Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - sanctions américaine

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 23 février 2019

RDC: Sanctions américaines aux apparatchiks, à  quand la capture d'Alias Kabila?

Des juges godillots prêtant serment devant Alias Kabila au palais du peuple

Alias Kabila est-il un intouchable ? Pourquoi ne figure-t-il pas sur la liste des sanctionnés des Etats-Unis ? La tricherie électorale qui vient de se dérouler en République démocratique du Congo, c'est lui le vrai commanditaire ! Les Corneille Nangaa, président de la commission Électorale Indépendante (CENI), Benoît Lwamba, président de la Cour Constitutionnelle et Aubin Minaku , président de l'Assemblée nationale ne sont que des petits couteaux d'un régime-système terroriste, corrompu et toxique. Si des apparatchiks du régime d'Alias Kabila sont sanctionnés qu'en est-il des bénéficiaires de cette farce électorale ? A commencer par Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, président NOMMÉ après un odieux deal avec Alias Kabila ? Le peuple congolais est allé aux élections pour le dégagisme d'un régime-système mafieux !

C'est le peuple souverain qui donne la légitimité. La souveraineté du peuple congolais est au dessus de la légalité de la Cour Constitutionnelle corrompue et inféodée. La légitimité du peuple congolais est au dessus des cours et tribunaux en République démocratique du Congo. Le peuple congolais congolais a élu Martin Fayulu, c'est lui le Président de la RDC. Le pantin et valet Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est illégitime. Monsieur 16% n'est pas légitime. Celui qui tire les bénéfices d`une opération mafieuse en étant conscient de ce que cela implique est un receleur, coupable à  même titre que les organisateurs de la tricherie. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est tricheur et fraudeur ! Il ne mérite pas d'être président de 80 millions des Congolais. Comment peut-on parler de l`universalité des élections pour la démocratie et accepter que nos compatriotes de Beni-Butembo et Yumbi ne puissent pas voter leur président de la République ? En quoi Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe président NOMMÉ, peut-il prétendre être président de nos compatriotes de Beni-Butembo-Yumbi ? Ces derniers l'ont clamé à  Martin Fayulu, le seul homme d'Etat qui s'est rendu dans ces contrées de la République avant et après les frauduleuses élections: Félix Tshilombo n'est pas nà´tre président. Il n'a jamais été élu par nous !

Corneille Nangaa, Norbert Basengezi, Aubin Minaku et Benoit Lwamba, des mafieux sanctionnés par les Etats-Unis

Des mafieux du régime d'imposture, d'occupation et prédation se croient des intouchables. Le mafieux Corneille Nangaa rejette les sanctions américaines. Ces sanctions sont-ils un coup d`épée dans l`eau ? N'auront-ils sans effet ? Les Kabilo-Tshilomboïstes plaident pour la levée des sanctions des officiels congolais frappés par l`Union Européenne et celles des Américains sans impact.

Désignations publiques et restrictions de visas imposées à  plusieurs responsables de la République démocratique du Congo en raison de leur implication dans une corruption importante, des violations des droits de l'homme, des abus ou une atteinte à  la démocratie

Les États-Unis soutiennent le peuple de la République démocratique du Congo (RDC) à  la suite du transfert historique du pouvoir de ce pays. Les élections reflètent le désir de la population de la RDC de changement et d'institutions gouvernementales responsables. Cependant, la conduite et la transparence du processus électoral suscitent des préoccupations légitimes.

Le secrétaire d'État désigne publiquement, en raison de leur implication dans une corruption importante liée au processus électoral, les personnes suivantes: M. Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo (RDC); M. Norbert Basengezi Katintima, vice-président de la CENI; M. Marcellin Mukolo Basengezi, conseiller du président de la CENI; M. Aubin Minaku Ndjalandjoko, président de l'Assemblée nationale de la RDC; et M. Benoit Lwamba Bindu, Président de la Cour constitutionnelle de la RDC. Cette désignation publique est faite en vertu de l`instruction 7031 (c) de la loi de 2019 portant ouverture de crédits pour le Département d`État, Opérations étrangères et programmes connexes (Div. F, PL 116-6-).

La Section 7031 (c) prévoit que, dans les cas où le Secrétaire d`État dispose d`informations crédibles indiquant que des fonctionnaires de gouvernements étrangers ont été impliqués dans une corruption grave ou une violation flagrante des droits de l`homme, ces personnes et les membres de leur famille immédiate ne peuvent entrer dans le pays. États Unis.

Le secrétaire d'État impose également des restrictions de visas aux fonctionnaires électoraux, ainsi qu'aux responsables militaires et gouvernementaux soupçonnés d'être responsables, complices ou auteurs de violations des droits humains ou d'atteintes au processus démocratique en RDC.

Ces personnes se sont enrichies par la corruption ou ont dirigé ou supervisé des actes de violence à  l'encontre de personnes qui exercent leur droit de réunion pacifique et leur liberté d'expression. Ils agissaient en toute impunité aux dépens du peuple congolais et faisaient preuve d'un mépris flagrant pour les principes démocratiques et les droits de l'homme.

Le département d'État souligne que les actions annoncées aujourd'hui sont spécifiques à  certains responsables et non au peuple congolais ou au gouvernement nouvellement élu. Cette décision reflète l'engagement du Département d'État à  travailler avec le nouveau gouvernement de la RDC pour concrétiser l'engagement qu'il a pris de mettre fin à  la corruption et de renforcer la démocratie et la responsabilité, ainsi que le respect des droits de l'homme.

Washington DC, 22 février 2019

Ni les sanctions des Etats-Unis ni celles de l'Union européenne n'impressionnent les apparatchiks mafieux du régime d'Alias Kabila. Le corrompu et fraudeur Corneille Nangaa, président de la CENI réfute les sanctions américaines. Il voudrait faire croire les sanctions qui le touchent sont arbitraires. Pourquoi Corneille Nangaa n'a jamais publié les résultats de l'élection présidentielle bureau de vote par bureau de vote ? Où en est l'enquête de l'incendie de l'entrepà´t de la CENI ? Si l`épidémie d'Ebola était existante pourquoi les habitants de Butembo sont sortis massivement et ont fait une vote citoyenne le 30 décembre 2018 sans qu'il y ait des cadavres partout ? Et Martin Fayulu qui a été dans le coin pendant la campagne électorale et il y est revenu qu'il y a quelques jours: le président élu a salué, embrassé et parlé avec des compatriotes de Beni-Butembo sans qu'il tombe malade à  son retour à  Kinshasa !

Lire la suite...

Partager sur : Partager