Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mercredi 24 février 2021

RDC: Est du Congo, Kagamé-Tshilombo, Kigali-Kinshasa mangent dans la même assiette!

RDC: Est du Congo, Kagamé-Tshilombo, Kigali-Kinshasa mangent dans la même assiette!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Paul Kagmé du rwanda a besoin d'un Tshilombo faible, malléable à souhait au Congo pour continuer de régner. En 25 ans de guerre à l'Est du Congo, le rwanda est devenu le premier producteur du coltan en Afrique, un minerai qui ne trouve pas dans son sous-sol. En 25 ans de guerre, les victimes sont congolaises. Kagame et Tshilombo mangent dans la même assiette, la guerre de l'Est du Congo.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-2

En 25 ans de guerre au Congo, le rwanda est devenu le premier producteur du Coltan, un minerai qui ne se trouve pas dans sous-sol. La guerre à l'Est bénéficie au rwanda et multinationaux pas aux congolais qui en sont les premières victimes. 

Tshilombo n'a pas été élu à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il a fait un odieux deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale. Tshilombo a eu besoin de Paul Kagamé du rwanda pour valider son hold-up électoral. Tshilombo, Monsieur 15% et Opprobre, est silencieux sur des crimes de sang, crimes contre l'humanité et crimes de guerre sur se commettent sur le sol congolais, par la soldatesque rwandaise.

fb-img-1611709891178
fb-img-1613739945370

Tshilombo est le pantin-marionnette et garçon de course de Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, pilleur et receleur des ressources de la République démocratique démocratique du Congo. L'ogre de Kigali, Paul Kagamé et le Nabuchodonosor Tshilombo de Kinshasa mangent dans la même assiette sur les victimes de l'Est du Congo. Ils ont des intérêts communs.

freddy-mulongo-beya

 

Dans une réunion des chefs des renseignements de la RDC et du Rwanda le samedi 13 février, François Beya a déclaré que la délégation congolaise s’est rendue à Kigali pour “défier le monde entier, en particulier l'occident,  qui ne veut pas que les deux pays travaillent ensemble.”  Même son de cloche de la part du général Jean-Bosco Kazura: « lorsque les gens collaborent et travaillent ensemble, rien n’est impossible à réaliser ». FDLR, ADF,  Maï-Maï et autres groupes armés étaient au cœur des échanges. Le Groupe d’experts des nations unies sur la RDC avait alerté en décembre sur la présence de la Force de défense rwandaise (FDR) sur le sol congolais. Ces experts évoquaient même des opérations militaires menées par celle-ci dans le Nord-Kivu entre fin de 2019 et début d’octobre 2020. Ils disaient avoir examiné des éléments de preuve dont des documents, des photographies des images aériennes, en plus d’une vingtaine d’entretiens avec diverses sources. 

A la demande de la Communauté internationale, le Zaïre de Mobutu avait accepté d'accueillir les réfugiés rwandais. Depuis, le drame a commencé et le peuple congolais est le seul à pleurer ses morts, à cause de son hospitalité. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 24 mai 2018

Paris: Paul Kagamé reçu à  l'Elysée !

Que Paul Kagamé, le despote du Rwanda ne se trompe pas, la France n'est pas un "Gaou" ! Comme la République démocratique du Congo, le Rwanda est une ancienne colonie Belge, donc Francophone ! Il n' y a pas plus arrogant que Paul Kagamé, le dictateur Rwandais. Le despote rwandais qui parle mieux la langue de Voltaire, nargue la France en s'exprimant dans la langue de Shakespeare à  l'Elysée, qui n'est pas l'ONU, mais la France. Depuis le génocide rwandais en 1994, Paul Kagamé, le despote de Kigali, a toujours voulu le mea culpa de la France, celle-ci doit reconnaitre ses responsabilités. Cela fait plus de 20 ans que cela dure. En 2011, lors de sa première visite officielle, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères s'était sciemment absenté de Paris, pour ne pas le rencontrer ni lui serrer la main. La haie d'honneur, de la garde d'honneur que Paul Kagamé a eu droit, d'autres avant lui: Mobutu, Kadhafi, Zuma... y ont eu droit, il n'est pas le seul. Le président Emmanuel Macron veut la décrispation entre Paris et Kigali dont le message qu'il a livré à  la presse. Paul Kagamé étant le Président temporaire de l'Union Africaine, le président Emmanuel Macron ne peut pas refuser de le recevoir.

Mesdames, Messieurs les Ministres, Mesdames, Messieurs,

Je me réjouis d`avoir accueilli à  l`Elysée le président de la république du Rwanda, monsieur Paul KAGAME, également président en exercice de l`Union africaine. Cette visite de travail à  Paris fait suite aux deux entretiens que nous avions eus à  New York en septembre puis à  New-Delhi en février dernier.

Le président KAGAME a pu participer tout à  l`heure à  mes cà´tés au sommet `` Tech for Good » où nous avons pu échanger avec les plus grands chefs d`entreprise du secteur sur le rà´le de la technologie et du numérique dans l`accès à  l`éducation, à  l`emploi, à  la santé et nous avons avec le président du Rwanda des priorités partagées sur ces sujets d`avenir. Cette discussion a permis d`abord d`aller vers des engagements très concrets qui ont été pris, mais aussi a permis d`avoir un échange libre avec des dirigeants d`entreprise autour du sommet VivaTech qui mettra pour la première fois à  l`honneur l`Afrique cette année avec non seulement un stand pour l`Afrique mais aussi un stand pour le Rwanda et je reverrai demain matin dans ce cadre le président KAGAME.

Ce dernier est bien conscient de ces enjeux, de l`importance des ruptures technologiques y compris pour le continent africain et à  ce titre l`exemple donné par son pays est particulièrement illustrant puisqu`il a su ces dernières années, dans une formidable accélération à  la fois en termes d`équipements et de qualifications dans le pays, montrer que le numérique n`était pas réservé à  certaines latitudes ou certains continents. C`est un exemple suivi par de nombreux pays africains et qui va continuer à  la fois en termes d`innovations mais aussi en termes de talents, le succès il y a quelques semaines du Next Einstein Forum à  Kigali en témoigne si besoin.

dd Nous avons décidé avec le président KAGAME de travailler ensemble de manière pragmatique sur les sujets d`intérêt entre nos deux pays et ils sont nombreux. C`est ce que nous avons longuement évoqué ensuite dans l`entretien bilatéral qui nous a réunis. La paix et la sécurité en Afrique, le soutien à  l`innovation, le climat et l`environnement, les sujets linguistiques et éducatifs en sont quelques illustrations. Il ne s`agit en aucun cas de sous-estimer les difficultés du passé et la complexité de la relation bilatérale mais au contraire, je crois pouvoir dire que notre volonté c`est d`assumer cette complexité, de savoir la surmonter et de penser à  l`avenir de nos jeunes générations qui est à  construire ensemble. C`est ce vers quoi nous voulons tendre, cela prendra sans doute du temps, mais je crois pouvoir dire que nous avons tout à  la fois la sincérité de l`engagement et la volonté de faire.

Aujourd`hui ce qui nous rassemble au-delà  de l`échéance de cette semaine en matière de technologies et d`innovations ce sont les questions de paix et de sécurité en Afrique. Le président KAGAME en tant que président en exercice de l`Union africaine s`est personnellement engagé avec détermination en faveur d`une réforme de l`Union africaine, car il est une conviction que nous partageons absolument avec le président, c`est la nécessité pour nous Européens d`une part, et Africains d`autre part, d`assumer nos responsabilités et notre sécurité. Et nous croyons aussi pour cela dans un multilatéralisme fort. C`est le sens de votre engagement, Monsieur le Président, à  la tête de l`Union africaine et c`est le sens de mon engagement au sein de l`Union européenne et aux cà´tés de nos partenaires africains. C`est le sens d`ailleurs depuis un an de l`action que je mène en lien constant et permanent avec l`Union africaine et nombre de ses Etats membres.

A cet égard, je suis convaincu qu`il est dans notre intérêt collectif de soutenir le renforcement, et donc le financement pérenne et prévisible des opérations africaines de paix. Je m`y suis déjà  engagé à  plusieurs reprises, nous sommes convenus de travailler étroitement ensemble sur cette question essentielle et je me rendrai d`ailleurs sur ce sujet principalement mais pas uniquement au sommet de l`Union africaine à  Nouakchott début juillet où nous aurons donc l`occasion de nous retrouver. Le Rwanda joue également un rà´le essentiel au maintien de la paix sur le continent africain et je veux ici le remercier pour son engagement tout particulier.

Nous avons évoqué plusieurs crises actuelles où le rà´le, le travail du président KAGAME est important, et l`action conduite avec plusieurs autres Etats sera soutenue par la France. Je pense en particulier à  la République centrafricaine, qui a plus que jamais besoin de la mobilisation de tous les acteurs internationaux, régionaux, nationaux et sur laquelle nous avons décidé de nous coordonner et de nous concerter très étroitement pour soutenir l`action de l`Union africaine. Nous sommes convenus de davantage nous concerter pour s`assurer que la Centrafrique ne bascule pas dans un nouveau cycle de violences et d`instabilité.

Nous avons aussi évoqué la situation dans la région du Sahel dont vous savez combien elle est notre priorité, où là  aussi le travail est très étroit avec l`Union africaine depuis le début. Nous avons je crois ces dernières années eu de vrais progrès à  travers la structuration des forces du G5 Sahel et le déploiement de l`Alliance pour le Sahel. Mais nous souhaitons faire encore davantage et l`intervention de l`Union africaine de manière concrète en termes de formation des troupes et l`initiative en accompagnement est tout à  fait souhaitable.

Nous avons aussi évoqué la situation en République démocratique du Congo, la position de l`Union africaine et des pays de la région est pour moi essentielle. J'y suis très attaché, et je peux dire ici que nous partageons constamment analyse et position et que la France soutient l`initiative prise par le président de l`Union africaine en lien étroit avec le président angolais.

Enfin, sur les sujets de climat nous avons eu à  plusieurs reprises l`occasion d`échanger. Nous partageons un engagement déterminé en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, pour le développement durable et l`environnement et je veux ici remercier à  nouveau le Rwanda d`avoir voté en faveur de la résolution du Pacte mondial pour l`environnement adopté à  une très large majorité à  l`Assemblée générale des Nations Unies il y a deux semaines. La prochaine étape ce sont les négociations que nous souhaitons ouvertes et inclusives et je souhaite que nos partenaires africains y prennent toute leur place mais cet engagement était aussi très important pour nous.

Lire la suite...

Partager sur : Partager