Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - populations

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 8 avril 2022

BENA MPUKA : LA CONSTITUTION VALIDE-T-ELLE L'EXODE MASSIF DES POPULATIONS, CAS DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA ?

Bena Mpuka :  La Constitution valide-t-elle l'Exode Massif des populations, cas des Luba Kasaïens au Katanga ?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649410889216.jpg, avr. 2022

Quel est ce maire en France ou dans n'importe quelle ville occidentale qui peut accepter l'exode massif des populations qui fuient la famine chez eux dans son territoire ?

Les Kongo ignorent leur propre histoire, c'est comme ça que des FAUSSAIRES, FALSIFICATEURS ET TROUBADOURS écrivent notre HISTOIRE à leur convenance et leurs intérêts.

FUYANT CHEZ EUX POUR CAUSE DE LA FAMINE, SANS HONTE, DES LUBA KASAÏENS SCANDENT QUE LA CONSTITUTION DIT QUE LES KONGO SONT PARTOUT CHEZ EUX AU KONGO. EXACT.

EST-CE QUE LA MÊME CONSTITUTION PARLE-T-ELLE DE L'EXODE MASSIF DES POPULATIONS D'UNE PROVINCE À UNE AUTRE POUR CAUSE DE LA FAMINE ?

Lorsque les KATANGAIS déclarent qu'il y a un ça ne va pas, LES LUBA KASAÏENS LES DIABOLISENT ET LES TRAITENT D'AFFREUX SÉPARATISTES ET SÉCESSIONNISTES.

POURQUOI LES LUBA KASAÏENS NE PARLENT JAMAIS DE LA SÉCESSION KASAÏENNE ?

"Les conflits ethniques et les tensions politiques entre les dirigeants du gouvernement central et les dirigeants locaux tournaient autour des régions diamantifères du Kasaï (Société internationale forestière et minière du Congo). Le 14 juin 1960, quelques jours avant la proclamation formelle de l'indépendance de la colonie, l'indépendance de l'État fédéral du Sud fut proclamée. Le 8 août 1960, l'autonomie de l'État minier fut proclamée, avec pour capitale Bakwanga (de nos jours Mbuji-Mayi). Albert Kalonji fut nommé président et Joseph Ngalula chef de gouvernement.

Une assemblée de notables investit le père de Kalonji du titre impérial de Mulopwe le 12 avril 1961. Le nouvel empereur abdiqua immédiatement en faveur de son fils, qui dirigea l'État sous le nom de Mulopwe (empereur/roi) Albert I Kalonji.

En  avril 1961, à Miabi, les Chefs coutumiers des Baluba, dans leur ensemble, décident en guise d’appui à son action, de conférer, si pas tous les pouvoirs, mais, une partie de leurs pouvoirs ancestraux à Albert Kalonji. À cette occasion, ils le vêtissent d’une peau de léopard et d’une hachette, symbole du pouvoir absolu, celui qu’ils introniseront Mulopwe Ditunga, c’est-à-dire au-dessus de tous. Ditunga parce qu’il incarnait désormais tout le pays Luba. Cet événement, il faut le rappeler, avait eu comme conséquence la mutation de  l’État Autonome du Sud-Kasaï en Royaume Fédéré du Sud-Kasaï.

Après une campagne militaire sanglante de quatre mois durant laquelle des milliers de civils furent massacrés, le gouvernement central reprit le contrôle de la région et arrêta Kalonji le 30 décembre 1961, entérinant la fin de la sécession du Sud-Kasaï.

Kalonji tenta de mettre sur pied un nouveau gouvernement après s'être évadé de prison le 7 septembre 1962, mais ça ne dura qu'un mois.

Sous le régime de Joseph Mobutu (Mobutu Sese Seko), l'ancien Sud-Kasaï fut divisé pour décourager toute nouvelle tentative séparatiste. Bakwanga fut intégré au Kasaï-Oriental, tandis que l'essentiel du territoire de l'ancien État échut au Kasaï-Occidental.

Faut-il rappeler que même sous la sécession Katangaise, le Général Mobutu Sese Seko allait chercher l'argent du Katanga pour payer des militaires Kongo. Si Moïse Tshombé est devenu Premier ministre du Kongo, ce n'était pas pour ses beaux yeux. Le Katanga pesait et était mieux géré que les autres provinces du Kongo.

Le Maréchal Mobutu Sese Seko parle de la sécession Kasaïenne dans une vidéo sur You Tube. IL DIT CLAIREMENT QU'ETIENNE TSHISEKEDI WA MULUMBA "MULA NKWASA" QUI N'A JAMAIS RIEN CONSTRUIT AU KONGO, QUI LORS DE LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE (CNS) RECLAMAIT L'ARRESTATION IMMÉDIATE DE MOBUTU ÉTAIT EN TANT MINISTRE D'ALBERT KALONJI MULOPWE, CELUI QUI AVAIT EMPRISONNÉ DES FEMMES ENCEINTE, IL Y AVAIT DES CHARNIERS DE FOSSES COMMUNES  PARTOUT DANS LE KASAÏ.

DIRE QUE PATRICE ÉMERY LUMUMBA, PREMIER MINISTRE QUI SE BATTAIT POUR L'UNITÉ ÉTAIT AUSSI KASAÏEN TETELA MAIS COMBATTU PAR DES LUBA KASAÏENS. ÉTIENNE TSHISEKEDI N'A-T-IL PAS TRAITER PATRICE ÉMERY LUMUMBA DE "CRAPAUD" DANS UNE CORRESPONDANCE ? 

C'est en septembre 1962 que les troupes de l'ONU arrêtèrent cette administration tyrannique du Kasaï.

Lire la suite...

Partager sur : Partager