Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - robeuses ujananières

Fil des billets Fil des commentaires

lundi 16 mars 2020

RDC: 8 mars, journée internationale de la femme: les pagneuses contre les robeuses, pantaloneuses, jupeuses et ujananières ?

RDC: 8 mars, journée internationale de la femme: les pagneuses contre les robeuses, pantaloneuses, jupeuses et ujananières ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-pagneuse.jpg, mar. 2020

Les femmes Congolaises doivent réfuter l'idée que la journée internationale de la femme ne puisse se limiter qu'au port de la pagne. Elles doivent accéder aux responsabilités politiques, économiques, sociales, judiciaires... de la République démocratique du Congo, autant que les hommes.

Freddy Mulongo-pagneuse 1.jpg, mar. 2020

Limiter le 8 mars, journée internationale de la femme à un défilé des "pagneuses" est une insulte à cette journée et à toutes les femmes. Surtout que la société congolaise est moderne et polyculturelle. Il y a des "pantaloneuses", "robeuses", "jupeuses" et "ujananières" !

Déclarer qu'une femme est respectueuse uniquement en pagne, cette déclaration est fallacieuse. Une femme est femme d'abord. Sinon , il faut revenir au raffia ! 

Que veut la société congolaise ? Promouvoir la vertu des pagnes comme habit symbolisant le respect ? Eh bien , il faut que partout au Congo, la pagne soit vendue à un prix abordable à toutes les bourses. Si le pantalon Jeans coûte moins cher qu'une pagne, les femmes se rueront au jeans. Tant que le "Suki Ya Maboko" sera négliger au profit des mèches indiennes et chinoises, il ne faudrait pas s'attendre au grand changement. Porter les cheveux de femmes mortes en Inde ou en Chine ne fait pas avancer le schmilblick. 

Cantonner les femmes à porter des pagnes alors qu'elles peuvent être belles en pantalons, jupes et robes est un non-sens. Valoriser les talents féminins et contribuer à leur intégration dans tous les sphères décisionnels, c'est ça le vrai enjeu. Tant que les femmes Congolaises attendront que les phallocrates et machos pensent à elles. Le tunnel sera long et sombre. 

Il suffit de changer de logiciel de la manière de penser, les choses iraient mieux.

Créer une pagne spéciale pour les 8 mars, après le défilé prendre d'assaut tous les Nganda et bistrots, la société congolaise va à sa perte. les images de femmes congolaises soûlent roupillant par terre, après un 8 mars arrosé au Skol et Primus indispose plus d'un. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager