Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - restitution

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 5 mai 2020

Affaire Muanda Nsemi: La police pille d'abord puis restitue ses biens après !

Affaire Muanda Nsemi: La police pille d'abord puis restitue ses biens après !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy Mulongo-Mwanda Nsemi.jpg, mai 2020

La République bananière de Tshilombo dans sa présidence usurpée est plus qu'honteuse. La police nationale congolaise est allée faire un raid chez Muanda Nsemi, elle a pillé la résidence du député honoraire: fauteuils, frigo, matelas, meubles, sac de "Fufu" de 75kg ont été pillés. Voilà qu'aujourd'hui, la police est allée restituer les biens volés comme Zachée. Muanda Nsemi est déclaré "Fou".

La République bananière de Tshilombo dans sa présidence usurpée est plus qu'honteuse. La police nationale congolaise est allée faire un raid chez Muanda Nsemi, elle a pillé la résidence du député honoraire: fauteuils, frigo, matelas, meubles, sac de "Fufu" de 75kg ont été pillés. Voilà qu'aujourd'hui, la police est allée restituer les biens volés comme Zachée. Muanda Nsemi est déclaré "Fou".

freddy-mulongo-muanda-nsemi-8

La République bananière de Tshilombo vient de déclarer Muanda Nsemi de "Fou" comme jadis le régime de Mobutu déclarait Etienne Tshisekedi de "Fou", pour son opposition à Mobutu.  Tshilombo est un enfant martyr qui est devenu avec son usurpation de la présidence congolaise, un parent bourreau. Il est entrain de reproduire tout ce que son défunt père "Mula Nkuasa" a vécu aux autres. S'agit-il d'une vengeance ou d'un mimétisme Etat de droit et démocratie made Tshilombo. Après 8 morts, les arrestations arbitraires et inopportunes de Muanda Nsemi, son épouse,  ses 169 Makesa...les policiers ont pillé la résidence de Muanda Nsemi en direct devantles télévisions et les réseaux sociaux. La police nationale congolaise pillarde et receleuse, après une honteuse pillage de la résidence de Muanda Nsemi, elle est allée poser l'acte de Zachée en restituant les mobiliers volés.  Sauf que le sac de "Fufu" de 75 kg emporté par l'un des policiers est introuvable et non restitué. 

freddy-mulongo-muanda-nsemi-9

Député national honoraire, Muanda Nsemi est un grand leader Né Kongo, respectable et à respecter. La police nationale congolaise avait reçu l'ordre d'en finir avec Muanda Nsemi, de l'humilier à la face du monde...elle avait ignoré que les violences inouïes subies par  que Muanda Nsemi, son épouse et ses Makesa sans armes allaient  se retourner contre les policiers venus armés jusqu'aux dents. A l'heure des réseaux sociaux, on réfléchit mille fois avant d'agir en violence. Restituer ses immobiliers volés après le raid ne suffit pas. Il faut le  payer ses émoluments de deux ans. Il faut aussi payer les dommages. L'état de droit à la Kabeya kamuanga de Tshilombo est pitoyable.    

On ne pille pas d'abord pour venir restituer les biens volés après. Dans ses missions régaliennes, l'Etat à la police pour assurer la protection des personnes et biens. Qui peut faire confiance à la police nationale congolaise ? Personne ! Après avoir pillé la résidence de Muanda Nsemi publiquement, là voilà qui revient avec des caméras pour restituer les produits volés. 



Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 25 octobre 2017

10 Questions à  Roger Bongos, journaliste d'investigation dans la diaspora congolaise !

Roger Bongos, journaliste d'investigation dans la diaspora congolaise

Courageux, baroudeur, batailleur, combatif, pugnace et culotté, Roger Bongos est le journaliste d'investigation de la diaspora congolaise qui ose ! Qui s'y frotte s'y pique ! Lorsque le média alternatif et non marchand, Afrique Rédaction s'accrédite pour un événement Roger Bongos remplit toujours son contrat en écrivant sur celui-ci. Afrique Rédaction comme Réveil FM International nous avons conceptualiser le journalisme d'engagement du seul fait que la RDC n'est pas un pays normal. Journaliste engagé, s'attaquer arbitrairement à  Roger Bongos, c'est déclencher une guerre de 100 ans qui risque d'être, longue et populaire car il ne là¢che rien. Myra Ndjoku, de triste mémoire, le fameux barbouze et ex-ambassadeur plénipotentiaire de la RDC en France fut convoqué à  plusieurs reprises au Quai d'Orsay. Lui qui faisait fouetter des compatriotes au sein de l'ambassade au 32 Cours Albert I dans le 7è arrondissement de Paris et qui s'était juré d'éradiquer la résistance congolaise en a eu pour son compte. Pour avoir cassé la caméra de Roger Bongos à  la Gare de Nord, le Barbouze-Ambassadeur a été quadrillé, secoué, malaxé, traqué à  tel point sur son lit de mort il interrogeait "Nasala Ba journalistes ya Paris Nini ?". Goliath du net, avec sa plume au vitriol, Roger Bongos est un journaliste engagé contre les dictateurs, imposteurs, fourbes, roublards, requins, incapacitaires et autres enfarineurs de tout acabit, mais humain avec les victimes de toutes les injustices. Nous sommes à  deux sur la quai de la gare de Limoges, après avoir visité avec d'autres confrères, l'usine des chaussures JM.Weston (un nom anglais pour un maître chausseur bien français, choisi en 1927 par le fondateur pour profiter du prestige british), la marque des chaussures des chefs d'Etat. Qui arrive vers nous, Monsieur François Hollande alors Secrétaire du Parti Socialiste, après la photo avec lui, Roger Bongos me souffle à  l'oreille, c'est le prochain Président de la République. Nous rigolons tous les deux dans ce train Corail qui nous ramène à  Paris. Deux ans après, François Hollande est élu Président de la République française. Lorsqu'il s'est rendu en République Centrafrique, malgré l'insécurité ambiante, avec sa caméra, Roger Bongos a pris une pirogue à  traversé le fleuve et s'est retrouvé en République démocratique du Congo. Nous sommes à  Dakar en 2014, pour le 13 Sommet de la Francophonie qui s'est tenu à  Dammadio. La salle de presse est non climatisée, par manque des places certains confrères travaillent à  même le sol. Les journalistes sont triés au volet pour la photo des chefs d'Etat. Les protocoles sénégalais compliquent l'affaire en exigeant le badge jaune qu'ils avaient octroyé à  quelques uns. A mon insu, Roger Bongos arrive avec son sésame et me le donne vas-toi moi je reste dans la salle de presse. Toujours à  Dakar, de bouche à  l'oreille, les réfugiés Libériens vivant dans des bicoques quémandent de l'argent. Avec Roger Bongos, nous décidons d'aller chez chez épicier du coin, nous achetons un sac de riz, le plaçons dans un pousse-pousse jusque chez eux ! Le fondateur et rédacteur en chef d'Afrique Rédaction, Roger Bongos a répondu à  nos 10 Questions.

Le Maréchal Mobutu Sese Seko et Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, deux dictateurs sanguinaires

1. Réveil FM International: Journaliste engagé d'investigation. Vous n'épargnez personne. Pour ceux qui ne connaissez pas votre papa avait porté sa cravate en défiant le dictateur Mobutu et sa politique d'authenticité. Etes-vous un révolté des injustices ?

Roger Bongos: Les principes journalistiques sont au demeurant universels. Ces principes sont également orientés par des drames que sa population ou les populations lointains soient-ils, vivent. Puisque au point de vue morale, ces éléments lointains me dit-on, forgent, orientent nos appréciations, bousculent par ailleurs nos habitudes et au final, marque votre travail. Contrairement à  ce que la presse occidentale dit dans son insouciance ou mépris et dans des termes journalistiques : `` mort-kilomètre » ou `` kilomètre-compassion » … qui dit que : `` généralement on est touché par ce à  quoi nous pouvons nous identifier ».

Où on reste un journaliste quelconque qui commente l`actualité comme des milliers tant d`autres, comme on peut les trouver sur la planète. Où, on casse les codes, tout en restant dans la déontologie, on devient un journaliste `` engagé » …Simplement, le bon sens.

Pourquoi engagé ? Cela coule de source, face à  l`injustice, la révolte vous habite et on s`interroge sur l`insensibilité de cette société dépourvue des vrais repères et vraies valeurs. Loin de là , avec l`idée de se lancer dans l`angélisme…

Certains ferment les yeux sous pression de leur rédaction, bà¢illonnés par la peur de se faire jeter. Comme le métier du journalisme est dans d`une grande précarité, payé à  coup de lance pierre, on ferme `` sa gueule ». Et moi, je dis non…Raison, pour laquelle, j`avais écarté l`idée de faire carrière classique dans une rédaction et j`en eu des propositions…

En réalité que dit réellement, les principes du journalisme ? D`avoir simplement un engagement sans passion, pondéré et réfléchi de ce qu`on fait, à  savoir :

- De s`abstenir, et s`astreindre tant bien que mal au respect de la vérité, même au delà  des pressions financières, tentative de corruption, ce qui est monnaie courante dans le métier. La pression psychologique, et menaces physique allant jusqu`à  la menace de mort… D`ailleurs, en RDC depuis que nous avons à  la tête de la Nation un usurpateur `` Kadogo » jeune soldat sans formation, plus de 18 journalistes ont été assassinés.

A titre d`exemple : moi et Freddy Mulongo, nous avions organisé un premier forum de la liberté de la presse au Press-Club de France à  Paris, le 27 mars 2014, où on n`avait mis l`accent sur l`indépendance journalistique, le travail des journalistes en Afrique, sur l`impunité des despotes qui s`en prennent aux chevaliers de la plume.

Tout cela pour faire avancer la cause du métier qu`on affectionne. Tout journaliste peut vous le dire, lorsqu`on met le doigt dessus, c`est difficile de se défaire de ce métier et de faire autre chose. On est journaliste, jusqu`à  la fin de votre vie…

- Penser à  une seule chose, pourquoi on exerce ce métier, qui dans l`absolu, est un métier ingrat. Mais faisant abstraction à  cela, on doit se préoccuper en priorité à  l`intérêts du citoyen, par extension, si vous êtes engagé, à  l`intérêt de la Nation qui vous a vue naître. Et vous portez par essence même, la responsabilité de la défense au péril de votre vie…

Roger Bongos en reportage à  Bangui en République Centrafricaine

Roger Bongos en reportage à  Bangui en République Centrafricaine

Qu`est ce qu`on appel, un engagement ? Une mission sacerdotale, qui rend certains réfractaires à  vos publications subissant la foudre de ceux qui ne veulent pas les choses évoluer (dictature). Et, pour les autres, une aubaine, une source intarissable d`information fiable et s`abreuvent de vos écrits sans modération à  l`heure où l`Internet a libéralisé cette corporation…Le quatrième pouvoir qui devient la force de chose, le premier pouvoir.

Où les informations ne sont plus confisquées, traitées de manière intéressée et surtout caporalisée dans le but d`orienter les consciences. Ce que, un magnant de la presse américaine disant avant l`avènement de la presse en ligne, il disait, je cite : `` Je crée une rumeur le matin, le soir elle devient une vérité. Je peux faire quelqu`un le matin et le défaire le soir »…Fin de citation !

Roger Bongos et Freddy Mulongo à  la résidence de l'Ambassadeur d'Allemagne à  Paris

- Tout cela dans le respect déontologique, loin d`une manipulation des masses. En étant par définition, très pointilleux au niveau des informations que vous diffuser. Je tiens à  préciser que le journalisme par essence est précis suivant les règles d`une recherche scientifique et fondamentale.

- De faire attention de n`est pas être au service d`une entité, d`un gouvernement ou des certains lobbyistes. C`est à  partir de ces collisions qu`on commence à  perdre son indépendance à  l`égard de ceux dont on relate l`action, l`investigation, etc.

La morale de cette histoire ; il serait mieux d`exercer un autre métier que de se lancer dans cette aventure qui souvent, vous perdez les plumes et quelques fois, sa famille (femme et enfants). Si on veut être riche, comme disant mon professeur de communication, ce n`est pas le métier idéal. On meurt souvent pauvre et dans l`indifférence totale.

- Etre, dans la mesure du possible, le représentant, de ceux qui n`ont pas l`accès à  la presse, aux médias institutionnels qui souvent sont influencés par les politiques, puisqu`ils tirent leur substance dans des subventions étatiques.

- Pour terminer, se doter d`une bonne conscience, et se tenir qu`à  la vérité guidée par sa propre conscience. Une conscience rendue ferme par ce que vous savez faire. De par vos sources et investigations. Si vous ne publiez pas les informations capitales que vous disposez, vous ressemblez à  un criminel après avoir tué quelqu`un et se promène avec une conscience chargée…

Voilà  pourquoi je n`épargne personne. Je n`ai pas de scrupule à  dénoncer ceux qui font le jeu d`une quelconque dictature, féroce soit-elle. Je ne prends pas beaucoup de précaution pour ma vie, et je me remets à  Dieu, si je peux le dire avec conviction. Je suis inébranlable, comparativement à  un Baobab, grà¢ce à  ma foi…

Freddy Mulongo et Roger Bongos au monument de la Renaissance à  Dakar

La foi m`a beaucoup aidé dans toutes les actions que je mène, qui souvent sont en relation avec la morale. Je ne triche pas et je mets quiconque au défi de m`apporter un début de preuve, d`une cupidité quelconque que j`ai fait l`objet.

Tant que l`Afrique, particulièrement, le Congo sera dans les griffes d`un imposteur qui est venu de très loin, mais très loin avec ses bottes de jardinier, fauchant tous les jours la vie des personnes sans défense, puisqu`il détient l`armée, le peuple aura d`après ce que l`histoire nous enseigne, le dernier mot, grà¢ce à  ce qu`on fait comme travail de sensibilisation…Il pourra corrompre tout le monde, il y en restera quelques uns qui seront là  pour le faire chuter et il chutera… `` Nous, la montre et nous sommes les maîtres des horloges ».

Mobutu dans ses années de gloire était beaucoup plus puissant que cela, il a été balayé par des porteurs des bottes de jardinier (Kadogo)…

Qui eut cru ?

Le père et la maman de Roger Bongos: Mr. Joseph Simba Bongo et Madame N'zau Bwete Dia Muakila

J`ai effectivement une pensée aujourd`hui pour mon père qui fut l`un des grands opposants de la politique dictatoriale du despote Mobutu avec ses sbires qui semaient la terreur dans les 24 communes de Kinshasa, dans ses faubourgs et bourgades, en faisant également dans la nuit, disparaître leurs innocentes victimes, dans le fleuve Zaïre, non loin de Kinsuka.

Mon père s`est opposé vigoureusement à  sa politique primaire et dévastatrice. Ce que je vais dire ici, ne devrait pas offusquer nos frères de l`Equateur. Il disait, je cite : `` qu`ils retournent d`où ils viennent, dans leurs branches d`arbre », que de venir nous imposer leur immaturité politique et sauvagerie. Il défia effectivement ce régime despotique, à  s`opposant à  son recours à  l`authenticité, creux, sans consistance. Il mettra la cravate et allait travailler avec, dans une défiance totale ! Un acte risqué à  l`époque.

Freddy Mulongo et Roger Bongos sur la route de Saint-Louis au Sénégal

Nous, avec la peur au ventre, redoutant les représailles de ces bandits qui ont confisqué le pouvoir durant 32 ans, avec des conséquences qui nous poursuivent jusqu`aujourd`hui.

Un soir, il décide, d`ailleurs c`était la vielle de la nouvelle année 1976, il sortira de sa poche, il craquera une allumette et brà»ler le billet de banque portant l`effigie de ce petit dictateur.

Il sera arrêté deux heures plus tard, et passera plusieurs séjours dans les geà´les de CND et CNRI, en répétant ses actes anti-régime de Mobutu. La dictature a eu raison sur lui, il mourut en 1984 à  l`à¢ge de 56 ans, laissant dix orphelins avec une épouse éplorée…

Je tiens à  rappeler que mon père, Joseph Simba BONGO était l`un des premiers diplomates de l`UNESCO, après l`indépendance, en 1962 et a sillonné pratiquement toutes les capitales du monde. On avait la chance d`être au fait des transformations géopolitiques et géostratégiques de ce monde, puisque notre première télévisons nous l`avions eu en 1967. Les gens venaient en masse chez nous, grimpant au mur, pour regarder la télé.

Roger Bongos à  la Résidence de France à  Dakar au Sénégal

J`ai lu mon premier, venant de mon père sur l`Abbé Julio, qui me plongera dans la grande spiritualité à  l`à¢ge de 12 ans. D`ailleurs, il donnera ce prénom à  jeune frère Julio Nzau Bongo.

Sa carrière s`est achevée dans le placard comme on dit ; en tant que directeur de l`enseignement supérieur et à  la recherche scientifique, à  l`Education Nationale. Tout le long de la dictature mobutienne, il refusera de courber l`échine et de baissera pas comme on dit vulgairement son froc, afin d`avoir les faveurs du pouvoir.

Bon nombre d`étudiants, en RDC, Zaïre de l`époque, ont obtenu la bourse d`études grà¢ce à  mon père qui détenait cette clé qui ouvrait la porte le savoir. Il fut un homme extrêmement cultivé, et intègre. Je me suis juré, tant que je serai en vie et en bonne santé, je ne ferai aucun quartier à  ceux qui portent en eux, les germes, où l`ADN, d`un renégat…Sa mémoire est sauvegardée et sa ligne de conduite sera Inch`Allah respectée et honorée… Je suis incorruptible !

Beaucoup ont fait les frais de ma droiture, de ma détermination, de mon intégrité morale. Pas plus tard que la semaine dernière, un `` sale type » de la finance (Banque Mondiale), Noà«l Tshiani, avec un casier judiciaire long comme un bras, un félon fini a été englué dans ma nasse.

Que cela serve de leçon à  ceux qui croient encore que je vis dans un monde de bisounours où on peut venir avec leurs gros sabots pour m‘apprendre comment peut-on fabriquer le fil à  couper le beurre.

Avec l`histoire du Congo où mon nombril a trouvé sa destination, cette terre là , qui porte une partie de moi ne sera pas bafouée. je ne ferai pas des concessions à  ceux qui hypothèquent l`avenir de nos enfants (plusieurs générations), tout en mettant en danger l`intégrité de l`Etat-Nation qui est, la République Démocratique du Congo.

Myra Ndjoku de triste mémoire ! Barbouze en couverture d'Ambassadeur Plénipotentiaire de la RDC en France

2. Réveil FM International: Votre portrait est l'Agence Nationale des Renseignements-ANR, la Gestapo du régime de Kinshasa. Vous ne reviendrez jamais à  Kinshasa en République démocratique du Congo...

Roger Bongos: Ceux qui ont soi-disant combattu Kabila dans la diaspora et repartent tout bonnement en RDC, principalement à  Kinshasa sans qu`ils aient gouté les affres de l`ANR `` Agence Nationale Rwandaise », ceux-là  sont des véritables suspects. Pour une simple raison. Toutes entrées dans des points stratégiques donnant accès à  des grandes villes en RDC sont soumises à  une stricte contrà´le de la politique rwandophone de la RDC.

Si vous arrivez à  passer entre les mailles de ces filets, où vous avez un compromis collaborationniste, où encore vous avez été depuis longtemps un des agents de cette oligarchie qui clochardise à  outrance la population avec la cohorte de morts qui sont laissés au bord de la route depuis l`arrivée en RDC de ces petits malfrats aux visages particuliers et facilement repérable…

Myra Ndjoku, l'ombre de lui-même à  Paris: "Je n'aime pas les journalistes sauf s'ils viennent me voir à  l'ambassade"

Une chance pour la RDC, puisque le jour où, les congolais prendraient leur destinée en main, ceux-là  seront vite repérés de par leur morphologie et ils auront un billet aller simple vers leur pays d`origine. Rappelez-vous-en, en 1998, je n`en dis pas plus.

Rappelez-vous-en, également en 2011, d`ailleurs, à  cette époque tout le monde en parlait des accusations de l`ANR (Agence National des Renseignements) à  notre encontre…

D`Honoré Ngbanda, de Freddy Mulongo, de Roger Bongos et Jeune Afrique comploteurs selon Digital Congo. Depuis cette date où on a été très actifs pour permettre l`élection du disparu, Etienne Tshisekedi, qui malheureusement n`a pas encore eu des honneurs de la République pour ses obsèques nationales.

C`était, le résultat de notre activisme, de notre engagement contre ces petits envahisseurs, aujourd`hui, maîtres de la destinée de la RDC. On avait fait un travail de sape colossal pour dégager ces vermines et raphias, pour qu`aujourd`hui, on nous demande de baisser les bras au profit de cette imposture. C`est un non catégorique !

Myra Ndjoku, le barbouze d'Alias à  Paris était décidé à  liquider les journalistes Congolais engagés de France

D`ailleurs, l`affaire de mon portrait qui figure dans les locaux de l`ANR, le tien aussi, cher Freddy Mulongo. Montre à  escient comment cette police politique nous traque jusqu`à  la diaspora. Pour rappel des faits : l`ancien Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC en France Myra Ndjoku de triste mémoire avait pour mission d`étouffer le combat patriotique de la Diaspora, et avait mis nos têtes respectives à  prix.

Les informations émanant de la sureté nationale en France, nous a informé sur ce que ce voyou, ancien de l`ANR, petit Ambassadeur avait l`intention de faire. On l`a traqué jusqu`à  ce qu`il soit servi comme repas aux asticots, le vendredi 16 septembre 2011. A partir de là , celui qui porte le nom par usurpation de Joseph Kabila avait vu rouge et compris la puissance de feu de nos médias. Entre- nous soit dit, je ne veux pas avoir l`orgueil d`auteur. Qui a inventé la traque des hommes politique en matière journaliste dans la diaspora congolaise, n`est ce pas moi ?

Qui avait mis en relief, l`importance de sensibiliser les congolais dans la diaspora la voie de l`Internet et réseaux sociaux en matière politique et patriotique, alors certains congolais avec leur Site de distraction se lançaient dans des invectives, la musique, la polémique, dans l`inconscience et la dépravation, n`est ce pas moi ?

10 mars 2011, Ministère des Affaires étrangères à  Kinshasa, la liste noire de l'ANR actée contre les congolais résistants en France: "Une cinquantaine de noms d`opposants à  Alias Joseph Kabila apparaissaient. On y trouve des journalistes comme Roger Bongos et Freddy Mulongo, mais aussi des responsables politiques ou associatifs comme Candide Okeke, Mbo Odon, Rolain Mena, Ferdinand Lufete, Youyou Muntu-Mosi ou Gaspard-Hubert Lonsi Koko. De nombreuses personnalités inscrites sur cette liste redoutaient d`être inquiétées par les services de sécurité congolais lors de leur retour en RDC". Afrikarabia 10 juillet 2011

Combien sont-ils, ceux qui ont suivi mes messages, et beaucoup parmi eux sont devenus des leaders du combat dans la diaspora et d`autres malheureusement de pique-assiettes de la Kabilie par effet du ventre, n`est ce pas moi ?

L`histoire du Congo va s`établir d`elle même et on ne trompe pas l`histoire, elle vous reviendra sur le visage !

Le combat, journalistique que nous avons mené d`une manière continue, oui avec acharnement, n`a jamais laissé de répit à  cet assassin d`Ambassadeur. Terrassé par un empoisonnement de ce que ces envahisseurs savent faire. Puisqu`il avait promis à  son chef, l`imposteur de Kingakati, qu`il aura la peau de cette diaspora particulièrement de ces deux journalistes (sic).

Comme ces gens-là  n`ont pas la petite mémoire congolaise, Myra Ndjoku croyant sortit de ce tourment, il finira sa mission, récompensé par l`absorption de la Ciguà«. L`Internet a une longue mémoire, et les gens sauront, qui sont-ils réellement ces journalistes…

13 janvier 2011, la première liste noire de l'ANR sortie des labos contre les congolais résistants en France: "Une cinquantaine de noms d`opposants au président Joseph Kabila apparaissaient. On y trouve des journalistes comme Roger Bongos et Freddy Mulongo, mais aussi des responsables politiques ou associatifs comme Candide Okeke, Mbo Odon, Rolain Mena, Ferdinand Lufete, Youyou Muntu-Mosi ou Gaspard-Hubert Lonsi Koko. De nombreuses personnalités inscrites sur cette liste redoutaient d`être inquiétées par les services de sécurité congolais lors de leur retour en RDC". Afrikarabia 10 juillet 2011

Oui, à  l`ANR, il y a deux sortes de dossiers. Le premier ; un dossier généralement appelé `` dossier de communication », où on met l`identité, état civil d`un quidam qui n`est pas dans le viseur de cette police politique gestapiste, mais une personne qui a une certaine influence, pas négative mais peut inciter la population vers une contestation. D`ailleurs, ils utilisent ces `` dossiers de communication » pour faire appel à  ces gens-là , afin de calmer la population lorsqu`il y a une forte tension dans des grandes agglomérations…

Le second est le dossier appelé dans leur jargon, `` dossier technique » où tout est marqué, répertorié minutieusement, vos actions, communications, des écoutes organisées, la liste de vos parents, vos faiblisses etc.…Tout sur vous. Et surtout, des recommandations de ce qu`on peut probablement faire de vous et sur vous. Votre signalement, vos coordonnées sont partout dans les points d`entrées au pays. C`est mon cas !

Mon retour vers la RDC, n`est pas d`actualité même si Kabila venait à  quitter la RDC, sa capacité de nuisance reste intacte. S`il n`est pas mort, même à  la CPI avec tous ces rwandophones à  la tête de nos institutions. Des ramifications qu`il a mises en place avec l`aide de nos concitoyens, ma vie serait toujours en danger. Il faut une période de nettoyage systématique de nos institutions et une pédagogie pour espérer me voir un jour en RDC…Mais j`ai bon espoir de fouler un jour ce pays qui m`a porté et je porte dans mes entrailles…

Je le répète, ceux qui vont s`hasarder à  retourner au pays, tout en ayant Kabila en RDC comme Sénateur à  vie selon la constitution (un statut particulier réservé à  l`ancien chef de l`Etat, comme Vital Kamerhe le magnifique proposait pour frère) où ailleurs. Ce n`est pas le billet de retour vers leur terre natale qu`ils ont acheté, mais leur billet pour le cimetière de `` Entre-Ciel et Terre » nécropole de la Nsele.

3. Réveil FM International: Vous êtes le premier journaliste de la diaspora à  dénoncer l'Udps du vivant de papa Etienne Tshisekedi dans son rà´le d'accompagnement du régime d'imposture et d'occupation. Malgré les quolibets, menaces vous êtes resté droit dans vos mocassins. Les rencontres Udps-Gouvernement à  Ibiza, Venise, Monaco étaient donc vraies ?

Roger Bongos: Comme je l`ai dit clairement plus haut, le souci de bien faire les choses et d`informer sans complaisance aucune, nous expose à  des vives critiques quelques fois tendancieuses et nauséabondes.

Je reprends une maxime que mon père utilisait souvent lorsqu`il était confronté à  l`inconfort de l`être humaine, là  où on voit son degré de la bestialité, il disait, je cite : `` Toutes ces insultes, insinuations, des vindictes injustifiées, ces méchancetés caractérisées et motivées par une finalité vénale, ne partiront que, lorsque tu prendras ta douche, et ces saletés rejoindront le caniveau, là  où elles trouveront leur place ».

Je me suis forgé en utilisant cette force philosophique pour en faire une armure. Une vraie armure qui me pousse aujourd`hui, d`affronter tout le monde. Même celui qui était considéré comme leur messie, Etienne Tshisekedi. L`histoire est encore là  pour nous enseigner sur des tractations que son fils a initié pour ramener la dépouille de son père vers la terre de ses ancêtres. Que faut-il dire à  tout cela ? Rien…Le dégout, pas du tout, la pitié peut être…

Lorsqu`on un père quitte cette que Dieu nous a légué provisoirement (terre), mon père disait, il doit absolument laisser une seule chose à  ses enfants, pas plus, une seule pour éviter toute ambiguïté…

Pourquoi une seule chose, en rétorquant sur son observation ? Pour que les dignes héritiers ne tergiversent pas sur deux propositions ou alternatives, sinon, tout cela sera une approche philosophique et se perdront dans des conjectures…

Je disais, le défunt patriarche devrait laisser à  ses enfants, une seule chose: l`éducation !

J`insisterai sur ma question, pourquoi seulement l`éducation ? D`un sourire tendre, me dira : `` on peut tout perdre sauf son éducation… » Et l`éducation, sera la seule chose, que les gens vont se souvenir de moi, votre père. Votre éducation… L`éducation vous ouvre toutes les portes, et vous ramène vers l`excellence et le sommet.

Il me donnera un exemple pour illustrer tout cela.

Tout le monde se souvient de la première crise boursière en 1929 aux Etats-Unis, deux années après ma naissance. Ceux qui ont donné de l`importance à  l`argent (support matériel), se sont tous suicidés en se jetant du haut de leur tour. Mais ceux qui avaient l`éducation disait: `` ce n`est que des aléas de la vie et c`est surmontable… ».

La famille Tshisekedi pour n`est pas trop rentrer dans des détails sémantiques, ont plombé volontairement, ou inconsciemment par le goà»t du lucre, ou de par leur éducation, la destinée de toute une Nation. Ils ont livré le Congo aux charognards et aux plus offrants en récupérant des miettes.

Il me semble que le défunt Etienne Tshisekedi avait une histoire d`amour avec le Congo, et aujourd`hui le Congo se trouve cocufié par l`homme qu`il a porté durant 40 années d`amour. Livré à  ceux qui étaient à  Ibiza, Monaco, Bruxelles, à  Paris à  Venise etc…pour une poignée de $. C`est pathétique !

Lorsque j`ai dénoncé cette conspiration avec force, j`ai été livré aux loups ethno-clanico-tribalistes qui ont formé un cordon puant, une meute pour m`attaquer sans relà¢che, par l`ordre de leur chef ventripotent, inconstant sans culture politique. Cela aussi comme je sais le faire d`après les recommandations de mon défunt père, je prenais à  chaque fois, une douche pour les affronter de plus belle.

Si aujourd`hui, tout s`articule, sur ces fichus et maudits dialogues et l`imposteur de kingakati avec ses Nintendo s`est ragaillardi du haut de son trà´ne usurpé. Qui en est le responsable ?

Ne cherchez pas la tête de turc ailleurs, il s`est trouvé à  Genval, et autour de celui qui n`a pas encore trouvé peut-être par la malédiction, une sépulture !

D`après ce que notre Héros national a dit avant qu`il ne soit coupé en morceau et trempé dans l`acide : `` tous ceux qui ont participé à  ma mort, ne seront jamais au grand jamais acceptés et accueillis par la terre (enterrés) où mon sang a coulé… Â»

Mobutu, à  l`étranger, Moïse Tshombe à  l`étranger et Etienne Tshisekedi à  l`étranger. Est ce que, c`est une simple superstition ou une coïncidence ? Allez y comprendre quelque chose.

Etienne Tshisekedi avait-il participé à  la mort de Lumumba ? L`histoire du crapaud est dans nos mémoires et les traces historiques sont là …

En tout le cas, l`histoire jugera ceux qui ont utilisé leur Aura pour assombrir l`espoir de tout un peuple… `` Dormez comme des bébés », et on viendra vous réveiller ! Et on se réveille avec la gueule de bois…

Un proverbe ancestral, celui-là  ne vient pas de mon père, dit : `` Il faut regarder, là  où tu as commencé à  glisser, non là  où es tombé » …Le glissement de Kabila=Famille Tshisekedi et ils doivent assumer leur bourde qui coà»te cher à  la population aujourd`hui traumatisée et fortement paupérisée.

Ne cherchez pas ailleurs les responsables, ils tous là , sauf un qui est provisoirement enterré dans l`indifférence totale, comme un vulgaire soldat en Belgique. Je n`ai jamais voulu avoir raison de ce que beaucoup ont comparé mes investigations à  une campagne contre les intouchables de l`UDPS. Ou contre une tribu. Des allégations sans fondement, puisque mon épouse est issue de cette tribu…

J`aurai aimé avoir tort, mais j`ai très rarement tort. Dans mon attitude sans complaisance, sans froid aux yeux, j`étais le premier avoir eu mon courage en main pour dénoncer ces crimes contre le Congo perpétré par une clique assoiffée de pouvoir.

Un ami journaliste dont je tais le nom disait justement avec beaucoup de sagesse : `` Ces gens-là , sont solidaires même dans le mal », et nous vivons ce drame tous les jours avec leur justification sur le glissement de l`imposteur Kabila. Ce qu`ils ont fait évitant la descente aux enfers de Joseph KABILA, le 19 décembre 2016 est un crime grave contre la Nation. Ils ont livré non par Chronopost ses béquilles, par lui même Félix Tshisekedi en main propre, lors des plusieurs rencontres secrètes avec l`imposteur.

On écrira l`histoire pour la postérité et cette même histoire sera transcrite dans des manuels scolaires afin de désigner, nommément ceux qui ont livré le Congo aux envahisseurs. Je disais plus haut, le Net a de la mémoire qui nous perverse au moins pour 200 ans selon les infos sur Google. Et le journaliste a aussi de la mémoire…, c`est pourquoi il n`est pas souvent aimé !

Corneille Nangaa "Monsieur 504"

4. Réveil FM International: Corneille Nangaa, le président de la CENI pousse le glissement jusqu'en décembre 2019. Cela donne 3 ans de transition que l'Udps-Gouvernement s'étaient accordées ? Le peuple congolais est-il le dindon de la farce ?

Roger Bongos: J`avais également annoncé cette information avant tout le monde, non seulement on prévoyait un glissement de 3 ans d`après les rencontres secrètes entre la Kabilie et la famille Tshisekedi. Ce que se disait en privé, je l`avais évoqué parce que j`avais des oreilles à  l`intérieur de cette organisation mafieuse.

Corneille Nangaa, l'enfarineur de la CENI

Ils se disaient quoi ? `` Nous avions gagné des élections en 2011, et qu`on pas pu avoir l`effectivité du pouvoir on fera tout pour qu`on récupère ce qui nous revient de droit. Le pouvoir, l`argent, surtout de constituer un trésor de guerre afin qu`on puisse aller aux élections sur même pied d`égalité avec ceux de la Kabilie qui ont amassé une fortune colossale. Si nous ne faisons cela, on pourra dire adieu au pouvoir. »

Toutes ces tractations effrayantes contre la patrie, je l`avais dénoncé clairement et comme d`habitude, avec leur principe de diaboliser les gens, ont encore essayé, mais la vérité est têtue, les faits sont là …

Dans l`annonce de la CENI qui porte l`ADN d`une collision incontestable, entre la Kabilie et la famille Tshisekedi qui forme le fameux `` Rassemblement » qui est envoie d`éclatement, dit dans une grande stupéfaction pour les uns, une certaine incompréhension pour les autres.

Cette annonce du mercredi, le 11 octobre 2017, par laquelle commission électorale, s`est donné la liberté la publier sans crainte, avait déjà  des assurances du cà´té de `` Rassemblement », puisque Kabound, le Secrétaire Général de l`UDPS avait l`intention de dire la vérité sur ce fait précis, a été étouffé comme à  l'accoutumée. On a suspendu leur révocation…Mais ce secrétaire général détient un explosif qui pourra pulvérisera l`UDPS et le président du Rassemblement.

Alors qu`une présidentielle devait initialement avoir lieu fin 2017. Les gestapistes, nous balancent à  la sauvette, un calendrier qui part de la fin de cette année jusqu`en 2019…qui d`ailleurs satisfait Félix et sa Bande de mafieux sans scrupule.

Monsieur Kabund qui est sur le siège éjectable en sait beaucoup. Mais comme il n`est pas de la coterie tribale, il sera relégué à  Kamina d`où il vient… J`avais aussi mentionné ce cas de Kabund et personne n`avait fait attention à  mes propos, lorsqu`on avait viré Mavungu, le remplacer avec quelque qui était non Kasaïen. Moi je sais pourquoi et le comment de cette nomination, puisque tout est sur mon Site `` Afrique-Rédaction ».

5. Réveil FM International: A quoi est dà» la médiocrité de la classe politique congolaise ? Nos politicailleurs amoureux de la mangeoire ne prennent-ils pas en otage le destin de tout un peuple ? Pourquoi les politicards ventriotes sont-ils facilement corruptibles ?

Roger Bongos: Ceux qui constitue la classe politique aujourd`hui en RDC sont pratiquement tous issus de l`école destructive fondée par le `` faux Marechal » Mobutu. Un vrai Marechal sait mener ses troupes et former une vraie élite pour armée. Tout le monde doit prendre conscience que les 32 années catastrophiques du mobutisme ont été pour la Nation congolaise, une plaie purulente, et aujourd`hui, nous subissons les affres de sa politique destructive.

Politicailleurs Mabumucrates !

32 années d`une vie équivalent à  une génération et demie, cela se répercute sur nos vies actuelles. La plaie à  la jambe mal soignée, nous empêche présentement d`aller de l`avant…Faudra t-il couper cette jambe gangrenée, porter une jambe de bois afin pour aller vite ?

Ceux qui s`amusent à  dire que l`époque de Mobutu était mieux par rapport à  que ce qu`on est en train de subir, est seulement, la conséquence de son immaturité politique, faisant la promotion des anti-valeurs.

Souvenez-vous lors d`un Meeting transmis en direct dans des ondes de la radio, à  la télévision, il dira après avoir écouté les refrains d`un `` dialeloliste » soà»lant, notre `` Lambert Mende » de l`époque, Ndjoku Eyobaba, cet immoral président dira à  la population `` Boyiba ndambu» …Un applaudissement assourdissant acquiesçait ses propos, et le concept avait été intégré dans nos conscience et subconscience. Je me souviens encore de cette phrase, qui résonne constamment dans mon esprit comme le clocher d`une église. C`était au stade du 20 mai, dans mon quartier, cà´té Matongé où j`ai fait mes premières armes à  Masi-Manimba N°27.

Mabumucrates en bagarre pour des postes ministériels et strapontins

Il reviendra quelques jours sur son discours immoral, après avoir constaté que le vol et la corruption étaient devenus, un sport national causant une grande érosion dans la trésorerie nationale. Il dira `` je vous ai dit de n`est pas tout prendre, de voler un peu… » Et le mal était fait ! Le Zaïre de l`époque sombrait dans les abimes de l`immoralité…

Mon père furax d`attendre ces inepties cassera, je me souviens sa radio de colère. Il me dira, `` La messe est dite et le ver est dans la pomme. Le Zaïre va trainer cette tare comme un boulet durant des décennies et ne survivra pas. »

Parti politique le "Ventre", chers aux Mabumucrates-Ventriotes

Les conséquences sont là , et tous ces hommes politiques qu`on voit dans la mangeoire sans conscience patriotique, où sont de la mouvance mobutienne trainant avec eux l`héritage d`une époque sombre de triste mémoire. Où encore sont les enfants de cette période infà¢me de notre histoire, des sacrifiés, reproduisant fidèlement ce qu`ils ont reçu comme éducation et enseignement.

Lorsque Mobutu avec son JMPR et MPR organisaient la mort de l`enseignement universitaire avec des années blanches. La répression des étudiants, le socle d`une Nation piétinée, on se retrouve aujourd`hui avec une jeunesse qui n`a aucun acquis avec des diplà´mes qu`on ramasse à  la pelle, monnayés avec des sommes sonnantes et trébuchantes où par l`opération qu`ils appellent, tristement ``la connexion », PST (points sexuellement transmissibles). Tu couches, tu as ton diplà´me, et tout le monde couche… ! Résultat de course, aucune expertise acquise avec un enseignement tiré vers le bas.

Mobutu Sese Seko, dictateur sanguinaire

Je disais plus haut avec cette expression ancestrale `` Il ne faut pas regarder là  où tu es tombé… Â».

Je suis ulcéré d`entendre ci et là  que l`époque de Mobutu n`était pas le paradis, mais au moins nous vivons la paix, et il protégeait la Nation. Une insertion ou une affirmation qui n`est pas du tout exacte, à  la lumière de ce qu`il a laissé comme classe politique.

Une appréciation erronée ! Pour histoire, il accordera, ce qu`aucune Nation n`a fait dans le monde, la nationalité collective zaïroise en 1972 par un décret présidentiel, que tous les rwandais vivant au Zaïre. Grà¢ce au pion qu`il faisait confiance, son directeur de cabinet, Bisengimana qui n`était d`autre que le vice-président de la république. Cet homme a été le grand stratège du Rwanda, pire que le Pol-pot Paul Kagamé.

Il donnera des bourses d`études pour des grandes écoles exclusivement aux rwandais devenus par magie de l`insouciance du président `` fondateur », zaïrois. Il utilisera le quota international pour introduire tous ces êtres vils au sommet des plusieurs institutions au nom de la république du Zaïre.

Mobutu Sese Seko, dictateur sanguinaire

Quelques décennies plus tard, cette matière grise payée par les faveurs de la RDC, deviennent la pierre angulaire de ce qui se passe en RDC. Ils tirent les ficelles, faisant du lobbying au profit du Rwanda pour morceler la RDC. Et cela vous étonne !

L`infiltration du Rwanda a commencé à  cette époque, où toujours ce `` vice-président » de fait, obligeait tout le monde Ngbanda `` l`homme de la rivière » y compris, d`avoir une deuxième épouse rwandaise pour espérer un jour grimper hiérarchiquement…

Ces amazones n`étaient que des véritables espions pour le compte du Rwanda. Les conséquences sont là  ! Ne criez pas au secours…

Cette période tristement célèbre de l`histoire de la RDC, est bien expliquée dans un article où je mettais Honoré Ngbanda sur le banc des accusés. En s`interrogeant sur qu`il a pu faire durant cette époque où il a occupé des postes stratégiques, en tant que Ministre de la défense et également, un proche conseiller de Mobutu en matière de sécurité (la sà»reté nationale). Où était-il, bon sang, pour n`est pas voir tout ça ?

Ngbanda devrait fermer son `` clapet », et rester sous l`eau, comme il le dit justement…

Lorsqu`un arbre n`a pas de tuteur, il faut s`attendre à  que cet arbre rampe. C`est la seule métaphore que je puis faire comparativement à  ce qu`est devenu ce peuple sans conscience. Il rampe devant l`imposture !

Comme je disais justement en prenant référence sur la parole de mon père ; tout se mesure par le degré de son éducation…Ne disait-il pas ; `` qu`on peut tout perdre, sauf son éducation… » ?

Cette déliquescence mentale et politique est entretenue par un système bien élaboré par ceux qui nous connaissent et savent comment nous appà¢ter avec le paraître. Ils institutionnalisent des mécanismes étudiés dans leur laboratoire sur le `` moi » congolais, sur son ego surdimensionné. Le tour est fait…

On clochardise la population et on vous attire avec des miettes et on vous fait croire qu`on va vous retirer vos privilèges, et vous vendez pères et mères, in fine votre nation pour une bouchée de pain…C`est le propre de congolais, avec des pratiques héritées de mobutisme.

Lire la suite...

Partager sur : Partager