Félix Tshilombo, le petit président choisi et nommé, pour avoir négocié d'être nommé, est un traître qui a trahi et poignardé la jeune démocratie fragile en République démocratique du Congo ! La lettre à  Martin Fayulu et suivi de l'article de Patrick Mbelo: Les Tshisekedi et la trahison de la RDC : une histoire ancienne

Patrick Mbelo

Les extrémistes Bena Mpuka, Talibans, Nazis, Fachos, Ethno-Tribalistes de l'Udps ont la mauvaise habitude de s'enflammer sur les articles sans concession de Patrick Mbelo sur sa page Facebook. Stoïque, Mbelo termine ses articles avec son verre de lait Nsambarisé !

Cher Martin Fayulu Madidi,

Je n`ai jamais été un partisan des élections dans un pays occupé et sous-tutelle. Je n`ai jamais cru en la nécessité d`organiser des élections dans un État failli. Vous savez aussi bien que moi que la République à  démocratiser du Congo (RDC) ne réunit pas les conditions requises pour pouvoir organiser des élections crédibles et transparentes. Vous savez aussi bien que moi et tant d`autres compatriotes que les élections auxquelles vous venez de prendre part sont des élections piège-à -con. Nous vous avons pourtant prévenu, mais vous n`avez pas voulu nous écouter. Vous avez refusé d`entendre raison malgré les expériences passées de 2006 et 2011.

Vous avez cru que vous pouvez mettre fin à  la Kabilie en jouant selon les règles de la Kabilie dans un système totalement contrà´lé par Kabila. Vous avez cru à  tort que vous pouvez répéter les mêmes erreurs du passé en arrivant à  des résultats différents. C`est ce qu`Albert Einstein a qualifié de `` folie ».

Vous avez joué et vous avez perdu. Mais heureusement pour vous, le peuple congolais, qui a cru en vous, lui, refuse de s`avouer vaincu. Il est allé à  votre rencontre durant la campagne électorale; vous, qui disait-on alors, n`avez aucune ``base»; il a crié votre nom à  tue-tête alors que vous étiez jusqu`au début de la campagne peu connu de la scène politique nationale ; il a rejeté les opposants de la compromission et de la traitrise et au final il vous a choisi.

Oui, nous savons tous que c`est vous qui avez été plébiscité par les mères de Lubumbashi, les pères de l`Équateur, les jeunes du Kongo central et j`en passe. Vous êtes le choix des Congolais. Le choix de ces millions d`hommes, de femmes et de jeunes gens qui ont bravé la pluie, attendu des heures devant les bureaux de vote pour sortir d`une machine venue d`on ne sait où un bulletin avec votre visage. Ne l`oubliez pas. Même si je n`ai pas voté comme le reste de la diaspora, même si je ne suis pas toujours d`accord avec vous sur un certain nombre de sujets, sachez que vous êtes désormais notre président. à€ moins que vous décidiez d`accepter l`inacceptable. Ce qui ne semble pas être une option pour vous.

Car voyez-vous, M. le Président, votre patron, le peuple congolais, attend de vous une action forte afin de lui redonner cette dignité qui lui a été retirée et confisquée par qui vous savez. Le peuple congolais a désormais le regard braqué vers vous. Vous lui avez présenté un programme politique durant la campagne électorale. Aujourd`hui, il vous demande de lancer un mot d`ordre. De dire juste un, deux ou trois mots…

Des mots qui sortiront, certes, d`une bouche humaine, mais qui résonneront sur les collines du Nord et du Sud-Kivu, qui ont vu défiler la douleur, l`horreur et la mort, avec une telle puissance que, je crois, ils redonneront le sourire et la joie à  des millions de Congolais, après avoir bien entendu balayé définitivement les forces du statu quo et leurs alliés longtemps CACHés dans l`opposition.

Je suis conscient que la tà¢che qui vous attend est énorme. Vous avez en face de vous une monstrueuse tyrannie, sans égale dans les sombres et désolantes annales du crime. Mais sachez que vous n`êtes pas seul. Les Congolais sont à  vos cà´tés et le seront. Pour paraphraser une célèbre phrase de l`ancien premier ministre britannique Winston Churchill, vous n`avez rien d`autre à  offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur.

Vous n`avez qu`un seul choix : engager le combat à  tous les niveaux contre les forces du mal qui ont pris en otage le peuple congolais depuis maintenant 20 ans et qui s`apprêtent à  prolonger ses souffrances à  cause de certains de nos compatriotes avides de pouvoir. C`est une épreuve qui sera certainement douloureuse. Mais les Congolais conduits par vous en sortiront victorieux.

`` Le peuple gagne toujours », dixit feu Rossy Mukendi.

Le peuple. Celui-là  même, je répète, qui vous a choisi malgré les manigances de la CENI pour le conduire à  la victoire. `` La victoire à  tout prix, disait Churchill, alors que les Panzers allemands commençaient à  envahir la Belgique et la France. La victoire en dépit de la terreur, la victoire aussi long et dur que soit le chemin qui nous y mènera ; car sans victoire, il n`y a pas de survie ».

Que le Dieu que vous priez vous protège et que les ancêtres veillent sur cette terre que ce Très Haut leur a donnée et que eux nous ont léguée…

Patrick MBEKO

Journaliste d`enquête et auteur

Un amoureux du Congo et de son peuple.

Les Tshisekedi et la trahison de la RDC : une histoire ancienne

C`est une affaire de famille. En 2002, alors que le Rwanda propage la mort et la désolation à  l`est de la RDC et que l`ONU publie son deuxième rapport sur le pillage des ressources naturelles du Congo par un `` réseau d`élite » appartenant aux armées du Rwanda, du Burundi et de l`Ouganda, Étienne Tshisekedi se rend au Rwanda pour négocier le pouvoir avec l`homme fort du pays, Paul Kagame. à€ son retour au Congo, il conclut une alliance avec le RCD-Goma, `` rébellion » créée de toute pièce et entretenue par Kigali. La suite on la connaît : il n`obtiendra rien, le Rwanda ayant propulsé Azarias Ruberwa, un Tutsi, à  la vice-présidence de la République dans le gouvernement 1+4 de triste mémoire. Furieux, Étienne Tshisekedi décide de rompre avec le RCD-Goma, au grand dam de Ruberwa. Pour ramener l`opposant historique et président de l`UDPS à  la raison, le Rwandais fait appel à  Adolphe Onusumba, homme de main de Kagame au Congo et dont la tante serait mariée à  un frère d`Étienne Tshisekedi. Mais ce dernier refuse la main tendue de son ancien allié, exigeant d`être nommé premier ministre avant d`amorcer toute négociation.

Pour Étienne Tshisekedi, c`est le pouvoir ou rien. Il a tout fait pour occuper la primature, en vain. Joseph Kabila lui a ravi un pouvoir qui lui revenait pourtant de droit suite à  l`élection présidentielle de 2011. Souffrant, il ne peut continuer la lutte. C`est alors que le fils, Félix Tshilombo Tshisekedi, décide de reprendre le flambeau. à€ la différence du père, il n`est ni charismatique ni brillant. Intellectuellement inapte, il a juré de réussir où son père a échoué. Pour y arriver, il va directement négocier avec le régime honni de Joseph Kabila, qu`il prétend pourtant combattre. En 2015, les délégués de l`UDPS rencontrent secrètement les émissaires du pouvoir à  Ibiza, Monaco et Paris. Il est question de partage du pouvoir dans un gouvernement d`union nationale. à€ la question de savoir si l`UDPS négocie en catimini avec la Kabilie, Félix nie avec véhémence. Septembre 2015, la vérité éclate au grand jour lorsqu`Étienne Tshisekedi demande aux délégués de l`UDPS `` de quitter la table des négociations » avec le pouvoir. Les Congolais sont choqués; Félix est confus, mais tient bon.

En décembre 2016, alors que le mandat de Joseph Kabila tire à  sa fin, Félix Tshisekedi, toujours déterminé à  réussir où son père a échoué, décide d`amorcer une nouvelle phase de négociation avec le régime, en espérant être gratifié cette fois d`un poste à  la primature. Joseph Kabila, qui a compris que le fils Tshisekedi est prêt à  toutes les compromissions pour arriver à  ses fins, va lui faire miroiter le poste de premier ministre en échange d`un accord politique qui lui permette de `` glisser » au-delà  de son mandat censé s`achever en décembre 2016. Le 31 décembre de la même année, l`accord du glissement de la Saint-Sylvestre est signé. Les Congolais sont outrés. Félix Tshisekedi, lui, se régale, persuadé d`occuper la primature dans les jours à  venir. Seulement voilà  : Joseph Kabila, qui a atteint son objectif, en plus d`être plus rusé que le cousin du diable, jette son dévolu sur une autre personne : Sami Badibanda, un proche de Félix. C`est le deuil à  Limeté. L`UDPS est divisée. Félix Tshisekedi est inconsolable.

Mais déterminé à  réussir où son père a échoué, Tshisekedi fils ne désespère pas pour autant, continuant d`entretenir des rapports pour le moins étranges avec le régime qu`il prétend combattre. à€ la mort de son père, en février 2017, il marchande le corps de ce dernier en échange d'une nomination à  la primature. L`opinion publique est abasourdie. Même Joseph Kabila, habitué à  tuer les Congolais et à  les livrer aux marionnettes de Kigali qui opèrent à  l`est, est outré et le chasse. Les relations avec le pouvoir sont rompues… jusqu`aux élections de décembre 2018 qui ont vu surgir, contre toute attente, un certain Martin Fayulu, pressenti pour devenir le prochain président de la République à  démocratiser du Congo. Pour le pouvoir, qui est acculé au pied du mur, la solution s`appelle... Félix Tshisekedi. C'est la carte maîtresse, dit-on, à  la Kabilie. à€ la MONUSCO et dans les chancelleries étrangères, les contacts entre CACH, la plateforme dirigée par Tshisekedi fils, et le pouvoir sont suivis de très près. Comme en 2002, 2015 et 2016, un Tshisekedi est prêt à  toutes les compromissions pour trahir le peuple congolais afin d`atteindre un objectif qui fera par ailleurs la part belle aux ennemis de la République à  démocratiser du Congo. Pour cela, il pourra toujours compter sur la base fanatisée et tribalisée de l`UDPS pour laquelle la tribu passe avant la patrie.

à€ Kingakati, où l'on craint un soulèvement populaire au cas où Martin Fayulu n'est pas déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre dernier, on rit à  gorge déployé. Certains caciques du régime ont décidé de s'abandonner au Christ. Ne dit-on pas que la foi déplace les montagnes ? Comme pour dire que le nom Tshisekedi peut aussi faire des miracles et aider un régime honni et vacillant à  se pérenniser contre la volonté de tout un peuple...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 3 janvier 2018

Diaspora congolaise: Excellent Kiassi face à  Vununu, l'oppresseur des opprimés!

Jean-Pierre Vununu, l'oppresseur des opprimés

Au tout début de la création de son groupe "Les cris des opprimés", nous pensions qu'il était du cà´té de notre peuple opprimé, chosifié et clochardisé. Grave erreur, dans nos fora, Jean-Pierre Vununu est "L'oppresseur des opprimés" qui se fourvoie dans ses inepties et niaiseries ! Pour qui roule Jean-Pierre Vununu ? Roule-t-il toujours pour Vital Kamerhe, le Kamerhéon ? Ou est-il mains et pieds liés dans la mangeoire d'Alias Joseph Kanambe Kazembere Mtwale Joseph Kabila ? Ses allers-retours pour Kinshasa, à  la recherche d'un poste ministériel qu'il n'a jamais obtenu, le pousse à  se défouler dans nos fora. L'attitude nauséabonde de Jean-Pierre Vununu est déconcertante, lui qui se transforme en Mavungu Ma Landa avec ses "Cartes blanches" pour défendre un régime d'imposture et d'occupation, honni par notre peuple. Jean-Pierre Vununu réside en Allemagne, un pays de tradition protestante, mais il ignore le rà´le prépondérant du théologien-pasteur Dietrich Bonhoeffer, martyr de la résistance contre le nazisme. Qu'il pose la question à  Angela Merkel, la chancelière de la République Fédérale de l'Allemagne. Jean-Pierre Vununu ignore également que l'Eglise du Christ au Congo (ECC), avec 95 communautés, est la plus grande fédération protestante au monde. Au Congo, elle est la deuxième force religieuse après l'Eglise catholique romaine. En ayant présidé l'ECC durant 19 ans, Mgr. Marini Bodho n'est pas n'importe qui. Il a été Président du Sénat de 2003 à  2007, remplacé par Léon Kengo wa Dondo. Dire que son remariage aux Pays-Bas, n'est pas une information est une méprise ou une ignorance qui ne s'explique pas. Ignare plus plus, nain intellectuel et nullard qui n'arrive même pas aux chevilles de M'zée Djamba Yohé, Jean-Pierre Mbelu, Evariste Pini-Pini, Dr Fweley Diangitukwa, Salomon Valaka, Pasteur Philippe Kabongo M'baya... dans la constance de leurs analyses politiques sur la situation catastrophique de la République démocratique du Congo, depuis que l'imposteur-OVNI-venu de nulle part, pilote à  vue le Congo. Le retourneur de veste et inconstant, Jean-Pierre Vuvunu croit nous charrier comme, si nous étions son enfant à  qui nous devrons répondre à  ses ordres et oukases. Lorsqu'on est petit et minable, on ne peut que jouer à  la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœ“uf écrivait Jean de la Fontaine dans ses célèbres fables.

Jean-Pierre Vununu, l'oppresseur des opprimés

Réveil FM international est média libre, indépendant et engagé, nous ne nous en cachons pas. La ligne éditoriale de Réveil FM International est claire, inscrite sur le fronton de tous nos sites. Nous ne sommes pas un média de l'opposition comme voudrait nous enfermer le girouette Vununu qui tourne au gré du vent. Nous sommes un média de la résistance congolaise, nous soutenons et accompagnons les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais qui récusent l'imposture, l'occupation et l'usurpation qui tapissent le régime actuel de Kinshasa avec ses méandres de méfaits. Lorsque nous écrivons nos articles, nous avons une clause de conscience et avons le droit et devoir de protéger nos sources. Nous n'avons pas à  nous justifier surtout pas à  un mangeriste notoire, confusionniste, à  la recherche d'un positionnement. Avec JP Vununu, "Le cris des opprimés" est devenu "l'Oppresseur des opprimés".

Nous publions ici, l'interpellation de notre compatriote Kiassi à  Jean-Pierre Vununu :

Monsieur Vununu,

J'ai lu votre posting et les différentes [direct de gauche, jabs, crochet de droite, uppercut etc..] distribuées à  vos différents contradicteurs comme s'il s'agit de combler votre retard sur un ring, tout au long du match les coups n'ont cessé de pleuvoir...les yeux en poche, trois fois au sol, vous essayez tant que bien de tenir jusqu'au 15ème round. Il faut voir Frazier (se démenait) vs Cassius pour vous faire une idée, malgré sa bonne volonté, son courage et... et son entêtement,il abdiqua avec un visage qui n'avait plus la forme humaine. Nous sommes à  Manille (1975). Venant de vous ce n'est pas une surprise, c'est le contraire qui m'aurait étonné, qu'est-ce qu'on peut trouver d'humanité chez vous, rien ; on chercherait chez vous cette partie infime de compassion, on en trouverait pas, c'est l'impression que vous donnez à  tout le monde. Moi à  votre place j'abdiquerai, vous commencé l'année comme vous l'avez avez fini.

Et dire que vous nous aviez rabà¢ché tout au long de l'année qui vient de rendre l'à¢me qu'il n'y avait que les imbéciles qui ne changeaient pas. Faut-il en déduire que vous en êtes un ? Ou alors croire qu'il y a du faux dans cet adage populaire, Dieu merci ce n'est pas une KONGO. En ce qui me concerne j'ai toujours douté de la véracité de cet adage et ce n'est pas en cette date du 2 janvier 2018 que je franchirai le pas si cela peut vous rassurer je crois fermement que personne ne change dans la vie, ni ses habitudes, ni ses visions et son destin sans se trahir lui-même... Personne ! Nous ne changeons que nos masques et notre bonhommie pour paraître comme un sou neuf devant la société. C'est le masque qu'on porte toute sa vie qui fait croire aux gens qu'on a changé, certains le portent pour cacher qlq chose ou pour s'intégrer dans un milieu et d'autres pour qui l'enlever c'est s'arracher la peau, derrière ce masque de normalité ou de sainteté se cache en réalité un monde insoupçonné de perversité narcissique ou de cruauté sadique.

il suffit simplement d'enlever certains attributs de l'homme pour voir son naturel reprendre ses droits. Je ferme la ()

Vous écrivez : 1. Pourquoi dans la même circonstance ne parlez-vous pas à  l'auteur de l'article auquel j'ai répondu qui l'a écrit en ce même jour ?

Dans votre votre promptitude légendaire à  réagir et à  répliquer à  tout va (on peut se demander pourquoi) sans prendre le temps d'une petite réflexion vous vous interdisez peut être par omission intellectuelle : c'est quoi le rà´le primordial et la mission d'un journaliste dans la société en l'occurrence la nà´tre

Informer de ce qui se passer et de commenter ces informations et souvent de déranger ou de soulever les lièvres et les anguilles. C'est pour cela dans des nations dites évolués (loin de la kanambie) la presse est le quatrième pouvoir, la base même d'une démocratie vivante. Un journaliste qui n'informe plus cesse d'être journaliste, un bon journaliste doit être à  l'affut de ce qui peut intéresser le commun des mortels. D'ailleurs je l'avoue ce Marini n'était pas ma tasse de thé, grà¢ce à  notre frère Freddy Mulongo (qui a joué son rà´le de journaliste) que j'ai été tenu au parfum de ce conseiller très spécial de l'homme de Kingakati, qu'il fut, de son veuvage et surtout de son "ki ekobo" vécu en plein air. Pour quelqu'un d'intègre comme Marini qui prà´ne abstinence et les sacro-saintes écritures qu'il distille à  ses bandimis en faisant fi à  Genèse 2.24 ou 21.30, ça fait un peu désordre et me réconforter dans mon rejet de toute forme d'églises qui fait le contraire de ce qu'elle évangélise.

Il fallait que ça vous soit expliqué !

Mbuta Vununu, ne ment que celui qui manque à  une vérité qu'il connait et une demi-vérité est aussi un mensonge qu'on débite ou le sera tà´t ou tard, le mensonge qui est encore une demi-vérité est le plus moche des mensonges : 2.. On a mêlé la prière à  la manifestation défendue pour des raisons de sécurité. S'il y a un droit reconnu dans la Constitution pour manifester. La même Constitution ou loi donne à  l'autorité ce même droit de refuser toute manifestation si celle-ci troublerait l'ordre public. Monsieur Vununu, vous aimez trop prendre des exemples sur la France [comme si vous y habitez, lisez vos postings et d'ailleurs mbuta Lubanza vous l'avait déjà  fait remarqué] dont vous avez une fois dans votre vie lu l'article 121-3 du 10 juillet 2000, il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre. Si vous avez été attentif (ce qui m'étonnerait) vous auriez du entendre la prière pour ne pas dire la supplication du comité organisateur que la marcher se voulait pacifique interdisant mêmes aux politiques de ne pas s'afficher avec leurs étendards. Dans les images qu'on a vu ceux qui avait des gourdins, des armes et de bà¢tons, vous les avez vu comme moi, ce sont des policiers, des militaires des agents en tenue civile. Ca au moins vous l'avez vu, vous qui êtes spécialiste dans la décortication d'images vidéos et comme si le mensonge ne suffisait pas je vous fais violence de voir de cette vidéo d'un homme qui se dit colonel sans médaille et on sait d'où il tire sa légitimité, tout sourire comme s'il venait de se farcir une nana longtemps convoité le contraire d'un vrai responsable de police [comme on en voit ici] qui aurait eu un air martial et un langage spartiate... c'est entre 0:19 et 3:20 pour la police de Kingankati, il y a eu ZERO MORT :

https://www.youtube.com/watch?v=fxBP5rxoOC4

Voilà  comment la police et le gouvernement que vous soutenez communique, le mensonge devenu un système politique de gouvernance.

Mbuta Vakala vous a balancé en plein nez la photo d'une fille qui ne retrouvera plus l'usage de ses dents, de son visage et je suppose ne sera plus avec nous... j'ai guetté en vain cette virulence dans les propos qui vous a caractérisé au vu des images de la femme violentée et violée sur le marché, je me demande même si vous avez eu le courage de montrer à  votre femme Muluba, cette horreur. Avez-vous à  votre femme : heureusement que moi (donc vous) suis pas né au village comme ces policiers sauvage ?

Monsieur Vununu, il n'y a pas de pire là¢che que celui qui se sert constamment des demi-vérités pour camoufler une réalité, justifier ou minimiser ses responsabilités. Ce qui a cessé de m'étonner chez vous, ce que vous acquiescez tout, excusez tout quand il s'agit de votre camp. Je me demande ce que vous en faites de votre libre arbitre ? Quand vous osez écrire on a même la prière à  la manifestation....suppose que nous avons pas vu les mêmes images où votre police a pénétré dans l'église en pleine messe. Vous qui êtes chrétien ça ne pouvait que vous révulsez, piétiner ainsi un lieu de culte : le nzo nzambi, ndako ya NZambe, le lieu où Dieu réside. C'est le sacrilège des sacrilèges. Le droit de marcher comme vous l'avez rappelé sans convaincre est un droit constitutionnel et surtout si celui-ci se veut pacifique. Tout au long de la semaine ces gens l'ont répété qu'il la voulait pacifique, alors pourquoi l'interdire ?

Vous qui aimez souvent prendre comme exemple out ce qui se passe en France, vous avez vécu comme nous la période des attentats où l'ennemi s'explosait, on n'a pas interdit des attroupements de 4, 5 personnes comme semblait le marteler ce général de pacotille sans médaille Kasongo [je vous invite à  taper général d'armée sur google et voyez le résultat, il y en a même qui croule sous les poids des insignes, des honneurs et distinctions], on a vu des marches en plein Paris pendant cette période sensible, la préfecture de Police de Paris et les dispositif sentinelle et vigipirate ont sécurisé la bonne tenue des marcheurs. Je crois qu'il est temps de vous poser de sérieux questions pour savoir où va l'argent du contribuable congolais si Kasongo et Kimbuta ne peuvent pas faire face...Surtout où ils ont pioché cet effectif qu'on a déployé à  travers Kinshasa. Mensonge toujours mensonge ! Et vous mbuta Vununu vous baignez dans cette rivière de mensonges..

Mais qu'est-ce qu'on peut attendre d'un Vununu quand il écrit : 3. Avant le 31 décembre 2017, les policiers soit les autorités publiques n'ont jamais empêché les fidèles d'aller prier dans leurs églises respectives, si l'heure était à  la fête, je vous aurais dit que vous avez un peu forcé à  la bonana ou encore qu'il y a toujours un début (une première fois) à  tout. En vérité, toute votre vie est faite de contre-vérité et je ne sais pas combien vous en débitez chez vous devant vos enfants,, à  l'église (puisqu'il parait vous faites la messe)... La question que vous auriez du vous poser est : pourquoi empêcher des gens d'aller prier à  l'Eglise dans un pays qui siège au conseil de droit de l'homme un certain 31/12/2017 ? Est-ce par simple paresse intellectuelle (pas une injure mais un constant) ou par simple ignorance, car faire sembler d'ignorer est aussi un mensonge, comme l'omission délibérée ce n'est pas moi qui le dit c'est Freud (vous savez ce philosophe mi neurologue, mi psychanalyste) dommage que vous vous intéressez trop souvent de ce qui se passe en France au détriment de l'Allemagne, vous y apprendre beaucoup même sur les sorts de certains nazillons de moindre envergure après la dénazification. Comment pouvez-vous parler des élections apaisées. quand vos amis ne font rien pour apaiser la situation, ce ne sont pas les partis de l'opposition qui ont organisé cette marche, ce sont ces mêmes catholiques qui vous ont donné cette petite légitimité de durer jusqu'au 31, alors pourquoi couper internet, pourquoi brouiller téléphones et radios ? Si vous vous dites démocratique au vrai sens du mot ?

Surtout pourquoi prendre sa propre population en otage ? S'informer est un droit inaliénable reconnu. Quelle aurait été votre réaction si c'est la France ou l'Allemagne. J'espère que vous ne me direz pas que les manifestants Français ou Allemands sont les plus pacifiques du monde.

Hier soir, j'ai ma petite sœ“ur (qui a réussi à  me joindre parce que de Paris impossible), elle ignorait qu'on avait saccagé des églises, qu'il y avait de victime et c'est moi qui suis à  plus de 8.000 Km qui lui informait, j'ai participé en direct à  l'émission de F. Kisuanika, c'est triste d'écouter que madame Kandolo l'une des organisatrices n'avait pas des images que nous nous avons, la télé nationale était occupée à  diffuser une intervention enregistrée du petit raïs. Elle est où cette messe à  la nation. Et que dire du speach c'est à  l'ouest de la vraie vie des Congolais.C'a simplement un nom : une tromperie déguisée en vérité et qui s'apparente avant tout à  une vérité sans tête dont à  un mensonge éhonté, cher monsieur Vununu vous avez à  y gagner pour votre quiétude intellectuelle en condamnant avec vigueur ce genre des comportements de ceux qui conduisent les affaires de l'Etat que de vous terrez dans une sorte de somnolence intellectuelle sans fin.

Vous écrivez, 4. Je condamne toutes formes de violences d'où qu' elles viennent. Voilà  pourquoi, je suis favorable à  l'organisation des élections apaisées. ou encore Et en sus, on ne peut pas chercher à  mettre le pays à  feu et à  sang pour quelques mois aussi longtemps, vouloir ou pas, ces élections sont inéluctables... Je ne peux qu'apprécier votre subtilité qui consiste à  rendre potable même l'urine la plus infecte, c'est inné chez vous, vous savez conjuguer allègrement dans une certaine allégresse la vérité au le mensonge à  la vérité, qui en somme n'est ni vérité, ni mensonge et pas même une demi-vérité ou la moitié d'un mensonge. C'est du Vununu tout craché, désolé de vous le dire. Vous n'avez pas qu'à  condamner, vous devez agir et agir ce n'est plus pactiser avec ceux dont le mensonge est le moyen de conserver le pouvoir... Tout est mensonge, l'affaire Diomi, Diongo, Muyambu, Katumbi, Kamuina Nsapu, tout n'est qu'un tissu de mensonge cousu blanc.

-La violence on ne la condamne pas on la combat et ceux qui l'entretient montrer du doigt.

-Peut-on avoir des élections apaisées dans une violence faite à  ceux-là  qui vous vous élire ?

-Mais qui vous a dit qu'on ne voulait pas des élections ? C'est depuis 2016 qu'il aurait du être convoqué et par qui ? Disons-le par le petit Raïs.

Oh ! je sais que vous sauterez de l'occasion pour me sermonner que le président de convoque pas des élections, s'il est le garant des institutions qui ont fait de lui le chef de l'état, il doit veiller à  ce que ces institutions fonctionnent. Qu'a-t-il fait pendant ces années et surtout quel bilan ? Vous me diriez on ne peut pas chercher à  mettre le pays à  feu et à  sang pour quelques mois aussi longtemps Mais avez-vous le phénomène Kamwina nsapu au Bas-Congo ou au Bandundu, pourquoi simplement au Kasai, pourquoi n'a-t-on pas exhiber l'anaconda de Mende pour s'en prendre à  l'innocent gland de Oshe. Voilà  des questions qu'une intelligence normale doit faire face. Le phénomène Kamwina nsapu a été voulu, orchestre pour provoquer un chaos chez vos beaux-parents parce qu'ils sont baluba et alias Kanambe ne digère jamais ceux qui lui font l'ombre. Et d'ailleurs vous semblez confondre causalité et corrélation, l'eau ne peut pas être portée à  l'ébullition sans feu et le feu il faut qu'il y ait quelqu'un pour l'attiser, la corrélation c'est quand deux faits sont proches dans le temps ou dans l'espace, vous aurez à  comprendre que l'un (phénomène) a causé l'autre, retarder les élections qui étaient prévues en 2017 les pousser jusqu'aux calendes grecques, car 2019 c'est déjà  demain, comme l'était 2017.

Et si tenté qu'on soit moins intelligent est-ce si difficile de comprendre, de savoir que ni l'opposition, ni les catholiques n'ont pas l'arme ou les moyens de mettre le pays à  feu et à  sang, pourquoi omettre d'écrire ou simplement d'imaginer que ce sont les militaires et policiers obéissant au doigt et à  l'oeil de Kanyama (hier) et de Kassongo aujourd'hui qui peuvent pétarder en plein Kinshasa en toute liberté, voire même sans consigne. Qui ont les armes et les bombes lacrymogènes ? Ces pauvres idiots de Congolais ne savent même pas se fabriquer et manier un coktail molotov. De qui vous vous moquez monsieur Vununu quand vous parler de mettre le pays pays à  feu et à  sang ?

3. Je suis contre la souffrance extrême du peuple , je suis pour que les choses aillent mieux et autrement en RDC. Donc, en d'autres termes, cela veut dire que je ne suis pas adepte du statu quo ? En lisant cette phrase de vous, j'ai eu envie de pleurer, moi qui souvent vos phrases me donnent envie de vomir, Vununu qui voudrait que les choses aillent mieux...mais que faites-vous ? Que faites-vous si votre femme veut sa liberté, vous allez pas l'enfermer chez vous en barricadant la maison ? C'est ce qui se passe chez vous au Congo monsieur Vununu, vous barricadez partout, vous fermez les radios, vous emperchez les gens de s'évader via internet, vous coupez les signaux des radios pour qu'il n'y ait pas des témoins.

Kabila fait tirer dans les églises et sur les chrétiens

Vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi ce recours à  une violence gratuite, disproportionnée, in,juste et injustifiée ? Mobutu à  qui on a attribué tout et n'importe quoi n'a rien fait de pareil, tirer et tuer dans les églises est la pire sacrilège pour le chrétien que vous ne cessez de vous revendiquer, seuls les génocidaires du Rwanda ont osé tel massacre. Expliquez-moi comment une télé publique peut sortir de ses caisses un discours déjà  enregistré d'un président hors mandat à  quelques heures d'un bain de sang. Et surtout pas un mot, on comprend quand un officiel de la police parle de 0 mort, mais des blessés graves faire état de la situation est un simple acte que de se pavaner et vanter qu'il n'y a rien à  voir circuler... tout va très bien madame la marquise.

Oui, le délai constitutionnel en RDC est dépassé, il n'en demeure pas moins qu'il partira ou reste en fonction jusqu'à  l'installation effective du nouveau Président élu. La Constitution ne dit pas jusqu'à  l'organisation des marches de toutes sortes ou via toutes formes de violences.

Laissez-moi rire, j'irai pas vous déterrer ce qu'étaient vos réactions à  l'époque, c'est quand même bizarre ces congolais sans honneur qui dise le contraire de ce qu'il disait avant, ne dit-on pas qui se ressemble ça s'assemble vous faites pareil comme cet Emery OKUNDJI qui ne pouvait être que le frère de l'autre N'koy appartenant au même OShé et les oiseaux du même branche(j'allais dire Mende), qui s'arrachait jadis les dents pour cause de coupure Internet, trouver inadmissible dans un pays dit démocratique et qui se la coupe internet une fois parvenue, cette manière qui fait du Congolais l'idiot de la planète, qui peut renier à  ses propres paroles et valeurs, nous, nous voulons que cela cesse. Voilà  le combat que nous mènerons désormais. Mais posez-vous la question ^pourquoi le delai constitutionnel doit être dépassé ? Et que faisons-nous là  au jour d'aujourd'hui [tautologie que je n'aime pas]. Ce qui est sà»r la Ceni est officiellement muette. Peut-on voir une forme de là¢chété, complicité ou neutralité dans cette aphonie ?

Et d'ailleurs monsieur Vununu ne mentez pas, ne soyez pas ce menteur invétéré débitant ses propres mensonges sans le moindre raisonnement il partira ou reste en fonction jusqu'à  l'installation effective du nouveau Président élu. La Constitution ne dit pas jusqu'à  l'organisation des marches de toutes sortes ou via toutes formes de violences.

Nulle part dans aucune Constitution du monde où c'est écrit, jusqu'à  l'installation affective du nouveau président élu vous mettez la charrue devant le bœ“uf et pour un supposé intellectuel ma foi.. Cette notion était valable en 2016 à  la fin de son dernier mandat et à  la convocation des élections 90 jours (si ma mémoire est bonne), comme dans toutes les démocraties de la planète dont la notre se rapporte, on l'a vu avec TRump, on l'a vu avec Macron, on vient de le voir avec G. Weah. Cette même constitution que vous agitez quand ca vous arrange ne dit pas que tant que les élections ne se tiendront pas, le président restera seko jusqu'à  l'installation effective du nouveau Président élu ça c'est une façon kanambiste de voir le monde que le peuple ne veut plus et c'est pour cela qu'il organise des marches de toutes sortes sans de violences pour qu'il soit entendu.

Lire la suite...

Partager sur : Partager