Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - homme des impérialistes

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 6 février 2019

Intoxication: Fayulu, homme des impérialistes, Tshilombo, Kabila, Kagame, Museveni des panafricains!

Martin Fayulu Président ELU, sans gilet-pare balles, le samedi 2 février à  Sainte-Thérèse

Le peuple congolais s'est battu pour un changement. Il se retrouve avec Félix Tshilombo Bizimungu un guignol entre les mains d'Alias Kabila son marionnettiste. Le seul et vrai Président ÉLU de la RDC est Martin Fayulu. Il a gagné haut la main l'élection présidentielle du 30 décembre dernier. La démocratie n`a jamais été la transmission du pouvoir d`un Président illégitime à  un autre Président illégitime nommé par lui. Les Bena Mpuka, Talibans, Nazis, Fachos et Ethno-tribalistes de l'Udps sont irascibles. Ils justifient le vol des voix, le hold-up électoral mieux le putsch-électoral de Félix Tshilombo Bizimungu par des arguments tribaux. Et dire que certains vivent aux Etats-Unis, Canada, France, Belgique, Afrique du Sud...des pays où la démocratie est ancrée dans la vie quotidienne. Comment peut-on vivre dans un pays démocratique et cautionner la tricherie et fraude électorale dans son pays d'origine, la République démocratique du Congo ? Même des universitaires sur qui nous comptions pour redresser le pays deviennent des justificateurs de vol des voix du peuple congolais. Ils affichent un triomphalisme malsain. Dans une République, c'est le peuple qui gagne. Au Congo, avec le putsch-électoral de Félix Tshilombo Bizimungu, c'est le Grand Kasaï qui a gagné contre les autres congolais. Tout congolais lucide qui émet une critique est immédiatement attaqué, insulté, injurié et menacé de mort par les Bena Mpuka et Talibans. Nous sommes abasourdis ! Félix Tshilombo Bizimungu Choisi et Nommé par Alias Kabila, proconsul au Congo de Paul Kagamé le dictateur Rwandais et Hitler Africain. Depuis la nomination de Tshilombo, le petit pseudo-président vadrouille. Le Joufflu faussaire n'a pas l'effectivité du pouvoir. Pas de gouvernement dont on sait que les ministères régaliens iront au FCC, pas de fermeture des cachots d'ANR-la Gestapo d'après sa promesse de campagne, loge dans une petite villa à  la cité de l'OUA le palais présidentiel n'est pas sa résidence officielle, son cortège est constitué des Bana Mura la garde prétorienne qui a commis des massacres au Kasaï...Tshilombo avait promis s'il est élu de s'installer à  l'Est de la RDC, s'était-elle une promesse en l'air ? Après avoir volé les voix du peuple congolais, disons son putsch-électoral, il faut dire que Félix Tshilombo Bizimungu n'a ni parole, ne mérite ni considération ni respect!

Le marionnettiste Alias Kabila et son guignol Félix Tshilombo Bizimungu

Félix Tshilombo qui NOMMÉ après un honteux deal est illégitime, il n'a pas la légitimité du souverain primaire. Il est un guignol entre les mains du marionnettiste Alias Kabila. C'est le prix à  payer pour s'asseoir sur le fauteuil présidentiel sans imperium. Félix Tshilombo Bizimungu sait qu'il n'a pas été élu. Sa marge de manœ“uvre inexistante. Il est le masque d'Alias Kabila qui garde tous les pouvoirs. Il n'est qu'un président étiquette et protocolaire. Il n'a décision sur rien et de rien. C'est alors pour sauver la face qu'entre en danse sa milice des Talibans, Nazis, Fachos et Ethno-tribalistes de l'Udps qui orchestrent une campagne d'intoxication clamant que Martin Fayulu Président élu et victime d'un putsch-électoral, est l'homme des impérialistes tandis que Félix Tshilombo, Alias Kabila, Yoweri Museveni, Paul Kagamé sont des panafricains. Un panafricaniste aime l'Afrique avec ses 54 pays, sa diversité culturelle et continentale, le peuple d'Afrique, source et richesse du continent. Des présidents panafricains n'engagent pas une guerre chez les voisins. Ils essayent de trouver des solutions dans la sagesse africaine lorsque la case du voisin brà»le. Alias Kabila, Paul Kagame et Yoweri Museveni sont responsables de plus de 12 millions des morts congolais. Les compatriotes sont devenus réfugiés dans leur propre pays, la République démocratique du Congo. Alias Kabila, Paul Kagame et Yoweri Museveni sont des pillards et receleurs des ressources de la RDC.

L'Ougandais Yoweri Museveni et le Rwandais Paul Kagame sont deux autocrates-dictateurs dans la région des Grands Lacs

Le panafricanisme est une idée politique et un mouvement qui promeut et encourage la pratique de la solidarité entre les africains où qu'ils soient dans le monde. Le panafricanisme est à  la fois une vision sociale, culturelle et politique d'émancipation des africains et un mouvement qui vise à  unifier les africains du continent et de la Diaspora africaine en une communauté africaine globale. Le cœ“ur de son principe est la croyance que les peuples d'Afrique et de la Diaspora partagent une histoire et une destinée commune et que leur progrès social, économique et politique est lié à  leur unité. Son objectif ultime est la réalisation d'une organisation politique intégrée de toutes les nations et peuples d'Afrique. Le mot `` panafricain » est apparu à  la fin du XIXe siècle lors de la préparation de la Conférence panafricaine de 1900. Historiquement, l'idée se développe en réaction aux conséquences du démantèlement progressif de l'esclavage en Amérique. L'expansion du panafricanisme se retrouve dans les écrits et discours de quelques figures fondatrices, parmi lesquelles Edward Wilmot Blyden et Anténor Firmin. Le panafricanisme souffre d`être un concept élitiste. Il a germé dans l`esprit d`intellectuels, a été porté par les classes éduquées et n`a jamais vraiment réussi à  pénétrer les classes défavorisées du continent. Nous n`avons jamais eu à  apprendre à  nous sentir africains. Cela a été naturel. Nos expériences historiques respectives permettent une compréhension unique, au-delà  des barrières du temps et des distances. Le panafricanisme ne devrait plus être un projet émotionnel, mais ce sentiment naturel d`un destin commun est un puissant levier dont il est urgent de se saisir pour bà¢tir un projet politique crédible, rationnel et ambitieux.

#JesuisKisangani

La guerre des six jours est une succession d`affrontements meurtriers entre l'armée ougandaise et rwandaise à  Kisangani du lundi 5 au 10 juin 2000 en République démocratique du Congo durant la Deuxième Guerre du Congo. La ville de Kisangani avait déjà  subi des affrontements entre les troupes rwandaises et ougandaises en aoà»t 1999 et le 5 mai 2000. Mais les affrontements de juin 2000 furent les plus meurtriers et ont sérieusement sinistré une grande partie de la ville de Kisangani avec plus de 6 600 obus tirés, plus de 1 000 morts, au moins 500 blessés et quelques 800 bà¢timents détruits. Et les Nations unies avait reconnu, dès le 16 juin 2000, "la violation de la souveraineté et de l`intégrité territoriale de la RDC". 19 plus tard, la population de Kisangani attend toujours des autorités congolaises et de la communauté internationale la vérité sur les circonstances qui avaient conduit à  ces affrontements entre deux armées étrangères sur le territoire congolais. Les crimes de guerre et les crimes contre l`humanité commis à  Kisangani sont classés dans les oubliettes.

Les populations congolaises de Kisangani attendent toujours leurs indemnisations

Il y a deux ans sur son compte Facebook, un jeune rappeur congolais Alesh (il avait 15 ans à  l'époque) dit vouloir écrire un chapitre occulté des livres d`histoire. `` Kisangani, c`est vraiment ma ville et ça me fait mal de voir un épisode aussi grave passer inaperçu. On ne veut pas que les gens nous raconte une autre version de l`histoire, on veut l`écrire et la raconter telle qu`on la vécue. J'invite tous les ressortissants de Kisangani ayant connu la guerre de 6 jours en 2000 entre les armées Rwandaise et ougandaise de partager pendant 6 jours, soit des photos, soit leurs histoires pour que le monde n'oublie pas le tort irréparé qui nous a été causé. Utilisez 2 hashtags pour que l'on retrouve facilement nos histoires #Joubliepas et #Kisangani6Jours Je ne saurais identifier tout le monde, donc aidez moi à  mentionner vos amis en commentaire pour que tout le monde ait l'info.

Un soudard Ougandais à  Kisangani lors de la guerre de 6 jours en 2000

Témoignons et dénonçons pendant 6 jours! Au troisième jour de la guerre, Alesh est cloué à  la maison avec ses parents et le reste de sa famille : `` Très tà´t au levé du jour, les Rwandais devant notre maison commencent à  bombarder les positions ougandaises se trouvant à  environ 100 m. Plus de 30 obus projetés à  partir de chez nous, dans le quartier Plateau Boyoma. Je suis à  deux doigts de me pisser et de me chier dessus. Les Ougandais étaient super doués en calculs de trajectoire et ils décidèrent de répliquer. Ils vont lancer trois obus en réponse et forts de notre expérience de trois jours de ligne de front, après avoir entendu partir trois coups d`obus, nous savions qu`il fallait compter trois détonations d`explosion pour être sà»r que les trois bombes avaient explosé et que notre tour n`était pas encore arrivé. Le premier obus explose dans le voisinage. Le deuxième aussi… et le troisième atterrit dans la chambre où mon frère Patrick, ma sœ“ur Rachel et moi étions cachés. Car mon père avait décidé que l`on soit dispersés dans la maison. Grosse fumée, grosse poussière, ça sent le brà»lé… Je ne vois plus rien ! J`ouvre grand mes yeux mais impossible de voir quoi que ce soit. Connaissant par cœ“ur la géographie de la maison, l`instinct de survie me pousse à  ramper aussi rapidement qu`un cafard en danger. Je voulais m`enfuir et rejoindre ma mère qui était dans le couloir. Rampant à  l`aveuglette, voulant atteindre la porte de la chambre, quelqu`un m`attrape par la jambe ! Ma peur décuple d`intensité ! Je donne le coup de pied le plus intense avec le peu de force qui me reste… mais la personne ne me là¢che pas ! C`était ma sœ“ur Rachel. Elle s`accrochait désespérément à  moi pour pouvoir se sauver elle aussi. Je ne sais pas comment nous sommes sortis de là  vivant… »

Le rappeur congolais Alesh qui a lancé l'opération #JesuisKisangani il y a deux ans

`` Serge est mort dans mes bras »! `` Cette triste histoire jetée dans les oubliettes par ses commanditaires hante nos esprits car cette guerre injuste à  meurtrie nos cœ“urs, commente de son cà´té Fiston Katerus, à  l`appel lancé par le rappeur congolais. Comme l`initiateur de la campagne, Fiston Katerus était à  Kisangani à  l`époque. Il avait 21 ans. `` Les Ougandais avaient décidé de faire de notre quartier leur QG. Avec mon hà´te et d`autres amis, nous voulions traverser le pont Tshopo quand l`armée rwandaise s`est pointée de l`autre coté en tirant sur les troupes ougandaise qui étaient sur le pont. Beaucoup de gens sont morts, dont l`un de nos amis. Ils ont été touchés par des balles perdues. Ils sont restés là  et nous sommes rentrés en courant chez mon ami où je suis resté deux nuits. Mercredi 7 juin, donc le troisième jours de la guerre, je décide de rentrer chez ma mère. Sur ma route, je rencontre mon ami Serge Longandi. Avec lui, nous empruntons la Zéro avenue pour contourner les militaires et leurs embuscades que les Rwandais appelaient hambuchi. L`idée était de s`abriter à  nouveau chez une famille que je connaissais bien, à  la 10e rue de la commune, mais quand j`ai vu l`état de la maison, j`ai compris que personne n`avait survécu. Alors on a décidé de courir et à  ce moment là , je sens que Serge n`y arrive plus. Une balle l`avait atteint. Il m`a tout juste dit : `` Drangon endelesha bwana kuna isha utani lamikiya na mama yangu et le petit Robert », ce qui veut dire : `` Je ne saurai continuer avec toi papa, mes compliments à  ma mère et mon petit frère Robert. » Je l`ai vu mourir, Serge est mort dans mes bras et je ne pouvais rien faire pour sauver la vie de mon ami. Aujourd`hui encore, je me demande si son corps a été pris en charge après ou pas. Ce sentiment d`inachevé m`a dérangé pendant bien longtemps… ».Les 3 raisons pour réfuter que Martin Fayulu n'est pas l'homme des impérialistes

1. Alias Kabila est un impérialiste. Arrivée en République démocratique du Congo dans la gibecière de l'Afdl avec ses bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière. L'imposteur qui a été placé sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources est multi-milliardaire aujourd'hui. C'est le 26 janvier 2001, qu'il a prêté serment comme président en remplacement de son défunt père nourricier qui l'a élevé M'zée Laurent-Désiré Kabila assassiné le 17 janvier 2001 au Palais des Marbres. Il quitte le pouvoir 18 ans après sans que les présumés assassins de son père ne soient jugés. N'y a-t-il pas anguille sous roche ? Alors que le budget national s`élève à  4,5 milliards, Alias Kabila trà´ne sur l`énorme fortune amassée au cours de ses 18 années d'imposture, d'occupation et de prédation à  la tête de la République démocratique du Congo. Selon une enquête de l`agence Bloomberg, spécialiste des marchés financiers, son clan et lui sont à  la tête d`une fortune estimée à  plusieurs milliards et centaines de millions de dollars américains, dont au moins 350 millions dans le secteur minier en 2016. Le clan est également présent dans le pétrole, la construction, ainsi que dans plusieurs autres secteurs. De même, le Groupe d`étude sur le Congo (GEC), dans une étude publiée en 2017, a recensé, sans être exhaustif, pas moins de 80 entreprises entre les mains d'Alias Kabila et de ses proches, ou de sociétés d`affaires. Le cartel familial ferait `` des affaires dans tous les poumons économiques du pays », souligne le GEC. Dans le secteur agricole par exemple, le clan dispose de 73 000 hectares de terre, quand la taille moyenne d`une ferme au Congo est de 1,5 hectare.. Olive Lembe di Sita, épouse d'Alias Kabila, ses deux enfants et 8 de ses frères disposent de 120 permis d`exploitation des gisements : Or, Diamant, Cobalt, Cuivre, ainsi que d`autres minerais de la République Démocratique du Congo. Outre les minerais, le clan Kabila s`impose dans les banques, l`agriculture, la distribution des carburants, le transport aérien, l`hà´tellerie, la fourniture de produits pharmaceutiques et des boites de nuit. Des entreprises du clan Kabila sont installées en outre aux Etats Unis et en Tanzanie et leurs avoirs sont placés dans deux paradis fiscaux : Panama et l`Ile de Nuie, selon l`agence d`Eva Lacoste intitulée ``Le Clan Kabila : Un empire économique parue dans Golias Hebdo N° 513 Semaine du 1 er au 7 Février 2018. Le fait d'avoir vendu l'uranium congolais à  l'Iran et la Corée du Nord n'amoindri pas le fait qu'Alias Kabila est un impérialiste. Autre fait, Alias Kabila clame aujourd'hui que tous les palais présidentiels sont ses propriétés. Et pourtant en 1997, il n'arrivait même pas à  s'acheter une cigarette.

2. Félix Tshilombo Bizimungu est un impérialiste. Le fils Tshisekedi porte un nom qui fut l'espoir de tout un peuple sous la dictature de Mobutu. Le blablateur Tshilombo n'a aucune conviction, il profite uniquement du nom de son père et fait de la politique business. Il n'a jamais milité dans une association pour muscler ses convictions et valeurs républicaines. Il a passé 20 ans de sa vie à  Bruxelles en Belgique, écumant tous les Nganda du quartier Matonge et excellant en école buissonnière. Le corps de son défunt père est dans une morgue à  Bruxelles, voilà  2 ans déjà  sans être enterré. Son deal pour être nommé président de la République, c'est pour enterrer son père avec les moyens de l'Etat. Pardieu, le voleur des voix du peuple congolais Félix Tshilombo Bizimungu est président de 16% de congolais qui ont voté pour lui. Martin Fayulu a obtenu 62%, il est Notre Président ! La légitimité vient du peuple souverain, pas de la fameuse Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) encore moins de l'arrêt de la Cour Constitutionnelle inféodée avec ses juges bleus godillots aux ordres du régime. La souveraineté du peuple est au dessus de toutes les institutions corrompus. Le peuple gagne toujours. Le peuple congolais réclame la vérité des urnes. Avant la campagne électorale Félix Tshilombo Bizimungu était en Ouganda chez Yoweri Museveni et au Rwanda chez Paul Kagamé. Deux dictateurs receleurs des ressources de la RDC. Tshilombo témoigne lui même que l'Ougandais Yoweri Museveni a mis à  sa disposition des moyens financiers et des hommes. Sait-il que l'Ouganda pays agresseur, pillard et receleur de la RDC a été condamné ?

Le dictateur Ougandais Yoweri Museveni

C`est en 2005 que la Cour internationale de justice (CIJ), basée à  La Haye, a rendu son verdict dans l`affaire opposant la République démocratique du Congo (RDC) à  l`Ouganda. La CIJ a donné raison à  la RDC, plaignante, en estimant que l'Ouganda était notamment responsable, entre aoà»t 1998 et juin 2003, de "l'occupation de l'Ituri", de "violation des lois internationales sur les droits de l'homme" en RDC, d'"usage illégal de la force", de "pillages et d'exploitation des ressources naturelles" de la RDC, selon l'arrêt rendu en audience publique à  La Haye, où siège la CIJ. La Cour a également estimé que "par l'action de ses forces armées, qui ont commis des meurtres et des actes de torture et autres formes de traitements inhumains à  l'encontre de la population civile congolaise (...), ont entraîné des enfants soldats, ont incité au conflit ethnique", l'Ouganda a "violé ses obligations en matière de droits de l'homme et du droit international humanitaire". Les forces ougandaises ont "créé un climat de terreur qui envahit le quotidien de la population congolaise", a déclaré Shi Jiuyong, président de la CIJ, au tribunal.

Les pays des Grands Lacs a un monstre dont Yoweri Museveni (la tête), Paul Kagame (le tronc) et Alias Kabila (les pieds) !

L'aide de Yoweri Museveni à  Félix Tshilombo Bizimungu pour soutenir sa campagne était-il particulière ? Ou plutà´t de l'Etat Ougandais ? Malheureusement, les négociations entre le régime Kinshasa sous Alias Kabila et la dictature de Kampala destinées à  trouver les modalités de cette réparation n`ont jamais abouti. Plusieurs événements ont poussé le régime d'Alias Kabila à  privilégier les relations diplomatiques au détriment des questions de justice. L`arrêt n`a toujours pas été mis en application. N'en déplaise à  Tshilombo le dossier RDC contre l'Ouganda ira jusqu'au bout. Yoweri Museveni, 73 ans dont 32 à  la tête de l`Ouganda, a été réélu en février 2016 pour un cinquième mandat de cinq ans avec 61% des voix, au terme d`un scrutin très controversé et dont l`opposition rejette le résultat. Sa propre épouse, Janet Museveni, est ministre de l`Education et des Sports au sein du gouvernement, fort de 80 ministres et secrétaires d`Etat. Muhoozi Kainerugaba, fils de Museveni, est général de division en charge du commandement des forces spéciales. L'impérialiste Félix Tshilombo voleur des voix du peuple congolais demeura dans l'histoire du Congo comme un imposteur et usurpateur. Lorsque sa milice des Talibans scandent des propos outrancier s contre la Belgique, pays d'asile de nombreux membres de l'Udps, on ne se pose plus la question de ces amnésiques Udpsiens.

3. Paul Kagame est un impérialiste. Bourreau et massacreur du peuple congolais, le dictateur rwandais est le créateur des pseudo-rébellions de l'Est de la République démocratique du Congo. Hitler Africain, Paul Kagame a même des soldats au sein de l'armée congolaise, les Fardc, depuis la fusion avec les rebelles pro-rwandais du CNDP et du M23. Paul Kagame est le pire voisin de la RDC, et surtout le pire ennemi du peuple congolais. Son pays, le Rwanda n'a pas le coltan dans son sous-sol mais par pillage et recel de la RDC, le Rwanda de Paul Kagame est déclaré le premier producteur du Coltan ! La dernière enter-loupe de Paul Kagamé envers le peuple congolais est ce communiqué sans précédent que les chefs d'Etat de l'Union africaine ont publié sur la situation en RDC, avant la proclamation fallacieuse de la Cour Constitutionnelle inféodée. On sait aujourd'hui que c'est Paul Kagamé, Président de l'Union Africaine, Hitler Africain et dictateur Rwandais qui a téléphoné à  Alias Kabila pour lui donner la stratégie de proclamer Félix Tshilombo Bizimungu pseudo-président . Il fallait couper l'herbe sous les pieds de la délégation de l'Union Africaine qui devait se rendre à  Kinshasa. Du Machiavélisme à  la sauce africaine. Les pillages des ressources profitent au Rwanda, à  l'Afrique du Sud...aux pays occidentaux. Les morts congolais, ils s'en foutent ! Et pourtant pour la première fois, l'Union Africaine pouvait montrer à  la face du monde, qu'elle n'est ni un syndicat des dictateurs africains ni une coquille vide. Priver le peuple de son destin est criminel. Le président de l'Union Africaine, Paul Kagame et les présidents des principales organisations sous-régionales sous pressions s'étaient réunis, à  Addis-Abeba, en Ethiopie et avaient demandé la suspension de la proclamation définitive des résultats, car ils notaient, dans leur communiqué, qu'il subsistait des "doutes sérieux sur la conformité des résultats provisoires" donnés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Paul Kagame a torpillé l'initiative de l'Union Africaine. Et le 20 janvier avant la proclamation par l'inique Cour Constitutionnelle, une délégation composée de 4 dignitaires et apparatchiks du régime Alias Kabila s'est rendu à  Kigali: Néhémie Mwilanya Wilondja, directeur de cabinet d'Alias Kabila, Kalev Mutond, le chef des renseignements, Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique d'Alias Kabila et de Corneille Nangaa, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante. Quel arrangement ont-ils signé avec Paul Kagame, dictateur Rwandais pour qu'Alias Kabila ne respecte rien ?

Aujourd'hui l'Udps=FCC=UNC=Cach ! Les Bena Mpuka et Talibans excellent en Fake News. Ils clament partout que Martin Fayulu Président élu est un homme des impérialistes qui veulent piller le Congo et Félix Tshilombo, Alias Kabila, Paul Kagamé et Yoweri Museveni sont des panafricains. Pardieu, Martin Fayulu n'a pas mis ses pieds ni Kigali ni à  Kampala pour réclamer un quelconque soutien. C'est Félix Tshilombo Bizimungu avec l'accord de son allié et partenaire Alias Kabila, qui s'est rendu à  Kigali et Kampala. Et lors de l'accord Cach à  l'ambassade de la RDC entre Félix Tshilombo Bizimungu et Vital Kamerhéon , le 23 novembre dernier, à  Nairobi, n'y avaient-ils pas des conseillers de Paul Kagamé et Yoweri Museveni ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager