Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - fête de l huma

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 13 octobre 2007

Afrik en Ondes, les photos !

La fête de l'huma de cette année du 14 au 16 septembre dernier a mis à  l'honneur l'Afrique. Quelques photos du stand Médias Africains au Village du monde depuis lequel Afrik en Ondes a couvert le continent. Les photos 1,2 et 8 sont de Caroline de la Fafrad et 3,4,5,6 et 7 de Louis Magloire Kemayou.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 20 septembre 2007

Afrik en Ondes, une réussite !

Le concept "Afrik en Ondes" vient de nous, le nom de cette radio panafricaine vient de nous , nous avons coordonné sa réalisation à  la fête de l'huma du 14 au 16 septembre. La grande réussite vient de la société civile africaine de Paris et l’île de France à  travers le collectif de plusieurs associations panafricaines qui a porté ce projet et tenu à  sa concrétisation. Les experts africains ont planché sur son fonctionnement participatif, son financement indépendant de tous les structures et organismes, ses partenaires...Les africains de la diaspora en France ont démontré leur volonté de travailler ensemble. Conscient que la devise " diviser pour mieux régner" est néfaste pour les africains et le continent. Cette devise ne profite qu'à  ceux qui la pratiquent. Pour l' "Afrik en Ondes" , tous ont regardé vers la même direction. La diaspora est la 6 ème région du monde, elle a un rôle prépondérant à  jouer dans le destin de l'Afrique.

Au parc de la Courneuve, la fête de l'huma s'est déroulée durant 3 jours du 14 au 16 septembre. Grand rendez-vous festif, convivivial, combattif et politique,la fête de l'huma est le plus grand festival de France, un record d'affluence a été battu: entre 500.000 et 600.000 personnes. 15 euros pour les trois jours, pas de fouille à  l'entrée, transports très bien organisés, des centaines de débats ouverts au public, autour des thèmes variés, confrontations tous azimuts entre les idées, des dizaines de concerts, des expositions, un espace cinéma pour les films, des manèges, un village du livre avec près de 200 auteurs, un espace multimédia, prix de repas décent pour manger une gastronomie traditionnelle et des terroirs, un partage intergénérationnel, une solidarité internationale aux villages du monde...Et l'Afrique a été l'invitée de l'édition 2007, avec une exposition d'artistes africains contemporains, le concert du sud africain Johnny Clegg "le Zoulou Blanc" sur la grande scène et Afrik en Ondes au stand Médias Africains.

La radio restera toujours le médias qui correspond le mieux à  la culture de l'oralité africaine. Pour le Siand "Médias africains" à  la fête de l'huma, "Afrik en Ondes "a eu une ligne éditoriale simple et limpide:

1. Etre un média fédérateur de la diaspora africaine en France.

2. Un média alternatif qui doit permettre à  tous ceux qui ne s'expriment pas ailleurs de pouvoir s'y exprimer.La diaspora africaine, celle qui milite dans les associations, regorge une mine d'experts capables d'expliquer et proposer les solutions adéquates pour une Afrique debout.

3. Un média citoyen, les africains doivent s'exprimer librement sans peur d'être inquiété. Mais la liberté de parole exige aussi une certaine responsabilité. Afrik en Ondes n'est pas l'espace de rendement de compte ni d'injures. Le micro n'est pas une arme.

4. Un média participatif mais aussi progressiste pour la simple raison, nous ne devons plus nous contenter du statut quo. L'Afrique doit bouger, l'Afrique doit se prendre en charge. Nous avons l'obligation morale de bouger avec elle.

5. Un média pluraliste, inclusif et non violent. La violence ne résout rien bien au contraire elle envenime les choses.Toutes les sensibilités, toutes les catégories sociales africaines doivent s'y exprimer.

6. Un média indépendant. L'indépendance financière d'Afrik en Ondes exige que la société civile africaine contribue à  son fonctionnement. Aucune institution ni organisme qui travaille sur l'Afrique ne devrait être sollicitée pour financer "Afrik en Ondes", les africains devraient de A à  Z travailler dans l'objectif de se prendre en charge. L'argent étant le nerf de la guerre, il fallait en trouver, rien n'a été facile.

Les réunions préparatoires souvent mouvementées où les "ultra" trouvaient que l'expression " pillage" des ressources étaient plus appropriés que l’expression " exploitation non équitable" choisie et défendue par les "modérés" du groupe. Débuté souvent à  20h, nos discussions se terminaient toujours après 23h. Le choix de trois référents pour chaque thème du débat n'a jamais posé problème, les trois personnes ressources sont connues et appréciées de la diaspora africaine, leur expertise est reconnue :

Gérard Afanou,directeur de société et expert en écologie, thème: exploitation inéquitable de ressources africaines et biodiversité

Louis Magloir Keumayou, président de l'association de la presse panafricaine, thème : Médias et liberté d'expression

Robert Fopa, éducateur spécialisé, thème: éducation et citoyenneté de la jeunesse franco-africaine.

Les trois référents ont été à  la hauteur de leur mission confiée, les thèmes retenus par la communauté africaine de france Pour une fois, nous nous sommes mis d'accord que le financement de cette radio devrait être africaine ou des amis de l'Afrique.

L'Afrique sur les Ondes !

L'afrique est un continent de 53 pays dont les réalités culturelles, ethniques, sociales, politiques... sont diverses et riches. Seule les ondes n'ont pas de frontières. La radio s'écoute aux champs, aux ateliers, aux marchés, aux ateliers..certains africains se promènent dans la rue avec la radio accrochée à  l'oreille. Les différentes diaspora africaines ne s'expliquent pas des images stéréotypées et des sons diffusées par les médias occidentaux sur l'Afrique. La société civile africaine n'est pas prise en compte dans sa globalité et diversité. La diaspora africaine active, celle qui milite au sein des associations, celle qui pose des actions...On ne l'entend pas, on ne la voit pas sur les médias occidentaux. C'est en se prenant ne charge, en devenant eux-mêmes de médias que les communautés africaines de l'Europe notamment de la France vont prendre leur destin en mains. Certes Afrik en Ondes a permis aux gaulois, canadiens...présents de s'exprimer sur ses antennes en direction de l'Afrique. Afrique en Ondes est un média africain fait par les africains et pour les africains.

Belle brochette d'invités aux micros D'Afrik en Ondes !

Le dimanche 16 septembre, plusieurs personnes sont venues spontanément parler aux micros d'Afrik en Ondes. Parmi eux: Madame Christiane Taubira, députée française très connue pour la loi qui porte son nom "Loi Taubira" dont les articles sont explicites sur le rôle de la France dans l’esclavage " Art.1: La république Française reconnait que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches, et indiennes constituent un crime contre l'humanité. Art.2: Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à  la traite négrière et à  l'esclavage la place conséquente (sic) qu'ils méritent." Madame Taubira s'est dit très impatiente face aux diverses injustices que vivent et subissent des milliers de personnes suite à  leur origine, classe sociale..; Madame Aminata Traoré, coordonnatrice du forum pour un autre Mali et directrice du Centre Amadou Hampaté Ba n' a pas mâché ses mots contre la globalisation mondialisante, l'ancienne ministre de la culture et tourisme du Mali a fait un constat amer des médias africains qui ne passent que " la danse et la musique ", alors que l'heure est aux débats, les décisions qui se prennent dans les grandes capitales occidentales ont leur conséquence dans les assiettes africaines. L'auteure du livre " lettre au président des français" paru en 2005 est demeurée la même dans ses convictions sur le développement de l'Afrique. Son excellence Jesu Armaldo Perez, ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela en France a parlé de la IV ème guerre mondiale (première guerre,1914-1918, deuxième guerre, 1939-1945,troisième guerre, la guerre froide) qui est celle de la pauvreté. Les institutions de Bretton Woods, à  travers leur approche libérale du développement et fortement encadrées par les conditionna lités des politiques d'ajustement structurel, n'aident pas les pays sous-développés au développement et à  s'en sortir de la pauvreté et le Venezuela avec Hugo Chavez en tête ne veut plus qu'on lui impose par un chantage de financement le développement qui ne correspond en rien aux besoins vitaux de Venezueliens de a dit Mr. Perez l'ambassadeur du Venezuela. Mr Robert Hue a déclaré " depuis un certain temps je suis sollicité pour donner ma pensée sur ce que vit la gauche en France, j'ai souhaité en parlé aux africains, c'est pourquoi je suis venu parler à  Afrik en Ondes". Sénateur communiste, président de la fondation Gabriel Péri, Robert Hue n'a cessé de rappeler que la France avait besoin de l'Afrique à  cause de l'histoire commune en partage, contrairement au langage courant en France. " Beaucoup de choses nous lient au continent africain" a-t-il déclaré. Paul Heutching, journaliste-essayiste a planché sur la liberté d'expression mais aussi sur ses deux livres: Ah ! Cette France...le paradoxe français et J'accuse; Mustapha Abdore-Recouf a parlé sur la France et le Comores, Ibrahima Diallo Babayel a informé aux auditeurs africains qu'en Mauritanie, il y avait encore des esclaves noirs, le "général " Waffo Wanto n'a pas hésité à  parler sur le Cameroun et son pouvoir silencieux, Mohamed Kadamy de l'amicale panafricaine a révélé l'exécution des cinq Djiboutiens il y a quelques jours, Etienne Hallé du Quebec solidaire a parlé des minorités dans les partis politiques Québécois, Raymond Ayivi de la plate forme panafricaine n'a cessé d’insister que les journalistes doivent remplir librement leur rà´le d'informer les populations..

Aux micros citoyens !

C'est le samedi 15 septembre était un jour spécial. Le thème de Médias et liberté d'expression a été débattu par journalistes au stand Médias Africains avec les collègues sur le continent. Le téléphone a beaucoup fonctionné au prix que tout le monde n'est pas intervenu. En effet, nous avons pu joindre Mme Fatou, journaliste et rédactrice en chef de Sud-FM qui a parlé de la liberté de presse au pays d'Abdoulaye Wade; Souzanne Kalalalobe, productrice et journaliste à  la radio Equinoxe à  Douala a parlé de la situation des médias au Cameroun; Jean Paul Ilopi Bokanga de Réveil FM en République Démocratique du Congo s'est exprimé en toute quiétude de la situation pas facile des journalistes et médias congolais. La RDC a été classée quatrième de dix pays les plus dangereux en liberté de presse par le Commitee to protect journalist; Dzimas du Forum de la semaine à  Lomé au Togo a expliqué qu'il vient de reprendre la parution de son journal après la suspension par la Haute Autorité de l'audiovisuel et communication (Haac) pour un article jugé subversif. Quelques interviews ont été diffusées sur Afrik en Ondes: le journaliste guinéen, Lanciné Camara, président de l'Union Internationale des Journalistes Africains (UIJA), Léonard Vincent de Reporters sans frontières, Madame Sibanda Thusi, ambassadeur d'Afrique du sud en France, Paul Bamgbose de l'association Convergences Africaines, Sidya Diop de sirius.yms, Roland Lumumba, le fils du héros national congolais et papa Wemba. Jean-Louis Raac, responsable du village du monde et Cathy Cib du journal l'humanité ont été les premiers à  parler à  nos micros, Afrik en Ondes a eu droit au scoop, la fête de l'huma attendait plus de 500 000 personnes et que cette fête qui finance l'indépendance du journal l'humanité, les représentants du réseau Education sans frontières ont parlé des difficultés rencontrées par les enfants sans papiers, Mme Mariam Seri Sidibe est intervenu sur le débat : éducation et citoyenneté de la jeunesse franco-africaine, l'intervention de Damien Millet sur la dette des pays pauvres à  été diffusée sur les antennes d'Afrik en Ondes, Etienne Lopalo de l'association 3RA s'est aussi exprimé sur la retraite des africains en France, Emmanuel de Solère Stinzy, journaliste et membre de Syfia international: agence de presse et d'information sur l'Afrique, a parle sur le travail que fait son agence au rapprochement des journalistes des pays des grands lacs (RDC, Burundi, Rwanda ) .

Radio Mangembo, partie prenante !

La Radio Mangembo de Melun est partie prenante dans "Afrik en Ondes". Dès le début, elle s'est investie dans la réalisation du projet. Radio Mangembo pour la fête de l'huma a mis à  la disposition d'Afrik en Ondes sont ingénieur de son Joujou Pululu, ce dernier est ingénieur d'imagerie médicale mais travaille bénévolement pour sa radio. Les micros et leurs pieds, les câbles, le compresseur de son, l'ordinateur et l'unité centrale, la table de mixage ...ont été mis à  la disposition d'Afrik en Ondes pour ses émissions. La dextérité de Joujou Pululu n'a fait que prouver sa maîtrise du numérique. Dans les prochains jours les cds des émissions diffusées depuis la fête de l'huma seront mis à  la disposition de ceux qui veulent garder un souvenir.

Lire la suite...

Partager sur : Partager