Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

vendredi 24 janvier 2020

RDC: Quel bilan d'un an de Tshilombo dit "Fatshi bidon" !

1 an déjà  qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a été catapulté sur le trà´ne du Congo, après un odieux deal avec Alias kabila, contre le peuple congolais. Nomination électorale, après la publication des résultats fabriqués par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de Corneille Nangaa et confirmée par des juges godillots de la fameuse Cour constitutionnelle aux ordres d'Alias Kabila. C'est un compatriote Christian Mungolongolo qui a fait ce bilan sur les réseaux sociaux. On sent la touche d'un pédagogue.

1. Gratuité de l'enseignement de base: avortée à  cause d'une décision précipitée et irréfléchie : *1/10*

2. Répressions des manifestations pacifiques : la continuité de la kabilie: *0/10*

3. Création d'emplois : *0/10*

4. Lutte contre la corruption : un corrompu ne peut lutter contre l'acte qui lui a conduit à  la tête du pays. Le taux de corruption a dépassé le seuil tolérable. *0/10*

5. La stabilité de la monnaie locale : instabilité inacceptable avec comme conséquences, la hausse des prix denrées alimentaires. *0/10*

6. Paix à  l'EST de la RDC: continuité des massacres. Chantages médiatiques sur une victoire inexistante. Collaboration avec le créateur des groupes des rebelles dans le but d'exterminer le peuple Congolais. Occupation du pays par des familles rwandophones au détriment des nos populations. *0/10*

7. La cohésion nationale: hausse du taux de tribalisme. Jamais vécu auparavant. *0/10*

8. Dignité humaine : ne fait aucun effort pour que le congolais soit respecté dans le monde. S'incline devant les tombes des victimes du génocide rwandais en crachant sur les mémoires des Congolais ayant perdu leurs vies pour obtenir la vraie alternance. *0/10*.

9. Situation politique : forte crise politique causée par sa nomination. Non respect de la volonté populaire. *0/10*.

10. Qualité de l'éducation à  tous les niveaux : pitié pour le Congo. Suspension des activités académiques pour des raisons non fondées. Politisation des sites universitaires et mensonges sur des présumés infiltrés. Hausse des frais académiques. Logement et soins des étudiants dans des conditions inhumaines. *0/10*

Total: *1/100*

Conduite : *médiocre*

Application : *mauvaise*

Taux des mensonges : élevé

Taux de fanatisme : intolérable

Taux d'inconscience : très élevé et tendant vers l'infini.

Taux d'incompétence : au dessus de la moyenne.

Espoir : aucun

Suggestions : Dissolution des toutes les institutions et réorganisation des nouvelles élections auxquelles les incompétents ne prendront part!

Observateur : *Christian MUNGOLONGOLO*

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 11 janvier 2020

RDC: pasteur Mukuna, un ouvrier de la 26è heure qui fait du tapage !

Pasteur Mukuna et Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" !

En République démocratique du Congo, nous avons besoins des vrais hommes de Dieu: clairvoyants, lucides et prophétiques. Pas des pseudo-serviteurs de Dieu, amoureux de Mammon et du luxe, des girouettes et profito-situationnistes.

Bravo Roger Bongos d'avoir ramassé comme il se doit, le pasteur Mukuna, un tribalo-ethnique qui a approuvé et soutenu le vol du destin du peuple congolais par Angwalima Tshilombo " Tshintuntu". Le cupide fils Tshisekedi a fait un satanique deal avec Alias Kabila pour sa Nomination Électorale.

Par coterie tribale, la majorité de nos compatriotes Kasaïens-Luba se sont tus et sont complices des malheurs qui s'abattent sur avec leur traître, collabo, imposteur, usurpateur de frère Tshinjangalala ! Mêmes les leaders Kasaïens des Ong des droits ont joué la partition tribale. Monsieur 15% n'a jamais été élu par le peuple congolais.

Aujourd'hui Mukuna s'agite tel un diable dans le bénitier pour réclamer l'accord du deal FCC-CACH ? Le fourbe Mukuna s'interroge sur la gestion de la Gecamines, la Miba et ose même parle de massacre de Kamwina Nsapu ? Mukuna n'était-il pas au chaudron de mangeoire des Mammouths-Joséphistes durant les 18 ans de l'imposture-occupation d'Alias Kabila ?

Mukuna en bon girouette vire à  800 degrés. Il a le toupet de déclarer "Oyo Ekoya Eya de Mobutu" après avoir défendu la fraude électorale et la fabrication des faux résultats électoraux. Lorsque Me Mukendi wa Mulumba, s'est présenté à  la Cour Constitutionnelle aux ordres d'Alias Kabila, avec 52 avocats tribaux pour défendre son neveu Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" où était Mukuna ?Pourquoi n'a-t-il jamais élevé la voix ?

Qu'il continue de faire son cirque, Mukuna n'est pas crédible. Lorsque Jésus a chassé les marchands du temple (Jean 2:13-35), les juifs n'étaient-ils pas ses compatriotes ? La mission prophétique de l'Église et ses serviteurs est de dire la vérité, d'être du cà´té de la vérité. Défendre des mensonges pour des raisons tribales n'est pas biblique.

Il y a eu des assassinats, massacres, tueries, fosses communes, vols, viols, arrestations arbitraires...Mukuna a préféré diriger l'équipe de football la Renaissance...c'est-à -dire regarder ailleurs. Mukuna a soutenu Angwalima Tshilombo "Tshintuntu" parce qu'il est Luba-Kasaïen, parce qu'il est de sa tribu alors que le faussaire patenté a dealé sa nomination. Mêmes les évêques catholiques de deux Kasaï réunis en synode ont soutenu Tshilombo, l'imposteur-usurpateur.

Les Kasaïens se sont ligués contre la République pour défendre un frère mafieux. Ils ont contribué à  briser la République, à  fouler aux pieds, les valeurs républicaines d'un Etat-Nation.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 13 mars 2018

Pudeurs de gazelle, "Momo" Modeste Mutinga crée son parti le "PDG" !

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard et grand requin

C'est rigolo mais cela ne fait rigoler tout le monde. Fourberies et roublardises sont des "pudeurs de gazelle" qui collent à  la peau de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, qui malgré ses casseroles retentissantes, vient de lancer son propre parti politique dénommé `` Parti démocrate pour la gouvernance » (PDG) ! Qui sonne comme l'autre PDG-"Parti démocratique gabonais", parti cher au dictateur Omar Bongo, qui n'est démocratique que le nom.

Congolais indignés, n'ont jamais oublié: la politique ne transforme pas un homme en voleur. C'est votre vote qui transforme un voleur en politicien ! La pourriture réside parmi des pseudo-élites, collabos repus et profito-situationnistes. Cette pourriture est grandiose, sournoise, nocive, machiavélique dans république bananière comme la République démocratique du Congo.

Connu pour être un fourbe, roublard et grand requin, l`ancien gendarme de Mobutu, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi prend les Congolais pour des niais ! Pourquoi le nom Parti démocrate pour la gouvernance de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est une imposture ? En voici les 5 raisons:

1. C'est Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui a sorti "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de la misère dans lequel il pataugeait et végétais. "Momo" doit tout à  Alias ! C'est alias joseph kabila qui a permis à  "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de quitter la bicoque familiale de Ngaba pour s'offrir une villa à  M'binza. C'est encore Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui a fait nommer "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, Rapporteur au Sénat, après avoir muselé des journalistes, bà¢illonné des médias et cloué le bec aux opposants avec la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM de 2002-2007. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi doit beaucoup à  Alias Joseph Kabila. Le parti démocrate pour la gouvernance ne peut-être qu'un parti satellitaire et appendice du Pprd-Parti-Etat. L'escroquerie politique de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a-t-elle un bon avenir devant elle ? Depuis qu'il est devenu baron et apparatchik du Joséphisme, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'est jamais retourné à  dans la parcelle familiale à  Ngaba, voisine de Makala. Lui qui a grandit et vécu avec l'eau des puits "Mayi Ya Mabulu" a un mépris cette commune populeuse qui l'a connu quand il était encore rien. Mettre le siège de son parti à  Ngaba serait une bonne façon de se rattraper.

2. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été le président de la fameuse "Haute Autorité des Médias"-HAM, lors de la transition de 2002-2007. Autocrate et prédateur de la liberté d'expression, il avait transformé cette institution d'appui de la démocratie, en étouffoir des libertés. Corrompu jusqu'à  la moelle épinière, contre espèces sonnantes et trébuchantes, dans un deal macabre, avec Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, "Momo" redevient un "Gendarme" sans foi ni loi. Il musela des journalistes, il bà¢illonna des médias et cloua des bec aux opposants...en toute impunité pour favoriser le candidat de Louis Michel et de la communauté internationale. Ventriote et ventripotent, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'a rien de patriote. Il est un vendu et corrompu. Dans sa mascarade, "Momo" a même eu le toupet de faire signer aux journaliste à  la Monuc, une "charte de bonne conduite" devant les ambassadeurs du Comité international d'accompagnement de la transition. Le CIAT était composé des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), de l'Afrique du Sud, de l'Angola, de la Belgique, du Canada, du Gabon, de la Zambie, de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Mission de l'ONU en RDC. Nulle part au monde, sauf dans des dictatures, on moutonne des journalistes, comme l'a voulu faire "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avec la HAM.

3. N'est-ce pas "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui avait annulé le débat démocratique inscrit dans la Constitution de la transition ? Débat qui devait qui devait opposer les deux candidats arrivés en lice, Jean-Pierre Bemba et alias Joseph Kabila, lors de l'élection Louis Michel 2006. A l'époque, 60 millions de Congolais ont été privés d'un débat démocratique. Leur droit de se choisir un président par rapport à  son programme, ses convictions politiques et la volonté de sortir la RDC des marasmes. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, pour son ventre, a bafoué ce droit légitime du peuple congolais. N'est-ce pas de l'amnésie et de la provocation de nommer son écurie mangériste: parti démocrate pour la gouvernance ?

4. C'est depuis 2007 que "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est sénateur et siège au palais du peuple. Sénat godillot et illégitime depuis des années, le pseudo-démocrate pour la gouvernance continue de siéger. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi comme les autres godillots sénateurs ont tripatouillé la Constitution pour passer de deux à  un tour pour l'élection présidentielle. Imaginez un président élu à  moins de 50%, a-t-il la légitimité ? Collabo, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'est qu'un accompagnateur du régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale depuis 17 ans. N'est-ce pas "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui a sorti toute une batterie d'arguments, qui est devenue une loi pour nommer Alias Joseph Kabila, sénateur à  vie malgré sa haute trahison des idéaux de la République, ses crimes politiques, économiques et sociales imprescriptibles. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est complice d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale et vice-versa.

5. Accusé par l'Afrique du Sud comme sénateur proxénète, n'est-ce pas Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui est intervenu auprès de Jacob Zuma, président Sud-africain pour sauver la tête de "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de l'emprisonnement ? Oiseaux de même plumage volent en compagnie, des mafieux se tiennent par la barbichette.

Lire la suite...

Partager sur : Partager