Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - lilo miango

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 20 juin 2007

Urgence pour le Darfour, les congolais se mobilisent avec Francis Lalanne.

"Apassassa" qui signifie en swahili "maintenant" est l`association créée par Francis Lalanne avec les africains pour soutenir les actions humanitaires des Nations Unies au Soudan.

Ecoutez la chanson "Les casques bleus pour le Darfour" :
 
 
Freddy Mulongo, Francis Lalanne et Wedia lors de la conférence de presse au Cape

 
Freddy Mulongo, Francis Lalanne et Wedia lors de la conférence de presse au Cape 

Né à Bayonne d`un père ingénieur des travaux publics et fonctionnaire international des Nations Unies au Moyen Orient, Francis Lalanne est un artiste pluridisciplinaire.

Citoyen du monde, il déclare :

“quand j`écris des chansons, des poèmes, c`est une façon de m`engager mais qui ne m`engage pas tellement en fait. Aujourd`hui, on a le devoir de s`engager nous devons être les artisans de notre propre destin nous battre nous mêmes pour nous -mêmes.

Dans son best of 2007, disque d`or en mai 2007, il a glissé un tract qui ne va pas sans déranger : Dépolluer la planète. La Chanson "Des casques bleus pour le Dafour" est très engagée, elle dénonce les tueries au Darfour dans l`indifférence générale. Les artistes congolais y ont placé leur voix : Abby Sourrya, Mymy Mavatiku, les filles de maître Jym Makekele.... ; et le texte de la partie en swahili a été écrit par moi sous le regard bienveillant de Lilo Miango, journaliste Congolais.

Pourquoi le swahili ? le swahili est l`une des belles langues africaines, elle fait partie de trois groupes langagières qui permet aux africains de mieux communiquer entre eux sur le continent :

-le Haoussa en Afrique occidentale,

-le Xosas en Afrique australe

-le swahili en afrique de l`Est et centrale.

Trois raisons ont poussés les artistes congolais à se mobiliser pour la chanson "Les casques pour le Dafour" :

-d`abord l`indifférence de la communauté internationale pour les quatre millions des congolais qui sont morts durant les successives guerres d`agression - invasion depuis 1996 dont la République démocratique du Congo est victime.

-Le Congo démocratique a une frontière commune avec le Soudan dans sa partie nord-est.

-Finalement, sans la présence des casques bleus sans aucune doute on ne parlerait plus de la RDC aujourd`hui. Leur intervention a été cruciale pour sauver ce géant aux pieds d`argile placé au cœur du continent.

Francis Lalanne qui a visité Kinshasa dans les années 80 garde encore l`image de la capitale mouvementée mais une ville sans bruits lors qu`on la regarde depuis Brazzaville. Les deux capitales sont séparé du fleuve Congo.


 
Francis Lalanne, Mymy Mavatiku et Lilo Miango (en arrière plan) en studio 

Ecoutez la chanson "Les casques bleus pour le Darfour" : 
 

Les enjeux pétroliers de Darfour

Lors du sommet France-Afrique de février dernier, le Soudan, le Tchad et la Centrafrique s`étaient engagés à respecter la souveraineté de leurs voisins. Depuis 2003, environ deux millions de personnes ont fui le Darfour, et depuis aoà»t 2006, deux cent cinquante mille. Le Tchad voisin est déstabilisé par l`afflux de deux cent vingt cinq mille réfugiés. En quatre ans, le conflit aurait fait quatre cent mille morts. Les équipes humanitaires des Nations unies et des organisations non gouvernementales ont du changer plus d`une trentaine de fois l`implantation de leur camps afin d`échapper aux violences.

M. Jan Pronk, ancien représentant spécial du secrétaire général de l`ONU au soudan expulsé en octobre 2006 par Khartoum pour avoir publiquement critiqué l`armée soudanaise, dans son blog , a levé la voile .Des hauts responsables du gouvernement soudanais m`ont plus d`une fois déclaré avoir comparé les risques que présentait Â pour eux le fait d`obtempérer aux adjurations du conseil de sécurité avec les risques que présentait de refuser. Ne pas obéir impliquait de risquer la confrontation avec la communauté internationale. Mais obéir représentait un autre risque , celui de voir monter en puissance l`opposition intérieure avec le danger de perdre le pouvoir . Ils m`ont dit avoir examiné ces risques et en avoir conclu que ceux qu`ils avaient courus du fait d`obtempérer était beaucoup plus grands que ceux qu`ils prenait en refusant . Et M.Pronk de conclure `` Ils avaient raison ».

Acteur majeur de la géopolitique soudanaise, la chine n`est pas pour rien dans l`inertie internationale au Darfour . La situation commence à évoluer avec les menaces de boycott de jeux olympiques en Chine. Khartoum est le deuxième partenaire commercial chinois sur le continent noir . les échanges bilatéraux représentent 2,9 milliard de dollars en 2006 et Pékin achète 65% du pétrole soudanais.La chine est le premier fournisseur d`armes du régime de M. Al-Bachir. Et ce sont ses fusils qui tuent au Darfour.

Si Paris a longtemps protège Khartoum de l`hostilité "anglo-saxonne" la n`a toujours pas eu de relations privilégiés avec le régime islamiste. Néanmoins la compagnie pétrolière française "Total" est implantée dans le sud du Soudan. La France se démène dans l`ombre pour aider ses allies francophones que le régime soudanais menace ( le Tchad et la Centrafrique).

Nettoyage ethnique ou génocide ?

Les Nations unies évoquent `` un nettoyage ethnique » au Darfour mais à l`instar de l`Union africaine , n`emploient pas le terme `` génocide `` . Plusieurs arguments sont avancés pour justifier cette réserve, en particulier le mythe selon lequel il s`agirait `` d`affrontements tribaux » liés à la dégradation des conditions climatiques du sahel, laquelle amènerait les pasteurs nomades arabes à se battre avec les paysans sédentaires noirs pour le contraindre de partager . Comme tous les clichés, celui-là contient une part de vérité. Cependant , il ne résiste pas à un certain nombre des faits.

Primo, les bombardements aériens peuvent difficilement être dus à des pasteurs nomades traditionnels. Secundo, les milices Janjawids sont armés , logées et équipées par l`armée régulière qui combat souvent à leur côté. Tierso, la principale ethnie arabe du Darfour, les Bagarras Rezigats a crée sa propre guérilla , invoquant la misère du peuple et la négligence des autorités pourtant arabes de Khartoum.. Enfin les miliciens qui s`attaquent systématiquement aux tribus négro africaines sont loin d`être le simple expression armée des pasteurs nomades arabes. On y trouve des repris de justice de diverses origines ethniques libérés contre promesse d`un engagement milicien, des déserteurs de l`armée gouvernementale stationnée dans le sud et sans emploi depuis l`accord de Nairobi en 2006, des membres de petites tribus négro-africaines comme les Gimr qui espèrent en rejoignant la cause des génocidaires , être cooptés dans la grande famille `` arabe" dont l` importance leur parait promettre prestige social et avantages économiques. 

À Khartoum a t-il intérêt d`exterminer les populations négro africaines de sa province orientale ?

La cause ne peut être religieuse puisque tout le monde au Darfour , les tueurs comme les victimes , est musulman et sunnite.La raison est racioculturelle. Les arabes sont minoritaires au Soudan.Et les islamistes ne sont que l`ultime incarnation historique de leur domination ethnorégionale.Or la paix entre le Nord et le sud est entrain de se deliter rapidement. Pour l`élite arabe de Khartoum, il ya urgence . Il faut donc manipuler le tracé frontalier Nord-Sud qui place le plus grand part du pétrole au sud. Se préparer à la reprise éventuelle des hostilités ( on achète les armes), ancrer de solides alliances internationales ( la chine est acquise et l`Iran est en cours de séduction) et conserver la maîtrise du territoire en créant un cordon sanitaire ethnorégional : les monts Nouba ou Kordofan et le Darfour en feraient partie. Or si les tribus noubas ont été écrasées militairement entre 1992 et 2002, le Darfour parait beaucoup plus menaçant.Les hiérarques arabes de Khartoum veulent éviter à tout prix une brèche par laquelle les noirs de l`ouest s`allieraient demain avec un sud négro africain indépendant ...et pétrolier. Par conséquent, il devient stratégique de mater le Darfour révolté par n`importe quel moyen.

Lire la suite...

Partager sur : Partager