Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - triangle Weimar

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 7 décembre 2019

Allemagne: Evelyn Ziegenrà¼cker parle de Raphaà«l Élizé avec passion !

Evelyn Ziegenrà¼cker, la présidente du Triangle Weimar dans la région de Thà¼ringen en Allemagne

Figurez vous, c'est en Allemagne, que je découvre l'histoire du premier maire noir de France: Raphaà«l Elizé ! C'est une Allemande qui me parle avec passion et en bon français. Evelyn Ziegenrà¼cker est la présidente du Triangle Weimar dans la région de Thà¼ringen en Allemagne. L'excuse mais surtout l'esquive de s'échapper par une pirouette du type: "Je ne me suis jamais intéressé par l'histoire de cette période" ! J'ai laissé Evelyn Ziegenrà¼cker parler et j'ai écouté surtout beaucoup appris au delà  de Raphaà«l Elizé, le travail formidable de Triangle Weimar avec des écoliers de trois pays: La France, Pologne et l'Allemagne !

Raphaà«l Elizé (La Martinique 1891- Buchenwald 1945) - Français, résistant, déporté, à  Weimar, en février 2019, une plaque commémorative a été placée à  l'angle des rues Andersen-StraàŸe - Kromsdorfer StraàŸeRaphael Elizé ! Arrêté en septembre 1943 par la Gestapo et envoyé en janvier 1944 à  Buchenwald, où il mourra le 9 février 1944, à  Weimar sous des bombes alliées qui visaient l'usine d'armement Gustloff-Werke. L'association Triangle de Weimar honore la mémoire de Raphaà«l Elizé, en tant que représentant exceptionnel des dizaines de victimes de ce bombardement, et plus généralement de la barbarie nazie.

Raphaà«l Elizé fut le premier maire noir de France. "Le 19 mai 1929, dans une petite ville de la Sarthe, un Martiniquais devenait le premier maire noir de France. Un parcours semé d`épreuves pour un destin hors norme : celui de Raphaà«l Élizé. Martiniquais, petit-fils d`une esclave affranchie (Élise, qui donna son nom à  la famille) : a priori, rien ne prédisposait Raphaà«l Élizé à  devenir maire de Sablé-sur-Sarthe, petite commune des pays de la Loire. Et pourtant… Né le 4 février 1891 au Lamentin, Raphaà«l a seulement 11 ans lorsqu`il est contraint de fuir, avec sa famille, la monstrueuse éruption de la montagne Pelée (30000 morts). Il poursuit sa scolarité à  Paris avant d`intégrer l`École nationale vétérinaire de Lyon, dont il ressort major en 1914. Aussità´t, la guerre éclate. Le jeune homme est mobilisé sur le front de la Marne, dans le 36e régiment colonial d`infanterie. Il survit et est décoré de la Croix de guerre en 1919. La même année, Raphaà«l Élizé est nommé vétérinaire à  Sablé-sur-Sarthe, petite ville rurale et conservatrice de 5 000 habitants. Il s`y installe avec sa femme Caroline et, par son travail et son implication dans la vie locale, gagne peu à  peu le respect de la communauté. Une popularité qui, toutefois, ne lui assure pas encore la mairie lorsqu`il se présente pour la première fois, en 1925, sous l`étiquette SFIO (Section française de l`Internationale ouvrière), à  laquelle il a adhéré l`année précédente. Quatre ans plus tard, le 19 mai 1929, il transforme l`essai, devenant le premier maire noir de l`Hexagone. Réélu en 1935, il équipe Sablé d`une cantine, d`un terrain de football et d`une piscine olympique - la première dans l`ouest de la France. Il met aussi en place une consultation pédiatrique gratuite à  l`hà´pital local. Destitué par l`occupant La guerre, de nouveau, l`interrompt dans son élan. Mobilisé en septembre 1939 comme vétérinaire à  Hirson, dans l`Aisne, il est destitué de ses fonctions de maire par l`occupant à  son retour du front, le 9 aoà»t 1940. `` Il est incompréhensible pour le ressentiment allemand et pour le sens du droit allemand qu`un homme de couleur puisse revêtir la charge de maire », exprimait un arrêté de la Feldkommandantur. Redevenu vétérinaire à  plein temps, il s`engage dans la Résistance. Il est dénoncé et arrêté en septembre 1943, puis déporté à  Buchenwald le 17 janvier 1944. Le 9 février 1945, il est grièvement blessé lors d`un bombardement allié de l`usine d`armement allemande de la Gustloff-Weimar le 9 février 1945, et décède dans la journée". Raphà¤el Elizé a laissé derrière lui un solide héritage. "Son modernisme et son enthousiasme ont profondément marqué les Saboliens", l`élection de Raphaà«l Élizé fut le symbole d`une "première avancée de la lutte contre les préjugés".

Sous le slogan "L'avenir de nos pays - c'est l'Europe" s'est réuni dans la semaine européenne du 6 au 12 mai dernier à  Amiens dans le Hauts-de-France, 65 enfants de 11 ans de Malopolska. Un rà´le de connexion a été joué par la culture de la chanson. Relation amicale entre les écoliers français , Allemands et Polonais qui ont chanté et offert de merveilleux à  Amiens et Beauvais. En 2020, les écoliers vont se retrouver en Pologne.

Le projet "WEIMAR TRIPLE-TRà“JKÄ„CIK WEIMARSKI-PETIT TRIANGLE DE WEIMAR" pour les enfants vise à  les aider à  surmonter leurs limites et à  élargir leurs horizons pour leurs voisins européens. Il s'agit d'apprendre à  se connaître et d'apprendre les uns des autres. Ce projet unique est devenu un incontournable des relations de voisinage européennes. Il vise à  tirer parti des intérêts des enfants, à  leur donner les moyens de vieillir en fonction de leur à¢ge et à  encourager la responsabilité sociale et l'engagement social.

Les élèves du Collège Gerard Philipe de Froissy, de l'école Szkoœ‚a Podstawowa Nr 2 de Rabka et de la State Community School de la Red Mountain Erfurt ont passé une semaine passionnante et mouvementée dans la région partenaire de Thuringe. Le programme comprenait la préparation de deux concerts communs à  Beauvais et Amiens, une visite à  vélo autour d'Amiens, une visite de la ville d'Amiens et une visite de la cathédrale et du musée Jules Verne, ainsi qu'une visite guidée du zoo et du patinage sur glace au Colisée. Pour les enfants, ce furent des expériences inoubliables. En 2018, l'histoire d'Amiens et de toute la région concerne le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, et la visite d'Albert au musée de la Somme 1916 a été une expérience importante pour les enfants et de nombreuses questions ont été posées. Les mécènes de ce projet pour enfants étaient les artistes éminents Jacek Cygan de Pologne, Rolf Zuckowski d'Allemagne et Christophe Schittulli de France, qui se sont tenus avec les enfants sur scène. Les concerts devant la mairie de Beauvais et dans la grande salle de l'auberge de jeunesse d'Amiens ont été applaudis. à€ Beauvais, les enfants, leurs encadrants, les représentants du Triangle de Weimar eV et de l'Association du Triangle de Weimar ont été invités par le maire adjoint Olivier Taboureux à  une réception en mairie après le concert. Là , Dieter Hackmann a également profité de l'occasion pour remercier la Mairie de Beauvais et les écoles pour leur soutien à  la rencontre. Des remerciements particuliers vont à  la vice-présidente de l'association Marie de Mercey et aux membres de l'association partenaire française pour l'excellente organisation et organisation de la réunion trinationale. Les directeurs d'école, les enseignants des écoles participantes, les membres de l'Association française des associés et les animateurs expérimentés de l'atelier Marie Adamowicz et Bogna von Woedtke ont fourni une semaine très excitante, belle et inoubliable. Des remerciements particuliers leur sont adressés, en particulier à  Jolanta Haniaczyk, Szkoœ‚a Podstawowa No 2, Barbara Fontyn, le Collège Gérard Philippe et Anja Baumgarten et Michael Strupp, State Community School on the Red Mountain Erfurt.

Le Triangle de Weimar définit la coopération trilatérale entre la France, l'Allemagne et la Pologne. Il est, pour reprendre la formule de Bronisœ‚aw Geremek `` un instrument politique intelligent ». Concrètement, c'est un forum de rencontre, de dialogue et d'échange informel entre ces trois pays, et non un accord formel de coopération. Il est instauré officiellement en aoà»t 1991, deux ans après la chute du mur de Berlin, un an après la réunification allemande et l'année même de la dissolution de l`URSS.

L'initiative de cette coopération étroite entre la Pologne, l'Allemagne et la France, revient au ministre des Affaires étrangères allemand Hans-Dietrich Genscher. Convaincu de l'importance de la coopération européenne et fervent artisan de la Coopération politique européenne, celui-ci réunit ses homologues polonais et français Krzysztof Skubiszewski et Roland Dumas le 28 aoà»t 1991 à  Weimar.

Le choix de la date et du lieu de la rencontre fondatrice ne doit rien au hasard : le 28 aoà»t est l'anniversaire de la naissance de Goethe, tandis que Weimar est hautement symbolique : outre le fait que Goethe et Schiller y vécurent, cette ville de Thuringe est celle où fut fondé le premier régime démocratique allemand, la République de Weimar, qui sombra sous la montée des extrêmes et disparut à  la suite de la prise de pouvoir du dictateur Adolf Hitler en 1933. Weimar se situe par ailleurs à  une dizaine de kilomètres du camp de concentration nazi de Buchenwald. Le Triangle de Weimar est donc fortement rattaché à  l'histoire récente européenne, au devoir de mémoire quant au génocide nazi, à  l'humanisme, à  la démocratie et aux droits de l'homme.

La création du Triangle de Weimar exprime tout d'abord la volonté d'associer la France à  la réconciliation germano-polonaise, en s'inspirant de l'expérience exemplaire de réconciliation franco-allemande. Il s'agissait de ne pas laisser l'Allemagne et la Pologne dans un face à  face conflictuel stérile et d'orienter aux mieux leur démarche de bon voisinage.

Le Triangle devait permettre de soutenir activement le rapprochement de la Pologne au système de sécurité transatlantique de l'OTAN et de préparer au mieux sa future adhésion à  l'Union européenne. Ces deux objectifs furent couronnés de succès : la Pologne intègre l'OTAN en 1999 et adhère à  l'UE le 1er mai 2004. Depuis l'entrée de la Pologne dans l'Union européenne, le Triangle de Weimar est devenu un cadre privilégié de concertation et de renforcement du dialogue politique et de la coopération entre les trois États.

Lire la suite...

Partager sur : Partager