Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mardi 26 mai 2020

RDC: Le silence assourdissant de Jean-Pierre Bemba et ballet diplomatique à sa résidence doit interpeller !

RDC: Le silence assourdissant de Jean-Pierre Bemba et ballet diplomatique à sa résidence doit interpeller !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Bemba 1.jpg, mai 2020

Jean-Pierre Bemba aura beaucoup déçu le peuple congolais qui l'a aussi beaucoup pardonné. Dans la situation actuelle de la RDC, où Alias Kabila a placé son pantin-marionnette à la tête du Congo pour mieux le manipuler, que peut JP Bemba ?

Il est le Seigneur de guerre, que ses fourmis rouges avaient mis en débandade les ampicilines d'Alias Kabila, après la proclamation de faux résultats de l'abbé Apollinaire Malu Malu lors de l'élection Louis Michel 2006. Jean-Pierre Bemba avait accepté l'inacceptable. Après un entretien avec Louis michel dans sa résidence à Bruxelles, il a été cueilli par la police belge pour la Cour Pénale Internationale (CPI). Après 10 ans d'emprisonnement, il est rentré à Kinshasa et a été empêché d'aller dormir dans la résidence familiale. C'est sur une chaise qu'il a passé sa première nuit après son retour.

Ayant accepté que le Sénat congolais lui paye son argent, Bemba a retrouvé son poste de Sénateur, il a reconnu illicitement la légitimité d'Alias kabila.

Depuis la nomination d'Angwalima tshilombo Tshintuntu Tshifueba comme président nommé, les choses vont de mal en pire. Jean-Pierre Bemba vient d'essuyer une fin de non recevoir pour le paiement de ses frais de rétention à la CPI.

Qu'augure le ballet diplomatique à la résidence de Jean-pierre Bemba à Kinshasa. JP Bemba est-il l'homme de la situation actuelle où Angwalima Tshilombo et Alias Kabila sont en guerre déclarée ? Pourquoi tous ces ambassadeurs chez Jean-Pierre Bemba ? Avec son carnet d'adresse de Seigneur de guerre, il est le seul qui peut en découdre avec Alias Kabila. En a-t-il le courage et la volonté ? Il faut un "Coupage" spécial pour Jean-Pierre Bemba, il finira par enfiler son treillis militaire ! la solution du Congo est dans le problème du Congo.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 26 mars 2020

RDC: Quel héritage de Me Jean-Joseph Mukendi au Congo ? Son neveu Angwalima Tshilombo Tshintuntu catapulté sur le trône du Congo!

RDC: Quel héritage de Me Jean-Joseph Mukendi au Congo ? Son neveu Angwalima Tshilombo Tshintuntu catapulté sur le trône du Congo!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 4.jpg, mar. 2020


Personne à risque, il était allé en France pour un check-up et a, par la même occasion, contracté le Covid-19, d'après les membres de sa famille. A son retour à Kinshasa, les difficultés respiratoires ont commencé et le Coronavirus l'a emporté. Si sur le plan humain, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a été sympathique, courtois voire respectable et respecté. Sur le plan Congo, notre pays, son héritage est monstrueux. Election du 30 décembre 2018: Accompagné d'une quarantaine d'avocats, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba est allé à la Cour Constitutionnelle défendre le putsch électoral de son neveu Angwalima Tshilombo, faussaire, fraudeur, tricheur, imposteur, usurpateur, traître et collabo pour en faire Président Nommé de la République démocratique du Congo. Quelle monstruosité ! Il nous laisse à la tête du pays, un nullard-médiocre et incapacitaire Angwalima Tshilombo, pseudo président étiquette, qui ne contrôle et dirige rien. Il est le pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila qui l'a nommé. Bénéficiaire d'une Nomination Électorale est un Tshintuntu-Tshifueba, rien de plus.

Emporté par le coronavirus, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba allait sur ses 74 ans. Il était le chef par intérim du conseil consultatif juridique de son neveu à la présidence usurpée.

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 5.jpg, mar. 2020

Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba est l'homme orchestre des négociations secrètes et occultes entre l'Udps et le régime d'occupation et d'imposture d'Alias Kabila à Venise, Ibiza, Paris, Bruxelles et Kinshasa. Le tweet de Néhémie Mwilanya sur le FCC-Officiel est révélateur : "Me Mukendi fut un des artisans du dialogue de Venise, entre l’Udps et la MP en 2015. Il a contribué, à la mise en place d'un processus électoral apaisé. Sincères condoléances à sa famille biologique,à sa famille politique et à l'ordre national des avocats".

Néhémie Mwilanya Wilondja, coordonnateur du Front Commun pour le Congo (FCC) n'est rien d'autre que l'ancien directeur de cabinet d'Alias kabila et son bras droit. Donc l'homme de kingakati remercie Me Mukendi à travers son homme de main , néhémie Mwilanya pour l'avoir aidé à demeurer deux années de plus, en toute illégitimité et impunité alors qu'il était fin mandat depuis 2016.

Donc pendant que le peuple congolais décriait le régime d'occupation et d'imposture d'Alias Kabila. Pendant que le peuple congolais était massacré dans la rue pour avoir réclamé l'instauration de la démocratie...pendant que les jeunes Rossy Mukendi, Thérése kapangala que les prêtres étaient dénudés dans des paroisses...Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba étaient chef de délégation de l'Udps, dans des palaces à Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles entrain de négocier avec des tortionnaires du régime d'Alias Kabila !

Grand avocat respecté ? Pour son ventre et sa famille, pas pour le Congo. Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a contribué à ce que le Congo est aujourd'hui. Après 18 ans, d'un homme qui arrivé au Congo avec ses bottes de jardinier et sa kalachnikov en bandoulière: Alias Kabila ! Nous voilà avec un ancien distributeur des prospectus et pizzaïolo à la tête du pays. Simplement parce qu'Angwalima Tshilombo est son neveu. La fibre tribale y est pour quelque chose.

Pourquoi Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba qui s'est ramené avec une cohorte d'avocats, pour montrer sa puissance n'a-t-il pas pensé un seul instant de confier le pays à l'un de ses avocats ?

A 74 ans, il s'attendait à être nommé Président de la Cour Constitutionnelle afin de préparer et pérenniser la fraude électorale de son neveu. C'est pourquoi donc que Kabunda wa Kabunda, le Kasaïen faux Katangais déclarait qu'Angwalima Tshilombo sera président du Congo jusqu'au retour du Christ ? Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba était donc l'homme orchestre de cette machination contre la République ? Coronavirus est passé avant, on ne saura jamais tout ! 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 22 mars 2020

RDC: Covid-19, les "Shégués" et "faseurs" de Kinshasa, premiers oubliés de Tshilombo!

RDC: Covid-19, les "Shégués" de Kinshasa, les enfants de la rue, et les adultes sans domicile fixe surnommés "faseurs", premiers oubliés de Tshilombo et son régime d'imposture !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger.jpg, mar. 2020

Dans l'immense marché Gambela, les enfants des rues vivent de petits boulots, une condition pour que les commerçants les tolèrent ©Dominique Viger 

Mourir du Coronavirus et mourir de faim, c'est une double peine. Le peuple congolais est abandonné à lui-même. Les interdictions de rassemblements, les fermetures d'écoles, de bars, de restaurants, les restrictions dans les transports aériens notamment...ne vont pas empêcher le Coronavirus d'avancer.

La République démocratique du Congo n'existe que par le nom. Le Covid-19 dévoile la nudité du Grand Congo: sans infrastructures, hôpitaux, hygiènes, médecins, urgentistes, laboratoires de recherches ...Ventre affamé n'a point d'oreille, le peuple congolais doit aller chercher sa nourriture à la présidence de tshilombo. Il ne doit pas confiner les Congolais chez eux, sans nourriture, eau potable, électricité et soins contre le Coronavirus. Et lui va manger avec ses ventripotents collaborateurs à la présidence. Le Congo appartient à tous les Congolais. Pas uniquement aux imposteurs et usurpateurs en cols blancs.

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger4.jpg, mar. 2020

Les shégués, enfants des rues, enfants sorciers. Les garçons ont souvent sous leur coupe des filles qui se prostituent et tombent enceinte très jeunes ©Dominique Viger 

Monsieur 15%, Angwalima Tshilombo voleur du destin de tout un peuple, bénéficiaire d'une Nomination Électorale est un vrai incapacitaire patenté. Il s'est précipité à volé l'élection de Martin Fayulu alors que ce sans cerveau n'a pas des neurones. Il ne dirige et contrôle rien. Face à la pandémie, Tshilombo préconise des mesurettes pour lutter contre le Coronavirus. Pour les obsèques d'Etienne Tshisekedi, Tshilombo a fait décaisser 10 millions de dollars. Pour ses voyages touristiques comme Magellan national à bord de Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo a dépensé 80 millions de dollars Et pour lutter contre le Coronavirus pour 80 millions d'habitants, Tshilombo débloque 1 million 800 mille dollars !

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger10.jpg, mar. 2020

Au marché Gambela, ce jeune garçon a nettoyé les étals du marché très tôt le matin pour gagner quelques francs congolais après une nuit passée dehors ©Dominique Viger 

La France s'occupe des Français, les Etats-Unis s'occupent des Américains, la Chine s'occupe des Chinois...La RDC abandonne sa population et Angwalima Tshilombo se pavane !

Classe politique irresponsable: Des criminels-bandits cravatés, politicailleurs, ventriotes, mangecrates inconscients qui n'ont fait que voler le peuple congolais, ils appellent au confinement d'un peuple qui n'a rien et vit au jour le jour!

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger5.jpg, mar. 2020

Au centre "ouvert" pour filles, elles s'endorment brusquement, épuisées par une journée rythmée par de petits boulots et les disputes avec les autres shégués, garçons et filles, pour sauvegarder ce qu'elles viennent de gagner et la prostitution ©Dominique Viger 

"Shégués" et "faseurs" vivent dehors, qui pensent à eux ? Que vont-ils devenir avec le Coronavirus ?

A Kinshasa, les Shégués, filles et garçons d’âges variables, peuplent nuit et jour les espaces de la mégapole. Chaque jour on peut voir des enfants de la rue qui traînent dans les vêtements élimés, souvent pieds nus, dans les rues où ils se débrouillent en mendiant. En groupe de 5 à12 personnes, ils passent des journées entières dans de grandes artères de la capitale, au quartier commercial et dans tous les petits marchés de Kinshasa.

Ils vendent de petits articles, cirent des souliers, gardent des voitures en stationnement devant les parkings. Parmi eux, on trouve des voleurs, et aussi des mendiants de longue expérience.

Au Congo, chaque enfant de rue a sa propre histoire ! Certains se retrouvent à la rue parce qu’ils sont orphelins, d’autres parce qu’ils sont dans une famille recomposée et qu’on ne veut plus d’eux. Il y a aussi tous ceux qui sont une charge économique trop lourde pour leurs parents.

Les jeunes constituent plus de la moitié la population congolaise. Le pays compte de nos jours plus de 70 000 enfants de la rue, dont environ 24 000 à Kinshasa.

La rue a ses codes, ses lois. Pendant des jours voire des semaines, les Yankees martyrisent les nouveaux venus « afin de les endurcir ». C’est un rite de passage, « le baptême », comme ils disent. « Ils les sodomisent et leur tailladent le corps avec des lames de rasoir avant d’uriner dessus »

La Convention internationale des droits de l’enfant, ou Convention relative aux droits de l’enfant, est un traité international adopté par l’Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, le 20 novembre 1989 dans le but de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants. la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) a 31 ans d’existence. Elle repose sur quatre principes :
la non discrimination ;
l'intérêt supérieur de l'enfant (l'enfant devient un "sujet de droit" et n'est plus un "objet de droit") ;
le droit à la vie, à la survie et au développement ;
le respect des opinions de l'enfant sur toute question qui le concerne.
Elle contient un ensemble de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels applicables aux enfants dont notamment :

le droit de vivre en famille, d’être entouré et aimé ;
le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité ;
le droit d’être soigné, protégé des maladies et de la malnutrition ;
le droit à l’éducation ;
le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation ;
le droit à un niveau de vie suffisant ;
le droit de ne pas faire la guerre, ni de la subir ;
le droit d’avoir un refuge et d’être secouru ;
le droit de jouer et d’avoir des loisirs ;
le droit à la liberté d’expression et de pensée.
Elle est complétée par trois protocoles facultatifs :

sur l’implication d’enfants dans les conflits armés ;
sur la traite de la vente d’enfants, de la prostitution et de la pédopornographie ;
sur la procédure permettant à tout enfant de déposer une plainte directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations unies, lorsque tous les recours ont été épuisés dans son pays.

Voués à eux-mêmes, les "Shégués" ne bénéficient d'aucune considération de la société et sont victimes de la marginalisation.

L’origine du terme shégué, que les jeunes n’utilisent pas entre eux, est incertaine. Certains disent que ce serait une abréviation de Che Guevara, en hommage au révolutionnaire cubain. D’autres, plus nombreux, que le mot viendrait du haoussa, une langue souvent parlée par les commerçants venus d’Afrique de l’Ouest et qui signifie « bâtard ».

Entre eux, les enfants ne disent pas qu’ils appartiennent à un groupe ou une bande, mais à une écurie. Ils survivent grâce à la mendicité, de petits larcins et, pour les filles, de la prostitution si elles ne sont pas rackettées. Pour tenir dans cet enfer, les enfants fument du chanvre ou prennent du “36 oiseaux” [de la poudre de tabac appelée aussi Tumbaco]. Ils sniffent de la colle et boivent du lotoko, un alcool artisanal.

Les shégués, qui ne sortent pas de la rue avant l’âge de 15 ou 16 ans, rejoignent parfois les Kulunas, ces gangs ultraviolents qui depuis une quinzaine d’années dictent leur loi à coups de machette dans plusieurs quartiers de la capitale. Ceux qui réintègrent leur famille ou restent dans les centres de réinsertion gardent une chance de se forger un avenir.

Le Coronavirus est un virus dangereux qui tue et décime des populations. Hier, l'Italie, pays plus historique et développé a incinéré 800 morts, que dire du Congo en cas de propagation de la pandémie ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 21 mars 2020

RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 3.jpg, mar. 2020

La population est la première richesse d'un pays. Le gouvernement normal, responsable et non de pacotille a l'obligation de protéger son peuple. Certes, la République démocratique du Congo n'est pas préparé contre le Covid-19. Avec cette pandémie qui extermine des populations, la question demeure: le Congo a combien des médecins, infirmiers, lits, machines respiratoires...pour s'occuper des malades et accompagner le pays, dans cette période de confinement ?

Freddy Mulongo-Coronavirus3.jpg, mar. 2020

Sommes un peuple stupide et sans scrupules ? Pourquoi accepter qu'un conglomérat d'arrivistes, parvenus, politicailleurs, ventriotes, véreux et mafieux prennent en otage tout un peuple?

Avec 1,8 millions de dollars américains pour lutter contre le Covid-19 pour une population de 80 millions d'habitants ? Le gouvernement de Tshilombo est cynique, diabolique, machiavélique et satanique.

Le peuple congolais vit avec -1 dollar par jour. Il n'a ni eau potable ni électricité ni transport en commun...les Congolais vivent au jour le jour. Et ces politicards-droitards sans cœur donnent des directives sans budget ? Depuis l'annonce alambiquée de Tshilombo pour le confinement, les prix des denrées alimentaires ont grimpé l'ascenseur. Des familles ne savent pas où donner la tête.

Freddy Mulongo-Kinshasa.jpg, mar. 2020

Alias Kabila, le barbu de Kingakati qui a nommé Angwalima Tshilombo, après un odieux deal contre le peuple congolais, touche 680 000 dollars par mois et à vie !

Un simple décret de Bruno Tshibala a octroyé des avantages colossaux aux anciens ministres sortants. 400.000$ de rente annuelle pour les anciens présidents de l'assemblée nationale !

Plus de 5 millions pour les funérailles d'Étienne Tshisekedi wa Mulumba "Mula Nkwasa" pour le mausolée et les cérémonies.

Gilbert Kankonde, Ministre de l'intérieur de Tshilombo avait préconisé un budget de 9 millions de dollars uniquement pour des extincteurs.

André Kabanda, ministre attaché à la présidence usurpée de Tshilombo avait proposé un budget de 6 millions de dollars pour fêter le 1 an de passation pacifique du pouvoir. Alors qu'il y a eu deal et que Tshilombo est bénéficiaire d'une Nomination Électorale.

La disparition de 15 millions de dollars dans les tiroirs de la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo n'émeut personne. Pour l'avoir dénoncé, Mike Mukebayi croupit à la prison de Makala. Député provincial et ancien journaliste, il est le premier prisonnier politique personnel de Tshilombo, voleur du destin de tout un peuple.

Octobre 2017, la société Fleurette Mumi, propriété de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, consent à prêter à la Gécamines 200 millions d’euros. Une première tranche de 128 millions d’euros est versée. Six mois plus tard, en avril 2018, ce prêt arrive à échéance. Mais l’entreprise minière refuse de rembourser la somme. Selon les avocats de la Gécamines, s’acquitter de cette dette alors que Gertler est soumis à des sanctions du Trésor américain depuis décembre 2017 exposerait la Gécamines à des sanctions. Où sont les 200 millions d'Albert Yuma ?

Empruntant souvent Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo, le grand pavaneur et touriste impénitent a effectué le tour du monde: 80 millions de voyages inutiles et dispendieux !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 17 mars 2020

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police helvète !

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police suisse

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 4.jpg, mar. 2020

Né le 22 juillet 1950, Jean-Pierre Kambila kankwende wa Mpunga a 70 ans. Il est donc candidat à risque au Covid-19.

Mais Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga n'est pas n'importe qui! Il est ancien Directeur de cabinet adjoint à la présidence de la république, sous Alias Kabila, l'homme de Kingakati et son régime d'imposture.

Il fait partie de la vague avec She Okitundu, Eddy Mabengi Angulu, Ghislain Demofike Kenda, José (dit-Mi-José) Mutombo Kadi et d'autres politicailleurs ventriotes qui en 1996 ont quitté la Suisse pour rejoindre l'AFDL, avant d'adhérer au PPRD, et à travers le PPRD au FCC d'Alias Joseph Kabila. Tous ces anciens de Suisse ont oublié que le pays de Guillaume Tell était démocratique.

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 1.jpg, mar. 2020

Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est parmi les 4 compatriotes qui ont le Coronavirus. Il a quitté Lausanne, où il s'était déjà acheté une résidence pour Kinshasa le 15 mars 2020 en transitant par Brazzaville.

Depuis que la Suisse a appris la nouvelle de la positivité de Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga au Coronavirus, sa résidence a été visitée à Lausanne par la police suisse et les services sanitaires, y compris la boutique exotique que gère son épouse à Genève, ironie du sort qui se trouve sur l'avenue Lausanne !

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 2.jpg, mar. 2020

Cadre du FCC, apparatchik Joséphiste, Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est l'un des nombreux "Ambassadeurs" nommés, sur proposition de Léonard She Okitundu, par Alias Kabila, le 28 décembre 2018, soit le deux jours avant l'élection présidentielle.

Très actif sur twitter, Kambila est parmi ceux qui soutiennent la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo et le maintien de l'alliance contre nature FCC-CACH !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 13 novembre 2019

RDC: Au Cardinal Fridolin Ambongo, la "Vérité n'évolue jamais" !

On ne construit pas un pays ou une nation sur base des mensonges éhontés. Seule la vérité sacrée libère. Félix Tshilombo, Monsieur 15% n'est pas le président "Élu" du peuple congolais. A chaque fois que Tshilombo ouvre la bouche, l'imposteur-usurpateur se justifie. Il s'auto-légitime parce qu'il n'est pas légitime. Tshilombo a reçu l'exploit de diviser le peuple congolais, ce que n'a jamais fait Alias Kabila. Ce dernier est plus puissant qu'avant. Seule la Belgique a officiellement invité Tshilombo, ses 68 voyages qui ont coà»té 97 millions de dollars américains à  la caisse de l'Etat, sont des vadrouilles dans des forums internationaux. Imposteur un jour, imposteur toujours ! Le peuple congolais a massivement voté Martin Fayulu, cela mérite respect et considération. Haro aux politicailleurs, ventriotes, profito-situationnistes qui usent et abusent des mensonges éhontés pour enfariner notre vaillant peuple.

La souveraineté du peuple congolais est au dessus de toutes les institutions et légalités. C'est le peuple souverain qui donne la légitimité d'agir en son nom. La vérité des urnes dépasse la personne de Martin Fayulu ! La vérité des urnes, c'est le peuple congolais, qui le 30 décembre 2018, s'est déplacé massivement pour un changement à  travers la personne de Martin Fayulu. Même nos compatriotes de Beni, Butembo et Yumbi qui ont été abusivement privé de ce droit légal...ont penché pour Martin Fayulu.

La vérité des urnes, c'est le socle sur lequel doit se bà¢tir le présent et l'avenir de la République démocratique du Congo. La démocratie, ce n'est pas la loi du plus fourbe et roublard comme Tshilombo, ce sont des règles applicables et respectables par tous. La démocratie ce n'est pas non plus le putsch électoral comme celui de Tshilombo qui est allé nuitamment aux heures de Nicodème signer un deal avec Alias Kabila pour sa Nomination Électorale.

La démocratie ce n'est pas "Notre tour" comme clament des Bena Mpuka, Ethno-tribalistes Kasaïens, qui cautionnent le hold-up électoral de Tshilombo, le fameux et cupide fils d'Etienne Tshisekedi, qui a volé le destin du peuple congolais, pour gonfler ses joues et son ventre. La démocratie, c'est le respect du choix du peuple, point barre.

Tshilombo, le grand voleur de l'élection du peuple congolais, continue ses villégiatures mondains, pendant que le pays brà»le déjà , à  cause de son escroquerie! La tension est encore vive entre le Front Commun pour le Congo (FCC) et Cap pour le Changement (CACH). Les discussions entre les deux camps sont même interrompues, à  en croire Jean-Marc Kabund, coordonnateur de la plateforme présidentielle, après la vidéo montrant des jeunes arborant la bannière du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) qui brà»lent une effigie de Tshilombo, à  Kolwezi. Mardi dernier, Jean Marc Kabund a mis en garde le FCC qu`il a qualifié “d`un groupe d`individus, d`aventuriers” qui s`il ose "sous estimer l`UDPS, une machine politique", cette dernière peut tout changer à  la minute. En réaction, le FCC s`est dit indigné et a qualifié le propos de Kabund d'irresponsable et d`immaturité politique et se dit prêt à  réagir de manière active et militante.

Le cardinal, archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo et le pasteur François-David Ekofo, qui en toute liberté, avait sermonné les apparatchiks du régime d'Alias Kabila, à  la cathédrale du Centenaire de l`Église du Christ au Congo (ECC), sont deux serviteurs de Dieu de la Vérité, aimés et appréciés par des Congolais. Les deux sont de l'Equateur. Le pasteur François-David Ekofo a été contraint à  l`exil aux Etats-Unis. Bizarrement ni l'ECC ni le Conseil œ’cuménique des Eglises n'ont jamais réclamé son retour au Congo.

Personne en République démocratique du Congo et dans sa diaspora n'ignore la place et le rà´le de l'Eglise catholique romaine dans la vie de notre peuple. Nous sommes plusieurs a avoir étudié dans les écoles et internats catholiques. L'Eglise catholique romaine est au milieu du village certes, elle doit aider la RDC à  ne pas sombrer dans les abîmes sombres de l'enfer. Le cardinal, archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo qui compte garder sa liberté de ton et d'expression: "Ma nomination comme cardinal ne change en rien la nature ma mission. Je reste prêtre et je reste évêque et la dimension prophétique liée à  ma mission demeure intacte. Un cardinal doit être la voix de ceux qui souffrent. Il doit parler quand il le faut. Le devoir de réserve ne s'applique pas à  un prêtre ou à  un évêque. le devoir de réserve s'applique aux diplomates". 10 mois après l'odieux deal qui a bénéficié Tshilombo pour sa nomination électorale, le Cardinal Fridolin Ambongo a clarifié la posture de l'Eglise qui avait contesté les résultats fabriqués et publiés par la fameuse Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) aux ordres du régime d'Alias Kabila qui a fait alliance avec Tshilombo pour sa frauduleuse nomination.

Humblement, le cardinal Fridolin Ambongo explique: "Nous avions dénoncé le mensonge spectaculaire des résultats des élections du 30 décembre 2018. Mais l'histoire évolue. Nous n'allons pas rester accrochés à  la vérité des urnes. Nous devons évoluer. (...) le peuple s'est exprimé pour le changement, fait-il remarquer. Dix mois après, est-ce que ce souhait a-t-il été respecté ? Ce souhait reste intact: la misère du peuple, la souffrance du peuple continuent". C'était sans compter sur la présence des "Quados" et "Coupagistes" journalistes de Kinshasa, à  la solde de Tshilombo, faussaire-fraudeur-tricheur-imposteur et usurpateur, tels des charognards qui ont bondi sur un os et n' ont rien trouvé qu'en sortant la phrase du Cardinal Ambongo de son contexte.

Toute la conférence de presse, du mardi 12 novembre 2019 a été réduit à  ce titre : "Le cardinal Ambongo demande à  Fayulu de tourner la page de la vérité des urnes" ! "Pour ce prince de l'église catholique, la situation a évolué. Il ne faut pas toujours revenir dans le passé avec l'histoire des urnes. Mgr Ambongo encourage toutefois Martin Fayulu dans son initiative de proposer un plan de sortie de crise. L'église ne peut qu'encourager le dialogue pour résoudre toute crise."

Comment peut-on accepter les propositions de Martin Fayulu et réfuter la vérité des urnes pour la sortie de crise? s'interroge le patriarche julien Ciakudia depuis Londres. Pour ce dernier, les deux sont intrinsèquement liés. On ne peut pas parler de la vérité des urnes de Martin Fayulu, sans ses propositions de sortie de crise. L'un ne va pas sans l'autre. Le patriarche Julien Ciakudia qui a été pasteur (Clerc) dans les Eglises d'Etat, au Royaume de la Norvège et Royaume Uni, rappelle que l'Etat congolais est laïc, tout en respectant les confessions religieuses. Sous la deuxième République de Mobutu Sese Seko kuku Ngbendu Waza Banga, quatre confessions religieuses étaient reconnues sur toute l'étendue de la République: l'Eglise catholique romaine; l'Eglise du Christ au Congo-ex-Zaïre, qui fédère les églises protestantes, évangéliques et communautés de réveil; l'Eglise Kimbaguiste et les musulmans.

On ne construit jamais un pays dans des mensonges. Les Évangiles que prêchent des cardinaux, évêques, prêtres, pasteurs, diacres, laïcs...datent de plus de deux mille ans ! La parole de Dieu est inchangée. La prédication des Évangiles ne fait qu'actualiser, la parole de Dieu qui est éternelles. Et les prédicateurs ne font qu'éterniser ce qui est actuel: Dieu et sa parole ! Ceux qui croient en Dieu savent et qui prêchent sa parole n'oublient jamais Luc 4:18 "L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœ“ur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés" . La Sainte Bible rappelle toujours aux Chrétiens que `` Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde... ». Ce passage se trouve dans l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre 5 versets 13 à  16. Il se situe au début du discours sur la montagne (ch. 5 à  7), aussità´t après les Béatitudes. Matthieu a probablement composé son Évangile après la ruine de Jérusalem, entre 70 et 85. Il écrit essentiellement pour des chrétiens d'origine juive, et la communauté à  laquelle il s'adresse, probablement implantée en Syrie, traverse alors un certain nombre de difficultés. Menacée par le doute et la lassitude, elle fait face aux attaques de la synagogue pharisienne et affronte la question de l'ouverture de la jeune communauté chrétienne aux non-juifs. Quel est le sens de la métaphore du sel ? Plusieurs lectures sont possibles, avertit l'exégète Marc Sevin. La Bible fait ainsi parler Dieu d'une `` alliance de sel », c'est-à -dire indestructible. Dans le Livre des Nombres, Dieu déclare à  Aaron : `` C'est là  une alliance éternelle par le sel devant Yahvé, pour toi et pour ta descendance avec toi » (Nb 18, 19). L'expression se retrouve dans le rituel religieux : toutes les offrandes présentées à  Dieu doivent être salées avec `` le sel de l'alliance de ton Dieu ». (Lv 2, 13). Selon cette double lecture, les disciples donnent saveur au monde et en assurent la survie devant Dieu. Mais, s'ils perdent l'esprit des Béatitudes figurant juste avant ce passage, ils perdent toute saveur. Une autre lecture a pu être avancée, prenant en compte une pratique agricole attestée en Égypte et en Palestine : on ajoutait du sel au fumier afin de le rendre plus apte à  féconder la terre. Dans cette perspective, le sel symbolise la sagesse qui rend les hommes plus aptes à  porter du fruit. Cette interprétation s'appuie sur l'utilisation du verbe `` s'affadir », qui signifie littéralement `` devenir stupide », perdre toute sagesse. De même que le sel féconde la terre via le fumier, ainsi les disciples, grà¢ce à  la sagesse reçue de Jésus, donnent aux hommes de porter plus de fruits. Il est enfin possible de retenir la version selon laquelle le sel a un effet stérilisant et purificateur : ainsi celui qu'Élisée jette dans la source de Jéricho assainit les eaux `` jusqu'à  ce jour » (2 R 2, 19-22). L'Évangile de Marc semble reprendre ce principe. `` Ayez du sel en vous-mêmes et vivez en paix les uns avec les autres » (Mc 9, 50). `` Les disciples, dans ce cas, ne sont pas qualifiés d'abord de sel de la terre, explique Marc Sevin, mais invités à  devenir "sages", c'est-à -dire fondamentalement à  "bien mener leur barque" pour éviter les écueils. Or, comment être sage, sinon en étant disciple de celui qui est la Sagesse en personne venant de Dieu, c'est-à -dire le Christ ressuscité ? Ils seront bien ainsi le sel de la terre. Les deux interprétations se rejoignent. » Quel rapport entre la métaphore du sel et celle de la lumière ? L'image de la lumière renvoie, dans le livre d'Isaïe, à  la vocation de Jérusalem, ville lumière placée sur la montagne pour attirer les peuples vers Dieu (Is 60), à  la vocation d'Israà«l, `` lumière des nations » (Is 42, 6 et 49, 6). Pour les auditeurs juifs de l'évangile, c'est la Loi de Moïse qui est lumière du monde (Sg 18, 4). La comparaison avec la lampe, faite pour être vue, souligne que cette lumineuse attirance constitue un devoir pour le disciple de Jésus. La lumière ne doit pas être rangée, comme on le faisait dans l'Antiquité de la lampe que l'on remisait dans un petit meuble (le boisseau) lorsqu'elle ne servait pas. Elle doit être visible, éclairer l'extérieur comme l'intérieur.

Le rà´le de médiation de l'Eglise catholique romaine est appréciable de tous. La CENCO a déployé 40 000 observateurs pour les élections du 30 décembre 2018. Ne négligeons pas le temps de formation, de déploiement, du financement de la logistique que cela a demandé à  l'Eglise catholique romaine de la RDC. Le travail de monitoring a été financé par la Suède, Suisse et l'union Européenne. Le cardinal Fridolin Ambongo est un témoin privilégié car il a été le président de la CENCO qui a publié les vrais résultats. On ne peut pas refuser la vérité des urnes de Martin Fayulu et accepter ses propositions de sortie de crise. La République démocratique du Congo traverse une crise de légitimité sans précédent. Alias Kabila a inféodé la CENI et la Cour Constitutionnelle pour frauder avec la nomination électorale de son vrai dauphin dans la fameuse opposition: Félix Tshilombo.

On ne peut pas refuser la vérité des urnes de Martin Fayulu et accepter ses propositions de sortie de crise. La République démocratique du Congo traverse une crise de légitimité sans précédent. Alias Kabila a inféodé la CENI et la Cour Constitutionnelle pour frauder avec la nomination électorale de son vrai dauphin dans la fameuse opposition: Félix Tshilombo.

Le combat de Martin Fayulu pour la vérité des urnes a son fondement éthique et politique dans sa légitimité lui conférée par le peuple souverain à  travers les urnes et nul ne peut se substituer au peuple pour lui enlever cette légitimité démocratique.

Dans la fraude électorale et fabrication des résultats des urnes, Martin Fayulu fait la différence historique dans les élections en République démocratique du Congo. 1. Election Louis Michel 2006, c'est à  bord d'un char de la Monuc, flanqué d'un gilet pare-balle et d'un casque bleu de l'ONU, que Malu Malu, abbé fraudeur et président de la Commission Électorale Indépendante (CEI) est allé à  la RTNC proclamé ses faux résultats. Jean-Pierre Bemba qui avait gagné l'élection présidentielle face à  Alias Kabila, avait refusé de se battre ayant accepté l'inacceptable !

2. Election de novembre 2011. On voit encore Daniel Ngoyi Mulumba, pasteur tricheur et président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pataugé dans ses bulletins de vote dans le centre de tri à  Limeté. Etienne Tshisekedi wa Mulumba a gagné face à  Alias Kabila. Contre espèces sonnantes et trébuchantes, Tshisekedi a monnayé sa victoire et a capitulé en disant au peuple congolais qui attendait un mot d'ordre: "Bokende Kolala Pongi Ya Ba Bébés" ! Le mot d'ordre n'est jamais venu jusqu'à  sa mort. Jean-Pierre Bemba et Etienne Tshisekedi ne se sont jamais battus pour leur victoire électorale. Martin Fayulu est le premier et seul Congolais qui se bat démocratiquement sans violences, pour sa victoire. Le président Élu, Martin Fayulu marque une distance face à  ce comportement léthargique et complice des occupants-fraudeurs qui imposent leur volonté contre la véritable volonté du peuple congolais exprimée dans des urnes. Pour une fois dans l'histoire de la République démocratique du Congo, Martin Fayulu innove et se bat pour sa victoire volée par Angwalima Tshilombo, voleur patenté. Depuis la proclamation frauduleuse de Tshilombo, fils Tshisekedi, fabrication des résultats par Corneille Nangaa, laïc protestant, homme de Marini Bodho et fameux président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), puis confirmée par la Cour Constitutionnelle inféodée au régime PPRD-FCC d'Alias Kabila. Face à  une machine d'imposture et d'usurpation, Marti Fayulu pacifiquement fait face à  une ligue des imposteurs-usurpateurs et faussaires.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 7 septembre 2019

RDC: Plus de 25 000 enfants Congolais vivent et dorment dans les rue à  Kinshasa !

RDC: Plus de 25 000 enfants vivent et dorment dans les rue à  Kinshasa !

La course à  l'enrichissement illicite du régime illégitime actuel en République démocratique du Congo est criante. La pointe de l'Iceberg d'un vol organisé, pour piller et mettre à  genou, la Nation congolaise... 15 millions de dollars viennent de disparaître à  la présidence usurpée de Angwalima Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, grand Fakwa devant l`Éternel et la Nation. Les inspecteurs des Finances de la République ont été séquestrés, molestés et menacés. L'Etat de droit et la démocratie annoncés avec pompe, par Monsieur 15% qui a bénéficié d'une nomination électorale après un odieux deal contre le peuple congolais, sont des slogans creux. Tshilombo, président Quado et nommé, est et demeure le grand voleur du destin de notre peuple. Il est entré dans l'histoire par la fenêtre, il en sortira par le toit de la maison. Son père, Etienne Tshisekedi wa Mulumba disait le "Peuple d'abord". L'imposteur et usurpateur Félix Pétain Bizimungu Tshilombo clame le "Ventre d'abord" ! Avec ses mafieux voyous, checkuleurs et gangsters, Tshilombo dirige par défi et condescendance, sans aucune légitimité. Depuis que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo a été nommé, peut-il dire quel son salaire ? A-t-il fait la déclaration de son patrimoine ? Si Oui, il faut qu'il dise d'où provient ce patrimoine, puisqu'en Belgique, il vivait avec l'aide de l'Etat, le CPAS ! Avec ses 40 voyages inutiles pour le pays, sait-il qu'il y a plus de 25 000 enfants Congolais qui vivent et dorment dans les rues à  Kinshasa ?

Plus de 25 000 enfants vivent et dorment dans les rues de cette immense ville de Kinshasa. Si beaucoup sont descendus dans la rue à  cause de la misère familiale, d'autres viennent de familles en conflit ou encore ont été accusés de sorcellerie. Ces enfants ne sont-ils que de petits bandits, de petits voleurs, de petits sorciers à  rejeter ? Ou bien seulement des victimes du désordre social ?

Si certains garçons s`adonnent à  des petits travaux tels que le chargement de bus, le nettoyage des véhicules, d`autres, par contre, recourent même aux vols et extorsions, soutient-ils. Quant aux filles, a-t-il indiqué, la plupart se livrent à  la prostitution. Ce qui les expose aux infections sexuellement transmissibles et aux grossesses précoces et non désirées car elles sont à  la merci des violences sexuelles.

`` Ils sont estimés à  plus de vingt-cing mille dont 40% sont des filles, ces enfants subissent toutes sortes de traitements inhumains.

Depuis toujours, la présence des enfants dits `` enfants de la rue » a toujours inquiété la population de la ville de Kinshasa.

Ces enfants abandonnés, délaissés, isolés, des fois même éloignés involontairement de leur famille, par manque d`affection des parents, des souffrances qu`ils endurent, deviennent alors des hommes et femmes sans aucune éducation, des hors la loi.

La sorcellerie, principale croyance. Pourquoi un tel rejet des enfants ? Dans un pays ravagé par la misère, où des politicailleurs-ventriotes viennent à  la politique non pour servir mais plutà´t pour s'enrichir, la misère est une source pour régner sur les plus faibles. Il faut dire aussi que les croyances sont très ancrées dans les mentalités. On fuit le réel pour s'adonner au surnaturel. Les Binzambi Nzambi prà´nent prospérité et vérité. Une sorte d`échappatoire face à  la dure réalité. Les Églises de réveil sont très populaires et exerce une grande influence en République Démocratique du Congo. Dans chaque commune de la capitale, on compte 300 églises en moyenne, presque à  chaque coin de rue. Ces églises sont imprégnés de la culture liée à  la sorcellerie.

La parole des pasteurs, souvent autoproclamés, est très écoutée et peu remise en cause. Chaque malheur ou fait étrange est considéré comme résultant de la sorcellerie. à€ ce jeu là , les enfants sont les cibles privilégiées. Sans éducation, ils peuvent constituer un poids. Au moindre malheur familial, ils sont accusés d`être sorcier. à€ partir de ce moment, le jeune est condamné. Si la famille a les moyens, elle l`amène voir l`un de ses pasteurs (le plus souvent non formé à  la théologie) qui l`exorcise le temps d`un rituel.

L`enfant doit ensuite avouer qu`il est sorcier (un aveu fait sous pression) avant dans la plupart des cas, de se faire chasser de la maison familiale. Une fois dans la rue, il est exposé aux violences physiques, psychiques et sexuelles et se retrouve forcé à  la mendicité ou à  la prostitution (pour la majorité des filles) pour survivre.

Un pays doit penser à  son avenir. Chanter les enfants de rue dans les chansons "Chance Eloko Pamba" ne suffisent pas. M'zée Laurent-Désiré Kabila passer ses Noà«ls et fêtes de nouvel an avec eux, cela n'est pas suffisant non plus.

Kinshasa est le miroir de la République. Les enfants de rue sont présents dans toute la République démocratique du Congo. Voilà  un grand chantier de la République. Une Nation n'a pas pour vocation d'abandonner ses fils et filles au bord des routes. Il faut former et intégrer les enfants de rue dans la République.

Former et intégrer les enfants de rue, ne signifie en cas faire des déclarations tapageuses du type "Gratuité de l'enseignement" comme en a le secret Mabudincrate Félix Pétain Bizimungu Tshilombo: sans études préalables ni planifications. Oubliant que si l'école est gratuite, il faut mieux payer les enseignants et l'Etat doit subventionner les écoles privées.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 26 mars 2019

Kinshasa-Kigali: Félix Tshilombo doit apprendre l'histoire, le traité de Versailles bel exemple!

Vassal de Tutsi-Power, Félix Tshilombo est imposteur-usurpateur

Maréchal Pétain Congolais, négationniste patenté,sans neurones, Felix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, notre Bololé National agent de Tutsi Power et larbin de Paul Kagamé, Hitler africain, doit apprendre l'histoire, pour éviter de continuer à  humilier le peuple congolais. Le temps de ses cuites mémorables à  Matongé à  Bruxelles est révolu. Sa nomination électorale est une escroquerie. Félix Tshilombo n' a jamais été élu. Il est imposteur et usurpateur. Le Dr. Denis Mukwege a été primé le 10 décembre dernier à  Oslo: Prix Nobel de la paix à  cause du travail de réparation des femmes violées par la soldatesque rwandaise. ça aussi Félix Tshilombo Bizimungu l'ignore ? La guerre de basse intensitée que nous subissons depuis 20 ans est avant tout une intox programmée pour nous faire oublier les horreurs que notre pays a vécues et continue de vivre. Le bouquet, c`est notre Bizimungu national qui travaille pour le compte de nos bourreaux et dont la mission primaire semble d`être de réécrire notre histoire et d`absoudre les bourreaux. Alors que le peuple a voté le changement,c'est le Maréchal Pétain Congolais qui est sorti pour la continuité. Sa nomination commence à  produire les effets collatéraux, après les charbons de plantes pour boucher la couche d'ozone à  Nairobi au Kenya, lors de One Planet Summit, avec Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, nous courrons inexorablement vers l`utilisation des charbons de fruits pour lutter contre le réchauffement climatique. On touche le fond !

Aucun Congolais ne refuse de dialoguer avec les Rwanda et Ouganda, pays agresseurs, pillards et receleurs de nos ressources. Il faut des préalables. Ils doivent reconnaître leur agression de la République démocratique du Congo. 12 millions des Congolais sont morts: assassinés, massacrés par la soldatesque Ougando-Rwandaise qui a commis des crimes contre l'humanité sur notre sol. Il fallait que Félix Tshilombo associe la Monusco qui est présente sur notre territoire et intéresser les autres pays africains amis: la République démocratique du Congo est un pays agressé avec 12 millions des victimes. Félix Tshilombo doit apprendre de l'histoire. Le traité de Versailles est un bel exemple.

1. La fin de la Première Guerre mondiale. Le traité de Versailles mettait fin à  la Première Guerre mondiale. Il fut signé, le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du chà¢teau de Versailles, entre l'Allemagne, d'une part, et les Alliés, d'autre part. Le traité avait été préparé par la Conférence de paix (tenue à  Paris, du 18 janvier 1919 au 10 aoà»t 1920) qui élaborait notamment les quatre traités ``secondaires» de Saint-Germain-en-Laye, du Trianon, de Neuilly-sur-Seine et de Sèvres. Bien que cette conférence ait réuni 27 États (vaincus exclus), les travaux furent dominés par une sorte de ``directoire» de quatre membres: Georges Clémenceau (président du Conseil ou premier ministre) pour la France, David Lloyd George (premier ministre) pour la Grande-Bretagne, Vittorio Emanuele Orlando (ministre-président) pour l'Italie et Thomas Woodrow Wilson (président) pour les États-Unis. Ces personnalités ont exercé une influence déterminante dans le traité de paix.

2. Les clauses du traité Le traité de Versailles a imposé à  l'Allemagne des clauses territoriales (par exemple, la restitution de l'Alsace-Lorraine à  la France et la perte de toutes les colonies d'Afrique aux mains de ses rivales, la France et la Grande-Bretagne: le Cameroun, le Togo, le Tanganyika et le Sà¼dwestafrika ou Namibie), militaires (p. ex., le réduction des armements en canons et en avions ainsi que des effectifs, la démilitarisation de la rive gauche du Rhin, la surveillance d'une Commission de contrà´le interalliée) et économiques (en tant que responsable du déclenchement de la guerre, l'Allemagne était condamnée à  payer le montant des dommages subis par les Alliés). Dans l'obligation d'accepter ces dures conditions, l'Allemagne a considéré le traité comme un Diktat. Cette situation humiliante pour les vaincus favorisera les revendications de la part des groupes nationalistes allemands, en particulier chez les nazis, ce qui allait entraîner, d'une part, les conditions d'une revanche, d'autre part, l'avènement de la Seconde Guerre mondiale.

Comme on le constate sur la carte ci-dessous, les grands empires allemands et austro-hongrois ont été disloqués, créant ainsi de nouveaux États tels que la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie. De plus, le traité imposait à  l'Allemagne, la restitution de l'Alsace-Lorraine à  la France et la création du ``couloir de Dantzig» donnant à  la Pologne un accès à  la mer, ce qui coupait la Prusse du reste de l'Allemagne; l'Allemagne perdait aussi toutes ses colonies. Quant à  l'Italie, les puissances victorieuses de la Première Guerre mondiale décidèrent d'annexer à  l'Italie une partie seulement des territoires qui avaient été promis par le pacte de Londres (1915), les États-Unis étant fermement opposés aux clauses du traité de Londres, ce qui bouleversa une grande partie de l'opinion publique italienne en raison de la propagande de la part de la presse nationaliste. Canalisant les mécontentements, Benito Mussolini prit le pouvoir en 1922 et institua un régime autoritaire, militariste et nationaliste en se faisant désigner du titre de Duce (``chef», ``guide». Conformément au principe imposé par le président américain Woodrow Wilson, le traité de Versailles appliquait le ``droit des peuples à  disposer d'eux-mêmes», ce qui impliquait surtout les Polonais, les Hongrois, les Roumains, les Tchèques, les Slovaques, les Slovènes, les Croates, les Serbes, etc., mais pas nécessairement les autres peuples minoritaires que la guerre avait disséminés un peu partout.

3. Le découpage des frontières Le découpage des nouveaux États d'Europe centrale allait susciter des conflits entre les minorités nationales et l'Allemagne humiliée qui ne tarda pas à  refuser cette mauvaise paix. Enfin, la guerre allait entraîner la décomposition de la Russie tsariste pour faire place plus tard à  l'Union soviétique. Devant les désastres de la Grande Guerre et pour empêcher tout nouveau conflit, on créa une assemblée internationale : la Société des Nations. Désormais, les États-Unis et la jeune Russie soviétique s'imposeront au monde. Europe de 1914.

4. Les langues du traité Le traité de Versailles fut rédigé en français et en anglais, les deux versions faisant également autorité. Le texte portait le titre Conditions de paix - Conditions of Peace. C'était la première fois depuis le traité de Rastatt de 1714 (qui mettait fin à  la guerre de Succession d'Espagne) que le français n'était plus le seule langue officielle de la diplomatie occidentale. Cet acte consacrait le français comme langue diplomatique en Europe, puisque la convention de Vienne en 1736 et le traité d'Aix-la-Chapelle en 1748 furent également rédigés en français. Mêmes les traités signés entre des pays dont le France ne figurait pas furent par la suite rédigés en français. C'est pourquoi le traité de Versailles de 1919 constitue une date nouvelle dans la diffusion du français et son affrontement avec l'anglais. Il semble que le représentant de la France, Georges Clémenceau, ait accepté que l'anglais devienne à  cà´té du français la langue de travail de la Conférence de paix de Paris. En raison de sa connaissance de l'anglais — il avait épousé une Américaine et séjourné aux États-Unis — Clémenceau avait accédé à  la demande de David Lloyd George (Grande-Bretagne) et de Thomas Woodrow Wilson (États-Unis); le représentant de l'Italie, Vittorio Orlando, a dà» être d'accord. En réalité, l'argument de poids n'était pas vraiment la mauvaise connaissance du français de la part du président américain Woodrow Wilson, mais le fait que la guerre n'avait été gagnée que grà¢ce à  l'intervention américaine. Il y eut un prix à  payer: ce sont les Américains et les Britanniques qui ont imposé l'anglais comme ``seconde langue officielle» lors des négociations. Leur succès devait avoir des conséquences importantes. Paradoxalement, le Sénat des États-Unis refusa en novembre 1919 de ratifier le traité de Versailles, mais le statut de la langue anglaise venait néanmoins d'être reconnu au plan international avec l'accord de la France. Par la suite, l'anglais supplantera progressivement le français dans la plupart des documents juridiques internationaux.

Lire la suite...

Partager sur : Partager