Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - vérité des urnes

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 26 janvier 2021

Etats-Unis: De Donald Trump à Joe Biden, l'analyse politique de Salomon Vakala !

Etats-Unis: De Donald Trump à Joe Biden, l'analyse politique de Salomon Vakala !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Biden Trump 14.jpg, janv. 2021

Les élections américaines vont laisser des traces. Salomon Vakala, journaliste enquêteur et analyste politique, pour vérifier s'il y avait fraude électorale comme le prétendait les pro-Trump, a voté dans sa ville à Raleigh et a tenté d'aller voter dans un autre bureau de vote...non seulement, il a été repéré, confondu et assorti d'une menace d'arrestation. Salomon Vakala a répondu à Réveil FM

freddy-mulongo-biden-trump

                                                                                                                                                       1. Réveil FM International: Les images des assaillants pro-Trump en train d'escalader le capitole ont fait le tour du monde. Les pro-Trump qui réclament la vérité des urnes comme les opposants africains le font n'est-ce pas une ironie de l'histoire? 

Salomon Vakala: Exactement vrai. Vous avez, en Afrique, le Président en exercice et le parti au pouvoir n'organisent jamais des élections pour les perdre. Les exemples sont typiques, à travers toute l'Afrique, depuis la nuit des temps. Ma tête bouillonne encore lorsque du temps de Mobutu au pouvoir, Kwebe Kimpele fut encore l'un des journalistes en vue de la Voix du Zaïre, spécialement à cause de sa voix roque. Des élections présidentielles forent organisées dans un pays africain. Et Kwebe Kimpele de faire un reportage à ce sujet. Il dira alors que : "Le Président... a été réélu avec 98,9 % des points. Comme quoi, les Présidents Africains se font succéder à eux-mêmes..." Il connu une suspension d'un mois pour avoir trop révélé dans ses observations.
C'est cette ironie du sort que vient de connaitre les USA sous la présidence de Trump. Le monde devrait savoir qu'avant même que les
Américains se rendent aux urnes, que cela soit par voie postale ou en personne, Président Trump condamnait déjà des élections qui
n'avaient pas encore eu lieu. Il répondra à une question d'un journaliste qui voulait savoir alors s'il accepterait les résultats des
prochaines élections présidentielles. Sa réponse: "Only if I win" (Seulement si j'étais déclaré vainqueur.)
Dès lors, tout ce qui est arrivé: son refus de reconnaitre les vrais résultats des élections, sers accusations, ses pressions sur les Etats
fédérés, ses plaintes juridiques sur un problème non fondé.... ne sont que le résultats des idées préconçusses sur le futur des résultats des élections que beaucoup savaient déjà perdu en avance 4 cause de la manière dont il a aménagé le COVID-19, sa stratégie électorale qui consistait à décourager ses suiveurs de ne pas participer au vote électoral par voie postale et l'économie en ruine à cause de la
pandémie, justement.
La conséquence la plus grave est que les USA ont perdu leur autorité morale en ce qui concerne la démocratie qu'ils ont toujours professé aux dirigeants Africains de suivre. On se pose la question de savoir si Le Centre Jimmy Carter, très absent sur le sol américain pendant toutes les équilibrations du Président Trump aura encore cette audace de venir en observateur dans les pays africains qui veulent organiser leurs élections, minée d'une fraude à outrance ou pas. Sous quelle autorité et pour nous enseigner quoi?

freddy-mulongo-biden-trump-1

2. Réveil FM International: Les Américains donneurs de leçons aux régimes dictatoriaux, grâce à Donald Trump, les dictateurs peuvent continuer à dictature en toute impunité. Les Etats-Unis ont-ils perdu leur autorité morale avec Donald Trump ?

Salomon Vakala: Pa son comportement belliqueux et offensif depuis qu'il est arrivé au pouvoir, le Président Donald Trump vient de révéler plus d'une chose:
 Il a prouvé devant la face du monde qu'il envie les dictateurs Africains qui demeurent au pouvoir au delà des limites établies.
Il avait annoncé une fois que les USA devraient suivre l'exemple de la Russie et de la Chine en ce qui concerne la durée du mandat présidentiel, c'est-à-dire prolongé, sans fin au bout de l'horizon (sic)
 Il a diminué les institutions fédérales en violant, continuellement le processus démocratique qui les caractérise. Une fois son le Parti Républicain avait perdu la chambre du Congrès au profit des Démocrates, il avait intimé l'ordre à tous les fonctionnaires de son administration de ne jamais répondre au "Subponea" (convocation obligatoire de comparaitre devant le Congrès pour répondre aux question. la conséquence de cette situation est que la branche exécutive avait réellement créé une crise constitutionnelles jamais connu dans l'histoire américaine.
 En bon dictateur camouflé, Trump a même démontré le conflit d'intérêt qui existait entre son pouvoir exécutif comme opposé à
ses affaires privées. Il avait, une fois, obligé son Vice Président, en mission au Royaume Uni de demeurer dans les résidences son terrain de Golf situé à 300 miles (presque 700 kilomètre du (lieu de rendez-vous). Le gouvernement américain devait payer des frais à Trump et ses affaires pour cette mission. Il n'a jamais visité le Camp David, la résidence officielle de retraite et de Week End de la Maison Blanche, au profit de sa résidence de Floride avec le gouvernement Américain supporter ses déplacements et ses dépenses dont les sommes exorbitantes profitaient son empire.
Devant cette "montagne" de viol et de conscience, l'on est arrivé au point où les dictateurs africains n'ont aucune leçon orale de recevoir des USA. Cette situation va les rendre, plus impénitents et violer leurs propres lois, leurs constitutions car la pression qui est supposée des USA s'est envolée avec le comportement impudique de l'ancien Président américain.
Dieu seul sait si cette autorité morale qui a fait des USA le berceau de la démocratie sera vite rétablie.

freddy-mulongo-biden-trump-3

3. Réveil FM International: Le président américain Donald Trump est-il envieux des présidents dictateurs africains qui s'accrochent au fauteuil présidentiel ?

 Salomon Vakala: Je crois avoir déjà répondu à cette question. Non seulement il est envieux mais si les circonstances le lui permettait, il allait demeuré au pouvoir au delà des limites établies par la Constitution. Voici encore une situation qui lui rend fous, lui qui ne  supporte pas des échecs: Bill Clinton, George W. Bush, Barak Obama...tous ces président ont un avantage en commun. Ils ont tous passées 8 ans au pouvoir, donc réélu pour un second mandat contrairement à lui qui ne vient de faire que 4 ans. Son refus de vouloir renverser les élections plausibles a été un moyen illégale de se cramponner au pouvoir. En vain!

freddy-mulongo-biden-trump-6


4. Réveil FM International: La Fondation Jimmy Carter a l'habitude d'envoyer ses observateurs électoraux dans des pays africains. Avec les images de capitole, les observateurs américains sont-ils encore légitimes en terre africaines avant, pendants et après les élections ? 

Salomon Vakala: C'est qui est plus curieux pour la Fondation Jimmy Carter c'est cette absence dans le sol américain. Elle se montre donneur des leçons sur la terre africaine mais garde un silence benoit, a "missing in action" dans son propre pays. On dirait qu'elle a été mise en place uniquement pour se présenter en observatrice et donneuse des leçons aux Africains. En tout cas avec le comportement de Trump cette autorité morale vient de s'écrouler comme un château des cartes. Quel pays africain va encore les recevoir? Les grands perdants ce sont les missions d'observation locales qui viennent de perdre un associée puissante dans cette affaire d'observer et de surveiller des élections présidentielles africaines déjà gagnées en avance.

freddy-mulongo-biden-trump-7


5. Réveil FM International: En RDC, Martin Fayulu réclame la vérité des urnes toujours pacifiquement. Aux Etats-Unis, c'est avec des fusils d'assaut que les pro-Trump parlent de la tricherie et réclament la vérité des urnes...

Salomon Vakala: C'est une situation que nos enfants vont étudier durant toute leur vie. Pour un Président Américain de tenir un "Meeting" pendant les deux chambres sont entrain de valider les voix du Collège électoral et des encourager, non seulement d'empêcher cette session mais de faire une intrusion au Capitole dans le but de tuer certains membres du Congrès comme on l'observé, dépasse l'entendement humain. Pour les Congolais, ces images se marient avec les adeptes de l'UDPS qui avaient fait une intrusion et casser les chaises et à la recherche de la Présidente Jeanine Mabunda qu'ils pouvaient violer en cas d'extrême.
A ce niveau, Martin Fayilu parait plus civilisé, plus démocratique et plus relevant que la piètre figure de Trump qui se dit ancien Président des USA.
En plus, Martin Fayilu a tout le droit et toutes les preuves de contester les élections truquées au Congo. Ici aux USA, je suis l'une des
personnes à vouloir vérifier le système électoral accusé de fraude. A moins de deux heures, j'avais voté dans un centre et je suis, très
vite, présenté dans un autre centre pour voter la seconde fois. J'ai passé l'étape d'introduction, mais on m'avait appréhendé, une fois que j'ai décliné mon information, sans me demander une carte d'identité. Le Computer avait révélé que je venais de voter il y a 30 minutes dans un autre centre. On m'a menacé d'arrestation. Alors je leur ai dit que j'étais un écrivain et un Reporter entrain de vérifier le processus électoral pour un article en rédaction. La police, après avoir vérifié mon identité m'a laissé partir.
Si Martin Fayilu a toutes les raisons de se plaindre et réclamer la vérité des urnes, Donald Trump se montre comme un nain en la
matière. La vérité n'est pas de son coté. Il entre dans l'histoire américaine comme LE MENTEUR EN CHEF QUE CE PAYS
N'AURA JAMAIS CONNU.

freddy-mulongo-biden-trump-9


6. Réveil FM International: L'élection Trump-Biden a réveillé et exacerbé le racisme aux Etats-Unis, quelles en sont les raisons? 

Salomon Vakala: L'histoire du racisme aux USA n'est plus à démontré. Même les enfants Noirs de moins de 12 ans étudient et savent que le racisme est un fait réel. Depuis le temps des Leaders civils du mouvement de libération, en passant par le Dr. Martin-Lutter King, Jr, Malcolm X et de nos jours cette lutte continue.
Naïvement, les Noirs ont été trompé avec l'élection du premier Noir aux présidentielles. Avec l'élection de Barak Obama, nous avions cru, naïvement que le célèbre discours de Dr. Martin-Lutter King, Jr (I have Dream.../ J'ai un rêve) dans lequel il prophétise que "Mes enfants" seront, un jour jugé, non pas par la couleur de leur peau, mais par le content de leur caractère...) avait trouvé sa culmination avec Obama au Pouvoir.
Mais s'il existe un Américain qui a douté de l'existence de Barak Obama, c'est Trump. S'il existe un Américain qui hait Obama c'est
Trump. Ce dernier n'a jamais reconnu l'existence, la naissance de Barak Obama sur le sol américain et moins encore sa présidence dont
il avait juré l'effacement de tout un héritage. Avec Trump au pouvoir, les Américains se sont rendus compte que
l'avènement de Barak au pouvoir n'avait rien changé en ce qui concerne le racisme. Mais plus, un phénomène ne s'est révélé: Donald Trump n'a pas inventé le racisme qui ronge la société américaine. Ce phénomène existe de puis des décennies. C'est un phénomène pour lequel beaucoup des Noirs, y compris le Révérend Dr. Martin-Lutter King, Jr ont payé de leur vie.
Ce que Donald Trump a accompli, c'est d'avoir accordé UNE VOIX AUX RACISTES DEPUIS LA MAISON BLANCHE. Depuis que
Trump a utilisé un langage non voilé en supportant les racistes, ces extrémistes ont trouvé en lui leur porte parole, la voix de la raison. Ils ont quitté l'ombre sous lequel ils se sont atterrés depuis des décennies et, comme des rats pour montrer leurs museaux sur la place publique. Trump le raciste a caractérisé les femmes comme des cochons, les Mexicains des vendeurs de drogue, les Arabes des terroristes, les pays africains "Shitholes countries" les pays de merde), les Présidents Africains des voleurs qui ne savent pas s'occuper de leurs peuples. Il déteste les Noirs, Anti-sémitisés, les Jaunes. Pour lui, tout ce qui n'est pas de la race blanche est inférieure. De là "White Supremacy" (la supériorité de la race blanche.)
Ce qui est drôle est le fait que non seulement des extrémistes de droites mais également beaucoup des membres du Parlement
américain. Les bandes vidéos et sonores existent lorsque ces politiciens attaquaient Trump de raciste; qu'il ne méritait pas et donc
invalide d'occuper la Maison Blanche mais ont fait un détour de 360 ° pour supporter ses actions racistes jusqu'à la fin de son règne.
Le Révérend Dr. Martin-Lutter King, Jr doit se retourner dans sa tombe pour constater que recul de l'histoire ce pays vient de connaitre avec Trump au pouvoir.

freddy-mulongo-biden-trump-12


7. Le gouvernement Trump a soutenu le hold-up électoral de Tshilombo, voleur de destin du peuple congolais. Doit-on espérer un changement avec Joe Biden ? 

Salomon Vakala: Raisonner ainsi c'est naïve et donc ne pas connaitre la politique extérieure américaine. Je vous prie d'attacher mon article ci-dessous pour répondre à votre question:
Voir l'article attaché. Please, mon frère reprend cet article pour
répondre à cette question.

RELATIONS USA-RDC
AVEC LE 46 ième Président,
NOUS Y SOMMES ENCORE!

Pauvre Congo!
Maintenant que Joe Biden est proclamé officiellement le président-élu, le Congolais, dans sa recherche immature pour justifier l'échec cuisant de son pays, revient au même point de départ: condamner les autres de ses actions négatives sans jamais assumer une partie de responsabilité.


TRUMP...TOBEBI NA CONGO AWA O KEYI.

Hier, nous avions été prêchés par des prophètes de malheur que sont les Congolais eux-mêmes que le Président Donald Trump, grand supporter de Fatshi Béton (sic) va changer tout au Congo. Quatre ans après, Trump est, inévitablement, à la porte. Son administration ressemble à un bateau en naufrage...un bateau qui coule. Miraculeusement, ce sont maintenant des photos de Joe Biden avec Janet Kabila qui circulent dans les médias sociaux. Nous devons avouer que le Congolais est un "éternellement insatisfait". Etre éternellement insatisfait est encore mieux. Mais de là à ne pas assumer ses responsabilités, ne pas reconnaitre ses inaptitudes et surtout
verser tout sur le dos d'un autre (personne ou pays) est un chemin droit qui amène vers la hécatombe.
A en croire ceux qui les postent, Joe Biden qui entretient des affinités avec le Clan Kabila sera ennemi patenté du peuple congolais. Nous l'avons mentionné, le disons et nous le répétons encore: Il existe une politique extérieure (étrangère) qui définit
les rapports entre Etats et entre gouvernements. La stratégie pourra changer, les diplomates pourront partir ou se succéder, les administrations changeront péremptoirement chaque quatre ans à la Maison Blanche. Mais une chose, un fait demeurer
intacte: LES INTÉRÊTS AMÉRICAINS. Le locataire à la Maison Blanche fera une évaluation de l'intelligence, du degré de cupidité et de la maturité politique du président en exercice au Congo. La CIA mettre sur la table du président le côté faible et le coté fort (si toute fois un cote fort existe). A partir de ces éléments sera définie la politique extérieure balancée des USA vis-à-vis du Congo. C'est une politique qui ne vise pas, nécessairement les intérêts du peuple Congolais. En fait, le bien-être du peuple congolais devient une préoccupation au cinquième plan pour autant que les intérêts américains soient portés au cœur.
Dès lors, que ce soit une administration américaine républicaine ou administration américaine démocrate, le but (la
politique extérieure) poursuivi reste le même: LES INTÉRÊTS AMÉRICAINS. Méfions-nous des apparences.

Voici les quelques images de notre capitale, par exemple. Compte tenu de nos relations avec les USA, nous voulons:


 Que les Américains viennent arranger nos routes défoncées.
 Que les Américains viennent faire disparaitre les dépotoirs qu'André Kimbuta et les autres ont plantés dans tous les coins de Kinshasa.
 Que les Américains viennent cultiver des tomates et légumes sur les zones vertes de Kinshasa alors que Olive Lembe s'est mise au travail sans faire appel aux mêmes Américains.
 Rémunérer "Notre autorité Morale" 680.000 dollars PAR MOIS, les politiciens des émoluments allant de 21 mille dollars PAR MOIS pendant nos mamans, nos papas, nos enfants sont coupés de tout moyen de subsistance.
 Que la police et les éléments de forces armées pillent et maltraitent nos populations en lieu et place de les défendre et les protéger.
Pauvre Congolais! Quand nous aurons compris que la politique extérieure américaine dicte que les intérêts américains soient au
front de toute diplomatie, nous comprendrons alors que nous aurons rien à attendre des Américains dans la gestion régulière
ne notre pays.
Nous avions eu notre Bill Clinton, nos Bushes, notre Barak Obama, notre bien aimé Donald Trump et maintenant, sauf une surprise désobligeante de dernière minute,  Joe Biden. Attendons-nous toujours aux miracles?
Voici, ci-dessous, les images , ci-dessous, les images témoignant comment nous Congolais, gérons notre pays, peu importe
l'administration américaine assise dans la Maison Blanche:

 

freddy-mulongo-biden-trump-13

8. Réveil FM International: En quoi la relation Etats-Unis-RDC nous profitent à nous Congolais ?

Salomon Valaka: Tout dépend de ce que nous appelons "PROFITER" ! Je sais qu'avec l'internet, le monde est devenu un village. Il n'est plus questions de vivre en autarcie étant entendu que tout le monde a besoin de l'autre. Sur le plan de géopolitique, l'espoir n'existe pas. Comme dira Patrice Lumumba, l'histoire du Congo sera écrite par les Congolais eux-mêmes.
Pour nous de penser, en termes de "Profiter" des USA, la question qui se pose est celle de savoir: Pourquoi seulement les Américains et non les Russes ou les Chinois? Le gouvernement Congolais a l'obligation de définir sa politique étrangère et décider avec qui faire des affaires. Malheureusement, de nos jours encore nous embrassons notre qualification des pays satellites. Nous sommes toujours le terrain de jeu des grandes puissances bien que ce n'est pas encore au niveau de la guerre froide. Mais nos matières premières décideront toujours les enjeux politiques et les puissances étrangères, à travers leurs multinationales continuerons à appauvrir l'Afrique.
D'abord Mobutu, puis Kabila le fils et maintenant Tshisekedi. La moto est la même: mangez, volez, enrichissez-vous comme vous voulez. Mais ne touchez pas à nos intérêts. Ceux qui ont inscrits à ce dictat se
sont enrichis mais la fin n'a jamais été garantie. Mzee Laurent-Désiré Kabila qui voulait se présenter en nationaliste a été téléguidé le plus vite que possible.
Hier c'était Bill Clinton, Georges W. Bush, Barak Obama et Donald Trump. Aujourd'hui c'est Joe Biden. Posez la question aux
Congolais en général et aux Kinois en particulier: Qu'est ce qui a changé dans leur vie? Leur réponse? NENNI!
Ici aux USA, avec la COVID-19, les Américains avaient reçus chacun un chèque de 1.200 dollars. Deux mois passés Trump a distribué 600 dollars. Joe Biden parle de 1.400 pour arrondir à 2.000 dollars. On parle aussi de 3.000 dollars par an en raison de 300 dollars par mois pour un crédit de l'enfant. Pour vous dire que chaque pays devra s'occuper de son peuple. Mais comment y arriver au Congo avec une corruption institutionnalisée?

freddy-mulongo-biden-trump-14


9. Réveil FM International: Vieille démocratie, les Etats-Unis peuvent-ils rebondir face au replis démocratique ? 

Salomon Vakala: C'est une question de temps. Le problème est que ses ennemis politiques, la Russie, la Chine sont aux anges. L'Iran, la Syrie et la majorité des pays arabes dansent. Les alliés (l'Union Européenne, le Royaume Uni, le Canada et les pays de l'Otan et l'Israël sont mal à l'aise. L'Amérique du Sud rigole de l'arrogance américaine qui est, une fois pour toute démystifiée.
Désormais, ils verront toujours les USA du coin de l'oreille. Le Grand Satan est blessé. Ses plaies pourront se cicatriser mais cela va prendre du temps. Son agenda a été de diviser la société américaine et dans une grande mesure, il a brillamment réussi. Pour y arriver, il a fait largement usage des atouts à sa disposition:
 Son pouvoir
 le Parti Républicain
 La diminution et le viol de la Constitution américaine
 Les élection dont il a brillamment perdues.
 Son plus grand héritage est d'avoir laissé derrière lui une Amérique fracturée.
On doit avouer que Donald Trump vient de laisser une Amérique en béquille.

fb-img-1611666483992


Salomon Valaka
L'Inquisiteur
"Le Devoir d'informer. La Liberté d'écrire.
© Tous droits réservés 24 janvier 2021

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 9 novembre 2020

RDC: Tshilombo rattrapé par son illégitimité et la vérité des urnes de Fayulu!

RDC: Tshilombo rattrapé par son illégitimité et la vérité des urnes de Fayulu!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM international

Freddy Mulongo-Biden.jpg, nov. 2020

Le péché originel de Tshilombo, c'est son illégitimité. Il est bénéficiaire d'une nomination électorale. Tshilombo avec ses 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il est autant tricheur et fraudeur qu'Alias Kabila qui l'a nommé. Par conséquent, il doit savoir que dissoudre le parlement va aussi l'emporter car il est issu de la même fraude électorale. Vérité des urnes!

freddy-mulongo-bidenL'illégitimité est le péché originel de Tshilombo. Cela le poursuivra toute sa vie. Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle. Tshilombo a fait un odieux deal contre le peuple congolais pour bénéficier d'une nomination électorale. C'est bizarre de le voir parler des députés et sénateurs FCC nommés. Mais Tshilombo oublie qu'il est issu de la même fraude électorale. Il avait signé le deal pour chauffer le fauteuil présidentiel jusqu'en 2023. Le checkuleur a un conflit personnel avec celui qui l'a nommé président. Alias Kabila l'a fait nommer pour garantir sa sécurité, ses avoirs et ses Mammouths Joséphistes. A peine deux ans, Tshilombo l'Enfarineur veut rompre son alliance avec Kabila. Et par un tour de passe-passe, Tshilombo a voulu congoliser son problème personnel avec Alias Kabila. Leur conflit  ne concerne pas la République. Tshilombo n'avait pas à enfariner le peuple congolais avec son deal. Il a fait ce deal pour ses intérêts personnels pas pour le Congo. Vivre des aides sociales belges pendant 30 ans et voir catapulter président du Congo, il y a pas photo. Pour le faussaire, son pari était gagné. Sauf qu'en devenant le plus grand voleur de destin du peuple congolais, Tshilombo sait qu'il est bon pour la poubelle de l'histoire. Illégitime, il n'est un "Ballados", pas président du Congo. Il va finir par voir Alias Kabila, son allié  et partenaire. "Je suis un gros poisson, pourquoi il ne me consulte pas" dixit Alias Kabila. Et les troubadours politicailleurs n'auront que leurs yeux pour pleurer. 

Aux Etats-Unis, l'élection présidentielle a révélé par exemple le comptage de bureau de vote par bureau de vote. Dans un Etat de droit, c'est comme cela que l'on agit. Pourquoi la CENI de Corneille Nangaa et la Cour Constitutionnelle ont refusé cela à Martin Fayulu ? Pourquoi alors Alias Kabila, lorsqu'il reçoit Tshilombo à Kingakati, c'est toujours dans un bureau où sont affichés les vrais résultats de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018: Martin Fayulu 62,8%, Emmanuel Shadary 18% , Felix Tshisekedi 15% ! Et lorsqu'on va sur le cite de la CENI, c'est comme si la République démocratique du Congo n'a pas connu des élections, le 30 décembre 2019. Il y a rien sur ce site aucun résultat, d'aucun bureau de vote ! Mais on peut y lire ceci: 

La Commission Electorale Nationale Indépendante a rendu public, le 19 septembre 2018, la Décision N°032/CENI/BUR/18 portant publication de la liste définitive des candidats à l'élection présidentielle.

Veuillez trouver l'intégralité du contenu dans le document ci-joint.

Et voici la liste des candidats de l'élection présidentielle qui s'affiche, sans tenir compte de plusieurs désistements dont ceux du "Moyibicrate" Kin Kiey Mulumba "Kabila désir", "Masimanimba désir" ou encore Vital Kamerhe qui s'est rallié à Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avec CACH.

Où sont les résultats de la CENI, bureau de vote par bureau de vote ? Comment peut-on se moquer ainsi  de tout un peuple? Avec ce qui vient de se passer aux Etats-Unis, Tshilombo doit faire profil bas.  Il est fruit d'une fraude électorale. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle au Congo. Il ne peut se faire passer pour un bon et Alias Kabila pour un mauvais. Les deux sont liés. Ils sont deux bandits de la République. Ils ont volé le destin du peuple congolais. Si Alias Kabila va à la CPI, la cellule de Tshilombo sera voisine à celle du barbu de Kingakati. Les Bena Mpuka, Talibans, Ethno-Tribalistes et Wewaïstes doivent le savoir. Tshilombo est le problème de la RDC. Il est autant le problème qu'alias Kabila. Leur sort est lié ! 

freddy-mulongo-ceni-listes
freddy-mulongo-ceni-listes-1


"Pour le scrutin présidentiel de 2020, aux Etats-Unis, cela représente 158 millions d'électeurs, dont un peu plus de 100 millions ont voté par anticipation. Coté grands électeurs, en 2016, Donald Trump l'avait emporté avec 306 grands électeurs, mais sans la majorité du vote populaire : ce dernier ne lui donnait que 47% des voix et Hillary Clinton avait obtenu 3 millions de votes de plus que lui. Avec 290 grands électeurs au compteur pour le moment, il reste loin du score exceptionnel de 1984, quand Reagan avait raflé 525 des 538 grands électeurs".

"En nombre de voix,  Joe Biden et Donald Trump battent tous les records. Joe Biden a été élu 46 président des Etats-Unis grâce à quelque 74,5 millions d'Américains. Un chiffre inédit dans l'histoire du pays : jusque-là, c'est Barack Obama qui avait remporté le plus de voix, en 2008, avec 69,5 millions de bulletins. Biden l'emporte donc avec 4 millions de voix de plus que son rival. Même si Donald Trump sort perdant, ses 70,4 millions de voix sont aussi une performance et il échoue tout de même avec 7 millions de votes de plus que lors de sa victoire en 2016. Pour Biden, c'est 8,6 millions de plus que la précédente candidature démocrate, portée par Hillary Clinton".

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 5 novembre 2020

Union Sacrée: JP Bemba et Moïse Katumbi, deux traîtres contre Lamuka peuple?

Union Sacrée: Bemba et Moïse Katumbi, deux traîtres contre Lamuka peuple?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Lamuka 7.jpg, nov. 2020

Complotiste, balkanisateur et liquidateur du Congo, Tshilombo piège Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, deux politico-affairistes pour exploser Lamuka. Le complot de Tshilombo a déjà échoué car Lamuka, c'est le peuple congolais. En politique, seule la constance est victorieuse. Katumbi mobilise des gros moyens pour une consultation d'un président faussaire contre son allié Jo Ka...

freddy-mulongo-lamuka-7

Aux Etats-Unis, une grande et vielle démocratie, le comptage des voix entre le président Donald Trump et Joe Biden, son challenger, doit se faire bureau de vote par bureau de vote, pour départager les deux candidats. Les Républicains comme les Démocrates exigent la vérité des urnes. On ne peut pas parler de démocratie sans respect de la vérité des urnes. Les Américains ne sont pas prêts d'accepter un faussaire des urnes diriger les Etats-Unis. C'est un échec de penser, que Tshilombo, Monsieur 15% et voleur du destin du peuple congolais va exploser Lamuka. Corrompre des fameux leaders, ce n'est pas corrompre les Congolais et tous les Congolais. "Lamuka , c'est le peuple congolais. Lamuka", c’est l’esprit du peuple congolais qui veut être dirigé par  par des gens qui ont la légitimité du peuple. Le respect de la volonté du peuple est exigence politique. Le changement passe nécessairement par le respect de la vérité des urnes.   En République démocratique du Congo, la classe politique la plus médiocre de la planète, est inconstante, versatile, cupide, corrompue...Les politicailleurs, ventriotes et Mabumucrates ne se battent jamais pour des principes et valeurs républicaines. Ils sont des opportunistes. Qu'est-ce-que les consultations politiques de Tshilombo, le voleur du destin du peuple congolais changent-elles dans le quotidien du peuple congolais ? Pourquoi Moïse Katumbi doit-il mobiliser au tant des fonds et moyens pour uniquement revenir à Kinshasa et rencontrer Tshilombo, l'Enfarineur ? Que veut prouver Moïse Katumbi ? S'il est populaire c'est dans les urnes qu'il doit le prouver. Moïse Katumbi est un frère Katangais et Congolais que je respecte. Il est entrain de griller son avenir politique. Ce n'est pas en tendant la main à un faussaire, checkuleur, complotiste, balkanisteur et liquidateur du Congo, qu'il va s'en sortir. On ne peut avoir décrié la fraude électorale contre le peuple congolais et s'amuser contre le peuple avec des arrangements politico-politiciens. C'est triste pour Moïse Katumbi. S'il agit de son propre chef, c'est grave. S'il est influencé par ses conseillers, ils l'amènent dans un trou. Les conséquences de son défi contre le peuple congolais vont s'averer néfastes pour son image politique  hic et nunc. 

Moise Katumbi est entrain de piétiner plusieurs points de la déclaration finale Lamuka du 30 juillet 2019 à Lubumbashi, le jour de la passation du flambeau de commandement à Jean-Pierre Bemba représenté par Eve Bazaïba. Réveil FM International republie cette déclaration qui met à nu le complot Tshilombo-Katumbi contre Lamuka.

freddy-mulongo-lamuka-4
freddy-mulongo-lamuka-6
freddy-mulongo-lamuka-5

5. Lamuka réaffirme sa victoire aux élections du 30 décembre 2018 et continue à dénoncer la fabrication des résultats tels qu'annoncés par la CENI et entérinées par la Cour Constitutionnelle. Lamuka dénonce également l'invalidation injuste de ses députés par la Cour Constitutionnelle.  

6.Tous les membres du présidium réaffirment leur engagement à œuvrer dans la franche collaboration et de la cohésion au sein de la plate-forme, afin de poursuivre la noble lutte. Chacun des leaders s’emploiera à exhorter ses collaborateurs et son regroupement politique à demeurer unis, vigilants et mobilisés pour déraciner les antivaleurs qui handicapent le progrès de la société congolaise.

7. Le présidium appelle la population à rester vigilante et à être prête pour la défense de la Constitution, spécialement en ses articles intangibles.

11. Lamuka s’engage à mobiliser le peuple congolais pour la mise en place des réformes institutionnelles nécessaires notamment sur la Cour Constitutionnelle, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) et la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH). 

Jean-Pierre Bemba a quitté Mbandaka hier, il est venu à Kinshasa. Il a été reçu par Tshilombo. Ils ont parlé durant 30 minutes et il est rentré dans sa forêt. A-t-il eu peur de dormir encore sur une chaise à GB comme autrefois. A-t-il pris la décision de consulter les militants du MLC pour son agissement solitaire et anti-peuple ? C'est toujours facile d'accepter l'inacceptable. Il faut aussi savoir assumer. Les consultations ne sont pas un dialogue. La décision finale revient à un individu, qui de plus est lui-même le problème du pays. 

En politique, lorsque l'on s'engage et que l'on prend une position, on s'y tient. Contre vents et marrées on s'y accroche. Il est dangereux en politique de changer des positions matin, midi et soir. Est girouette, celui qui change des positions au gré de vent. Cela est regrettable et insupportable. Personne n'ignore, comment Alias Kabila, a pesé de tout son poids pour empêcher Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba de postuler à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Mais cela ne nous oblige pas à être complaisant à leurs égards. Nous avions déjà eu l'occasion de relever les 5 erreurs de Moïse Katumbi contre Lamuka. La popularité de Moïse Katumbi est en berne au sein de la diaspora congolaise. Un désamour s'y est installé. Sa  fameuse déclaration sur France 24, d'enjamber la vérité des urnes, pour se projeter déjà en 2023, avait déjà fait des remous. Ses accointances avec Félix Tshilombo, imposteur-usurpateur l'éloignent de plus en plus des objectifs de Lamuka.

Voici les 5 erreurs politiques de Moïse Katumbi contre Lamuka (Réveil FM International, 6 juin 2019):

1. Martin Fayulu est allé au front électoral. Il a battu campagne. Partout où il est passé, ce fut effervescence populaire. Martin Fayulu a gagé haut la main, l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Avec 62,8%, il est le président élu du peuple congolais. Il est légitime. Il est Notre président. Il mérite le respect de tous, y compris des acteurs politique de Lamuka. Félix  Tshilombo est un imposteur-usurpateur. Un grand mépris de notre peuple, il a fait un deal avec Alias Kabila, pour non changement dans la continuité. Agent de tutsi-Power et au service de la consolidation de l'occupation, Tshilombo est agent de l'impunité. Fayulu en homme intelligent a déposé son recours, à la Cour Constitutionnelle, des juges godillots aux mains gantées en blanc et aux ordres d'Alias Kabila pour récomptage des voix. Cette démarche n'a pas été approuvé par Moïse Katumbi. Et pourtant, c'est cette démarche de Fayulu qui a dévoilé au monde, la justice corrompue du Congo. Une Cour Constitutionnelle qui se réunit à l'heure de Nicodème, c'est-à-dire la nuit, pendant que le drapeau congolais n'est pas encore levé. Parodie de justice, au lieu que les juges disent la loi au nom de la RDC, les corrompus juges se sont discrédités eux-mêmes. Avec ses 16%, Félix Tshilombo a été proclamé frauduleusement vainqueur à 3h du matin. L'Udps avait 37 avocat pour défendre le Voleur des voix,  Tshilombo, parmi eux Me Mukendi wa Mulumba, ancien bâtonnier, il était à la cour sans gène pour défendre son Angwalima et Fakwa de neveu.

2. La vérité des urnes, du Président Elu, Martin Fayulu dépasse sa modeste personne. C'est la victoire du peuple congolais qui a été volé. Tous les Congolais qui réclament la vérité des urnes ne sont pas des membres de Lamuka. Refuser la vérité des urnes, c'est cautionner le troisième hold-up d'Alias Kabila. Or Moïse Katumbi qui a tout fait pour empêcher un troisième penalty d'Alias Kabila comment peut-il cautionner le troisième hold-up d'Alias Kabila? Félix  Tshilombo est un président Quado. Il est bénéficiaire d'une NOMINATION ÉLECTORALE. Il est pantin, masque-Kifwebe et bouclier d'Alias Kabila. Félix  Tshilombo n'a aucun pouvoir.

3. Dans son interview sur France 24, Moïse Katumbi a dit qu'il faut tourner la page de la vérité des urnes, puisque la Cour Constitutionnelle avait proclamé Félix Pétain Bizimungu Tshilombo. Or cette haute cour corrompue a été condamnée par les États-Unis. La vérité des urnes est le passage obligée pour l'installation de la démocratie en RDC. Vouloir enjamber, la vérité des urnes comme le fait Moïse Katumbi, est une grave erreur politique. Il ne faut jamais mépriser le peuple.

4. Martin Fayulu, Président Elu du peuple congolais est le politicien le plus populaire de la RDC. Sa popularité dépasse de loin celle de Mobutu et Etienne Tshisekedi réunis. Aucun politicailleur ventriote n'arrive à la cheville de Fayulu: homme droit et intègre. Il faut que les choses soient claires: Martin Fayulu n'est pas le garçon de course de Lamuka. Il n'est pas non plus l'homme à tout faire de Lamuka. Chaque Congolais a le devoir de le soutenir, jusqu'à la victoire de la vérité des urnes.

5. C'est Alias Kabila qui dirige encore et encore la République démocratique du Congo. Les accointances de Moïse Katumbi avec Félix  Tshilombo frise la trahison des aspirations de notre peuple. Il est dans la même ligne que Gabriel Kyungu qui a déclaré publiquement que Tshilombo est son fils. Résultat: A 81 ans, il vient d'être nommé à la SNCC. Etre avec le peuple, c'est accepter la CONSTANCE dans ses prises de positions politiques. Etre coordonnateur de Lamuka, avec le collectif "Ensemble" dont des Troubadours tel que Delly Sesanga et Claudel Lubaya attendent de pied ferme leur nomination ministériel, pose déjà problème. Moïse Katumbi est mal conseiller, qui lui rassure qu'en 2023, il sera candidat président de la République. Son propre conseiller spécial, Salomon SK Della, est privé de passeport biométrique, par son propre ami Félix  Tshilombo. Cela n'interpelle pas sa conscience ? Pourquoi ne tonne-t-il pas pour exiger le passeport ? Martin Fayulu est et demeure le Président Élu. Celui qui le méprise, sera méprisé.

Aujourd'hui, le fait de vouloir quitter Lubumbashi et venir à Kinshasa, usant et abusant de tous les moyens de communication, pour des consultations Tshilombiennes qui n'en valent pas la peine, Moïse Katumbi se grille. Pas facile de retrouver sa vraie  popularité d'antan. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 9 mai 2019

Moïse Katumbi-Jean Pierre Bemba sont déjà  candidats de 2023! Enjambent-ils la vérité des urnes?

Moïse Katumbi-Jean Pierre Bemba sont candidats de 2023 en enjambant la vérité des urnes du peuple congolais du 30 décembre 2018?

La vérité des urnes, c'est le peuple congolais ! Tout Congolais qui aime son pays et sa patrie doit la défendre. Martin Fayulu, Président élu du peuple congolais n'est que son porte-étendard. Elle ne peut être C'est la vérité des urnes qui augure le respect de la souveraineté de notre pays. C'est la vérite des urnes qui amène ipso facto notre peuple à  sa libération de l'occupation Ougando-Rwandaise. La vérité des urnes, c'est elle qui permet au peuple de commémorer la mémoire de nos 12 millions des morts. De déterrer nos compatriotes dans des fosses communes pour les enterrer dignement, comme des humains. La vérité, c'est encourager les entreprises congolaises: Réhabiliter la Gécamines, Miba, Kilo-Moto...en créer d'autres. Doter la compagnie aérienne nationale "Congo Airways" des aéronefs dignes d'un grand pays. Annuler illico presto cette autorisation de Rwandair de survoler le ciel congolais.

La vérité des urnes, c'est la restauration du Grand Congo. Elle inclut le respect des droits humains. Martin Fayulu a été élu à  62,8% par le peuple congolais. Le Ballados, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, Voleur du destin, Voleur des rêves, Voleur des voix, #Voleur d'espoirs de tout un peuple, par fourberies et roublardises, s'est arrangé faisant un odieux deal avec Alias Kabila, dont le régime est honni, pour se faire Nommer président. Cette NOMINATION ELECTORALE EST MAFIEUSE ET ANTI-CONSTITUTIONNELLE. Par cupidité, ambition démesurée, Monsieur 16%, un sans neurones avéré, incapacitaire notoire, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a pris les Congolais pour des idiots. Une nomination électorale n'est pas une élection. Le peuple congolais réclame son élection volée à  travers la vérité des urnes.

Le comportement ambigu de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba déconcertent de nombreux Congolais Patriotes-Résistants. Au rejet du recours de Martin Fayulu à  la fameuse Cour Constitutionnelle, corrompue et inféodée à  Alias Kabila. Les deux politicards sont restés silencieux au lieu de monter au créneau. D'après certaines sources, Moïse Katumbi aurait vivement déconseillé Martin Fayulu de faire un recours à  la Cour Constitutionnelle. Or c'est la démarche de Martin Fayulu qui a dévoilé cette Cour Constitutionnelle mafieuse et corrompue, avec ses juges godillots. Que les Etats-Unis puissent sanctionner cette fameuse Haute cour pour corruption par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), quelle honte pour le pays ?

On ne construit pas un pays sur des mensonges. La vérité des urnes est le passage obligée pour la démocratisation de la RDC. Elle ne peut être ENJAMBÉE ! Si Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi veulent aller dans des institutions frauduleuses, qu'ils y aillent. En RDC être dans les institutions républicaines = être des accompagnateurs de l'occupation. Jean-Pierre Bemba, candidat de l'élection Louis Michel 2006, à  qui "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avait interdit et annulé le débat démocratique qui devait l'opposer à  Alias Kabila et lui qui a gagné cette élection, qui a été contraint à  l'exil, qui a été arrêté et a passé 10 ans à  la CPI n'a rien retenu du passé. Le 1 aoà»t 2018, Jean-Pierre Bemba, ancien détenu de la CPI est rentré à  Kinshasa. Le régime d'Alias Kabila a refusé dans la maison familiale à  la Gombé. Il a passé la nuit sur une chaise plastique à  GB. A-t-il oublié tout ça ? A-t-il encore toute sa tête ?

Moïse Katumbi a-t-il oublié tout ce que le régime Alias Kabila lui a fait subir ? Jeter la vérité des urnes aux orties, pour se projeter en 2023 n'est-ce pas être un inconscient politique ? L'élection du 30 décembre dernier, que Martin Fayulu a gagné Haut la main, ne devrait-elle pas se tenir fin 2006 ? Il fallait des pressions énormes pour qu'elles se tiennent 2 ans après sans observateurs internationaux. Ces élections ont été complétement "Boutiquées". Qui dit à  Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba qu'en 2023, nous aurons des élections propres en RDC ?

La libération du Grand Congo passe aujourd'hui par la vérité des urnes de Martin Fayulu. Tout Congolais doit défendre cette vérité vraie des urnes. Le laboratoire de Tutsi-Power espère enjamber la vérité des urnes, pour se trouver une autoroute d'occupation. Même Alias Kabila n'était jamais allé à  Kigali s'incliner devant le mémorial rwandais. C'est un Congolais, en occurrence fils Tshisekedi qui y est allé. En écrivant dans le livre d'or que les Congolais sont morts par "Effets collatéraux". Le Faussaire joufflu, imposteur, usurpateur, Collabo, Traître, Agent de Tutsi-Power, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a dédouaner Paul Kagame, dictateur et #Hitler africain de ses crimes au Congo. 12 millions des morts Congolais qui sont morts pour rien.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 24 mars 2019

RDC: La vérité des urnes est au delà  de la personne de Fayulu, c'est le respect du peuple !

Le peuple congolais a ramassé le drapeau congolais tombé à  terre et l'a mis debout.Photo Réveil FM International

Qui a oublié que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe , fils Tshisekedi, Monsieur 16% a été proclamé frauduleusement vainqueur de la présidentielle avec 38,57% des voix par la corrompue Commission électorale congolaise, en pleine nuit, le 10 janvier 2019, aucun drapeau ne flottait sur le territoire congolais. La vérité des urnes, est le combat du peuple congolais pour la vérité sur des élections transparentes et une alternance démocratique. La vérité des urnes, son avènement est une étape primordiale dans la réalisation du rêve de démocratie et de progrès social de tout le peuple congolais. Que les choses soient claires: La vérité des urnes n'est ni pour Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moise Katumbi, Antipas Mbusa Nyamuisi, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito...La vérité des urnes est pour le peuple congolais. Elle est le respect des aspirations du peuple congolais, qui a voté pour le "Dégagisme" du régime d'Alias Kabila et ses apparatchiks. Et Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi Monsieur 16% a fait un deal avec Alias Kabila, s'est fait nommer président et est devenu le "Masque d'Alias Kabila" ! Le peuple congolais est allé aux élections pour un changement et s'est retrouvé avec la Nomination électorale de Félix Tshilombo, fils Tshisekedi, imposteur-usurpateur, le Maréchal Pétain congolais. Les leaders de Lamuka qui ne veulent pas de la vérité des urnes qu'ils dégagent ! Les Bena Mpuka et Zélotes Talibans sont désabusés. Imposteur-Usurpateur, traître et collabo, soit disant président élu, pourquoi Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, a-t-il envoyé des émissaires parler avec Martin Fayulu, tendre la main à  Antipas Mbusa Nyamwisi, Moïse Katumbi ayant déjà  récupéré son passeport biométrique congolais ? Il étonnant que les leaders de Lamuka, ne se soient pas appuyés par la révélation des Etats-Unis que Corneille Nanga, président de la CENI et ses deux Rwandais Basengezi ont planqué $100 millions que le trésor américain a saisi. Lamuka devrait demander l'annulation de toutes les élections organisées par le mafieux, Moyibicrate Corneille Nangaa à  commencer par l'élection présidentielle qui a donné lieu à  la nomination de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi.

Fraudeur et tricheur, Corneille Nangaa Monsieur $100 millions, est un Moyibicrate !

Pourquoi les leaders de Lamuka réunis à  Bruxelles, le samedi 23 mars 2019, n'ont -ils pas réclamer la démission et l'arrestation de Corneille Nangaa. Mafieux, Moyibicrate, Voleur patenté et tricheur, Corneille Nangaa, président de la CENI, avec la révélation des Etats-Unis qu'il a planqué $100 millions dans des banques américaines et la sanction du trésor américain, qui a saisi cette somme de corruption, Corneille Nangaa doit démissionner, être interpellé et traduit en justice ! Corneille Nangaa est une pièce motrice du système frauduleux qui a conduit à  la nomination électorale de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe , fils Tshisekedi à  la présidence de la République, après un deal avec Alias Kabila qui l'a nommé. C'est Martin Fayulu le gagnant de l'élection du 30 décembre 2018. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est le portrait robot craché de Tutsi-Power : cupide, malléable, pas étudier, béni oui-oui... Depuis la révélation des Etats-Unis, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, qui est le fruit de la nomination électorale, pas élu, bouche ses oreilles et ferment ses yeux pour ne rien voir. Le chà¢teau des cartes va s'écrouler. Interpeller et arrêter Corneille Nangaa, c'est permettre que la vérité éclate. Or l'imposteur-usurpateur, voleur des rêves du peuple congolais et bénéficiaire du putsch électoral, Félix Tshilombo Biziminugu, qui est pour l'Etat de droit, la bonne gouvernance, combat la corruption est silencieux comme une carpe. Car il est lui même fruit et bénéficiaire de la magouille de Corneille Nangaa.

Les leaders de Lamuka veulent-ils ménager l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo ?

Depuis 1960, les politicailleurs congolais sont habitués aux conclaves, dialogues, partages des postes...La vérité des urnes est la seule démarche pour le respect du peuple congolais et ses aspirations. La Nomination électorale n'est l'élection! Le Respect au peuple ! Nous sommes en 2019, les ventriotes qui acceptent la POLITIQUE DE FAIT ACCOMPLI, fruit de la tricherie, mensonge, fabrication des résultats électoraux, doivent dégager de LAMUKA ! Ceux qui veulent négocier avec l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, doivent le faire au grand jour !

Lamuka en lingala veut dire "Réveille-toi" ! Nous à  Réveil FM International, nous sommes Lamuka depuis 1995, année de sa création à  Paris et le 20 novembre 1999, date de sa concrétisation à  Kinshasa, en République démocratique du Congo. Nous ne défendons pas des individus si puissants soient-ils mais des principes républicaines et valeurs démocratiques. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est imposteur, usurpateur, traître et collabo. Il a été nommé. Il n'est pas élu. Il est illégitime.Il doit dégager comme tous ceux de Lamuka qui veulent couvrir sa forfaiture, son vol d'espoirs et rêves du peuple congolais ! Martin Fayulu est le Président élu du peuple congolais. Abandonner la vérité des urnes serait une trahison à  notre peuple.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 17 mars 2019

Paris: Fierté des Mamans Congolaises dans la marche de la vérité des urnes pour Fayulu !

Le cortège de Martin Fayulu suivi des Mamans Congolaises

Les Mamans Congolaises Résistantes-Patriotes-Combattantes étaient au rendez-vous pour accueillir et marcher avec Martin Fayulu, Président élu du peuple congolais, de Chà¢teau-Rouge à  la République. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe Afingami Na Denge Ya Muke Te Epayi ya Ba Mamans Na Paris ! Martin Fayulu, El Commandante du peuple congolais a déjà  gagné la victoire de la vérité des urnes puisque les Mamans Congolaises s'en sont appropriées. Mobilisées à  bloc et actives, elles sont déterminées à  en découdre avec #TshilomboDégage ! Elles étaient là , pour certaines depuis 10 heures et la marche a démarré après 17H30 quittant Chà¢teau-Rouge pour la République. Belles et élégantes, les Mamans Congolaises de la diaspora ont enfilé le drapeau congolais en mode pagne, écharpe et voile ! Elles ont joué les Kikelekele lorsque Martin Fayulu, le Président élu de la République démocratique du Congo étaient déterminés à  en finir avec la nouvelle imposture-usurpation de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe. Les plus virulentes étaient des femmes Luba du Kasaï ! #TshilomboDégage qui a vécu en Belgique sait de quoi sont capables les Mamans Congolaises en colère ! Léonbitch Kengo wa Dondo, l'édenté de la Gare du Nord et le Général Kanyama qui ont eu à  subir les foudres et affres des Mamans Congolaises à  Paris. La déferlante mobilisation des Mamans Congolaises, hier samedi 16 mars 2019 à  Paris, pour Martin Fayulu, est un message clair pour l'usurpateur-imposteur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe. Bakosilisana Na Ye !

Martin Fayulu a fait flotter le drapeau congolais à  Paris

Le drapeau congolais en mode foulard !

Mamans Congolaises, le drapeau congolais en mode écharpe !

La Maman Combattante Congolaise avec son drapeau sur le tête en mode foulard !

La jeune Combattante Congolaise drapée dans le drapeau de la RDC !

Le chapeau aux couleurs de la RDC !

Une congolaise en mode Zaïre ! Un clin d`œ“il à  l'époque de Tata Moko, Ekolo Moko, Bokonzi Moko...

Une Congolaise entrain de donner des explications à  un automobiliste sur Fayulu !

Une congolaise s'est drapée du drapeau congolais

Le drapeau de la RDC à  l'honneur à  Paris pour Fayulu

Deux Congolaises entrain de causer Fayulu

Lire la suite...

Partager sur : Partager