Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - fossoyeurs

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 18 octobre 2022

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba-Balufu Bakuba Kanynda, deux fossoyeurs enfarineurs: La dent couronnée de Léopold II est devenue celle de Lumumba !

BenaMpuka : Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba-Balufu Bakuba Kanynda, deux fossoyeurs enfarineurs: La dent couronnée de Léopold II est devenue celle de Lumumba !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1666095641226.jpg, oct. 2022

C'est la dent couronnée de Léopold II, roi des Belges, génocidaire, criminel, sanguinaire qui agissait comme si le KONGO était sa propriété privée, sans jamais y avoir mis pieds. L'objectif est d'ordre spirituel : dominer sur les KONGO comme jadis Léopold II l'avait.

Prétendre que la dent Lumumba allait voyager durant 9 jours dans la pays et demeurer trois jours dans la capitale. C'était une aubaine pour des Belges Léopoldiens. La dent couronnée de Léopold II en survolant le KONGO allait asseoir et ancrer de nouveau le pouvoir du monarque sanguinaire pour dominer sur le peuple KONGO, dont les dirigeants corrompus, les élites inconscientes, les chefs de terre vendus et achetables à souhait, la société civile des amorphes dont les aboyeurs ne vociférent que sur commande... sont tous les Bana Bitinda des décideurs ! 

16 millions de dollars pour faire avaler aux KONGO, la dent couronnée de Léopold II, roi des Belges, génocidaire, sanguinaire et coupeur des mains au KONGO, comme étant la dent de Lumumba, sans test ADN !

Avant la visite officielle de Philippe, roi des Belges et aïeul de Léopold II au KONGO, la statue de Patrice Emery Lumumba sur l'échangeur de Limeté a été jeté par terre.

Voleur de destin du peuple KONGO, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, dans les accords secrets avec la Belgique, a fait déboulonner la statue de Lumumba sur la place de l'échangeur à Limeté pour faire plaisir à TINTIN AU KONGO, Philippe roi des Belges, en visite touristique de villégiature au KONGO, où son ancêtre Léopold II fut CAOUTCHOUC Ier et ROI DES MAINS COUPÉES ! 10 MILLIONS DE MORTS !

Lumumba ne posait pas demeurer debout sur son socle, saluant les Kinois, KONGO et étrangers sur un passage obligé pour atteindre le cente ville de Kinshasa. 

Les Fossoyeurs enfarineurs, nous ont fait croire que plus 61 ans après son assassinat, la dent couronnée de Léopold II pouvait devenir celle de Lumumba. 

Il pleut des mains sur le KONGO !

Diplomate  rusé, fourbe et roublard, Léopold II, roi des belges, obtient en février 1885 un territoire de deux millions et demi de kilomètres carrés, 80 fois la taille de la Belgique ! Sans jamais y mettre les pieds, le monarque sanguinaire et génocidaire va le faire exploiter sans répit. Le saigner à blanc. Pour l’ivoire d’abord, pour le caoutchouc ensuite, à la sueur du front des autres et jusqu’au prix de leur vie. Nos arrières grands parents qui ont résisté ou n’ont pas été en mesure d’atteindre les impossibles quotas de travail qui leur étaient imposés ont été mutilés, amputés ou exécutés.

Léopold II, roi des belges est l’homme qui s’appropria le Congo pour le saigner à blanc avec quelque 10 millions de morts sur sa conscience. Les bénéfices que Léopold a réalisés sur le dos de l’esclavage au Congo ont financé une série de grands monuments pour cimenter son héritage, de l’imposante Arc Cinquantenaire de Bruxelles, aux boulevards comme celui qui relie la capitale à Tervuren, aux innombrables statues érigées en son honneur, à la fois pendant son règne de 44 ans et après sa mort en 1909. 

C'est drôle comme Hitler, Staline ou Mussolini sont connus pour leurs actes brutaux de génocide humain, mais un tyran comme Léopold II passe inaperçu dans les pages d'histoire. Léopold II, le roi de Belgique, a réduit la population du Congo de 20 millions estimée à 10 millions et a réussi à conserver sa réputation de grand monarque. Personne ne parle de l'un des meurtriers de masse les plus notoires de l'histoire de l'humanité. « Jusqu’à l’apparition de HITLER, Léopold II était un des hommes les plus cruels d’Europe »

– Adam HOCHSCHILD (Les fantômes du Roi Léopold – Un holocauste oublié). « A l’époque, les actes commis au nom de Léopold II ont défini la norme absolue de cruauté, comme cela allait être le cas avec HITLER, un demi-siècle plus tard »– Peter BATE.

C'est un pan terrifiant de l'histoire souvent occulté. Probablement 10 millions de morts, un sacrifice humain inouï de cruauté, une véritable mécanique de mort mise en place pour permettre à un modeste royaume européen de satisfaire ses appétits économiques, tout cela sous la pression d'un monarque prêt à tout pour avoir sa part du "gâteau africain". Imagine-t-on, quelque part dans le monde, une rue Pol-Pot, une avenue Augusto-Pinochet, une place Idi-Amin-Dada ? Pourtant, parmi les autocrates aux mains tachées de sang, il en est un qui échappe à la règle.  Léopold II, roi des belges,  dans le pays dont il fut le deuxième roi, de 1865 à 1909, le nombre de rues et de statues célébrant sans détour le monarque sont légion.

Pour cacher ses activités,  Léopold II, roi des belges a créé une société philanthropique qu'il a appelée la Société africaine internationale. Le but officiel de la société était d'aider les Noirs du Congo. Cette décision a fait que l'invasion privée du Congo par Léopold paraissait bénigne. Léopold a appelé le gouvernement belge à lui fournir des fonds d'amorçage pour mener à bien cette entreprise humanitaire.

L'escroquerie a réussi, le roi a obtenu des fonds du gouvernement pour financer son empire privé africain. Léopold a utilisé cet argent pour financer une armée de mercenaires connue sous le nom de Force Publique. Le roi a nommé des gouverneurs dont le travail était de tirer le plus d'argent possible du Congo.

À la naissance de l’État indépendant du Congo en 1885, la mission civilisatrice trouve principalement son siège dans les textes de droit international qui ont permis la reconnaissance du nouvel État. En revanche, l’ensemble des instruments administratifs utilisés pour faire progresser la civilisation émanent du « Roi-Souverain », Léopold II, de ses administrateurs généraux (siégeant à Bruxelles) ou de son administrateur général, puis gouverneur général (siégeant à Banana puis Boma, capitales successives de l’EIC).

C’est ainsi qu’en 1885, le Congrès de Berlin accepta, par un « acte colonial », de céder cette région de plus de 2 millions de km2, non à un Etat - fait unique -, mais à une « Association internationale du Congo », entièrement contrôlée par Léopold et indépendamment du royaume de Belgique. Léopold II engagea alors plus de 10 millions de francs pour mettre en valeur la région. Comme sa fortune n’y suffisait pas, il s’était fait aider par les banques. Mais les abus commis par les administrateurs de la Couronne et par les employés des compagnies à charte ont décidé Léopold II à envoyer une commission d’enquête puis à céder, le 15 novembre 1908, le Congo à la Belgique.

La reprise du Congo par la Belgique (1908-1960)!

À la reprise du Congo par la Belgique en 1908, la mission civilisatrice n’est cependant pas abandonnée, au contraire. Elle trouve désormais principalement place dans la Charte coloniale, texte législatif belge qui a fondé la nouvelle colonie. La domination belge durera cinquante-deux ans, jusqu’à l’indépendance du Congo, en 1960.

Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, Balufu Bakupa Kanynda et toute la bande des Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados qui écument la présidence usurpée sont des FOSSOYEURS FAUSSAIRES DE L'HISTOIRE DU KONGO DE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA !

KONGO n'est pas condamné à mourir à genoux et n'a pas besoin de temps pour décoller. KONGO a tourné le dos à ses aïeux, ancêtres et sa spiritualité ancestrale. Le pays est couché et fait du surplace.  

87,7 % de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté. Plus le pays vieillit, plus il se dégrade: système de santé importée précaire, éducation scolaire coloniale au rabais, guerres et insécurité permanentes à l’Est soutenues par des prédateurs internationaux et multinationaux, famine, malnutrition, déplacés et réfugiés… C'est l'omerta au niveau mondial. 

KONGO, c'est la chambre à coucher de TATA MFUMU KIMBANGU DIANTUNGUNUA. Ceux qui croient que KONGO à part le fait d’avoir vu le jour, elle n’a pas bougé d’un iota pour rayonner. D'autres parlent d'un mort-né, se trompent énormément. KONGO n'est pas un "Litshombé"! KONGO est très puissant ! 

Si notre population est très pauvre pourtant assise sur d’immenses ressources, il y a une exigence qui est négligée : elle doit se reconnecter avec ses aïeux !

Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, les politicailleurs Ventriotes ventripotents et véreux ne sont pas au service du peuple KONGO.

Les Balufu Bakupa Kanynda et toute la bande des Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados qui entourent Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba font partie de la République Médiocratique du Congo. Ils sont tous liés à la Mafia Belge. 

Faire passer la dent couronnée de Léopold II pour celle de Lumumba, les Checkuleurs l'ont fait. Heureusement, les BANA KIMBANGU veillent ! Léopold II et ses suppôts ne régneront  plus jamais au KONGO ! 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 9 avril 2020

RDC: Tshilombo-Kamerhe, deux "Fossoyeurs" de l'accord de Genève!

RDC: Tshilombo-Kamerhe, deux "Fossoyeurs" de l'accord de Genève

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Les sept principaux leaders de l'opposition congolaise « L7 » s'étaient réunis depuis le 9 novembre 2018, à Genève en Suisse. Ils avaient formé la "Coalition Lamuka"- "Réveille-toi, en lingala". Et ils étaient parvenus à se mettre d'accord sur une candidature commune à la présidentielle de décembre 2018. Avec la facilitation de la fondation Kofi Annan, la fumée blanche est sortie à 1h du matin du dimanche 11 novembre alors qu'ils étaient entrés la veille à 10h. C'est Martin Fayulu Madidi qui a été désigné candidat commun de l’opposition. Le 12 novembre 2018, Félix Tshilombo de l'Udps et alliés et Vital Kamerhe de l'Unc retiraient leurs signatures de l'accord de Genève. L'accord devenait caduque. Les deux politicailleurs et fossoyeurs de l'opposition se retrouvaient à Nairobi pour créer: le camp pour le changement (Cach) ! On connait la suite. Tshilombo, Monsieur 15% va négocier la Nomination Électorale avec Alias Kabila contre la volonté du peuple congolais, qui a élu massivement Martin Fayulu à 62, 8%. Par son odieux deal avec Alias Kabila, Tshilombo a volé le destin du peuple congolais pour ses intérêts ventriotes et égoïstes. Vital Kamerhe, son directeur de cabinet et allié de Cach croupit à la prison centrale de Makala, pour détournements de fonds publics, travaux de 100 jours. Celui qui était présenté comme le "Président bis", Vital Kamerhe pouvait-ils agir sans l'aval de sa hiérarchie ? Mafieux, Tshilombo et Kamerhe sont les Dupond-Dupont de la politique congolaise. Par leurs magouilles contre la République, ils ont pris en otage, le pays. 

Les Congolais ne doivent pas demeurer amnésiques et revenir toujours à l'histoire. Voici les 9 pages de l'accord de Genève du 11 novembre 2018. Les 7 signataires sont: Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Felix Tshilombo, Freddy Matungulu , Vital Kamerhe et Martin Fayulu. 

Freddy Mulongo-Accord Genève.jpg, avr. 2020Freddy Mulongo-Accord Genève 10.jpg, avr. 2020

Lire la suite...

Partager sur : Partager